Skip to content

Des nichons pour le développement ?

08/07/2010

Tout a commencé hier, en lisant Newsweek. Au centre du numéro de cette semaine, un dossier intitulé « Women & Leadership » dont le premier article au titre très explicite – Women will rule the world – prétend que le développement et la prospérité résident entre les mains des femmes, m’a donné d’insatiables envies de putsch au sein de mon lieu de travail pourtant déjà assez féminisé. Ces envies ont été évidemment renforcées lorsque j’ai lu, deux pages plus loin, l’interview de l’astronaute Mae Jemison – première femme noire à être allée dans l’espace – et notamment son anecdote de maternelle. Après avoir dit à sa maîtresse qu’elle souhaitait être une scientifique quand elle serait grande, l’institutrice lui aurait répondu : « tu veux dire une infirmière ? ». J’espère qu’elle lui a par la suite envoyé une carte postale de l’espace, ainsi qu’une photo d’elle à poil sur un satellite, à cette grognasse.

Mais revenons-en à l’imminente domination féminine. La thèse de l’article est simple. La récession américaine de 2007-2008 est masculine, en raison des secteurs touchés et de ses victimes, elle est d’ailleurs désormais appelée la « mancession », et a accru la part d’hommes au chômage par rapport à celle des femmes, dans des proportions jamais atteintes. Des chiffres viennent étayer leur thèse et leur permet d’affirmer que la reprise sera féminine. En Europe, par exemple, 75% des 8 millions d’emplois créés depuis 2000 ont été obtenus par des femmes. Certains économistes prédisent d’ailleurs que d’ici 2024, et en dépit des différences salariales, les femmes américaines et la plupart des femmes européennes gagneront, en moyenne, plus que les hommes. Des études prouvent également que des entreprises avec davantage de femmes au sein de leurs conseils d’administration ont de meilleurs résultats financiers que ceux qui en ont moins. De plus, les femmes consomment davantage que les hommes, corroborant ainsi les clichés sur les femmes dépensières, mais faisant au moins marcher l’économie. Elles représenteraient d’ailleurs le plus gros marché émergent de la planète (plus de deux fois la taille de la Chine et de l’Inde). Et si cette tendance a démarré aux Etats-Unis, elle commence à se répandre, notamment dans les pays en développement.

En effet, selon Newsweek, au sein des pays à forte croissance que sont le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine (BRIC), l’accroissement du pouvoir économique féminin sera un instrument de croissance, en grande partie grâce à l’amélioration de l’éducation des femmes et des filles depuis 10 ans, contribuant ainsi à la stabilité sociale et au progrès économique. Dans les pays en développement, les effets sociaux de l’autonomisation des femmes sont évidents car ces dernières réinvestissent 90% de leurs revenus, contre 30 à 40% pour les hommes (qui se fourrent probablement le reste dans le cul, Newsweek ne nous renseignant pas sur ce point). C’est sans doute pour cela – mais aussi parce que les taux de recouvrement sont plus élevés chez les femmes et que les enfants, en particulier les filles, de celles qui ont recours à la micro-finance sont davantage susceptibles de suivre un cursus scolaire optimal – que le microcrédit vise principalement les femmes, mettant ainsi les clés du développement d’une nation entre leurs mains.

SAUF QUE

Sauf que, après avoir lu Newsweek, j’ai parcouru LeMonde.fr et j’ai appris avec consternation que des féministes suédoises avaient brûlé 10385 euros pour protester contre les disparités salariales dont sont victimes les femmes.

Avant toutes choses, rappelons que la Suède est un des pays les plus égalitaires au monde.

Donc ces greluches blondes sont descendues dans la rue et ont brûlé, en toute indécence, l’équivalent de je ne sais combien de repas, d’habits, de litres d’eau, de livres, parce qu’elles gagnent un peu moins d’argent que les hommes.

Certes, ce n’est pas cool. Certes, c’est insupportable d’être payée moins qu’un collègue masculin quand on fait le même boulot. Certes, ça donne envie de taper du poing, de faire la grève (je suis française, que voulez-vous), de manifester, de crier, de pleurer, de trépigner, d’arroser les responsables de lait maternel ou de leur faire bouffer une serviette hygiénique usagée. Mais brûler 10385 euros en place publique ?

Cela dit, je vous rassure, un porte-parole de la banque centrale du pays du Krisproll a précisé que ce n’était pas illégal de détruire des billets en Suède. Intéressant. Donc parce que ce n’est pas illégal, ça ne pose aucun problème ? 

Ah, mais attendez, tout va bien, parce que, disent-elles, c’est un par-ti po-li-tique qui a organisé cette petite sauterie, pas une association caritative, donc c’est pas grave, ils ne doivent rien au pauvres et aux crève-la-faim, eux, c’est bien connu. Pourquoi serions-nous choqués ? D’autant que ce parti, Initiative féministe, dit « œuvrer » pour « changer la réalité ». Parce que ces cruches pensent vraiment que brûler l’argent d’un parti politique changera quelque chose quand un patron d’entreprise décidera du salaire de ses employées ? Je le vois bien, le patron, se disant :

Je ne vais certainement pas la payer autant que Monsieur Bite celle-là parce que, de toute évidence, elle va nous pondre un chiard dans les deux ans, la période de gestation de neuf mois sera partagée entre nausées incapacitantes, rendez-vous chez l’échographe, pâmoisons interminables devant les clichés flous du têtard, scannage desdits clichés pour envoi à toute la famille, demande de faveurs intempestives, scotchage au fauteuil pour cause de pachydermie intense, le tout aboutissant à la mise-bas impliquant cadeaux onéreux et suivie de trois mois de glande féroce congé maternité. Et lorsque, après cette année (9+3=12 pour ceux qui ne suivent pas) de productivité proche du néant, elle devra aller chercher son nain baveux puis boutonneux à divers endroits mais systématiquement avant 17h, et ce pour les 12 années à venir (au minimum), je fais quoi moi ? Non, non, pas moyen de la payer autant que Monsieur Bite. Ah sauf que, je me souviens de ces couillonnes qui ont brûlé 10000 euros pour protester contre ça justement. Ah ben ça change tout alors. En mémoire des 10000 euros sacrifiés, je vais la payer autant que Monsieur Bite. Oh une licorne dans le ciel.  

Je disais donc que selon beaucoup de gens très sérieux, les femmes vont sauver le monde. Sauf que, lorsque les femmes ont tout (ou presque, ok), elles deviennent des hommes comme les autres et veulent toujours plus. Réfléchissant avec leur absence de bite (confirmant l’existence d’un complexe d’Electre), elles soulignent aussi leurs tendances à l’hystérie (collective, qui plus est) et rappellent au monde entier pourquoi on les a confinées à la confection de bébés et de boulettes pendant des siècles.

Malheureusement tout ce que ces connasses peroxydées femmes suédoises ont réussi à prouver avec leur feu de joie, c’est qu’elles sont complètement démoulées, tout aussi égoïstes et avides d’argent et de pouvoir que les hommes, qu’en meute elles ne savent que piailler et que les calmants c’est pas fait pour les chiens. Surtout, elles mettent sérieusement en doute les théories selon lesquelles elles pourraient sauver le monde de marasmes économiques ou de la pauvreté, en fonction, et que trop d’égalité tue l’égalité puisqu’elles passent juste pour des décérébrées.

Serions nous plus efficaces et intelligentes sous l’oppression ?

Publicités
195 commentaires leave one →
  1. 08/07/2010 08:48

    C’est marrant, je pensais pas qu’elles finiraient par avoir le droit de sortir de la cuisine. Tout fout le camp.

  2. Philippe De Thrace permalink
    08/07/2010 09:00

    Comme je suis ennuyé…
    Tu vois quand Ashley Roquouelle essaie de réfléchir en plissant les yeux ? Là tout de suite je suis pareil.
    Je ne vois pas bien, dans tes dernières lignes pourquoi « réfléchissant avec leur absence de bite », ces femmes « tout aussi égoïstes et avides d’argent et de pouvoir que les hommes » depuis qu’elles sont presque leurs égales, vont du coup « piailler » et faire preuve d' »hystérie ». Les hommes aux pouvoirs ne piaillent pas hystériquement.
    Si elles se comportent comme des hommes, ne devraient-elles pas revendiquer bruyamment leur colère égoïste ? En sont-elles incapable par nature selon toi?

    • 08/07/2010 09:49

      J’ai dû mal m’exprimer car ce que je voulais dire c’est qu’elles se révèlent aussi égoïstes etc que les hommes ET AUSSI qu’elles se mettent à piailler et deviennent hystériques.

      • 08/07/2010 10:53

        Mais… ca te surprend ?

        Je sais qu’on aimerait que les anciennes victimes aient appris quelque chose de leurs malheureuses expériences, mais soutenir que les femmes sont des êtres humains comme les autres, c’est aussi admettre qu’elles ne doivent pas être plus exemplaires que les hommes pour avoir les mêmes droits. Tu le soulignais dans ton article sur les gros mots : l’important n’est pas tant leur intérêt intrinsèque que le droit de les dire aussi bien que les mecs.

        La liberté (d’expression, entre autre) c’est aussi un peu le droit d’être un peu con, un peu vulgaire, de temps en temps, un peu égoïste. En sommes, être humain. Un monde dans lequel on devrait être tous exempt de tout reproche pour avoir des droits me fait terriblement peur, tant il est vrai qu’on peut être intelligent toute sa vie et con un bref instant…

        Et oui, j’avoue que le principe selon lequel une femme gagne moins qu’un homme me dérange. Parce que le patron qui fait cette réflexion à la con, il sera bien content que ma gamine lui paye sa retraite… Donc son calcul à la con, je le trouve foncièrement déplorable.

        Là on dirait que tu reprends le complexe du piedestal : Pourquoi les femmes devraient elles être plus raisonnables que les hommes ?

        Quand tu écris « elles soulignent aussi leurs tendances à l’hystérie (collective, qui plus est) et rappellent au monde entier pourquoi on les a confinées à la confection de bébés et de boulettes pendant des siècles. », ce que tu dis, c’est que l’égalité des droits se mériterait. Mais non, normalement, dans notre pays, on part du principe que l’égalité des droits est acquise quelle que soit notre degré de connerie et c’est tant mieux (Même si dans la pratique…hem… ya encore des couacs, on va dire…). Tu me diras que certain(e)s se sont battu(e)s pour cette égalité et qu’on devrait aussi le faire. Je te répondrai que c’est précisément pour que leurs enfants n’aient plus à se battre pour et que c’est malheureux de devoir le continuer, ce combat. Perso ça me fait un peu chier: vu que j’ai une montagne de choses à faire dans cette existence, j’ai pas des masses envie de consacrer trop de temps à faire comprendre aux machos de base que non, être femme au foyer n’est pas l’ambition suprême pour moi.

        Maintenant, que ces connasses aient fait une connerie, moi qui n’ai jamais eu ne serait ce que le dixième de ça entre les mains, je le comprends ô combien. Mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain : Quand on juge sur le plan de l’Histoire, je trouve que l’hystérie masculine n’a rien à envier à la féminine. et pourtant ces messieurs ont mis un moment à se mettre aux boulettes (de viandes, bien sur, les autres, ils pratiquent depuis un moment ^^)

      • 08/07/2010 11:36

        Je suis bien d’accord avec la rêveuse sur ce coup là.
        Et tout comme PdT, cet article me fait froncer les sourcils. Je reviendrai sans doute plus tard, quand reflexion sera faite.

      • La Léo permalink
        08/07/2010 11:37

        Je suis d’accord que l’égalité n’est pas quelque chose qui devrait avoir à s’acquérir, mais l’idée ne serait-elle pas justement de voir les choses évoluer et non de reprendre à bon compte des comportements qui se sont avérés jusque là « dictateurs » (c’est pas ça le mot, je bloque là, c’est agaçant à la fin)?

  3. Placid Furius permalink
    08/07/2010 09:09

    Je me décide en fin à poster mon premier commentaire sur ce blog qui illumine mes 39h ( et saccage ma productivité).
    Madame La Meuf, sache que j’aime beaucoup la manière dont tu structure tes articles, c’est propre, c’est précis, c’est un régal.
    Pour répondre à ta question, qui à mon humble avis n’en est pas une, on est souvent plus performant quand oppressé. Je crois qu’on peux voir ça chez les femmes mais aussi chez les homos des années 80 qui compensaient les difficulté d’acceptation social par l’élévation professionnelle et culturelle. Dans les deux cas la marche vers l’égalité nivelle tant en bien qu’en mal les comportement et aspiration des communauté. on peux donc en déduire que l’égalitarisme revient à dire « tous médiocres »!

    • Placid Furius permalink
      08/07/2010 09:14

      Après relecture je me rend compte qu’entre quelques fautes d’orthographes, le rendu est un peu pro-marginalisation. Ce qui n’était l’idée.
      pour éclaircir mon propos: c ‘est pas parce qu’on veut être comme les autres qu’on doit vouloir être aussi con.

      • nana permalink
        08/07/2010 09:28

        Je crois que c’est a peu pres le propos de La Meuf. Mais ça serait pas plutot : c’est pas parce qu’on veut les memes droits que les autres qu’on doit etre aussi con?
        Parce que perso, etre comme tout les autres bof bof, vu le ramassis d’abruti qu’on peut trouver dans les autres ( je viens de passer quelques heures a lire faceploucs, je suis sidéré de la connerie ambiante)

      • Placid Furius permalink
        08/07/2010 09:44

        J’ai arrêté de lire Faceplouc. Malgré le fait que ça me rassure quant à mon orthographe, ça me donne envie de tuer mes congénères à coup de pelle à neige.

      • nana permalink
        08/07/2010 09:59

        J’ai découvert ce truc hier, c’est marrant ça m’a fait le meme effet, j’avais tous envie de leur rentrer dedans tellement ça demande d’energie d’essayer de les décrypter, que ça en devient épuisant puis stressant.

    • 08/07/2010 10:02

      Merci beaucoup mon cher Placid (je peux t’appeler Placid?) et comme le dit nana, nous sommes d’accord.

      Et sinon, nana, quand est-ce que tu mets bas?

      • nana permalink
        08/07/2010 10:12

        C’est ce que je disais a Guillaume Pascanet il y a quelques temps ( une pensée émue pour lui), c’est prévu pour mi aout, mais j’ai la vague intuition que le petit bonhomme risque de se pointer avant. C’est le grand test je verrai apres ça si je peux me fier a mon intuition.
        ( Remarque faut voir j’ai un espece de remonté d’energie incroyable, alors qu’il y a encore un mois j’aurai donné tout ce que j’ai pour accoucher tellement j’etais epuisée. ) ( Tu remarqueras chere Meuf que je me contiens, j’etais a deux doigts de me lancer dans un blabla interminable sur la condition de la femme enceinte)

      • Orianinou permalink
        08/07/2010 10:19

        En attendant tu as réenfilé ton torchon… Comme dirait la Meuf, tu veux pas le remplacer par un « cliché flou du tétard » ? Et brûler une couche culotte ?!

        En tous cas il faudra nous tenir informés de la venue de ce petit bonhomme !

      • nana permalink
        08/07/2010 12:15

        Je ne mettrai JAMAIS la bouille de mon tetard sur le net!!!! non mais oh!!!
        Deja que je mets pas la mienne….
        Pour le torchon c’est parce que j’utilise une autre adresse et j’avoue que celui ci est beaucoup, mais beaucoup moins seyant que l’autre.

      • Placid Furius permalink
        08/07/2010 14:27

        @La Meuf : je n’ai aucune objection à ce que l’on délaisse mon « Furius ». Placid suffit.

      • Orianinou permalink
        08/07/2010 16:49

        J’avoue que celui-ci ne te sied pas très bien au teint chère nana… Le rosefluoquipique c’est pas très « toi » !

  4. 08/07/2010 09:28

    Je me demande si traiter les suédoises de connasses peroxydées ne nous met pas au même niveau qu’elles quand elles brûlent des billets de banque… ?

    • 08/07/2010 09:37

      Ben alors Hélène? T’as oublié ton sens de l’humour dans ton tube de mascara ce matin?

    • Orianinou permalink
      08/07/2010 10:16

      Entre donner son avis sur un comportement répréhensible (et fondamentalement stupide) et brûler l’équivalent de 24 salaires de stagiaire, je pense qu’il y a une sacrée marge !

      Je suis d’accord avec La Meuf… Ces décérébrées demandent quelque chose d’intelligent et de censé en employant des méthodes dignes de Dilemme « Soit tu brûles 10385€ et tu es au même niveau social et professionnel que les hommes, soit tu manifestes intelligemment et tu seras damnée à jamais »

      Je pense pouvoir affirmer que sous l’oppression, j’espère être plus intelligente ! Je ne garantis pas l’efficacité mais au moins je ne ferai pas partir en fumée l’équivalent de 2ans de stage ou de plusieurs mois pour un salarié lambda… (ça me donne d’ailleurs furieusement envie d’aller brûler un petit caniche cette injustice envers les stagiaires… 417€ par mois, non mais on se fout de qui ?..)

  5. Le linge permalink
    08/07/2010 09:34

    Moi je suis pour recuperer les 10385 € car je ne réinvestis pas 90% de mes revenus mais plutôt 120% …!

  6. Le Fonctionnaire permalink
    08/07/2010 10:17

    Ben quoi ?

    Elles ont pas brûlé les livres, les habits, les repas qu’elles pouvaient échanger avec.
    Elles ont brûlé des bouts de papier.

    Tu vas pas me dire, chère Meuf, que tu crois vraiment que quand on détruit des billets, il y a moins de richesse dans le monde et que ça aggrave la famine.
    La monnaie n’est qu’une construction sociale, elle n’a aucune valeur en soi. Disons que c’est la religion qui a le plus de succès au monde…

    • 08/07/2010 10:29

      Ah ben tiens, sous ses dehors de théorisation économique « savante », ce commentaire est complètement débile. En l’occurrence, les billets brûlés avaient une valeur faciale. Si on me les avait donnés, j’aurais payé un an de loyer et invité ma copine au resto. Ou alors, je les aurait refilés à Oxfam. Quoi qu’il arrive, je les aurait valorisés en les dépensant.

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 11:54

        L’expression « valeur faciale » me fait toujours marrer.

      • Le Catho permalink
        09/07/2010 09:05

        Attends, tu vas pas me faire croire que tu n’as jamais « cramé » ton argent, en jetant de la bouffe, en fumant une clope inutile ou en tournant en scooter parce que t’as pas regardé un plan. Ces actes aussi sont choquant, mais ni plus ni moins à mon sens que de cramer de l’argent.
        Cramer des bilets, en fait c’est un acte qui est génial: il provoque et fait parler, en n’emmerdant ni les autres (grève, blocage, cassage) ni la planète (lait balancé, pneus brulés).
        Economiquement parlant, je pense que ce n’est pas perdu pour tout le monde, puisque les 10385 euros sont retirés de la masse monétaire et la banque de Suède peut donc émettre 10385 euros en billets sans créer d’inflation. Ou si elle n’émet rien, la valeur va être répartie équitablement entre tous les détenteurs de couronnes suédoises (donc plutôt des mecs, puisqu’ils gagnent plus!).

    • encaustique permalink
      08/07/2010 17:37

      Et encore des gloses sur la valeur de l’argent …
      Cher Fonctionnaire, tu me sembles parler là de la valeur d’usage de l’argent. Certes, ces « bouts de papier » ne sont pas utiles en eux-mêmes. Mais la valeur attribuée à une somme d’argent définie, la valeur d’échange, est, elle, indéniable, comme le rappelle si bien l’Arabe. Ok, c’est évidemment une construction sociale : l’argent n’a de sens qu’appliqué à une certaine marchandise.
      Donc c’étaient pas des livres, ni des denrées, ni des vêtements, mais ça représentait précisément beaucoup plus, étant donné que l’argent possède cette valeur supplémentaire découlant de la liberté qu’il procure.
      (Je passe sur la formule pseudo-élégante « la religion ayant le plus de succès au monde ». Que faudrait-il faire : supprimer l’argent ? Direction Golden Joe d’ E.E. Schmitt)

      Tout ça pour dire que ces crétines ont protesté d’une manière ridiculement sotte et hypocrite – à mes yeux du moins.

      Bon, sinon, j’aime tes articles, chère Meuf. Si j’ai parfois certaines réserves quant au fond, la forme m’enthousiasme toujours autant.

  7. La Lorraine permalink
    08/07/2010 10:33

    Toujours un plaisir de te lire La Meuf, c’est du bonheur !
    Mais revenons au sujet justement… elles ont brulé ‘x’ Euros… et justement on parle d’elles (même sur La Gêne, c’est dire…). Avez-vous entendu parler ces dernière semaines des nombreuses manifestations sur le theme de l’égalité des femmes ? Non… Je pense que c’est surtout un coup médiatique. Là où ça me dérange, c’est sur le fait que ce sont des Pétas… euh… Suédoises, et que, justement, ce sont elles qui profitent déjà au maximum de cette égalité pourtant revendiquée. Elles feraient parfois mieux de regarder autour d’elles en Europe avant de commencer à venir chouiner autour de leur prochaine nappe en crochet !

    • 08/07/2010 10:36

      Ceci dit, effectivement, 10 000 euros, c’est pas cher payé pour la couverture médiatique qu’elles ont eu…

      • Orianinou permalink
        08/07/2010 10:48

        Elles auraient défilé à poil dans la rue, ça n’aurait rien coûté et on en aurait certainement beaucoup plus parlé… Là c’est juste pas normal… Comme tu disais plus haut l’Arabe, 10 000 euros permettent énormément de choses… Rien que cette année je me suis donné un mal de chien à récolter des sous pour l’Association France Alzheimer, j’étais super fière de rendre mes 767.70€ à l’assoc’ qui en a plus que besoin… Et là, des grognasses vont brûler l’équivalent de milliers de dons… En dehors de la pub que ça leur fait, c’est juste écoeurant.

      • Le Catho permalink
        09/07/2010 09:22

        Tu as raison Orianinou, on aurait tous préféré que des jolies Norvégiennes défilent à poil, mais je sais pas si ce serait très « égalité des sexes » pour leur leur message. Et pour t’écoeurer un peu plus de bon matin, tu sais que sur tes 767.70€, environ 28% vont être utilisés pour les « frais de collecte » (voir page 17), c’est-à-dire envoyer des courriers à plein de gens qui vont le jeter. Même les assoces crament de l’argent. D’ailleurs je devrais passer au don par prélèvement mensuel pour plus recevoir de relance 2 fois par ans.

      • Orianinou permalink
        12/07/2010 10:18

        Non je ne savais pas, mais je l’ai supposé… Ce qui m’énerve même plus que les 10 000€ crâmés.

        Et vive le prélèvement auto !

    • turquoise permalink
      08/07/2010 12:16

      @Lorraine, d’un autre côté c’est peut-être parce qu’elles se sont toujours magné le cul qu’elles sont le plus proches de l’égalité…pourquoi parce que c’est pire ailleurs n’auraient-elles pas le droit de revendiquer? on a peut-être les inégalités qu’on a chez nous parce qu’on se laisse collectivement faire et ce n’est pas le problème des Suédoises (pays où les pétasses sont beaucoup moins nombreuses que chez nous by the way)

      • Margot permalink
        08/07/2010 14:56

        Tout à fait d’accord avec ce commentaire.
        Pétasse et féministe, pour moi c’est plutôt antinomique, et la france se porterait certainement mieux si on y avait plus de féministes que de pétasses qui se récrient « oh mon dieu non, je ne suis surtout pas féministe, moi : j’aime les hommes ». Ca, c’est non seulement être une pétasse mais aussi et surtout être une vraie conne.

      • nana permalink
        08/07/2010 15:11

        Aaaargggghhh, mais bordel, donc etre « feministe » ou du moins revendiquer le droit d’etre une femme et aimer les hommes c’est absolument antinomique ?

        Le probleme des feministes justement c’est qu’elle confondent tout, la defense de leurs droits passe par l’abattage de la gente masculine. Mais au secours!!!!!!

        Elles ne se posent pas meme la question d’ou vient ce probleme de la place des femmes, seulement des hommes? non je n’en suis pas sure.

        Et tant que ces dites feministes n’arriveront pas a appliquer le respect qu’elles demandent envers ceux a qui elles le demandent, et bien elles n’arriveront a rien jamais.

      • Margot permalink
        08/07/2010 15:23

        @nana : bon, allez, encore une qui justement ne connaît visiblement pas le féminisme. Pour ma part, je ne connais aucune asso féministe qui tape sur les hommes. Cela fait plusieurs dizaines d’années que le mouvement féministe a bien identitifié que les inégalités hommes/femmes ne proviennent pas des sexes mais d’un *système*. Le coup du « les féministes n’aiment pas les hommes », ce n’est rien d’autre que de la pure propagande anti-féministe, justement. Ca va évidemment avec le package hystérie/lesbianisme/poils aux pattes.
        En être encore à devoir expliquer ça en 2010, c’est franchement la gêne.

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 15:24

        Finalement, ce serait pas plus clair et plus efficace de se dire « anti-sexiste » que féministe ?

      • nana permalink
        08/07/2010 15:35

        PDT, merci je penses que ce terme est plus approprié en effet.

        Chere Margot, j’ai baigné toute mon enfance dans le féminisme, donc bien assez pour en etre degouté a vie. Je te passes donc ici un millier d’anecdotes qui ne sont pas a la gloire de ce mouvement et qui ne feront qu’étayer mes propos.

        Je ne connais pas en effet le féminisme actuel, parce que j’ai comme une legere allergie si tu veux bien comprendre.

        Et au dela d’ un aspect affect perso, je trouve que le feminisme est obsolète, desolée.

        Par contre une lutte anti sexiste oui j’adhère, tout simplement.

      • Margot permalink
        08/07/2010 15:53

        Je n’ai rien contre le terme anti-sexiste. Je trouve juste un peu dommage de balayer de la main un héritage.
        Je trouve le féminisme de moins en moins obsolète, au contraire, avec le bon discours essentialiste de merde qu’on se tape depuis quelques années, l’obsession envers la maternité qu’on nous serine à longueur de temps, les chiffres des violences conjugales qui sortent enfin du silence…
        Et puis tant qu’on aura 50 000 viols par an en France, non , le féminisme ne sera pas obsolète. Il y a un climax, dans ce pays, qui est d’un sexisme absolument attérant et qui fait de nous un pays arriéré. D’ailleurs, j’me casse au nord, tellement ce pays pue le sexisme et me dégoûte.

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 16:13

        Margot, je comprends que ce terme (et puis ne rêvons pas, on va pas conquérir l’académie à nous trois) balaie un héritage, mais il balaie aussi tous les préjugés et les idées reçues que le mot féminisme a aggloméré. C’est ce qui motive mon choix, avec la « neutralité » (en terme de genre) du terme.

        Qu’entends-tu par essentialisme, d’ailleurs?

      • Margot permalink
        08/07/2010 16:29

        essentialisme : qui prête une essence aux sexes. « Les garçons c’est comme ci et les filles c’est comme ça », avec généralement pour corollaire ils sont trop différents pour s’entendre. Pour moi qui suis féministe culturaliste, je pense au contraire que les différences entre les sexes sont dues à un matraquage culturel dès l’enfance (et encore, même face à une femme enceinte on demande « ce sera un garçon ou une fille? »). On sépare sciemment les sexes dès la prime enfance à grands coups de stéréotypes sexistes (« un vrai homme ne pleure pas », « enfin, arrête de te plaindre, t’es pas une fille », « oh que c’est laid ces mots là dans la bouche d’une petite fille », « descend de là tu vas salir ta robe », ad nauseam) et une fois qu’ils forment deux groupes sociaux bien distincts on présente les différences acquises comme naturelles, c’te bonne blague.
        Je préfèrerais quand même supprimer les préjugés et idées reçues plutôt que l’héritage…

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 16:45

        Alors tu prêches un convaincu. Si tu l’as vu, le premier tiers de « La domination masculine » est assez édifiant à ce sujet.

      • Ivich Daniel permalink
        08/07/2010 18:25

        L’instant me paraît idéal pour sortir ce mot sublime de Maïa Mazaurette qui est parfois mon gourou, mon idole, ma star.

        Maïa Mazaurette est quelquefois mon idôleShare. Monday, October 26, 2009 at 1:28pm | Edit Note | Delete
        Note complémentaire 1 : Je ne sais pas encore où je case celles qui ont trop peur d’utiliser le mot féministe – “moi je suis antisexiste, pas féministe”. Honnêtement, ça m’horripile. Féministe n’est pas un gros mot et renvoie à une histoire dont tout le monde (hommes compris) devrait être fier (de la même manière qu’en tant que Blanche, je suis ravie que Martin Luther King ait existé). Avoir peur du féminisme, non seulement c’est de la lâcheté, mais c’est de la trahison. Ok, le mot est mal connoté. Mais les mots servent à faire exactement ce qu’on veut. Salope a historiquement été revendiqué par les féministes. Les putes revendiquent d’être des putes. On pourrait citer l’utilisation de racaille, négro, tapette… par les intéressés. Le meilleur hommage qu’on puisse rendre aux féministes qui ont été battues, emprisonnées et tuées pour nos droits, c’est quand même de porter leur nom au lieu de se planquer sous le très navrant “antisexiste”, alias “salut j’assume rien”.

        (Maïa Mazaurette sur Sexactu)

        C’est bien vrai, d’un chien!

      • Ivich Daniel permalink
        08/07/2010 18:45

        Et oui Nana, je crois que tu parles d’un féminisme old-school, casse-burnes, anti-sexe. heureusement il en existe d’autres bien plus intéressants.

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 18:51

        Je comprend ce que tu/elle veuxt dire, mais,
        Je ne crois pas avoir peur du mot féminisme. Il y a une légere différence sémantique entre les deux. Pour reprendre ton exemple de la lutte pour les droits civiques des noirs américains, il y avait bien deux noms différents pour des idées qui divergeaient notablement : l’anti-racisme de M. L.-K. et le « black power  » c’est à dire la différence entre abolir la domination ou l’inverser. Bien qu’il y ait des clichés très datés dans l’idée que beaucoup se font du féminisme, ces deux nuances existent – ou ont existé.

        Peut-être est-il nécéssaire pour ce genre de mouvements, dans leurs débuts, que les deux existent. Le deuxième servant surtout à briser l’intériorisation de la domination, afin que chaque dominé puisse se dire « je pourrais être comme mon oppresseur » avant de se dire « je pourrait être son égal »

        Parce que le mot féminisme est construit avec le mot femme, il ne peut pas être neutre. Imaginons une société tout à fait inversée ou la domination est au femmes depuis toujours, dans les mêmes conditions que les hommes dans la nôtre. Ou imaginons les quelques parcelles de notre société où les femmes dominent effectivement – je pense à ce qui concerne les enfants surtout, (pour forte qu’elle est, la domination masculine n’a pu se faire qu’en laissant aux femmes quelques endroits réservés, pour une illusion d’équilibre). Un homme qui serait opprimé pourrait-il seulement avoir l’idée d’en appeler au féminisme pour s’émanciper ?

      • turquoise permalink
        08/07/2010 19:15

        @Margot, je pense que la différence entre sexes n’est pas uniquement culturelle, il y a une nature et elle est tenace (ce ne sont pas les arguments biologiques qui manquent, ni les exemples de ce que j’affirme). en revanche, oui, la culture fait qu’il y a un formatage et quand on a le malheur de ne pas s’y conformer, on se heurte à l’incompréhension des autres et ça c’est la gêne…
        pour moi, le féminisme ce n’est pas ce cliché qui a la vie dure (là d’accord avec toi), la nana hystérique et castratrice, non le féminisme c’est résister au formatage quand on ne s’y sent pas à l’aise.

      • margot permalink
        08/07/2010 21:46

        Oui, je prends aussi comme de la lâcheté le fait de ne pas assumer le mot « féminisme ». Je suis féministe, et j’en suis fière. Ce n’est pas pour autant que je tolère tout des femmes (loin de là!), et j’ai particulièrement du mal avec celles qui se disent non féministes et hurlent avec les loups (en même temps, il y en a toujours eu, de celles qui voulaient se laisser entretenir sans penser avant d’être larguées qu’elles n’étaient pas indispensables à leur seigneur et maître).
        A vrai dire, j’ai même vraiment du mal à comprendre celles qui se disent anti-féministes, et je n’ai qu’une envie c’est de leur dire de rendre leur pilule, leur boulot, leur droit de vote et leur compte en banque. Ah bah on assume, hein.
        Evidemment, que c’est malheureux que la propagande fonctionne et que les clichés sur les féministes abondent (merci aussi les médias de toujours montrer les conneries et jamais les choses réfléchies – mais ce n’est pas propre au traitement médiatique du féminisme). *Mais*, il en devient justement important de faire d’autant plus de pédagogie que les ignorances abondent. Mon féminisme, comme celui de toutes les féministes que je connais, s’attaque avant tout à un système, érigé à la bas pour faire de la chair à canon et de la pondeuse de chair à canon, système qui lui est pour le coup complètement obsolète.
        On aura beau faire des lois, des déclarations d’intention, la France est arriérée et ne *veut* pas changer de modèle, drapée dans son napoléonisme qui pue le rance.
        C’est valable pour les rapports hommes/femmes, mais aussi pour la mixité sociale, l’accès à l’emploi pour les « minorités », le système des grandes écoles, tout cela est un TOUT. Il n’y a aucune initiative politique sérieuse dans ce pays pour faire évoluer les mentalités.

      • margot permalink
        08/07/2010 22:08

        @turquoise : la « nature » féminine ne te fais pas aimer le rose, les poupées, les enfants, avoir les cheveux longs , passer la serpillière, porter des robes et manger de la salade, que je sache.
        Elle est où, ta « nature » féminine?
        La « Nature » ne porte pas, que je sache, les petits garçons à être violents, compétiteurs, incapables de la moindre tâche ménagère, à être fascinés par les armes à feu, les combats de boxe, le boeuf et les patates.
        J’ose espérer qu’avant tout nous sommes des êtres humains, de sexes différents et …SO WHAT? Si tu veux parler de la « complémentarité », alors là c’est la plus belle arnaque qui soit : A moi le gros salaire, à toi les lingettes, chérie :-)) Encore une fois, ce n’est pas la faute de qui que ce soit, c’est un système qui fait qu’il y a des gros cons qui n’en branlent pas une , et des grosses connes qui ne laissent rien faire à leur mec sous prétexte que ce serait lent et mal fait…
        Qu’est-ce que tu entends, dans ce cas, par « différences naturelles » entre les hommes et les femmes? Tu ne vois pas le bourrage de crâne intensif?
        Oui, être féministe c’est résister ou avoir résisté au formatage. Et le féminisme est solidaire des luttes LGTB parce que le combat est le même, l’ennemi est le même. Il n’y a que les pédés misogynes et les lesbiennes misandres pour le nier (gêne à eux-elles).

      • nana permalink
        08/07/2010 22:48

        Margot, je vais etre tres honnete avec toi, que tu ai un point de vue a defendre et que tu l’exprimes, c’est tout a fait louable et on ne peut plus respectable.

        Toutefois ce ton acerbe et propagandiste, qui est le tien,est épuisant. Epuisant parce qu’il ne laisse aucune porte a aucun dialogue. Tu brandis ton étendard  » Je détiens la VERITE », et vous autres pauvres donzelles écervelées puisque vous ne pensez pas comme moi, vous êtes des connes et n’avez rien compris a la vie.

        C’est dommage sans toute cette hargne ton point de vue aurais pu etre intéressant.

      • 08/07/2010 22:51

        « Qu’est-ce que tu entends, dans ce cas, par « différences naturelles » entre les hommes et les femmes? »

        Une bite d’un côté, un vagin de l’autre par exemple ?

      • nana permalink
        08/07/2010 22:56

        ( Guillaume laisse pas des coms derriere moi, je vois mes fautes du coup et je syncope)

        Ou des couilles et des seins, sinon?

      • 08/07/2010 23:01

        (je vais arrêter de te suivre. ma femme n’aime pas que je discute avec des inconnues sur internet)

        Oui, cela marche aussi.

        J’ai été un poil vulgaire et je suis d’accord que nos différences sont aussi culturelles. Mais de là à nier toute différence entre hommes et femmes…

        Sinon, je rejoins la Meuf sur un point précis, les femmes sont comme les hommes une fois au pouvoir. Les exemples sont légion : Indira Ghandi, Golda Meir, Margaret Thatcher…

      • nana permalink
        08/07/2010 23:06

        Dis a ta femme qu’elle n’a rien a craindre, mon interet pour toi est tout limité dans la mesure ou tu n’es pas Canet.

      • 08/07/2010 23:09

        Il te plait bien Canet ?

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 23:11

        Mon commentaire ci dessus est du pur enculage de mouches.

      • nana permalink
        08/07/2010 23:12

        Comment dire…. ( je vais me faire lyncher mais j’assume ). Pas du tout mon genre mais je le trouve vraiment charmant.

      • margot permalink
        08/07/2010 23:23

        @nana : bah, dommage. C’est parce que tu ne vois pas de répondant que tu penses que j’ai un ton dogmatique? Ouais, dommage. J’étais au contraire, je pense, ouverte à la discussion. Je posais des questions, tu n’y répond pas. Tant pis.

        @Guillaume : ouais, et donc, mis à part ça, so what? En quoi est-ce que cela influe vraiment sur nos comportements sociaux? Certains disent qu’une bite rentre dans un trou, d’autres qu’un vagin avale la bite.. Et? Même question, en fait : En quoi est-ce que *naturellement* cela conditionne nos relations sociales? En quoi est-ce que cela présuppose d’une domination? Le sexe n’est-il pas un échange avant tout, même sans vivre au pays des niais?

      • margot permalink
        08/07/2010 23:25

        @Guillaume :
        « Mais de là à nier toute différence entre hommes et femmes…
        Sinon, je rejoins la Meuf sur un point précis, les femmes sont comme les hommes une fois au pouvoir »

        han-han… :-)))

      • margot permalink
        08/07/2010 23:31

        Désolée de plomber l’ambiance… Je comprends enfin pourquoi en fait on parle si peu de féminisme partout : les résultats de ce genre de discussion sont juste une insulte au bon goût. Reprenons salon et bitchons comme il se doit. (j’étais possédée par l’esprit ô combien malade de Judith Butler).

      • 08/07/2010 23:36

        je ne vois pas en quoi le rapprochement de ces deux phrases signifie quelque chose : oui, il y a des différences et oui, il y a des ressemblances.

        C’est un peu compliqué quoi. Un peu comme tout ce qui a rapport à l’humain.

        Mais si cela peut te rassurer, je combats le sexisme en étant un bricoleur lamentable et en sachant repasser.

      • turquoise permalink
        08/07/2010 23:38

        @margot: je te donne un seul exemple, celui d’un petit garçon à qui on a fait croire qu’il était une petite fille et ne comprenait pas pourquoi il n’aimait pas jouer avec des poupées comme les autres petites filles et pourquoi il n’aimait pas porter des robes etc. il a appris à l’âge de 15 ans qu’il était un petit garçon à qui on avait malencontreusement coupé le zizi à la naissance, il a fini par se suicider. triste histoire qui montre que non, tout n’est pas acquis, il y a aussi un bonne part d’inné…

        http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Reimer

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 23:43

        Turquoise, ton exemple ne prouve rien qui résiste vingt seconde à un approche psychanalytique. Moi qui n’ai jamais joué au foot de toute ma vie, dois-je en déduire que mon sexe m’a été greffé ?

      • 08/07/2010 23:50

        PDT> que fais-tu alors du foot féminin ?

      • margot permalink
        09/07/2010 00:34

        @guillaume : certainement des fausses femmes. Des lesbiennes, quoi.

      • turquoise permalink
        09/07/2010 10:09

        @Philippe de Thrace, c’est ton contre-argument qui ne résiste pas 20 s. il y a des petits garçons qui aiment les poupées et oui d’autres qui n’aiment pas le foot etc. aucun rapport, mais aucun rapport avec le cas Reimer. dans son cas, c’est tout un ensemble de comportements qui ne collait pas à l’identité fille sans que lui sache pourquoi. nos hormones ont leur mot à dire, de façon plus ou moins forte chez les individus (et oui, encore l’inné), la psychanalyse n’a rien avoir là-dedans. d’autre part, l’anatomie du cerveau est en partie différente chez les femmes et les hommes. et chez les hommes ou femmes qui se sentent emprisonnés dans le corps de l’autre sexe (et qui demandent à changer de sexe), on a pu constater qu’une petite partie de leur cerveau était différente. enfin c’est la très grande variation de l’inné et la très grande variation de l’acquis qui font qu’au sein de la population masculine et au sein de la population féminine avec cependant des tendances, tendances dans lesquelles tout le monde ne se retrouve pas forcément.

      • 09/07/2010 11:18

        Je vais parler uniquement pour mon cas, parce que j’aime bien raconter ma vie : quand j’étais petite, j’avais des poupées, et des petites voitures. J’avais aussi un circuit de voitures électrique (trop bieeeeen !) et des robes à fleurs. Aujourd’hui, j’aime conduire, j’aime le foot et le rugby, je dis plein de gros mots, j’adore porter des jupes, je change de vernis à ongles presque tous les jours, je sais fabriquer des meubles et utiliser un marteau-piqueur, et je déteste toujours autant les clichés que quand j’étais petite. Sauf que quand j’étais petite, je ne savais pas ce qu’était un cliché.

        Sans être féministe et revendicatrice, je pense que dans sa vie courante il faut simplement éviter de se faire marcher sur les pieds. Quand je dis que je ne veux pas d’enfant parce que je n’en veux pas et c’est tout, on me regarde avec des grands yeux parce qu’une femme, ça DOIT pondre. Bah non, ça DOIT pas, ça peut si ça a envie. Comme ça peut se faire belle si ça a envie, ou pas, pour elle et pas pour les autres.

        Le problème des féministes comme Margot, c’est qu’à force de scander des « vérités » sur un ton hargneux et péremptoire, elles affaiblissent le message qu’elles veulent faire passer, car elles font passer les femmes pour des mégères dominatrices et castratrices. Ce qu’on veut, ce n’est pas dominer le monde, en tout cas je ne pense pas. C’est simplement être RESPECTEES.
        Bref, le discours féministe actuel me fait peur. Ce n’est pas pour ça que je ne partage pas ce discours, mais sur la forme, il est beaucoup trop agressif.

        @GuiPasc et Nana : j’adore vos commentaires. Faut nous dire si on vous dérange hein ! [MDR]

      • Ivich Daniel permalink
        09/07/2010 14:45

        Philippe, je vais continuer à citer Maïa de façon éhontée au lieu de parler moi-même car j’aime ne pas m’engager trotrop (cela dit, bon, je ne ferais que la paraphraser).

        Le côté un peu agressif de l’exrait n’est destiné à personne, rappelons que je prends des bouts de phrases hors-contexte (- qui était quand même un peu 2nd degré):

        « q: Tu ne préfères pas te dire antisexiste ?
        r: Effectivement, ce serait moins agressif et tellement progressiste. Sur ton conseil avisé, tas de boue, je vais renoncer à un mot historiquement signifiant, afin de ne surtout pas passer pour une aigrie hystérique, vu que le regard des autres est tout ce qui m’importe dans l’univers intergalactique. Dans féministe il y a femme, donc c’est discriminant pour les hommes. De même que la négritude était un mouvement anti-Blancs. De même que l’humanisme est une philosophie anti-animaux. »

        En ce qui concerne ce que dit Margot à propos des genres, je soutiens à 100% et peut-être paraît-elle un tantinet agressif pour la bonne raison que communiquer ce point de vue à ceux qui n’ont pas étudié Judith Butler et la Queer Theory, ça peut parfois être très difficile et frustrant, car il y a toujours très peu de chances d’être compris du premier coup.

        Les réponses du type : « de là à nier les différences hommes/femmes » sont juste légions.
        Turquoise, ton exemple du petit garçon à qui on a caché son genre ne suffit pas à lui seul. Je peux te citer des cas relativement nombreux d’hermaphrodites que l’on a opéré à la naissance, par exemple, et qui ce sont retrouvés quinze en plus tard très malheureux en découvrant la vérité, non pas parce qu’on leur avait assigné le mauvais sexe, mais parce qu’ils auraient préféré simplement ne pas être opéré du tout, jamais. Ce qui complexifie pas mal la question.

        J.Butler a pour théorie que la spectre des genres est bien plus vastes que la traditionnelle binarité homme/femme. Par exemple, que penser des cas de transexuels female-to-male qui, une fois « réassignés », sont attirés par des hommes? Que penser des travestis, ces hommes ou ces femmes qui se « déguisent » en le genre opposé, mais qui n’ont aucune envie de changer de sexe? Un jour homme, un jour femme, cela fait partie de leur identité. Que penser de ceux qui ne se reconnaissent ni dans l' »homme », ni dans la « femme »? Ils se trompent, simplement? Ou sont-ils la preuve qu’une paire de nichons ou une paire de baloches n’entraînent pas nécessairement un type d’identité ou un autre, et que si certaines personnes peuvent vivre en dehors ou ‘entre’ ces deux genres, c’est encore une fois, que la réponse n’est pas si simple. Donc, pour ce qui est de « nier les différences hommes femmes », tout dépend de ce que Guillaume entend par là.
        S’il s’agit de nier toute différence de base au niveau identité de ceux que la nature on pourvut d’un sexe soit masculin ou féminin, si, peut-être qu’on être bien qu’on peut, et qu’on peut imaginer que bien plus tard, en se construisant, on se retrouvera éventuellement dans l’un ou dans l’autre.

        Vive l’absence des genres, ou leur pluralité. Et je considère les études « scientifiques » qui trouvent des soi-disant différences de bases entre le cerveau d’une femme et celui d’un homme du même oeil que celles qui prétendent trouver des différences entre le cerveau d’un homo et celui d’un hétéro. Buuuullshit. Ca fait des années (des siècles?) qu’il y en a, et leur contraire aussi. Faut-il vraiment, vraiment s’y fier?

        L’essentialisme dont on parle plus haut, ça craint, et je rappelle que certains d’entre vous attaque le féminisme sévèrement et véhiculent dessus des clichés craignos. Peut-être que vos points de vue ont quelque chose de compréhensible, mais est-ce si étonnant que Margot, qui se revendique féminisme (et pas de ce féminisme cliché qui a bien changé), réagisse avec un peu de virulence?

      • Ivich Daniel permalink
        09/07/2010 14:48

        ALERTE AU GROS PATEEEE

      • turquoise permalink
        09/07/2010 15:58

        @Ivan: l’exemple de Reimer est totalement différent des autres que tu cites, c’était à la base un petit garçon comme les autres à qui un médecin débile a nié son identité (à une époque où on voulait prouver que l’acquis était plus important que l’inné). toi tu me parles de gens qui ont des problèmes d’identité sexuelle congénitale, voire de gens comme les hermaphrodites ou autres qui ont des organes génitaux anormaux. je maintiens que pour la plupart il y a une cause génétique, pourquoi la génétique n’affecterait que les organes sexuels et pas le reste de notre identité sexuelle? après, oui ce n’est pas si simple car quand il y a des différences (différence par rapport à la majorité), elles ne sont pas binaires, il y a des degrés plus ou moins forts dans ces différences au point que certains peuvent être 50/50 (tiens justement les hermaphrodites par exemple) et ne pas savoir de quel côté ils penchent. mais avoue que les cas que tu cites sont marginaux vis-à-vis de la vaste majorité de ceux qui ont des organes sexuels bien à leur place et une identité sexuelle bien à sa place. et c’est de ceux-là dont on parle en se demandant si nos goûts/comportements hommes/femmes sont tous culturellement acquis (transmission par les parents) ou s’il y a une part d’inné. perso je pense qu’il y a des deux, ce n’est sûrement pas tout l’un ou tout l’autre et le problème n’est pas là. juste sur un exemple de l’une d’entre vous, il importe peu de savoir si une femme veut des enfants parce que c’est la pression de la société ou parce que c’est dans sa nature (ben oui, regardez les animaux quand même), ce n’est pas parce que la majorité des femmes en veulent qu’il faut regarder de travers les moins nombreuses qui n’en veulent pas (d’ailleurs nombreuses sont celles qui jusqu’à 35 ans n’en veulent pas puis tout à coup en veulent, c’est l’horloge biologique), c’est ça pour moi le vrai féminisme. inversement, une féministe qui crache sur les femmes qui « pondent » pour reprendre l’expression de l’une d’entre vous et qui veulent être mères aux foyer, ce n’est pas faire honneur à la condition féminine.

      • Ivich Daniel permalink
        09/07/2010 16:12

        bleu-vert: Je pense qu’on a bien aidé la vaste majorité sexuelle des gens à avoir une identité sexuelle bien posée. Et on en revient à l’éternel débat inné/aquis.

        Et pour ma part, je ne condamne pas du tout les femmes qui ont des désirs d’enfants et qui en font, tout comme je ne condamne pas les femmes « très femmes » ni les hommes « très hommes », si c’est bien ainsi qu’ils se sentent profondément.

      • Ivich Daniel permalink
        09/07/2010 16:13

        *majorité tout court

      • ABC permalink
        09/07/2010 18:44

        Souvent dans la sphère privée, c’est la femme qui domine, gniark gniark

      • Philippe De Thrace permalink
        09/07/2010 21:43

        Turquoise,
        je ne pense pas vraiment qu’on puisse continuer à discuter. Ta vision de l’acquis est extrémement réductrice, car la vie et l’expérience influent sur le corps humain bien plus que chez les animaux et bien plus que tu ne le penses, mais ce soir, j’ai un peu la flemme, surtout que je crois que tu n’as pas envie de m’écouter, tout comme je n’ai pas envie de t’écouter. Une seule chose : Les parents de ton exemple, eux savaient très bien ce qu’il en était. Et la construction psychique de ce pauvre gamin s’est faite sur le reflet que ses parents lui envoyaient de lui même, sans qu’il ait été besoin qu’un seule parole claire ait été prononcée. Au fond de lui, sans s’en souvenir consciemment, ce gosse savait très bien « qu’il aurait du être un garçon » et c’est pourquoi il en a développé les comportements stéréotypes.

        Ivich,
        Encore une fois, je n’ai pas dit que je partageais cette crainte du féminisme, j’ai dit que je pouvais la comprendre. Je suis d’accord avec le reste de ton argumentation et aussi avec celle, globalement, de Margot.
        Après, la difficulté que cette dernière semble avoir pour admettre les dérives d’une partie (sans doute has-been) du féminisme, ressemble un peu à du dogmatisme, et c’est gênant. Après tout, c’est le cas de tous les courants de pensée.

      • La stagiaire permalink
        11/07/2010 20:38

        Bien d’accord avec PdT, et en même temps, je compatis avec Margot, car c’est vraiment rageant et frustrant de s’entendre répondre systématiquement les mêmes âneries et de savoir à chaque fois que, si l’on y répond, on va passer pour une castratrice de première catégorie…

  8. 08/07/2010 10:48

    N’importe quoi. L’avenir du monde c’est ….les gays ! \o/ (et lesbiennes)

    Tous les avantages, sans les inconvénients.

    • Orianinou permalink
      08/07/2010 10:55

      Tu vas me faire croire qu’une lesbienne est mieux payée qu’une hétéro ?
      Permets moi d’avoir de sérieux doutes… surtout quand on sait que les homos sont victimes d’autant, voire plus, de discriminations que les femmes/les arabes/les gros… Chaque métier à son chat noir et les homos ont un petit chenil rien qu’à eux.

      • Orianinou permalink
        08/07/2010 10:57

        Ah ok je vois de quels avantages tu parles, j’avais oublié la moitié du billet de la Meuf et étais restée sur les pét…suédoises.

        Mais mon opinion ne change pas beaucoup : même si une femme homo a 99% de chances de ne pas faire chier son patron avec un congé maternité, elle reste une bête curieuse pour beaucoup… c’est pas tellement mieux.

      • 08/07/2010 13:03

        Je faisais de l’humour. :-°

        Et puis, l’homosexualité s’intègrera bien un jour ou l’autre.

      • Orianinou permalink
        08/07/2010 14:21

        J’espère bien !

      • margot permalink
        08/07/2010 21:52

        Reste que les gays (et pas les lesbiennes), ont bien réussi ces dernières années à être visibles et forts et par là même à exister dans ce pays rance. Entre un homme gay et une femme hétéro, on voit maintenant où est la priorité; alors entre un homme gay et une nana même pas baisable…
        L’anti-racisme, ok, l’anti homophobie (envers les gays), ok, l’anti-sexisme envers les femmes, ouh-là ben non, et l’anti-sexisme envers les hommes ça n’existe tout bonnement pas. (je rappelle quand même à toutes fins utiles que le sexisme envers les hommes est tout de même dû a un système patriarcal qui, en enfermant les femmes dans la sphère privée – et en les privant du coup de la sphère publique – enferme les hommes dans la sphère publique en les privant de la sphère privée).
        Et je répète qu’en 2010, dans un des pays du G8, c’est *vraiment* la gêne.

  9. 08/07/2010 10:50

    L’oppression renforce la créativité, c’est un fait.
    On a pas de pétrole, mais qu’est-ce qu’on a comme idées!

  10. Le Branleur permalink
    08/07/2010 10:57

    Un jour les femmes domineront le monde, mais pas demain, demain c’est ménage.

    • Didie la Praline permalink
      08/07/2010 11:30

      Non, demain c’est les soldes.

    • La Capricieuse permalink
      08/07/2010 11:38

      Un jour les femmes domineront le monde, mais pas demain, demain c’est fellation.

      • La Pastanaga permalink
        08/07/2010 11:46

        bah c’est pas incompatible à ce que je sache, nan?

        (cette histoire dominer le monde ça me rappelle Minus et Cortex)

      • La Capricieuse permalink
        08/07/2010 11:50

        Ben, c’est que ça ferait beaucoup de pipes quand même… (Va falloir qu’on soit meilleures qu’eux alors)

      • Orianinou permalink
        08/07/2010 11:53

        Merci Pasta, j’ai la chanson dans la tête !

        Ca, ou les Inconnus « On va conquiert le monde, ahhh yarrggh yarrghh !! »

        .. Hmm, pardon !

      • nana permalink
        08/07/2010 12:22

        C’est justement par là qu’on domine le monde, par la fellation, on obtient tout d’un homme via ce biais.
        Une bonne pipe et t’es la reine. (enfin au moins chez toi….)

      • La Capricieuse permalink
        08/07/2010 12:26

        D’où le  » Ben, c’est que ça ferait beaucoup de pipes quand même… « 

      • La Pastanaga permalink
        08/07/2010 12:35

        heu je disais pas ça dans ce sens là mais bon…

        c’est vrai maintenant que tu le dis, on peut aussi s’en servir comme d’un outil de manipulation.
        sauf que c’est un peu triste quand même.

      • Placid Furius permalink
        08/07/2010 13:02

        Comme l’a toujours dit ma maman:
        « un homme ça se tient par les deux queues. Celle et de la casserole et l’autre… »
        Un puis de sagesse et de distinction ma maman.

      • nana permalink
        08/07/2010 13:08

        @Capri: Pour ça que j’ai precisé  » a la maison »…

        @ Pasta: clair c’est de la manipulation, c’est pathétique, si tu le fais dans le but d’obtenir quelquechose. Ceci dit,en ecrivant cela je pensais a la configuration qui est celle de faire son acte d’amour et que bizarrement tu ne sais pas pourquoi c’est apres ça que tu penses a aborder un sujet avec ton homme que si tu l’avais pas fellationné avant il t’aurais envoyé bouler direct.

        Ah ce sacré inconscient il t’en fait faire des choses!!!

        Manipulation ou diplomatie?

      • nana permalink
        08/07/2010 13:11

        @ Placid:Une grande sage ta maman,en effet.
        Je trouve que la deuxieme queue et plus facile a tenir que la premiere pour ma part m’enfin bon c’est tout personnel hein…

      • Placid Furius permalink
        08/07/2010 14:29

        Tout à fait d’accord Madame Nana. La deuxième est ergonomique et ludique, on est facilement autodidacte dans le domaine. La queue de casserole est plus retorse. Encore une fois, merci maman pour les cours de cuisine.

      • nana permalink
        08/07/2010 14:38

        Madame nana, ça fait un peu mere maquerelle, j’aime beaucoup.

        Placid je t’aime toi, chais pas pourquoi mais c’est ainsi. Mais entendons nous bien, ne t’offusques pas, c’est un amour tout chaste et pur, tu vois comme on aime le petit moineau qui se pose sur le rebord de la fenetre et qui fait des pioupiou tellement charmants que le coeur s’emplit de joie devant une telle magie de la vie.

        Merci a toutes les meres qui apprennent a leur fils la cuisine, ça nous retire une sacrée epine du pied.

      • Placid Furius permalink
        08/07/2010 15:08

        Madame Nana, c’est un plaisir d’être accueilli de la sorte. Je ne suis pas offusqué bien au contraire.

        En ce qui concerne la cuisine, je suis désolé de servir un poncif mais un homme qui cuisine bien:
        a) c’est rare
        b) ça ne fait pas la vaisselle
        c) ça ne sait faire que des pâtes.
        deux choix possible seulement. Les trois conditions ne peuvent être activées en simultané que si l’option « homosexuel » est activée. Les clichés persistent c’est regrettable.

      • nana permalink
        08/07/2010 15:18

        Je repondrais seulement la a et encore avec un bémol.

        ( J’ai toujours cru choisir mes amoureux en fonction de leur anatomie avantageuse, je me rends compte a ce jour que je m’illusionnais, c’est juste parce qu’ils cuisinaient ET faisaient la vaisselle)

        Il n’y a rien a faire contre les clichés mis a part ne pas les laisser envahir notre vie.

      • Placid Furius permalink
        08/07/2010 15:35

        La manière dont tu choisi tes amoureux est une magnifique application de la Sélection Naturelle que Darwin n’avait pas vu venir. ^^

      • Orianinou permalink
        08/07/2010 16:53

        Je vois bien Darwin refaire sa théorie sans les phalènes mais avec les femmes…

      • Placid Furius permalink
        08/07/2010 17:47

        Ça lui aurait peut être éviter d’épouser sa cousine en seconde noce et de faire monter les stats de la consanguinité de la perfide Albion.

      • ABC permalink
        10/07/2010 11:15

        « La femme est l’avenir de l’homme »
        Il était une fois :
        Femme et Homme sont complémentaires par nature car
        la femme porte l’enfant et l’homme va chercher de quoi nourrir la femme qui ne peut se déplacer, avec un gros ventre…

        Aujourd’hui la technique a tout bouleversé, et homme et femme s’adaptent.
        L’homme prend plaisir à utiliser un robot mixeur ou son Nespresso, dans les couches sociales nanties, et la femme prend son pied à conduire sa nouvelle Fiat Panda.

        Aujourd’hui, l’homme cuisine mieux que la femme ?? Beaucoup de toques célèbres sont des hommes.

        Autrefois, pourtant, sans technique, l’homme nanti aimait transgresser les lois de la reproduction en se tapant ses esclaves…

        Voilà, la nature est multiple et insaisissable. Et moralité, l’Homme et la Femme
        sont naturellement des rebelles à l’imagination fertile. Ils sont bien égaux en ce domaine.

      • 10/07/2010 12:00

        Si je t’en crois Placid, alors mon chéri est une perle rare… Bon en fait je suis au courant qu’il l’est….

        1/Il cuisine (fort bien. Là il va me faire de l’axoa basque. C’est le roi du tiramisu, du Paris brest et du cake au citron et au pavot…)

        2/ S’il ne fait pas la vaisselle, il remplit le lave vaiselle et fait les courses.

        3/ Il lui arrive même de rapsser ses chemises, quand elles me donnent des envies de meurtres (fréquemment)

        En gros il ya quand même un certain nombre de mec dont il fait partie qui se bougent le cul. Et qui se sentent parfaitement « hommes » pourtant.

  11. Vincent permalink
    08/07/2010 11:05

    Votre lutte, non pas pour l’égalité des sexes, mais plutôt pour la suprématie des moules, semble être une véritable névrose obsessionnelle. Heureusement, votre humour rend la chose abordable.

    • Philippe De Thrace permalink
      08/07/2010 12:15

      Alors voilà exactement le commentaire qu’il fallait : le commentaire de Vincent juste au dessus. Je suis à peu près sûr que le propos de La Meuf est tout sauf cela, mais disons qu’il profite d’une des ambiguités du texte (plutôt des articles cités dans l’article) pour laisser un commentaire oiseux.

      Quand on lit dans Newsweek ou ailleurs que plus il y a de femmes dans le CA (synonymie freudienne à développer une autre fois) d’une entreprise, mieux les risques sont gérés ; que les femmes réinvestissent plus leur argent que les hommes etc… , ça ressemble à du féminisme, parce qu’on dit  » les femmes sont bonnes en entreprise et en croissance économique » (en substance). Mais en fait c’est tout le contraire : Ca rétablit une hiérarchie – même inversée – entre les genres (« les femmes font mieux que les hommes même dans les domaines des hommes » – toujours en substance), au prix du réemploi de vieux stéréotypes sexistes éculés : Les hommes sont bons dans l’individuel, le mono-directionnel, l’exploit ; et les femmes sont bonnes dans la gestion désintéressée du confort collectif ou économie du (beurk) »care » (comme avec les bébés), le partage, la multi-directionnalité.

      Finalement, ce n’est pas la manière dont on conçoit la différence des sexes qui a changé. C’est la perception de l’économie, en temps de crise, qui change. Les attentes envers l’économie s’exprimaient avec des valeurs dites masculines avant, quand il fallait conquérir, et s’expriment désormais avec des valeurs dites féminines, puisqu’il faut protéger. Et peu importe au fond que les qualités prêtées aux uns et aux autres soient tellement traditionnelles.

      • La Pastanaga permalink
        08/07/2010 12:36

        te quiero ma bonne Thrace

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 12:40

        Yo tambienne. Chourtout qouan tou m’apélle « ma bonne thrace ».

    • Nora permalink
      08/07/2010 17:02

      J’adore « Suprématie des Moules ».
      On dirait un titre de film canadien.

      • 10/07/2010 12:03

        Délicate, subtile, parfumée. Cette expression est un régal ! Dommage qu’elle serve un fond aussi pauvre.

  12. solenka permalink
    08/07/2010 11:59

    pas le temps -bip- reviendrais plus tard -bip- quelque chose me gêne dans cet article -bip-
    mais ne sais pas encore clairement quoi -bip-

    • Le Nain permalink
      08/07/2010 12:20

      De même…

      (je me demande si ça a pas rapport au commentaire sur le commentaire du président de la banque centrale du Krisprolls)

      • 08/07/2010 13:26

        ROHPUTAIN UN NAIN !!! Tu veux pas faire partie de mon orchestre ?
        (oui, un de mes plus grand rêves est de monter un orchestre de nains et de les emmener en tournée)

      • nana permalink
        08/07/2010 13:28

        YoosF tu me tues là!

      • Le Nain permalink
        08/07/2010 13:53

        Ah bah je m’attendais pas à une telle attente autour de ma personne! Files moi 10385 € et on en rediscutes^^

      • 08/07/2010 14:58

        Ça dépend. Tu sais jouer du Tuba ?

      • Marian permalink
        08/07/2010 16:54

        Ça y est, j’ai mouru.

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 17:07

        Non seulement il en joue, mais il dort dedans.

      • Le Branleur permalink
        10/07/2010 01:38

        il va bien se faire avoir celui qui jouera du triangle alors

  13. La Schmokita permalink
    08/07/2010 12:19

    Brûler 10 000 euros ce n’est pas brûler leur valeur mais uniquement des bouts de papier. Contrairement au lait que l’on déverse ou aux récoltes qu’on détruit. Et, sous prétexte que la Suède est un des pays les plus égalitaires, il ne l’est pas totalement.
    Si je résume l’article : les femmes sont des victimes, c’est con parce que c’est trop les meilleures partout, mais bon elles sont chiantes quand même à revendiquer d’être égales aux hommes (égales, notez bien, pas supérieures comme les anti-féministes, dont beaucoup de femmes, le pensent).
    La bataille est presque gagnée, il faut donc s’adoucir et s’en contenter ? Les inégalités sont plus blessantes et criantes à mesure qu’elles disparaissent, il ne faut pas s’essouffler.
    Enfin, comme souvent lorsque l’on parle des lesbiennes, c’est rapidement pour souligner leur différence d’avec les femmes, les vraies (« une femme homo a 99% de chances de ne pas faire chier son patron avec un congé maternité » : ah bon ? vraiment ? les lesbiennes seraient-elles stériles ?).

      • La Schmokita permalink
        08/07/2010 12:32

        C’est tellement facile d’arrêter le débat à cette considération. Seule l’histoire des 10 000 euros semble vous émouvoir, c’est beau.

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 12:42

        J’avais pleine conscience que ce commentaire ne répondait qu’à ta première phrase. Donnes-toi la peine de lire les autres commentaires plus hauts, certains se sont donnés du mal pour les écrire.

      • 10/07/2010 12:06

        Tu sais, 10000 euros, c’est à peu près ce que gagne mon père en un peu moins d’un an. Ma mère gagne encore moins à cause de son invalidité. Alors tu m’excuseras de ne pas m’extasier sur l’intelligence de la chose…

    • Orianinou permalink
      08/07/2010 16:45

      Bon alors tu ne me cites pas mais je me permets de te répondre et de reprendre mon comm’ dans sa globalité si tu veux bien : j’ai dit ça pour répondre à C. qui disait que les lesbiennes ont tous les avantages d’une femme sans les inconvénients. A celà, j’ai répondu qu’elles avaient effectivement beaucoup plus de chances de ne pas porter un enfant, étant donné qu’en général, on a besoin d’un homme pour ça… Je fais bien sur une parenthèse avec celles, encore rares, qui choisiront la fécondation in vitro… rien à voir donc avec la stérilité, ms avec le fait qu’à moins d’aller à la Banque du sperme ou de demander à un pote de leur faire un gosse, elles ont peu de chances d’être enceintes… Ca te va ?

      Je n’ai jamais fait de différence avec les « femmes, les vraies », c’est toi qui t’emballe. Une lesbienne est une femme comme une autre qui a juste choisi d’en aimer une autre, ne lis pas ce que je n’ai pas écrit et lis les commentaires dans leur globalité, ce sera plus efficace.

      Et les femmes ne sont pas chiantes à revendiquer les mêmes droit, la Meuf a juste souligné qu’il y a l’art et la manière de le faire, et brûler 10 000€ ou renverser du lait ou brûler des livres, quoiqu’il arrive : c’est crétin. C’est mon point de vue, mais tellement de gens/causes ont besoin d’argent que s’en servir comme PQ ou comme allume barbecue, ça me fait réagir. Alors continuer à lutter oui, mais intelligemment ce serait pas plus mal.

      • Orianinou permalink
        08/07/2010 16:46

        Et par contre vous pouvez brûler mes fautes, ça ne me gêne pas…

  14. La Pastanaga permalink
    08/07/2010 12:37

    ayé, je viens de lire ton article La Meuf, et il me gêne un brin aussi, en particulier l’association de ces 2 idées (article de NewsWeek + l’action des femmes suédoises)

    évidemment c’est pas beau de brûler de l’argent, et je préférerais le voir sur mon compte en banque ou reversé à de plus nobles causes…
    mais je vois pas en quoi ce sont des décérébrées et des hystériques.

  15. nana permalink
    08/07/2010 12:54

    Bon j’y vais de mon pot de sel…

    Je suis 100% ok avec la Meuf, quant a la revendication intelligente, je reviens pas la dessus, c’est juste tres bien exprimé plus haut.

    J’ai cette petite conviction toutefois que le « combat » des femmes ne passent pas par le grand déballage ( style ni putes ni soumises qui m’insupporte, et toute revendication qui entraine des comportements extremes et qui implique un enfermement ideologique m’hérisse le poil totalement )

    Je benis la vie de m’avoir fait femme, merci pour la paire de nichons, pouvoir mettre des jupes, les orgasmes dementiels, la maternité, me faire aider a porter mes courses, avoir le droit de pleurer , mon intuition toute feminine , ma compétence professionnelle, mon efficacité ( bien que ce soit plus de l’ordre de la personnalité que du sexe justement) etc etc….

    Parce que c’est avec tout ça aussi que je fais ma place de femme. je reste persuadé que le combat de la femme pour cette egalité et ce respect se fait chaque jour a chaque instant dans chaque situation. Et non pas en brulant des billets de banques.

    A ce titre il me semble que ce combat est bien ardu, parce qu’ il consiste a ne jamais lacher prise et d’etre dans une vigilance constante quand a qui on est, c’est a dire une femme compétente dans son job.

    Il m’a semblé y lire ceci dans la premiere moitié de l’article, c’est par les faits, leurs actes au quotidien sur un plan professionnel que les femmes commencent enfin a faire leur place.

    Mon discours est peut etre simpliste mais c’est ma conviction, oui faire savoir au monde entier l’horreur de l’excision est bien, mais seules les femmes concernés peuvent se battre contre cela. Et ce battre c’est pour elles, réussir le challenge quasi improbable de changer les mentalité au seins de leurs communautés.

    Suis je claire? si non vous avez le droit de ma lapider mais alors je risque de changer d’avis et de chanter jusque la fin des temps LAS MUJERES UNIDAS JAMAS SERAN VENCIDAS

  16. Karine permalink
    08/07/2010 13:01

    Mouai et quand les agriculteurs (le plus souvent des hommes) balancent des litres de laits ou des cagots de tomates par terre tout le monde s’émeut hein, alors que ça aurait pu nourrir de nombreuses personnes.
    Protester contre une inégalité de salaire ça me semble tout à fait légitime surtout que devant la lois nous sommes censés être égaux (au niveau des droits) et la protestation n’aurait absolument aucun impact si on donne son salaire à une œuvre caritative, ça n’a pas de sens (à mon humble avis).

    Et si la Suède a pu atteindre un tel niveau de parité c’est justement car des femmes se sont battues pour leurs droits bien avant nous et qu’elles n’étaient pas « confinées à la confection de bébés et de boulettes pendant des siècles »!

    Après l’article sur les femmes qui vont gouverner le monde c’est aussi très bête, le but de la parité étant quand même de gouverner le plus équitablement possible, sans que les femmes deviennent effectivement des hommes en puissance et les hommes à la maison.

    Vaste sujet où on ne sera jamais d’accord avec ses voisins 😉

    PS : et l’hystérie collective soit disant l’apanage des femmes, on peut la voir très bien chez les hommes, comme par exemple les français et algériens qui descendent dans les rues de Marseille pour tout saccagés dès que leur équipe de foot gagne ou perd (oui, j’appelle ça de l’hystérie collective)! Cette différence homme/femme pourrait être intéressante à examiner, mais pas sous l’éclairage des clichés si souvent exploités.

    • Philippe De Thrace permalink
      08/07/2010 13:10

      Ok. Mais le problème de l’hystérie, c’est son étymologie.

    • Placid Furius permalink
      08/07/2010 13:24

      Les études sur l’hystérie recensent 1 cas masculin pour 20 cas féminin. Cela est lié à la structure même du cerveau: la paroi assurant les échange entre les hémisphère droit et gauche du cerveau est beaucoup plus développé chez les femmes (simple question d’hormones, une femme avec un fort taux de testostérone verra cette capacité se réduire et au contraire un homme sous œstrogène la verra s’accroitre. Lorsque que les échanges entre les deux hémisphère sont trop intenses, l’individu victime d’hystérie (le véritable terme utilisé pour ce type d’affliction étant trouble de la personnalité histrionique) intègre des éléments émotif là où seul la logique devrait prévaloir.

      Madame Karine, les comportement masculin dépeint ont donc bel et bien l’air de cas de trouble de la personnalité histrionique. Dans le cas présent on peut y superposer le principe d’intelligence grégaire: le Q.I. moyen des individus composant une foule est égal à celui le plus bas du groupe divisé par le nombre de personne de la-dite foule…
      C’est un tableau encore plus déprimant que Faceplouc.

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 13:34

        Voilà un beau mot pas sexiste : Histrion. Je l’adopte.

      • La Pastanaga permalink
        08/07/2010 13:35

        génial.
        merci Charcot sa race.

      • Placid Furius permalink
        08/07/2010 14:19

        Madame La Pastanga, tu devrais aussi remercier Platon. C’est le premier à avoir avancé une théorie fumeuse sur l’hystérie. Selon lui, l’utérus, lorsqu’il ne sert pas à un but reproductif s’inquiète et se déplace dans le corps de la femme ce qui la faisait suffoquer et provoquait une crise d’hystérie. Les grecques anciens étaient un peu des buses en anatomie, selon Aristote, le sperme était produit dans la moelle épinière…

        Bref, Charcot n’a fait que donner un décors scientifique plus vraisemblable à cette idée machiste d’hystérie. Le football à au moins le mérite de prouver que les hommes aussi sont sujet aux troubles de la personnalité hystrionique, qui, soit dit en passant, ne sont pas des pathologie biologique comme ils voulaient le prouver mais psychologique.

        Donc, à titre posthume je décerne un « dans ton cul » de platine à messieurs Platon et Charcot

      • Karine permalink
        09/07/2010 12:51

        Mademoiselle ou Karine tout court ça marche très bien aussi 😉
        Ok pour les explications sur l’hystérie, ça me va ^^. Mais je critique plus l’utilisation de ce terme pour un peut tout et n’importe quoi nous concernant, c’est un peu dommage.

        Pour les informations du QI des foules….ça fait peur!

        Et huuuummmm le vagin qui se déplace….c’est sympa comme tout ça!
        Et pour finir : merci pour ce cours très intéressant, j’me sens moins bête aujourd’hui 😉

  17. 08/07/2010 13:11

    En fait, les Spice Girls étaient de grandes visionnaires.

    (Pardon pour la référence culturelle pourrie).

    Sinon, je suis d’accord avec Nana, PdThrace et LaMeuf donc je vais pas répéter ce qu’ils ont dit, surtout que je ferais moins bien.

  18. Julie permalink
    08/07/2010 16:39

    Alors en vrac ce qui m’a fait un peu tiquer dans l’article et dans les commentaires qui ont suivi :

    – Je trouve ça aussi débile (et anti-féministe) de dire que les femmes sont supérieures aux homme que l’inverse.

    – Je ne vois vraiment pas en quoi c’est plus stupide et inefficace de brûler des billets (acte symbolique) que de faire la grève, par exemple. Je cite ce que j’entends autour de moi : « la grève, c’est chiant sauf pour ceux qu’on veut faire chier. Qu’est ce qu’ils en ont à faire les patrons qu’il y ait grève? Tout ce que je vois, c’est que l’honnête travailleur ne peut pas aller bosser parce que son train a été supprimé (cf grève SNCF, LA grève par excellence en France, que des glandeurs ceux là, déjà privilégiés et ils en demandent encore les bougres!) et que c’était son unique moyen de transport. La grève, c’est le mal. Trop de grève tue la grève. Et en plus, ça sert à rien ». Accessoirement, je rejoins Karine qui mentionne les agriculteurs qui jettent des cageots de tomates etc. (et ta mère, elle t’a jamais dit que c’était pas bien de gaspiller/jouer avec la nourriture?!). En gros, je n’arrive pas à comprendre en quoi brûler des billets de banque serait plus bête que le reste. Et s’insurger en disant que c’est de l’argent jeté par les fenêtres, je pense que c’est complètement passer à côté du problème et du fait que ça soit un geste symbolique, là pour faire réagir et sensibiliser.

    – Le côté : « les femmes sont PRESQUE les égales de l’homme, ça suffit largement ». Alors là, j’ai toujours plus ou moins des envies de meurtre. Ben ouai quoi, t’es presque l’égale alors que t’as été une sous merde, y’a une sacrée évolution, ça te suffit pas? Ces femmes, jamais contentes! On t’a donné ton susucre, un peu de respect, tu pourrais fermer ta gueule maintenant. Quelle arrogance, aucune reconnaissance ces femmes! On a eu raison de les considérer comme inférieures, t’as vu comment elles sont ingrates avec nous? De quels droits elles chouinent ENCORE? Non mais, faut pas déconner quoi…

    – Pour répondre à un commentaire de Placid Furius qui a abordé la question: oui, certains d’entre nous se sont construits contre les inégalités dont ils ont été victime, s’en sont sortis, ont « compensé » comme ils ont pu. C’est beau de s’en sortir après avoir été mis sur la touche, c’est sûr. On en est fier. Bon, mis à part le fait qu’on oublie ceux qui se sont jetés par la fenêtre parce que ça a été invivable pour eux, on oublie de se poser la question suivante je crois : est-ce souhaitable? Je veux dire: ok ce genre d’expérience peut renforcer quelqu’un, ça nous a construit, etc. Mais franchement, pour autant, est ce qu’on a envie que ça se perpétue? Ça me fait penser aux handicapés. Un aveugle qui compense en développant ses autres sens. Forcément : pas le choix. On peut s’extasier autant qu’on veut sur sa capacité à s’adapter, elle part d’un manque, qui lui, n’est pas forcément souhaitable (bon, la comparaison n’est pas très bonne mais je veux juste dire qu’avoir été victime d’inégalités peut générer des effets « positifs », mais que ce n’est pas pour autant qu’on doive souhaiter cette inégalité là en se disant qu’on s’en est sortis mieux que les autres grâce à elle (parce qu’on a lutté contre elle, et que ça nous a construit) et qu’on est finalement fiers de cette différence là qui nous rend tellement meilleur (parce que) tellement différent…).

    C’est à peu près tout ce que je voulais dire en tant que femmes hystérique (ou féministe, c’est pareil) et lesbienne (ça va avec féministe il parait : mon dieu je suis un cliché ambulant; ah, et je déteste les hommes, ça va de soi…) qui se plaint tout le temps. J’espère que c’est à peu près compréhensible et qu’il n’y a pas trop de coquilles :/

    • margot permalink
      08/07/2010 23:36

      Vala. Pas mieux. C’est très compréhensible et « merci », en fait.

    • Placid Furius permalink
      09/07/2010 09:02

      Effectivement, c’est clair et construit. Je ferai bien de prendre exemple, je me rends compte que je ne le suis pas toujours:
      Madame Julie, je ne m’extasiais pas sur les compétences latentes qui fleurissent chez un être opprimé et ne faisait pas l’apologie du développement personnel par compensation. C’est un pis aller et en tant que tel c’est une solution insatisfaisante.
      Pour avoir perdu un taf à cause d’homophobie déguisée, j’ai eu l’occasion de constater que mon « sixième sens » me servaient pas à grand chose.

  19. Marian permalink
    08/07/2010 17:27

    Ce billet mis en parallèle à ton Manifeste des Inconvenantes (auquel j’avais adhéré) me laisse perplexe. Tu sembles revendiquer une égalité de forme (le droit de paraître aussi vulgaire que n’importe qui) et dans le cas présent tu fustiges celles qui revendiquent une égalité de fond.

    D’abord, ça représente quoi les 10385 euros pour la revendication de ces dames ? Au lieu de te répandre en indignation sur ce pognon gâché, il aurait été honnête de mentionner l’aspect symbolique de cette somme (je viens d’aller voir le papier en question sur lemonde.fr). Ce qui est réellement choquant, ce n’est la fait de brûler du fric, mais ce que représentent ces 10000 couronnes (perte salariale des femmes suédoises par rapport aux hommes, par minutes). La symbolique est alors tout à fait appropriée et justifiée à mon sens. Et puis l’argument comme quoi les suédoises sont les mieux nanties point de vue égalité des sexes, il vaut autant qu’un « si t’es pas contente, va vivre au Burundi ». Si on commence comme ça, toute personne gagnant plus de x smics serait indécente de réclamer une augmentation. On n’obtiendra pas l’égalité homme/femme par un tel nivellement par le bas. Et c’est justement à celles qui ont le plus, de « tirer » ce combat vers le haut (car elles en ont plus les moyens évidemment).
    Bon après, chacune son style. Il est clair qu’esthétiquement, je préfère les actions de ce groupe furieusement sexy de féministes ukrainiennes (FEMEN). Mais ça, c’est parce que malgré tout, les hommes sont des porcs.

  20. 08/07/2010 18:41

    Billet très bien écrit comme d’hab’ La Meuf. Perso, je suis souvent la victime d’un amalgame odieux, tant ma misanthropie est assimilée à du sexisme, alors que je hais superbement tout le monde, sans distinction de sexe ou de race aucune. L’égalité homme-femme, c’est beau comme un camion rose.

    • Le Branleur permalink
      10/07/2010 13:49

      merci très cher crustacé, de m’offrir le prétexte idéal pour déguiser toutes mes déclinaisons du mépris de l’autre, parce que l’argument « je suis pas x-ophobe, je suis ami avec x » est sérieusement passé de mode.
      Alors que « je suis pas x-ophobe, je suis tout-ophobe » est bien plus pratique.

      Et pour redevenir sérieux, quelle est cette image en avatar? Je n’arrive à rien discerner.

      • Le Branleur permalink
        10/07/2010 13:51

        ah c’est une pince…

  21. ElSen permalink
    08/07/2010 18:55

    Pour être honnête, quand je vivais en France, les combats féministes m’énervaient un peu justement car vendre les femmes comme meilleures me semblaient tout aussi con que de considérer qu’elles étaient inférieures aux mecs.
    Vivant depuis 1 an et demi en Afrique de l’Ouest où une de mes collègues m’explique que nous (les femmes) sommes inférieures à l’homme et qu’elle va même jusqu’à refuser de s’asseoir au même niveau que son mari (véridique !) pour lui montrer sa soumission même dans on positionnement, je relativise un petit peu plus.
    Evidemment, même si les différences sont encore marquées à un certain niveau dans les pays développés (notamment écarts de salaire), je crois que je réalise beaucoup mieux le combat qu’on du mener nos ancêtres en Europe pour qu’on puisse avoir la place qui est la notre aujourd’hui.
    Bon, je suis pas sure que mon comment fasse avancer les débat mais je voulais quand même participer !

  22. 08/07/2010 20:07

    Pour être tout a fait honnête, j’ai la flemme de tout lire.

    Même diplôme, même poste, pas la même paye. Pas besoin d’être un(e) grand(e) mathématicien(ne) pour comprendre que la prétendue égalité n’est qu’un concept.

    Moi je suis prête a signer des demain que je fais pas un môme dans les 5 ans a venir si ça peut les aider a m’augmenter 🙂

    Et puis en plus, je vois pas pourquoi les femmes seules devraient en subir les conséquences vu qu’en général, un gamin, ça se fait a 2!

    • 08/07/2010 21:12

      Effectivement. Les ennuis concernant la carrière seraient moindres s’ils étaient divisés par deux…

  23. Lil permalink
    08/07/2010 21:24

    Juste en passant, mais après avoir tout lu cependant, il faudrait faire une distinction franche et massive entre égalité et équité. Je n’ai aucune envie d’être égale aux hommes qui m’entourent, en revanche il me semble évident que j’ai les mêmes droits (l’évidence est toute théorique bien sûr) tout en pouvant faire des choix différents des leurs.
    Une info lue il y a quelques années et dont je ne retrouverai pas les sources: dans un pays scandinave les femmes avaient revendiqué la coupe de cheveux femme au même prix que la coupe homme. Les coiffeurs s’étaient empressés d’augmenter le prix de la coupe homme, au nom de l’égalité. Moi j’ai les cheveux courts, et j’aimerais bien payer le même prix que les hommes… Ca être « équité »…

    PS 1. Les pays scandinaves ne sont pas « en avance » seulement en termes d’égalité hommes/femmes mais d’équité tout court (PV selon tes revenus pour ne citer qu’un exemple).
    2. Une égalité n’est égalité que si elle est vécue comme telle (cf commentaire d’ElSen).

  24. 08/07/2010 22:33

    Une fois de plus la meuf encule les mouches. Je baille.

    • nana permalink
      08/07/2010 22:38

      Moi, c’est en écoutant tes critiques ciné que j’ai largement baillé.

      • 08/07/2010 22:41

        et moi en lisant tes comms.

      • 08/07/2010 22:42

        Salut Nana !

        Qu’est ce que vous avez papoté aujourd’hui ! Entre gonzesses, c’est normal !

        Salut Zarzuella ! J’ai revu Marnie récemment. Tu es un peu tordue dans ton interprétation je trouve.

      • nana permalink
        08/07/2010 22:50

        GUILLAUME!!!! C’etait bien le coin?

  25. Docds permalink
    08/07/2010 23:00

    C’est quoi aujourdhui, le concours du plus long commentaire? GenreAujourd’hui, sur France 2, dans l’après-midi, passe le célèbre film Trois hommes et un couffin. L’histoire de trois hommes contraints de prendre en charge un bébé pendant que la mère de l’enfant est partie en voyage. Ce film a parfois été vu comme symptomatique d’un nouveau phénomène de société : l’apparition des « nouveaux pères » qui s’investissent dans l’éducation de leurs enfants.
    Le hasard fait que je tombe aujourd’hui sur un récent article paru dans Le Monde, dont le titre est tristement prévisible :

    L’arrivée d’un enfant accroît les inégalités entre hommes et femmes
    LE MONDE | 03.12.09 | 11h12 • Mis à jour le 03.12.09 | 12h34

    La naissance d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches au sein du couple ? C’est ce qu’a tenté de savoir Arnaud Régnier-Loilier, démographe à l’Institut national d’études démographiques (INED) et spécialiste de la famille. Ses conclusions sont sans ambiguïté. « L’arrivée d’un enfant accentue le déséquilibre du partage des tâches domestiques entre hommes et femmes, écrit-il dans le bulletin de l’INED Population &Sociétés. Ce sont elles qui s’éloignent du marché de l’emploi, elles aussi qui prennent davantage en charge les tâches domestiques. »

    Arnaud Régnier-Loilier s’est appuyé sur une enquête internationale qui a permis, en France, d’interroger plus de 2 000 couples. Hommes et femmes ont été invités à deux reprises, en 2005 et 2008, à mesurer leur participation à sept tâches ménagères : la préparation des repas, la vaisselle, les courses alimentaires, le repassage, l’aspirateur, la tenue des comptes et l’organisation de la vie sociale de la famille. Parmi les couples interrogés, un quart a eu un enfant entre les deux enquêtes.

    Ce travail montre, qu’aujourd’hui comme hier, les femmes assument l’essentiel des tâches domestiques. Parmi celles de 20 à 49 ans vivant en couple, 80 % s’occupent toujours ou le plus souvent du repassage et 70 % de la préparation quotidienne des repas. La tâche la moins mal partagée au sein du couple est la gestion de la vie sociale – invitations chez des amis, préparation des vacances, relations avec la famille –, mais même là les femmes s’impliquent nettement plus que les hommes.

    Trois ans après ces résultats, une seconde vague d’entretiens a permis de mesurer si l’arrivée d’un enfant bouleversait la règle du jeu. La réponse est oui, mais pas dans le sens de l’égalité. « Une naissance accentue le déséquilibre du partage des tâches entre conjoints, constate M.Régnier-Loilier. Il devient particulièrement prononcé chez les couples ayant déjà un ou plusieurs enfants au premier entretien et qui se retrouvent avec un enfant supplémentaire de moins de 3 ans. »

    La dissymétrie se creuse pour la plupart des tâches domestiques : préparation des repas, courses alimentaires, passage de l’aspirateur ou tenue des comptes. Chez les couples qui n’ont pas eu de nouvel enfant, le partage des repas n’a ainsi pas bougé d’un pouce en trois ans. Chez ceux qui ont accueilli un bébé, le déséquilibre s’est accentué : la proportion de femmes s’occupant de la cuisine est passée de 51 % à 58 % lorsque le bébé est le premier enfant du couple, de 72 % à 77 % lorsqu’il a été précédé de frères ou sœurs.

    Ces inégalités sont liées au décrochage professionnel des femmes. A la naissance d’un enfant, nombre d’entre elles délaissent le marché du travail : 25% des femmes qui ont accouché d’un premier bébé entre 2005 et 2008 ont cessé ou réduit leur activité, 32 % parmi celles qui ont eu un enfant supplémentaire. Envie de profiter d’un moment privilégié, souci de se conformer aux modèles sociaux, nécessité d’avoir du temps pour absorber le surcroît de travail domestique: tout se mêle pour éloigner les femmes du marché du travail.

    Qu’il ait été désiré ou contraint, ce choix finit cependant par les confiner dans le rôle traditionnel de la femme au foyer et accentue encore le déséquilibre au sein du couple. « Le changement de situation professionnelle de la femme explique une bonne partie de l’évolution de l’organisation ménagère, souligne le démographe. Si elle a réduit ou cessé son activité, elle prend en charge plus souvent les tâches les plus quotidiennes (repas, vaisselle). »

    Ce bouleversement des équilibres qui régissent le couple au quotidien ne se fait pas de gaieté de cœur : les femmes qui assurent presque toute l’organisation ménagère sont celles qui se disent le moins satisfaites de leur vie familiale. Et leur amertume croît avec le nombre d’enfants : 50 % des mères d’au moins trois enfants déclarent des taux d’insatisfaction élevés, contre 40 % des mères de deux enfants et 30 % des femmes sans enfants. Les hommes, en revanche, ne semblent pas mécontents de la situation : le nombre d’enfants, qui n’influe en rien sur leur taux d’activité, ne pèse aucunement sur leur degré de satisfaction.

    Selon M. Régnier-Loilier, l’insatisfaction des femmes est liée au creusement du déséquilibre dans la répartition des tâches. « L’arrivée d’un enfant s’accompagne de tâches supplémentaires, parentales notamment, le plus souvent assumées par les femmes, écrit-il. Ajoutée à la dégradation de la répartition des tâches ménagères, cela pourrait rendre compte de l’insatisfaction plus forte des femmes ayant eu un enfant. (…) Malgré l’idéal d’égalité, la répartition des tâches au sein du couple reste fortement déséquilibrée. »

    Anne Chemin

    Voir ici

    Alors, y a t-il eu un réel changement ? Y a t-il vraiment des « nouveaux pères » ?

    • Docds permalink
      08/07/2010 23:02

      [j’avais le choix entre ça et  » pfff »]

      • nana permalink
        08/07/2010 23:10

        « Ca », c’etait tres drole.
        Moi non plus j’ai pas lu mais tu gagnes haut la main.

    • 08/07/2010 23:03

      Oui, il y a des nouveaux pêres, mais avant la naissance des enfants.

      J’ai vu « Angélique marquise des anges » ce soir ! Mais je n’en tire aucune conclusion sur les rapports hommes/femmes.

      • Docds permalink
        08/07/2010 23:05

        Me dis pas que tu as lu mon copié/collé?

      • 08/07/2010 23:06

        Si, c’était vraiment très intéressant.

      • Docds permalink
        08/07/2010 23:07

        Tu me raconteras, parceque moi je ne l’ai pas lu…

      • 08/07/2010 23:13

        En gros, « trois hommes et un couffin », c’est que des conneries et c’est toujours les nanas qui torchent les mômes pendant qu’on fait le beau en repas d’affaires à pas d’heures !

      • Docds permalink
        08/07/2010 23:14

        Pffff…

      • nana permalink
        08/07/2010 23:20

        C’est etrange ça se passe pas du tout comme ça autour de moi. Je vis dans une autre dimension de notre planete terre?

        ( Bon ben j’vous laisse y’as dudule qui rentre de son diner, il veut sa petite gaterie avant de dormir)

      • Philippe De Thrace permalink
        08/07/2010 23:20

        Et c’est pire avec des mômes.

      • 08/07/2010 23:23

        Nana> j’ai aussi l’impression que les hommes sont aujourd’hui des maris et des pêres plus attentifs, mais on partait de tellement loin !

      • nana permalink
        08/07/2010 23:29

        Guillaume, j’en suis totalement convaincue, enfin de ce que je vois de mon entourage . Apres de blaireaux y’en as partout et si il epouse une blaireaude là, ils ne s’en sortent plus.

        Pour ça que le militantisme pur et dur sur ces sujets m’epuise un peu. Je suis plus convaincue que nous en sommes a un stade de problematiques individuelles qu’autre chose.

        ( Ahh mince y’as le moutard qui chiale, oui dudule je m’en occupe et je reviens te gater, promis dudule)

      • Marian permalink
        09/07/2010 01:30

        Nana, quand je lis ta dernière phrase, je suis bien content qu’il y ait encore des Margot dans notre monde. Cette capacité à s’indigner (et pas seulement pour sa pomme) et à s’enflammer pour ses convictions (et non, « dogmatique » n’est pas un gros mot). Quelque part ça me rassure de voir que l’individualisme n’a détruit tout idéalisme. Reagan, Tatcher et consorts ne les ont pas tous tués.

      • nana permalink
        09/07/2010 08:47

        Cher Marian,

        Je suis tout a fait ok avec PDT quand il dit, si je ne deforme pas ses propos, qu’il y a plusieurs degrés dans la lutte, pour commencer il faut du gros, du lourd, du qui demenage et une fois le boulot fait, il faut du subtil, du visé, et a mon sens donc quasi du cas par cas.

        Quand je dis que c’est des problematiques quasi individuelles, j’entends donc par là du cas par cas et non pas démerde toi tout seul avec ta pomme.

        Je me suis occupé d’assez de personnes depuis quelques années deja, pour me permettre d’affirmer cela.

        Cette femme battu, celle là qui doit surmonter un viol, ce gamin maltraité, et j’en passes, c’est pas forcement les associations ultra feministes qui distribuent des tracts qui les ont aidés a sortir de leur merde. Pardon si je me fais mousser, mais bibi elle passe ses journées a aider ces personnes a retrouver le chemin de leur dignité.

        Alors ok les mouvements organisés ont les moyens de toucher des centaines, des milliers de personnes, ok des cas comme ça j’en recois peut etre qu’une poignée par an en comparaison, mais au moins, ces personnes quand elles ressortent d’ici elles se tiennent droites, ont changés leurs vies, et commencent enfin a gouter le bonheur que peut etre la vie.

        Mon discours est bien sur valable pour un pays comme la France ou certains droits se sont quand meme bien etablis, on est quand meme pas au Soudan.

      • Marian permalink
        09/07/2010 14:59

        Merci Nana pour cette mise au clair. J’ai maintenant bien saisi ton propos. N’empêche que des « écorchés » comme Margot me paraissent essentiels dans notre société. Tout acquis (social) n’est pas éternel. Restons vigilants.

      • La stagiaire permalink
        11/07/2010 20:50

        Et faut arrêter avec le délire « Y’a que les blaireaux qui n’aident pas leur compagne dans les tâches ménagères/l’éducation des enfants ». On vous l’a répété combien de fois, qu’il ne s’agissait pas des personnes, mais d’un système ?

    • margot permalink
      08/07/2010 23:39

      « Mais non mais non, tout va très bien, madame la marquise, tout va très bien tout va très bien »

    • La stagiaire permalink
      11/07/2010 20:48

      Ai lu ! Quelque part, cela me réjouit, parce qu’une fois de plus, j’ai raison (et que je pourrai rabattre le caquet à certains, le genre à dire « mais non, t’es restée bloquée dans les années 50, ça a changé tout ça, blablabla ». Ben nan les gars, je suis restée bloquée en décembre 2009 ^^).

  26. Le Fonctionnaire permalink
    09/07/2010 00:14

    Mmm… 10000 euros déboursés, et on en parle un peu partout dans la presse à l’étranger. c’est peut être indécent, mais c’est un sacré coup de pub. pari réussi ?

    au fait, ça coûte combien une campagne de publicité ? c’est pas aussi de l’argent qui aurait pu aller aux bonnes oeuvres ?

    • Placid Furius permalink
      09/07/2010 09:43

      Pour amorcer une réponse à ta question Monsieur Le Fonctionnaire:
      Une page de publicité simple quadrichromie dans un magazine national oscille entre 15 000 et 20 000 €. Bien sur pour faire une campagne de pub, une page ne suffit pas, il faut répéter l’annonce sur plusieurs semaines, et dans plusieurs supports. Ah, oui et payer une agence de créa et une d’achat d’espace. Donc malgré des coûts très variables, les 10 385 € de nos krisprolls peroxydés on les atomise dès la première page d’une campagne.

      Donc même si le fait de bruler une somme rondelette d’argent nous lève le cœur au regard de ce qu’il aurait été possible de faire avec, remis dans un contexte publicitaire bête et méchant c’est génial. Voila comment parvenir à faire une couverture médiatique mondiale à moindre frais, à « faire du buzz » pour reprendre cette expression immonde, ridicule et à la mode. Donc nos suédoise n’ont pas complétement le cerveaux attaqué par l’eau oxygénée, elles gaspillent moins d’argent que les annonceurs.

      Le truc gênant, c’est en termes d’images. Certes ont parle d’elle à l’échelle mondiale mais pas forcément en bien. C’est le risque avec une campagne de communication de ce type: on ne contrôle pas le contenu du message véhiculé. Si ça se trouve, nos allumettes suédoise c’est des grandes oratrices, aussi cultivées que la Beauce et plus vive d’esprit que Mc Gyver, avec un discours en phase avec la société. Mais comme les images relayées sont focalisées sur certains éléments, en l’occurrence un autodafé de biftons, ça devient facile de biaiser le discours et de les ridiculiser… ce qui me rappel un récent article de Monsieur L’Arabe.

    • Placid Furius permalink
      09/07/2010 09:43

      Pour amorcer une réponse à ta question Monsieur Le Fonctionnaire:
      Une page de publicité simple quadrichromie dans un magazine national oscille entre 15 000 et 20 000 €. Bien sur pour faire une campagne de pub, une page ne suffit pas, il faut répéter l’annonce sur plusieurs semaines, et dans plusieurs supports. Ah, oui et payer une agence de créa et une d’achat d’espace. Donc malgré des coûts très variables, les 10 385 € de nos krisprolls peroxydés on les atomise dès la première page d’une campagne.

      Donc même si le fait de bruler une somme rondelette d’argent nous lève le cœur au regard de ce qu’il aurait été possible de faire avec, remis dans un contexte publicitaire bête et méchant c’est génial. Voila comment parvenir à faire une couverture médiatique mondiale à moindre frais, à « faire du buzz » pour reprendre cette expression immonde, ridicule et à la mode. Donc nos suédoise n’ont pas complétement le cerveaux attaqué par l’eau oxygénée, elles gaspillent moins d’argent que les annonceurs.

      Le truc gênant, c’est en termes d’images. Certes ont parle d’elle à l’échelle mondiale mais pas forcément en bien. C’est le risque avec une campagne de communication de ce type: on ne contrôle pas le contenu du message véhiculé. Si ça se trouve, nos allumettes suédoise c’est des grandes oratrices, aussi cultivées que la Beauce et plus vive d’esprit que Mc Gyver, avec un discours en phase avec la société. Mais comme les images relayées sont focalisées sur certains éléments, en l’occurrence un autodafé de biftons, ça devient facile de biaiser le discours et de les ridiculiser… ce qui me rappel un récent article de Monsieur Le Juif.

      • Placid Furius permalink
        09/07/2010 09:45

        oups…
        Désolé pour le doublon. Cependant une erreur c’est glissée dans le premier exemplaire de ce commentaire et a été corrigé dans le deuxième.
        Celui qui la trouve gagne une boîte de céréales.

      • nana permalink
        09/07/2010 10:02

        Entre L’Arabe et Le juif ton coeur balance?

        ( muesli bio pour ma part avec des raisins dedans. Merci)

      • nana permalink
        09/07/2010 10:03

        Juif

        mouais bon ça va…

      • Placid Furius permalink
        09/07/2010 10:14

        Je te met une boîte de Müesli Bio aux raisins de coté.

  27. 09/07/2010 09:46

    Je n’ai pas eu le temps hier de répondre aux commentaires et pas vraiment le courage ni le temps de les reprendre un par un ce matin.

    Donc pour tous ceux qui semblent ne pas avoir compris mon propos:
    Se battre pour l’égalité homme-femme, bien sûr, le futur est entre les mains des femmes, peut-être, mais en arriver à brûler 10000 euros pour réclamer une égalité salariale dans un pays aussi égalitaire que la Suède, non. Bien sûr je suis pour l’égalité salariale et bien sûr je trouve scandaleux que les femmes gagnent moins que les hommes à compétences et attributions comparables, mais il y a d’autres moyens, plus efficaces et moins indécents, de protester. Et à tous ceux qui me parlent de symbole, je réponds que justement, symboliquement, brûler ne serait-ce qu’un billet de 5 euros ça me choque (même s’il peut nous arriver à tous parfois de gaspiller).

    Enfin, en ce qui concerne la mise en opposition de l’article de Newsweek et des féministes suédoises, CECI ETAIT DE L’HUMOUR AVEC DU SECOND DEGRE DEDANS LOL! Une façon de dénoncer quelque chose que j’ai trouvé scandaleux et ridicule.

    • Le Catho permalink
      09/07/2010 10:23

      Et pourquoi ça te choque plus de brûler de l’argent, que de brûler de la bouffe ou du lait, ou brûler une journée de travail, ou simplement de brûler du temps avec une manif ou une flashmob alors que ce serait plus utile de faire du bénévolat ou de récolter des dons ?
      Pourquoi ce serait indécent de brûler l’argent qui est à toi, que tu as gagné ?

      • 09/07/2010 11:37

        Tu parles de récolter des dons et de brûler de l’argent dans le même commentaire et tu ne vois pas ce qu’il y a de choquant à brûler des billets ???

      • Marian permalink
        09/07/2010 15:20

        Vu comme ça, ça ressemble juste à une échelle de valeurs. Chacun voit l’indécence où il peut.

  28. La Chilienne permalink
    09/07/2010 11:06

    @Margot @Julie -> MERCI.

  29. La gamine permalink
    09/07/2010 11:39

    Hehe, pour ce qui est de bruler les billets, symbole ou pas, j’aurai tendance a invoquer un droit a l’indecence… Il y a un cote bien-pensance permanente un peu hypocrite parfois. « Allez, la blonde, tu prends tes billets, tu vas faire les soldes et tu fais pas chier ».

    Et sinon, je ne resiste pas la la chanson de circonstance : http://www.dailymotion.com/video/xgu82_renaud-miss-maggie

  30. Le sceptique permalink
    09/07/2010 14:31

    Bonjour, j’ai lu de manière succincte l’ensemble des commentaires, et il ne m’a pas semblé voir de remarque sur le passage ci-dessous.

    « (…) elle va nous pondre un chiard dans les deux ans, la période de gestation de neuf mois sera partagée entre (…), le tout aboutissant à la mise-bas impliquant cadeaux onéreux et suivie de trois mois de congé maternité. »

    Vous avez décrit cela de manière très humouristique, mais le fait de donner naissance reste exclusivement de l’apanage des femmes, je pense qu’on sera d’accord là dessus.

    Et au vu de ces faits, ne pouvons nous pas honnêtement admettre qu’il existe un risque potentiel (et j’insiste sur le potentiel ! rien n’oblige une nana à pondre, encore heureux …) d’un manque à gagner pour le chef d’entreprise, qui à compétence égale, privilégiait l’embauche d’un homme, ou répercuterait ce risque d’une « absence » prolongée sur le salaire de la femme ?

    Ce qui m’intéresserait, ça serait aussi de savoir via des statistiques si la parité est présente dans des entreprises dirigées par des femmes ou encore si les salaires sont effectivement les mêmes. Honnêtement, cela m’étonnerait beaucoup, car le raisonnement au dessus, que l’on soit un homme, ou une femme, il tient toujours à partir du moment ou l’on fait passer la fonction rentabilité en première. Les hommes auraient la faculté de donner naissance, cela changerait ce petit calcul du tout au tout.

    Après, je suis ouvert à la discution, il semblerait que le paragraphe cité soit un des arguments préférés des anti-féménistes, ce que je ne suis pas (bien que les messages de Margot, à titre d’exemple, ne soient pas à mon goût la meilleure publicité qu’ils puissent se faire) donc j’imagine qu’il y a peut être des choses que j’ignore qui pallie à cette inégalitée instaurée par la nature !

    • Marian permalink
      09/07/2010 15:18

      Dans les sociétés les plus socialement avancées (pays scandinaves, Québec, …), un homme présente lui aussi un risque en terme de « ponte de chiards ». Non pas qu’ils peuvent accoucher (quand même!), mais ils disposent de congés paternités (à eux, propres) et de congés parentaux (à partager avec la maman) conséquents. Au Québec, il n’est pas rare de voir « disparaître » des collègues hommes pendant presque 1 an parce qu’ils viennent d’être papa. Comme par hasard, dans le cadre des congés parentaux, c’est le parent qui a la meilleure couverture (une part étatique et une part de l’entreprise), et donc généralement le meilleur salaire, qui peut se permettre un congé sans trop grosse perte salariale … donc les hommes (car malgré tout, comme le dit bien La Meuf, ils gagnent encore plus que les femmes, même dans ce genre de société).

  31. Le Fonctionnaire permalink
    10/07/2010 04:23

    tout le monde s’en fout sûrement mais je tiens à préciser qu’il y a un imposteur… enfin un deuxième fonctionnaire quoi (ils ont peut être pas tort finalement, peut être qu’il y a trop de fonctionnaires en france !)

    le seul message que j’ai écrit était celui auquel a répondu placid furius. (au passage, merci de développer en 50 lignes ce que je voulais dire, comme ça si c’était pas clair, maintenant ça l’est !). my point was : indécent peut être, mais efficace (donc pas d’accord avec la meuf sur ce point particulier).

    sinon pour en revenir au débat sur le côté indécent, ça se discute. après tout, est ce que ce n’est pas indécent aussi de se payer une paire de pompe à 150€ (ou même 80, d’ailleurs ?) quand on sait que ça aurait sûrement pu nourrir des dizaines de personnes ? chaque petit luxe qu’on se paye, c’est de l’argent qui ne va pas à des gens qui en auraient infiniment plus besoin que nous. d’un point de vue moral, est ce qu’il y a une vraie différence avec le fait de détruire cet argent ?

    • nana permalink
      10/07/2010 10:25

      Heuu mouais c’est quand meme pas tout a fait pareil, ne serait ce que sur les 150 euros, il y a un pourcentage qui revient au concepteur, aux ouvriers, aux transporteurs, au vendeur, une part de tva, qui revient a l’etat pour payé le jets privés de messieurs ces ministres qui s’imaginent etre devenus rentiers.

      Pour moi une paire de pompe a 150 euros ce n’est pas indecent, parce que tu te la paie si tu en as les moyens, et que se casser le cul a gagner de la tune ça ne sert pas a ça, alors je vois pas bien pourquoi continuer a taffer, qui veut bien me preter son flingue???

      L’indécence c’est les sacrifices qu’on fait pour payer les impots et que cet argent soit claqué a tort et a travers par un etat qui a oublié a quoi cela servait a la base.

  32. Le Fonctionnaire permalink
    10/07/2010 04:26

    (et au passage je plussoie totalement l’arabe, le commentaire de l’autre fonctionnaire était très con).

  33. Le Fonctionnaire permalink
    10/07/2010 23:27

    @guillaume : oui, bien sûr. mais la nécessité d’une paire de pompes à 150€ comparée à celle de manger à sa faim, ou d’avoir accès à une éducation, est ce qu’elle est plus importante que celle de se payer une rollex ? c’est une différence quantitative, pas qualitative. on est choqués des dépenses de nos milliardaires à cause du contraste avec nous, mais il ne faudrait pas oublier le contraste entre nous (et nos pauvres) et d’autres.

    je ne sais plus quand, il y a eu un projet de loi (je crois que c’était en allemagne) pour affirmer que l’accès à la télévision était un droit fondamental. quand on pense aux conditions de vie de certains, ça aussi c’est assez indécent.

    @nana : je ne dis pas que je ne suis pas d’accord avec toi. seulement si on voit les choses comme ça, c’est la même chose pour les footballeurs qui se payent des hôtels ***** (ils l’ont gagné leur argent, ils ont bien le droit de le dépenser comme ils veulent) et pour les suèdoises (c’est leurs thunes, et elles sont majeures et vaccinées. et puis d’ailleurs pourquoi est ce que ce serait plus amoral de détruire de l’argent au nom d’un principe que de le dépenser pour son plaisir personnel ?)

    • 10/07/2010 23:57

      « je ne sais plus quand, il y a eu un projet de loi (je crois que c’était en allemagne) pour affirmer que l’accès à la télévision était un droit fondamental. quand on pense aux conditions de vie de certains, ça aussi c’est assez indécent. »

      Sauf erreur de ma part, tu confonds un tantinet…

      Il s’agit du droit à l’information. L’accès à l’information est considéré comme relevant de la liberté d’expression (en effet comment se forger une opinion sans avoir la possibilité de s’informer ? Et quel intérêt de l’exprimer si nul ne peut y accéder ?). Pouvoir accéder librement au net en relève. C’était une des raisons pour lesquelles on jugeait que pouvoir supprimer l’internet à quelqu’un sans jugement comme le prévoyait la loi Davsdi/hadopi1/2 (je m’emmele un poil dans les acronymes) était anti-constitutionnel.

  34. Le Fonctionnaire permalink
    11/07/2010 00:09

    @la rêveuse : comme je l’ai dit, je peux me tromper et je n’ai pas de sources à fournir. mais il me semble bien que ce n’était pas une question de droit à l’information, mais de droit du genre droit au logement, à l’eau courante, etc.
    l’idée étant que ne pas avoir de télévision était un signe de misère inacceptable.
    ceci dit je crois que la loi n’est jamais passée.

    • 11/07/2010 00:24

      De misère, non. De pauvreté, à notre époque, assez.(Sauf si on choisit de ne pas l’avoir).

  35. Lili permalink
    11/07/2010 19:56

    Ca m’a bien fait rire cet article quand même!! Très bien écrit!

    Je n’ai pas eut le courage de lire les 188 commentaires donc je ne sais pas si cela à déja été soulevé mais concernant l’agrent brûlé par les suédoises (je n’en avais pas encore entendu parler :S) j’ai une petite opinion à partager.

    Effectivement, brûler de l’argent c’est mal, ça nous fait chier car il serait bien mieux sur notre compte en banque, surtout que je dois m’acheter une voiture dans pas longtemps… 10000 euros ça m’aurait bien servi! Mais le geste ici devait surement vouloir dire que l’argent n’était pas le moteur de la manifestation en elle même. A mon avis elles ont brûlé de l’argent pour montrer qu’elle ne réclamaient pas un meilleur salaire, qu’elles ne courraient pas après le chiffre, mais après la valeur de leur travail, quitte à diminuer le salaire des hommes. Et sans cette action, leur message n’aurait pas eu le sens voulu, il n’aurait pas été remarqué de la même manière. Je suppose aussi que c’est leurs propres billets qu’elles ont brûlé, et si c’est le cas, elles en font ce qu’elles veulent au final. On a tous jeté au moins une fois « l’argent par la fenêtre » d’une manière ou d’une autre… là c’est aussi du gâchis mais il aura servi a supporter une cause.

  36. 13/07/2010 02:06

    J’suis carrément d’accord avec la licorne qui passe dans le ciel. Voilà.
    (utile).

  37. 14/07/2010 12:52

    Les femmes qui sauvent le monde de la crise… C’est vraiment n’importe quoi. Vous croyez vraiment que si les banques avaient été dirigées par des femmes embauchant des tradeuses, ça aurait changé quelque chose ? Les femmes auraient-elles plus de scrupules à escroquer les gens pour leur profit personnel ? Mon cul oui !

    Je suis le premier à défendre l’égalité homme-femme. Mais quand je vois ce que certaines féministes essayent de nous faire avaler soi-disant au nom de l’égalité, ça me révolte. Obliger la parité homme/femme dans le management par exemple. Deux hommes veulent monter une entreprise, ils font quoi, ils engagent des femmes dont ils n’ont pas besoin ? Ils engagent fictivement leurs épouses ? Et s’ils sont célibataires ou gays ?

    Cette destruction de 10.000€ n’est qu’une exemple de plus de connerie au nom du féminisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :