Skip to content

30 ans de Woody Allen

08/04/2010

Et hop, une petite rétrospective Woody Allen. Pourquoi? Parce qu’avant que le vieux sénile ne se compromette avec Carla Bruni, il est temps de se rappeler à quel point nous l’avons aimé.

1969: Take the Money and Run (Prends l’oseille et tire-toi)
Premier essai de Woody derrière la caméra, il s’agit moins d’un film que d’une suite de sketchs autour d’un cultissime personnage de wannabe criminel/loser de l’extrême. Aussi drôle que le passé de comédien de Woody pouvait le laisser présager -les interviews des parents masqués et le pistolet en savon qui mousse sous la pluie sont ultimes- mais rien, ni dans le fond, ni encore moins dans la forme brouillonne au possible, ne laisse véritablement présager du génie à venir.


1971: Bananas
Un asticot new-yorkais à lunettes (devinez qui?) tombe amoureux d’une activiste politique et s’engage dans une révolution sud-américaine pour tenter de l’impressionner. Derrière l’avalanche de gags absurdes, la satire politique pointe, mais l’amateurisme flagrant de Woody cinéaste peine à donner une cohérence à ce joyeux bordel, et le résultat reste très loin de son modèle, l’insurpassable Duck Soup, le chef d’oeuvre des Marx Brothers auquel il rend hommage. A hurler de rire, nonetheless. (Et soyons reconnaissants que les traducteurs français n’aient pas opté pour Woody et les Bananes.)

1972: Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe (sans jamais oser le demander)
Du manuel sexuel de David Reuben, Woody a tiré un film à sketches de qualité variable, dans lequel il parodie aussi bien le cinéma d’Antonioni que les jeux télévisés (quand il ne filme pas Gene Wilder en train de tringler une chèvre). Inégal, mais la vision de Woody Allen en spermatozoïde angoissé est une expérience indispensable pour tout être humain qui se respecte.


1973: Sleeper
Le chef d’oeuvre de la première période. Accordé, Sleeper ne ressemble à rien formellement, mais il s’agit sans doute du film le plus drôle de l’univers. Les situations délirantes s’enchaînent à un rythme étourdissant, la charge contre la culture new-yorkaise 70’s bobo/bio/healthfood est orgasmique, et Diane Keaton, dirigée pour la première fois par Woody, est divinement évaporée. Et je mets quiconque au défi de ne pas décéder devant l’interprétation de Blanche Dubois par Woody lui même.


1975: Love and Death (Guerre et Amour)
Le film transition entre la première période et la suite. La chrysalide en quelque sorte. Bardé de références à Tolstoï (forcément) et Dostoïevski (qui referont surface quelques années plus tard), Guerre et Amour est une première réflexion amusée sur la Mort, qui hantera désormais toute l’oeuvre de Woody Allen. Premières traces de maîtrise formelle également, et d’une incessante drôlerie.


1977: Annie Hall
Le grand bond en avant, la pierre angulaire, le film signature. Et le comique devint cinéaste. Le plus étonnant, c’est que malgré la cohérence narrative et formelle de ce premier coup de maître, le montage initial durait 2h20, et le film (qui dure aujourd’hui 1h33) fut peu ou prou créé en salle de montage. Et pourtant la maîtrise est totale, et jamais le caractère fracturé de l’oeuvre ne semble être autre chose que délibéré. Chaque scène constitue un morceau d’anthologie comique, Woody acteur émeut comme jamais, Diane et ses cravates entrent dans la légende, et le tout forme probablement l’anatomie d’une histoire d’amour la plus juste de l’histoire du cinéma. Le film le plus personnel de son auteur, et son chef d’oeuvre.


1978: Intérieurs
Vous pensiez que j’étais un rigolo? Prenez vous ça dans la tronche. Difficile en effet de faire moins drôle qu’Intérieurs, le premier hommage de Woody Allen à son idole absolue, Ingmar Bergman. On a eu beau reprocher au cinéaste new-yorkais son admiration d’écolier pour le maître suédois, force est de reconnaître que cette désintégration d’une famille est une oeuvre profondément ancrée dans la culture américaine, et qu’elle ne manque ni d’acuité, ni de puissance. Woody expérimente avec le formalisme et se révèle un directeur d’acteur d’exception, structurant sa dissection familiale sur l’opposition entre la mère (terrifiante Geraldine Page, dont les tics d’actrice névrotiques font  merveille) et la nouvelle femme (chaleureuse Maureen Stapleton, qui donne une épaisseur humaine inattendue à un personnage qui pourrait se réduire à un symbole).


1979: Manhattan
Plastiquement, la plus grande réussite de Woody: jamais New York n’aura été si belle, mythifiée par le somptueux noir et blanc de Gordon Willis et les mélodies de Gershwin. Mais malgré cet aura romantique, la fraîcheur d’Annie Hall a laissé place à une étude impitoyable et désabusée des rapports amoureux, et à une observation largement plus acide du microcosme intello new-yorkais, qui se révèle ici être un ramassis d’insupportables poseurs. Diane Keaton éblouit une dernière fois en exaspérante pimbêche névrosée, avant de tirer sa révérence et de s’envoler pour d’autres contrées.


1980: Stardust Memories
Après Bergman, Woody s’attaque à son autre idole, Fellini, et livre son 8 1/2 avec ce film introspectif et angoissé. Mais l’hommage est voyant, et finit par transformer l’essai autobiographique en pastiche appuyé et laborieux. Dans le genre 8 1/2, autant revoir celui de Bob Fosse, All That Jazz, chef d’oeuvre sorti l’année précédente.


1982: Comédie érotique d’une nuit d’été
Inspiré par Sourires d’une nuit d’été de Bergman (lui-même inspiré par Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare), une amusante comédie en costumes aussi frivole que dérisoire. Première apparition de Mia Farrow chez Woody.


1983: Zelig
Avec cet exercice de style vertigineux, Woody donne ses lettre de noblesse au mockumentary (ou documenteur, ou éventuellement Woody et les Faux Documentaristes). Avec la complicité de grands intellectuells (dont Susan Sontag, Saul Bellow et Bruno Bettelheim), mais surtout grâce à une photo et à un montage brillantissimes, Woody a reconstitué sous la forme d’un documentaire hallucinant de réalisme la vie complètement factice de Leonard Zelig, un homme dont la particularité est de se métamorphoser physiquement en fonction son environnement. Métaphore mordante de l’assimilation de Juifs en Europe et ailleurs, l’histoire de Zelig se révèle aussi fabuleusement drôle qu’étonnement touchante. Sans doute l’oeuvre la plus originale de Woody.


1984: Broadway Danny Rose
Clairement pas le film le plus ambitieux de son auteur, mais néanmoins l’un des plus drôles et attachants. De chaque plan émanent une tendresse nostalgique et une élégance qui imprègnent tout le film. Sans compter que Woody régale en imprésario minable et que Mia Farrow est à hurler de rire dans un contre-emploi total de tapin italien vulgaire au possible.


1985: La Rose Pourpre du Caire
Un personnage d’aventurier du cinéma glamour des années 30 sort de l’écran pour les beaux yeux ébahis d’une spectatrice énamourée, avant de se retrouver confronté à la réalité de la grande Dépression. Avec ce film pirandellien, Woody livre son oeuvre la plus émouvante, un hommage à la puissance du cinéma, tour à tour hilarant et bouleversant. Le scénario ne cesse d’émerveiller, explorant et déclinant avec une inspiration constante la situation de départ, tandis que les acteur font des miracles: Jeff Daniels brille comme jamais dans un double rôle, et Mia Farrow, chapeau fermement posé sur ses bouclettes blondes, tient le film sur ses frêles épaules, dans le plus beau rôle de sa carrière. Le dernier plan, hommage aux Nuits de Cabiria, est à pleurer. Chef d’oeuvre.


1986: Hannah et ses soeurs
Inspiré par Fanny et Alexandre et l’oeuvre de Tchekhov, Woody Allen nous offre ici une grande fresque familiale, centrée sur trois soeurs, leurs maris, leurs ex, leurs amants, leurs parents. Synthèse de tous les thèmes alleniens, Hannah et ses soeurs est l’une des oeuvres les plus riches, les plus chaleureuses, et les plus achevées de Woody. Jamais ses angoisse et son pessimisme n’avaient été exprimés avec autant de joie de vivre et autant d’espoir, tandis que chaque personnage prend vie sous les traits d’une troupe d’acteurs inoubliables: Dianne Wiest, Mia Farrow, Michael Caine, Barbara Hershey ou encore Max Von Sydow.


1987: Radio Days
Woody revient à ses racines avec cet hommage à son enfance et aux émissions de radio qui l’ont bercé. Ambiance rétro, lucidité embuée de nostalgie, personnages croqués mémorablement (Dianne Wiest, encore une fois) font de ce simili-Amarcord un plaisir de tous les instants.


1987: September
Après une série de réussites incomparables, Woody se vautre en beauté avec ce pesant huis-clos tchekhovien à l’intrigue artificielle et aux personnages hautement crispants (en particulier une Mia Farrow à égorger), qu’il a pourtant tourné deux fois. En effet, une première version avec Sam Shepard, Charles Durning et Maureen O’Sullivan fut jetée à la poubelle, avant que Woody ne réécrive le scénario et ne re-tourne le film avec Sam Waterston, Denholm Elliott et Elaine Stritch. Il aurait apparemment souhaité re-tourner le film une troisième fois. Bonne intuition.


1988: Une autre femme
Une femme d’une cinquantaine d’années loue un appartement pour y écrire un livre et se surprend à écouter aux murs. A travers les séances de psychanalyse d’une autre femme (celle du titre, donc), celle-ci voit ses certitudes s’effondrer, puis son univers entier se désintégrer peu à peu. Non content d’offrir à l’immense Gena Rowlands son plus grand rôle post-Cassavetes, Woody, invoquant Les Fraises Sauvages, nous gratifie d’une oeuvre d’un raffinement psychologique inédit et d’une lucidité douloureuse, qui est aussi son plus beau portrait de femme. Sans doute son film majeur le plus méconnu.


1989: Crimes et Délits
Pour  terminer la décennie en beauté, Woody s’offre une comédie ET un drame avec cet imposant diptyque dostoïevskien qui est l’une de ses plus grands réussites. D’un côté, un médecin respecté hésite à faire assassiner une ancienne maîtresse qui menace sa vie de famille. De l’autre, un sympathique loser, réalisateur de documentaires minables, se voit forcé de réaliser un portrait télévisé de son beau-frère honni, un infernal producteur de sitcom dont l’arrogance est proportionnelle à l’absence de talent. Réflexion désabusée sur la justice (ou son absence), sur la quête de Dieu et de sens, et sur la condition humaine en général, le film tient toutes ses promesses grâce à une écriture et une mise en scène d’une précision et d’une simplicité implacables, et à des acteurs au-delà de tous éloges (en particulier Martin Landau, Anjelica Huston et Alan Alda). Difficile de croire que le film devait comporter une troisième partie qui resta sur le parquet de la salle de montage, tant la maîtrise et la cohérence sont totales. Chef d’oeuvre.

La suite au prochain épisode.

Publicités
173 commentaires leave one →
  1. LaMinette permalink
    08/04/2010 08:45

    Ca m’a donné envie de me faire une rétrospective de Woody Allen, Bravo!!

  2. Guillaume Pascanet permalink
    08/04/2010 09:38

    Je connais très très mal la filmographie de ce bon Woody en fait.

    • Zouzi permalink
      08/04/2010 09:41

      Moi aussi mais je le savais.
      Merci à toi de partager ces films avec nous.

      • 08/04/2010 12:24

        Si un jour il vous prend une envie subite, vous saurez quoi voir au moins.

  3. 08/04/2010 09:45

    Je viens de découvrir que j’ai tous les films sus-nommés en DVD et qu’il est désormais urgent que je me les enchaine (mais pas ce soir, faut que je finisse Doctor Who) (les DVD en question étant le coffret 18 films pas dégueu qui trainait sur CDiscount à 60€, je ne sais pas si on peut encore le trouver)

  4. La Pastanaga permalink
    08/04/2010 09:46

    Le Pédé, c’est pas une chèvre que tringle Gene Wilder, mais un mouton!
    Grosse nuance.
    (la chèvre c’est pas dans Gazon Maudit?)

    Perso, c’est un de mes sketchs préférés.

    • 08/04/2010 10:15

      Le Pédé et Pasta,
      YOU MADE MY DAY!!!

      • 08/04/2010 12:25

        Mea culpa. Je ne sais pas pourquoi, mais tringler une chèvre ça sonnait plus juste que tringler un mouton.

      • La Minette permalink
        08/04/2010 12:30

        Une brebis, le pédé, il s’agit d’une gent dame!

    • 08/04/2010 10:48

      daisy daisy daisyrable, c’est enormissime cet extrait merci la pasta !

    • La Minette permalink
      08/04/2010 10:52

      Et quel mouton!! Il a une vraie « gueule » de cinéma ce mouton!!

    • La Minette permalink
      08/04/2010 10:54

      Et d’ailleurs ce n’est pas une chèvre, mais une femelle mouton donc une brebis….?

      • docds permalink
        08/04/2010 10:58

        Le brebis est la femelle du bélier. Le mouton est à la brebis ce que le boeuf est à la vache. Balls problem!

      • lulu permalink
        08/04/2010 11:39

        Et ce que le chapon est au coq, et ce que le cochon est au verrat…

        Bref, sinon le Pédé, tu es sublime comme toujours mais j’avoue ne pas avoir vu la moitié de ces films. Je pense que je serai plus apte à répondre au prochain épisode.

      • La Minette permalink
        08/04/2010 12:06

        Lulu et Docds :

        Euh nan je ne suis pas d’accord avec vous, n’allez pas si vite en besogne! Je ne suis pas docteur es animaux d’élevage mais puis je tout de même restaurer une vérité biologique irréfutable?

        Le petit du mouton est l’agneau (féminin : agnelle), la femelle est la brebis et le mâle est le bélier, le terme mouton pouvant désigner un mâle châtré ou toute l’espèce.

        Donc la femelle du mouton est bel et bien la brebis!!

      • lulu permalink
        08/04/2010 12:11

        Après l’Arabe, Docds et moi-même ! Chapeau bas la Minette

      • La Minette permalink
        08/04/2010 12:14

        Arrête tu vas me faire rougir…!

      • lulu permalink
        08/04/2010 12:15

        Prends pas le melon Nicole, t’es quand même qu’une pute !

      • La Minette permalink
        08/04/2010 12:18

        Ouais certes mais une smart pute (copyright!!) car j’ai de l’esprit et une certaine classe 😀

      • 08/04/2010 12:41

        Je suis ravi de voir que vous avez su dépasser vos différences et devenir amies. Une nouvelle preuve que ce blog est un lieu d’échange, de partage, et de générosité. Tout cela me met du baume au coeur.

      • lulu permalink
        08/04/2010 12:45

        Mais ce n’est pas mon amie ! (hommage à mon copain travelo du Père Noël)

      • 08/04/2010 12:48

        Tu t’en défends, mais au fond je sais que tu l’aimes comme une soeur.

      • La Minette permalink
        08/04/2010 13:29

        Ouais, on a un vague air de famille dans la puterie…euh… fratrie pardon!

      • 08/04/2010 14:07

        1. Ici point de copyright, que des copyleft – prenez, ceci est ma luminescence.
        2. C’est vrai qu’en y regardant de plus près Nicole La Nouvelle, tu as un petit côté travelo décati en gestation…

      • La Minette permalink
        08/04/2010 14:09

        C’est le vieux balisto jauni qui me traite de décatie???

      • l'escroc permalink
        08/04/2010 14:09

        Moi en tout cas je suis heureux de voir qu’avec ses beaux yeux verts, la minette a réussie à rendre presque humaine la plus MEYCHAAAANNTE de nos intervenantes.
        Il m’est cependant insuportable de constater que nicole défonce à tour de bras ceux que je prenais pour exemples jusqu’alors.

        La minette, ma nouvelle idole ???????

      • La Minette permalink
        08/04/2010 14:12

        L’escroc tu me fais ronronner de plaisir

        *ronron* *ronron* *ronron* *ronron* *ronron*

      • lulu permalink
        08/04/2010 14:14

        Hey toi la nouvelle, bas les pattes ou j’te fais bouffer des galettes bio par le cul

      • l'escroc permalink
        08/04/2010 14:23

        Ne te fais pas de soucis ma lulu d’amour, tu es un ange pour moi, et même si la cigarette, les daïkiris, le nutela et autres kinder bueno ont amèrement marqués ton visage, tu reste la seule qui me fasse encore fantasmer
        [j’devrai pt’etre lui dire pour ses vergetures]

      • Valeur inconnue permalink
        08/04/2010 14:27

        Vu sous cet angle, on ressent bien le lieu d’échange, de partage et de générosité.

        Excellente démonstration.

      • La Minette permalink
        08/04/2010 14:49

        Grrrr! hey la vielle peau!! un peu de respect pour mon joli petit cul de chatte s’il te plaît!!
        J’en profite pour rétablir une vérité apparemment contestée : je ne suis pas consommatrice de galettes bio par quel qu’orifice que ce soit…!

      • La Minette permalink
        08/04/2010 14:51

        à ce stade chez Lulu, ce ne sont pas des vergetures mais des crevasses!!

        D’ailleurs Lulu c’est une cougar ?

      • Nora permalink
        08/04/2010 15:56

        @Lulu: ton mec, c’est une garce allumeuse. Il veut se taper Nicole.

      • lulu permalink
        08/04/2010 16:05

        Je constate surtout que mon mari qui consomme un pot de nutella 800 g par jour n’est pas capable de l’écrire correctement.

        Sinon il peut se taper Nicole, il reviendra vite une fois qu’elle lui aura remplacé ses petits écoliers par des gâteaux Björg

      • La Pastanaga permalink
        08/04/2010 16:10

        t’inquiète pas lulu, t’es vachement plus bandante que la minette

      • La Pastanaga permalink
        08/04/2010 16:13

        et pis toi au moins t’as un mari

      • lulu permalink
        08/04/2010 16:14

        C’est pas difficile t’as vu sa tronche ? On dirait Nicole Kidman ! Et en plus elle est nouvelle !

      • La Minette permalink
        08/04/2010 16:17

        Je ne mange pas de gateaux bjorg non plus…

        Par contre, je fais des yaourts maison divin, au lait entier à la vanille bourbon naturelle, au chocolat, à la fleur d’oranger, à la cannelle etc…

        Et pis, Lulu t’inquiète, je ne pratique que le sexe naturel et bio!

      • lulu permalink
        08/04/2010 16:20

        Il aime pas les yaourts, il aime que les trucs de merde à l’huile de palme. Et il aime pas non plus le sexe naturel et bio

      • La Pastanaga permalink
        08/04/2010 16:27

        mais bon quand même, lulu, si j’étais toi je surveillerais quand même mon frigo.

      • 08/04/2010 16:30

        Mélanome, tu peux regarder ton calendrier et constater que tu es supposée la boucler pour l’éternité ? En te remerciant.

      • lulu permalink
        08/04/2010 16:33

        Pardon, je suis nouvelle ici…c’est quoi cette histoire de calendrier ?

      • La Minette permalink
        08/04/2010 16:36

        Donc il t’est tout destiné Lulu, je m’incline… you are meant to be!

      • docds permalink
        08/04/2010 16:37

        Et bien c’est parce qu’on est le 12 septembre. C’est la journée de dépistage du mélanome

      • docds permalink
        08/04/2010 16:37

        Pousse toi, toi. Je réponds à Lulu

      • 08/04/2010 16:56

        C’est vrai ça? Il y a une journée du dépistage du mélanome? Il s’y passe quoi?
        Il y a des spectacles avec des gens déguisés en grain de beauté douteux?
        On a des rdv gratuits avec les dermatos? ça me fait penser que j’ai pas été chez le dermato depuis au moins deux ans. A tout les coups je suis au stage 4 du cancer de la peau. Chiotte.

      • docds permalink
        08/04/2010 17:03

        Blague à part il y a effectivement une journée de depistage gratuit des cancers cutanés le 27 mai dans certains centres dans toute la France. (www.syndicatdermatos.org pour trouver un centre)

      • 08/04/2010 17:16

        @la vieille pute,
        à cause de ton intervention, je reçois des SMS d’injures de lulu, j’ai perdu toutes mes chance de voir un jour ma carotte transgénique dans une huitre sauvage et naturelle (alors que j’etais quand Meme à deux doigts de lui foutre ma dans la culotte à la Nicole), et je passe pour un goujat auprès de tous.
        La prochaine fois, sois gentille, fermes ta gueule !!!

      • Nora permalink
        08/04/2010 17:20

        La vieille pute ne reçoit pas d’ordre d’un vieux maq’ en casquette qui persiste à pas mettre d’espace après la virgule.

        T’as pas la recette de tes tapins à aller racketer à Boulogne, crevure?

      • 08/04/2010 17:25

        @docds : qu’est-ce qui t’a pris de commencer un post par « blague à part » et de dire un truc sérieux derrière « par dessus le marché » ?
        @la minette : sérieux je croyais que les derniers yaourts maison de la terre avaient été confectionnés en 1979, quand s’est éteinte la mode des yaourtières Seb de couleur orange au profit des moules à gaufres électriques Tefal et des préparations lyophilisées pour gaufres Alsa (avec un bon Tang, mmmh).
        @Nora : c’est bien ma pupute, je suis fier de toi.
        @lulu : tu es tellement merveilleuse, les mots me manquent.

      • lulu permalink
        08/04/2010 17:30

        Nora, je m’inscris en faux. L’escroc n’a pas de casquette et met des espaces après les virgules.

        Diego merci

      • 08/04/2010 17:35

        Diego faut pas en vouloir à Docds, sa conscience professionnelle a eu raison de lui. Toi tu fais bien des sondages tous les 1/4 d’heure, non?
        Sinon, je n’aime pas les yaourts alors cette conversation ne m’intéresse pas.

        Quant au melanome, tu remarqueras qu’il n’y a qu’un message, ce qui est quand même un grand progrès.

        A part ça je suis censée bosser moi merde.

      • 08/04/2010 17:43

        La meilleure nouvelle depuis longtemps : l’escroc met des espaces après les virgules (et va arrêter de le faire suite à ce commentaire, je sais)

      • La Minette permalink
        08/04/2010 17:49

        @ Diego : tu me crois si je te dis que j’ai la même ?! crois moi c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures!

        @ la pastanaga : hey dis donc le lapin casse-grain si tu veux pas finir confit aux petits oignons va falloir penser à être plus gentille que ça…!

      • La Pastanaga permalink
        08/04/2010 18:06

        oh le prends pas comme ça, toi aussi tu as un petit côté vieux travelo

      • docds permalink
        08/04/2010 18:18

        Désolé Don Diego, ça m’a échappé.
        Roro a raison. Vieux réflexe.
        Je ne le ferai plus.
        {Pensez qd même à dépister vos merdes, bande de cloportes}

      • docds permalink
        08/04/2010 18:29

        « Blague à part »: c’est comme ça qu’on parlait dans les années 60-70. Comment dit-on maintenant, chez vous, les zazous?

      • 08/04/2010 22:29

        Acila : clap, clap, clap.

      • Valeur inconnue permalink
        09/04/2010 21:54

        Désolée, ce n’est point mon blog.

        Celui-ci est truffé de fautes.

        Ceci dit, l’initiative du blog est intéressante, mais pas assez approfondie.

  5. 08/04/2010 10:03

    J’ai effectivement failli décéder devant Sleeper (à chaque fois que je l’ai vu), à cause de Blanche Dubois et de beaucoup d’autres scènes la première fois, mais surtout parce les personnes avec qui je l’ai regardé ensuite ont tenté de m’égorger pour que je cesse de couiner.

    Quant à la Rose pourpre du Caire, c’est le plus beau film du monde.

    • davidgeridoo permalink
      08/04/2010 15:13

      Où je me rends compte que le seul film de Woody Allen que je n’ai jamais vu – Sleeper – est une merveille immanquable. Le titre français m’avait toujours un peu rebuté et je n’étais pas fan de ses premiers films à sketches, ceci et ceci expliquant peut-être cela, mais Woody en Blanche Dubois, il FAUT que je voie ça avant de mourir.
      La Rose pourpre du Caire, c’est juste un chef-d’œuvre. Zelig, aussi d’ailleurs. Une autre femme, j’en garde un souvenir très fort. En fait, il y en a plein… y compris à venir dans la 2e partie.
      Vivement qu’Olivier Dahan fasse un biopic de sa vie.

      • 08/04/2010 17:05

        Oui, il y en a tellement que pour ne pas répéter les belles paroles du Pédé, je m’en suis tenue à mes deux préférés, avec Annie Hall qu’on ne présente plus, of course.

    • lord de Winter permalink
      08/04/2010 20:33

      Oui, bien sûr, Annie Hall et La rose pourpre du Caire sont les plus beaux films du monde (à la scène finale de ces deux films j’ai versé ma larme). J’aime aussi énormément Manhattan, Coup de feu sur Broadway, Alice et Radio days. On notera au crédit de Woody son choix et sa direction d’acteurs, qui souvent n’ont plus jamais été autant à leur avantage dans un film (oui, c’est bien à Diane Keaton, Goldie Hawn et Mia Farrow que je pense. Diane West est pour moi un peu à part, je ne la connais que par les films de Woody, je n’ai rien vu d’autres avec elle).
      Pour caresse sa fanitude dans le sens du poil, je recommande le livre Woody Allen, Entretiens avec Stig Björkman, édité par les Cahiers du cinéma (un livre qu’il est vachement bien, avec des vrais mots dedans et de belles photos et tout et tout).
      Cet article, très bien tourné comme d’habitude, m’a donc fait plaisir au-delà des mots…
      Ah et puis un dernier mot : Diego san, continue ton combat contre les gens qui ne respectent pas les codes de présentation, c’est un combat juste, noble et utile.

      Buona sera tutti

      • 09/04/2010 01:22

        Jusqu’à la mort, Mylord, c’est promis !

      • 09/04/2010 13:01

        Merci à vous, Lord.
        Il me semble cependant que vous n’êtes pas très familier de la carrière de Diane Keaton. Je vous suggère donc de jeter un oeil à l’extraordinaire Reds, de Warren Beatty ou Shoot the Moon, d’Alan Parker, pour avoir un aperçu de ce que la dame peut faire sur d’autres registres.

      • lord de Winter permalink
        09/04/2010 20:44

        Ah, merci pour ces titres de film, je les visionnerai à l’occasion… C’est vrai que concernant cette chère Diane, à propose de sa carrière post Woody, j’en étais resté au sirupeux et affligeant Un secret (‘ don’t know the english title), où elle surjouait les cancéreuses, le rigolo mais sans plus Club des exs, et le toujours rigolo-mais-un-peu-plus-fin-mais-pas-non-plus-un-chef-d’oeuvre Something ‘s got to give.
        @Diegosan : Je n’en attednais pas moins de toi…

      • 09/04/2010 20:58

        Et comme j’en entretenais le Pédé pas plus par qu’hier, elle est aussi magistrale dans le Parrain, et ce dès les essais qu’on voit dans les bonus du coffret. Sur une pauvre scène de théâtre avec un pauvre rideau, elle fait surgir le film à elle seule. C’est d’autant plus génial à voir que les acteurs auditionnent pour les différents rôles : De Niro en Pacino, Caan en Pacino, etc. Perso je trouve qu’elle fait partie de cette poignée d’acteurs capables d’irradier et de sauver du naufrage total n’importe quelle bouse. Et aussi que c’est la réincarnation de Katharine Hepburn, dans le genre surnaturelle de naturel. Je l’aime d’amour, quoi.

      • 09/04/2010 21:04

        ANNULE ET REMPLACE : tard instead of par.

  6. 08/04/2010 10:31

    Merci pour ce joli post-it le pede, j’avoue que je n’ai jamais vu Une autre femme et que je n’en avais jamais meme entendu parler ! Alors que j’adore Woody et Geena, je vais donc me le procurer derechef (c’est joil non derechef ?)en dvd.

    Sinon, diversion totalement HS mais as-tu vu la bande-annonce du dernier film d’Olivier Dahan My Own love song … j’ai pense a toi car : l’auteur de La Mome (que tu detestes plus que moi) + Forest Whitaker (un tres grand acteur qui est de + en + en train de se caricaturer … ici il nous fait le coup du fou qui begaye) + Renee Zellweger (un de mes plus grands cauchemars de spectateur fut sa composition dans Cold Mountain), ca promet du sacrement lourd !

    Et en plus, il nous met du Bob Dylan a la musique et du Nick Nolte (j’adorent les deux) pour essayer de s’acheter une aura de cineaste indie, j’ai tres tres tres peur et je pense que cela doit faire partie d’un de tes futurs papiers : je viens de m’apercevoir qu’il est sorti hier en France, est-ce que tu te devoueras ?

    • Le Marou permalink
      08/04/2010 11:57

      Ariko, il est bien le nouveau Dahan.
      Légèrement sirupeux mais sonne juste.

    • 08/04/2010 12:32

      @Ariko: Oui je l’ai vue, j’en parlais d’ailleurs ici même il y a quelques jours avec ce cher davidgeridoo. Je lui disais que cette bande-annonce était la chose la plus immonde qu’il m’avait jamais été donné de voir, et qu’en effet tel un reporter de guerre, j’ai presque une obligation d’y aller pour vous apporter un témoignage de cette apocalypse. Mais je ne te cache pas que l’envie n’y est pas.

      @Le Marou: Tu te sens mal?

      • Le Marou permalink
        08/04/2010 13:33

        Non non, Le Pédé, ça va bien. Merci de t’en inquiéter.

        Franchement il n’est pas mauvais, c’est un bon divertissement. Avec la recette consacrée: une scène ou deux pour rire, une scène pour pleurer, une scène pour faire un ahhhhh (un long soupire), une scène pour tirer une leçon de vie, un plan fixe d’américains moyens pour faire « film indépendant », un autre de la bannière étoilée parce que c’est américain, de la route parcque après tout c’est roadmovie, une référence de moins de 3 sec à katrina pour le coté engagé et un happyend. Que demande le peuple?
        Non franchement tout y est, c’est très correcte.

      • davidgeridoo permalink
        08/04/2010 15:26

        @Le Pédé
        Tu t’es déjà lâchement défilé sur le « Dernier vol », tu ne vas ENCORE nous poser un pastanaga pour celui-là ?

      • La Pastanaga permalink
        08/04/2010 15:31

        conill, grand lion, conill.
        la pastanaga c’est ce que mange le conill.
        (oui comme le poulpe, je peux m’automanger. j’en fais d’ailleurs une très bonne immitation)

      • davidgeridoo permalink
        08/04/2010 15:38

        Je faisais plus référence à ton avatar, j’aurais dû écrire « poser un Pastanaga » avé la majuscule.
        Mais j’admire ta faculté d’autophagie.

      • 08/04/2010 19:20

        je crois qu’on pourrait faire un article rien que sur la bande-annonce tellement elle est putassassière. Dire que je travaille dans le marketing et dans le cinéma, il y a des jours ou je ne suis pas fier de mes coreligionnaires !

  7. La Pastanaga permalink
    08/04/2010 10:44

    en tous cas Le Pédé, j’attends impatiemment le prochain épisode…
    j’imagine qu’il s’ouvrira sur Alice?
    youpiya ya youpi youpi ya.

    • 08/04/2010 12:34

      Yes, sur Alice. Ca sera plus court, car n’en déplaise à La Meuf, la proportion de chef d’oeuvres est en chute libre depuis les années 2000.

      • La Pastanaga permalink
        08/04/2010 12:51

        totally agree

  8. l'heureuse permalink
    08/04/2010 10:47

    Idem ! Et je crois qu’on ne sera pas que deux, la Minette !

  9. 08/04/2010 10:52

    Excellente rétro. Vivement la suite ! Ma scène préférée EVER de Woody c’est la fin d’Annie Hall, voilà :

    http://www.vodkaster.com/Films/Annie-Hall/712

  10. 08/04/2010 10:56

    Bon. Je peux te l’avouer (à toi lecteur, parce que les 3 autres connards le savent déja), j’ai l’affiche originale de Interiors dans mon salon, et je n’ai jamais vu le film…

    • 08/04/2010 11:03

      Tu n’as donc plus qu’à isoler toutes les arrivées d’air et allumer le gaz…
      (référence au film nulle puisque tu ne l’as pas vu)

    • La Pastanaga permalink
      08/04/2010 11:49

      🙂

    • davidgeridoo permalink
      08/04/2010 15:43

      « Interiors » dans ton salon ? Et tu as l’affiche d' »Extérieur nuit » sur ton balcon ?

  11. 08/04/2010 11:14

    Et bien je m’aperçois que je n’ai pas vu tellement de Woody Allen en fait. Ce sera à corriger (mais pas tout de suite, j’ai encore beaucoup trop de trucs qui traînent sur mes étagères, dont du Bergman justement).

    • 08/04/2010 12:35

      Commence par Woody, c’est une bonne intro à Bergman justement.

      • 08/04/2010 14:29

        Ah ben tu vois j’aurais eu tendance à mettre la source d’inspiration avant l’inspiré. J’y réfléchirais donc (mais bon, c’est quand même « Les Fraises Sauvages » que je me suis fait prêter, j’en entends beaucoup de bien…)

  12. 08/04/2010 11:22

    Je suis un peu speed live from Ajaccio (calmez-vous il fait moche) mais juste une question rapide : la Minette, t’as kiffé Sleeper et sa charge anti bio healthfood ou bien ?

    • La Minette permalink
      08/04/2010 12:07

      Niiiiinnnn!

    • 08/04/2010 21:55

      J’ai adoré ce film et ce passage m’a fait hurler de rire, il est tellement d’actualité.
      Ce film a 27 ans, il n’a pas pris une ride. Même la déco est encore à la page…

  13. 08/04/2010 11:27

    Tain la peur de ma Life. Ouf y a un épisode 2, parce que je n’ai jamais autant ri au cinéma que pour le come-back flamboyant de la sublimissime Diane chez Woody. Oui je l’ai déjà dit 100 fois, mais bon comme y a une nouvelle (laule) c’est important de rappeler certaines bases.

    • 08/04/2010 11:42

      Oui, j’ai pensé la même chose. J’ai eu très peur quand il a dit « une dernière fois »!

      • 08/04/2010 12:36

        Ben y’a le come-back, mais chut faut pas le dire, c’est la surprise de l’épisode II.

      • 08/04/2010 13:20

        Oooooops merde fouque je t’ai tout spoilé la revanche de Diane sur cette pouf de Mia (que j’aime environ 760 fois moins que Diane, même si je suis loin de la détester). Désolé. Je vais me remettre à parler Balisto, c’est plus sûr.

      • 08/04/2010 13:23

        Ah, tu aimes les Balisto?

      • 08/04/2010 13:58

        Oui j’aime beaucoup les jaunes, et si tu veux en parler ce sera avec grand plaisir car c’est une de mes grandes passions. D’aucuns prétendent qu’il y a des choses mauvaises dedans alors que tout le monde sait que c’est tout naturel comme le dit la pub, et qu’un truc aussi bon ne peut pas être mauvais.
        En revanche, je hais les Bounty et les Kinder Bueno, ainsi que {info plus} les Snickers, qui laissent une ignoble pellicule de cahuètes sur le palais et la gorge. J’aime moyen les Nuts et les Mars. Pas mal les KitKat et les Lion. Relativement les Touisque, bien qu’ils faisaient beaucoup plus rêver quand on les appelait des Raideurs.

      • Nora permalink
        08/04/2010 13:59

        Ouais, il aime les jaunes degueus.

      • 08/04/2010 14:03

        Nora, va te carrer un Balisto vert de vieille ou un violet de PEYYYDEYY dans ton oignon de grosse pute, tu seras mignonne.

      • Nora permalink
        08/04/2010 14:05

        A trop bouffer cette merde de Balisto jaune, ça m’étonne à peine que tu ressembles à une vieille courgette moisie.
        Et y’a plus de place dans mon oignon de grosse pute à moins de pousser le frigo.

      • La Minette permalink
        08/04/2010 14:07

        Superbe et cinglant échange…! je suis tentée de mettre un 6,5/10 (ouais je sais j’ai la notation légère et critique) 🙂 🙂 🙂

      • 08/04/2010 14:08

        Bon, je passe undercover, j’entre en réunion avec des sommités locales, et je ne peux pas me permettre de glousser devant ta powésie.

      • 08/04/2010 15:08

        Qu’est ce que tu entends par Sodomités locales Dieg?

      • davidgeridoo permalink
        08/04/2010 15:14

        @Dieg
        J’espère bien que tu aimes les Lion !

      • davidgeridoo permalink
        08/04/2010 15:22

        Je te rejoins sur le Bounty (un goût de pain rassis) et le Balisto (qui est non seulement différent, mais aussi pas pareil), mais quid du Grand Oublié de ta liste : le Ferrero Roche d’Or ?!
        Non seulement son emballage brille de mille feux (et ça, c’est un argument qui compte pour quelqu’un qui lave ses cheveux avec un shampooing aux œufs), mais en plus c’est un véritable laissez-passer pour les réceptions de l’ambassadeur.
        Ceci était un message du CDDDFRDOALHDP (Comité de Défense du Ferrero Roche d’Or à l’Huile de Palme).

      • docds permalink
        08/04/2010 15:38

        Pardonnez mon immiscence mais qu’en est-il des michoko? Et des vrais roudoudous qui vous niquaient les dents et vous coupaient les lèvres?

      • 08/04/2010 16:31

        Rho bah Diego, niveau barre chocolaté, on est pas copains.

        Mais par contre Grand lion, je suis avec toi dans la défense des ferreros.
        Les michokos, c’est un peu décevant à l’âge adulte.

      • docds permalink
        08/04/2010 16:34

        En fait t’as raison pour les Michoko. Je n’en ai pas mangé depuis 35 ans. Mais j’aime bien ce nom.

      • 08/04/2010 16:50

        Je sais bien que j’ai raison voyons.
        Leur pub me plaisait bien aussi quand j’avais huit ans.

      • 08/04/2010 17:23

        Cette conversation ne peut absolument pas se dérouler en mon absence, je proteste!
        Diego, avant j’étais comme toi, je détestais les Snickers, mais le Pédé en bouffait tellement à une époque, qu’il n’y avait que ça de sucré chez lui et qu’il a bien fallu que je m’y fasse.
        Les Bounty, Twix, Kit Kat et Balisto jaunes c’est sublime.
        Les Mars et Kinder Bueno c’est dégueu.
        Les Lions, david, c’est très bon, mais ce qui est encore meilleur c’est les Lions Balls qu’ils vendent dans les cinés (je recommande fortement), bien meilleur que les Maltesers et les Kit Kat Balls.
        Les M&Ms c’est sublime mais qui n’a jamais goûté les M&Ms au peanut butter (paquet orange qu’on ne trouve qu’aux US) n’a rien goûté…
        Enfin, les Ferrero Rochers de l’Ambassadeur, pas besoin de mentionner que c’est le meilleur truc au monde, puisqu’il y a du Nutella dedans.
        Bref, en parlant de tout ça et en croquant dans une pomme (et oui, que voulez-vous…), je ne peux qu’avoir une pensée émue pour mes très regrettées Picorettes. Celui qui s’en souviendra gagnera mon respect éternel. C’était des Kit Kat Balls en bien meilleur avec un arrière goût de noix de coco, on achetait ça dans des petits paquets bleus et turquoise avec un palmier dessus…
        Voilà, je retourne, salivante, à mes activités professionnelles beaucoup moins réjouissantes.

      • 08/04/2010 17:34

        La Meuf, j’ai un souci avec le peanut butter dans les M&M’s, perso aux Stazuni j’ingere plutôt 6 kg de M&M’s amandes par jour.
        Les Lion balls ne sont pas passé par moi et je le déplore. Déjà que j’adore les Kit Kat balls parce que ça me rappelle mes regrettées Picorette de quand j’étais encore plus jeune que quand je posais nu dans des sources d’eau chaude japonaises.
        En revanche, le Ferrero Rocher (car plus Roche d’or), je m’y oppose, car certes ils contiennent ce précieux ingredient, mais aussi de la gauffrette en papier, et du chocolat de pauvre. Je recommande donc plutôt de tremper des Rochers Suchard dans un pot de Nutella pour une extase totale. A propos de Nutella, as-tu déjà vécu l’orgasme proposé pour une poignée d’euros en Italie consistant à ingérer una pizza a la Nutella (en gros une calzone dans laquelle tu remplaces le jambon par du N, l’oeuf par du N, le fromage par du N, l’huile d’olive par du N) ??? Si non, je suis au regret de t’informer que tu as raté ta vie.

      • 09/04/2010 22:29

        Entracte…

      • 09/04/2010 22:49

        On ne peut pas me mettre un Milky Way sous le nez sans qu’il y ait des représailles.

      • 10/04/2010 19:43

        Te chatouiller les noreilles, c’était trop tentant.

  14. 08/04/2010 11:48

    Un rétrospective Woody! C’est fort urbain de ta part le pédé!

    Et oui Annie Hall, c’est mieux que mieux.

  15. Le Marou permalink
    08/04/2010 11:51

    Je n’en ai pas vu beaucoup de ceux de cette période mais pour ceux que j’ai vu je peux dire que « Une autre femme » est génial, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe (sans jamais oser le demander) est culte par contre je n’avais pas aimé Manhattan quand je l’ai vu (j’étais jeune et con).

    • 08/04/2010 12:37

      A ta décharge, Manhattan n’est pas le plus « aimable » de ses films. La vision de l’humanité présentée n’y est pas franchement reluisante.

      • lord de Winter permalink
        08/04/2010 20:41

        Certes, mais n’est-ce pas ce qui fait aussi le sel de ce film, cette satire? C’est d’ailleurs le preuve en image que l’on ne critique bien que les milieux qu’on connaît et dont on fait partie… ^^
        (Et puis dans ce film il y a quand Meryl Streep en lesbienne vengeresse, et ça, c’est juste génial…)

    • davidgeridoo permalink
      08/04/2010 15:49

      Absolument, Le Marou. Il faut revoir « Manhattan » à l’âge adulte, il se laisse mieux apprivoiser. Tu verras, c’est un peu comme « My Own Love Song », mais sans fauteuil roulant, sans petit-garçon-qui-écrit-une-lettre-à-sa-maman-sur-fond-de-feux-d’artifices et sans afro-américain-débile-obèse-qui-parle-aux-fantômes-de-son-coeur.

  16. Didie la Praline permalink
    08/04/2010 11:52

    *gene intense*
    J’en ai vu aucun (je pensais meme pas que c’etait possible, j’attends la suite pour voir si je me planque dans mon salon jusqu’a la fin des temps en penitence)

    • La Pire Meuf permalink
      08/04/2010 15:00

      Pareil, je n’en ai vu aucun, mais c’est aussi la magie de ce blog, la (re)découverte des must see/listen /eat (Balisto, Kinder Bueno et tout ça). Thanks !

  17. 08/04/2010 13:06

    Oh, tout plein de bons films à voir ! Le Pédé, tu viens d’éclairer ma journée, merci merci merci.

  18. 08/04/2010 14:27

    A part Annie Hall et Manhattan, je n’en ai vu aucun de cette période! Mais j’en ai très envie depuis ton billet, donc merci!! « Une autre femme » va bientôt atterrir dans ma boite aux lettres…

  19. 08/04/2010 15:20

    Faudrait quand même que je revoie « Crimes et délits » histoire de m’assurer que c’est bien le « brouillon » de « Match point »(j’entends déjà les couinements).

    • davidgeridoo permalink
      08/04/2010 15:31

      Pour moi, c’est le brouillon du « Rêve de Cassandre ».
      Ou plutôt, l’inverse. « Le Rêve de Cassandre » est le brouillon postopératoire (copyleft myself) de « Crimes et délits ».

    • 09/04/2010 13:07

      Match Point est très similaire (voire quasi-identique) à la partie dramatique de Crimes et Délits, juste en moins bien. Les gens sont très impressionnables: collez leur une flopée d’accents anglais et ils y voient un « virage à 180° ».

  20. docds permalink
    08/04/2010 15:41

    Ç’est qui ce Woudy? Il en a fait des films pour un mec de 30 ans!

    • 08/04/2010 16:24

      Oh tu sais aujourd’hui avec la qualité du numérique, on fait des films en 4 jours. Ce petit jeune est prometteur, depuis qu’on l’a découvert sur youtube tout le monde en parle…

  21. La Régence permalink
    08/04/2010 16:14

    Et, euh, pourquoi 30 ans, s’il a commencé en 1969?

    • La Pastanaga permalink
      08/04/2010 16:22

      Le Régence, pour comprendre la blague de docds, il faut que tu relises tout l’article à l’envers.
      (et sans les mains)

    • docds permalink
      08/04/2010 16:22

      Pardon je voulais dire 31 ans

    • La Pastanaga permalink
      08/04/2010 16:24

      bon en fait rien du tout hein

      • La Régence permalink
        08/04/2010 16:30

        Ben oui c’est soit 20 ans soit 41 (si on compte jk aujourd’hui avec la partie 2 à venir…?)

        Euh bon enfin c’est pas grave, je voudrais pas m’attirer les foudres du Pédé hein (qui fait déjà très peur!)

      • docds permalink
        08/04/2010 16:31

        La Régence t’es comptable, toi aussi?

      • La Régence permalink
        08/04/2010 16:34

        AHAHAH !! (Je m’étouffe de rire devant mon ordi, c’est parfait parce que je suis plus en open space depuis 2 jours!)

        Euh, non, vraiment pas…j’ai fait des études plus littéraires tu peux pas!

      • La Pastanaga permalink
        08/04/2010 16:39

        Pascanet : HEEEEEEEEEEELP !!!!!!!!!!!!!!!

      • Guillaume Pascanet permalink
        08/04/2010 18:53

        On m’appelle ?

        Alors, les ferrero rochers, c’est dégueulasse, mais beaucoup moins que les pyrénéens quand mème.

        Et les michokos, c’est un peu ma madeleine de Proust à moi. Mème si la pub me semble un rien raciste avec le recul.

  22. P2L permalink
    08/04/2010 16:19

    Woody Harrelson.

    Il joue dans Money Train.
    Grand film.

  23. 08/04/2010 17:08

    C’est pas pour dire, mais quand l’animateur de commentaires (btw les gars j’ai pas reçu mon cheque de mars) se réunit avec des sodomités corses, c’est bien calme ici.
    Rapport aux 30 ans, vu que le Pédé prétend que Woody est dcd en 2000, on est pas loin du toudoumtoum avec l’épisode 2 qui s’achevera par un I wanna Party like it’s 1999.

    • La Régence permalink
      08/04/2010 17:24

      Merci Diego, il me manquait l’info cruciale des « morts-selon-le-Pédé »… je suis apaisée maintenant, je repars me coucher (euh, travailler…)

  24. P2L permalink
    08/04/2010 17:34

    Je tenais juste a dire au Pede qu’il a eut raison dans son article sur « Allons au cinema »:

    Le dernier Scorcese « Grosse Bouse Island » est – comme son nom l’indique- une tres grosse bouse.

    Et sur tes conseils, l’Inverti, une certaine forme de joie et de bonne humeur m’a gang-bangue la cervelle devant « Fantastic Mr Fox. »

    Merci mec, t’es le seul Pede au monde qui me sert a quelque chose.

    • Nora permalink
      08/04/2010 17:37

      « Et sur tes conseils, l’Inverti, une certaine forme de joie et de bonne humeur m’a gang-bangue la cervelle devant « Fantastic Mr Fox. »

      Merci mec, t’es le seul Pede au monde qui me sert a quelque chose. »

      Putaing, grosse fan de PeuLeuLeu à chaque commentaire.

      • 08/04/2010 17:40

        Ça tombe bien, je te rappelle qu’il te met une pétée asap.

    • 08/04/2010 17:38

      Le Pédé, je crois que tu vas devoir chambouler ton classement des meilleurs compliments qu’on t’ait jamais faits, celui-ci est sublime !

      • 08/04/2010 17:45

        Ouais sauf que l’article en question était un article du Juif…

      • lulu permalink
        08/04/2010 17:47

        Ouai du coup P2L ton commentaire il est tout pourri

      • P2L permalink
        08/04/2010 17:53

        Ha oui…

        Il est tout pourri, en effet, mon commentaire.

        Bon bin donc, Le Pede, desole mais tu me sers a rien.

        Et aussi bien vu le Juif.

        Aujourd’hui, je vai vous laisser batifoler seuls, faut vraiment que j’arrete de voler du temps a mon entreprise.

        Soyez sages et a plus.

      • 08/04/2010 18:21

        @ La Meuf: heureusement que t’es la pour veiller au grain.

        @P2L: thanks anyway.

      • 08/04/2010 19:25

        Tu me connais..
        Et va répondre à mon mail au lieu de flâner de la sorte sur des blogs qui ne parlent que de Twix et de biscuits Bjorg!!
        Cordialement,
        OVB.

  25. Guillaume Pascanet permalink
    08/04/2010 18:57

    Pour revenir au sujet, je n’ai vu que « guerre et amour » et « la rose pourpre du Caire » dans la liste ce qui n’est pas terrible quand on prétend ètre cinéphile.

    Il ne sera pas dans la suite de la liste mais j’ai un souvenir de fou rire devant « maudite Aphrodite » au cinéma.

  26. L'anglaise permalink
    08/04/2010 22:46

    Super billet ! Un plaisir de repenser à tout plein de film de Woody ! Par curiosité il faut que je regarde les premiers que je n’ai pas vus et mon favori est sans conteste « Une autre femme »…

    S’agissant des sucreries, c’est pas trop mon truc… »I like it hot » : Chorizo, gingembre frais, tabasco etc.

  27. 09/04/2010 10:44

    Je viens juste de tomber sur ce billet et j’en suis ravie.

    Bien que j’adore tous les Allen que j’ai vu, il m’en manque encore beaucoup, je vais pouvoir orienter mon choix.

    Manhattan reste assurément mon préféré, tant pour ses personnages que pour son coté esthétique.

  28. lebig permalink
    09/04/2010 11:16

    Mon cher pédé, je te prie de bien vouloir, dorénavant, nous épargner quelconque billet sur Lady Gaga ou autres pétasseries.
    Après ce genre d’articles, tu ne peux plus te le permettre.
    Un regard critique, une rétro culturelle, et beaucoup à apprendre pour le lecteur; je ne peux que m’incliner et te remercier. C’est tout ce que j’aime. Bravo.
    Mais, de grâce, préserve ta plume. Tu es trop luminescent pour la tremper dans le bain LadyGago-MarionCotillaro-MathildeSeignesque.

    • 09/04/2010 11:27

      Surtout que rien ne nous empêche de parler de Lady gaga dans les commentaires, puisqu’on en fait qu’à notre tête !

      • lebig permalink
        09/04/2010 11:56

        Oh diego, tu vaux mieux que ça voyons.

    • 09/04/2010 12:03

      Je ne suis pas d’accord! Le Pédé est certes l’être le plus luminescent de la planète en ce qui concerne le cinéma, et l’entendre ou le lire sur des films ou des cinéastes est une des choses que j’aime le plus sur cette planète, avec le Nutella vous l’aurez compris, Woody Allen, et les beaux bruns (le pic du bonheur étant donc d’entendre le Pédé parler de Javier Bardem dans Vicky Cristina Barcelona en descendant un pot de Nutella à la cuillère) MAIS ses articles sur Lady Gaga, Cotillard, Biolay et les autres, sont beaucoup trop drôles et délectables pour que nous y renoncions!!! Non, non, non et NON!

  29. Natacha permalink
    09/04/2010 14:54

    Maiiiis, avec Manhattan le seul que j’ai vu est Lily la Tigresse, serait-il trop honteux pour être évoqué ? Je dois avouer que j’avais bien rigolé malgré la stupidité des dialogues

  30. 10/04/2010 20:04

    Petit lien pour Le Pédé, je pense que tu appréciera le travail de CaliRezo si tu ne connais pas déjà
    Sa derniere note est une recherche sur les freres/soeurs acteurs, et elle avait déjà sévi avec les descendances et certaines ressemblances d’actrices de générations différentes.
    Son blog est à recommander dans tous les cas
    http://www.calirezo.com/dotclear/index.php?post/2010/04/09/Genetique-Bro-and-Sis
    http://www.calirezo.com/dotclear/index.php?post/2010/03/12/Generations
    http://www.calirezo.com/dotclear/index.php?post/2009/03/13/Generations-d-actrices

    • 10/04/2010 21:09

      J’ai eu un peu peur de cliquer à cause de ton pseudo qui ressemble à une maladie, mais c’est achement chouette.

      • 10/04/2010 22:23

        Haaaaaaaaaaaaaannn mais comment t’es nul en blog en fait!
        Cali elle est de qualité depuis au moins 1976.

        Si tu me dis que tu connais pas Boulet en plus, je te suicide.

      • 11/04/2010 02:49

        Tu sais bien que je ne m’intéresse qu’à moi et aux gens qui pensent comme moi, d’où mon squatt ici…

      • 12/04/2010 00:49

        eh non mon peuso n’est pas une maladie (j’ai d’ailleurs du intituler mon blog « ChN1 is not a disease » car je faisais peur aux gens)

    • 11/04/2010 11:30

      Très très sympa en effet. Sauf pour la fille de Demi Moore, qui doit l’avoir mauvaise.

  31. La Pastanaga permalink
    16/04/2010 09:40

    J’ai découvert hier avec joie que mon video club avait quasiment toute la fimographie de Woody…

    J’ai donc vu hier L’Autre Femme.
    Très beau, très juste et admirablement bien interprété.
    A mon avis ce film a dû en inspirer plus d’un, dont Gondry et son Eternal Sunshine…

    Prochaine arrêt: La Rose Pourpre du Caire

    encore merci Le Pédé !

Trackbacks

  1. 30 ans de Woody Allen, suite et fin. « C'est La Gêne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :