Skip to content

Nine, ou comment emplafonner une Cadillac contre un mur.

03/03/2010

A l’origine, il y a 8 1/2, autoportrait mythique de Fellini, centré autour d’un cinéaste en panne d’inspiration. Au début des années 80, Maury Yeston a l’idée d’en faire une adaptation sur scène sous forme de musical, sans doute inspiré par la structure épisodique et le caractère onirique de l’oeuvre, propices à l’adjonction de numéros musicaux. Triomphe à Broadway puis à Londres, Nine remporte cinq Tony Awards, avant d’être ressuscité en 2003 à Broadway, avec une distribution menée par Antonio Banderas.

Avec la récente résurgence sur grand écran du musical, amorcée par Moulin Rouge puis entérinée par Chicago, ça n’était qu’une question de temps avant qu’un producteur malin ne décide de ramener Nine à son lieu de naissance, le cinéma. Et qui d’autre pour le réaliser que Mr. Chicago lui-même, Rob Marshall? Et qui mieux pour incarner des gens de cinéma que des vraies stars de cinéma? Daniel Day-Lewis, Nicole Kidman, Penélope Cruz, Marion Cotillard, Kate Hudson, Judi Dench, Sophia Loren, anyone?

Avec un tel pedigree,  Nine se devait d’être un éblouissement de tous les instants, une réflexion puissante sur la création rythmée par des numéros étourdissants mettant en scène des comédiens sublimés comme jamais. Sauf que non.

Dès les premiers instants, il est évident que Daniel Day-Lewis n’est pas Guido Contini. Il a beau être le plus grand acteur du monde, Daniel Day-Lewis ne sait pas tout faire. Déjà, il ne sait pas chanter, et encore moins danser, ce qui, lorsqu’on tient le premier rôle d’une comédie musicale, est un problème. Et malgré tous ses efforts (dont un accent plutôt ridicule), Day-Lewis n’est pas italien. Il est anglais jusqu’au bout des ongles, froid, sec, nerveux, absolument pas ce séducteur, certes tourmenté, mais toujours suave et chaleureux, qui justifierait l’acharnement de l’armée de femelles en rut qui le submerge. Et Day-Lewis, s’il a déjà été drôle (dans Chambre avec vue, notamment), n’est pas un acteur de comédie, et ses efforts pour paraître enjoué sont forcés, voire embarrassants.

Mais quid des dames ? Plutôt que le ballet d’actrices attendu, le résultat donne l’impression d’assister à une représentation du cirque Pinder, où chacune succède à la précédente pour exécuter son numéro, avant de disparaître dans les coulisses. Il n’a certes pas dû être évident de réduire à 2 heures un musical foisonnant de personnages, mais alors pourquoi diable en inventer de nouveaux ? Pourquoi introduire une journaliste américaine complètement extérieure à l’histoire et prendre le temps de lui coller un numéro musical dispensable? D’autant plus que celle-ci est incarnée par cette gourde de Kate Hudson, et que son inclusion se fait aux dépens de personnages essentiels, dont Carla, la muse, sacrifiée, ce qui est d’autant plus rageant qu’elle est interprétée par la plus grande actrice du monde. Dommage, car Kidman, dont l’apparition se limite presque exclusivement à sa chanson Unusual Way, est idéale pour ce rôle de star intouchable, mais le film lui consacre si peu de temps que son impact est proche du néant.

De même, pourquoi modifier le personnage de Liliane La Fleur, initialement la productrice de Guido, pour en faire sa costumière, si cela oblige les auteurs à créer un personnage de producteur ? Liliane s’en trouve réduite au rôle périphérique et usé jusqu’à la corde de confidente-rouillée-qui-a-tout-compris-à-la-vie -une caricature que Judi Dench pourrait jouer dans son sommeil- dont le numéro Folies-Bergère perd du coup sa raison d’être, tandis que le film ploie sous le poids d’un personnage supplémentaire, un producteur anonyme dont le spectateur se contrefout totalement.

Et pourquoi ajouter un numéro de plus, Take it all, complètement superflu, quand on a supprimé plus d’une demi-douzaine des chansons d’origine (dont Nine, la chanson-titre), qui donnaient à l’ensemble sa cohérence ? Chaque personnage, chaque scène semblent ainsi déconnectés du reste du récit, et jamais cette gigantesque pièce montée ne parvient à dépasser le stade d’hommage béat au cinéma italien des années 60, ni même à former un tout harmonieux.

Les seules à se sortir du naufrage, Penélope Cruz et Marion Cotillard (nous ne mentionnerons pas Sophia Loren, par respect pour ce qu’elle a été), donnent une idée de ce que le film aurait pu (DÛ) être. Penélope réussit une fois de plus son combo magique de sensualité incendiaire et de comédie explosive (si seulement elle avait eu un partenaire de comédie moins raide – Javier!), avant de tomber le masque et de briser le coeur à coup d’émotion brute. On la sent moins à l’aise dans son numéro musical, A Call From the Vatican, quelque peu scolaire dans ses pas de danse et pas toujours très à l’aise avec l’anglais. A sa décharge, l’effet comique de la chanson est ruiné, puisque quelqu’un a eu la bonne idée de mettre en scène cette séance hilarante de phone sex alors que Guido est en train de se faire examiner par un médecin, et non plus, comme c’était le cas dans le musical, face à sa femme.

Et Marion Cotillard, qui hérite du rôle le moins fun -l’épouse trompée- réussit le tour de force d’en faire le plus beau personnage du film. Débarrassée des oripeaux de La Môme, elle émeut en toute simplicité, avec ses grands yeux de star du muet, mais surtout, elle parvient à faire passer tout le poids de la relation Guido-Luisa en chanson, dans ce qui est incontestablement le numéro le plus réussi du film, My Husband Makes Movies. Pas de chorégraphie sophistiquée, pas de montage épileptique, pas de plumes ni de paillettes, juste une actrice qui incarne son personnage en chantant. En deux mots, de la comédie musicale.

Que de potentiel gaspillé. Et au passage, va te faire foutre, Rob Marshall. Tu es chorégraphe, tu es le réalisateur attitré d’Hollywood pour les comédies musicales, alors pourquoi es-tu à ce point terrorisé par le principe de base du musical ? A savoir, des personnages qui explosent en chansons à tout bout de champ ? Pourquoi te sens-tu obligé de nous refaire le coup de dégonflé de Chicago, celui des numéros musicaux qui ne sont que des projections de l’imagination de ton protagoniste? Pour ne pas offenser les fans de Ken Loach ? Ouf, on est rassurés, ils ne chantent pas vraiment, l’hyperréalisme est sauf. Je t’accorde que ça a du sens sur le papier, vu que Guido est un cinéaste, donc un créateur. Le problème, c’est que ton montage alterné syncopé sur chaque numéro musical – d’un coté, la réalité, de l’autre, la projection- non seulement c’est répétitif, mais en plus, ça devient vite insupportablement frustrant: les tableaux musicaux sont tronqués par tes coupes incessantes, tandis que la réalité reste insaisissable. D’autant que ce bon vieux Guido, tout grand cinéaste qu’il est, semble manquer furieusement d’imagination: en gros, tout ce qui se passe dans sa tête, ça a lieu dans le même décor ? Un décor certes habillé différemment selon les occasions, mais un décor unique ? Autant te dire qu’au bout de douze chansons, le même putain de studio vide, ça finit par lasser, voir étouffer.

Au bout du compte, ton Nine est à 8 1/2 ce que le personnage de Kate Hudson est à Guido Contini: une admiratrice un peu dinde, éblouie par le style, le glamour -en bref, la surface- d’un cinéma auquel elle ne comprend finalement pas grand chose.

Publicités
219 commentaires leave one →
  1. Guillaume Pascanet permalink
    03/03/2010 09:01

    Malgré tout ce que tu dis ici, j’ai quand même envie d’aller le voir, ne serait-ce que pour le casting. Je ne suis pourtant pas du tout amateur de comédie musicale.

    Serais-je un victime de la course aux étoiles ?

    • 03/03/2010 11:58

      Evidemment que tu as envie d’aller le voir, sinon tu ne serais pas humain.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:00

        Ben moi j’ai pas envie d’aller le voir. Et pourtant je suis humaine…ou pas

      • 03/03/2010 12:02

        A peine.

      • 03/03/2010 12:02

        Je ne suis donc pas humain. lulu on va au ciné ?

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 12:03

        Ca se discute comme dirait Jean-Luc.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:26

        Avec plaisir. Tu veux voir quoi ?

      • 04/03/2010 01:10

        Peu importe j’en ai 1000 en retard.

    • 03/03/2010 13:44

      Possible, pas vu 6ème Sens (mais vu que c’est sûrement le film le plus spoilé de l’univers avec Million Dollar Baby, on s’en tape un peu), ni La Fille de L’Eau. Mais alors « Incassable », « Le Village », « Signes »… C’était d’un pathétique…

  2. 03/03/2010 09:58

    Du Pédé comme on l’aime. Inquiétude : la Meuf n’a apparemment pas fait correcteur d’orthographe, serait-elle décédée en lisant sur son wall fb que le prochain Woody aura à l’affiche non seulement Carla, mais aussi academy award winner Cotillon ??? Give me a sign.

    • 03/03/2010 11:16

      Non, je ne suis pas morte, juste un peu débordée!
      Pour les fautes d’orthographe, je ne vois de quoi tu parles…
      Et pour le reste, Woody qui?

      • 03/03/2010 11:22

        Je suis rassuré… Je ne sais pas, il m’a semblé voir pleurer mes yeux à quelques reprises à la lecture de ce néanmoins très bon article…

      • 03/03/2010 12:01

        On peut difficilement jouer les étonnés de voir Cotillard chez Woody Allen. A partir du moment où il a décidé de tourner un film en France, vu l’imagination qu’il met dans ses castings ces derniers temps, ça allait forcément être elle.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 12:05

        Carla, c’est vrai aussi ?

        Si la réponse est oui, ce sera le premier Woody Allen que j’aurai envie de boycotter !

      • 03/03/2010 14:34

        @diego: tes yeux pleuraient-ils encore à la relecture? 😉

      • 04/03/2010 01:11

        J’ai pas relu, y a des limites même à ma psychopathie hein…

      • 04/03/2010 01:36

        Oui bon peut-être Diego mais là quand on arrive sur la gêne, y a une tour faite de ton visage à droite de l’article. Je t’avoue que ça fait un peu peur. (Mais je gâche tout à l’instant avec mon commentaire. Gâcheuse d’effet psychopathe que je suis)

  3. 03/03/2010 10:04

    Moi je vais me précipiter.
    Je crève d’envie de le voir, surtout si Cotillon est juste dedans – ça peut être pas mal.

    Le problème, c’est DDL, j’ai jamais vraiment pu – et je me souviens pas franchement d’un film dans lequel il m’a scotché.

    • Guillaume Pascanet permalink
      03/03/2010 10:15

      Même pas « Gangs of NY » ou « there will be blood » ?

      • 03/03/2010 10:34

        There Will Be Blood – effectivement.
        Mais Gangs of New York… bouarf quoi.

      • La Pastanaga permalink
        03/03/2010 10:37

        je la refais: « Au nom du père »?

      • 03/03/2010 10:59

        Ouais, « Au Nom du Père » était vachement bien.

      • docds permalink
        03/03/2010 11:02

        Et dans My beautiful laundrette, le dernier des Mohicans, le temps de l’innocence?

      • raoulvolfoni permalink
        03/03/2010 11:23

        Et dans My left foot? Hein? J’aime beaucoup DDL. Le Musical, par contre, je suis assez hermétique. Tiens, Le pédé, moi j’ai bien aimé Shutter Island, même qu’on dirait pas du Scorsese.

      • 03/03/2010 11:32

        J’ai bien aimé Shutter Island aussi, bien que j’aie eu du mal à rentrer dedans. Je l’ai quand même trouvé assez réussi, un bon suspense bien maitrisé et un dénouement assez surprenant. Le tout super bien filmé, donc un bon moment pour moi.

      • lulu permalink
        03/03/2010 11:45

        Yoos F le dénouement de Shutter Island n’est pas surprenant

      • 03/03/2010 11:50

        Shutter Island, c’est pas mal si on aime voir du vomi à l’écran.

      • 03/03/2010 12:15

        Ben je sais pas ce qu’il te faut Lulu, mais à moins d’avoir lu le bouquin je sais pas vraiment comment tu l’as vu venir. Ou alors c’est moi qui suis complètement neuneu, mais ça je crois que je peux me permettre d’affirmer que c’est pas encore trop le cas.

        Le fait est que j’ai trouvé ça bien mené : on accumule des éléments qui semblent évidents et convenus, on les réfutes plusieurs fois et on dégage le tout dans un bon gros twist des familles. C’est en ça que j’ai trouvé le scénario bien foutu, parce qu’on réussit à être surpris alors que tout le long on a l’impression de regarder un truc déjà vu, sans prise de risques (c’est d’ailleurs pour ça que je disais que j’ai eu du mal à rentrer dedans).

        Après pour le vomi à l’écran, j’ai justement bien aimé l’ambiance glauque et oppressante. On réussit à recréer une atmosphère dégueulasse malgré une image super-lisse et une photo somme toute assez basique.

        Après ce n’est que mon avis, mais je trouve que l’ensemble marche très bien.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:21

        J’ai deviné la fin au bout d’une demi-heure. Ca sent le twist à plein nez.

      • 03/03/2010 12:26

        Bah oui, mais quel twist ? Faut pas être de mauvaise foi non plus, il y a une différence entre sentir un twist arriver et deviner à l’avance un pseudo-rebondissement gros comme une maison.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:28

        Je te dis que j’ai deviné la fin au bout d’une demi heure. Comme ça sentait le twist (et non le twix), je l’ai cherché, et je l’ai trouvé. Je ne peux pas en dire plus au risque de révéler la fin à ceux qui ne l’ont pas vu.

      • docds permalink
        03/03/2010 12:30

        Surtout que la promo s’est faite sur des promesses de twist par Leonardo

      • 03/03/2010 12:36

        Comme dit Raoul, on dirait pas du Scorsese. Ni dans les thèmes, ni dans la forme. Et ces scènes de flash-backs et de rêves sont sans aucun doutes les plus laides de tout son cinéma. Grand prix à la scène de flash back final près du lac: complètement gratuite narrativement (on vient de nous expliquer ce qui s’est passé), et grossièrement mal joué par le cabot le moins talentueux de sa génération.

        Mais surtout, quel ennui, quel ennui.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 12:37

        En général, je me fais bien avoir par les twists. J’avais bien marché dans le 6ème sens.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:39

        J’ai hurlé « il est mort » dans la salle 20 min avant la fin. Les gens étaient ravis, ça oui

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 12:40

        Pourquoi je ne suis pas surpris ?

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:42

        je ne sais pas…pourquoi ?

      • 03/03/2010 13:38

        @Le Pédé : Par contre Ok sur les flashbacks et les explications, j’ai trouvé ça un peu lourd aussi. Et dommage, on nous explique tous les détails jusqu’au éléments qui auraient pu nous mettre la puce à l’oreille, alors que ça aurait été sympa de les laisser en suspend (suspenS ? j’ai un doute là…) pour avoir d’autres choses à découvrir lors d’un second visionnage.
        Mais bon, ça ne m’a pas empêché d’apprécier, et je n’ai ressenti de l’ennui que les 30 premières minutes, après ça j’étais lancé.

        @Lulu : C’est que tu dois avoir un talent naturel pour dépister les twists. Mais le parallèle avec Shyamalan m’amuse : j’ai eu beau aimer le dénouement de Shutter Island, j’ai toujours trouvé les rebondissements tout pourris chez l’Hindi. Alors que c’est vrai que c’est un peu dans la même veine quand on y pense…

      • lulu permalink
        03/03/2010 13:40

        Je trouve le dénouement de 6ème sens bien meilleur que celui de Shutter Island. Les autres Shyamalan sont tout pourris. Surtout la fille de l’eau qui est le pire film de l’humanité

      • lulu permalink
        03/03/2010 13:41

        La jeune fille de l’eau

      • 03/03/2010 13:46

        Je la refais donc :

        Possible, pas vu « 6ème Sens » (mais vu que c’est sûrement le film le plus spoilé de l’univers avec Million Dollar Baby, on s’en tape un peu), ni « La Jeune Fille de L’Eau ». Mais alors « Incassable », « Le Village », « Signes »… C’était d’un pathétique…

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 13:57

        Au niveau retournement de perspectives à la dernière scène, le top est « usual suspects » pour moi.

        Tu avais deviné aussi Lulu ?

      • lulu permalink
        03/03/2010 14:00

        Non pas celui-là

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 14:02

        Tu es donc humaine !

      • 04/03/2010 01:12

        A vous lire, ça ressemble à mon souvenir horrifié de son Cape Fear, avec De Niro body-buildé qui revenait 250 fois d’entre les morts. Pffff.

      • Jéjé permalink
        04/03/2010 08:36

        Avant de vous quitter définitivement et de ne plus jamais revenir sur ce blog pourtant sympathique et amical, je vais malheureusement devoir vous trouver, les uns après les autres, et vous casser les dents.
        Je m’explique : j’étais tranquillement en train de lire l’excellent article du Pédé sur un film que je ne compte absolument pas aller voir tellement ça a l’air gâché, quand je sens doucement la conversation dévier vers Shutter Island, que je n’ai pas encore vu, que je crève d’envie d’aller voir ce week-end, et dont je ne souhaite rien savoir de plus que ce qui se trouve dans la bande annonce…
        Vous voyez où je veux en venir ?
        Un peu de culpabilité s’installe chez certains d’entre vous ?
        Ne vous en faites pas, cette sensation désagréable va probablement très vite se transformer en une libératrice et savoureuse douleur au niveau de la mâchoire. Vous savez, exactement à l’endroit où il y a encore vos dents pour quelques heures !
        Non mais sérieusement ! J’ai tenté dans un mouvement de désespoir de me protéger de mon ordi avec mes main comme pris par un éblouissement soudain, j’ai essayé de ne pas lire pour aller beaucoup plus bas et revenir au sujet de l’article, mais je crois que j’en ai trop lu. lu. Donc je ne sais pas encore si vous m’avez flingué l’un des films que j’attendais le plus cette année (pour remplacer dans mon esprit le dernier film de Scorsese, très moyen à mon avis, Oscar usurpé), mais si c’est le cas, adieu.

      • 04/03/2010 14:29

        Tu vas probablement adorer Shutter Island, ça ressemble à tout sauf à du Scorsese.

      • 04/03/2010 14:32

        Bon après on n’a pas tout dit non plus hein, ça peut être plein de truc le twist…

        Ahem…

    • Fannette permalink
      03/03/2010 11:38

      ouh tu vas avoir des problemes toi!

      • 03/03/2010 12:04

        Meuh non chère Fannette, la tolérance est ma vertu cardinale.

        Par ailleurs, personne n’a cité Chambre avec vue et The Boxer?

  4. 03/03/2010 10:24

    J’irais voir, c’est certain. Je ne suis vraiment pas fan de musical en temps en normal, mais tu nous en a fait un tel foin que je suis obligé de me faire mon avis personnel dessus maintenant. Au pire, ce sera une bonne séance d’Eye Candy.

    Il va juste falloir trouver un créneau, parce que la semaine va être chargée en cinoche hein : « Nine », « Precious », « The Ghostwriter », et surtout CRAZY HEART que j’attends avec une impatience folle. Rajoute à ça le fait que je n’ai toujours pas vu « A Single Man », et tu as la recette parfaite pour un Yoos-F qui va arriver à l’arrache à ses partiels de mercredi prochain.

    Ça va être une chouette semaine 🙂

  5. 03/03/2010 10:25

    Moi aussi j’ai bien envie de le voir malgré tout. Mais moi j’aime beaucoup les comédies musicales.

    Question le « chigago » est fait exprès? Si oui, permet moi de te dire qu’on t’as connu plus en forme.

    Sinon, comme toujours le pédé, j’aime ta plume. Pour l’analyse, je me prononce après visionnage.

    • 03/03/2010 12:04

      Je suis sujet aux fautes de frappes, ON SE CALME.

    • 03/03/2010 16:02

      Nan mais comme écrit plus haut je me suis demandé si c’était fait exeuprés en fait. Parce ce que le mot gag inclut dans le mot pourrit signifier que tu as trouvé ça risible. Mais c’est pas très fin, du coup, je me disais que ça te ressemblait pas.

      • 03/03/2010 16:04

        Non, du tout, d’ailleurs j’aime beaucoup Chicago.

      • 03/03/2010 16:23

        Moi aussi mon bon pédé, moi aussi.
        Mais tu l’auras compris, je suis un cas rare parmi les commentateurs de ce blog, j’aime beaucoup les comédies musicales (même eu un cours dessus pendant mes lointaines années de fac)

      • 03/03/2010 16:33

        Je sais bien, et ça fait plaisir. Si seulement ils pouvaient éviter de nous les massacrer, ça serait bien.

      • Andrea la catalane permalink
        05/03/2010 11:11

        Si seulement Bob pouvait ressusciter…
        de Chicago je n’ai retenu que le cell block tango, pour le reste Rob ne sera jamais à l’hauteur d’un crachat par terre de Fosse

  6. La Pastanaga permalink
    03/03/2010 10:28

    « Au nom du père »?

  7. docds permalink
    03/03/2010 10:51

    Le Pédé, je ne dirai qu’un mot : waouhhh ….(En fait 9 mots)(en fait 13 non 18…)

  8. 03/03/2010 11:13

    Attends là… Tu as émis une critique positive au sujet de Marion Cotillard ou je rêve ????

    En tout cas, bel article.

    • 03/03/2010 12:05

      Je suis un garçon très objectif.

      • Valeur inconnue permalink
        03/03/2010 12:36

        ….pas très constructif ( selon la rumeur ) et connard par dessus tout, c’est une certitude.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:40

        Attention, maniaco dépressive en phase dépressive

      • Valeur inconnue permalink
        03/03/2010 12:55

        Un peu de stimulation, Lulu ?

  9. Lys permalink
    03/03/2010 11:18

    Juste un mot pour dire THANK YOU pour les explications concernant les antécédents de nine, j’avoue être une inculte en matière de cinéma (entre autre!) et j’ai tout particulièrement apprécié cette critique. J’ai moi aussi été très déçue par le film, tu résumes bien cette impression d’être face à un patchwork mal assemblé.
    Le Pédé, je me permets de te dire que j’aime tes critiques, que je sois d’accord ou pas, parce que tu expliques toujours ton raisonnement, et tu donnes des clés à ton lecteurs pour qu’il le comprenne, sans pour autant le manipuler et le pousser à penser comme toi.
    Bref tu considères que ton lecteur à un cerveau, à la différence de pas mal de journalistes et d’auteurs de nos jours.
    Sinon j’ai adoré la chute de cet article, tout simplement délectable!
    Bonne continuation!

    • docds permalink
      03/03/2010 11:35

      Lys a parfaitement expliqué ce que je voulais résumer par « waouhh ». (Elle a d’ailleurs dit: »juste un mot » suivi d’une centaine de mots)

      • lulu permalink
        03/03/2010 11:46

        Je vois qu’on a pas eu le courage de compter les mots…pas bien

      • Lys permalink
        03/03/2010 12:07

        Oui c’est vrai… mon « juste un mot » était très inapproprié! je te l’accorde! :)))

    • 03/03/2010 12:08

      Mercy Lys, je ne fais qu’appliquer la leçon de ce bon vieux Lubitsch: « Ne sous-estime pas l’intelligence de ton public, et il t’en sera éternellement reconnaissant. »

      • Andrea la catalane permalink
        05/03/2010 11:15

        Amen

  10. 03/03/2010 11:19

    Seigneur, j’avais déjà pas du tout envie de le voir, là c’est sûr que j’irai pas.
    Merci, le Pédé, de m’éviter de perdre 2h.

    • 03/03/2010 12:13

      Clairement, y’a pas assez de vampires et de villes détruites par des tremblements de terre de magnitude 120 pour toi – j’avoue.

      Tu vas te faire du mal, c’est pas une bonne idée.

  11. Morice permalink
    03/03/2010 11:21

    D’accord avec toi, on est finalement DECU…………………

  12. 03/03/2010 11:29

    Ya pas JAVIER… moi j’y vais pas….

  13. La Mozabite permalink
    03/03/2010 11:33

    J’ai trouvé l’ensemble assez bordélique et criard avec quelques moments forts quand Nicole est dans la Cadillac et Pénélope dans l’auberge avec son amant. Comme toi, j’ai aimé la simplicité du jeu de Marion, mais je ne sais pas, je trouve que c’est un peu léger quand-même et qu’elle est surévaluée. Et Kate, alors Kate, je l’imagine beaucoup plus en personnage de Melrose Place ou 92210.
    Malgré tout, je recommande juste pour tout le boulot qu’il y a derrière…

    • lulu permalink
      03/03/2010 11:42

      Le pédé tu es sublime.

      • 03/03/2010 11:52

        Toi aussi ma bonne lulu.

      • Nora permalink
        03/03/2010 12:14

        Comme Lulu, je dirais bien que tu es sublime mais je le dis qu’à mon frère.

        Donc, tu es flamboyant.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:24

        Nora te suda la concha

      • docds permalink
        03/03/2010 12:26

        je dirais que tu es d’une brillance brillante (Luminescent est un peu galvaudé sur ce blog)

      • 03/03/2010 12:30

        Galvaudé, pas exactement. Il est utilisé à mauvais escient par des gens qui ne s’en sont pas vus conférer le pouvoir. Mais le Pédé, comme lulu, est bel et bien luminescent.

      • docds permalink
        03/03/2010 12:31

        Bien ce que je dis, galvaudé…

      • Nora permalink
        03/03/2010 12:40

        Me mola « me sudo la polla » mas que la « concha », cariña.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:41

        porque ?

      • Nora permalink
        03/03/2010 12:46

        No sé, es como en francès, me encanta « je m’en bat les couilles » mas que « je m’en bat la chatte ».

        Mas melodioso.

      • lulu permalink
        03/03/2010 12:54

        En fait je ne parle pas espagnol.

      • La Pastanaga permalink
        03/03/2010 14:00

        @Nora: c’est « me sudA la polla »
        au début je savais pas car on peut aussi faire l’elypse et dire seulement « me la suda », du coup je l’utilisais à tout va et car je pensais que c’était l’équivalent de « ça me fait suer » (donc l’équivalent tout-public de « ça fait chier la bite »). Jusqu’à ce qu’un jour où une bonne âme eu pitié de moi et m’expliqua à quoi se réferait le « la ».
        Bref.
        sinon moi aussi je prefere « estoy hasta los huevos » que « estoy hasta los ovarios » , mais je me dis que c’est dans la langue que se combat aussi le machisme. Dans le cas de l’espagnol en particulier, en général les expressions en rapport avec le sexe féminin sont connotées négativement (exemple: coño!* (equivalent de « putain fait chier ») ; es un coñazo (=c’est chiant) alors que les expressions faisant allusion au sexe masculin sont connotées positivement (es cojonudo = c’est génial ; tiene cojones = il a du courage; acojonante: tellement impressionnant que ça en fait peur)

        *en français aussi d’ailleurs, merci Brassens…

        C’est complètement hors sujet par rapport à ton article, Le Pédé,
        mais je m’en beurre la moule.

      • lulu permalink
        03/03/2010 14:04

        Je suis très choquée car le français n’est pas ma langue maternelle

      • 03/03/2010 15:29

        @La Pasta : Merci pour la leçon de vocabulaire, je vais pouvoir briller en société espagnole maintenant^^.

      • Le Velu permalink
        03/03/2010 15:57

        Pasta!! Je connaissais pas « je m’en beurre la moule »! je note.

      • ABC permalink
        03/03/2010 18:11

        Lulu, tu es devenue princesse ? Tu es maquée avec Albert ?

      • ABC permalink
        03/03/2010 18:15

        Le Velu que t’est-il arrivé ?

      • 03/03/2010 18:19

        Meuh non voyons ABC. Elle a juste enfilé son costume de Miss c’est La gêne.

      • ABC permalink
        03/03/2010 18:29

        C’est carnaval sur le blog, Roro tu es maquée avec Don Diego de la Vega ?

        Lulu est élue Miss ? Ok, donc voici la White Queen {HoooHHOOhoo} de c’est la gêne

      • 03/03/2010 18:34

        Nan le mien c’est Don Viego de la Dega et le héros masqué pourfendeur des injustices, c’est moi. Ce vieux mexicain de Don Viego il fait que boire de la tequila en écoutant les mariachis.
        Je crois que je vais le quitter.

      • 04/03/2010 01:14

        Le running gag de la langue maternelle aura ma peau, lulu. Me muero à chaque fois.

  14. 03/03/2010 12:22

    merci merci merci pour cette critique.

    J’ai passe toute la seance cine a me demander ce que je fichais dans la salle et surtout ce que ces actrices etaient allees faire dans cette galere.

  15. 03/03/2010 13:03

    ai-je bien lu que le Pédé avait apprécié la performance de Penelope Cruz? ai-je bien lu le mot « incendiaire ». Le mot « nunuche » dénuée de toute « sensualité » aurait mieux correspondu…
    Sinon j’adhère – malheureusement – à tout ce qui a été dit dans l’article.

    • 03/03/2010 13:12

      Le Pédé ajoute même qu’à son humble avis, La Cruz est actuellement l’actrice la plus incendiaire du monde.

      • 03/03/2010 13:23

        est ?

      • ariko51 permalink
        03/03/2010 13:32

        Et bien je vois que nous partageons a peu pres le même avis sur le film bien que tes attentes étaient plus grandes et donc ta décéption d’autant plus forte.
        Sans entrer dans le détail, ce qui manque au film c’est tout simplement de l’émotion, de la passion, de l’humour, des sentiments !

        Il y en avait bcp dans Moulin Rouge même si le film avait ses défauts. Ici, la mayonnaise ne prend pas car les femmes autour de Guido sont traités commes des choses ou des numéros et que la mise en scène est trop conventionnelle.

        Pour moi, une comédie musicale ce doit etre une histoire simple mais avec des personnages complexes et passionnées, ici c’est l’inverse …

        Sur Kate Hudson, je vous trouve en revanche tous sévère, je trouve qu’elle n’a pas de voix mais que sa chorégraphie sur son numéro est plutot réussie et qu’elle a le physique de l’emploi : vulgaire blonde américaine (ce qui n’est pas un double pléonasme…).

        Sinon, je sors de A SERIOUS MAN qui vient seulement de sortir ici à Singapour et j’ai trouvé le film extra-ordinaire, je vais de ce pas lire la critique qu’avait faite le Juif. C’est pour moi un des tous meilleurs Coen avec No Country, Blood Simple, Fargo et, The Big Lebowki et Fargo … et oui il y a peu de déchets dans leur cinéma, seulement quelques coups de moins bien.

      • 03/03/2010 13:56

        A Serious man est presque pire que Bartin Kinf, c’est dire.
        Tellement déçu.

      • 03/03/2010 13:57

        Mon dieu, pardon, Barton Fink >.<

        Et Le Pédé, j'accepte le "étais", difficile d'adhérer au "est"

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 14:09

        je dois avouer que Pénélopé est une source de motivation pour aller voir « Nine ».

      • 03/03/2010 14:16

        @PhilGood: C’est amusant, parce que Fargo mis à part (haut, très haut), Barton Fink et A Serious Man sont mes Coen préférés.

        Sinon, tu préférais Penélope à l’époque de Woman on Top, Vanilla Sky ou Bandidas?

      • ariko51 permalink
        03/03/2010 16:41

        @ Philgood
        Intellectualisme ?
        D’insulter un film en employant un néologisme moche et qui sous-entend que c’est vilain de réfléchir …
        Absurde ?
        Les frères Coen sont des maîtres dans la mise en scène et, parfois, la beauté de cette mise enscène fait dire à certains que le fond est futile ou absurde mais je trouve ici que c’est un de leurs films les plus personnels où l’empathie pour leur héros est la plus évidente. Même s’ils souhaitent faire rire, réfléchir ou suurprendre, ils s’attachent ici particulièrement à la vie de cet homme. Elle peut être considérée comme absurde, voire caricaturale (ils n’ont jamais voulu faire du Ken Loach ou du Cassavetes) mais tous les détails reflètent des situations assez proches de la réalité. Ils ont simplement le talent de les sublimer.

      • 03/03/2010 16:52

        Ca me fait plaisir de savoir que je ne suis pas seul à voir ressenti leur profonde empathie pour Larry Gopnik. Eux qu’on accuse si souvent de prendre leurs personnages de haut.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 16:56

        Même dans « burn after reading » j’ai toujours ressenti une certaine sympathie envers leurs personnages.

        C’était très évident dès Fargo d’ailleurs, ils sont tous plus ou moins des victimes.

      • ABC permalink
        03/03/2010 18:09

        Tout est dit Ariko 51 : Ewan aurait fait un meilleur Guido que DD

    • 03/03/2010 15:42

      L’époque pas si lointaine de Vicky Christina Barcelona m’aurait suffi.
      Quant à Barton Fink et A Serious man, ce sont les deux films les plus intellectualisés et les plus absurdes des frères Coen, et je n’aime ni l’un, ni l’autre quant ils sont poussés à l’extrême. J’ai de loin préféré Fargo, The Barber ou encore No Country for Old Men

      • 03/03/2010 15:57

        Absurdes certes. Intellectualisé, pas vraiment. D’ailleurs, Barton Fink n’est il pas justement une satire de l’intellectualisme des artistes « sérieux »?

        Pour ce qui est de Cruz, il me semblait que l’époque de Vicky Cristina Barcelona, c’était maintenant.

      • 03/03/2010 15:59

        ok pour l’intellectualisme. Mais je reste imperméable à l’absurde. Quand j’ai fini Ionexco j’avais une corde à portée de main… au cas où.
        Et dans vicky, Cruz incarnait vraiment la beaué impulsive, charnelle et sensuelle. Dans Nine, on dirait une sorte de poupée caricaturée qui ne sait qu’ouvrir les jambes

      • 03/03/2010 16:02

        Certes, mais elle ouvre TRES BIEN les jambes!

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 16:06

        Pénélopé est merveilleuse aussi dans les derniers Almodovar ! ❤

      • 03/03/2010 16:10

        Elle ouvre bien les jambes oui… mais à part ça.. Tu me diras que le rôle ne lui offre guère mieux.
        Et oui, elle est fantastique dans Etreintes Brisées

      • docds permalink
        03/03/2010 16:23

        كنت ثقيلة

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 16:27

        Tu parles de toi Doc ?

      • docds permalink
        03/03/2010 16:33

        Non de philgood

      • 03/03/2010 16:35

        tu fais partager?

      • 03/03/2010 16:37

        rien ne t’oblige à me lire doc (au passage)

      • 03/03/2010 16:38

        docds dit qu’elle était lourde…

      • 03/03/2010 16:48

        Cruz? 😀

      • 03/03/2010 16:52

        ou j’étais lourde, ou tu étais lourde. (ça dépend de la vocalisation)

        Je crois que ce qu’il voulait dire c’est : انت ثقيل c’est-à-dire: tu es lourd.

      • 03/03/2010 16:54

        je prends très mal le féminin ^^

        et bien soit, je suis lourd. Amen

      • 03/03/2010 17:04

        je te comprends pour le féminin mais tu pourrais apprécier l’emploi du passé par docds!

      • docds permalink
        03/03/2010 18:00

        J’ai dit t’étais lourde? Pourtant je voulais dire انت ثقيل!! C’est mon doigt qui a glissé…

      • 03/03/2010 18:04

        Ha mais j’apprécie! Tout s’explique

      • 04/03/2010 01:21

        僕はぜんぜんわからないよ!フランス語でかいてくれ?

  16. 03/03/2010 13:25

    Bonjour, dame Lulu ! L’espagnol n’est donc pas ta langue maternelle ?

    • lulu permalink
      03/03/2010 13:38

      Non en effet

      • docds permalink
        03/03/2010 13:40

        c’est quoi ta langue maternelle?

      • lulu permalink
        03/03/2010 13:43

        Le danois bien sûr

      • docds permalink
        03/03/2010 13:46

        Hej alors

      • lulu permalink
        03/03/2010 13:49

        Ca veut rien dire Hej

      • docds permalink
        03/03/2010 13:58

        Tu m’as l’air danois, toi! Hej ça veut dire salut. C’est ce que je dis chaque fois que je rencontre un Danois . Tu préfères goddag?

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 14:00

        C’est du finois plutôt non ?

      • lulu permalink
        03/03/2010 14:01

        C’est du suédois Hej

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 14:04

        En effet, c’est ce qui est marqué sur mes paquets de krispolls !

      • La Pastanaga permalink
        03/03/2010 14:12

        les gars, vous êtes un brin glandus là.

      • 03/03/2010 14:18

        Quand je pense que je me casse le cul à écrire des critiques, tout ça pour que ça finisse par parler de Krisprolls.

      • La Pastanaga permalink
        03/03/2010 14:21

        d’autant que lulu bluffe marConi,
        elle n’est pas du tout krisprolls

      • lulu permalink
        03/03/2010 14:25

        Pardon le Pédé, ton article est merveilleux, bien écrit, intelligent, drôle dans le sens humoristique du terme (chardades, calembourgs, devinettes) mais comme je n’ai pas vu le film je ne peux pas en dire plus.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 14:27

        Les chardades, je trouve cela suepr !

      • 03/03/2010 14:33

        Merci, merci, je suis bouleversé, je voudrais remercier ma mère et aussi Jacques Audiard.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 14:34

        Et même pas une pensée pour Claude Berry, le papa de Richard ?

      • docds permalink
        03/03/2010 14:44

        Pour info: Bonjour en DANOIS:DANOIS goddag (formel) / hej (familier)-
        Je sais OSEF.

      • docds permalink
        03/03/2010 14:45

        Le Pédé pourquoi tu ne remercies pas ton père?(Ah, ces pédés…)

      • 03/03/2010 14:46

        Mamaaaaaaaaan

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 14:46

        hej, c’est plutôt salut donc.

        répétez après moi : Skoul ofen sru.

      • docds permalink
        03/03/2010 14:49

        Tomato, purjolök deng god sopä

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 14:51

        purjolök toi-même, espèce de malapris !

      • docds permalink
        03/03/2010 14:58

        سكواتش, قَرع، يَقْطين, كوسى!!

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 15:02

        我喜欢的不适

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 15:04

        Courges, citrouilles, courges, courgettes

        C’est ce que me donne google traductions pour le texte de Docds

      • docds permalink
        03/03/2010 15:06

        घोष अलिजिह्वीय या कण्ठ्य संघर्षी

      • 03/03/2010 15:07

        @docds: تَأْبَي الرِمَاحُ إِذَا اِجْتَمَعْنَ تَكَسُّرًا

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 15:09

        그들은 함께 할 때 거부 받을 스피어스

      • docds permalink
        03/03/2010 15:10

        כרישה וקישואים

      • 03/03/2010 15:11

        Finalement je préférais quand ça parlait de Krisprolls.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 15:11

        امتناع نیزه هنگامی که با هم می

      • docds permalink
        03/03/2010 15:13

        Tu as tort tout cela a un rapport avec ton post. Légumes, navets…

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 15:22

        Фагот самы лепшы і я хацеў бы сустрэцца Пенелопа Cruze

        Et je suis sincère !

      • 03/03/2010 16:13

        Mais qui donc ne veut pas la rencontrer? (là j’essaie de faire croire que je parle le russe, mais en fait ma langue c’est l’ukrainien, alors peut-être que j’ai l’air con. Mais à première vue, ça a l’air de ressembler à ça.)

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 16:16

        Gagné.

      • 03/03/2010 16:21

        Yeah!
        Bon je me la pêterais bien avec ma langue que personne ne parle, mais je crois pas avoir d’option cyrillique sur mon ordi…

        Bref.

        C’est pas tout ça mais j’ai des opprimés à aller défendre moi.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 16:41

        Prends bien garde au commandant Monasterio !

      • 03/03/2010 17:44

        Dis moi Guillaume, rassure moi, le premier mot de ta phrase il es pas censé désigné le pédé quand même?

      • 03/03/2010 17:45

        Zut, mon fleuret a ripé. désignER, donc.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 17:47

        Chut ! J’ai déja été démasqué par l’Arabe !

      • 03/03/2010 17:57

        euh quoi donc?
        parce que moi je dis ça parce que pour de vrai je sais lire ces caractères étranges et que donc, la traduction de « lepédé » elle est pas très classe… après, tu dis que c’est le meilleur, alors je t’en veux pas.

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 18:02

        je ne parle pas le biélorusse, c’est une traduction google. C’est insultant ?

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 18:05

        ne me dis pas que j’ai écrit en fait « la tarlouze est la meilleure » !

        Si c’est le cas, je suis effondré !

      • 03/03/2010 18:10

        C’est du biélorusse? ça me rassure, parce que moi qui dit toujours que je comprends pas le russe parce que c’est plus différent de l’ukrainien que ce que l’on croit… et qu’à priori le biélorusse lui ressemble plus (à l’ukrainien donc), je suis moins effrayée par ma compréhension de ta phrase (putain que c’est pas clair).

        Bref.
        En fait il faut savoir que pour les concepts un peu moderne, type technologie, ou moeurs nouvellement assumés, les gens de l’est on tendance à juste slavisé les mots anglais.
        Le premier mot de ta phrase se lit : fagot. En anglais, faggot est un mot bien péjoratif pour désigner les homos. A mon sens, il est plus proche de tapette que de pédé.
        Donc, comme ça, à priori, non c’est pas très sympa. Après, tu vois avec l’intéressé, hein.

      • 03/03/2010 18:12

        Et donc, pour te répondre, oui, en gros tu viens d’écrire la tarlouze est la meilleure.
        Dur dur la traduction google tout d’un coup…
        (Bon tu pouvais pas savoir que j’allais te griller, ne t’auto jette pas la pierre, t’as pas fait exprès)

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 18:12

        Et bien j’espère qu’il aura compris que je ne suis en rien homophobe.

        Fini pour moi de faire joujou avec un traducteur comme cela.

      • 03/03/2010 18:15

        Et puis bon, je dis ça mais si ça se trouve quand tu dis faggot en Biélorussie, c’est peut-être très respectueux… (mais j’ai comme une intuition qui me dit que non)

      • Valeur inconnue permalink
        03/03/2010 18:40

        Je croyais que c’était l’Arabe, le spécialiste de la LANGUE vivante ?

    • 03/03/2010 14:59

      L’Arabe est demandé à l’accueil pour une traduction.

      • 03/03/2010 15:08

        Tu oublies que désormais je parle mieux l’arabe que lui!

      • lulu permalink
        03/03/2010 16:46

        Et comment ce fesse la meuf ?

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 16:51

        Elle a mangé un menu giant halal.

      • 03/03/2010 17:01

        Je prends des cours depuis un an et demi et je suis dans un état second depuis que j’ai réussi à déchiffrer ce qu’a dit docds à PhilGood plus haut!!!!!

      • 03/03/2010 17:08

        Tout ça pour te taper le frère de l’arabe?!?!

      • 03/03/2010 17:09

        Si seulement je ne faisais que ça pour me taper le frère de l’Arabe! 🙂

      • lulu permalink
        03/03/2010 17:10

        C’est pour se taper Moumou

      • 03/03/2010 17:12

        Moumou, je sais pas qui c’est, mais son surnom fait moyennement rêver. Moi, en tant qu’obsédée, je mettrais pas un kopeck dessus.

      • lulu permalink
        03/03/2010 17:15

        Mouammar si tu préfères

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 17:15

        C’est Muhammar, le guide de l’Afrique, le campeur de l’élysée, la terreur des Helvêtes !

      • lulu permalink
        03/03/2010 17:16

        Kadou pour les intimes

      • 03/03/2010 17:17

        Tu ne sais pas qui est Moumou? Roro, tu me déçois! Toi qui nous lis depuis si longtemps…

        Autant je pense que rares sont ceux qui ont compris que j’avais une certaine attirance pour le frère de l’Arabe, mais Moumou???

        Je te laisse découvrir qui est le plus flamboyant de mes Odma ici: https://cestlagene.com/2009/09/22/mouammar-kadhafi-vous-etes-ma-muse/

      • 03/03/2010 17:38

        Ok bon, je suis à la masse.
        Bon, j’avais pas lu l’article en lien, mais j’en ai croisé d’autre, et j’avais depuis longtemps compris l’étendue de ta passion pour Moumou (donc.)
        Par contre, je suis toute retournée, à la lecture de ce article et de ses commentaires, je découvre que « roro » a commenté, mais, nom d’un film muet, ça n’est pas moi.
        Diantre, me voilà usurpée.

  17. L'Autre permalink
    03/03/2010 14:21

    Suepr article, tu es ma vedette. « La vedette? that’s mean star »

  18. 03/03/2010 14:38

    J’ai oublié de dire que je souscrivais à tout ce que dit le Pédé sur ce film. Simplement, en bonne dinde que je suis, j’ai peut-être été davantage séduite par DDL que lui…
    Sinon, j’adore ton commentaire sur les krisprolls!!!!

    • La Pastanaga permalink
      03/03/2010 15:01

      bah ça te remplit pas d’émotion d’observer à quel point vos écrits sont source d’ouverture vers d’autres horizons?

    • Le Joueur permalink
      03/03/2010 15:38

      Denna kritik är perfekt. Men jag föredrar krisprolls.

  19. La Capricieuse permalink
    03/03/2010 15:25

    C’est la première fois que je m’aventure à commenter une des critiques ciné du Pédé, et en plus, je vais oser le dire: Je ne suis pas d’accord…
    Je te rejoins sur 4 points:
    – Le rôle, comme celle qui le tient, de la journaliste américaine apparaît « en trop »
    – L’apparition de Nicole Kidman est bien trop brève, tant pour ce qu’elle apporte que ce qu’elle est
    – Penelope est juste à couper le souffle
    – Marion Cotillard y est bouleversante de justesse. My husband makes movies est, pour moi, la plus belle (au plus beau sens du terme) chanson du film.
    Sauf qu’au final, moi, j’ai été conquise, envoûtée, par ces histoires de femmes, oubliant presque que le personnage principal reste un homme, que j’ai d’ailleurs trouvé particulièrement troublant.
    Mais à ma charge (ou décharge?), je n’ai jamais vu l’original… Je n’ai donc ni attendu ni recherché cet hommage au cinéma italien, la « joie de vivre » de Guido ou des chansons qui m’étaient inconnues…
    Un tort sans doute, qui m’a, je pense, permis de n’en aimer que plus cette « pâle copie ».

    • La Pastanaga permalink
      03/03/2010 15:28

      t’as pas l’impression d’être un peu hors sujet là Capri?

      • lulu permalink
        03/03/2010 15:33

        Tu te crois où ma grosse ? A nous bassiner avec tes histoires alors que le pédé a passé la nuit à écrire cet article sur les krisprolls

      • La Capricieuse permalink
        03/03/2010 15:34

        Promis, je le referais plus…

      • lulu permalink
        03/03/2010 15:35

        Tu le jures Capri ? C’est fini ? mouahahaha

      • La Capricieuse permalink
        03/03/2010 15:45

        Trop tard…

      • lulu permalink
        03/03/2010 15:51

        quoi trop tard ?

      • La Capricieuse permalink
        03/03/2010 15:54

        Je l’ai refait

      • 04/03/2010 01:24

        Mais lulu, mais lulu, mais non, mais je décède.

    • La Capricieuse permalink
      03/03/2010 15:31

      ? Ben, euh… ok, je parle pas Krisprolls, mais je parle du film, c’est déjà pas mal, non?

    • Guillaume Pascanet permalink
      03/03/2010 15:32

      Merci de recentrer le débat alors que certains commençaient à faire un peu n’importe quoi pour se rendre intéressants ! Honte à eux !

      Cela me donne encore plus envie de le voir.

      • docds permalink
        03/03/2010 15:39

        Dis donc Pascanet Ты отпусти меня !!

      • Guillaume Pascanet permalink
        03/03/2010 15:42

        Bien compris !

    • 03/03/2010 15:37

      Je précise que ma déception n’a rien à voir avec 8 1/2, dans la mesure ou le film n’en est pas un remake à proprement parler, et que je n’attendais en aucun cas de Nine un hommage à Fellini ou au ciné italien des 60’s. A l’inverse, je pense que le fétichisme du film par rapport à cet époque sent un peu trop la pub pour Nespresso.
      Mon principal problème, c’est l’absence de cohésion et de rythme – trop décousu ou pas assez bordelico-flamboyant, c’est selon- et le refus de se laisser aller à de la vraie comédie musicale. Tous ces numéros enfermés dans ce décor, lui même enfermé dans la tête de Guido, ça m’a rendu claustro.

      • La Capricieuse permalink
        03/03/2010 15:44

        Alors, je me contenterai de ne pas en avoir la même lecture que toi. Ce qui ne m’a d’ailleurs pas empêché d’en apprécier ta critique.
        Peut-être que je me suis laissée un peu trop bercée par la flamboyance du casting, mais je persiste et signe: j’ai au contraire trouver beaucoup de cohérence à cet enfermement. Comme une lecture multiple d’un seul et même cerveau.

  20. 03/03/2010 23:41

    Je l’ai vu hier soir. J’étais excitée comme une puce après cette loooongue looongue attente … et puis Vlan! dans la gueule!!!
    Non c’est plus subtil: en fait j’ai passé deux heures à attendre d’avoir une bonne raison de crier ma joie.
    J’ai cru que j’allais y arriver à deux ou trois moments dans le film, mais non, ça retombais tout de suite après :/

    Pourtant je reste indulgente avec « Dieu » (aka DDL) même si ce rôle vient très loin derrière les autres. C’est marrant d’ailleurs que tu cites son rôle dans « Chambre avec Vue » !! j’y ai repensé moi aussi hier … peut être qu’en le regardant dans ce film, on tente de retrouver un repère, une référence pour comprendre DDL version light et que c’est le rôle auquel on pense en premier :/

    Ouais enfin bref, tout ça pour dire que même si j’ai du mal à descendre un film aussi radicalement (je devrais pourtant 😀 ) je suis assez d’accord sur à peu près tout …

    A cette différence près que je trouve que si DDL n’a pas brillé, ce n’est pas à cause d’un handicap en chant et en danse (même si c’est vrai que ce n’est clairement pas son truc), mais aussi et surtout parce que le fouilli que représente le film ne lui laisse pas l’espace qu’il lui faut. ça part dans tous les sens, beaucoup de superflu, trop de longueur, mais tout cela lui bouffe son espace à lui!

    Et autre différence (oui pardon je disais qu’il n’y en avait qu’une :/): le premier numéro de Cotillard aussi respectable soit-il n’était pas le meilleur pour moi. Moi j’aime quand ça explose quand ça hurle quand ça déchire ses fringues et quand ça éclabousse les autres de sueur et autres sécrétions … je suis du genre à être en transe devant le tango de Roxanne dans Moulin Rouge et Cell Block Tango dans Chicago … alors naturellement j’ai failli faire « hiihiiii » à haute voix à la fin de « Be Italian » … oui je sais je suis lamentable :/ Bah quoi c’est comme ça et puis c’est tout …

    Voilà! 🙂 je retourne me coucher o_O

  21. Albion permalink
    04/03/2010 00:32

    (C’est une première, je me lance, je vous aime tous.)

    Je suis foutrement étonné de cette critique même pas si négative pour une daube qui tend tant de bâtons pour se faire battre énergiquement et avec le même attendrisseur à viande qui a servi à refaire Sophia Loren.
    Classique l’attente et cette caractéristique contemporaine du teasing de film us pourrit une fois de plus toutes les potentialités de groove du truc. Du coup on s’était mangé des bandes annonces et des teasings, avec une Nicole Kidman canon et une Cotillard pas trop présente, du rythme et un bordel qui pouvait passer pour Fellinien avec de la bonne volonté, ça présageait du bon.
    Et puis ce casting à rallonge évite aimablement à une équipe de créas de faire une affiche mais ça n’apporte finalement rien, surtout quand ça finit, comme le pédé le dit si bien, par être plus de la figuration qu’autre chose. Et les « folies beugères » de Judi Dench, comme la face de poulpe de Sophia Loren ( cet enfant doit être traumatisé), ruinent un film encore plus surement que la vulgarité crasse de Fergie (dont le petit numéro de vieille pute a le mérite d’être dynamique, très grosse ficelle relativement efficace chère à Rob Marshall), ce que je ne penserais jamais m’entendre dire.
    Mais surtout Marion Cotillard. C’est une épouvante poissonneuse. Son My husband makes movies est larmoyant et inefficace, quel passage maîtrisé du cliché de Piaf à celui de Barbara (bientôt Yvette Horner ?), elle n’y a aucun intérêt, ni voix, encore moins charisme. La séquence du gros plan ne fait que dévoiler au grand jour ses yeux globileux, son grand front blafard et sa coupe de cheveux qui se veut Hepburnienne (sans réussir à l’être). Et le grand moment de la frenchie chaudasse m’a fait regretter d’avoir un jour payé pour voir Taxi.
    Même le petit boudin de Kate Hudson ne s’en tire pas plus mal, malgré le maquillage (elle a exactement le même teint orange que Nicholas Hoult chez Tom Ford) et les franges argentées qui s’agitent dans son petit numéro (mignonnement chorégraphié).
    L’absence de Nicole Kidman n’est que plus traumatisante devant cet étalage de morue d’où le pauvre DDL ne sors pas une minute de son registre, pas si naturel au vu de sa carrière passée mais bientôt redondant, de sous-Nicholson.
    J’avoue avoir cru plusieurs fois à des mieux, pour retomber au fond de mon siège en interrogeant du regard une salle de ciné pleine qui a visiblement su trouver de l’intérêt dans ce film.
    La déception m’est train.

  22. la provinciale permalink
    04/03/2010 21:55

    j’ai « vu » le même film que Le pédé!

    • Lola permalink
      06/03/2010 22:27

      «wahou!»

      Pas encore vu Nine, mais j’ai lu les commentaires, parce que je vous aime.
      Bref, je voulais dire, Shutter Island, ne m’a pas ennuyé les sons et puis les acteurs <3. Et puis la scene des allumettes est superbe ❤
      Donc ❤

  23. Guillaume Pascanet permalink
    13/03/2010 01:15

    J’ai vu nine ce soir.

    Alors je ne connaissais pas la comédie musicale originelle et comme je l’ai déja dit, je ne suis pas amateur du genre. Cela relativise forcément mon impression.

    Alors, j’ai passé une très bonne soirée. J’ai bien vu tous les défauts signalés par le Pédé, mais en fait, je les relativise beaucoup.
    Les chansons sont superbes, les filles aussi. On biagne en plein dans une italie des années 60 idéalisée, mais c’est loin d’être désagréable.

    Je vais sûrement me faire taper dessus, mais le numéro qui m’a le plus emballé est celui de Fergie. Je ne savais absolument pas qui est cette fille mais je trouve qu’elle dégage une énergie presqu’animale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :