Skip to content

Marie NDiaye reçoit le Goncourt. Feignons la surprise !

02/11/2009

Marie-NDiaye

Lauréate du Prix Goncourt, prix littéraire le plus convoité de France, depuis quelques heures à peine, Marie NDiaye parlait en ces termes de Trois femmes puissantes, roman qui vient de lui valoir la consécration : «  J’ai construit ce livre comme un ensemble musical dont les trois parties sont reliées par un thème récurrent. Ce thème, c’est la force intérieure que manifestent les protagonistes féminins. Norah, Fanta, Khady sont reliées par leurs capacités communes de résistance et de survie »

Alors je crains de ne pas avoir lu le bon livre, dans ce cas. Un ensemble musical ? Tu veux plutôt dire une compilation musicale ? Parce que ce que je vois dans ce livre ce sont  trois histoires, artificiellement reliées entre elles, qui n’ont pour fil directeur que le lien entre la France et l’Afrique. Car dire, en effet, que les protagonistes principaux sont des femmes, est un abus, dans la mesure où la deuxième histoire, également la plus longue et accessoirement la plus chiante, ne parle de Fanta qu’à travers son mari complètement névrosé, qui n’a de cesse de la harceler (et nous avec) pendant plus de 100 pages parce qu’il ne se remet pas qu’elle l’ait trompé. Avec son patron. A lui. Donc forcément, il est un peu pas content le Monsieur et il nous emmerde pendant la moitié du bouquin. Bref, Fanta, on lit son nom, on ne peut pas s’empêcher de l’imaginer orange et à bulles, tandis que son mari ne cesse de penser à elle, de l’imaginer avec son amant et de se demander si elle va le quitter. On attend qu’elle réponde au téléphone, mais en vain. Voilà ce que l’on sait de Fanta. Est-ce suffisant pour parler de sa capacité de résistance et de survie ? D’un destin de femme. Permettez-moi d’en douter. Cela constituerait moins un problème si cette histoire n’était pas aussi ennuyeuse. J’étais donc contente de passer à la suivante, et malheureusement résignée à ce qu’on ne revienne plus à la première. La première histoire, celle de Norah, est de loin la plus intéressante et la plus riche de ce récit, mais elle m’a laissé un goût amer car je l’ai regrettée pendant les 200 pages suivantes. J’étais curieuse de savoir ce qui allait se passer entre son père et elle, ainsi qu’avec son frère, son mari, tous ces hommes-boulets dans sa vie. Curieuse de savoir pourquoi elle avait oublié certains éléments de son passé, curieuse de savoir ce que son père faisait, perché dans son arbre, son flamboyant, tous les soirs. J’adorais la fantaisie, le mystère et les incertitudes de ce récit. Mais Marie abandonne Norah et Norah nous abandonne. On se retrouve à la place avec cette non-entité de Fanta puis avec Khady, la martyre du troisième récit, qui va se détruire pour essayer de passer en Europe sans vraiment jamais le savoir ni le vouloir. Force intérieure indubitable, mais résistance ? Survie ? Mouais, mais on s’en fout en fait.

Trois_femmes_puissantesBon alors je ne dis pas qu’elle ne le méritait pas, le Goncourt, à vrai dire je n’en sais rien, c’est le seul que j’aie lu parmi les quatre derniers en lice, et je n’avais lu que Mauvaise fille, le Justine Lévy qui faisait partie des premiers sélectionnés. Personnellement, je n’aime pas le style de NDiaye, je n’aime pas ses phrases longues, lourdes et alambiquées, je trouve même qu’elles frôlent parfois la maladresse, dont seul le sceau Gallimard sur la couverture me fait douter (et oui, les à priori sont bien ancrés). J’aime bien en revanche le côté fantaisiste et un peu étrange qui apparaît à certains moments, j’aime bien la façon dont elle crée une ambiance et une atmosphère. Mais je n’aime pas deux sur trois de ses histoires. Je suis donc partagée, curieuse  (ou pas) de lire d’autres Marie NDiaye. Mais j’attendrai d’avoir fini la Comédie humaine, parce que finalement, c’est un des seuls moyens de ne pas être déçu. Il est en tous cas certain que Ndiaye le méritait davantage que Lévy qui, dans un style que j’apprécie beaucoup plus et avec pas mal d’humour, n’en finit plus de nous raconter sa vie. C’est pas mal l’autofiction, c’est pas mal aussi l’écriture de soi, mais au bout d’un moment il va falloir faire preuve d’imagination, Juju, sinon on risque de croire que tu n’as rien à dire, trop occupée que tu es à ne pas t’en remettre d’être la fille de BHL et d’avoir partagé quatre-consonnes-et-trois-voyelles avec la Première dame de France (ça fait mal, hein ?), aka Terminator.

Donc, non, je ne dis pas qu’elle ne le méritait pas, je me demande simplement si elle a vraiment reçu ce Prix pour les bonnes raisons. Comment expliquer que tout le monde se doutait, voire savait, qu’elle le recevrait, dès que son nom est apparu parmi les auteurs en lice, devenant immédiatement la favorite ? Avant même que son livre ait été lu. Est-ce politiquement incorrect de supposer que son nom, ses origines, le fait qu’il s’agisse d’une femme parlant de femmes, et le continent sur lequel se passe la majeure partie du roman, le tout validé de l’incontestable estampille Gallimard, ont quelque chose à voir avec le choix de la lauréate ? Pour une fois je ne fais que supposer, que suggérer, parce qu’il est indéniable que Marie NDiaye fait partie du paysage littéraire français actuel et qu’elle n’est pas moins légitime qu’un ou une autre en tant que lauréate du Goncourt. Mais j’aime bien dire ce que je pense et que beaucoup pensent sans oser le dire. Et puis aussi, je dois le reconnaître, parce que ça me fait un peu mal de penser que ce livre a reçu le même prix que Les Mandarins ou La vie devant soi.

Ah oui, et puis Beigbeder (dont j’ai déjà dit ce que je pensais de son Roman français ici) a eu le Renaudot. Faut-il feindre la surprise là aussi ?

Publicités
94 commentaires leave one →
  1. Nora permalink
    02/11/2009 17:41

    Comme je disais dans l’article du Pédé sur Britney, c’est un journaleux de Voici qui a eu le Renaudot.

    Quant à Ndiaye, je lui demanderais la prochaine fois de faire preuve d’un peu d’imagination et d’aller pomper les prénoms de ses héroïnes ailleurs que sur mon territoire, mon chat s’appelant Fanta (référence à la boisson et on ne rit pas, il est orange) et une de mes potes Khadi.

    • 02/11/2009 17:47

      On ne rit pas du tout, j’ai beaucoup de respect pour le Fanta orange.

      • Tibo permalink
        02/11/2009 18:18

        Amusant, j’aurais pensé que tu étais un fervent défenseur du Pschitt

      • Nora permalink
        02/11/2009 18:54

        Je connais des gens qui ont tellement de respect pour le fanta qu’ils lui érigeraient presque un autel à sa gloire et qui se marrent comme de vieux lamantins moisis quand ils entendent le nom de mon chat.

      • 02/11/2009 18:55

        Le Fanta Orange, il est meilleur en Tunisie dans des bouteilles en verre…

      • Nora permalink
        02/11/2009 19:00

        Je confirme L’Arabe, remplace juste Tunisie par n’importe quel pays où il existe encore du fanta en bouteilles en verre.

      • 02/11/2009 20:05

        Le Pédé, je suis surpris qu’un adorateur de coca en verre par 25 cl, soit la meilleure définition que je connaisse d’un homme de goût, puisse afficher ce respect pour le Fanta, qui ne ressemble quand même à rien.
        Le choix du mot « respect », finalement assez neutre pour l’appréciation d’un soda, ne vise-t-il qu’à ne pas t’attirer les foudres de The Coca Cola Company, producteur de cette espèce de Tang à bulles (même pas peur) ?
        (J’aime bien cette journée, où l’on a enfin de vrais débats sur des trucs vraiment importants, comme Britney, le Goncourt ou le Fanta).

      • 02/11/2009 20:36

        L’Arabe, c’est con, tu peux plus y aller en Tunisie.

      • Philippe de Thrace permalink
        02/11/2009 21:55

        Ca a l’air d’être le moment de poser à des spécialistes une question qui me hante (modérément). Le top citron en bouteille de verre acheté à Barbès est incroyablement dégueulasse, ce que je n’avais jamais remarqué à Douala. Effet de la chaleur ou l’un d’entre vous a partagé mon expérience.

      • 02/11/2009 22:43

        Je ne peux pas t’aider, j’ai une hygiène de vie très stricte qui m’interdit d’ingérer d’autres boissons que le Coca, la bière, le vin, le champ et la vodka.

    • L'Autre permalink
      02/11/2009 21:48

      Bon, soyons un peu subversifs.
      Marie N Diaye est noire, c’est une femme effectivement et, comme le souligne la Meuf, elle parle de femmes fortes… Il était donc politiquement plus que recommandé de lui attribuer le Goncourt – de lui faire manger ce prix là comme il a été politiquement tout à fait urgent de décerner le Nobel de la Paix à Obama, avant même qu’il ait pu faire acte de paix.

      Notons aussi que Ndiaye est publiée chez Minuit – pirates – depuis le début et qu’il y a peut-être acte d’approbation de la part de l’Académie Goncourt, félicitant la soumission de l’écrivaine à l’Institution Gallimard. En outre, nous savons que le second auteur phare de Minuit (avec Marie N Diaye) est J. Philippe Toussaint, qui était également en lice pour le Goncourt, avec le bien nommé roman « La vérité sur Marie » (eh oui!).
      Alors, ne pas décorer « La vérité sur Marie » par Toussaint fait réfléchir. Il n’est pas question de croire que Marie N Diaye est un écrivain d’ampleur, mais bien de comprendre qu’elle est une figure – un symbole – puissant et contre lequel l’Académie Goncourt n’a pas pu politiquement s’opposer.
      De mon côté, je pleure que « Trois femmes puissantes » (quel titre absurde) soit hissé à la hauteur d’ « A l’ombre des jeunes filles en fleurs » de Proust, par exemple. Quant au Renaudot, con-sensualité oblige.
      Moi je ne dis que ça : décadence de la littérature française – parisienne.
      Et, pour être tout à fait honnête, je n’ai lu ni l’un ni l’autre des romans… est-ce une vraie perte?

      • Philippe de Thrace permalink
        02/11/2009 21:52

        Merci pour l’avatar l’autre. Ca change tout. J’aurais choisi le même papier peint.

      • Nora permalink
        02/11/2009 22:02

        L’avatar de l’Autre, il me fait peur.

      • Philippe de Thrace permalink
        02/11/2009 22:03

        Dis à tes voisins d’arrêter d’écouter Barbara trop fort, Nora. Ca passera.

      • Philippe de Thrace permalink
        02/11/2009 22:14

        Sinon, j’ai pas lu mais moi aussi, je trouve que Afrique + femmes = très bonne occasion de se donner bonne conscience puis de continuer sa vie doucement sexiste et européo-centrée. En profitant du symbolisme du prix et n en bradant l’intérêt littéraire.

      • 02/11/2009 22:49

        Ca fait assez longtemps que l’intérêt littéraire n’est plus le premier critère, non ? Toutes ces histoires de Goncourt ne m’ont donné qu’une envie : ré-écouter l’une des chansons les plus belles et tristes du monde, Lily Dale d’Arthur H. Quel rapport ? Le texte est du premier lauréat du Goncourt, John-Antoine Nau. Et il est d’une beauté impériale. Un peu comme nous.
        PS : je mitraille sec, mais bon je m’embete un peu tout seul au Resto à Varsovie.
        PPS : pas de lien, iPhone oblige

      • 02/11/2009 23:09

        @L’Autre: non, pas une perte effectivement. J’ai parfois du mal à lutter contre ma curiosité maladive et mes achats compulsifs sur Amazon. ça me perdra.

      • L'Autre permalink
        04/11/2009 02:26

        @Nora: L’amour effraie toujours au début – isn’t it?

        @Philippe: Merci pour le papier peint – longue expérience. Mais j’adore ton javelot… en attendant qu’il transperce mon poitrail offert et jouissant.

        @Diegosan: Merci pour Lily Dale, le texte est en effet sublime mais la voix d’Arthur H me donne envie de lui cracher un glaviot bien dense à la gueule. Pourquoi ce chanteur ne chante-t-il pas?

  2. 02/11/2009 18:11

    Effectivement, feignons la surprise…

  3. La Pastanaga permalink
    02/11/2009 18:15

    aaah… Momo dans « La vie devant soi »…
    mon amoureux…

  4. 02/11/2009 18:34

    Je n’ai lu aucun des deux primés, on les a pas encore en Québéquie. Je vais attendre de rentrer au bercail pour me les faire.

    Le seul truc que je pourrais dire, c’est que j’avais lu le Juju Lévy à l’époque où Terminator lui avait piqué machinchouette-que-je-trouve-tellement-imbuvable-que-j’ai-même-pas-envie-d’en-parler. J’espère juste qu’elle a trouvé un bon psy, parce que franchement, se taper à lire le remake des Malheurs de Sophie à 28 ans, y’a un stade c’est chiant. Néanmoins, je lui reconnais que le début de son bouquin est plutôt hyper bien écrit.

    • L'Autre permalink
      02/11/2009 21:57

      A cent pour cent d’accord à propos de cet orvet de R. E. Juste à écarteler

      • 02/11/2009 22:36

        Je suis d’accord avec mais ta tronche fait quand même carrément flipper. T’as chopé la myxomatose ou quoi?

      • L'Autre permalink
        04/11/2009 02:29

        Je comprends pas… c’est le regard qui tue? Je peux toujours changer mon avatar, j’ai l’air un peu… flippant c’est vrai… Juste pour toi Henri, alors.

      • 04/11/2009 03:35

        Merci, je vais mieux dormir.

    • 02/11/2009 23:06

      Tu es dur. Non seulement elle écrit bien, mais en plus elle est drôle. Son premier roman (avant le passage de Terminator), le Rendez-vous était vraiment pas mal, même s’il est complètement passé inaperçu jusqu’au succès de Rien de grave.
      Mauvaise fille est pas mal aussi, je trouve juste dommage qu’elle ne se renouvelle pas.

      • 02/11/2009 23:22

        Elle écrit bien, c’est indéniable. Et ce que j’apprécie particulièrement chez elle, c’est cette espèce de lâcher-prise ou d’auto-dérision constante. Mais le truc qui me gêne, c’est qu’elle écrit strictement la même chose pendant 250 pages, que finalement ça n’avance pas… À la fin du bouquin, j’étais partagé entre extrême compassion/compréhension et frustration, j’ai pas trouvé de progression dans ce bouquin. Malheureusement, parce que le personnage est vraiment attachant.

  5. turquoise permalink
    02/11/2009 18:56

    franchement, le coup de la discrimination positive ici ne tient pas, c’est lui enlever le mérite qu’elle a. sur ce livre il y a eu un tel consensus de la « Critique », comme il est rare d’en voir un alors pas trop étonnant qu’elle ait eu ce prix…j’aurais parié dessus, c’est dire comme c’était évident.

    je n’ai pas trop envie de le lire, parce que tout ce que je lis sur son écriture, cela ne me donne pas envie. certains écrivains adorent écrire pour l’écriture justement, le sens devient parfois secondaire et bon ce genre n’est pas ma tasse de thé. et puis le titre m’énerve parce qu’il ressemble de trop à « trois femmes grandes » (au sens de impressionnantes ou puissantes justement et je me demande si c’est un simple hasard)

    quant à JL, c’est quand même un mal bien français de se complaire dans l’autofiction comme toute source d’inspiration…et cela fait rarement de la bonne littérature, encore moins de la littérature qui s’exporte à l’étranger.

    • 02/11/2009 23:03

      Il y a peut-être consensus de la Critique, ça ne m’empêche pas de douter des raisons qui lui ont valu ce prix et de trouver son livre très moyen. Je ne crois pas qu’il s’agisse de discrimination positive, simplement d’un désir de remettre le prix à Marie NDiaye parce que c’est Marie NDiaye, peu importe le livre.

      Quant à l’autofiction/autobiographie qui « fait rarement de la bonne littérature », euh, oui, mais NON:
      -Les Confessions, Rousseau
      -Mémoires d’une jeune fille rangée, Beauvoir
      -Les Mots, Sartre
      -Le livre de ma mère, Cohen
      -Si le grain ne meurt, Gide
      -La promesse de l’aube, Gary
      -Enfance, Sarraute
      -Un barrage contre le Pacifique, Duras

      Et j’en passe, et j’en passe, et j’en passe.

      • 02/11/2009 23:08

        La Promesse de l’Aube, c’est quand même un peu un chef d’oeuvre total.

      • 02/11/2009 23:11

        Total et absolu.

      • 02/11/2009 23:21

        Si on fait une liste des chefs-d’œuvre auto-inspirés, je me dois de rajouter London, Martin Eden, parce que c’est dans mon contrat et que Jack c’est un peu mon Saint Esprit. Cf. Mon hagiographie de Jack London, vous vous doutez où ( je suis d’acc pour Gary, hein)

      • turquoise permalink
        03/11/2009 14:08

        à vrai dire, je ne pensais pas aux classiques mais aux auteurs contemporains…très en vue comme Lévy, Angot, Laurens, Nothomb et j’en passe. il ne faut donc pas généraliser puisque je suis d’accord pour les auteurs/livres que tu cites.

        pour Ndiaye, son livre est aussi un succès de librairie et celui-ci en particulier a vraiment beaucoup de fans. si on avait voulu lui donner juste parce que c’est elle et qu’elle fait partie du paysage, il y avait de nombreuses occasions avant, vu qu’elle publie depuis l’âge de 18 ans.

        maintenant, comparer à « la vie devant soi » etc., il y a-t-il cette année un livre que tu as lu et qui est comparable à ce livre ou aux « Mandarins ». parce que sinon, la comparaison n’a pas trop sens. à moins de décider que l’on attribue ce prix que les années où un livre exceptionnel sort…

      • 04/11/2009 12:31

        @turquoise: Désolée pour la réponse tardive. Mais, oui, il y a cette année un livre, autobiographique, que j’ai lu, qui est davantage un essai qu’un roman, mais qui est selon moi un chef d’oeuvre : Le lièvre de Patagonie de Claude Lanzmann.

  6. 02/11/2009 19:29

    Moi je, je trouve que Regis Jauffret devrait avoir tous les prix tous les ans, même quand il n’a pas sorti de livre.

    • La Pastanaga permalink
      02/11/2009 20:55

      hey dis, c’est qui Régis Jauffret?

      • 02/11/2009 21:06

        C’est l’homme qui peut faire tenir toute une vie dans une phrase de 3 lignes. Lis Univers, Univers et Asiles de fous de ma part (si tu n’es pas une âme trop sensible).

      • La Pastanaga permalink
        02/11/2009 21:10

        c’est noté, merci!
        (t’inquiète pour l’âme sensible j’ai mes pilules)

      • 02/11/2009 22:37

        Je plussoie à mort Régis Jauffret.

      • 02/11/2009 22:38

        Tu me fais une nouvelle fois très plaisir Henri. Il faut qu’on fixe une date pour notre mariage.

      • 02/11/2009 22:47

        Je rentre de Québéquie pas avant Noël ça c’est sur, parce que l’avion est trop cher. J’aurais du faire riche comme métier. Déjà que là, je vais raquer le PIB du Viet-Nam pour prendre un avion début janvier qui va me faire faire 3 escales et 2 jours de voyage, alors que j’aurais pu simplement mettre 8 heures et payer un loyer si ça avait pas été la foutue période des fêtes.

        Alors on verra mi-janvier canard. Vois avec idole-de-moi si il est dispo, parce que sinon je viens pas.

      • 02/11/2009 23:24

        C’est bien les jeunes ça : je t’aime pour toi, et tu m’aimes pour lui…. Pffffffff. Sur ce je vais quitter ce restaurant qui a décidé de me passer l’integrale d’ABBA.

      • 02/11/2009 23:30

        C’était une boutade, tu sais très bien que je ne raterais notre mariage pour rien au monde, idole ou pas.
        Surtout qu’en plus, c’est Nora qui aura la jarretière. Ca va être coul.

      • Nora permalink
        02/11/2009 23:41

        Trop cool même si vous ne m’avez pas demander la permission de vous unir pour la vie avec Jauffret pour témoin. Ah et je veux aussi une danse avec chacun des 4 connards, pour réparer mon cœur qui saigne parce que cette garce maléfiqu d’Henri m’a chourré Diego.

      • 02/11/2009 23:58

        C’est pas Jauffret notre témoin Nora, c’est Jean Fauque. En revanche tu m’inquiètes un peu avec cette histoire de garce maléfique ? Tu crois que je fais une erreur ?

      • 03/11/2009 00:21

        Mais euuuh, je suis pas une garce maléfique, ça va pas là oooh…

      • La Pastanaga permalink
        06/11/2009 17:03

        « Il se méfiait du bonheur comme d’une mort, il avait trop peur que la joie le décompose, qu’à force de sourire il ne soit plus rien. »

        ah bah mais dieg, soupère!
        ça commence bien!

      • La Pastanaga permalink
        06/11/2009 17:09

        je sors un peu du sujet, mais est-ce que vous saviez que ya des ptits malins qui se sont amusés à recopier « Ulysse » de James Joyce sur Twitter ?
        (et donc… en commençant par la fin)
        http://www.actualitte.com/actualite/11253-experience-James-Joyce-Ulysse-Twitter.htm

        Je ne sais pas s’ils ont fini d’ailleurs.

      • La Pastanaga permalink
        06/11/2009 17:18

        tiens, ça me rappelle un peu la nouvelle de Borges « Pierre Ménard, auteur du Quichotte  »

        http://www.fabula.org/revue/cr/305.php

        (joder… qué pesadita ésta…)

      • 06/11/2009 17:25

        C’est tellement bon de temps en temps, de pisser en dehors du violoncelle ! Merci, Pastanaga, tu me fais plaisir.

      • Malice permalink
        06/11/2009 18:40

        Tiens, je viens d’apprendre qu »Ajar » en fino-hongrois, ça veut dire « souris » dixit Pseudo-Pseudo. Bon, je sais tout le monde s’enfiche mais moi ça m’a bien fait rigoler.
        Ulysse sur Twitter! C’est une blague de Diegosan pour Nora? C’est sublime comme idée…

    • L'Autre permalink
      02/11/2009 21:59

      Je suis totalement grave étonné que Sylvie Germain n’ait jamais eu le prix Goncourt (avant qu’elle ne passe chez Albin M.)

      • La Pastanaga permalink
        02/11/2009 22:04

        hum… excusez-moi de demander pardon… c’est qui Sylvie Germain?

        ps: L’Autre tu me fais un peu peur maintenant avec tes yeux revolvers , surtout avec le pouce en l’air (je sais pas si je te prendrais en stop par exemple)

      • Nora permalink
        02/11/2009 22:06

        Elle écrit des livres, Sylvie Germain.

      • La Pastanaga permalink
        02/11/2009 22:13

        aaaaah ok.
        merci Nora.

        lol ;-P mdr

      • L'Autre permalink
        04/11/2009 02:30

        T’es la deuxième à me dire ça… mais c’est trop long de refaire un avatar. Juste pour un sourire!

      • L'Autre permalink
        04/11/2009 02:31

        ptdr pour le stop!

  7. 02/11/2009 19:44

    F.A.N.T.A : Fucked And Never Touched Again.

  8. Nadja permalink
    02/11/2009 19:59

    J’ai écouté la réaction de l’intéressée au 13H de France 2, je ne suis pas une experte en littérature mais tout ce que j’ai à dire c’est qu’elle même n’a pas été surprise et ne s’en est pas cachée, soit elle n’est pas humble pour un sous, soit elle ceux qui étaient en face d’elle n’étaient vraiment pas à la hauteur.
    @ L’arabe: Oui le fanta orange en bouteille de Tunisie, 1000 fois meilleur qu’ici, pour preuve, je n’en bois que là-bas.

    • 02/11/2009 22:51

      Oui, son absence de réaction est gênante. Au moins Beigbeder a été humble et apparemment vraiment touché. Un bon point pour lui.

  9. 02/11/2009 20:19

    Un petit hors sujet sinon : je voudrais savoir si je suis le seul à psychoter comme ça, mais depuis quelques jours, j’ai l’impression de tous vous croiser, dans la rue, dans des bars, au resto, tout ça. Je cherche à superposer des têtes de la vraie vie sur vos avatars. C’est très troublant. Hier, par exemple, j’ai cru voir Lulu v1.0 tapiner à Pigalle.
    La Meuf, toi qui a l’air calée en traitement des troubles psychologiques, quelle couleur de pilule dois-je prendre ?

    • Marie permalink
      02/11/2009 20:47

      Le fait est que j’aime bien mettre un de vos noms sur les têtes qui vous ressemblent dans les transports…
      … C’est délicat en même temps d’aborder quelqu’un en lui demandant s’il est Le Pédé , La Meuf, L’arabe ou le Juif.

      • La Pastanaga permalink
        02/11/2009 20:59

        T’essaies et tu nous racontes ce que ça donne??

      • 02/11/2009 21:04

        Le Pédé, dans notre monde où on vit, y a moyen de prendre un pain, fais gaffe !
        NB : je parlais des avatars en général, pas que des 4 car je les ai déjà vus en vrai, euh !

      • La capricieuse permalink
        02/11/2009 21:04

        Oh la chance!

      • 02/11/2009 22:49

        @Marie: oui, c’est très délicat, et je crois qu’il n’y a malheureusement pas qu’avec le Pédé que tu risques de te prendre un pain!

    • lulu permalink
      02/11/2009 21:34

      C’était moi, il m’a semblé te reconnaître aussi

      • lulu permalink
        02/11/2009 21:35

        Mais je ne te pensais pas aussi près de tes sous…je ne te proposais que 50 euros pour 2 heures de plaisir

      • 02/11/2009 21:36

        Une belle rencontre ratée d’un rien, c’est bête.

    • Nora permalink
      02/11/2009 21:35

      La bleue. Ca va mieux.
      Ça m’est arrivé la semaine dernière. J’ai croisé une fille avec une tête de manga en sortant d’un ascenseur. J’ai eu très peur.

      • 02/11/2009 22:39

        Moi y’a pas de risque que je pense vous croiser hein… y’a l’argument rationnel du genre « Varsovie » n’est pas en Québéquie, et le boulevard Ney non plus ».

      • 02/11/2009 22:40

        et j’ai un gros problème avec les guillemets en ce moment.

    • 02/11/2009 22:47

      Oui, la bleue est pas mal pour ce genre de trouble. Cela dit, voir lulu en vrai, ça doit être un peu comme prendre un autre type de pilules, non?

      • 02/11/2009 22:53

        Une bleue qui commence par un V. ?

      • 02/11/2009 23:14

        ça dépend si c’est pour arrêter d’avoir des hallucinations, non, une autre bleue.
        Celle qui commence par un V peut t’être d’une autre utilité du côté de Pigalle, en effet.

  10. Marie permalink
    02/11/2009 20:30

    La seule chose que j’ai à dire c’est que je veux faire partie du prix Goncourt moi aussi et manger pour le franc symbolique chez Drouant. Là. c’est dit.

  11. Marie permalink
    02/11/2009 20:36

    j’aie

    • Malice permalink
      02/11/2009 22:49

      Oh, Marie, je suis désolée de t’avoir transmis génétiquement le gène de l’orthographe farceur.

      • 02/11/2009 22:53

        Si y’avait que ce gêne là… 😛

      • Malice permalink
        02/11/2009 23:04

        Chuuuut … Rien dire…

      • Marie permalink
        03/11/2009 10:19

        Heureusement tu ne m’as pas transmise ta trisomie 21, m’man !

      • Marie permalink
        03/11/2009 10:22

        Henri je te rappelle que Malice.. heu… m’man a dit que nous étions frangins, si j’étais toi je ferai un petit check- up avant de me marier.

      • Malice permalink
        03/11/2009 10:27

        Il n’y a aucun problème, ma chérie, puisque c’est ton frère de lait… Tu sais que j’adore les flans…

      • 03/11/2009 19:14

        Je peux même pas dire du mal en plus, c’est mes lectrices à moi…

  12. raoulvolfoni permalink
    03/11/2009 02:17

    Ciao.
    Le Goncourt, le fanta, vous tous, vous etes tous beaux. Vous me manquez…Vivememt que je rentre a Paris!

  13. dernieresconstellations permalink
    03/11/2009 08:47

    La France était le pays le pays de la pensée et du renouvellement idéologique. Cela semble bien loin maintenant. Entre politiquement correct, conservatisme et nombrilisme. La France stagne, les esprits se fatiguent, le paysage culturelle reste irrémédiablement prévisible et ennuyeux. Vive l’originalité !

  14. ddlacrevete permalink
    03/11/2009 11:07

    Merci pour le foot et son maxi microcosme

  15. 05/11/2009 02:17

    Je viens de voir une interview de Marie Ndiaye après sa goncourisation.

    Heureusement qu’elle écrit des bouquins, parce qu’elle a une voix juste insupportable.

  16. 05/11/2009 02:19

    C’est .

  17. 19/12/2009 01:50

    Je viens de le finir, et je rejoins ta critique, la Meuf. J’ai failli lâcher pendant la deuxième histoire alors que la première semblait augurer du bon. Quant à la troisième, on en revient à l’atmosphère glauque qui baigne tout le livre et se fait de plus en plus oppressante. Sans parler de la façon d’agencer les choses : pour moi, ce n’est pas un roman mais plutôt un recueil de longues nouvelles. Et le titre, je le trouverais presque antithétique. Quant à lui donner le Goncourt… si on veut faire du politiquement correct en restant dans la verve féminine (iste?),Véronique Ovaldé aussi a évoqué l’histoire de trois femmes dans « ce que je sais de Vera Candida », mais avec drôlement plus de talent, d’humour et de poésie… mais bon, ça doit être parce qu’elle est blanche. Tant pis.

Trackbacks

  1. Rentre chez ta mère Eric Raoult! « C'est La Gêne
  2. Marie NDiaye - Trois femmes puissantes - Le coin lecture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :