Skip to content

Depardieu et Torreton, le marteau et l’enclume.

21/12/2012

La France se fait chier. Éternellement insatisfaite, elle ne cesse d’évoquer avec nostalgie un ancien président abhorré mais qui avait le mérite de la faire palpiter tandis qu’elle se liquéfie chaque jour un peu plus devant la mollesse de celui qu’elle s’est choisie pour lui succéder. Vieille rombière au passé tumultueux, la France cherche à se divertir mais à moindres frais. Tous les moyens sont bons pour oublier un moment son petit train-train pas même bousculé par une crise tiède qui n’a pas le panache de vider ses étals de supermarchés. La récente décision de Gérard Depardieu de prendre la nationalité belge et les réactions qui s’en sont suivies auront donc eu le mérite de sortir les français de leur langueur quotidienne et les rassembler sur les bancs de leur arène préférée: celle de la polarisation express.

A photo taken 09 July 2006 shows French

D’un coté, Gérard Depardieu, acteur talentueux qu’on ne présente plus tant il est devenu, par la gauloiserie de sa filmographie et de ses moeurs alimentaires, le symbole de notre patrie à l’étranger. Gégé veut prendre la nationalité belge mais – voilà – les français, dont Jean-Marc Ayrault, sont des spectateurs assidus de «Capital» et ils savent que le système fiscal belge est beaucoup plus clément vis à vis des grosses fortunes que ne l’est son équivalent français. Les commentaires rageurs ne tardent donc pas à pleuvoir sur Cyrano qui en a vu d’autres et qui décide de rosser ses adversaires. Dans une lettre un peu brouillon, il s’en prend légitimement à Mr Ayrault qui avait qualifié sa décision d’ «assez minable», invoque des raisons «nombreuses et intimes» à sa volonté de partir, clame son amour pour la France et demande que sa décision soit respectée à défaut d’être approuvée.

Jusqu’ici, j’ai envie de dire qu’il n’y a rien de choquant : Gérard Depardieu prend une décision qui ne regarde que lui et que n’interdit aucune loi. Le fait d’émigrer est une action toujours motivée par la perspective d’une herbe plus verte ailleurs et ce, depuis que l’homme est anthropologiquement capable de faire son baluchon. Pourquoi, sous prétexte de sa célébrité et de son extrême richesse, un individu devrait soumettre à référundum national la moindre de ses actions?  Tout ce tapage traduit un spectaculaire processus de mélenchonisation des esprits : instaurer une police de la pensée chargée de faire respecter la vertu citoyenne, traquer les exilés fiscaux et ceux qui pourraient être tentés de se faire la malle, leur faire les poches, les déchoir de leur nationalité, les envoyer en prison pour haute trahison…autant de conceptions charmantes jugées encore un peu excessives dans les cercles gouvernants mais qui imprègnent une frange de plus en plus grande du peuple de gauche.

La polémique aurait pu s’arrêter là si le comédien Philippe Torreton n’avait décidé de prendre sa plume pour accabler le félon Depardieu. Acteur de talent mais personnalité agaçante comme le sont toutes celles pour lesquelles un artiste se doit autant d’être bruyamment de gauche qu’un pape ne se doit d’être catholique, Torreton s’est fendu d’une lettre acerbe adressée à son confrère qu’il publie dans Libé. Un passage de cette missive dans laquelle Torreton apostrophe Depardie m’a particulièrement frappé: «Mais, Gérard, pensais-tu qu’on allait approuver?» Je me demande ce que désigne ce «on» si redouté qu’on doive lui demander son approbation pour chacune de nos décisions personnelles? Mais bien sûr! Il s’agit des éternels, des magnifiques tribunaux révolutionnaires qui, hier encore, faisaient la gloire de Moscou et dont les impitoyables coups de marteaux retentissent aujourd’hui depuis Teheran! C’est l’avènement de ce genre d’ instances prétendument démocratiques qu’appellent de leurs voeux Philippe Torreton, Nathalie Artaud et Marine Le Pen dans des langues certes différentes.

Dans sa lettre, Capitaine Conan accuse Cyrano de ne penser qu’à sa gueule et il a très certainement raison. Mais penser à soi et aux siens avant de penser au reste de l’humanité est une tendance humaine (notez que je dis «humaine» et pas «naturelle»). Tant qu’une république de l’altruisme et du partage consenti ne se sera pas dressée, il est fort à parier que les individus dans leur écrasante majorité continueront de préférer le gris-pigeon au blanc-colombe pour leurs parures. Le droit à l’égoïsme doit être d’autant plus défendu lorsque c’est un populisme déguisé en vertu qui entend le mettre à mal.

Depardieu ne se relèvera probablement pas de cette histoire. Celui qui au fil des décennies s’est hissé au rang de roi des masses populaires, a fini par montrer une déconnexion totale avec celles-ci qui ne lui sera pas pardonnée. Mérite-t-il seulement ce pardon, cet apaisement? Rien n’est moins sûr car lorsqu’il se focalise sur ces 145 millions d’euros d’impôts payés sur toute une vie, il oublie un peu vite que le système français de financement du cinéma et de redistribution des recettes est unique au monde par sa prodigalité. C’est ce modèle étatique de ponction et de redistribution par le CNC qui permet à la fois de soutenir les petits films et de financer les grosses machines qui peuvent, dans ces conditions exceptionnelles, payer les salaires colossaux des superstars de la trempe de Gégé. Qu’il aille seulement voir à quelle hauteur sont rémunérés les vedettes des cinémas espagnol, italien, allemand ou hollandais…il comprendra peut-être que la France exige certes beaucoup de lui, mais qu’elle fut et qu’elle reste incomparablement généreuse à son égard.

Publicités
34 commentaires leave one →
  1. 21/12/2012 12:57

    Le droit à l’égoïsme doit être défendu ? Objectiviste, va !
    C’est pas comme si l’altruisme courrait le risque de devenir une norme, on a de la marge.

    Mais c’est vrai que la France et les français sont d’éternels insatisfaits, c’est dans notre patrimoine génétique maintenant, comme l’oenologie sans doute. Parfois ça nous fait avancer, souvent ça fait juste de nous des râleurs perpétuels (et le peuple avec l’un des taux de bonheur national brut le plus faible au monde, ce qui est quand même affligeant).
    Gégé étant l’archétype du français, il n’est forcément pas content de ce qu’il a, et Philippe Torreton étant tout autant français, il faut bien qu’il geigne sur quelque chose qui ne le concerne en rien et qui ne lui retire rien, sans doute parce qu’on ne l’avait pas entendu depuis trop longtemps.
    Je ne me fais aucun souci pour leurs carrières, pour l’un comme pour l’autre. Le temps qu’ils tournent un autre film, tout cela sera oublié.

  2. Leslie permalink
    21/12/2012 13:02

    Ravie de voir enfin un commenrtaire loin du sempiternel « Méchant vs gentil » actuel.

    Pour ma part, bien que je n’approuve pas Gégé (pour des raisons idéologiques qui amène à sa condamnation unanime) j’ai été d’avantage choquée par le déferlement de haine autour de cette histoire que par son acte, sommes toute pas si différent de celui de beaucoup de grandes forunes qu’on voit partir en soupirant.

    Seulement voilà, traine dans l’air l’idée qu’un artiste se doit d’être humainement irréprochable. Ce qui est inepte car des salauds, yen a autant chez ceux qui pratiquent un art qu’ailleurs. Er injustice suprême, ça n’a aucune conséquence sur le talent ou même le génie. Et c’est pareil pour les très braves gens.

    Je n’ai qu’un point de désaccord : je trouve tout à fait naturel que les artistes, par contre, s’étripent entre eux pour ces raisons (après tout ils le font aussi pour les raisons pro, ils ont l’habitude) DC’est notamment ce qu’il s’est passé lorsque Alan Moore a invectivé Frank Miller, à propos du mouvement « occupy Wall street. Ca reste au sein de leur profession, ça reste des chamailleries d’acteurs et c’est rassurant de voir qu’ils s’engueulent (donc s’intéressent) à la politique en citoyens qu’ils sont.

    Non, ce qui m’énerve plus, c’est la tentative pitoyable du gouvernement actuel de faire payer à gégé son ralliement passé à Sarko (que je n’aime pas non plus mais on est en démocratie, il en avait parfaitement le droit). Si bien que je préfère la lettre de Torreton ( Même sije suis persuadée qu’il ya une histoire perso là dessous) que les haro sur la natiolnalité de Gégé ou les « minable » même pas assumé d’un premier ministre qui aurait du garder un peu de la hauteur que sa tache demande.

    Là, ya un mélange des genres qui me rend un poil mal à l’aise.

    • plumpicarde permalink
      21/12/2012 13:08

      le gouvernement ne veut pas se payer Depardieu !
      ce sont certains médias qui veulent se le payer! rappelle-moi les derniers films de Gégé alors que je suis sûre que tu te souviens de ces derniers scandales!

      • Leslie permalink
        21/12/2012 13:10

        Alors explique moi pourquoi autant de ministres ont cru bon d’enfoncer le clou sur cet exilé fiscale là ? Y aurait eu qu’Ayrault, encore, on aurait pu avoir un doute…

      • 21/12/2012 13:17

        Bof, se le payer… Ne nous faisons pas d’illusions, tout ça c’est des effets de manche, de mauvais goût c’est vrai mais sans conséquences. On demande aux médias et aux politiciens de réagir à tout, d’avoir un avis tranché sur tout, et tout de suite.
        Bien sûr que c’est minable de la part de Gégé de se barrer pour ne pas payer d’impôts alors qu’il en a les moyens et qu’il bénéficie du système français. Bien sûr que c’était minable de la part d’Ayrault de dire que Gégé est minable.
        Mais puisque la moindre chiure de pigeon sur les marches de l’Elysée doit faire la une du vingt heure et être soumise à débat, et qu’ensuite le débat soit lui-même soumis à débat, et que si une personnalité politique répond « sans commentaire » à un journaliste, son « sans commentaire » sera débattu pendant deux semaines dans tous les talk-shows du pays… Dur de relever le niveau.

      • guillaumepascanet permalink
        21/12/2012 13:20

        Gégé est un symbole national et international. C’est un statut qui a ses avantages et ses inconvénients.

        Et si Gégé s’était installé à Bruxelles au lieu de se planter pile à la frontière, personne n’aurait vu le doigt d’honneur qu’il a lancé au fisc français (et à nous aussi qui paierons l’année prochaine le coût de le crise et indirectement celui des exilés fiscaux).

        A noter que les fameux 85% d’imposition que Gégé se targue d’avoir supporté cette année n’est due qu’à la politique du candidat à la présidentielle qu’il a soutenu, les décisions du vainqueur ne s’appliquant pour la plupart qu’en 2013 sur les revenus 2012.

      • Leslie permalink
        21/12/2012 13:49

        Oui, enfin que pas un n’ait eu l’idée de dire « Vous savez, on n’a pas trop le temps de s’attarder là dessus. », ça me navre un peu.

      • 21/12/2012 14:02

        Oui, ça aurait été bien ça. Mais en fait, y a pas mal de sujet dont on devrait dire qu’on s’en tape et qu’on a mieux à faire, et en particulier nos gouvernants. Malheureusement, on leur en laisse peu le loisir.

  3. 21/12/2012 13:04

    le 1er paragraphe est la meilleure analyse politique que j’ai lue depuis la rentrée

    sur Gégé ,comme je ne suis pas vorace,je serais contente de payer autant d’impôts et je cherche encore ses 85% taux d’impositions(c’est possible?)

  4. Charnera permalink
    21/12/2012 13:14

    Un intermittent du spectacle, plus connu comme « Torquemada de gauche » que comme comédien, avide de prouver qu’il existe encore… pathétique !
    Je ne soutiens pas Depardieu pour autant, mais il a toujours été le roi de la provoc’… et les réactions en chaîne causées par sa décision ne font que l’encourager à en rajouter 🙂

  5. 21/12/2012 13:18

    Je ne supporte pas Depardieu, et concrètement, sa vie ne m’intéresse pas. Mais j’ai tendance à trouver facile la réflexion « moi, si je payais autant d’impôts, je serais bien content ». C’est à peu près aussi réaliste que le postulat « si je chiais des lingots d’or après chaque repas, … ».
    Malgré les filtres de valeurs que l’on peut avoir selon son milieu social, religion, entourage, éducation et autres, tant que l’on est pas confronté à certains problèmes, il est impossible de se mettre à la place de quelqu’un d’autre.
    Il est évident que ce genre de décisions se prend avec prise en compte de différents éléments, et honnêtement, riche ou pas, psychologiquement, je comprends qu’un très forte fiscalisation puisse être décourageante ou perçue comme de l’ordre de l’injuste.

    • 21/12/2012 13:21

      Et quelle que soit la tranche d’impôt dans laquelle on est, on doit être peu nombreux à ne pas profiter des crédits d’impôts dont on peut bénéficier, ni à s’engoufrer dans chaque niche fiscale qui se présente. On peut être contre intellectuellement et penser global, mais au moment de remplir sa déclaration, on pense surtout à économiser pour les grandes vacances.
      Si on était Gégé, on ferait tous pareil. Ou alors on se paierait un bon comptable qui nous aiderait à filouter en toute légalité.

      • Leslie permalink
        21/12/2012 13:38

        XSi c’est en toute légalité, ce n’est pas « filouter », c’est optimiser.

      • 21/12/2012 13:43

        Ah, oui, c’est vrai. C’est ça. Optimiser. Oui oui.

    • Leslie permalink
      21/12/2012 13:37

      Ben non. pas « facile ». Quand on n’est pas imposable, oui on voudrait bien avoir l’impression d’être utile, gagner un peu de blé et contribuer.

      • 21/12/2012 13:52

        Tu dois vivre dans un environnement hautement moral quand même.

        Etre imposable, ça signifie qu’on gagne des sous, donc tout le monde aimerait être imposable. Le plus possible.
        Par contre, même si on sait qu’on contribue, le sentiment d’être utile échape à beaucoup de gens quand la facture arrive.
        Je crois que tout le monde veut être imposable, mais personne n’aime vraiment être imposé, en fait.

      • Leslie permalink
        21/12/2012 14:13

        Factuellement, je ne suis imposable que depuis que je me suis mariée. Et ça me fait suer.

        Et oui je crois que je vis dans un environnement moral. J’ai été élevée comme ça et j’ai un mari avec qui on partage les mêmes convictions.

        Et effectivement, il suffit de regarder à l’Etranger pour comprendre le sens de l’Impot : ma soeur vit en Angleterre et bosse en crèche. Elle nous explique régulièrement que, là bas, les crèvhes sont essentiellement privées. Si bien que quand tu es une femme pauvre en rehcrehce d’emploi, tu as juste le choix entre faire garder tes gosses au black ou vivre du peu d’aides sociales disponibles.

        On dira ce qu’on voudra sur notre modèle social, sur ses défauts, sur le fait qu’il est en danger, mais on ne se rend pas toujours compte d’à quel point il nous manquerait…

        Alors oui moi j’aimerais payer plus d’impots. De un ça voudrait dire que j’ai enfin des taffs réguliers et ça, ça ferait plaisir. Et de deux, oui, j’ai envie de contribuer à ce que ma fille, entre autres, n’ait pas plus de difficultés à se soigner, éduquer ces mômes ou se débrouiller en cas de coups dur que moi.

      • 21/12/2012 14:55

        Mais je suis tout à fait d’accord avec ça personnellement. D’ailleurs, pour te dire à quel point je suis civique (et/ou fainéante), il y a des déductions d’impôts que je ne demande pas, genre les dons à des assos caritatives, ou les frais de déplacement. Parce que 1) ça me gave de faire le calcul et 2) le paiement de mes impôts n’influe pas sur mon train de vie.

        Mais la logique du « je contribue donc je reçois, je reçois donc je contribue » semble échapper à plein de gens. J’ai par exemple une copine qui, il y a deux ans, au moment de la réforme des retraites, m’a fait comprendre qu’elle estimait que je perdais grave mon temps en allant manifester et qu’elle voyait pas l’intérêt de le faire. Il s’agit d’une mère célibataire qui, à ce moment là, était sans emploi et vivait donc intégralement d’aides sociales. A l’écouter, tu aurais juré que le système de protection sociale en France était un truc immémoriel, immuable et acquis, un dû qui tombait du ciel, comme le fait que le soleil se lève le matin. Elle ne voyait pas le rapport entre le fait que les gens manifestent contre un recul des acquis sociaux et sa situation personnelle.
        Et je crois qu’il y a plein de gens dans le pays qui ont l’impression que les routes sur lesquelles ils circulent, les écoles, les terrains de sport municipaux, les mairies et les services publics sont des trucs qui fonctionnent tout seuls et qui ne coutent rien. Tant qu’on ne présente pas la facture derrière, ben c’est normal, ça existe et c’est libre d’accès, ça marche tout seul. Et que les impôts vont entièrement dans les poches de nos maires, conseillers généraux et ministres.
        Ils ne se disent pas que les cotisations de l’Urssaf sont une assurance pour ceux qui les paient, ils se disent que ceux qui bossent paient pour financer ceux qui ne bossent pas.
        C’est toute une logique à revoir.

  6. guillaumepascanet permalink
    21/12/2012 13:22

    D’accord avec toi le Juif, et ton dernier paragraphe m’a rempli d’aise. Je trouvais jusque là que tu défendais un peu trop le pauvre Gégé persécuté.

    • La voisine permalink
      22/12/2012 11:16

      oh 2 an apres je viens de comprendre ton petit pseudo

    • Hélène permalink
      26/12/2012 16:47

      Le « pauvre Gégé » s’est mis une balle dans le pied en évoquant seulement le montant astronomique de ses impots. S’il en avait profité pour dénoncer le gaspillage de nos impots(Il s’en cogne peut être, mais aurait pu au moins faire semblant…), il aurait eu les français de son côté, et le montant aurait été oublié… là il a fait coup double en se mettant à dos à la fois le gouvernement et le français moyen! Belle boulette quoi…

    • docds permalink
      30/12/2012 16:22

      Est-ce parce que tu es contrôleur fiscal, Pascanet, que tu as liké ce post?

      • guillaumepascanet permalink
        01/01/2013 19:09

        Exactement, et on se voit très bientôt d’ailleurs, si j’en crois mon agenda.

        Tu verras, c’est très sympa l’ambiance à Bercy. J’ai un collègue qui fabrique des maquettes avec des boîtes d’allumettes et un autre qui collectionne les VHS de patinage artistique en souvenir de son ex.

  7. Alexandre permalink
    21/12/2012 15:14

    Dois-je comprendre un grand retour ? La Meuf réécrira-t-elle. Le suspense est intenable les gars.

    Sinon concernant Depardieu, Saint-Germain continue de faire gonfler la polémique, mais elle, a au moins le mérite de se placer au dessus de toutes ces conneries :

    http://www.liberation.fr/societe/2012/12/20/monsieur-torreton_869163

  8. Pow-Leen permalink
    21/12/2012 15:26

    Donc c’est pas des blagues, C’est la gêne is back ?!!!

  9. Totor permalink
    22/12/2012 07:57

    Je suis moi-même exile fiscal…et je vous emmerde!

  10. bipolaire permalink
    22/12/2012 12:12

    Torreton a aussi écrit « on se démerdera sans toi » et c’était un bon résumé de toute l’histoire. On peut très bien se passer de depardieu, de son argent, et de son omniprésente tronche.
    Et merci à ceux qui commentent que les impôts c’est juste. (je paie 1,5 mois de mon salaire par an sur le revenu, comme la TVA sur les yaourts et les patates que tout le monde raque même les « non-imposables » – comme quoi « non-imposable » est un mensonge, et les fringues et nombreuses paires de shoes que j’achète pour soutenir la croissance et soigner ma neurasthénie,et je suis heureuse qu’il y aie encore en France des écoles publiques des gendarmes qui rient à la gendarmerie, le RMI et des théatres subventionnés. Amen)

  11. bipolaire permalink
    22/12/2012 12:14

    revenez, sans déconner. au moins jusqu’à ce que les homosexuels aient droit comme tout le monde à la PMA. -yark yark.

  12. 22/12/2012 17:27

    1. Ces 85% c’est n’importe quoi, ou ça doit être le seul mec en France dans ce cas de figure
    2. S’il a en effet paye 145 millions d’impôts, il a du en garder au bas mot l’équivalent. C’est à croire que certains ne savent vraiment pas quoi faire de leur argent pour qu’il se sente le besoin de s’exiler.
    3. le Premier Ministre, si son terme aurait pu être plus courtois, n’a pas déclaré que Depardieu était minable mais que son action l’était. Il est dans son rôle même si,on aimerait l’entendre tenir le même discours à propos d’un Bernard Arnault par ex.
    4. Depardieu a bien évidemment le droit de faire ce qu’il veut et franchement, on est bien loin de la chasse aux sorcières à laquelle veulent nous faire croire certaines grosses fortunes. On est très très loin de 1981, encore plus loin de Melenchon dans ce gouvernement social-démocrate qui se garde bien de dénoncer les riches (à raison) mais qui leur demande un effort encore plus important qu’aux autres (à raison également si on croit au modèle érige en France depuis la fin des années 40).
    5. Depardieu est un symbole et il le sait. Il ne peut donc implorer de ne pas être décrie pour une action qui va à l’encontre de la solidarité nationale.
    6. Cela ne m’empêchera pas d’aller voir ses films : il était encore excellent dans Les Temps qui changent, Mammuth, Potiche ou Quand j’étais chanteur

  13. bipolaire permalink
    23/12/2012 00:09

    6 ah bon il a joué dans des films?

  14. Le Pangolin permalink
    28/12/2012 01:45

    Les réactions au départ de Depardieu sont justifiées : quand un riche bonhomme s’en va dans un autre pays pour payer moins d’impôt, eh bien il rompt de fait l’équilibre républicain : l’impôt est valable pour tout le monde, c’est la justice, pas une « mélenchonisation des esprits », c’est étroitement lié à la citoyenneté. Les dernières grèves fiscales en France, dans les années 50, ont été provoquées non pas parce que les impôts étaient trop lourds mais parce que certains payaient moins que ce qu’ils devaient payer créant une situation d’injustice : on est prêt à payer tout ce qu’on peut tant que les autres font pareil. C’est un peu le sentiment provoqué par l’affaire Depardieu : c’est tout l’équilibre qui est remis en cause.

  15. Hélène permalink
    03/01/2013 12:36

    Citoyen Russe maintenant…il devient difficile à défendre!

  16. Anathème permalink
    24/02/2013 17:31

    Et dire que Torreton est Cyrano à son tour. A son tour…

  17. 10/04/2013 20:23

    Perso, que Depardieu s’exile, je m’en tamponne le coquillard par petits mouvements rythmiques de quatre à huit. En revanche, là où il m’a mise en rogne (et c’est assez rare pour être noté) c’est qu’il l’ouvre dans de magnifiques déclarations où il encense littéralement la « liberté » et la « démocratie » sans égal de la Russie. Alors soit, lorsque cet article a été écrit il n’était pas encore à lorgner sur la Russie, j’en conviens, j’ai du retard, je n’avais pas vu que vous étiez de retour, mais fallait que je le dise…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :