Skip to content

Liz Taylor. Actrice. Star. Icône. Légende.

24/03/2011

« La dernière star de l’âge d’or hollywoodien est morte ! », claironne la presse depuis hier.

Pas tout à fait. Les soeurs de Havilland, Olivia et Joan Fontaine, survivent pour nous rappeler que jadis des dieux en noir et blanc honorèrent les écrans du monde entier de leur auguste présence. Mais malgré ces gardiennes du temple au patrimoine génétique incomparable, difficile de nier que la mort d’Elizabeth Taylor sonne la fin d’une ère, tout simplement parce tout le monde, même ceux qui n’ont jamais vu ses films, savent que Liz Taylor était la définition même de la star, avant que ce mot ne perde son sens à force d’avoir été galvaudé.

Il est donc temps pour le monde entier de se souvenir, le temps de quelques jours, que Liz Taylor fut l’une des plus grandes stars que notre civilisation ait connu, et nul doute que vous entendrez beaucoup parler de ses débuts d’enfant star aux côté de Lassie, de ses 8 mariages et du couple tapageur qu’elle forma avec Richard Burton, de ses yeux violets et de sa passion pour les diamants, ou encore de son amitié improbable avec Michael Jackson. Peut-être même, entre deux phrases, lirez vous une mention de Cléopâtre, composée à la hâte par quelqu’un qui ne n’est certainement jamais farci les 4 heures du mastodonte rutilant qui faillit couler la Fox.

Pour ma part, j’ai découvert Elizabeth Taylor via ma passion adolescente pour le plus grand acteur américain des années 50, Montgomery Clift. En 1949, lorsqu’ils tournèrent pour la première fois ensemble dans Un Place au soleil de George Stevens, Monty avait 29 ans et était le jeune acteur le plus en vue d’Hollywood, tandis que Liz en avait 17 et cherchait à se libérer de son image trop sage d’enfant star. Beauté adolescente dont l’apprentissage du métier s’était fait devant les caméras, Taylor fut immédiatement fascinée par ce jeune acteur ténébreux formé sur les planches de Broadway, tout entier dévoué à son art. Sous son influence, elle révéla les premiers signes de son considérable talent. Oeuvre majeure du cinéma années 50 et film pivot de la carrière de Taylor, Une Place au soleil marqua le début de son indéfectible amitié avec Clift.

Au cours des multiples drames personnels et professionnels qui marquèrent la vie du très ravagé Monty Clift, celle qu’il surnommait affectueusement Bessie Mae ne le lâcha jamais. Lorsqu’un soir il sortit de chez elle tellement alcoolisé qu’il planta sa voiture dans un poteau téléphonique, ce fût elle qui lui sauva la vie, lui retirant à la main une de ses dent qui s’était coincée dans sa gorge et commençait à l’étouffer. Lorsqu’en 1959, à demi-défiguré, accro aux médicaments et de plus en plus incapable de mémoriser ses répliques, il peinait à retrouver des films dignes de son talent, c’est elle qui lui obtint l’un des rôles principaux de l’inoubliable  Soudain l’été dernier. Une dizaine d’années après leur première rencontre, Liz s’imposait comme l’une des actrice majeures des années 50 : un an après sa performance incendiaire dans La Chatte sur un toit brûlant, elle déployait à nouveau dans Soudain l’été dernier son génie incomparable pour incarner la sexualité névrotique des héroïnes frappées de Tennessee Williams.

Liz resta fidèle à Monty jusqu’au bout. En 1966, Monty était une épave, que ses addictions avaient rendu impossible à assurer. Taylor, qui était alors l’actrice la mieux payée du monde, mis son salaire de 1 million de dollars en garantie pour qu’il puisse jouer à ses côtés le rôle principal de Reflets dans un oeil d’or. Mais cette extraordinaire générosité se révéla vaine : Clift mourut d’une crise cardiaque peu de temps avant le début du tournage. Dans la plus pure tradition hollywoodienne, la lente chute de l’un avait coïncidé avec l’inexorable ascension de l’autre. Alors qu’on enterrait Clift, Elizabeth Taylor était à l’affiche de Qui a peur de Virginia Woolf ?, immortelle adaptation du chef d’oeuvre d’Edward Albee, dans laquelle, face à un éblouissant Richard Burton, elle livrait la performance de sa carrière. Albee lui-même avait émis des doutes sur la capacité d’une des plus belles femmes du monde, alors âgée de 34 ans, à incarner une rombière alcoolique d’une cinquantaine d’années. Mais rien ne pouvait arrêter Taylor, qui laissa sa vanité au placard pour s’approprier le rôle de Martha, et se livra à un numéro d’une puissance volcanique, sans jamais oublier de planter ses griffes dans la drôlerie décapante du texte.

Jamais elle ne parvint à égaler ce glorieux sommet. Comme la plupart de ceux qui ont tout accompli trop tôt, Liz Taylor perdit avant l’heure sa passion pour son art, et lorsqu’elle atteignit 40 ans, sa carrière d’actrice semblait depuis longtemps être le cadet de ses soucis. Elle se contenta alors d’être Elizabeth Taylor, ce qui était beaucoup plus que ce dont la plupart de nous peuvent se prévaloir.

Certains ne garderont d’elle que l’image d’une croqueuse de maris et de diamants, d’une star capricieuse qui épousa deux fois le même homme, ou encore d’une vieille diva pas très distinguée et beaucoup trop maquillée. Les autres savent qu’elle fut avant tout un actrice de génie et une femme d’exception.

Adieu Bessie Mae.

Publicités
119 commentaires leave one →
  1. L'Indienne permalink
    24/03/2011 07:46

    Merci de nous rappeler qui était Liz Taylor, et de nous épargner ces photos de vieille femme croulante ultra maquillée dont nous rabâche la presse…

  2. La Bretonne permalink
    24/03/2011 07:58

    Je pleure. T’es vraiment un connard Le Pédé.

  3. 24/03/2011 08:25

    J’ai découvert Liz Taylor via les portraits d’Andy Warhol. Je trouvais cette femme très belle, ce qui m’a poussée à savoir qui elle était, ce qu’elle faisait. Je retiendrai surtout que c’était une actrice de génie. Merci pour cet article.

  4. 24/03/2011 08:36

    Who’s afraid of Virginia Woolf…….

    Un des plus gros chocs de ma vie cinéphile.

  5. 24/03/2011 08:53

    Rien à ajouter, le Pédé. Pour ma peine, je vais re-regarder « Soudain l’été dernier », le gros choc de mon adolescence.

  6. Guillaume Pascanet permalink
    24/03/2011 08:53

    Adieu Cléopatre, adieu Rébecca.

    Merci pour la photo, cela n’a pas du être facile à choisir.

  7. 24/03/2011 09:00

    Gamine je l’avais découverte dans Cléopâtre ( qui fut longtemps un de mes films préférés, j’aime assez le grandiose). Elle a longtemps été à mes yeux la plus belle femme du monde. le genre de femme auquel j’aurais voulu ressembler physiquement.

    Avec le temps j’ai aussi appris que c’était une femme bien et une artiste d’exception.

  8. 24/03/2011 09:26

    Et toujours rien sur Nadia Barentin. Mais bon après tout elle n’avait qu’à tourner ailleurs que dans Louis la Brocante.

    • 24/03/2011 09:46

      Merci, je me coucherai moins bête ce soir.

    • Guillaume Pascanet permalink
      24/03/2011 12:43

      Le Pédé n’a jamais parlé non plus de la disparition prématurée de Ginette Garcin. Il n’aime pas les vedettes françaises.

      • 24/03/2011 12:44

        A 82 ans, je ne pense pas qu’on puisse parler de disparition prématurée.

      • Guillaume Pascanet permalink
        24/03/2011 12:49

        Tu ne captes pas le second degré sur ton réseau ce matin ?

        Bouygues, c’est vraiment de la merde.

  9. ben permalink
    24/03/2011 09:46

    post magnifique, merci Le Pédé…

  10. 24/03/2011 09:56

    The Sandpiper avec Burton, à voir à tout prix pour ceux qui ont adoré Virginia Woolf.

  11. Tankya permalink
    24/03/2011 10:02

    « Les sanglots longs de l’automne
    Blessent mon coeur d’une langueur monotone »

    • fitz permalink
      24/03/2011 10:15

      me souvenais pas qu’elle ait joué dans le jour le plus long

    • 'Pataphysic permalink
      24/03/2011 11:21

      Tu oublies les violons

  12. letouristedanslemonde permalink
    24/03/2011 10:45

    Très bel article, très bon choix de photos.

    « elle révéla les premiers signes son considérable talent »
    il manque un « de » je pense

    • Papaye permalink
      24/03/2011 17:21

      Oui mais Maitre Capello est mort aussi, donc on est indulgents, merci.

    • letouristedanslemonde permalink
      25/03/2011 10:45

      Je ne critique pas, ça arrive à tout le monde de faire des fautes (surtout à moi).
      Je signale juste afin que correction puisse être faite (si souhaitée).

  13. davidgeridoo permalink
    24/03/2011 10:48

    Bel hommage, le Pédé. Une actrice qui irradiait, qui vibrait, qui ne mentait pas. (Ce qui est très rare pour une arracheuse de dent.)

  14. 24/03/2011 11:01

    Magnifique article sur Liz Taylor.

  15. 24/03/2011 11:44

    Splendide hommage et superbes photos, M. Le Pédé.

    Rien d’autre à ajouter à part un Merci…

    A bon lecteur, Au revoir

    • 24/03/2011 12:18

      Et cette éternelle signature, bien sûr…

      • 24/03/2011 12:51

        J’espère que Le Pédé me fera un post pour mon décès et qu’il signera :
        A ce bon lecteur, Au revoir 😉

        On se souviendra de Mme Taylor pour son charme, sa beauté, sa classe etc, on se souviendra de moi pour… Ma signature 😉 #OuPas

      • 24/03/2011 13:04

        Non. NON. NON.
        Pas de « OuPas » Ici !

    • 24/03/2011 13:25

      OuhBah, façon Marsipulami, alors ? 🙂

      • L'Alsacien permalink
        24/03/2011 15:01

        Et la signature ?

      • Le Pet Financier permalink
        26/03/2011 15:23

        Juste apprendre à répondre au bon endroit…

    • 24/03/2011 15:39

      Roh bin je ne vais pas signer sur un de mes comm déjà signé… Ca fait double signature qui s’annule et j’trouve ça nul (à la différence de mon jeu de mots, qui me fait d’ailleurs bien rire… Ah ah ah.. Hum…) 🙂

      En plus, je vais me faire charcuter après par comm, c’est pas très juste, je fais un effort d’intégration 🙂

    • 24/03/2011 16:02

      De la même manière que je ne suis pas obligé de mettre une signature ou d’être poli 😉

      Il n’y aurait pas un « Laisser un commentaire » pour les Nuls que j’apprenne ?

      • L' alter égal permalink
        24/03/2011 16:05

        Si mais c’est le tome 3.
        Le tome 1 c’est « apprendre à se taire », le tome 2 « la notion de bon escient ».

    • 24/03/2011 16:13

      Aaaaaaaah Robin of the wood et ses beaux yeux rouges 🙂

      J’avoue que je prends un réel plaisir à écrire des comm (bon bien moindre par rapport au plaisir de lire les posts, évidemment) ici surtout qu’à chaque fois, je me demande qui va me tacler dans la surface.

      Tu m’as presque fait attendre 😀

      • 24/03/2011 16:15

        Rhooo en plus tu persistes avec des smileys différents…

      • Young Duck permalink
        25/03/2011 11:35

        « Robin of the wood » ??? Hein ???

        Du 8-bit, donc ???

      • 25/03/2011 11:47

        Coin ? Oh yes ! Not more, not less 😀

      • Young Duck permalink
        26/03/2011 22:58

        Plus je lis de caractère de cet étrange, excentrique et agaçant personnage, et plus je suis perplexe face aux abîme de stupidité où l’être humain (car je suppose que c’en est un qui s’installe devant un clavier pour écrire) peut s’enfoncer…

      • Young Duck permalink
        26/03/2011 22:59

        … et abîme évidemment, je ne vais lui faire le plaisir de lui en réserver plusieurs.

    • 24/03/2011 16:25

      J’ai tout de même fait un effort, 3 phrases et seulement 2 smileys.
      En plus, j’en connais plein (l’âge aide) comme celui ci :p

      Et sinon, si nous revenions au post ? O:)

      • L' alter égal permalink
        24/03/2011 16:29

        Tu sais que plus je te lis et plus ce que j’ai pris au départ sur ton avatar pour une alliance se transforme en chevalière…. c’est fou non ?

    • 24/03/2011 16:35

      Je me sens… Comment dirais je ?
      … En échec (mat ou pat, telle est la question) face à ton comm…

    • 24/03/2011 16:38

      Je fais un effort pour vous satisfaire 🙂

      • Le Pet Financier permalink
        26/03/2011 15:25

        Définitivement « caramail »…

  16. Filoute permalink
    24/03/2011 12:23

    J’ai revu il y a deux jours « la chatte sur un toit brûlant » à la filmothèque du quartier latin, elle me fait toujours le même effet… Sauf que hier quand j’ai entendu qu’elle était morte du coup j’ai pleuré comme un cachalot; j’aime pas ce genre de coïncidences bizarres. Définitivement, mon préféré est Qui a peur de Virginia Woolf?
    Superbe post Le Pédé.

  17. 24/03/2011 12:32

    Putain, elle a 34 ans lorsqu’elle tourne dans « Qui a peur de Virginia Woolf? ». Merci pour tous les trentenaires que cette info aide tellement à vivre.

    • Je suis une femme. Ha non. permalink
      24/03/2011 13:13

      J’ai 23 ans 🙂
      mais c’est déjà trop tard pour avoir du talent.

      • 24/03/2011 13:23

        Elle a quand même déjà 22 ans d’expéériences, alors…

        Rassure toi, Van gogh a commencé à peindre à 27 ans, Matisse à 20, sans avoir touché un pinceau avant ça (mais il n’a pas fait de chef d’oeuvre immédiatement, faut pas croire). Et je suis sure qu’on peut trouver plus agé.

        Le talent peut se révéler tardivement…

      • 24/03/2011 13:26

        Jeanne Calment par exemple, elle avait attendu super longtemps pour devenir célèbre.

      • 24/03/2011 13:51

        Le but c’est d’être célèbre ou d’avoir du talent ?

      • Guillaume Pascanet permalink
        24/03/2011 13:56

        C’est surtout d’être célèbre aujourd’hui.

      • 24/03/2011 14:00

        Pourtant être célèbre n’a pas l’air si cool…

      • 24/03/2011 14:01

        Jeanne Calment était talentueuse. J’invite toute personne qui ne le croirait pas à me prouver le contraire.

      • Guillaume Pascanet permalink
        24/03/2011 14:06

        Leslie, tu me rappelles ma grand-mère quand tu plains les gens (riches et) célèbres.

        Max, j’attends toujours son album de la maturité après le succès de son premier CD.

      • 24/03/2011 14:08

        C’est pour bientôt, car comme aurait dit mon grand-père : ses os sont maintenant tout juste bons pour faire des trompettes.

      • 24/03/2011 14:41

        Guigui, plus je vois les ennuis que ça provoque, la célébrité, plus je me dis que je préfère, et de loin, que personne ne connaisse trop ma tête. J’envie plutot la célébrité des auters de BD. Ils sont pas très riches, mais ils ont la reconnaissance d’un public qui ne sait pas forcément la tête qu’ils ont. C’est pas plus mal, je trouve.

    • 25/03/2011 14:44

      Et comment !

  18. YoosF permalink
    24/03/2011 12:33

    T’assures.

  19. gambadess permalink
    24/03/2011 12:37

    Très bel article , on n’oubliera pas Elizabethiz Taylor de sitôt .

  20. gambadess permalink
    24/03/2011 12:37

    Elizabeth*

  21. 24/03/2011 12:59

    Très sympa, ça m’a donné envie de la découvrir et de voir  » Qui a peur de Virginia Woolf ? »

    • La Pastanaga permalink
      24/03/2011 13:09

      ils sont sympas ces morts quand même

  22. davidgeridoo permalink
    24/03/2011 13:50

    Tu ne mentionnes pas « La Famille Pierrafeu » dans ton hommage. T’aimes pas les silex ?

  23. Guillaume Pascanet permalink
    24/03/2011 14:22

    http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#10697

    Détail amusant.

    • 24/03/2011 14:27

      Ah mon cher Guillaume, il n’est pas encore né celui qui écrira ta nécrologie.

      • Guillaume Pascanet permalink
        24/03/2011 15:09

        Pourquoi ? Tu prévois que je vais mourrir ?

      • 24/03/2011 15:33

        Ben justement non.

      • Guillaume Pascanet permalink
        24/03/2011 15:47

        Tu me rassures.

    • 24/03/2011 14:34

      Excellent… J’aimerais bien savoir qui a fait la nécrologie de ce cher Mel Gussow…

  24. Alex permalink
    24/03/2011 14:38

    J’ai honte aujourd’hui, comme j’avais honte hier.Honte de ne connaître Elizabeth Taylor que par Cléopâtre. De ne connaître, cette femme que par sa vie sentimentale et son goût pour les diamants.
    Ton article, viens de m’émouvoir aux larmes. Cette femme était extraordinaire. Alors le mieux pour lui rendre hommage c’est de regarder cette filmographie précoce mais si riche de rôle inoubliable a t’entendre et a entendre en parler les autres. Merci également pour le portrait de Richard Avedon qui est surement la plus belle photo jamais prise de la Bessie Mae de Montgomery Clift.
    Merci Le Pédé.

  25. Le texan permalink
    24/03/2011 15:04

    Pas un mot Sur Giant ?
    Ben merde alors combo James dean/ Taylor, ok, ça ne vaut pas Cat on a Hot tin roof, mais quand même. (ouai 3 heures aussi, mais everything is bigger in Texas)

    Beau film non?
    E. Taylor, restera a jamais, Rebecca.

    • Guillaume Pascanet permalink
      24/03/2011 15:06

      Giant, c’est un rien « tarte à la crème » quand même.

      En plus, il y a Rock Hudson.

      Le seul avantage, c’est que l’on y voit Lizbeth tel que l’on aurait aimé qu’elle vieillisse.

      • Alex permalink
        24/03/2011 15:15

        Qu’est ce que t’as contre Rock Hudson ? Personne l’apprécie, je comprend pas.

      • Guillaume Pascanet permalink
        24/03/2011 15:19

        Il a le charisme d’un bullot qui porterait des pulls avec les manches autour du cou.

      • Le texan permalink
        24/03/2011 15:31

        Moi non plus, je comprend pas le haro sur Hudson. ( j’aime bien un pyjama pour deux…dans son registre comique)
        Oui Giant a un cote tarte a la Crème. Mais la Tarte c’est bon.

        Sinon il a rejoue avc Liz dans le Agatha Christie…(les premices de : vous n’avez pas lu le livre? allez voir le film)

      • La Bretonne permalink
        24/03/2011 15:36

        Le Agatha, c’est « le miroir se brisa » avec aussi Tony Curtis et Kim Novak si mes souvenirs sont bons.

      • 24/03/2011 16:12

        Oui. Je me souviens de ce film (est fan d’Agatha, lit regardent tous ceux qui passent.)

      • 24/03/2011 16:12

        Raaaaaaaaaaaaah les faaaautes !

      • 26/03/2011 15:37

        à Leslie; dans la séries des Agatha : L’orient express et surtout Evil under the Sun (avec Diana Rigg et Birkin qui joue les connes) sont mieux fait je trouve que le miroir se brisa.
        Et sinon la série 2010 façon french touch, t’en as pensé quoi?

      • 26/03/2011 22:13

        Hem… mi figue mi raisin. Ya des libertés prises avec les intrigues. Le duo d’acteur n’es pas mal, mais la mayonnaise prend moyennement, je trouve…

      • ABC permalink
        27/03/2011 13:30

        Giant c’est Géant, et Hudson interprète bien son personnage
        Avec Liz Taylor, il forme un couple romanesque attachant

        Dans Géant j’ai découvert que James Dean n’avait rien d’un sex symbol,
        il joue magnifiquement Jett.

      • La stagiaire permalink
        29/03/2011 21:56

        Euh ? Pas vu Giant, mais Rock Hudson est excellent et charismatique dans Written on the Wind. Après, hein…

    • 24/03/2011 15:32

      3h20 pour être précis. Plaisant mais quelque peu indigeste. Et c’est James Dean, pas Taylor, qui emporte le morceau.

      • Guillaume Pascanet permalink
        24/03/2011 15:46

        Tu aimes plutôt bien ?

        Je l’ai pas mal vu quand j’étais môme, mais je l’ai revu récemment et mon souvenir a très mal vieilli.

        James Dean y est vieilli de manière grotesque.

      • 24/03/2011 16:04

        C’est drôle je trouve que le vieillissement de Dean a contre toute attente quelque chose d’assez génial.

      • Le texan permalink
        24/03/2011 16:06

        3h20, voila. long. je note que le Pédé, est puriste de la première heure et n’aime pas les approximations.

        y’a pire comme vieillissement ridicule, je sais pas IRL : BB.

      • Guillaume Pascanet permalink
        24/03/2011 17:47

        Le Pédé, tu dis cela parce que c’est paradoxal qu’il soit vieux dans son dernier film, juste avant de mourir et de symboliser la jeunesse éternelle ?

  26. Alex permalink
    24/03/2011 15:25

    Oui d’accord, c’était ni un Brando, un Newman, un James Dean, un Montgomery Clift, un Carry Grant ou je ne sais quel autre acteur de légende, il avait pas un charisme monstre, mais c’était plutôt un bon acteur (du peu que j’ai vu je dois avouer.)

    • Le texan permalink
      24/03/2011 16:01

      Les moustaches de Gable !! m’dame Scarlette
      Non définitivement pas un grand, mais pas un mauvais non plus.

  27. Scalpel permalink
    24/03/2011 16:45

    Dis le Pédé, merci pour l’article.
    Pour Bessie Mae… comment il (Monthy Clift) est arrivé à lui donner ce surnom ?

    Elisabeth… Beth… Bessie ?
    Par contre de Taylor à Mae…

    • 25/03/2011 08:32

      Son autre prénom, c’était Rosemond, mais je ne sais comment on peut passer de Rosemond à Mae ? 😕

      • 25/03/2011 11:17

        Euh… Un rapport avec la chanson de Jimi Hendrix may be (goodbye bessie mae) ?

      • 25/03/2011 11:20

        Ah bin nan j’retire ce que je viens de dire… La chanson date de 1965 donc après…

      • 25/03/2011 12:47

        nan mais franchement quoi

      • Scalpel permalink
        25/03/2011 13:24

        J’ai eu beau chercher sur le net, rien trouvé.
        Snif.

        Le Pédé à l’aaiiiiide !

      • 25/03/2011 14:39

        Ah bin j’essaye hein, j’essaye… J’ai même tenté la branche Christophe Mae mais bon, cela me semble trop dingue dingue dingue…

  28. 24/03/2011 16:48

    triste, triste 😦

  29. La Cloche permalink
    24/03/2011 18:55

    oh merde, un hommage de plus… mais de loin le meilleur – et donc le seul lu jusqu’à la fin et vraiment – de tous les publiés!!

  30. 24/03/2011 18:59

    Ça c’est pas un hommage de pédé.

  31. Le gars permalink
    24/03/2011 22:38

    C’est beau, c’est triste.
    Pour être moins triste, ça peut être lu avec la voix de Frédéric Mitterrand.
    …pas pu m’en empêcher.

  32. Mannick permalink
    25/03/2011 00:11

    Magnifique hommage que tu rends ici à la grande Liz ! Notamment à travers l’amitié qui la liait à Clift (fantastique acteur) …

    Les photos sont magnifiques, parce que plus rares que toutes celles qu’on nous a montré durant ces deux derniers jours.

    Bessie Mae était aussi une femme de coeur comme tu l’as si bien écrit, en plus du reste… je crois que l’un de ses tous premiers rôles était celui qu’elle interprète dans Jane Eyre (1943) et ses yeux magnifiques crevaient déjà l’écran…

    RIP Miss Taylor and… Mr Clift

    • Mannick permalink
      25/03/2011 00:13

      A voir aussi avec Monty Clift, dans un autre registre, « Raintree » (en français « L’arbre de vie »…

      • ABC permalink
        27/03/2011 13:33

        C’est un film dramatique par excellence,

  33. 25/03/2011 14:42

    Allez un petit défi, le même article adapté pour rendre hommage à Maître Capello, parce que comme l’a rappelé Foufourche, lui aussi est passé à trépas (en plus vous allez en baver des ronds de chapeau pour trouver une aussi belle photo de lui).

  34. Vincent permalink
    27/03/2011 01:18

    « Les soeurs de Havilland, Olivia et Joan Fontaine, survivent pour nous rappeler que jadis des dieux en noir et blanc honorèrent les écrans du monde entier de leur auguste présence. »

    Il ne faudrait pas non plus enterrer Lauren Bacall trop vite !

    Et parmi les inoubliables de Taylor, « Reflets dans un oeil d’or » bien sûr, et « Cérémonie secrète », très beau film de Losey.

  35. l'analphabète permalink
    29/03/2011 13:14

    Merci pour cet article Le Pédé.

    Je suis très loin de cet univers cinématographique. c’est trop vieux, ce qui fait que par extension je suis très loin de ton appréciation du cinéma et de tes critiques.
    Du coup je ne suis pas très objectif et j’aime rarement ce que tu fais sur le sujet, tu es trop PD quoi…

    Mais des fois, de sous cette carapace culturelle qui m’échappe, transpire une âme d’enfant derrière une plume aussi habile qu’érudite… Quand tu a parlé de James bond, j’avais un grand sourire au lèvre car je me retrouvais dans tes mots, pour la première fois peut être…

    Aujourd’hui tu m’a filé des frissons alors que je n’ai jamais vue Liz en dehors de cet icône hollywoodien que tu décris si bien…

    Merci pour ce petit voyage dans un monde que je vais surement pas tarder à explorer, en partie grâce a toi (je parle de cinéma, que mes sphincters soit en paix). Pour réussir a te faire saigner un article aussi… parfait?!

    • l'analphabète permalink
      29/03/2011 13:15

      ca vaut forcement le détour… (fin)

  36. Le Flan permalink
    02/04/2011 15:27

    Le Pédé, je vous en conjure, je vous implore…

    FAITES NOUS UN TOP 10 DES LEGENDES HOLLYWOODIENNES!
    Depuis quelques temps que je lis vos tops j’y pense de plus en plus souvent, ça me torture, j’en perds mon sommeil… Cet hommage à Liz Taylor a ravivé en moi ce besoin de lire vos éloges de toutes les actrices de l’âge d’or d’Hollywood !

    (ou bien un top 10 des meilleurs films d’animation depuis toujours, ça ce serait encore plus génial.)

    J’aime pas beaucoup les tops d’habitude, mais quand c’est sur ce blog que je les trouve, je sais d’avance que je vais m’en délecter! (allez, promis j’arrête de vous lécher les bottes maintenant. Même si vous adorez ça…)

Trackbacks

  1. Jamais elle ne parvint à égaler ce glo … « Je veux te voir
  2. Des nouvelles. « C'est La Gêne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :