Skip to content

Pour en finir avec Inception.

30/07/2010

« Et toi t’as vu Inception? »

On ne parle plus que de ça. La France entière a les yeux rivés sur cette maudite toupie. Tombera ou tombera pas? Dans toutes les entreprises, pendant les pauses-café,  l’inception a remplacé le barbecue du week end comme sujet central de conversation. Devant tant d’engouement, je me dis qu’un tel phénomène est le signe d’une vitalité culturelle jusque là peu stimulée et je m’en félicite. Pour couronner le tout, je fais partie des admirateurs raisonnables de Christopher Nolan, qui pensent que son style élégant, ainsi que les thèmes qu’il affectionne, ont fait ces dernières années beaucoup de bien au cinéma US mainstream gangréné par la tendance au pastiche et aux tarantinades.

Et puis le phénomène culturel se transforme très vite en vague de fanatisme; je m’en rends compte lorsque je réponds à mes interlocuteurs hystériques qui ont déjà eu le temps de voir trois fois le film alors qu’il n’est en salles que depuis une poignée de jours, que je l’ai moi aussi visionné, que je l’ai trouvé plutôt divertissant mais qu’il n’y a franchement pas de quoi en faire tout un foin. J’échappe de peu au lynchage, je suis tour à tour traité de demeuré (pardon de n’avoir rien compris à cette histoire), de frigide émotionnel, puis enfin d’élitiste hollywoodophobe incapable de voir le cadeau prométhéen que vient d’offrir Christopher Nolan au reste de l’humanité (et j’exagère à peine).

Mais alors, quel est mon problème?

Tout d’abord, la forme. J’ai vu tous les films de Nolan et je suis navré de constater que le cinéaste blondinet aux idées gentiment noires ne se renouvelle pas beaucoup formellement: certes Nolan est un classique et il serait aussi vain et à coté de la plaque de lui reprocher son classicisme que de reprocher à Picasso son attrait pour le cubisme. Néanmoins, je ne peux m’empêcher de penser que Nolan, le succès aidant, prend de moins en moins de risques: photo élégamment sous-exposée aux teintes métalliques; décors urbains aussi déprimants que plastiquement pauvres (voire la cité créée par les architectes Léo et Marion), musique « originale » de Hans Zimmer qui pompe allègrement la partition du Dark Knight ainsi que les précédentes compositions de David Julyan pour Memento et Insomnia, principalement à base de nappes au trombone: le système Nolan-aussi inventif que peuvent l’être les robes Dior parfaitement coupées de Marion Cotillard-a vécu.

Ici et là, on me hurle à quel point Inception est original. La structure alambiquée du film rappelle combien les films précédents de Nolan (à l’exception du foutraque mais réjouissant Dark Knight) ne faisaient pas forcément rimer simplicité avec pauvreté. Coté thématiques, beaucoup de films, ces dernières années ont abordé ces mêmes thèmes, avec autrement plus d’acuité d’extrapolation (Minority Report), d’inventivité visuelle (Matrix, dont je ne suis pourtant pas un inconditionnel), de poésie (La Science des rêves), de lucidité (Eternal Sunshine of the spotless mind) ou de profondeur philosophique (Solaris). Inception, comme ne le dit pas son titre extrêmement prétentieux (la traduction du mot « inception » est début, commencement), n’invente rien. La naïveté du propos (a-t-on réellement besoin d’une jeune architecte pour designer un rêve si ce rêve n’est pas celui d’un nourrisson qui ne connait d’autre décor que sa chambre de maternité?) associée à la désinvolture avec laquelle sont traités certains concepts en psychologie (les récents travaux de Michel Onfray sur le freudisme nous enseignent qu’il convient de prendre des pincettes avec la notion d’inconscient, qui depuis les travaux de Sigmund, est devenue la nouvelle religion; la propension à traquer les signes dans les moindres recoins de l’esprit humain et de les lire systématiquement par le prisme de l’inconscient amène très souvent à transformer des interprétations erronées en vérités absolues. Le film de Nolan, trop rigide dans ses postulats, ne fait pas preuve du plus grand sérieux théorique même s’il se prend par ailleurs très au sérieux.

Comme le remarquait très justement le Pédé, si Nolan semble particulièrement pénétré par la théorie freudienne de l’inconscient et de l’interprétation des rêves, il semble faire totalement l’impasse sur la question sexuelle pourtant centrale dans la lecture psychanalytique  (ce qui peut expliquer en partie la déférence (inconsciente?) témoignée à Nolan dans la culture geek). Les amants, lorsqu’ils sont livrés l’un à l’autre, ne bâtissent pas de cités platoniques mais baisent jusqu’à plus soif; c’est lorsqu’ils se lassent l’un de l’autre et qu’ils sont tentés « d’aller voir ailleurs » que leur monde, du coup, s’écroule. Nolan, sous ses airs de grand monsieur qui a tout compris à la vie, se fourvoie lorsqu’il décide de remiser dans un coin la question du Corps en faisant du couple adulte une espèce d’abstraction uniquement déterminée par l’Idée.

Pour terminer, quelque chose de très pernicieux s’insinue dans le film de Nolan: le personnage interprété par Ken Watanabe incarne à mon sens la réhabilitation de l’idéologie libérale dans un film dont le slogan pourrait être: « En dehors du capitalisme, point de salut! ». Comment interpréter autrement la fonction de ce personnage de spéculateur sauvage, dont la cupidité et l’obsession hégémonique vont rendre possible la rédemption de Cobb/Di Caprio. Nolan fait table rase de la crise financière encore brûlante; le système des grands trusts qui a, je le rappelle, mis des milliers de personnes sur la paille, prend ici les traits d’un personnage charismatique, symbolisant la fameuse « main invisible » et régulatrice chère à Bush Jr et au tenants d’un capitalisme sauvage, qui veut que tout ce qui est bon pour le marché est aussi bon pour l’homme. La belle affaire!

Mais je recommande tout de même Inception qui, en dépit de tous les défauts que j’ai pu lui trouver, reste un divertissement captivant.

Publicités
168 commentaires leave one →
  1. 30/07/2010 10:49

    Ouais, non mais de toutes façons dès qu’un film marche bien, vous le démontez. Bande d’intellos cinéphiles formatés !

    • kar-ar permalink
      15/08/2010 20:16

      C’est quand même un peu ennuyeux, non ? Moitié matrix, moitié solaris, monté comme une bande-annonce pour les premiers 3/4 d’heure, la musique est pour le moins étouffante. J’ai perdu 2h30 et je regrette, comme je regrette, de ne pas avoir lu cet article plus tôt. Yoos, enlève-moi ces lunettes de province qui ne te vont pas très bien. Et merci Le Juif d’être si pertinent.

  2. Castroy permalink
    30/07/2010 10:54

    Sans vouloir crier aussi au génie, et à propos de la musique d’Inception soi-disant peu inspirée, je pense que Le Juif ne doit pas être au courant de la grande idée de Zimmer qui inscrit la musique elle-même dans la narration du film :http://www.youtube.com/watch?v=UVkQ0C4qDvM&feature=player_embedded

  3. 30/07/2010 10:56

    Je ne l’ai pas vu, mais ça me rassure. Cette hystérie collective me terrifie… Bon ceci dit j’avais déjà pas envie, ça va pas me pousser à y aller.

    • PLN permalink
      30/07/2010 11:37

      Oui donc alors deux minutes…Ce n’est pas parce que les gens sont complètement hystériques quand ils parlent de ce film (et je suis complètement d’accord avec toi quand tu dis ça) qu’il faut aller à l’extrême inverse en reprochant à Nolan d’avoir négligé tel ou tel aspect, qu’il s’agisse des analyses de Michel Onfray sur le Freudisme ou de la crise financière des années passées. La plupart des gens qui m’ont parlé du film ne l’ont même pas compris, alors si Nolan avait VRAIMENT voulu faire un truc à tendance philosophique, politique et économique, ce n’est pas du popcorn que l’on t’aurait distribué à l’entrée mais du prozac, 12 advil et une corde pour te pendre.

      Nolan fait ce que j’appelle du divertissement évolué…Il n’a jamais eu la prétention de faire celui « qui avait tout compris ». Le mec a passé 8 ans sur un scénar qui l’intéressait en mélangeant des thèmes qu’il affectionne, je crois qu’il y a 8 ans, les théories de Michel Onfray, il n’en avait rien à péter. Quant au côté charnel dont tu parles et la remarquable absence de cul dans le film, Nolan ne se focalise absolument pas sur ça puisque ce qui l’intéresse est davantage la notion de culpabilité que ressent Cobb, (sa première inception, ce qui arrive à Mal et tout ça). Je veux dire ça reste du ciné, avec un format assez conséquent, pas loin de 3 heures, ça reste un film à gros budget qui n’a absolument pas la vocation première d’éduquer le spectateur sur des notions comme l’inconscient, et je ne pense pas qu’il faille aller chercher midi à 14h sur ce que Nolan aurait pu faire ou ce qu’il a pu négliger, il nous fait partager un trip et ça ne va pas plus loin que ça. Que cela porte à réflexion, tant mieux, mais il faut de l’action, et que cela reste accessible, il y a des thunes en jeu..ça reste Hollywood… Ton analyse est très bien, je la partage sur de nombreux points, Inception n’a rien de nouveau puisqu’il suffit de regarder Dreamscape (1984) pour se rendre compte que l’idée avait déjà été abordée..avec les moyens de l’époque (donc peu, donc bof), ou même Brazil, où l’on voit VRAIMENT où Nolan a puisé son inspiration.

      Quant au personnage de Wanatabe, je ne suis pas vraiment d’accord avec toi. Le principe même du film montre des personnages qui ne sont ni des héros, ni des « méchants » et montre l’être humain comme il est, et la facilité avec laquelle il peut devenir son propre ennemi. Quand tu dis que ça réhabilite une idéologie libérale, tu laisses tes propres convictions guider ta critique et finalement tu ne vois que ce que tu as envie de voir. Les spectateurs ont parfaitement en tête que le personnage de Wanatabe n’a rien de charismatique du tout, et que le contrat qu’il propose à Cobb va à l’encontre même de tous les principes éthiques de ce monde.

      Cela reste un divertissement et même si j’adore lire ce que tu écris et ce que vous écrivez en général, je ne loupe jamais un seul post, là, tu fais juste ton gros snob.

      • Suricate permalink
        01/08/2010 18:27

        Ce commentaire résume assez magnifiquement mon opinion sur cet article.

        Aussi comme je ne trouve rien à ajouter et que je n’aime pas particulièrement passer derrière les autres non plus, je me contenterai de l’approuver vivement et de remercier son auteur pour avoir si justement retranscrit ma pensée.

  4. 30/07/2010 11:01

    En ce qui concerne le besoin d’une architecte, si j’ai bien compris (rien n’est moins sûr étant donné que je suis une fille), c’est pour éviter que le « décor » ne soit connu de Léo et donc accessible à oscar-winner Marion Cotillard.
    Cela dit, comme me le faisait à très juste titre remarquer le Pédé, quel manque de créativité et d’originalité pour des rêves!

    Sinon, je suis globalement d’accord avec toi, mais tu es un peu dur en ce qui concerne l’inconscient et le freudisme qui, n’en déplaise à Onfray (dont Nolan doit évidemment ignorer les travaux notamment le plus récent), reste la plus crédible et la plus sérieuse base pour interpréter les rêves à ce jour. Et on ne peut pas en même temps reprocher à Nolan l’absence de sexualité dans son univers onirique et rejeter l’interprétation freudienne des rêves et le fait que son film repose sur la notion d’inconscient.

    • 30/07/2010 11:13

      J’ai eu la même discussion avec un pote qui reprochait le manque d’originalité des rêves. Ca ne m’a pas particulièrement choqué étant donné que l’objectif de l’Inception est d’aller piéger l’inconscient pour soutirer des informations, et donc une mise en situation un minimum réaliste s’impose. Mais ce n’est que mon avis.

      • 30/07/2010 11:18

        « J’ai eu la même discussion avec un pote qui reprochait le manque d’originalité des rêves. Ca ne m’a pas particulièrement choqué étant donné que l’objectif de l’Inception est d’aller piéger le scénario pour soutirer des scènes d’action pif paf pouf dans tes dents en apesanteur, et donc une mise en situation un minimum réaliste s’impose. Mais ce n’est que mon avis. »

        C’est corrigé !

      • 30/07/2010 12:59

        Je parlais du décor, l’action c’est autre chose. Et puis encore, l’apesanteur toussa, ce serait du à du mouvement dans le référentiel des autres rêves, et plein d’autres trucs. (Si tu veux te la jouer smartass, on peut aussi hein)

      • 30/07/2010 14:25

        Justement, ça se référentialise tellement entre les rêves qu’on dirait une merguez-party chez Catherine Robbe-Grillet. Bon, après, je fais mon connard, mais j’ai bien aimé. (par contre, je ne vois toujours aucune raison valable pour laquelle le monde est planté sur le modèle Die Hard plutôt que sous LSD ordinaire, mézanfin)

    • Le Joueur permalink
      31/07/2010 11:32

      Je vous en prie, laissez Michel Onfray de côté, ou du moins nne parlez pas de « travaux ». Onfray est un gros travailleur c’est vrai, mais ne considérez pas qu’il vient de révolutionner la philosophie en détruisant les théories de Freud. D’abord parce que (et je ne comprends pas que personne ne l’ai relevé jusque là), il est bien évident que les théories de Freud sont désuètes et ne servent plus qu’à la compréhension de l’histoire des théories sur le psychisme.
      Les considérations enseignées en université sont les théories qui ont évidemment été émises après Freud…
      Onfray ne fait d’ailleurs, si vous avez lu ce fameux recueil auquel je pense que vous faites tous référence, que rassembler et commenter les textes des différents théoriiens de la psychanalyse post freudienne. Il y a donc d’une part un certain porte-à-faux: ces textes ne s’inscrivent pas dans une démarche d’opposition par rapport à Freud mais dans une démarche de sursomption. D’autre part, rien de nouveau mais un travail qui fait actualité du fait du côté médiatique du personnage, et de la facilité d’accès de ses ouvrages, qui permettent chaque fois une certaine vulgarisation.
      Faites très attention de grâce en employant le nom de Freud, car on tombe systématiquement à côté. Il ne faut pas penser à lui dès qu’apparaît le mot inconscient, ce serait aussi vain que de tout ramener à Platon dès qu’on emploie le mot philosophie.

      Le film de Nolan n’a rien à voir avec la constructiion freudienne du psychisme, VRAIMENT rien et surtout pas de sa prétendue interprétation des rêves (car le film ne porte absolument pas sur ce sujet d’une part, et parce que vous vous étonnez de l’absence de sexe en évoquant de l’autre côté Freud ce qui n’a pas de sens. pour moi c’est comme si vous disiez putain mais pour quoi on voit pas de pizza et de tortues alors que le film de Nolan raconte à l’évidence l’épopée des tortues ninjas?).

      Le juif, je trouve ta critique remarquablement bien écrite et fine, mais complètement hasardeuse sur les terrains de la psychanalyse. Et pour les ccommentateurs: je trouve bien hypocrite de reprocher à Nolan de traiter l’inconscient sans exactitude ou minutie scientifique si vous-même n’en maîtrisez pas tous les tenants. On ne contraindra personne à être un expert ou à parler d’un sujet sans le connaître à fond, mais le bon sens oblige quand même à ne pas reprocher aux autres ce qu’on fait soi-même, non?
      Bises à tous et arretez d’embêter Yoos-F

      • 02/08/2010 19:03

        Putain comment tu m’avais manqué toi !

        Merci l’ami 😉

      • Tibz permalink
        20/08/2011 01:55

        Merci !

  5. Chuck permalink
    30/07/2010 11:09

    Si tous les films devaient être engagés politiquement, on se ferait quand même pas mal chier au ciné, non?
    Heureusement qu’il y a aussi du divertissement avec le mérite de ne pas nous prendre pour des analphabètes demeurés ni forcément des érudits, mais simplement pour des gens qui veulent s’évader pour 2h d’une façon dont ils ne l’ont peut-être pas faite depuis longtemps.
    J’apprécie ceux qui n’ont pas la prétention de changer le monde avec ce qui ne reste qu’une oeuvre.

    • 30/07/2010 11:28

      « ce qui ne reste qu’une œuvre » ??? Mais une œuvre, c’est bien la seule chose qui puisse changer le monde ! Quant à la notion de « s’évader », elle est pour moi totalement inséparable de celle de « rédaction de CM2 ».

      • 30/07/2010 11:38

        Je plussoie Diegosan sur ce point (et Dieu si elle existe sait à quel point nos goûts diffèrent.)

        A partir du moment ou une oeuvre d’art, quelle qu’elle soit, est une projection des désirs, des ambitions, de l’inconscient (tiens, on en reparle) et du conscient d’un artiste, il est parfaitement illusoire de pensée qu’elle puisse échapper ne serait ce qu’à une miette des convictions de son auteur.

        Ya toujours quelque chose qui transpire. Du moins quand il s’agit d’une vraie oeuvre d’art (même si c’est un ratage absolu).

      • 30/07/2010 11:40

        Bon, c’est la rêveuse hein, mon blog en projet me joue des tours

      • 30/07/2010 12:42

        T’es tellement méchant ! Diego ! C’est bon…!

      • 30/07/2010 13:07

        « Quant à la notion de « s’évader », elle est pour moi totalement inséparable de celle de « rédaction de CM2″. »

        Bizarre, pour moi celle de s’engager absolument dans toute oeuvre est une théorie de 1ère L.

      • 30/07/2010 13:17

        Je soulignais juste que « s’évader » est une notion d’une cruchonnerie telle qu’à la fin elle est pleine d’eau, comme dirait Boris, et ce en effet par pure méchanceté. Je n’ai par ailleurs jamais dit qu’il fallait s’engager absolument dans toute œuvre, mais c’est quand même mieux, les œuvres qui disent des trucs, que celles qui disent ouah t’as vu comme c’est trop dingue ce rêve dans le rêve dans le rêve, trop ouf. J’ai le sentiment que ces mecs se regardent écrire des scénarios comme Vincent Cassel se regarde jouer, en fait, et ça me fait tout autant chier dans les deux cas.

      • 30/07/2010 13:18

        Nan Diego, je disais, j’adore quand t’es méchant. Parce que t’es drôle.

      • 30/07/2010 13:18

        S’agit pas de s’engager. On peut laisser des traces de ce qu’on est dans son oeuvre sans même y prendre garde… Il suffit de vouloir faire quelque chose de bien et qui nous plaise. Ca se fait tout seul.

      • 30/07/2010 13:19

        Ah, et au temps pour moi, il n’y a pas que les œuvres qui puissent changer le monde. Il y a aussi les Jeunes Pop.

      • 30/07/2010 14:27

        « Bizarre, pour moi celle de s’engager absolument dans toute oeuvre est une théorie de 1ère L. »
        Politiquement, tu veux dire, non ?

        Parce que chaque oeuvre est un engagement au moins esthétique. Alors que les allocations familiales, non.

      • Guillaume Pascanet permalink
        30/07/2010 14:36

        Certains engagements esthétiques sont si forts qu’ils en acquièrent une dimension politique.

        Je ne suis pas certain que ce soit le cas ici. J’aime cependant que le Juif y ait vu une certiane hagiographie du capitalisme financier.

        J’ai eu une grosse discussion récemment avec ma chérie qui me vantait les mérites d’un film qui, bien que je ne l’ai pas vu, est pour moi un gros navet : « A la recherche du bonheur » avec Will Smith.

        Au delà de toute considération esthétique, c’est le message de ce film qui me le rend insupportable : on peut être pauvre, sans travail et chargé de famille, si on est courageux et que l’on ne réchigne pas à la tâche, on s’en sortira.

        C’est insupportable pour moi de faire croire cela à des gens qui, quoi qu’ils fassent, ne s’en sortiront jamais tout seuls, sans appui de la société. Mon krisprolls rejoint là celui du Poil sur les allocations familiales.

    • 30/07/2010 11:46

      Comme disait Desproges, je cite Desproges, c’est surtout pour me la jouer, « Mais elle est ENORME la prétention de changer le monde avec une oeuvre ! » Bon, dans le texte, c’était pas avec une oeuvre mais avec l’humour, ou un gros zizi, ou les deux, je ne sais plus très bien.

      C’est marrant ce que tu dis, d’ailleurs, ça répond exactement à une scène du film; celle où il y a une dizaine de papis qui en ont pris de la bonne parce qu’il n’y a que comme ça qu’ils peuvent « vivre ». L’évasion, belle affaire, mais l’intérêt est un peu limité si c’est juste dans un esprit de consommation et de deux heures à tuer, ça finit par être lassant. Et puis, c’est un peu vague, jeune homme, évasion de quoi ? En ce qui me concerne, mais je suis un jeune débile, plus qu’une évasion, j’ai l’impression que le cinéma, la littérature, même les jeux vidéos, sont des points de vue différents qui ne font que simuler un autre monde pour mieux juger la popote réelle qui te sert de point d’appui quotidien.

      Quand je sors comblé d’un film, d’un livre, d’une série, c’est que j’ai été surpris, secoué, pris là où je ne m’y attendais pas, bref, chaque film de ma vie est un peu ma ruelle étroite passé vingt-trois heures. Le danger, pour moi, encore une fois, avec mon embryon de culture généralement en grève, c’est de chercher le conformisme et la valeur sûre (je pense).

      Quant à l’engagement, le restreindre au politique, c’est petit joueur. Chaque oeuvre est un engagement sur la vie. Certaines le sont même sur le spectateur.

      • Chuck permalink
        30/07/2010 12:01

        J’admets que le terme évasion est désormais galvaudé et sert d’alibi à bien des atrocités audiovisuelles. Je suis loin d’idéaliser Inception et de le défendre corps et âmes avec de grosses oeillères mais parfois je trouve qu’on ne se satisfait plus assez d’un récit qui ne se veut pas plus qu’une histoire bien maîtrisée, bien racontée, belle à voir qui dépasse le statut de divertissement simple tout en ne voulant pas jouer en dehors de cette catégorie et sans forcément de gros enjeux philosphiques ou géopolitiques.
        C’est un film d’action, qui reste un film d’action mais qui reste pour moi l’un des meilleurs du genre.

      • 30/07/2010 12:06

        Une histoire bien maitrisée, bien racontée et belle à voir dépasse naturellement le statut de simple divertissement.

        (Je sais qu’on est d’accord, mais j’aime faire chier.)

      • 30/07/2010 14:01

        C’est bien mon point [kassdédi @PdT] : je ne m’en satisfais pas.

      • Philippe De Thrace permalink
        30/07/2010 22:49

        Diego, ton pif au bout d’un bâtonnet d’esquimau, na.

        Pour en rajouter dans le consensus, même involontairement, la narration d’une oeuvre a une portée politique. La technique narrative (qui permet d’arriver à faire ce qu’on veut) et la conscience de l’artiste (qui permet de savoir ce qu’on fait) travaillent forcément de concert dès qu’on atteint un certain niveau. Il est illusoire de croire qu’on peut s’engager politiquement (au sens Xlarge) sans maîtrise technique et inversement.

  6. 30/07/2010 11:10

    – Ce qui manque à Inception, c’est Paprika http://www.youtube.com/watch?v=2j3mtYRXV7c
    – On s’en fout de la toupie, mais je n’aurais vraisemblablement pas dit la même chose si ça avait été un canard de bain.
    – Michel Onfray est un con.
    – Et vous aussi, tiens, pas de jaloux.

    • 30/07/2010 11:39

      Mon amour !

      Plus sérieusement, cet anime est la plus grande baffe dans ma gueule de ces dix dernières années. J’en ai remis mon tyravail en question….

      • 30/07/2010 11:53

        Comme disait un pote, « Inception, c’est Paprika sauvagement violée par James Bond ». Je demande à voir les premières versions du script.

      • 30/07/2010 13:21

        J’attendrai d’avoir vu Inception pour le dire. J’avais cru comprendre que la problématique (berk, j’aime pas ce mot, mais tant pis) n’était pas la même.

      • 30/07/2010 13:30

        Et je vais tâcher de me trouver la Bo de cette merveille animée, un de ces jours… Pas fan de jpop, mais Susumu Hirasawa, il déchire !

  7. 30/07/2010 11:12

    Tout à fait d’accord! un bon film mais pas le film du siècle. Pour moi il s’apparente à un Mission Impossible sauf que la mission se passe dans un cerveau mais tous les ingrédients y sont du casting de la bande à l’histoire d’amour avec l’humour en moins…

  8. 30/07/2010 11:12

    D’ailleurs, c’est moi ou l’affiche n’a rien à voir avec le film ? Parce que la photo nous vend un peu Dark City. Et on est très loin de Dark City.

    • Guillaume Pascanet permalink
      30/07/2010 11:13

      J’ai pas vu le film mais l’affiche est très différente en France.

      • 30/07/2010 11:19

        Boarf.

      • Guillaume Pascanet permalink
        30/07/2010 11:30

        Je ne trouve pas sur internet mais je pensais à une affiche avec une rue de Paris qui se replie.

        Celle que tu me montres est sans doute l’officielle, mais ce n’est pas celle que j’ai vue dans la rue.

      • 30/07/2010 11:32

        Ah. Parce que celle-ci est celle qui trône sur les placards des trois cinémas caennais. Autant pour moi, donc.

      • Guillaume Pascanet permalink
        30/07/2010 11:34

        Je ne suis pas passé devant un cinéma récemment. Je ne pense pas qu’il y ait une version spéciale pour ces ploucs de Bas-Normands.

      • 30/07/2010 11:53

        En même temps, tout le monde ne sait pas qu’il y a des cinémas en Basse-Normandie, comment pourrais-je t’en vouloir ?

      • Guillaume Pascanet permalink
        30/07/2010 11:59

        Je suis pas sûr que beaucoup de personnes savent que la Basse-Normandie, voire toute la Normandie, va au-delà de la côte fleurie et de Deauville en particulier.

      • Karine permalink
        30/07/2010 12:16

        Moi c’est surtout la baseline qui m’a choqué « Your mind is the scene of the crime »….quel meurtre?
        D’ailleurs c’est un film sans figure de méchant marqué, j’ai beaucoup apprécié ce côté là.

        Et pour les décors des rêves : le monde construit par Cobb et sa chérie m’a fait penser à une ville de l’ex URSS en plein communisme….quelle inventivité! A moins que cela montre la limite des rêves à un moment donner, on fini par tourner en rond et reproduire le monde réel (les maisons dans lesquelles ils ont vécus). Du coup je me dis quand même que tous les éléments du film sont pensés pour avoir un sens après la première impression…faudrait que je le revoir pour me refaire une idée de tout ça 😀

      • Mohammed permalink
        30/07/2010 12:27

        « Crime » n’est pas « murder ». C’est un crime au sens de violation de la loi (« Well, it’s not strictly speaking legal », Dom Cobb à Ariadne).

      • Le Pet Financier permalink
        30/07/2010 14:09

        C’est peut être cette affiche qui est dans tes limbes…
        http://www.ozap.com/photos-images/photo-inception-3212218.html

      • Le Pet Financier permalink
        30/07/2010 14:22

        En fait, c’est celle là qui est dans tes souvenirs

  9. Chuck permalink
    30/07/2010 11:13

    Effectivement, on peut regretter le manque d’imagination alors que le concept des rêves permettait de se lâcher complètement. Mais en même temps, le but de l’architecte est de construire un monde assez crédible pour que la personne ne se rende pas compte qu’elle rêve. Ça reste très cohérent à défaut d’être visuellement bluffant. Pour ça, j’irais voir Burton ou Miyazaki

  10. Tom permalink
    30/07/2010 11:21

    Ce qui est intéressant dans Inception, au-delà du film en lui même, c’est que ce n’est pas une suite, pas un préquel,pas un remake pas un truc déjà prémâché.

    Alors OK les studios se sont dit Nolan est totalement bankable, le risque est minime, mais qd même les films sur produit qui ne nous prennent pas complétèrent pour de débiles sont suffisamment rare pour ne pas trop bouder ce petit plaisir.

    • Karine permalink
      30/07/2010 12:19

      Très juste, je suis totalement d’accord avec ton avis et en plus le film est quand même très bien.

  11. Julien permalink
    30/07/2010 11:44

    La voilà la blogosphère Parisienne comme je l’aime !

  12. Guillaume Pascanet permalink
    30/07/2010 11:50

    J’ai l’impression que la secte des inceptionnistes débarque, prête à massacrer ceux qui ne crient pas au génie.

    • Mohammed permalink
      30/07/2010 11:54

      Mon message ci-dessous te donne probablement raison.

      • Guillaume Pascanet permalink
        30/07/2010 13:13

        Ah non, au contraire.

    • Tom permalink
      30/07/2010 12:02

      Ah non non en aucun cas !

      Ce point me semblait suffisamment important pour être souligné, car la créativité d’Hollywood ce fait très rare, donc pour une fois que qq’un a un scénario original il faut le souligner.

      Il est vrai que j’ai beaucoup aimé Inception ce qui ne m’empêche pas d’être objectif.
      Je confesse même une certaine frustration, car :
      il est la loin d’arriver à la forme narrative de Memento
      je m’attendais vraiment à être perdu dans un labyrinthe et c’est malgré tout assez linéaire !

    • 30/07/2010 13:18

      Qui crie au génie, cryogénie.

      • Guillaume Pascanet permalink
        30/07/2010 13:19

        Tu déchires.

        Who shouts in the genius(engineering), cryogenics

      • tibop permalink
        30/07/2010 22:07

        Léonard. La BD. Nom de l’album n° je sais pas combien. On va s’entendre nous deux.

  13. Mohammed permalink
    30/07/2010 11:52

    Ce démontage déguisé, très bien servi par un argumentaire spécieux, est désormais récurrent dans sa structure chez les détracteurs d’Inception.
    Pour dire les choses franchement (je vais vous parler franchement, je ne vais pas tarder à vous parler franchement), Inception est, à mon humble avis, le meilleur film depuis l’avant-dernier Nolan : The Dark Knight.

    D’aucuns reprochent à Inception son manque d’onirisme, et vont jusqu’à hurler à qui veut l’entendre que même Shutter Island l’était davantage. Je n’ai vu le film qu’une fois, et je crois qu’il n’est à aucun moment fait référence à la notion d’inconscient mais bien celle du subconscient. Bien que n’étant pas psychanalyste, mes maigres connaissances philosophiques me laissent penser qu’une différence – sûrement ténue – existe et puisse justifier les choix du réalisateur britannique.

    Le succès de Nolan énerve, son perfectionnisme et sa méticulosité deviennent des défauts responsables d’un manque de profondeur, de rugosité (, de Joker ?). On reproche à ses personnages d’être trop lisses. J’en disconviens simplement en me référant à toutes les « bands » hollywoodiennes que j’ai pu voir. Quelqu’un a déjà réussi à percer à jour la psychologie intérieure d’un groupe de plus de trois personnages, depuis Sergio Leone ? Quelle est celle du petit chinois acrobate dans Ocean’s Eleven ? Oui, on survole les personnages secondaires. Des personnages secondaires dont la prestation suffit bien largement à la trame et dont on arrive à percevoir les petites particularités. Et ce n’est pas plus mal si c’est pour voir une Marion Cotillard à la voix nasillarde agaçante et au jeu insipide. Je ne parle pas de Léo, qui signe là un bon film (n’en déplaise au Pédé) sans être transcendant.

    La profondeur, la largeur, l’épaisseur d’Inception n’ont pas à être démontrées pour qui va voir le film sans les oeillères de la blase et sans s’être laissé influencé par toute la hype autour du film. Et en mes petits 18 ans d’existence, je n’ai pas le souvenir d’avoir vu un film déchaîner les passions et les interrogations de la sorte. Ce n’est certainement pas le film de la décennie, mais ce n’est certainement la bonne bouillie sans plus qu’on veut nous faire avaler.
    Mon premier commentaire sur un blog auquel je suis fidèle.

    Ps: La Meuf, je suis amoureux depuis l’article sur Casablanca.

    • 30/07/2010 12:09

      Bof, les interrogations sont là parce que les gens ont envie de les avoir. Il y a des films bien plus complexes qui n’ont jamais suscité qu’un demi-plouf dans la mare des forums de l’Internet mondial. Là, maintenant, tout de suite, je pense à Numéro 9. Ou Coraline.

      • Ivich Daniel permalink
        05/08/2010 15:05

        Simple curiosité de ma part: en quoi c’est complexe, Numéro 9? Le scénario tient dans la paume de ma main et les bases du film ne sont certes point nouvelles (même si elles avaient un super potentiel, qui fût foireusement inexploité).

        Et Coraline, c’est déjà plus développé, mais tout de même?

        J’suis perplexified.

    • 30/07/2010 12:33

      @Mohammed: Joli plaidoyer en faveur du film dans un premier commentaire qui a la classe. Je suis sûr que dans un avenir pas si lointain, ceux qui aiment Inception cohabiteront dans la paix et l’harmonie avec ceux qui n’aiment pas Inception.

    • 31/07/2010 13:28

      « Ce démontage déguisé, très bien servi par un argumentaire spécieux, est désormais récurrent dans sa structure chez les détracteurs d’Inception. »
      Mais grave. Brûlons cette communauté impie au plus vite.

  14. P2L permalink
    30/07/2010 12:08

    Surtout que bon, c’est pas mal comme film, mais en terme de scenar chiade et de supre deconstruction narrative, Memento est 20 000 fois mieux.
    Et en plus, Cotillard joue pas dedans.

    • 30/07/2010 12:37

      Je suis d’accord: Memento est un film d’exception (remember, la séquence de générique avec le polaroïd).

      • P2L permalink
        30/07/2010 12:45

        Je m’en remember pas, mais c’est un film patate.

  15. 30/07/2010 12:08

    « je suis tour à tour traité de demeuré (pardon de n’avoir rien compris à cette histoire), de frigide émotionnel, puis enfin d’élitiste hollywoodophobe incapable de voir le cadeau prométhéen que vient d’offrir Christopher Nolan au reste de l’humanité (et j’exagère à peine). »

    Juste pour dire que mon écran est foutu, quoi, tout tâché.

    J’hésite à lire plus avant cet article, j’aimerais bien le voir quand même… Oh et puis, merde, tiens.

    • P2L permalink
      30/07/2010 12:13

      t »as eternue violemment ou t’as rigole ton verre de lait par le nez?

      • 30/07/2010 12:14

        C’était du coca zéro, autrement plus lochant question régurgitations nasales que le lait.

    • Karine permalink
      30/07/2010 12:24

      C’est vrai que les passions déchainées par le film sont un peu too much! J’ai aprécié le film à sa juste valeur, ni plus ni moins, de la à dire qu’il m’a « retourner le cerveau » comme une amie me l’a dit…non!
      Le début est difficile à suivre mais après le film se suit facilement (la scène de la remontée des différents niveau est trèèèèès longue donc on comprend bien tout tout tout), après il faut chercher le sens caché des choses et ça pas tout le monde va le faire, loin de là!

    • 30/07/2010 12:25

      @Vieux Félin:
      Flatté d’avoir contribué (inconsciemment) au saccage de ton ordi. Et puis merci pour cette liste de tes lectures favorites qui m’a l’air très séduisante et que j’ai pris le soin de noter dans mon petit calepin.

      • 30/07/2010 12:39

        C’est plaisir, quand t’as un moment tu me feras part du tien, de top 10? La Meuf s’y est collé, mais elle en a mis 14…

        Ouais je sais…

      • 30/07/2010 12:50

        Quoi ouais je sais?

      • 30/07/2010 12:53

        Je vais faire comme si j’avais pas lu ce commentaire pour éviter d’avoir à répondre…
        Je ->->->->

        La vérité, elle fait peur La Meuf….

      • 30/07/2010 12:58

        HEIN??!!!???

      • 30/07/2010 13:03

        Rien je suis dans La Gêne.

      • 30/07/2010 13:05

        Mais pourquoi donc???

      • 30/07/2010 13:07

        Arrête d’effrayer le vieux félin!!!

  16. 30/07/2010 12:12

    Et toi tu sais où a été tourné Inception ?

    Pour frimer devant la machine à café (et détourner le débat), y a moyen de faire son guide touristique et d’en apprendre à son voisin avec cet article : http://www.tripteaser.fr/blog/les-lieux-de-tournage-d%E2%80%99inception/

    Et encore, j’aurai pu vous mettre un lien sur la symbolique des prénoms (Ariane Ariane ça me dit quelque chose).

  17. 30/07/2010 12:13

    Jusqu’à ce que tu sites Onfray, j’étais à 100 % avec toi, car si Inception est un super divertissement pour la cervelle, il est effectivement assez pauvre visuellement, et la musique en est largement pompeuse. Mais tuer la psych avec Freud c’est super con, d’abord parce qu’il est de notoriété publique obsolète, ensuite si la psychanalyse est née avec lui, d’autres lui on apporté des théories plus subtiles et passionnante. bref Onfray= tas de clichés, pour moi son point de vue n’a aucun interet! Mais bref ça se sont tes extrapolations et non pas celles de Nolan qui en fait a créé un certain nombre de règles pour faire fonctionner son film qui n’ont rien à voir avec la réalité des rêves. C’est à dire que le film fonctionne en lui-même mais qu’évidemment aucunes de ces règles ne sont applicables à la réalité. Ai de meilleure lecture qu’un philosophe anti psychanalyse (s’il n’a pas de problèmes de nevroses tant mieux pour lui, mais d’autres ont besoin de se soigner, et les psy qui extrapolent sont reconnus par tous comme mauvais!!)

  18. 30/07/2010 12:23

    Une assez bonne interprétation de Inception imho, qui va un peu au-delà du « dabor la toupi el à tomber »
    http://www.chud.com/articles/articles/24477/1/NEVER-WAKE-UP-THE-MEANING-AND-SECRET-OF-INCEPTION/Page1.html

    • Karine permalink
      30/07/2010 12:38

      Wooo chapeau, la comparaison est tout simplement géniale et c’est un bel hommage au cinéma! J’adore découvrir les différents niveaux de lecture d’un film, même si moi je ne les trouvent jamais 😀
      Par contre hier j’ai lu une autre interprétation qui va à l’opposer de celle de ton article (pour la fin du film en gros), mais je ne suis pas sûr qu’elles s’opposent si on prend conscience des différents niveaux de lecture qui existe pour ce film (comme les différents niveaux du rêve!) : http://revolvingdoorproject.net/2010/07/23/inception-what-happened-at-the-end/

    • Patrick permalink
      31/07/2010 16:55

      Excellente analyse.
      Merci pour le lien !

  19. 30/07/2010 12:25

    Mouahahah la référence à Onfray. Correction, la référence au DERNIER BOUQUIN d’Onfray. Franchement mec, je respecte, celle-là fallait oser la mettre.

  20. La Chercheuse permalink
    30/07/2010 12:25

    Et pendant ce temps Carla tourne toujours …

    • 30/07/2010 12:47

      Encore Inception…

      alors qu’on pourrait tous aller voir notre Sophie nationale dans L’age de Raison, en se tenant la main et en partageant un kleenex.
      (excusez moi je vais me faire vomir)

      • La Chercheuse permalink
        30/07/2010 12:50

        Ou les petits mouchoirs … ah non c’est pas encore sortie, flute

  21. Le Nain permalink
    30/07/2010 12:53

    De toutes façons comment voulez vous faire un grand film sans Manu Payet, Sonia Rolland et Gad Elmaleh?

  22. 30/07/2010 15:53

    Eh bien! Voilà un article qui me fait bien plaisir!! 🙂
    Je suis sortie bien déçue de ce film pour plusieurs raisons en réalité :
    1/ Le film est d’une certaine manière trop simple… Au début, le héros recherche une architecte pour construire une labyrinthe. On s’attend donc à se perdre dans les méandres de l’inconscient de quelqu’un… Hors, toute la narration du film relève plus de l’ascenseur (on s’enfonce dans l’inconscient du « sondé » par « étage »de plus en plus profond) et non du labyrinthe. On ne se perd pas dans l’inconscient. Les héros ne ressentent pas de réelles confusions… Et même le spectateur sait en permanence où se trouvent les héros…
    2/ « Les Regrets » d’Edith Piaf en BO… Marion Cotillard… Un peu too much non? (c’est pas ce qui m’a le plus gênée…)
    3/ L’inconscient du sondé est tout de même assez propret… Je suis sûre que même dans le mien c’est beaucoup plus malsain, sale, angoissant et torturé. Et pourtant je suis équilibré, je mange des Cornflakes et fais du jogging trois fois par semaine en écoutant les Black Eyed Peas…

    Donc merci le Juif et le PD, je me sens moins seule!
    Bon week end! Et vive le cinéma (bien entendu)!

    • 30/07/2010 17:02

      « Et pourtant je suis équilibré, je mange des Cornflakes et fais du jogging trois fois par semaine en écoutant les Black Eyed Peas… »

      il y a un contresens dans cette phrase, sauras tu le retrouver ?!!

      • La Chercheuse permalink
        30/07/2010 19:38

        Cornflakes ?

  23. Patrick permalink
    30/07/2010 18:37

    @ Le Juif:
    Je peux absolument comprendre ton irritation face à l’hystérie galopante autour de tout nouvel événement et surtout cinématographique. J’ai subit la même chose avec la sortie de  » Inglorious Bastards » et contrairement à toi qui apprécis Nolan…moi, je ne supporte pas le culte autour de Tarantino et…Tarantino tout court 🙂
    Je peux aussi comprendre que l’on ne puisse pas aimer tel ou telle films de Nolan (les gouts et les couleurs). J’adore Inception, mais je te rejoins pour Memento qui reste l’ Opus Magnum de Nolan.
    Cependant, je trouve que tu pousse un peu trop loin ton analyse comparative concernant… un film de divertissement.
    Sans revenir sur ton implication des travaux de Michel Onfray ( les autres l’ont déjà fait avant moi ),
    j’aimerais revenir sur le théme de la sexualité que tu évoques dans ton article.
    Sexualité, qui bien qu’extrêmement liée à la psychanalise et au monde onirique (absolument d’accord avec toi), est néanmoins totalement inéxistante dans toute la filmographie de Nolan.
    Et la raison étant (en tout cas pour Inception) que Nolan (qui est un garçon intelligent) évite de marcher sur les plates bandes des maitres en la matiére et de refaire ce qu’a reussi bien avant lui, l’ apotre de la « nouvelle chair »…David Cronenberg.
    De plus si Nolan devait filmer la sexualité, je crois qu’il ne saupoudrerait pas ses films avec quelques séquences « clichés », mais en ferait une oeuvre focalisée ( et là je vais commettre LE crime de lèse majesté 🙂 comme Kubrick pour Eyes Wide Shut (aie…c’est fait) 🙂
    Maintenant, concernant le manque d’imagination de Nolan par rapport à une imagerie fantasmagorique que pourrait engendrer le monde onirique, pourquoi refaire ce que Cocteau, Buñuel, Lynch, Gilliam et Gondry ont déjà fait auparavant ?
    Je dois admettre que je fus moi même (au début du film) assez surpris par cette absence. Mais par la suite, cet aspect ne m’a pas dérangé et je fus même fasciné par le choix de Nolan a explorer de nouveaux horisons comme le temps, l’espace, l’architecture, les paradoxes, les dédales de la conscience…and many more 🙂
    Pour conclure, je ne crois pas que Nolan soit « un donneur de leçons » arrogant et pauseur. Il n’a jamais renié son admiration pour les films de James Bond et de la série Mission Impossible. Il a tout juste voulu nous en donner sa version.
    Et de plus, ayant revu dernièrement une autre série cultissime que Nolan affectione tant et voulait même en faire une adaptation cinématographique…Le Prisonier.
    Je vous encourage à revoir ou à redécouvrir (pour certains) le troisième épisode: A,B &C
    qui je trouve…a bien des similitudes avec Inception 🙂
    Ce qui prouve que Nolan (à sa manière) tout comme Kevin Smith, est bien un geek de chez geek 🙂

    Cordialement

    P.P. Effectivement, joli plaidoyer Mohammed.
    P.P.S. Dites?…Vous m’en voulez toujours pour la comparaison avec Kubrik ? 🙂

    • Marian permalink
      31/07/2010 16:44

      Eyes Wide Shut ?
      Même Kubrick en est mort … c’est dire.

      • Patrick permalink
        31/07/2010 16:50

        Oui…et je suis toujours en deuil !

      • Marian permalink
        31/07/2010 16:57

        Juste pour être sûr.
        Je précise qu’il en est mort de honte d’avoir réalisé une telle bouse (par rapport au reste de sa filmo … faut relativiser).

  24. Patrick permalink
    30/07/2010 18:39

    Oh mon Dieu !!!
    Je viens de me rendre compte que j’ai saupoudré mon texte de smiley…
    Désolé les gars
    Tiens pour changer… 😦 Na !!

    • Patrick permalink
      31/07/2010 17:03

      C’est vrai que ce n’est pas son meilleur. Mais en ce qui me concerne, c’est surtout le jeux du duo des comiques (Cruise-Kidman), que je considère de  » bouseux ».

  25. Le Fonctionnaire permalink
    30/07/2010 20:47

    Hum comment dire… Pas d’accord !

    1. « Inception ne traduit pas la théorie psychanalytique dans toutes ses subtilités » : certes, mais est ce vraiment là le rôle du film ? A part « subconscient » et névrose, qui sont rentrés dans le langage commun depuis un certain temps, Nolan ne sort aucun terme technique (ça, surmoi, moi, etc…). Pourquoi lui reprocher de s’être éloigné de ce qui n’est rappelons le qu’une théorie, une façon intéressante de penser l’esprit humain, PARMI d’autres ! Et pourquoi est ce que Nolan devrait se préoccuper le moins du monde de ce que peut raconter Onfray ? Freud ou Jung à la limite, mais Onfray ? Je te concède quand même l’absence de sexualité dans le film qui lui enlève un peu de sa crédibilité.

    2. « d’autres films ont exploré cette idée avec plus d’inventivité » : je ne les ai pas tous vus, donc OK. Mais Matrix ? J’aime bien Matrix personnellement, c’est un film d’action très sympathique avec un scénario intéressant. Mais il me semble que Nolan exploite au contraire beaucoup plus le flou entre le rêve et la réalité que Matrix. Dans le 1er volume, on ne sort même pas du « rêve » (ou presque) et le monde réel est de toutes façons très limité.
    Que l’idée ne soit pas originale, certes (ça remonte à Platon). Mais où a-t-on vu un brouillage de la frontière rêve/réalité aussi réussi que dans Inception ? C’est quand même beaucoup plus élaboré qu’un pauvre « et si tout ceci n’était qu’un rêve ».

    3. « Watanabe est une apologie cachée du capitalisme » : eeeeuh… oulà…
    Parce qu’il est riche ? Et méchant ? et qu’il aide les gentils ? Non mais sérieusement qu’est ce que t’as pris là le Juif, j’en veux aussi =)
    Je ne vois pas trop en quoi la démarche de neutraliser un concurrent via une méthode hautement illégale (et s’apparentant presque à un meurtre) a quoi que ce soit à voir avec le capitalisme ou le libre échange. Sérieusement il faut arrêter avec « le capitalisme c’est méchant pas bo ». Et associer Bush au libre échange, c’est à peu près aussi malin qu’associer la bière et les chapeaux traditionnels aux nazis. Désolé, mais à quelques corrections près (essentielles certes), l’idée de la main invisible est une idée géniale et l’économie mondiale est fondée dessus depuis quelques centaines d »années. Et ça marche. On ne peut pas comparer la crise actuelle avec la faillite de l’URSS. Créer un système de régulation et de contrôle des banques, ça n’est pas la fin du capitalisme, c’est une mise à jour.

    • La Pastanaga permalink
      30/07/2010 21:11

      et Lacan?

      (je m’en beurre un peu d’Inception… mais je sais pas… j’entends « rêves », « architecte », « structure », bah je pense Lacan)

    • 31/07/2010 00:08

      je pense surtout que tu ne connais rien à l’économie.

      Déja, penser que le « truc » de la main invisible marche depuis des siècles…

      C’est pas prouvé qu’il fonctionne (en tout cas, pas sans de sérieux coups de pouces) et de toute façon, c’est une notion qui date au plus tôt du XVIIIème siècle avec Smith, soit deux petits siècles, ce qui n’est rien en regard de l’histoire de l’humanité.

  26. tibop permalink
    30/07/2010 22:13

    Je te méprise Le Juif.
    Je n’ai pas vu le film, je veux le voir, mais maintenant j’ai envie de ne plus vouloir.

  27. l'ex hypokhâgneuse permalink
    31/07/2010 01:00

    j’ai eu une prof de litté obsédée par Freud et d’après ce que j’ai compris de ses cours, le sexe dans les rêves est souvent censure/code et tout de même, avec tous ces immeubles, vous pouvez pas dire qu’on manque de symboles phalliques.

  28. Seywhat permalink
    31/07/2010 01:07

    Bravo pour cet article. Je ne sais pas pourquoi il y a tant de tapage autour de ce film. Je m’en plaignais moi-même, notamment à cause de l’influence des médias dans cette histoire et je suis heureuse de voir que bien d’autres personnes ont eu les mêmes réactions. « Le nouveau Matrix » non mais n’importe quoi !

  29. Le Fonctionnaire permalink
    31/07/2010 09:01

    @guillaume : certes, je n’y connais pas grand chose en économie, ce n’est pas ma spécialité. Mais justement la main invisible d’Adam Smith, c’est une idée très simple : le boulanger qui fait son pain tous les jours ne le fait pas par altruisme ou par conviction, il le fait dans son propre intérêt. Il n’y a pas besoin de le forcer à le faire. De même, le prix qu’il fixe, c’est dans son intérêt de choisir un prix raisonnable, sinon personne ne lui en achètera. Pas besoin de faire une loi qui fixe le prix du pain : c’est comme si une « main invisible » s’en occupait. Cette main invisible, c’est juste la remarque que dans cette situation, la poursuite du l’intérêt particuliers conduit à l’intérêt général.

    Alors comme ça fait quand même 2 siècles que l’économie mondiale est basée grosso modo sur ce principe (il faut raffiner bien sûr : lois anti-trusts, accords internationaux pour réguler le financement par les états, et peut être maintenant régulation de la spéculation et des systèmes financiers) mais en gros c’est ça l’idée. Ce que je voulais dire, c’est qu’il ne faut pas en faire un dogme, mais que l’idée de base est assez incontournable (et absolument pas cynique). Refuser ça, ça revient à faire de l’économie planifiée, avec des prix imposés etc. et ça on a vu que ça marchait pas. Enfin bref, tout ça pour dire que « le capitalisme c’est pas prouvé que ça marche », ben si, t’as qu’à descendre au supermarché du coin pour t’en rendre compte…

    Oh et puis 2 siècles, pour ce qui est de l’économie telle qu’elle est aujourd’hui, si si c’est une éternité…

    @la pastanaga :
    je n’en sais rien, je revendique fièrement mon ignorance en matière de psychanalyse ! tout ce que je voulais dire c’est que je ne trouvais pas que Nolan essayait particulièrement de coller de près à un système donné. Maintenant, j’admet très humblement que j’ai pu rater tout plein de références et que je me trompe peut être complètement.

    • 31/07/2010 10:22

      Comme la « main invisible » fonctionne, tu l’as dit, sur l’intérêt individuel, s’il est dans l’intérêt de quelques uns de maintenir toute une part de la population en esclavage et qu’ils en ont la possibilité, ils le feront.

      Donc ça ne fonctionne pas.

      Depuis deux siècles que ça existe, le capitalisme, chaque fois qu’on le laisse libre de toute réglementation, ça part en cacahuète. Il s’est épanoui au dix neuvième siècles en s’appuyant sur les injustices que l’on sait. il est donc né dans la souleur. non pas de ceux qui le metaient en place, mais celle des humbles qui le subissaient.

      Le capitalisme n’est qu’un outil. La main invisible est un dogme. Toute l’histoire du capitalisme la réfute. Ne me dis pas que ce sont les réglementation qui l’empêche de rendre le monde meilleur : C’est là ou il yen a le moins que ça fait le plus de mal. Pourquoi ? parce qu’elle se base sur un être humain avide, mais raisonnable dans son avidité. Les êtres humains ne sont pas ainsi, comme la longue liste des faits divers nous le prouve tous les jours.

      Ecoute un peu ce que dis ce bon vieux Stiglitz et relis « le capitalisme est il moral? » de Comte Sponville. Et surtout, regarde autour de toi.

      • Marian permalink
        31/07/2010 16:52

        Hé ben La Rêveuse!
        Et dire que tu me « sautais » à la figure quand je parlais lutte des classes.

      • 31/07/2010 17:06

        Parce que j’ai tendance à détester tout ce qui est du domaine du dogme….

      • 31/07/2010 17:07

        Putain de wordpress !

      • Marian permalink
        31/07/2010 18:09

        « Détester les dogmes », c’est pas un peu dogmatique comme position?

        (qu’est-ce qu’il t’a fait wordpress?)

      • Le Fonctionnaire permalink
        31/07/2010 19:10

        bon effectivement ce n’est pas le bon endroit pour partir en débat politico-économique. je ne dis pas qu’il faut tout déréguler, je dis juste que l’idée fondamentale du capitalisme, à laquelle il faut ajouter des gardes fous, marche plutôt bien. je l’ai dit explicitement, je vais le redire encore plus clairement : je parlais de cette idée de base, pas des excès qui ont pu être justifiés en son nom. donc pas le dogme, l’idée !

        et pour ce qui est de la naissance du capitalisme, le problème à mon sens venait du déséquilibre des rapports de forces patrons/main d’oeuvre (assimilable à un trust des patrons : et les trusts ou toute forme de déséquilibre comme ça, c’est le genre de situation à empêcher avec des lois). la situation « normale » étant plutôt celle d’aujourd’hui où les employés ont des syndicats et le droit de grève qui leur permettent de lutter. ce qui fait que les salaires et les conditions de travail sont choisis « raisonnablement ».

        bref je m’arrête, désolé d’avoir incrusté ce débat HS dans cet article !

      • 31/07/2010 22:03

        Détester les dogmes n’est pas dogmatique. Je n’en ai vu aucun qui n’ait pu virer au fanatisme.

      • Marian permalink
        01/08/2010 00:18

        Pour le HS, c’est quand même Le Juif qui amène ça sur l’écran dans son billet.

        Sinon, La Rêveuse, ce n’était qu’une petite pique rhétorique. Bien que tu aies l’air d’en faire un principe, que des gens de mauvaise foi pourraient assimiler à du dogmatisme. Et puis, l’Hommes n’a pas vraiment besoin d’un dogme pour virer fou. Le fanatisme, Il a l’étonnante faculté de pouvoir aller le chercher dans tout et n’importe quoi.

  30. 31/07/2010 09:35

    Le Fonctionnaire > je ne tiens pas à me lancer dans un argumentaire développé qui finirait en krisprolls économique.

    J’ai pas encore été voir Inception mais j’ai vu hier soir Tamara Drewe et je ne peux que le recommander.

    • 31/07/2010 09:59

      Que le recommander? Il y a quoi à recommander dans Tamara Drewe exactement?

      • 31/07/2010 10:12

        De l’humour anglais.

        De la caricature féroce.

        Une campagne anglaise magnifiée.

        Une actrice principale sexy.

        Des personnages bien campés.

        Tu n’as pas aimé ?

      • 31/07/2010 10:58

        Non. Pourquoi apprécierais-je voir un cinéaste du calibre de Stephen Frears s’atteler à raconter une historiette aussi vaine que banale, s’éparpiller dans tous les sens et n’aboutir nulle part? Pourquoi, mais pourquoi prendre le temps de faire un film pareil, qui ne raconte absolument rien, ne présente que des caricatures et des clichés éculés depuis la ménopause d’Agatha Christie, et n’a même pas le mérite d’être VRAIMENT drôle?

        Et surtout, surtout, surtout, pourquoi diable apprécierais-je de suivre un film dont l’actrice principale est aussi expressive et attachante qu’une tête d’élan empaillée? Si c’est pour voir une fille sexy, je peux toujours regarder le dépliant de playboy, on est au cinéma, MERDE!

      • La Chercheuse permalink
        31/07/2010 11:11

        C’est chiant, mais alors du coup y’a rien au cinéma en ce moment …Plan B ?

      • 31/07/2010 13:25

        Plan B: on attend le prochain film de Jane Campion, d’ici une dizaine d’années.

      • 31/07/2010 13:46

        Le Pédé> j’ai eu la faiblesse d’apprécier et même de sourire.

        Mais je savais ce que je faisais en en parlant ici.

  31. Le Fonctionnaire permalink
    31/07/2010 19:13

    eh bien même si ça ne fait pas l’unanimité j’essaierai donc Tamara Drewe ! et après je me ferai cette intégrale de Woody Allen que j’ai eu envie de me faire depuis cet article du pédé !

  32. 31/07/2010 20:47

    Excellent article, merci.

  33. Laure permalink
    01/08/2010 01:13

    Quand même, vous êtes tous des rois de la masturbation mentale….

    • 03/08/2010 00:56

      Pas que mentale. On se démerde aussi très bien en doigts dans le cul.

  34. 01/08/2010 01:13

    Pour (vraiment) en finir avec Inception, on notera qu’entre l’adoration quasi dévote de l’Arabe, l’adoubement critique du toujours très mesuré Pédé et l’approbation sceptique du Juif, le film de Nolan aura tout de même occasionné la rédaction de 3 des 4 derniers articles de C’est la gêne.
    Ça vaut tous les oscars du monde.

  35. 01/08/2010 02:06

    Oui bon, 2 sur 4, mais la critique du Pédé aurait mérité un billet.

  36. La legende permalink
    01/08/2010 02:49

    Comment vous laissez entendre à quel point j’ai apprécié la lecture de cette conversation. Tous autant que vous êtes : MERCI !!!

    Pour ma part je partage l’avis de chacun d’entre vous.
    D’une part celle du Juif et du Pédé, et la cohorte de pourfendeur de fanatique : NON !!! Ce film n’est pas un chef d’œuvre, et ce pour à peu prés les mêmes raisons que celle que vous évoquez.
    Mais d’autre part je suis aussi de l’avis de mohammed, et je me fais dés lors un peu l’avocat de ces diables de fanatiques, OUI !!! Ce film est un grand film de divertissement.

    Au passage, je suis aussi particulièrement heureux de constater que nous partageons pour bon nombre, le même amour pour Lynch,Sergio Leon, Kubrick et Gondry… Je me sens ainsi moins seul, ce qui par définition est un des désires fondamentale chez l’animale sociale.

    J’ajouterais que Je ne suis pas convaincu par les analyses. Le fanatique ayant souvent une assez grande propension à sublimer l’objet de son obsession et a lui inventer des vertus inexistantes.
    Toutefois si elles s’avéraient justes, je pense que cette manière de concevoir le cinéma se discernera d’avantage dans le prochain film de Nolan, et de facto je changerais foncièrement d’avis. Car l’on retomberait, en cette circonstance, dans de l’art. N’oublions pas que le cinéma est avant tout une économie, que celui qui investi un euros, veut en récupérer deux. Que ce fut aussi le cas des grands arts, Musique, peinture ect… (désormais il ne sagit plus que de la spéculation ou de marketing excepter pour la musique classique qui parvient encore à conserver un certain élitisme cohérent (j’évite d’entrer plus avant dans le sujet ) ). Est-il donc besoin de rappeler qu’à la renaissance les grands artistes masquaient « leur » art derrière l’objet économique. De Vinci à peint la Joconde, par ce que c’était une commande, et il en fit un portait ressemblant, par ce que c’était la commande. Tout ce qui était de Vinci et de ses intentions artistiques furent exprimés de façon masqué. Si Nolan épousait cette vision de l’art cinématographique alors je changerais définitivement d’avis pour porter ce film, et nolan par la même occasion en d’autres sphères.

    In fine, cher juif, je vous invite à éviter d’invoquer des exemples que vous ne maitrisez pas. Citer bernard henri levy, ou finkielkrout en tant que philosophe, ou Sarkozy père en tant qu’artiste est somme toute aussi choquant qu’invoquer Freud et onfray en psychanalyse. Monsieur Freud à certes pour lui une légitimité intellectuelle qu’aucuns des autres susnommés n’obtiendra jamais, mais en tant que pionner il fut un peu « bourrin », si vous me permettez l’expression.

  37. Papa permalink
    01/08/2010 10:38

    Regardez moi ça http://www.youtube.com/watch?v=iqOgNMbLnHM
    il défonce mais grave

    • La Chercheuse permalink
      01/08/2010 12:07

      Enorme !

    • 02/08/2010 19:38

      Le texte est super drôle, dommage que le type soit aussi énervant.

    • Le Branleur permalink
      09/08/2010 22:13

      génial !
      et ses autres critiques valent vraiment le détour, il parle tout à fait comme on pourrait imaginer le Pédé

  38. 01/08/2010 17:04

    Suis-je le seul à avoir eu le bon sens de sortir de la salle pour aller dormir dans mon lit et pas dans le siège du cinoche ?!

    J’ai été voir ça sur écran panoramique, et je peux dire que j’ai préféré les publicités, et que je n’ai d’ailleurs pas tout de suite compris que le film avait commencé tant le début est malhabile et bête.

    Ce film est une profonde insulte à ma déjà maigre intelligence (j’ai retenu le fou rire quand ils parlaient de « limbes »).

    Les effets spéciaux sont pas franchement impressionnants, même si c’est bien tenté.

    Le scénario est ma foi original, mais tellement bête que ça en devient agaçant, comme dit plus haut. 😀

    En fait, ce film est suffisant pour rencontrer le succès qu’il rencontre, puisque la nullité cinématographique semble être devenue un standard mondial, je retourne à mes classiques, et à mort Inception !

    Et comme disent si bien les misanthropes anglophones : « I lost faith in humanity when seeing this ».

    Le gros coup de gueule, c’est que même la musique ne vaut rien, pourtant, Dieu sait combien j’aime Hans Zimmer.

    Mais, surtout, surtout ! Pour moi qui fait vraiment des rêves divertissants, dont j’ai un bon souvenir (d’ailleurs, Freud avait raison :D), cette méconnaissance complète des rêves m’a presque fait vomir.

    Alors qu’on m’explique, qu’est-ce que ce film a d’intéressant ou d’intelligent ?

  39. Le Londonien permalink
    02/08/2010 12:31

    Bon j’ai enfin vu ce fameux Inception. Plusieurs points :
    – deja, pour ecarter le probleme, j’ai bien aime
    – apres reflection, je pense que l’interpretation de la fin, on s’en fout, parce que tout le film est un reve (meme les parties dans la « realite »)
    – je ne suis pas d’accord avec la partie « apologie du capitalisme » symbolisee par Watanabe. Au contraire, le Watanabe, il est certes tres riche, mais il veut implementer l’idee de demanteler le groupe de son concurrent dans l’esprit de l’heritier d’y-celui, non par soif de pouvoir absolu, mais parce qu’il « can’t compete anymore » et que bientot le conglomerat de son rival, qui controle deja 50% des ressources energetiques mondiales — pensez donc — aura une position hegemonique (sous-entendue dangereuse pour la stabilite du Monde). L’intention de depart, a mon sens, degouline donc de bons sentiments pseudo-economiques. J’en profite pour dire que ledit magnat et son fils ressemblent vraiment tres etrangement a Murdoch Family (Australiens, voyages entre Sydney et LA, rivalite exacerbee pere-fils mais travaillent dans la meme compagnie) ; Nolan se serait-il fache avec la Fox ? (Cette derniere remarque, j’en conviens, est peut-etre capillotractee)

  40. Kristop permalink
    02/08/2010 13:05

    critique étonnamment premier degré (si on se met à être plus premier degré que les américains, où va-t-on!)…
    chercher à voir dans Inception un film à message, quelle étrange idée…
    pourquoi ne pas apprécier simplement le beau travail de scénario, la création d’une logique qui fonctionne (juste le temps du film, c’est tout ce qu’on demande en scifi), c’est ça le coté créatif du film, et c’est génialement réussi. Le reste, c’est de la bonne facture, sans plus, ok.

  41. 02/08/2010 19:25

    Pardon, j’aurais adoré participer au débat tout entier, mais ce WE j’étais occupé à prendre une grosse guimbarde en rase campagne. Et maintenant y’a trop de commentaires, donc on attendra le prochain.

  42. Prune permalink
    04/08/2010 02:42

    C’est bien de citer Onfray et Lacan mais… pas besoin d’avoir lu « Oui-oui et le chien qui saute » pour savoir que les rêves n’ont rien à voir avec ce film.
    Je ne parle pas de la fantaisie, du refoulé, du sexuel, du déconstruit, de l’insensé de nos rêves, je ne vais même pas jusque là.

    Mais pour accepter Inception, il faut admettre qu’un rêve est un objet en soi, un lieu qui existe en dehors de son sujet (certaines actions se passent sans le sujet rêvant), dans lequel un autre sujet peut agir (plusieurs personnes partagent le rêve d’un seul homme). Inception essaie même de nous faire croire que 3 rêves peuvent exister simultanément.

    La réalité n’existe déjà pas en dehors du sujet qui la construit, alors un rêve, vous pensez bien…

    Le rêve est pour Nolan une copie conforme de La Matrice des frères Wachowski, sauf qu’on a déjà fait le film. Le principe est le même, en franchement plus bancal puisqu’en fin de compte, le monde parallèle appellé rêve par Nolan, personne ne s’y reconnaît, mais chacun doit accepter ce préambule foireux pour accepter un tant soit peu le film.

    • 04/08/2010 09:06

      Sauf que là, on ne subit pas le coté prétentieux et une histoire de SF toute pourrie. (Ouais, j’aime pas Matrix)

      • Guillaume Pascanet permalink
        04/08/2010 09:11

        T’aimes pas Matrix, t’aimes pas Sin-City, T’aimes pas les films pornos SM-hardcore, mais tu n’aimes rien en fait !

      • 04/08/2010 13:57

        Non j’aime rien. J’aime pas Tarantino non plus. Je suis un intello cinéphile formaté.

      • Guillaume Pascanet permalink
        04/08/2010 14:10

        Je suis flatté que tu me considères comme un intello cinéphile, même formaté.

      • 04/08/2010 14:35

        Ah. C’est pas trop ce que j’ai dit, mais content que ça te fasse plaisir. C’est pourtant pas bien sympa.

      • 04/08/2010 14:48

        On ne subit pas le côté prétentieux et une histoire SF toute pourrie? Ah bon?

      • Guillaume Pascanet permalink
        04/08/2010 14:59

        YoussF, la vie est tellement pleine de méchants que j’ai décidé d’essayer de positiver au maximum.

        Par exemple, le temps n’est pas pourri aujourd’hui. Il est plus frais et ces nuances de gris dans le ciel me font penser à une peinture impressionniste.

      • 04/08/2010 15:03

        Bah non, quand même. N’exagère pas.
        Dans Matrix j’ai eu l’impression de me retrouver face à 2 gars qui me montrent leur bite pendant 2 heures. Inception est bien plus divertissant et moins chiant.
        Et puis par SF, c’est vrai que c’est équivoque, au temps pour moi. Je voulais parler d’une histoire de robots qui prennent le contrôle du monde. Pour moi c’est le scénar le plus éculé qui soit, avec les attaques d’extraterrestres. Bien que oui, des fois, ça peut être bien utilisé. (mesure du propos, toussa…)

      • 04/08/2010 16:16

        @Guillaume : T’as raison, c’est pour ça que je t’aime bien.

    • cassandria permalink
      04/08/2010 15:04

      j’ai pas vu Inception, mais je trouvais déjà que Matrix n’était pas abouti (me suis fait pas mal engueulée à l’époque aussi…) c’est que du ressucé de pleins d’autres films avec des scènes super connues et qui font parties de notre culture cinématographique : de la belle au bois dormant jusqu’à Néo-Superman qui décolle du toit un bras en l’air… Facile comme procédé.
      Puis bon, juste pour dire que Hans Zimmer il déçoit aussi, tu écoutes un film avec sa musique, tu sais tout de suite que c’est lui, il se foule pas beaucoup pour changer ses thèmes. Un peu comme John Williams avec Spielberg.

      • LeVeilleur permalink
        21/08/2010 20:35

        « il se foule pas beaucoup pour changer ses thèmes. Un peu comme John Williams avec Spielberg. »

        ça c’est soit une blague, mais je ne décèle aucun second degré, soit quelqu’un qui ne connait clairement pas John Williams, qui doit être probablement dans le top 10 des meilleurs et plus variés compositeurs de musique de films.

        Dire que John Williams se foule pas beaucoup, c’est juste risible, déjà écouté le Jazz de Attrape-moi si tu peux, ou la musique électroacoustique de AI sans parler des choeurs en Sanskrit de Star Wars la menace fantome pour dire ça ?

        Et Zimmer est juste bluffant (pourtant j’aime sans plus) dans le Sherlock Holmes.

  43. Prune permalink
    04/08/2010 11:29

    Matrix existe déjà, qu’on aime ou pas. D’ailleurs on s’en fout un peu que t’aime pas.
    L’univers de Matrix (du moins le premier) fonctionne mieux, quoiqu’on puisse reprocher à l’esthétique du film. Le monde créé dans le film des Wachowski comporte des règles plutôt simples et acceptables. Dès lors, l’interaction entre la réalité et la matrice restent plausibles et même intéressantes puisque la matrice ressemble plus à notre réalité.
    L’univers d’Inception, ses règles sont ultra complexes, souvent créées pour le bien du scénario uniquement, et portent sur un prérequis indigérable à mon sens : un rêve est un objet, un univers parallèle, sorte de matrice, en dehors du sujet rêvant.

    • 04/08/2010 14:00

      Je suis un peu débile, tu m’expliques ? Parce que j’ai l’impression que t’as dit 2 fois le même truc, mais qu’une fois c’est bien et une fois c’est pas bien.
      Et d’ailleurs, je m’en tape un peu que tu t’en tapes un peu que j’aime pas Matrix.

      • Marian permalink
        04/08/2010 19:51

        C’est pourtant pas compliqué: c’est un rêve dans un rêve dans une matrice qui rêve.

        De toute façon, on n’a jamais rien fait de mieux depuis Gai-Luron qui rêve qu’il dort qui rêve qu’il dort qui rêve qu’il dort qui …

  44. Le haricot permalink
    06/08/2010 00:10

    Si tu prend Onfray au sérieux je te vomis!

  45. anonyma permalink
    08/08/2010 00:21

    y en a meme qui y vont au vitriol
    http://cdsonline.blog.lemonde.fr/2010/08/02/inception-asepsie-oui/

    • 08/08/2010 13:18

      Elle est absurde cette critique. J’ai vu le film. Sans le porter au pinacle, c’est un bon film. Par contre, je pense que tenter d’y retrouver ou une sorte de bonne conscience post crise ou au contraire la critique de l’ultra liberalisme est un non sens.

  46. 10/08/2010 09:02

    Je partage plus ou moins cet avis concernant le film, même si je pense qu’il ne faut pas aller trop loin non plus. Après je comprend la frustration face à notre petit Di Caprio, qui a un potentiel de ouf de sa race.

    En fait Inception c’est bien, mais si on a vu Shutter Island avant, ba c’est dommage.
    Et puis dans Inception: je sais pas c’est quoi leur manie aux ricains de foutre un quota de scènes d’actions qui servent à rien.
    C’est comme The Island: un film sympa, mais 30 minutes de scènes d’actions surréalistes qui gâchent tout.

    Voilà ce n’est que mon humble avis.

  47. Cel permalink
    17/08/2010 14:22

    Ô comme je suis d’accord! Et en plus, je peux le dire, sans avoir à me faire traiter de pauvre fille qui a rien compris et qui passe à côté du film de l’année. Ouf, enfin un lieu d’expression relativement safe pour moi! 😉
    En gros, je suis assez d’accord. Inception n’est pas un mauvais film loin de là (ouais, ya des nuances les gens, dire qu’il est pas transcendant, ça veut pas dire qu’il est nul non plus), mais il est aussi quand même loin du film de l’année.
    Personnellement, je trouve que tout le sujet et la demarche interessante du film sont pollués par 3/4 de fusillade. Mais sous couvert d’une grosse protection super intello car Inception « ouhlala c’est un film compliqué ». Toutes ces histoires de rêves et d’histoire dans l’histoire ne sont pour moi qu’un prétexte pour cacher un gros film de bourrins, plein de pif paf poum, de bagarres et d’explosions. Quel manque de subtilité par rapport à « Eternal Sunshine… » ou « Memento », voire même « Shutter Island ». Et puis des trucs et des excuses toutes faites genre « en tant normal, quand on meurt on se reveille, du coup c’est pratique! Ah oui, sauf que là non, en fait, quand tu meurs en rêve, tu meurs vraiment (ou tu perds la boule dans les limbes quoi) ». Mouais… comme c’est pratique…
    Bref, un film interessant mais avec un potentiel vraiment gaché. Mais bon, ce qui est bien, c’est que ça donne l’illusion aux amateurs de bagarres et de flingues qu’ils ont vu un film intello… ;D

  48. Mirak saltani permalink
    17/08/2011 05:27

    le film en totalité et surtout la fin quand la toupie reste tournante c pas a propos du film c’est un message qui vous concerne càd nous tous ( ils veulent dire que vous vivez dans un monde qui a été crée par un autre similaire à vous non pas un divin :/ il faut que tu te pose la question et que tu te regard dans la miroir et que tu « ? » est ce que cet toi qui choisie ça ou bien vous êtes guider) a vrai dire l’étre humain a pu atteindre une classe un stade de communication c ça le cinéma : on implante une idée « inception » « création » d’une idée dans votre cervel et à vous de la configurer mais sachait que vous etes deja programmé c du PNL programmation neuro linguistique moi je comprend ça parfaitement méme si il ne faut pas que je regard tel chose pour ne pas subire aux controle car entant qu’un expert du marketing je sais tellement de chose car le mot marketing ne signifie pas réellement ce que vous en penser de lui il faut lire écouter observer et controler vos emmotion ……………………) il y a tellement de chose à dire mais mon objectif je le regrette car je ne l’atteindrais jamais c  » et si j’ai jamais vu ni film ni music etc » vivre l’experience pour avoir la solution et la réponse//////////////////// mais putin c bien vue que on manupule les gens et on les mets dans des couveuses sans qu’ils sachent on est en plein experience « franc’maçonne désolé » vairité ::::::::::::::::::::::: protége votre servaux moi j’ai déja les outils d’analyse à vous de vous instruire

Trackbacks

  1. TOP 10: Crises de larmes dans une salle de cinéma « C'est La Gêne
  2. Un juif, un arabe, une meuf et un pédé sont dans un blog… | Cressmedia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :