Skip to content

« Piss Christ », chef d’oeuvre enfin achevé.

21/04/2011

Il y a quelques jours, la célèbre photographie Piss Christ, a été une fois de plus attaquée par des intégristes tandis qu’elle était présentée à la galerie Yvon Lambert à Avignon. Dans la catégorie des oeuvres d’art considérées comme les plus scandaleuses de l’histoire du XXième siècle, le cliché de Andres Serrano occupe une place de choix. Présentée pour la première fois au public à la fin des années 80, l’oeuvre ne cessa jamais de provoquer la fureur des bigots de tout poil. Motif de la mise à l’index? L’image représente un crucifix plongé dans un mélange d’urine et de sang.

Andres Serrano s’est toujours présenté comme un artiste profondément chrétien et fait mine, après le récent assaut au pic à glace dont son oeuvre star a été victime, de ne pas comprendre en quoi elle constitue un outrage. Il affirme n’avoir aucune sympathie pour le blasphème et souhaiterait même travailler avec le Vatican afin de réaliser une grande oeuvre religieuse qu’il exposerait à Rome.

Mais pourquoi diable l’artiste joue-t-il à présent les vierges effarouchées? Une telle demi-mesure n’étonnera jamais de la part d’un politique (voire la magistrale leçon d’équilibrisme de Frederic Mitterand condamnant l’acte de vandalisme tout en rappelant que des personnes peuvent se sentir offensées par la photo) mais que penser lorsque l’artiste qui se voulait sulfureux se transforme en agneau politically correct? Si l’on en croit l’artiste, son travail n’est ni un blasphème sur pellicule, ni une oeuvre qui pourfend les fanatismes. Piss Christ n’est plus l’objet subversif qui sonde l’état d’hystérie dont le monde n’arrive à se défaire mais elle devient le jouet cassé d’un mioche conscient d’être allé trop loin.

Imaginez un peu la déception si Andrea Mantegna avait, comme le fait aujourd’hui Serrano, tempéré la portée transgressive de son Christ  mort. Dans la continuité de l’oeuvre du peintre italien de la Renaissance, le travail de Serrano se veut une réflexion sur ce qui fonde la mythologie christique: celle d’un corps fait de chair et sang qui se mua en « anti-corps » par la grâce divine. Ces images sont par essence brutales, elles sont des points de fracture: fracture entre le sacré et le prosaïque,  entre l’idéal et l’anatomique. Il ne sert à rien d’en minorer la violence.

La direction de la galerie Yvon Lambert l’a bien compris: en accord avec l’artiste, la photographie détruite est exposée en l’état. Elle rend désormais pleinement compte de ce que notre époque bisounours essaie de faire consciencieusement oublier: que le provocateur n’est rien sans le provoqué.

Publicités
145 commentaires leave one →
  1. face de varech permalink
    21/04/2011 11:16

    Et que disait l’Eglise à une époque proche de celle de Mantegna quand on montrait un Christ qui avait manifestement la gaule sous son pagne?

  2. 21/04/2011 11:31

    Tu me donnes presque envie de me prendre une bombe dans la gueule en matant La Dernière Tentation du Christ.

  3. tijan permalink
    21/04/2011 11:32

    Pour ceux que ça peut intéresser, je conseil vivement un petit livre facile à lire :
    « La liberté d’offenser. Le sexe, l’art et la morale » de Ruwen Ogien.
    Ça ouvre l’esprit (même si je suis souvent en désaccord)

  4. 21/04/2011 11:40

    Je ne suis pas d’accord sur l’analyse de l’oeuvre (et, par conséquent, la critique de l’attitude de Serrano).
    Piss Christ est à la fois une étude sur le Sacré et le profane, et une dénonciation de la création d’idoles (la croix, dans ce cas-ci) qui n’ont rien à envier au veau d’or.
    Piss Christ ne devrait pas choquer, et d’ailleurs, ne choque pas les gens qui ont su conserver ce qui fait la beauté du christianisme (attention, hein, je ne dis pas que les autres religions sont moches..), à savoir: Dieu tout puissant à incarné et sacrifié son fils pour la rédemption de l’humanité, et a donc « profané » ce qu’il y avait de plus sacré, ie, lui même. « Profané », puisque Christ était homme, et avant donc du poil aux pattes, et chiait, pissait et pétait après les flageolets comme tout le monde. Image perturbante pour les « chretiens » d’aujourd’hui, visiblement..
    La seule « violence » de cette oeuvre est la violence de la réaction de gens qui n’ont visiblement rien compris à ce en quoi ils disent croire. Serrano, catholique pratiquant, a toujours nié toute intention blasphématoire dans Piss Christ, allant jusqu’à déclarer lors de la polémique originale aux US qu’elle devrait être accrochée dans une église ou au Vatican. Certains sont d’ailleurs d’accord ( cf par exemple http://is.gd/PoGcYG http://is.gd/rxaVXk etc etc)

    • Le Latin permalink
      21/04/2011 11:55

      Tu penses sincèrement qu’un type, qui est né de l’immaculée conception dois-je le rappeler, est un type qui chie et qui pisse comme tout le monde ?

      • dandan permalink
        22/04/2011 07:43

        c’est sa mère qui est immaculée conception…décrété par la trèèès grande église catho

    • 21/04/2011 11:59

      Hem Ca ,ne devrait pas choquer ? Il a utilisé de la pisse hein ? Pas de l’eau coloré. Il pouvait pas ignorer que ça choquerait.

      Bien sur qu’une oeuvre d’art n’est pas faite QUE pour chopquer. Elle peut d’ailleurs ne pas être choquante du tout d’ailleurs (au sens de « heurter la morale »). Mais quand on crée une oeuvre, on peut être amené à choisir une « solution plastique » choquante. Quand on le fait, par pure honnêteté intellectuelle, on ne peut ignorer ce que ça va provoquer. Ou alors c’est qu’on est le roi des crétins.

      Donc le but n’était pas de choquer, je l’espère, sinon ce serait là une oeuvre singulièrement pauvre. Mais par contre dire que « ça ne devrait pas choquer » et jouer, pardon pour le jeu de mot, les pisse froid en déclarant « n’avoir aucune sympathie pour le blasphème », c’est faire preuve d’une hypocrisie rare, (comme j’en ai souvent rencontrée au cours de mes septs années en fac d’arts pla, ce qui explique que je sois vaccinée contre les circonvolutions de ce discours).

      Que Serrano soit catholique pratiquant, peu me chaut. Beaucoup de très grands intellectuel très provocateurs vis à vis de l’Eglise l’étaient aussi. La foi n’empêche ni le talent, ni la bêtise, ni l’hypocrisie.

      Celà dit, j’ai fait une tartine alors que l’oeuvre de Serrano, je m’en tape un peu comme de mon premier Bonhomme patate. Moi ce qui m’ennuie surtout, c’est que notre liberté d’expresion soit défendue par des types qui se débalonnent devant les intégristes…

    • Stéphanie de Monaco permalink
      21/04/2011 12:27

      Jésus Christ et la caravane passe…

      hé mais la culture c’est comme la confiture : tu peux te la carrer dans l’oignon à grand coups de barre à mine.
      « Je ne suis pas d’accord avec l’analyse de l’oeuvre », non mais j’te jure ! Putain, mais y’en a d’autre des adorateurs de Fréderic Taddeï qui veulent se la péter ?
      Alors oui, ok, c’est un point de vu intéressant, mais étant complètement athée, je trouve plus insultant pour la religion chrétienne de bouffer des Kinder chocobons à Pacques que de faire une étude symboliste sur l’éventuelle humanité de Djizeus Kraïste. Non ?

  5. La chèvre permalink
    21/04/2011 11:42

    Le côté religieux, je m’en fiche bien, c’est la pisse qui me gêne.
    Il aurait fichu Barbie ou Ken dans sa pisse, ça me ferait pareil, beurk.

    • 21/04/2011 11:45

      Kikou

      • La chèvre permalink
        21/04/2011 13:00

        Bisous toi.

    • La Bretonne permalink
      21/04/2011 11:49

      L’art scato, c’est spécial.
      Les plus grands représentants de ce courant sont les enfants.
      Mon fils a fait un « Soldier-Piss » dans la cuvette des toilettes vers ses 4 ans.
      J’ai moyennement apprécié la portée artistique.

      • 21/04/2011 12:05

        T’as raté ton coup, la Bretonne, t’aurais dû faire une photo et la vendre. Ça s’appelle rentabiliser un investissement.

      • La Bretonne permalink
        21/04/2011 12:43

        Oui, on y aurait vu une interprétation politique de l’ère Bush.
        Mais j’ai toujours été insensible à l’art contemporain.

  6. docds permalink
    21/04/2011 11:44

    Entierement d’accord avec toi. Quand on nomme une création « Piss Christ » il est particulièrement hypocrite de réfuter la portée provocatrice de l’oeuvre.

  7. Titus permalink
    21/04/2011 11:55

    Provocation et blasphème sont deux choses différentes.
    Une oeuvre peut provoquer (c’est même très souhaitable) sans être blasphématoire.

    • 21/04/2011 12:23

      Qui a dit le contraire? Mais le blasphème se définit comme une position irrévérencieuse envers ce qui est vénéré. Donc une provocation.

      • Titus permalink
        21/04/2011 16:08

        Je répondais à docds, parce que Serrano n’a jamais réfuté la portée provocatrice de son oeuvre, mais bien son caractère blasphématoire.
        Bref, si tout blasphème est une provocation. Toute provocation n’est pas un blasphème.
        Bon, sur ce, je vais me prendre une camomille.

      • 21/04/2011 16:22

        Ah ? Et dis moi en quoi, quand c’est provocateur vis à vis de la religion, ça ne peut pas être blasphématoire (je rappelle que le Christ est censé avoir été condamné à mort pour blasphème, en passant)?

      • Titus permalink
        21/04/2011 17:09

        Leslie, si tu étais moins rêveuse, tu aurais peut-être mieux lu ce que j’ai écrit 😉
        Je n’ai jamais dit qu’être provocateur vis-à-vis de la religion ne peut pas être blasphématoire, mais que ce n’était pas NECESSAIREMENT blasphématoire. Un blasphème est un discours qui insulte la divinité. Ici, la provocation n’a pas pour objectif d’insulter, mais de susciter la réflexion sur un tas de sujets (la condition humaine du Christ, les tabous, les fluides corporels et leur symbolisme, la beauté inattendue de choses triviales, etc…)

      • 21/04/2011 17:13

        Je suis certes une Rêveuse mais à partir d’un certain degré de chipotage, je sais qu’il ya de fortes chances que l’on soit en face de mauvaise foi pure (mouhahaha ! mauvaise foi je suis drooooole)

        Je veux dire, comment espère tu être provocateur vis à vis d’une religion sans blasphémer sachant que le blasphème, tout comme la provoc, n’existe QUE par la transgression de codes (Ici on dirait des dogmes) ?

      • Titus permalink
        21/04/2011 17:34

        Si tu appelles « chipotage » le simple fait de ne pas aimer utiliser les mots n’importe comment, alors oui, je suis probablement un « chipoteur ».

        Le Christ lui-même était un provocateur. Il a secoué l’establishment de l’époque en chassant les marchands du temple, en critiquant les pharisiens, en défendant une prostituée… Et pourtant, il n’a jamais tenu de propos blasphématoires.
        Ici, la provocation ne cherche pas à détruire la religion, elle amène les gens à réfléchir sur le sujet. Pour preuve, cet échange de messages.
        Moi, ce Christ de Serrano, je le trouve plus bouleversant que bien d’autres représentations traditionnelles. Tu n’es pas obligée de partager mon opinion.

      • 21/04/2011 21:34

        « Le Christ lui-même était un provocateur. Il a secoué l’establishment de l’époque en chassant les marchands du temple, en critiquant les pharisiens, en défendant une prostituée… Et pourtant, il n’a jamais tenu de propos blasphématoires. »

        Le blasphème est d’abord dans l’oreille de celui qui l’entend. ce qui est une des raisons, d’ailleurs, de la séparation del’Eglise et de l’état, car il réduit considérablement la liberté d’expression…

        Et le christ a tenu des propos blasphematoire selon les gens qui l’ont crucifiés… C’est même la raison de sa condamnation à mort.

  8. Une autre meuf permalink
    21/04/2011 12:00

    Les réactions ont été, il me semble, bien plus extrêmes au moment des caricatures de Mahomet…
    Je suis catho, loin d’être une bigotte ou une intégriste, mais pour moi cette « oeuvre » est un blasphème. Un Ouragan, non ça n’est pas l’homme Jésus qu’il ramène à sa condition « profane » sur cette photo, mais le Christ crucifié, ou le sacrifice de Dieu pour l’Humanité. Pour un chrétien c’est ça qu’il salit. Et en cette période de Carême..c’est encore plus touchant.
    Et je ne pense pas que l’Homme soit profane. Ce qu’il fait ou pense peut l’être. Mais en aucune manière naître ou être ne relève du profane.

    • tijan permalink
      21/04/2011 13:48

      Moi j’aime bien les blasphèmes, ça éprouve la bien-pensance.

      • jimbo permalink
        25/04/2011 14:32

        Un vrai truc de rebelz, le blasphème. C’est pas comme si c’était facile et dans l’air du temps de pisser sur l’Eglise.

  9. Le Blasé permalink
    21/04/2011 12:02

    Mouais tout cela me laisse de marbre.

    Il n’y a finalement rien de plus banal aujourd’hui que la provoc’.

    Je trouve la photo jolie, la lueur qui s’en dégage est quasi-mystique. Après, qu’il ne nous dise pas qu’il ne savait pas qu’en plongeant un Christ dans la pisse, liquide qui est placé au même rang que la merde et qui sont tabous dans notre société, il ne pouvait pas s’attendre à déchaîner les passions. Autant assumer son oeuvre jusqu’au bout.

    La démarche en elle-même ne me fait rien, je la trouve assez inutile, une volonté de choquer qui n’apporte rien de neuf.

    • 21/04/2011 12:06

      Jolie? Serrano se suiciderait probablement s’il t’entendait.

      • 21/04/2011 12:20

        Chuis assez d’accord avec lui. Ma

      • 21/04/2011 12:21

        Coupée pardon…

        Mais je doute que Serrano se suicide. Il a déjà du mal à assumer sa provoc…

      • Le Blasé permalink
        21/04/2011 12:22

        La lumière est chaleureuse et hypnotique. Centrée sur le Christ. Je la trouve belle.

        Chacun sa vision de la chose.

    • ABC permalink
      21/04/2011 14:21

      je trouve aussi que la luminosité en jette, c’est beau, oui……..

      Et cette oeuvre pousse à réfléchir sur le sacré et le profane,
      l’esprit et le corps, l’art conceptuel face aux jugements de valeur…etc

      Mais le titre est quelque peu provocateur
      Question pour le bac de philo : Est-ce que les sécrétions humaines, solides et liquides,

      sont plus sales que les sécrétions spirituelles ?

  10. 21/04/2011 12:12

    Si je suis le raisonnement qui est le fondement de leur religion : Dieu tout puissant nous a créés, donc il a créé nos organes et leurs fonctions, donc il a créé la pisse et le sang, donc la pisse et le sang étant l’œuvre de Dieu, en quoi c’est ennuyeux que son fils plonge dedans ?

    • Une autre meuf permalink
      21/04/2011 12:22

      Et si je te pisse dessus dans la rue??? C’est choquant?

    • 21/04/2011 12:32

      Pure rhétorique creuse.

      Ça n’est pas l’urine en soi qui est insultante, c’est ce qu’elle représente quand on arrose autrui publiquement de sa propore urine. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il s’agit là d’un acte d’humiliation.

      Enfin, qu’importe, notre « Dieu tout puissant » (fascinant l’usage constant sur les commentaires de cette page de ce qualificatif en soi juste mais, je le crains, incompris. Rappelons que notre Dieu Tout Puissant s’est fait homme afin de se rabaisser jusqu’au mépris et à la mort afin de nous relever nous du mépris et de la mort) est bien le Créateur de tout corps, c’est tout à fait juste, et c’est pour cette raison que la Résurrection de la Chair fait partie du Credo.

      Cherchez bien, le seul vrai matérialisme est chrétien, toutes les autres philosophies professent un dépassement de la chair (technicisme contemporain, qu’il soit capitaliste, marxiste ou libéral) ou une disparition de la chair dans l’Esprit (bouddhisme, hindouisme etc.).

      • 21/04/2011 12:43

        « Pure rhétorique creuse » pour être exacte, je suis plutôt dans le sophisme là…

      • 21/04/2011 13:34

        Moi j’aurais dis « pléonasme » attendu que la pure rhétorique, c’est en soi assez creu.

    • Le Joueur permalink
      21/04/2011 16:03

      Rhétorique creuse, sophisme ou syllogisme, tu l’appelles comme tu veux, en gros t’as dit de la merde.

      • 21/04/2011 16:26

        Oui, j’avais bien « intégré » (je sais c’est honteux pareil jeu de mots) le fond de son propos, à savoir que j’avais dit de la merde, mais je tiens tout de même à ce que l’on reste précis dans la forme, je sais que Me Capello est mort, mais ce n’est pas une raison pour que tout parte à vau-l’eau…

  11. 21/04/2011 12:24

    Parler de « mue » du corps du Christ en « anti-corps » quand la Résurrection est le fondement même de la profession de foi à la « Résurrection de la chair » est franchement comique.

    D’ailleurs il serait intéressant d’étudier les raisons pour laquelle nos contemporains, largement ignorants de ce qu’est le christianisme, sont persuadé qu’il s’agit là d’une religion de la haine de la chair alors même qu’elle en professe la résurrection et son éternité. C’est d’autant plus étonnant venant d’une époque qui manifestement hait à tel point le corps qu’elle n’est qu’obsédé par une chose : le contrôler et le dépasser par tous les moyens techniques existant…

    En ce qui concerne l’œuvre elle-même, en soi la polémique me semble sans grand intérêt, car l’œuvre en tant que telle est sans grand intérêt et les « justifications » de son auteur sont risibles. Il se dit catholique ? Et alors ? L’acte des vandales est débile ? L’acte non, les raisons qui ont présidées à l’acte oui.

    Les raisons de l’acte sont profondément peu évangéliques (voir Jésus qui interdit à Pierre de le défendre par l’épée quand il s’agit d’être emmené à la croix) et sont ainsi un contre-témoignage.

    Mais l’acte en lui-même est intéressant. Pensez à l’urinoir de Duchamps attaqué au marteau ! Quand on professe un art éphémère, provocateur, scandaleux, « interactif », pousssant à « réfléchir », n’hésitant pas à bousculer voire violenter le spectateur, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout ?

    Pourquoi le spectateur ne peut-il pas se faire artiste et violenter, bousculer, faisant scandale et poussant à réfléchir contre l’œuvre elle-même ?

    L’idolâtrie est là, dans ce moment ou la production de mes mains est plus sacré que les créatures de Dieu. Dans ce moment où la « valeur » commerciale d’une œuvre compte plus que les personnes touchées par elle.

    • 21/04/2011 12:32

      « L’idolâtrie est là, dans ce moment ou la production de mes mains est plus sacré que les créatures de Dieu. Dans ce moment où la « valeur » commerciale d’une œuvre compte plus que les personnes touchées par elle » Foutaise !

      Les intégristes en question ont également molesté les gardiens qui s’interposaient, les menaçant alors qu’ils étaient masqués et armés.

      Qui donc fait passer la valeur accordée à une offense avant la sécurité d’autres êtres de chair et de sang ?

      • Une autre meuf permalink
        21/04/2011 12:49

        Armés..??? Tu n’aurais pas l’impression d’aller un peu loin? EN fait c’est l’IRA et l’ETA avec des kalachnikov et des missiles anti-aériens qui sont venus rendre justice à DIeu ton truc!

      • 21/04/2011 12:52

        Quand tu menaces quelqu’un avec un marteau, le marteau devient une arme (Arme contondantant même): ça peut tuer.

      • 21/04/2011 17:19

        Mais je ne parlais pas des « intégristes » (enfin, mais pas dans le passage que vous commentez), je parlais d’un certain « art contemporain ». Je ne vois donc pas franchement le rapport…

      • 21/04/2011 17:24

        Sois plus clair alors :

        « L’acte des vandales est débile ? L’acte non, les raisons qui ont présidées à l’acte oui. »

        Peu clair ça. En art comme en religion, les actes sont profondément reliés aux raisons qui les font exister.

    • Charles-Henri Caron du Puy de Clinchamps permalink
      21/04/2011 12:39

      Bah moi je me prends pas pour de la merde et Dieu je lui pisse à la raie !

      (et c’est peut-être la seule analyse de l’œuvre qui tient la route)

      • Charles-Henri Caron du Puy de Clinchamps permalink
        21/04/2011 12:40

        Ah ! et vive les serviettes marrons aussi tiens !

      • Charles-Henri Caron du Puy de Clinchamps permalink
        21/04/2011 12:41

        « qui tienne » abruti !

      • Charles-Henri Caron du Puy de Clinchamps permalink
        21/04/2011 12:42

        Merci, je m’insulte moi-même

  12. Charles-Henri Caron du Puy de Clinchamps permalink
    21/04/2011 12:43

    Et sinon, hier, j’ai trouvé une plume de héron cendré.
    C’est fou non ?

    • YoosF permalink
      21/04/2011 12:56

      Ta gueule.

    • 21/04/2011 13:07

      Le Stagiaire de la Meuf, sors de ce corps!

      • Charles-Henri Caron du Puy de Clinchamps permalink
        21/04/2011 13:18

        Han, si tu savais….
        D’accord, j’suis un brin fétichiste sur les petits pois-carottes, mais pour l’instant je n’ai absolument rien dévoilé de la passion dévorante que voue la Meuf pour le foi de veau.

      • 21/04/2011 13:23

        Psst! Si vous voulez discuter du stagiaire, ça se passe dans la pièce à côté. Merci bien.

      • La Bretonne permalink
        21/04/2011 13:36

        Le foiE de veau. Déjà c’est dégueulasse à bouffer, faudrait pas confondre avec la foi même du veau Serrano.

        « Il était une fois, dans la ville de Foix, une marchande de foies qui se dit:
        -Ma foi, c’est bien la 1ère fois et la dernière fois que je vends du foie dans la ville de Foix. »

        (Tout le monde la connait celle là, non? C’est un peu comme les chaussettes de l’archiduchesse)

      • 21/04/2011 13:41

        Pas mal ! Tu connais trois petits chats ? Sinon on peut aussi faire des cocottes en papier ou un chifoumi.

      • La Bretonne permalink
        21/04/2011 14:02

        Grincheux.

      • 21/04/2011 14:04

        « Au monopriIiIiIx…. »

  13. 21/04/2011 13:50

    Voyant que la provoc’ à deux balles ne marchait plus,l’artiste essaie de sauver les meubles et invente de la réflexion là où il n’y en a jamais eu.
    Serrano est un minable ainsi que ceux qui ont cautionné ses cochonneries et ceux qui ont vandalisé ses »machins » ne valent pas mieux;ils lui font en plus de la publicité et retardent artificiellement la disparition du plasticien dans les égouts de l’histoire de l’art.

    • tijan permalink
      21/04/2011 14:03

      On a parfois l’impression qu’un certain art contemporain ne vit que de provocations idiotes dont l’ambition ultime est de passer aux infos de tf1.

      « …le provocateur n’est rien sans le provoqué »
      Un bon ennemis donne de une constance et de la consistance. C’est vrai aussi en dehors du milieu de l’art évidement.

      • Le Joueur permalink
        21/04/2011 16:35

        On a parfois l’impression qu’un certain art contemporain ne vit que de provocations idiotes dont l’ambition ultime est de passer aux infos de tf1.

        Je n’avais pas vu ton commentaire mais j’y souscrit complètement. Encore que je remplacerais provocations « idiotes » par provocations « sournoises ».

  14. Le Latin permalink
    21/04/2011 14:00

    Et sinon, l’oeuvre en elle-même vous l’aimez bien ?
    Non parce qu’en fait c’est surtout une oeuvre d’art. Et si l’autre con de Serrano plaide sa bonne chrétienneté, la seule question a se posée face à une oeuvre d’art c’est « me plaît-elle ou non ? »…
    Les nuances entre le jaune et l’orange, le Christ flou, le mouvement des bulles, etc. : j’avoue que j’aime bien même si je trouve que ça pisse pas loin.

    • 21/04/2011 14:11

      Heu… on peut tout de même se poser d’autres questions devant une oeuvre d’art, non, que la simple question du bon goût? J’dis ça, j’dis rien.

      • Le Latin permalink
        21/04/2011 14:15

        Façon de parler. Mais parler de « bon goût » c’est, en d’autres termes, se poser la même question, non ?

      • 21/04/2011 14:17

        Justement, on peut aller plus loin, non?
        #intellectuellechiante

      • 21/04/2011 14:34

        La Garce Moderne, ne le prends pas mal, mais pourquoi y-a-t-il presque toujours une mini explication de texte en forme de gag à la fin de tes commentaires? Tu as le droit d’exprimer une opinion, il n’est pas nécessaire de t’en excuser à chaque fois avec une semi-blague.

      • Le Latin permalink
        21/04/2011 14:36

        On peut toujours aller plus loin. Mais au début j’ai pas envie de me poser des questions de savoir comment c’est fait, qui ça va choquer, qui va aimer, qui ne va pas aimer, quel est le message, etc. On peux ensuite se demander pourquoi on aime ou on n’aime pas, pourquoi c’est de l’art ou de la merde, pourquoi ça offusque, pourquoi ça marque, etc.
        Moi je fonctionne comme ça ; chacun fait ce qu’il veut…
        PS : intellectuelle moderne chiante !

      • 21/04/2011 14:46

        @ Le Pédé: déformation professionnelle, sans doute.

        @ Le Latin: certes. Mais quelquefois c’est intéressant de contextualiser, de se demander pourquoi telle ou telle oeuvre nous fait réagir inconsciemment. Après, je ne crois pas qu’on puisse se faire une bonne psychanalyse devant chaque truc qu’on voit, ce serait complètement migrainifère.

  15. L' alter égal permalink
    21/04/2011 14:06

    L oeuvre ainsi abîmée est bien plus signifiante. Merci les fanatiques.

    • Le Joueur permalink
      21/04/2011 16:39

      C’est bien vrai. Cette photo puérile n’a accédé au rang d’oeuvre qu’avec sa dégradation. Elle n’a pris de valeur qu’avec la signification de l’éclat de vert qui l’orne aujourd’hui. Si elle est vendue, je propose que l’argent revienne du coup au propriétaire du pic à glace. POur moi c’est lui l’artiste, celui qui a donné une dimension à du rien et non pas l’autre jambon.

      • 21/04/2011 16:41

        Un peu comme le mec qui pisse à chaque fois dans les urinoirs de Duchamp, tu veux dire?

      • Le Joueur permalink
        21/04/2011 16:41

        l’écalt de « vairt », bien sûr. Pardon pour la faute de frappe.

      • Le Joueur permalink
        21/04/2011 16:48

        Non la Garce Moderne, pas tout à fait pareil : j’ai l’impressionque Duchamp était beaucoup plus honnête dans sa démarche. Il n’a pas exposé cet urinoir pour choquer, mais pour lancer le départ d’une réflexion, d’une inversion du regard.
        Or, selon moi (nous sommes bien dans un domaine subjectif, n’est-ce pas?) une contestation des symboles chrétiens n’a rien de neuf, le faire par les excréments est simplement putassier. Ce que veut l’auteur c’est ce genre de polémiques, et il n’a même pas la bravitude de mener sa démarche au bout. Ce seranno est pour moi une merde insignifiante, et je trouve qu’il ya beaucoup plus de lyrisme et de passion chez le mec qui s’est quand même senti assez inspiré pour louper une journée de boulot, se pointer dans un musée avec un marteau, et graver dans le verre ses convictions.

      • 21/04/2011 17:15

        En fait c’est tout le positionnement d’une partie de l’art contemporain et du rapport support/surface que tu interroges là.

        En même temps, je crois avoir lu une interview de Duchamp sur la fin de sa vie qui était assez étonné que son urinoir ait attent ce niveau de notoriété, et où il disait l’avoir d’abord fait par pure provocation.

      • 21/04/2011 17:35

        Duchamp était peintre. The foutain était effectivement une vaste blague…

        Je conseille la lecture de « Duchamp du signe » recueil d’écrits divers et variés (y compris les blagues)

  16. 21/04/2011 14:39

    Comment faire quand on a rien à dire sur son nombril et qu’on veut se faire remarquer ?
    C’est votre démarche !
    Respectez ce symbole car je vous rappelle que nous sommes à l’an 2011 de l’ére du Christ !
    cela m’étonnerais qu’on parle encore de vous dans aussi longtemps !
    En tout cas la plus provoc c’est moi !
    Bande de sioniste athées !

    • 21/04/2011 14:43

      C’est supposé être une insulte, « sioniste athée »?

      • La girafe permalink
        21/04/2011 15:02

        Le survol de son blog confirme que ses commentaires se passent de commentaire.

      • 21/04/2011 15:21

        ben tu sais, en deça d’un certain niveau, la foi est l’ultime recours..

    • Le Latin permalink
      21/04/2011 14:49

      Moi je pisse sur ce symbole, respecte ma vessie.

    • tijan permalink
      21/04/2011 14:50

      C’est amusant, d’autres adjectifs me viennent à l’esprit !

    • 21/04/2011 14:51

      J’ignore si je préfère son blog ou son avatar. Les deux sont priceless.

      • Le Blasé permalink
        21/04/2011 14:53

        Le blog!
        Je vote pour le blog!

        J’ai bien ri!

      • Tentacara permalink
        21/04/2011 16:08

        Le blog, définitivement! Déjà le comm était savoureux, mais le blog est un bijou! Je me suis sentie comme devant un épisode de confessions intimes mâtiné d’un article du Nouveau Détective. WOW!

    • 21/04/2011 14:51

      En même temps, on parle aussi beaucoup de Judas, Hérode, Attila…

      C’est pas en soi un argument, le fait qu’on en parle.

    • Le Blasé permalink
      21/04/2011 14:53

      « Respectez ce symbole car je vous rappelle que nous sommes à l’an 2011 de l’ére du Christ ! »

      Encore une que l’on va bientôt retrouver prêchant l’Apocalypse, nue, dans la rue.

      • 21/04/2011 14:54

        « Nous allons tous mourir! Et les survivants auront la peste, la grippe et le choléra! »

      • 21/04/2011 14:56

        Putain ça fait chier, j’ai pas dini ma BD moi !

      • La Bretonne permalink
        21/04/2011 14:59

        Faut lui proposer de regarder la série photos « The morgue » du même artiste qui, pour le coup, est beaucoup plus intéressante que cette histoire de Christ dans la pisse.

      • 21/04/2011 18:04

        Elle a pourtant raison ! Il est indécent de faire ou même d’afficher une œuvre de cet acabit à l’an 2011 de l’ère du Christ !!!

        Par contre, cela ne sera plus un problème bientôt, dès que l’on sera à l’an 2012 de l’ère de l’Engoulevent de Nuttall, qui est -le saviez vous ?- le seul oiseaux capable d’hiberner.

    • docds permalink
      21/04/2011 18:14

      Moi ça m’étonnerait pas qu’on parle encore de CLG en 4011 après LC (Les Connards)

      • 21/04/2011 19:08

        Ah cher Docds! Tu seras notre Paul de Tarse à nous.

    • 22/04/2011 00:10

      Et si t’allais bien te faire enculer? (je peux là? Hein les gars? je peux?)

      • Guillaume Pascanet permalink
        22/04/2011 00:23

        Moi, je te donne la permission en tout cas.

        (Sérieux, cela existe encore les gens qui s’appuient sur le protocole des sages de Sion ?)

      • 22/04/2011 00:30

        Ne crois-tu pas qu’il doit être extrêmement ennuyeux de sodomiser cette euh… personne?

      • 22/04/2011 09:13

        C’est surtout impossible : sa merde lui bouche le trou du cul. (C’est pour ça que ça remonte dans l’autre sens.)

      • Le Blasé permalink
        22/04/2011 10:53

        Non je pense qu’elle a juste l’anus cousu.

  17. 21/04/2011 14:50

    Mwais.
    Moi c’qui m’étonne c’est que personne [ou j’ai loupé un métro] ne se soit poser la question du contexte de création de cette oeuvre.

    Hey, les gens, c’est 1987. La fin des 80’s, cette magnifique décennie de désillusion massive où l’on se prenait « tout » dans la gueule, où tout allait bien plus mal qu’avant…et où, mine de rien [point majeur], on a découvert le SIDA, ce truc qui a fait pété un câble à tout un chacun parc’qu’au final, personne ne savait rien dessus si ce n’est que ça décimait les gens comme une moiss-bat’ le blé. Cette magnifique décennie où les évangéliques ont pris leur essor et où, en général, on se tournait de plus en plus vers la religion [comme toujours en période de peur]…spécialement aux US, pays à population profondément croyante.

    Tiens, bizarre, le Christ [seul élément réellement éclairé de la photo] plongé dans de l’urine et du sang [plongé dans une époque sale en fait]…

    Hop.

    La Tâche.

    • 21/04/2011 14:53

      Moui enfin,je suis arrivée dans ma fac l’année d’après la mort de Michel Journiac qui y enseignait et était en plein dans ce trip en encore plus glauque…

      Si le piss christ se résume à ça, c’est encore plus pauvre que je ne croyais…

  18. Le Joueur permalink
    21/04/2011 16:32

    Ils me font sourire jaune citron les hypocrites comme Frédéric Mitterand qui sont au fond d’eux-mêmes profondément choqués et écoeurés par la photo de la pisse de cet escroc, mais qui s’obligent à la décrire comme une oeuvre d’art par crainte d’être vus comme des primitifs par les anticonformistes inspirés.
    Un peu comme s’ils n’osaient pas avouer que ça les dégoute de se faire fister avec des tessons de verre et de la soubressade en guise de lubrifiant, par peur d’être traités de « peine-à-jouir » par les bien-pensants.

    • 21/04/2011 17:22

      Pire que les bien pensant (soit dit en passant la dénomination est grave : elle sous entend que seule cette mouvance est moderne et contemporaine. Comme quoi ces apotres de la liberté sont un poil sectaires aussi).

      Soyons réaliste, l’art contemporain est l’art des élites. Il est FAIT pour n’être apprécié qu’à la condition expresse d’en connaitre un minimum les codes. Il est aussi la seule mouvance que le ministère de la culture subventionne et met en lumière. Si tu fais de la Nature morte, même si tu es un génie absolu en la matière, tes chances de vendre à l’Etat sont nulles alors qu’il te suffit d’accrocher un néon à un mur blanc pour être bankable.

      Ce qu’on appelle « art contemporain et que j’appelle « art expérimental » a réellement existé et présenté de l’intérêt dans les années 50/60/70, quand c’était un art de combattants qui ouvrait des voies et redéfinissait la notion même d’art.

      Aujourd’huis, l’art contemporain est à l’art ce que les peintres pompiers étaient à la peinture fin dix neuvième siècle. A la différence que les pompiers possédaient au moins un savoir faire alors qu’aujourd’hui, ce savoir faire n’est plus enseigné que dans les écoles d’arts appliqués.

      C’est un art de bourgeois et de rentier. Comme l’était celui des pompiers…

      • Le Joueur permalink
        21/04/2011 18:16

        La reveuse, je dois avoir un gros problème. Je commence comme ça parce que je ne veux surtout pas te vexer: je comprends que dalle tellement ca me parait hors sujet avec ce qui a été dit juste avant.
        Tu t’efforce apparemement de faire rentrer l’art contemporain dans une case mais laquelle ? C’est pour toi l’art des élites éclairées qui connaissent les codes, ou celui des bourgeois rentiers sans savoir-faire qui finalement ?

        Ah si j’ai décodé un truc: tu crois VRAIMENT que ces « apôtres de la soi-disant liberté » de faire des photos pourries sont un POIL sectaires, (et aussi obséquieux et cuistres)… nooon, sans déconner ?

      • 21/04/2011 18:32

        « Tu t’efforce apparemement de faire rentrer l’art contemporain dans une case mais laquelle ? C’est pour toi l’art des élites éclairées qui connaissent les codes, ou celui des bourgeois rentiers sans savoir-faire qui finalement ? »
        Le savoir faire n’est pas un code. Exemple : le savoir faire, c’est savoir dessiner une cape qui ait l’air d’une cape. Le code, c’est de donner à la Vierge marie une robe bleue. Le code, c’est ce qui est censé t’aider à « décoder » (littéralement) certains éléments clef de l’oeuvre. Rien à voir avec la technique, le savoir faire.

        Et les élites sont souvent des rentiers, quand ils ne sont pas capitaine d’industrie (quoique les capitaines d’industrie, de nos jours, ce sont douvent des héritiers)

        Quand tu me parles de FM qui sourit jaune, je t’explique pourquoi il sourit jaune : parce que l’art contemporain étant l’art des élites, il est acheté par des élites (comme Pinault) alors qu’il est suventionné par l’état. Ca brasse un paquet de fric, tout ça. Du coup, il peut être délicat pour un ministre de la culture en place d’avoir l’air de critiquer ce qui plait à ceux qui peuvent un jour suvbventionner son parti…

        Tu imagines un ministre dire à un de ses soutien financier qu’il a des gouts de merde ?

      • L' alter égal permalink
        21/04/2011 20:56

        Il est bien ce joueur

      • Le Joueur permalink
        22/04/2011 17:15

        La Reveuse, merci pour ton sublime commentaire…Bon la question est défnitivement réglé: j’ai un gros problème. Encore une fois ton commentaire me semble si HS que c’en devient comique. Bon j’ai tapé vite et je reconnais que tu cites une phrase à mi qui veut rien dire, je remets les mots dans l’ordre :
        Au lieu de:
         » C’est pour toi l’art des élites éclairées qui connaissent les codes, ou celui des bourgeois rentiers sans savoir-faire qui finalement ? »
        Il faut lire :
        « Pour toi, (qui te contredit entre le début et la fin de tes comm), l’art contemporain c’est celui des élites éclairées qui connaissent les codes, ou bien celui des bourgeois rentiers sans savoir-faire , à la fin? »

        En fait cette question n’est peut-être pas encore tout à fait claire, mais parce que je me suis efforcé de la poser avec le vocablaire que tu as utilisé.
        Alors à la place, je propose encore de lire la MEME question (je reprécise, hein…pour que tout le monde suive[hein la reveuse ?]:
        « Puisque tu as décidé dans une vaine et stupide démarche de mettre un courant artistique dans un carcan socio-professionnel fini et délimité, pourrais-tu s’il te plait, (j’ai peut-être un penchant inapproprié pour la clarté) , au moins choisir un entre les deux que tu proposes, et qui se contredisent l’un et l’autre ? »

        Et parce que j’ai peur que ce ne soit pas assez direct, ou compréhensible je fais un décodage plus explicite:
        « Si tu veux parler avec moi, pourrais-tu lire mes comms (tu me fais un laius sur le fait que j’ai ditr que Frédéric Miterrand sourit jaune…. euh oui… enfin je parlais de moi), répondre aux questions auxquelles je pose, ne pas donner de définitions ou de différenciations dont personne n’a besoin (merci pour ton précieux apport philosophique sur la différence entre le code et le savoir-faire) parcequ’assez élémentaire quand même, et organiser le fil de ta pensée afin d’exprimer clairement ce que tu penses et non pas t’autocontredire ?

        Mais c’est encore trop long , pourquoi ne pas simplifier en :
        « Pourrais-tu stp réfléchir avant d’écrire, afin de NE PAS MARQUER DE GROSSES CONNERIES ? »

        Et encore je suis méchant parce que ton raisonnement final sur Miterrand obligé de ne pas critiquer les goûts de ses mécènes, il n’est pas si idiot: à condition d’être un adepte de la théorie du complot, de vouloir à tout prix faire rentrer l’interprétation d’une photo de pisse dans une affaire de gros sous (ce qui pour moi est absurde et hors sujet, mais je peux comprendre que tu arrives à suivre le fil logique de ce genre de choses) et aussi de se rappeler que ce que tu décris consiste à dire que Miterrand s’oblige à faire l’hypocrite pour ne pas entrer en conflit intellectuel avec ceux qui font semblant de considérer cela comme de l’art. Tiens, ce dernier truc c’est pas un tout petit peu ce que je disais, et contre lequel tu essayais d’argumenter?

      • Marian permalink
        23/04/2011 00:49

        Tout ça pour un nananananèèèreuuuuh !?

      • Le Joueur permalink
        26/04/2011 16:31

        @Marian : une synthèse assez remarquable

    • 21/04/2011 20:15

      « sont au fond d’eux-mêmes profondément choqués et écoeurés par la photo de la pisse de cet escroc, mais qui s’obligent à la décrire comme une oeuvre d’art »

      Quelqu’un qui aimerait cette œuvre (et je ne parle pas de l’élite, perso il y a beaucoup de choses décriées que j’aime dans l’art contemporain sans pour autant en faire partie, c’est juste que le rendu me touche) ne pourrait-il pas supputer exactement le contraire ?

      A savoir qu’ils sont au fond d’eux-mêmes profondément choqués et écœurés par cet acte de vandalisme et qu’ils s’obligent à exprimer leur compréhension sur le pouvoir choquant de cette œuvre, afin de ne pas vexer une partie de la population ? Parce que cette opinion exprimée par Le Joueur est tout de même empreinte de son propre ressenti par rapport à l’oeuvre.

      • 21/04/2011 21:36

        Mais j’ai jamais dit qu’il y avait pas des trucs bien en arts contemporains : statistiquement parlant, c’est obligé qu’il y aura des rucs bien. je dis globalement, cette mouvance est à bout de souffle et est Globalement ( pas à 100 % parce que le 100% en matière d’art ça existe pas) l’art acheté et collectionné, soutenu et connu, reconnu par les élites.

      • L' alter égal permalink
        21/04/2011 22:44

        En même temps la rêveuse cite moi des mécènes ayant subventionné des créations s inspirant d un art avec pratiquement un siècle de retard?

      • 21/04/2011 23:09

        Déjà il faudrait s’entendre sur la définition d’art contemporain: ce dont on parle, là, c’est plutôt d’art postmoderne, le statut du contemporain étant mouvant par définition.

      • 21/04/2011 23:10

        un siècle, chais pas, mais là, avec 50 ans de retard, c’est clair…

        (Celà dit l’art pompier a eu beaucoup de succès jusqu’à la vieille de la premièree guerre mondiale…)

      • 21/04/2011 23:20

        ben justement, La GM, cette « mouvance » revendique l’appelation d' »art contemporain »….

    • Isabelle permalink
      21/04/2011 23:00

      Non mais ho, le Joueur, tu n’as rien de mieux à faire avec de la soubressade ?
      Choquée, je suis.

      • Le Joueur permalink
        22/04/2011 17:16

        Propose, je suis partant.

  19. 21/04/2011 18:13

    Cette affaire du piss Christ aborde pour moi deux problemes differents: 1. Toute provocation religieuse est-elle blasphematoire? 2. Le blaspheme est-il legitime? Pour la premiere question, et apparemment en accord avec Malraux qui avait dit: « le XXIeme siecle sera religieux ou ne sera pas »‘ il semblerait que du point de vue de la provocation religieuse, elle soit de plus en plus consideree comme un blaspheme. Le piss Crist me semble etre une provocation puerile, parce que meler Christ+sang+urine ne semble pas soulever un debat religieux digne de ce nom ( et donc l’artiste en reculant devant l’ire des foules montre bien qu’il n’y avait rien de vraiment profond qui vaille la peine d’etre defendu dans son « oeuvre » diuretique). Il semblerait que les religions ne soient toujours pas pretes a accepter la critique ou la remise en question de leurs icones. Est-ce legitime? Ce qui m’amene a la 2eme question. Je pense que toute religion doit etre criticable et meme etre decriee dans ses abus ou ce qu’elle a d’innaceptable. La liberte de pensee doit s’etendre meme au sacre, et la morale ne devrait regir que ce qui a trait a l’atteinte a la liberte humaine, les droits de l’individu et les degats physiques. En ce qui concerne les croyances, je ne comprends pas ce qu’on appelle le respect. Si je crois en Dieu, et que je pratique une religion, cela ne veut en aucun cas dire que j’attends de mon prochain qu’il « respcte » ma croyance. Je m’en tape, qu’il croit en dieu ou pas. Si j’ai ma foi pour moi, elle doit etre suffisamment forte pour que je n’ai pas besoin de l’aval de l’entourage. Je precise que j’ai ete pendant 15 ans tres religieuse, et pourtant j’ai toujours critique les exagerations et contradictions de ma religion, Dieu y compris, et je n’ai jmais attendu qu’on « respecte » ma croyance. La foi est un sujet personnel, et le jour ou les gens arreteront de vouloir que leur prochain pense comme eux en matiere de religion, on se tapera nettement moins sur la gueule sur la planete. C’est mon droit de pouvoir dire « Dieu est mort » ou « le Christ n’a pas existe » ou « Moise fumait du cannabis ».

    • 21/04/2011 20:58

      Ils font des tshirts avec « Moïse fumait du cannabis »?

    • minoritéabsolueentreparenthesemoi permalink
      15/09/2011 02:11

      Pour moi la foi, les croyance ne sont même pas du domaine du personnel, mais de l’intime, je trouve inutile de parler de religion, je trouve inutile et con de créer piss-christ. Je ne veut pas savoir ce que ce créateur pense de la religion ou du christ ou de qui sais-je. Rien à faire avec de provocateurs de merde qui ne s’adressent qu’à eux-même.

    • minoritéabsolueentreparenthesemoi permalink
      15/09/2011 02:28

      Rien a faire aussi avec des gens qui s’affichent sous une étiquette de chrétien ou de juif ou autre métiers ou communauté ou corporations de tous ordres (même pour provoquer ou pour faire rire ou encore être sérieux) Ça veut rien dire à mes yeux. Tu est juif : rien à foutre. Tu est Chrétien : rien à foutre. Tu EST plombier, tu est hétéro, tu EST malade : rien à foutre ! Tout celà ce sont des abstraction et des erreurs par omission, par faiblesse par lâcheté… être « Noir » est une erreur comme être Arabe une illusion. Être Français ou Mongole, c’est pareil : une erreur de jugement ! Je veux être seul à avoir le droit de dire QUI je suis. Si vous pensez que j’AI raison et bien vous vous trompez ! Et si vous pensez que j’ai tord hé bien c’est pareil ! Car toute certitude est un boulet. Cherchez la question pas la réponse!

  20. Mauvais Joueur permalink
    21/04/2011 18:17

    Roo. mais qu’il est méchant… et pour rien en plus.

  21. Vince permalink
    21/04/2011 19:09

    Je suis pas contre l’art moderne, mais je vois pas en quoi c’est une œuvre d’art…

  22. Guillaume Pascanet permalink
    21/04/2011 20:51

    Merci pour ce débat passionnant.

  23. face de varech permalink
    21/04/2011 21:05

    La rêveuse, tu étais à Paris I en arts plastiques?
    Michel Journiac c’était bien le cinglé qui avait fabriqué des osties à base de son propre sang et qui en plus les donnait à bouffer?

    • 21/04/2011 21:29

      UFR 04 Saint Charles, ouais M’dame. Entrée l’année des grandes grèves de 95, année bordelique s’il en est ou les pancartes avec Bayrou estampillé d’un joli slogan « naze de France » fleurissaient dans les facultés parisiennes… Souvenirs, souvenirs…

      En fait les osties, je ne me souviens plus, mais du boudin, il en a fait. Par ailleurs, il a effectivement fait une performance avec ces lamelles de boudin intitulée « Messe pour un corps ».

      Bon il a pas fait QUE ça. Mais c’est un représentant du courant le plus glauquye de l’art contemporain, le « Body art ».

      Et pour l’anecdote, il serait mort du Sida. j’ignore si c’est du à sa pratique artistique particulière, vu qu’il me semble que le virus ne résiste pas à la cuisson, à mon souvenir, mais bon…

    • 22/04/2011 00:14

      c’était pas des hosties, c’était du boudin noir, mais oui, il distribuait ce fameux boudin noir comme une hostie. Et il n’est pas mort du Sida, mais d’une rupture d’anévrisme, vraisemblablement des suites d’un cancer des os, dont il était atteint depuis plusieurs années.

      • 22/04/2011 09:11

        Marrant, dans ma fac on disait que c’était du Sida. Note que c’était peut être pour ajouter à l’auréole du saint homme.

      • Le Blasé permalink
        22/04/2011 10:56

        La performance est en ce moment diffusée à la maison rouge il me semble pour une expo sur le cannibalisme.

        Il donne même sa recette du boudin au sang humain!

        Mais il me semble qu’il a aussi fait des osties avec son sang ou un truc du genre.

      • 22/04/2011 12:57

        Dire que j’ai passé l’essentiel de ces huit dernières années à tenter d’oublier tout ça…

  24. Marian permalink
    22/04/2011 00:00

    Je suis perplexe.

  25. YoosF permalink
    22/04/2011 00:32

    LE JOUEUR C’EST RIEN QU’UN CATHO INTEGRISTE DE TOUTE FACON !!!

    • Le Joueur permalink
      22/04/2011 17:20

      Rien que l’idée de dormir comme un clodo dans une rue de Béziers qui sent la pisse effraierait un catho intégriste. Or c’est pas moi qui en ait eu peur au dernier moment. J’en déduis donc que c’est celui qui dit qui est.

  26. Genemarre permalink
    22/04/2011 12:30

    Sapisstri. Nul n’est censé ignorer que l’urine est une forme d’antidote et pourrait sous un certain angle représenter le lavement du Christ de tous nos péchés avec une eau sainte, une eau riche en minéraux. J’ai toujours ce souvenir lorsque tu entres dans Marseille par l’autoroute du Soleil avec l’écrito « Jésus est mort par nos péchés »

    • 22/04/2011 13:09

      « Jésus est mort pour nos péchés ». On est marseillais ou on ne l’est pas.

      • 22/04/2011 13:18

        Je veux même pas m’imaginer ce qu’il se serait passé si Jésus avait été marseillais. Serrano aurait eu du pain sur la planche, ou plutôt de la pisse dans la cuvette.

  27. toto permalink
    25/04/2011 10:28

    le roi est nu…

  28. minoritéabsolueentreparenthesemoi permalink
    15/09/2011 01:59

    Provoquer et ensuite faire le gros naïf en disant « ben je comprend pas, c’est une œuvre d’art » c’est un peu trop ado comme attitude. et je n’aime pas la connerie des ados. Provoquer… et ensuite on doit accepter que des gens réagissent sans faire le pseudo naïf.

    Gagner un auditoire de connards c’est con ! Piss Christ est une œuvre médiocre !
    Elle a gagné une renommée injustifiée grâce aux cons !
    L’artiste a donc intégré la connerie au succès de son œuvre.

    Le fait de provoquer des réactions n’est pas un gage de qualité. Si j’insulte des cons dans la rue, je ne viens pas ensuite me plaindre comme un gosse pour les bleus que j’aurais dans ma gueule!

  29. minoritéabsolueentreparenthesemoi permalink
    15/09/2011 02:01

    « Andres Serrano s’est toujours présenté comme un artiste profondément chrétien » quel crétin ! En plus il croit! Quel merdeux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :