Skip to content

Mouiller sa chemise.

19/07/2011

« Ni dieu, ni maître »: C’est ce que j’ai envie de crier en agitant le drapeau noir du haut de mon balcon tandis que la cérémonie d’hommage aux soldats tués en Afghanistan se termine. Le légendaire cri de ralliement des anarchistes devenu aujourd’hui tarte à la crème de tous les Bakounine de Prisunic, retrouve soudain son attrait devant cette séance d’hypocrisie collective. Je me sens comme Tristane Banon en entendant cette litanie de lieux communs de l’abécédaire belliciste: « Sacrifice », « frères d’armes », « courage », « liberté payée au prix du sang de nos soldats », « engagement », « guerre juste », « grande cause », « pas morts en vain »: tous les poncifs sont sans exception, employés par notre chef de l’état. Ne manque juste le terme « martyr » pour que la liste ne soit vraiment complète ( on ne va pas tout de même pas piquer aux talibans leur vocabulaire).

Pour tout dire, je ne sais pas ce qui m’horripile le plus: le discours cynique d’un Sarkozy qui pense que se tenir avec un stoïcisme emprunté sous la pluie sans parapluie pourra impressionner la nation (ça a l’air de marcher, les commentateurs impressionnés ayant souligné par deux fois que le président est trempé) ou les commentaires complaisants des journalistes de BFM TV qui parlent « d’hommage vibrant », « de grande dignité », donnant une magistrale leçon de propagande guerrière. Les communiquants de l’Elysée ayant orchestré cette opération de communication en pleine polémique après la sortie d’Eva Joly sur la pertinence des parades militaires du 14 juillet avaient visiblement à coeur de transformer un funeste évènement relativement « banal » (il n’est pas inconcevable que des soldats étrangers occupant un pays hostile puissent être tués) en coup politique pour le déjà candidat Sarkozy. « Si nous voulons préserver notre liberté et ne pas devenir les esclaves des barbares, nous devons renoncer un temps à notre petit confort »: Exit George W. Bush et son blouson d’aviateur (vulgaire) , introducing Nicolas et son pardessus dégoulinant (dignité, gravité): le président n’est pas lui même sur le front à suer à l’idée d’être déchiqueté par une voiture piégée mais il renonce au parapluie: l’image des souverains du Moyen-Âge, engoncés dans leur armure mais demeurant du haut de leur tour spectateurs des guerres qu’ils provoquaient n’est pas loin.

Le président s’est donc exprimé et a tenté d’expliquer en des termes simples les raisons du maintien de la présence française en Afghanistan. Pour parler des insurgés afghans, le président évoque « des assassins fanatiques qui asservissent les femmes et qui maintiennent les enfants dans l’ignorance », « un pays qui sert de base arrière au terrorisme »: autant d’arguments de poids qui ferment leur clapet à toutes les mauvaises langues voyant moins dans la campagne afghane une opération d’ingérence humanitaire qu’une guerre à visée impériale. Exit également les sempiternelles analyses des Alexandre Adler, Antoine Sfeir et autres Caroline Fourest: le président nous gratifie d’un lapidaire mais efficace « l’Afghanistan pour les très nuls ».

Il y a quelque chose d’indécent dans cette subite union sacrée du pouvoir, de l’opposition (Harlem Désir est là pour jouer les serviles claque-talons), de l’armée, de l’église et des médias pour sanctifier ces sept officiers tués il y a quelques jours. Mais quelle espèce de réconfort peut-on prodiguer aux familles des soldats lorsque l’on sait que ces derniers sont morts parce que nos dirigeants ne maîtrisent plus du tout la situation en ces contrées lointaines. La guerre d’Afghanistan a commencé le 11 septembre 2001: elle pourrait encore durer 100 ans dans les conditions actuelles. Les gouvernements occidentaux passent, se refilant cette boîte de Pandore et promettent un retrait définitif une fois la situation stabilisée mais les Talibans, quant à eux, demeurent. Les politiques sont persuadés que se retirer maintenant et laisser les afghans mener seuls cette guerre civile serait un aveu d’impuissance. On nous répète que la liberté triomphera et que ces soldats ne seront pas morts en vain: rien n’est moins sûr.

Publicités
66 commentaires leave one →
  1. Fabzefab permalink
    19/07/2011 15:34

    excellent billet, bravo.

  2. Le Gounjou permalink
    19/07/2011 15:43

    Debiter l’Afghanistan sous la pluie: un moyen rapide, simple et efficace qu’a trouve Sicolas Narkozy pour mouiller sa chemise.

  3. 19/07/2011 15:44

    en fond sonore, un petit texte d’encouragement à la défaite : http://goo.gl/3gEaO

  4. Hélène permalink
    19/07/2011 17:19

    Notre cher Président a la chance que le ridicule ne tue pas, sinon il serait bien plus en danger que nos pauvres soldats.
    Le Juif, t’entends quoi par « je me sens comme Tristane Banon »?

    • 19/07/2011 17:54

      Comprendre « j’ai l’impression qu’on a essayé de me faire des trucs desagreables à l’insu de mon plein gré ».

      • 25/07/2011 16:54

        Hors-sujet mais la comparaison me paraît fort peu propice, surtout au vu des propos grinçants (enfin, carrément débiles) de la Banon.

  5. 19/07/2011 17:20

    Au fait, c’est toujours le ministère de la défense qui s’occupe de notre armée ?

    • Sahar permalink
      05/09/2011 22:52

      Oui mais:
      « Le Président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et les comités supérieurs de la Défense nationale »
      Article 15 de la Constitution.

  6. Guillaume Pascanet permalink
    19/07/2011 18:03

    Je n’ai pas vu la cérémonie et je suis bien conscient de la récupération politique qui en est faite par notre Président qui a en plus beaucoup à se faire pardonner dans sa relations avec les militaires.

    Cela dit, le principe même de cette cérémonie est il vraiment contestable ? Il me semble que c’est la pratique courante d’un pays en guerre, et qu’elles se déroulent de manière semblable aux États-Unis, en Grande-Bretagne…

    Ce qui est plus « amusant », c’est le télescopage entre ces pertes et l’annonce d’un retrait l’année prochaine parce que tout va mieux en Afghanistan.

    • Le Gounjou permalink
      19/07/2011 18:36

      A mon avis, ce qui est contestable est moins le principe même de la cérémonie que le discours présidentiel hypocrite assorti.

      • 19/07/2011 18:51

        Je suis d’accord avec le Juif quand il dénonce la récupération politique que Sarkozy fait des ces tristes évènements. Toutefois, a-t-il le choix du discours? Il est obligé de tenter de rappeler les évènements qui ont amené à la guerre contre l’Afghanistan. Sinon, il lui reste quoi : l’inutilité de ces « Morts pour la France » et le sentiment d’injustice et de tristesse des familles qui, je l’espère, pèse fortement sur ses épaules, et l’amènera à réfléchir à deux fois avant de s’engager sur le terrain de la force.
        Sinon, R.I.P…

      • Le Gounjou permalink
        19/07/2011 20:58

        Je n’ai pas dit qu’il devait pas donner ce discours. Autrement, on aurait tiré sur lui à boulets rouges comme quoi il n’aurait aucune pensée pour les morts pour la France. Je dénonçais juste le côté une pierre deux coups: j’ai une petite pensée pour nos braves soldats mais n’oublions pas 2012 qui arrive à grands pas, tu vois.

    • Marian permalink
      19/07/2011 22:48

      « Il me semble que c’est la pratique courante d’un pays en guerre ».
      C’est peut-être ça qui est en premier lieu contestable ??? (le fait de se considérer comme un pays en guerre)

      • Guillaume Pascanet permalink
        20/07/2011 09:44

        On fait quoi en Libye et en Afghanistan à ton avis ?

      • Marian permalink
        20/07/2011 10:30

        On agresse … nos frontières et notre souveraineté sont nullement menacées.

      • Guillaume Pascanet permalink
        20/07/2011 12:57

        Certes, mais il s’agit bel et bien de guerres.

        Les Allemands ne devaient pas se sentir en guerre en 1939 quand ils ont agressé la Pologne ?

      • Marian permalink
        20/07/2011 13:21

        Baaah … disons que je fais la distinction entre un pays impliqué dans des combats militaires et un « pays en guerre ». Dans le dernier cas, j’ai le sentiment que ça implique le pays et ces citoyens dans une large mesure. Une notion d’effort national, qui a mon avis a disparu avec le service national.

      • Jean-Baptiste de Decker permalink
        06/09/2011 00:47

        Le problème c’est que le droit international condamne l’usage de la force pour régler les conflits internationaux. La charte des Nations-Unis dans son article 2 paragraphe 4 précise bien : « les Membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations-Unies ». Dans cet article la charte des nations unis sacralise le pacte de Briand-Kellog de 1928 qui « interdit le recours à la guerre ». C’est sur ce pacte qu’on se reposera pour creer la notion de « crime contre la paix » qui sera l’un des chef d’accusation qu’on retiendra contre les criminels de guerre nazi inculpés durant le procès de Nuremberg.

        Certes « l’interdiction du recours à la guerre » établit en 1928 peut paraitre dérisoire quand on regarde le nombre de guerres qu’aura connu le XXeme siècle, mais elle est l’une des raisons du malaise qu’on les gouvernements à reconnaître le fait d’être en guerre. Le fait que l’on appelle le conflit en Afghanistan « un conflit », ou une « opération militaire », témoigne de cette hypocrisie. Nous avons porté atteinte à la souveraineté d’un État, nous sommes en guerre.

  7. 19/07/2011 18:55

    Fyi ; à suivre actuellement sur « C dans l’air » un débat sur : à partir de combien de morts un hommage doit-il être télévisé : est-ce l’effet campagne 2012 ou les déclarations d’Eva Joly ?

  8. 19/07/2011 19:34

    Déjà, si les soldats eux-mêmes étaient vraiment convaincus de leur utilité et leur légitimité, il y aurait moins de SSPT chez ceux qui reviennent.

  9. livou permalink
    19/07/2011 21:46

    merci d’avoir exprimé le malaise que j’ai ressenti en regardant et écoutant Sarko. Ma compassion sincère va aux familles mais ce show politique déplacé…beurk.

  10. 19/07/2011 23:39

    Mais la politique est indissociable de la comm’. De quelque bord qu’elle soit.

    Le plus triste est que ces militaires soient morts pour une cause perdue d’avance. L’Afghanistan est un échec.

  11. Oboo permalink
    20/07/2011 06:59

    Est-ce vraiment un coup de pub?

    A chaque fois que quelquechose comprenant un haut dignitaire de l’état se produit, doit-on forcément parler de politique? Ou va le patriotisme alors?

    On peut simplement s’arrêter et critiquer, une (plusieurs?) guerres qui ne sont pas forcément les notres, mais à un moment donné on peut aussi (et surtout !) se dire que ces hommes sont morts pour nous !

    Ce qui est arrivé aux américains, anglais et espagnols aurait très bien pu nous arriver ! Alors oui, ça traîne en longueur, c’est le principe de la guérilla, mais faut-il laisser les terroristes dans leur coin en attendant sagement un attentat?

    Et non, l’Afghanistan n’est pas un échec, cessons cette négativité constante ! Instaurer les droits de l’homme dans un pays comme celui-ci, empêcher des attentats en Europe en démantelant des camps, c’est un échec?

    Il y a peu de sujets sur lesquels les français sont unis, et je veux croire qu’en période de guerre, lors de décès de soldats, un dignitaire de l’Etat puisse rendre hommage à ces hommes qui meurent pour nous sans qu’on parle « politique » ou « communication ».

    Et non, je ne suis pas pro-Sarko, juste patriote.

    • Guillaume Pascanet permalink
      20/07/2011 09:35

      Moi aussi je me considère comme un patriote mais cela ne me donne pas des œillères pour autant.

      On a sans doute réussi à casser Al-Qaïda, et c’est bien pour cela que l’on repart. Mais instituer les droits de l’homme n’a jamais fait partie d’une stratégie réelle, et surtout ce n’est pas une idée que l’on exporte au napalm.

      Je respecte le sacrifice de ses hommes, tout en oubliant pas que c’est le risque de leur métier, et je trouve normale cette cérémonie. Mais que cela ne fasse pas oublier le contexte politique français, à un an des présidentielles, et avec Nicolas qui cherche à se représidentialiser.

      • 20/07/2011 10:31

        « Instituer les droits de l’homme [..] n’est pas une idée que l’on exporte au napalm. »
        Complètement d’accord. On est persuadés que notre modèle de démocratie à l’occidentale est le meilleur et les plus génial, et on voudrait l’étaler partout comme de la confiture. Mais il y a des pays où ça ne prendra jamais, simplement parce que la culture et la philosophie y sont différents. L’Afghanistan est clanique, il y aura toujours des chefs de villages pas élus qui auront gagné leur place par la naissance ou par la force, et les habitants trouvent ça normal. Alors Kaboul, son modernisme et son parlement, ça fera bien joli dans le paysage mais ça n’ira jamais bien loin.
        Qu’y a-t-il de moins démocratique que d’enfoncer de force la démocratie dans la gueule des gens à coup de baïonnette ?

      • Guillaume Pascanet permalink
        20/07/2011 13:03

        Cela dit, il y a une escroquerie aussi quand on dit que la démocratie et la libre-expression sont des concepts purement occidentaux. Visiblement, dans les pays arabes, ce sont des notions bien comprises aussi.

      • La Berlinoise permalink
        20/07/2011 13:43

        Je dirais plutôt qu’il ne fait pas sens d’exporter la démocratie dans un pays à fort taux d’illetrisme et où l’éducation n’est pas encore accessible à tous. Et si je ne me trompe pas, la Tunisie était justement le pays du Maghreb le plus alphabétisé.

      • 20/07/2011 14:41

        C’est exact, la liberté et la démocratie sont des objets complexes qu’ils ne faut confier qu’à des gens à qui on a appris à s’en servir. L’éducation est la clef !
        Je n’ai pas voulu dire que la liberté et la libre-expression étaient des concepts purement occidentaux. J’ai dit que la démocratie « à l’occidentale », c’est à dire la façon dont on la vit et l’applique par chez nous, avec des présidents, des premers-ministres, des parlements, des élections, des choses très globalisés et centralisées, ne s’exporte pas forcément bien dans le reste du monde. Pour des questions pratiques et culturelles, simplement.
        Il me semble, en outre, que la Tunisie et l’Afghanistan, ce n’est pas tout à fait pareil, historiquement et socialement.

      • Guillaume Pascanet permalink
        20/07/2011 14:45

        Je sais bien que la Tunisie et l’Afghanistan ne sont pas semblables.

        Mais, je voulais mettre en balance aussi l’habituel argument servi par nos dirigeants quand ils embrassent les pires tyrans de la planête, en gros c’est dans leur culture d’être dirigé à coup de machettes par des salopards.

        C’était d’ailleurs encore servi tout récemment au sujet de la Tunisie.

      • 20/07/2011 14:59

        Ce n’est bien sûr dans la culture de personne de se faire diriger à coup de machettes par des salopards, et ce genre d’argument falacieux ne sert qu’à d’autres genres de salopards qui veulent avant tout signer des contrats d’armements ou d’exploitation pétrolière.
        Mais bon, il y a des peuples, au jour d’aujourd’hui, capables de mettre à leur tête de gros connards par un processus démocratique que je respecte et soutiens totalement, et d’en assumer les conséquences collectivement après pendant 4 ou 5 ans, voire de remettre ça.
        Et dans d’autres pays, il y a des gens un petit peu moins éduqués qui trouvent normal de fermer leur gueule parce qu’on leur a dit que c’était comme ça, et qui se font commander par quelqu’un qui est désigné arbitrairement, ce qui ne l’empêche peut-être pas d’être compétent et bienveillant quand même, et pendant ce temps le pékin moyen n’a pas à se poser trop de questions, ce qui peut être pas mal aussi, dans le genre reposant.

      • La Berlinoise permalink
        21/07/2011 16:56

        Je suis assez d’accord avec ce que dit Guillaume. Après, pour la défense de l’Afghanistan,c’était un pays dont l’élite avait une éducation universitaire très poussée, mais ils se sont tous enfui en 1979, et ce ne sont certainement pas les Talibans qui favorisent l’émergence d’un système scolaire digne de ce nom. J’ai rencontré beaucoup d’enfants afghans dans le cadre d’une association, et la plupart m’ont dit clairement n’avoir pas pu aller à l’école à cause des talibans -leur sport national étant de faire exploser les écoles.
        Alors qu’on ne puisse pas exporter directement un système parlementaire dans un pays encore déchiré par les les luttes contre des groupes de fanatiques, je suis d’accord. Mais dire que la culture du pays est anti-démocratique par essence, je ne crois pas que cela s’applique à l’Afghanistan(ou même la plupart des pays), même si elle aurait besoin de se débarasser des talibans en premier lieu, et de quelques bonnes décennies pour se remettre sur pied. Toutefois je doute qu’elle puisse avoir une démocratie indépendante sur le long terme, vu toutes ses ressources énergétiques dignes d’être convoitées par des puissances étrangères… D’ailleurs, serait=ce la vraie raison de la guerre?

      • 22/07/2011 08:23

        Naaaaan ? Se pourrait-il qu’on ne soit pas allés là-bas par pur altruisme ??? Encore une fois, je ne dis pas que la culture afghane est fondamentalement anti-démocratique par essence, seulement que NOTRE démocratie, avec SON fonctionnement et SES institutions, ne marcherait peut-être pas là-bas, et peut-être aussi que l’ensemble de la population n’est pas prête à prendre son destin en main tout de suite. Mais ça viendra sans doute un jour.

    • 20/07/2011 10:28

      « Et non, je ne suis pas pro-Sarko, juste patriote ».

      Voila exactement ce qui me gonfle.
      Est-ce si inconcevable que le patriotisme se manifeste aussi dans la dénonciation :
      1° de cette guerre menée complètement à l’arrache, les mecs n’ont aucun moyen, ils ont presque autant peur des talibans que des limites de leur matos. Et l’état-major ne contrôle rien, tous est décidé chez les cainris sans aucune concertation, ce qui a conduit plusieurs fois à des situations invraisemblables.
      2° de la récupération politique de morts inutiles (ouais, en gras) et surtout évitables. Okay, n’importe lequel de nos précédents Présidents aurait agi de la sorte un 14 Juillet, et alors? C’est là où la proposition d’Eva Joly m’apparait intéressante : ne vaudrait-il mieux pas voir autre chose que des chars défiler le 14 Juillet?

      Quoi que tu en penses, l’Afghanistan est un fiasco incroyable, pour les « Alliés » comme pour la population locale, ce conflit risque de déstabiliser la région pour des dizaines d’années. Encore une fois, ce sont les états-majors qui le disent, et beaucoup brisent leur devoir de réserve pour dénoncer cette guerre et les conditions dans lesquelles elle est menée.

      Enfin, concernant le patriotisme que tu évoques, cela n’a rien à voir : par exemple, je me suis rarement autant senti patriote qu’en entendant le discours de Villepin à l’ONU pour dénoncer la guerre en Irak.
      Lier patriotisme et « mobilisation » au sens guerrier du terme est une aberration passéiste et une indigence sémantique manifeste.

      • Marian permalink
        20/07/2011 10:38

        Je ne crois pas que ce coin du globe ait attendu cette guerre post-2001 pour être instable …
        (mais sinon, je te suis sur ce coup-là)

      • 20/07/2011 10:43

        C’est certain, mais il y a fort à parier que les milliers d’armes acheminées là-bas continueront à tuer bien après la fin du conflit.

    • Marian permalink
      20/07/2011 10:43

      Je pense que la plus grande escroquerie intellectuelle est le concept de « guerre au terrorisme ». Cette lutte ne peut pas être le fait d’une campagne militaire, mais plutôt des services de renseignements et d’espionnages (qui peut très bien comporter des unités militaires spécialisées) … c’est d’ailleurs comme cela qu’ils ont finalement eu Ben Laden, il me semble.

  12. Le Bulot permalink
    20/07/2011 09:06

    je savais bien qu’un truc me dérangeais dans cette cérémonie. Je n’en ai vu que quelques images et je n’ai pas pris le temps d’y reflechir (suis charrette en ce moment). Merci de m’avoir eclairer sur : Il est ou ce putain de parapluie ?

  13. 20/07/2011 09:46

    Moralès, Moralès,
    Disparu au champ d’honneur
    Pour sauver les trois couleurs
    Moralès, Moralès,
    Toi qui voulais voyager
    Te voilà z’éparpillé

  14. john permalink
    20/07/2011 10:20

    Ce texte me donne envie de gerber. Je suis pour le retrait d’Afghanistan mais la, on a droit a toute la betise conspirationno-gauchiste en quelques lignes: anti-militarisme, cynisme, invention de pretextes imperialistes a 2 balles. Et tout ca ecrit par un Juif – les premieres victimes de ce genre de discours nauseabond.
    Je ne vous felicite pas.

    • La salade permalink
      20/07/2011 23:06

      John…Ah, John, petit troll…Un jour, tu verras, tu auras un cerveau, toi aussi.
      Ou pas.

      • john permalink
        21/07/2011 07:43

        Se faire traiter de troll et de debile par une caricature de troll debile – je dois prendre ca comme un compliment ?

  15. 20/07/2011 10:37

    Le premier message ici, honorés。Propriétaire de blog est très difficile

  16. 20/07/2011 10:37

    Je peux comprendre ton malaise quand à une récupération politique, que certains mots te semblent vides de sens.
    Après je vais te parler de mon expérience personnelle: J’ai de la famille au sein de la grande muette et je connais l’angoisse de voir un cousin revenir dans une petite boite. Alors cela doit jouer parce que je n’ai pas ressenti cette gêne que tu décris. Je ne voyais pas les politiques faire leurs ronds de jambes, je ne voyais que l’émotion des soldats, ma propre émotion face à eux alors qu’ils me sont étrangers. Ce désir de communion avec ceux qui ont fait le choix de servir jusqu’au sacrifice ultime. Les présidents, les politiques passent mais l’armée et ses hommes restent. Ce que je sais de l’amour des soldats pour leur patrie m’immunise de toute récupération politique pour ne voir qu’un président de la république et des soldats rendrent hommage à des hommes morts pour la France. Cela ne changera pas mon avis sur Sarko en bien ou en mal. Il a fait son job de président point barre.

    • La Mouette permalink
      20/07/2011 11:37

      Enfin un peu de bon sens.
      Dès que ça touche à Sarkozy tout le monde croit avoir compris la matrix.

      On lui reproche ses défauts humains, sa vulgarité, on le veut figure, symbole.
      Et quand il agit en tant que tel, quand il veut rendre un hommage et crystalliser la tristesse du pays … ça va pas parce que « ouais moi jle connais, c’est une pute qui pense pas ce qu’il dit ».

      Oh.Fuck off.

      Moi j’ai bien aimé l’image, j’aime à croire que le président peut compatir avec ses soldats.Même si c’est une facade je suis content qu’on nous montre ça.
      Ras le bol de ce cynisme de comptoir (qui fait d’ailleurs passer lemonde.fr comme un nid à trolls quinqagénaires)

      • 20/07/2011 12:04

        Je suis fasciné par l’aptitude qu’ont certaines personnes à se raconter des fables pour se sentir mieux. Si tu as envie de te raconter que la France est redevenue une grande famille le temps de cette cérémonie et qu’il y a de la beauté dans la mort de ces 7 gars, libre à toi, mais ne viens pas me traiter de cynique sous prétexte que ce shot de sentimentalisme politico-mediatique n’a pas sur moi l’effet escompté.
        Quand on dit que ces soldats sont morts pour défendre les valeurs de la France, qu’entend-t-on au juste? Leur mission était-elle d’enseigner Voltaire et Hugo aux petits afghans? Non, ils étaient là bas pour faire un job dont la finalité les dépassait très certainement. Je n’ai jamais été un anti-militariste forcené car je sais que la force de dissuasion compte autant que la diplomatie dans les relations internationales. Mais là, très sincèrement, la présence de nos militaires là bas n’a plus grand sens.

      • 20/07/2011 12:06

        Et je ne suis pas vraiment un adepte de l’anti-sarkozysme primaire; j’ai voté pour lui en 2007.

      • 20/07/2011 12:13

        Certain d’entre nous en sont à un point où tout ce que fait Sarko est énervant, sans discernement, simplement parce que c’est lui. Rien à voir avec le patriotisme ou l’anyi-militarisme, ou ce qu’on pense de la présence française en Afghanistan.
        Après, on ne va pas le soupçonner d’être un robot ou un monstre sans coeur non plus. Quelqu’un qui a face à lui sept familles en deuil et qui, de par sa fonction, a une certaine responsabilité dans ce deuil, ressent forcément un minimum de tristesse, de compassion, de regrets, de doutes, etc… On se doute bien qu’il ne va pas aller dire « bah désolé, on a merdé comme des nases et vos fils sont morts pour rien, mais que voulez-vous, c’est les risques du métier, tout ça… »
        C’est juste que Sarko qui met du décorum et de la correction dans ce qu’il fait, on n’est pas habitués.

      • Marian permalink
        20/07/2011 12:23

        Tout le problème est là.
        Pourquoi s’empêcher de dire « bah désolé, on a merdé comme des nases et vos fils sont morts pour rien, mais que voulez-vous, c’est les risques du métier, tout ça… » ?
        C’est si difficile que ça de reconnaître ses torts ?

      • Le Gounjou permalink
        20/07/2011 12:45

        +1, Marian. Voilà le discours que j’attendais. La compassion, la tristesse, c’est chouette, mais se remettre en question sur le sens de cette guerre, c’est pas non plus, aussi.

      • Le Gounjou permalink
        20/07/2011 12:47

        Il manque un mot dans le comm’ précédent, sauras-tu le retrouver ?

      • Guillaume Pascanet permalink
        20/07/2011 13:00

        En fait, tous les connards ont-il voté Sarkozy en 2007 ?

      • 20/07/2011 14:32

        Marian : Oui mais non, justement. Je pense bien qu’ils ont merdé grave, effectivement, et qu’ils devraient se remettre en question un peu plus souvent (le gouvernement et, en gros, tout le haut de la chaine de commandement). Mais autant ça m’agace profondément, depuis mon canapé, de voir Sarko faire son cador sans parapluie avec l’air grave, autant il y a un lieu et une heure pour tout, et ce n’est pas entre les cercueils et les familles éplorées qu’il doit faire son auto-critique. Ses états d’âmes, à ce moment-là, on s’en fout un peu. Je ne sais pas ce que « la France » a besoin d’entendre, mais je me doute que ça n’aidera pas les parents de ces pauvres gars de s’entendre dire qu’on les a envoyés au casse-pipe sans raison particulière, sinon qu’un petit colonel a pris une initiative idiote pour justifier sa solde, ou je ne sais quoi.

      • Marian permalink
        20/07/2011 14:41

        Je ne demande rien.
        Mais on ne s’attend pas d’un chef de l’État qu’il donne dans le pathos, mais qu’il prenne ses responsabilités. Qu’il donne une cérémonie solennelle pour ces soldats morts, soit. Mais, pas besoin de faire aussi mélodramatique, en plus de tous (lui, sa comm’ et les médias en général) vouloir nous impliquer dans ce deuil.

      • 20/07/2011 14:44

        Bah on est d’accord, alors.

  17. 20/07/2011 14:13

    Ben faut checker les archives et comptabiliser le nombre de coming out.

  18. troisième jambe permalink
    20/07/2011 14:23

    Des soldats qui meurent à la guerre ?!! Pas croyable !
    La conclusion sur l’avenir de la guerre en Afghanistan est parfaite, pourtant l’auteur n’a pas vraiment les qualités d’un visionnaire au regard de sa 2007 attitude.

  19. troisième jambe permalink
    20/07/2011 14:29

    Désolé pour le double commentaire, mais je tiens à signaler que compatir au destin de l’armée française fait partie du job d’un président, c’est indissociable de sa fonction. Que l’actuel le fasse, c’est la moindre des choses et ça ne le rend pas exceptionnel. Ce qui est encore une fois regrettable c’est la manière : pathos exacerbé et discours lamentablement populiste qui aurait pu être écrit par un pigiste du parisien.

  20. La frimousse permalink
    21/07/2011 14:57

    Et sinon, c’est bien beau (et humide) cette cérémonie pour ces 7 soldats mais les 62 (ils me semble bien qu’ils ont parlé de 69 morts français depuis 2001 pendant le défilé) autres, ils sont morts pour des prunes? Ils ont pas le droit à une petite larme au coin de l’oeil et à un président trempé?
    C’est parce qu’il y en a eu 7 d’un coup, parce que c’était l’occasion (14 juillet oblige) ou pour contrer la proposition d’Eva Joly cette cérémonie?

  21. 21/07/2011 20:49

    Je ne pense pas qu’il y ait de guerres juste, je crains qu’elles ne soient simplement inévitable.

  22. cat permalink
    22/07/2011 10:59

    Un discours édulcoré, bien huilé .. 7 soldats salués pour 70 soldats morts .. une grande mascarade inéluctable ! la Liberté vaincra grâce à ces morts utiles .. je trouve l’approche étonnante car il s’agirait sans doute de définir ce qu’est la liberté qui selon qui en parle a de multiples facettes ! Je n’ai pas une affection débordante pour ce Président, je pense toutefois qu’un autre que lui aurait fait le même discours, sous la même pluie, avec la même sempiternelle hypocrisie ! au delà de la peine que je ressens pour ces jeunes soldats, tués au nom d’une guerre définitivement perdue, je pense à ces familles, ces épouses, ces enfants et je sais qu’aucun mot, aucun hommage, aucun président ne combleront le vide abyssal de ces pertes injustifiées !

  23. Oliv permalink
    26/07/2011 16:12

    Bon billet ! J’enlèverai juste « l’église » de l’Union sacrée, qui n’a plus aucun pouvoir (enfin tout dépend de quelle église on parle…)

  24. Le 3/4 juif mais pas les bons permalink
    26/07/2011 18:57

    Si on résume, en fait, il a pas eu de bol qu’il pleuve.
    J’imagine les conversations backstage:
    -Donnez-lui un parapluie, sinon Le Juif va dire qu’il en fait trop, qu’il est hypocrite, récupérateur et populiste !
    -Nan t’es ouf, l’Arabe va nous expliquer que ce connard il pourrait au moins avoir la décence de pas s’afficher avec un parapluie et que les soldats, ils avaient un parapluie anti-bombes eux ? Et que de toute façon, il peut bien se le foutre au cul son parapluie, le nabot !
    -Ouais mais t’as pas peur que Le Pédé, il trouve ça trop mélo, suranné et complètement galvaudé cette mise en scène, la grisaille, la pluie, les uniformes, les plans trop longs, la tête penchée « qu’il a autant de crédibilité qu’un labrador »?
    -Les gars, si on lui colle un parapluie, La Meuf va monter au créneau et en parler comme d’un symbole phallique, prolongement de sa (non)virilité. Alors moi je veux bien qu’il passe pour un populiste ou pour un labrador mais là, en tant que représentant du chef des armées, je laisserai personne sous-entendre que c’est une fiotte.

    Franchement, Le Juif : bien sûr c’est irritant, ça sent la récupération, tout ça, mais il était un peu coincé non ? Qu’est-ce qu’il pouvait bien raconter d’autre en ces circonstances ? Et puis tu sais à quoi ça me fait penser, cette prise de position (sans jugement) ? Aux gens qui crachent sur les mécènes parce que c’est pas pour faire plaisir mais pour se faire de la pub. L’un n’empêche pas l’autre !

    Pour conclure, la générosité totalement gratuite existe-t-elle ? Même l’Arabe, lorsqu’il s’adonne à son activité favorite et misanthrope, y trouve son compte, j’en suis sûr.

  25. 27/07/2011 17:28

    Personne n’est dupe de cette manipulation clairement opportuniste en effet, pour autant aurait-il fallu se priver d’une telle cérémonie ?

    Certes, elle sert les intérêts du futur candidat mais son résultat reste honorable; doit-on interdire les manifestations publiques dès qu’un soupçon de démagogie pointe le bout de son nez ? Si tel est le cas, il ne restera plus grand chose à célébrer d’un côté ou de l’autre de la barrière politique.

  26. 27/07/2011 17:34

    Que ceux imaginant dans mes propos un cautionnement de la politique militaire française réfrènent de répondre.

  27. Jean-Baptiste de Decker permalink
    03/08/2011 02:13

    Je pense que en fait il y a deux véritables problèmes :

    – Est ce que notre présence en Afghanistan est légitime ?
    Je pense que on avait rien à y foutre, si on doit intervenir dans tout les pays ou les droits de l’Homme sont bafoués, on aurait encore un peu de boulot (à quand les paras français à Pyong-Yang ?) mais en même temps maintenant qu’on y est, on y est, sa serait il me semble hyper irresponsable de se barrer maintenant et de laisser tout le pays se livrer à la guerre civile genre : « Ok Ciao les gars on est venus, on c’est bien marrer hein, on à foutu une méga merde dans votre pays, franchement on c’est surpassé, mais maintenant parce que on a perdu 10 mecs, on se casse parce que il va y avoir des élections dans notre pays. »

    – Deuxièmement est ce que l’Hommage du président était ridicule ?
    Oui on est d’accord à 100%, le nain qui se donne des allures de chef de guerre pour faire mouiller leurs petites culottes aux ménagères de France et de Navarre c’est assez insupportable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :