Skip to content

Vous allez lui foutre la paix, à Goscinny?

18/10/2009

Il était une fois un Monsieur qui s’appelait Goscinny.

rene-goscinny-389969

C’était un monsieur très drôle, qui avait beaucoup d’imagination. De sa tête étaient sortis Astérix, Iznogoud et Le Petit Nicolas. Puis, c’est à Lucky Luke qu’il avait donné ses lettres de noblesse. C’était le plus grand scénariste de bédé de son époque.

Un jour, pendant une banale épreuve d’effort à la clinique, il fit une crise cardiaque. Il en aurait certainement tiré une bonne blague, s’il n’en était pas mort.

C’était il y a plus de trente ans, mais la horde de vautours qui grignote son cadavre n’a pas cessé de croître.

ClavierAst_rix.JPGLe premier coup fut frappé en 1999, lorsque le nullissime Claude Zidi, ex-réalisateur attitré des Charlots, spécialiste de la comédie graisseuse, probablement l’homme le moins habilité de France à mettre en images l’esprit brillant de Goscinny, fut choisi pour réaliser l’adaptation cinématographique d’Astérix. Le résultat, vaste fricassée dans lequel flottait un des castings les plus ploucs de l’histoire de l’humanité (Sim et Jean-Pierre Castaldi tout de même), fut à la hauteur des attentes les plus désastreuses. Plombé par les pitreries pathétiques de trois cabots en roue libre (Clavier, Depardieu et Roberto Benigni), le film la chose informe témoignait d’une très mauvaise interprétation de l’humour astérixien (dont les qualités tant vantées semblent pourtant évidentes), réduit à une succession de baffes et de bagarres pour morveux illettrés.

8281136_PhoDoc1_p-20020128-00Q9HP_0KIT0XVX.JPGProbablement conscients de leur erreur, (ou submergés de lettres d’insultes), les producteurs confièrent le second volet à Alain Chabat, supposément plus proche du style Goscinny. Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre, fort de la comparaison avec son abject prédécesseur, et qui avait au moins le bon sens de se baser sur la trame d’un épisode original, fut reçu comme un quasi-chef d’oeuvre, mais force est de reconnaître qu’il s’agit avant tout d’un bon gros délire entre potes dans lequel Chabat, pas du tout intéressé par ses personnages principaux (les Gaulois, donc), s’est surtout fait plaisir en plaçant un peu partout ses copains de Canal et d’ailleurs (Jamel, Les Robins des Bois, Edouard Baer, Dieudonné, Chantal Lauby, Gérard Darmon…), laissant chacun y aller de son petit sketch. A l’arrivée, le résultat ressemble plus à un épisode de Burger Quizz (ou à une soirée au Baron), qu’à un film.

delonAffront final, un troisième opus, Asterix au Jeux Olympiques, vaste foutoir englouti par le cabotinage éhonté de Benoît Poelvoorde et d’Alain Delon, ce dernier se ridiculisant définitivement dans un supposé numéro d’autodérision qui se révélait être en fait un sommet de premier degré. Pic du vulgaire, une avalanche de sportifs célèbres en guest stars (Zidane, Schumacher, Tony Parker, Amélie Mauresmo…), destinés à impressionner le beauf du dimanche soir devant son écran et sa pizza, la chose étant surtout destinée à être rediffusée ad vitam aeternam sur TF1.

8651136_PhoDoc1_p-20041218-0073Z4_0KIT0WVX.JPGEntre temps, une autre des créations les plus célèbres de Goscinny, Iznogoud, avait été piratée, étripée et transformée en véhicule pour l’infernal Michaël Youn, bouffon télévisuel metamorphosé en acteur grâce à l’infinie paresse des producteurs français, dans une boule puante réalisée par le suprêmement ringard Patrick Braoudé, et garnie d’une distribution télévisuelle entrée de gamme (Franck Dubosc, Kad & Olivier, Magloire, Bernard Farcy). Le seul vrai acteur du film, Jacques Villeret, qui interprétait le calife Haroun El Poussah, eut le bon goût de mourir avant la sortie, probablement ravagé par le remords d’avoir participé à cette ignominie.

le-petit-nicolas-filmEt aujourd’hui sur vos écrans, c’est Le Petit Nicolas qui est passé de deux dimensions à une seule, par le biais d’une adaptation cinématographique calibrée pour faire péter le box-office. Rien n’y manque, ni la reconstitution retro, ni les charmantes têtes blondes patiemment choisies par des directeurs de casting consciencieux, ni les gros noms : peu importe d’ailleurs que la très hystérique Valérie Lemercier n’ait rien d’une maman gâteau, que Kad en soit à sa cent soixante-douzième version du français moyen, ni que l’increvable Daniel Prevost soit apparemment le seul acteur en France capable de jouer un patron odieux; l’important, c’est que ces visages connus incitent Papa et Maman à dépenser dix euros pour accompagner leur progéniture dans la salle, tandis que ceux d’Anémone et de Michel Galabru, réduits chacun en une scène à l’état de momies, se chargent de racoler Papi et Mamie. Quant à Sandrine Kiberlain, vaguement gênée,  elle semble être la première à se demander ce qu’elle fait là.

Le problème majeur, c’est que Laurent Tirard -intronisé Prince de la comédie française pour avoir réussi à surfer sans beaucoup d’imagination sur la popularité d’Edouard Baer puis eu l’idée saugrenue de faire jouer Molière à Romain ‘plus-contemporain-tu-meurs’ Duris- fermement décidé à plaire aux enfants et à leur parents mais incapable de donner deux niveaux de lecture à son film, c’est à dire de satisfaire tous les publics dans le même mouvement, s’est contenté de faire le grand écart entre scènes pour enfants et scènes pour adultes. Donc, d’un côté, les scènes à faire avec héros en culottes courtes, désespérément plates, aussi inspirées et originales qu’un mauvais numéro de Boule et Bill –durant lesquelles les adultes s’ennuieront à crever- et de l’autre, une sous-intrigue mettant en scène la préparation d’un dîner par Maman Lemercier et Papa Kad, complètement déconnectée de l’histoire principale mais qui semble avoir nettement plus intéressé notre Tirard, à tel point qu’on finit par se demander pourquoi diable il a décidé d’adapter Le Petit Nicolas, si ce qui l’excitait vraiment c’était de réaliser un remake de L’Invité, déjà avec Valérie Lemercier dans un rôle identique.

Quant au Petit Nicolas lui-même, incarné par un garçonnet propret aux allures de premier de la classe tout droit sorti d’une publicité pour yaourt bio, récitant poliment son texte en voix-off comme une poésie apprise par coeur pour plaire à la maîtresse, il n’a plus rien de l’irrésistible garnement dessiné par Sempé, qui réussissait à lui donner plus de vie en deux coups de crayons que cette adaptation n’y parvient en une heure et demi avec l’aide d’un vrai être humain de chair et d’os. S’efforçant de tout lisser pour singer l’univers dessiné, Laurent Tirard a fini par pondre un Petit Nicolas empaillé.

Alors en attendant le scalpage de Lucky Luke par l’équipe de Brice de Nice la semaine prochaine, j’en appelle aux héritiers de René Goscinny: s’il vous reste un peu de respect pour votre géniteur, et si vos poches sont suffisamment remplies, soyez sympa, arrêtez le massacre.

 

Advertisements
76 commentaires leave one →
  1. Philippe de Thrace permalink
    18/10/2009 05:29

    Haha!
    Tu écris mieux la nuit?

  2. Philippe De Thrace permalink
    18/10/2009 06:26

    Sylvie Testud au générique de Lucky Luke? Qu’est-ce qui lui a pris?

  3. 18/10/2009 06:45

    J’ai vu le générique de Lucky Luke.

    Déjà, Jean Dujardin, je peux pas. C’est au dessus de mes forces. En plus, là, il sort des « Ouep » toutes les trois secondes, tous plus bidons et ridicules.

    Mais moi, ce qui me donne envie de pleurer, de hurler mon désespoir et le mal qui m’habite depuis maintenant 10 minutes, c’est de voir que ô Sylvie Testud joue dans ce qui s’annonce comme être la bouse de l’année. Sérieux.

    Aaaaaaaaaargh.
    Ca va mieux.
    Je ne m’attarderai pas sur Daniel Prevost, rien que sa tronche me file des boutons.
    Je vous laisse, je vais aller me pendre, ou pire, couper le chauffage dans ma chambre.

    • 18/10/2009 11:10

      @Henri : Lucky Luke a au moins l’air d’avoir cherché à avoir une esthétique – ce qui ne me fera pas me déplacer pour autant.
      Rallume ton radiateur Henri, fais pas le con.

    • Marie permalink
      18/10/2009 11:29

      Certes, cela ira sans doute plus vite chez toi que chez moi qui meurt lentement dans mon appartement parisien pas chauffé.
      Mais tu peux pas faire ça à tes nouvelles bottes d’automne. 😉

    • 18/10/2009 15:04

      @diego: ouai, bah groumpf quand même hein…

      @Marie: t’as raison, je peux pas faire ça. C’est pas humain.

  4. La gouine permalink
    18/10/2009 06:49

    cher pede,

    un « quand a »ca passe, 2 moins….

    • Betty permalink
      18/10/2009 10:13

      Mais vous allez leur lâcher la grappe?! Y’a peut-être des millions de mots sur ce blog qui sont écrits de manière irréprochable, et il faut toujours qu’il y ait trois clampins qui sont tout heureux de ramener leur science dès qu’ils aperçoivent la moindre faute. C’est d’autant plus insupportable de la part de quelqu’un qui n’est pas foutu de mettre des majuscules et qui ne sait pas écrire convenablement « ça ».

      Bref, beau post le Pédé, mais malheureusement c’est une machine à fric qui n’est pas prête de s’arrêter… A quand Oumpa-Pah révisé par Luc Besson?

      • la gouine permalink
        18/10/2009 19:40

        clavier americain tres chere….

      • 19/10/2009 19:05

        Laisse le, il est déjà occupé à massacrer Adèle Blanc-Sec

    • 18/10/2009 11:14

      Oui la gouine,
      frenchemant si s’est tous ce que tu trouve à dire à lecturre de ce brillent article, tu peu t’abstennire.

    • soeurdupédé permalink
      18/10/2009 12:24

      La lourdeur ça passe jamais

    • 18/10/2009 13:14

      Voilà c’est modifié. Tu peux te rendormir.

  5. lapuce permalink
    18/10/2009 08:42

    et ne parlons même pas des derniers opus papier d’astérix 😥

    • 18/10/2009 10:54

      Une question Le Pédé , tu ne t’es jamais dirigé toi-même vers la création ? Ça ne te tente pas ?

    • le velu permalink
      18/10/2009 13:13

      Il y en a un nouveau qui arrive si j’ai bien compris les affiches tape-à-l’oeil de la FNAC.

  6. Marie permalink
    18/10/2009 11:18

    C’est vrai pour qui a été élevée à Tintin et Astérix, le vue de ces bouses visuelles est généralement une torture.
    C’est valable également pour les adaptations en dessins zanimés avec des doublages voix calamiteux.
    Quand on a passé de nuits et des nuits à entendre dans sa tête la voix des personnages, on ne reconnait rien.
    Et on vit ça comme une trahison.

    Je ne suis pas cliente, je l’ai été pour l’Astérix du fils de Berri en tant qu’invitée, et j’ai pas arrêté de rire.
    J’étais la seule à rire dans la salle des Champs. Faut dire que je sortais d’un dîner trop arrosé hihi.
    J’étais d’humeur très gaite. Hu hu

    • le velu permalink
      18/10/2009 13:15

      Oh tu ne fais pas partie de ces gens qui ont aimé, vu, revu, rerevu rerere etc Les 12 Travaux d’Astérix?
      Tu veux dire que tu ne passes pas les fêtes de Noël en France à regarder la rediffusion sur M6?

      • Marie permalink
        18/10/2009 13:37

        Tu crois que je suis anormale ? 😉

      • le velu permalink
        18/10/2009 14:28

        Noooon allons allons… tu es juste…différente.

  7. 18/10/2009 11:34

    Juste merci.

  8. Tibo permalink
    18/10/2009 11:43

    J’aimerais assez que l’on puisse créer un club de soutiens à ce propos puisqu’il est abordé ; en effet j’ai maintenant peur d’ouvrir mes Astérix pour leur 77éme lecture, à chaque bulle je transpire un peu plus en entendant systématiquement la voix des acteurs de foire des 3opus filmés… Je crois même que j’en ai oublié la voix que je leur avait prêté étant petit !

    (Soit dit en passant les films en question auraient pu me plaire en séance de thérapie de groupe de fins d’exams ou quelque chose du genre si ils avaient étaient créés dans un autre contexte, en tant que amas de graisse à neurones totalement indépendante, ne reprenant ni le nom ni les personnages d’Astérix)

    • Yoos-F permalink
      18/10/2009 18:02

      Bof, celle de Roger Carel me convient parfaitement à moi.

  9. Anne-sophie permalink
    18/10/2009 11:59

    Il y a des choses qui sont tout simplement inadaptables auxquelles on ne devrait pas toucher…

    Le cinéma ne peut s’empêcher de nous montrer une autre face des bds, des livres… et le résultat est toujours dérisoire, voir ridicule.

    • 18/10/2009 12:07

      Je ne crois pas qu’il y ait des œuvres inadaptables – il y a surtout des oeuvres auxquelles on tient tellement qu’on n’a pas envie qu’on y touche, et des adaptateurs mauvais et/ou mus par des objectifs plus financiers qu’artistiques. Tout dépend de qui s’y colle, et de l’esprit dans lequel c’est fait.
      Personnellement, j’ai vu plein de livres réputés inadaptables devenus de bons films.

      • 18/10/2009 14:00

        Je suis bien d’accord, mais quand on voit ce qu’ils ont fait au « Parfum » de Suskind, ça donne envie de pleurer…

    • Marie permalink
      18/10/2009 12:21

      Lesquels ?

      • 18/10/2009 12:43

        Euh, en vrac et sans chercher, Requiem for a Dream, LA Confidential, Lolita, De Beaux Lendemains (+++)…

      • Marie permalink
        18/10/2009 13:31

        Aah quels films !! Je voudrais bien revoir De beaux lendemains..
        Même si, pour ma part je n’ai lu que le Nabokov et le Ellroy et ne puis préjuger de la qualité d’adaptation des autres films cités, voilà qui vient à point nommé pour de futurs emprunts à la bibliothèque.

      • 18/10/2009 13:40

        De Beaux Lendemains, le livre, était magnifique – comme à peu près tout ce qu’a écrit Russell Banks, dont même les listes de courses doit être bien écrite à mon avis. Et ce film…
        Concernant Requiem, l’adaptation est très fidèle. Le livre est génial, mais pas super facile d’accès (je m’y suis pris à 2 fois), car écrit en langage parlé, bourré d’élisions, avec une langue un peu datéé. Une fois que tu franchis le cap, c’est vertigineux. Et tant qu’on est chez Selby, je te conseille aussi le Démon, une autre histoire de vie ruinée par l’addiction, au sexe cette fois.

      • 18/10/2009 13:47

        (doivent être bien écrites) Note : ne jamais modifier une phrase quand on a de la fièvre.

      • Marie permalink
        18/10/2009 13:48

        C’est noté, merci.

      • Marie permalink
        18/10/2009 13:54

        Et puis selon la formule consacrée : je te souhaite un prompt rétablissement !

      • Nora permalink
        18/10/2009 14:40

        Et puis tant qu’on y est, diego, je dirais tout Selby.

      • 18/10/2009 18:52

        En plein dans le mille, le Velu : je suis en effet un inconditionnel d’Astérix en Corse, dont je me délecte lors de chacun de mes séjours. Entre « on a le temps de tuer un âne à coups de figues molles » et les élections où « on remplit les urnes, on les jette à la mer, et c’est le plus fort qui est élu chef », c’est une merveille absolue.
        Sinon, je viens d’apprendre avec ravissement que Fillon surnommerait Bertrand « Tullius Detritus », du nom du fourbe comploteur de César.

      • 18/10/2009 20:49

        En même temps, François Fion il s’ennuie tellement en ce moment. Le pauvre.

  10. pKp permalink
    18/10/2009 12:33

    Bon, j’ai vu Lucky Luke (invité à la proj’ de presse d’UGC grâce à ma carte illimitée, haha), et honnêtement, il est très regardable. Clairement, c’est pas un Lucky Luke, c’est une comédie western. Mais Dujardin est beaucoup moins irritant qu’avant, et visuellement c’est assez joli.
    Bon, ils ont pas pu s’empêcher de prendre la Lamy pour jouer Belle Star. Grnx.

    • le velu permalink
      18/10/2009 13:20

      Oui alors voilà typiquement c’est le genre de liberté qui m’horripile. Belle Star dans l’album de lucky luke c’est plutôt une vieille peau. Même si Luke n’a pas d’âge et que l’album n’est pas top, je suis contre ce genre de pratique qui consiste à dire
      « ah alexandra veut un role? Mais calamity Jane est déjà prise…Une danseuse de french cancan alors? Non? Belle Star..tant pis on s’arrangera »
      Faire de Calamity Jane une amoureuse de Luke, et de billy the kid un gamin attardé (je me fie à la bande annonce pour cette phrase) ca me donne envie de les gifler tous, violemment.

      D’autant que je viens de relire ma collection de Lucky Luke et que c’est mon ami.

      • Marie permalink
        18/10/2009 13:42

        Moi à moi c’est le capitaine Haddock.

      • Marie permalink
        18/10/2009 13:53

        Mon ami à moi voulais je dire..

      • le velu permalink
        18/10/2009 14:27

        Oui aussi, et Tournesol.

      • Malice permalink
        18/10/2009 15:11

        Mon ami à mi c’est Milou.

      • Marie permalink
        18/10/2009 15:17

        Nom d’un homme ! 😉

      • le velu permalink
        18/10/2009 15:41

        Je pense que l’ami de Diegosan c’est Ocatarinetabellatchitchix.

      • Malice permalink
        18/10/2009 15:42

        -Ceci est une parenthèse strictement privée-
        Ma petite soeur Marie, je suis à la recherche de ma robe couleur Schmilblick, (j’ai retrouvé déjà mon chapeau) je suis invitée au Grand Palais du Prince mercredi soir et je n’ai rien à me mettre. L’aurais-tu emportée par mégarde avec toi. Par ailleurs tu as l’air d’avoir froid, tu veux que je t’apporte une veste?
        -Fin de la parenthèse-

      • Marie permalink
        18/10/2009 16:29

        Non ça va mieux Malice depuis que je fais des gâteaux en chemise de nuit sous ma peau d’âne dans ma cabane au fond des bois.
        Quant à ta robe couleur Schmilblick elle est dans la malle de la chambre bleue.

      • Malice permalink
        18/10/2009 16:46

        Ah, merci Marie, je viens de la retrouver. Tu es un amour…
        Que ferais-je sans toi… ( Tiens, c’est pas un titre d’un ami de la Meuf?)

      • 18/10/2009 18:59

        Mauvais placement de commentaire, il va là :
        En plein dans le mille, le Velu : je suis en effet un inconditionnel d’Astérix en Corse, dont je me délecte lors de chacun de mes séjours. Entre “on a le temps de tuer un âne à coups de figues molles” et les élections où “on remplit les urnes, on les jette à la mer, et c’est le plus fort qui est élu chef”, c’est une merveille absolue.
        Sinon, je viens d’apprendre avec ravissement que Fillon surnommerait Bertrand “Tullius Detritus”, du nom du fourbe comploteur de César.

        Et les jumelles, en plein dans le mille aussi, parce que Peau d’Ane
        , c’est ma joie…

      • Malice permalink
        20/10/2009 09:23

        Je ne voudrais pas être d’humeur pâtissière ce matin, mais je trouve que la robe bleue Schtroumph est un peu tarte. Peau d’âne a la peau douce est superbe quoi qu’elle ai sur le dos.

  11. Pinkmarple permalink
    18/10/2009 13:19

    Bon, je ne vais pas m’étendre une fois de plus sur l’esprit génial et incisif de notre Pédé favori ni sur la justesse de ses propos alors une seule question :

    A quand une nouvelle encyclopédie du cinema?

  12. 18/10/2009 13:57

    Ah le Pédé, tu relèves le niveau après mon (mini) coup de gueule sur le dernier post de l’Arabe.

    J’ai vu tous les films cités ici, sauf le Petit Nicolas. Mais cette fois, j’attendrai la rediff’ de TF1 pour le voir. j’ai compris la leçon. Même si Astérix et Cléopatre m’avait fait rire (plus pour l’esprit Canal, c’est sûr), le reste est un résidu de crotte cinématographique (la palme allant à Iznogoud)…

    J’ai cru vomir mon diner en allant voir le dernier Astérix, j’aurais du le savoir, il y avait Alain Delon. Berk.

    Je préfère encore relire le Petit Nicolas, parce que Papa a dit que, oui, bon ça va.

    • 18/10/2009 15:08

      On ne dit pas « il y avait Alain Delon ». On dit « il y avait Lui ». Sinon, c’est de la triche.

    • Nora permalink
      18/10/2009 16:42

      Moi je ne peux plus lire Patrick Braoudé (j’ai même du mal à l’écrire) sans vomir depuis ce jour funeste où ma zappette est tombée sur lui galochant tout en bavant comme un bouledogue je ne sais quelle actrice….

      J’ai éteint ma télé, j’ai vomi (vraiment).
      Rien que d’y penser, j’ai encore la nausée.

      Sinon, hors sujet total, est-ce que la Meuf a été se rouler allègrement dans toutes les fontaines à choco grâce à la place VIP pour le Salon du Chocolat promise par Docds quand il a gagné le juif?

      • 18/10/2009 18:50

        Nora,
        C’est drôle que tu abordes le sujet, j’y suis justement allée hier et je suis en convalescence depuis.
        Je me suis roulée, re-roulée et re-re-roulée dans le chocolat. Ils ont dû me foutre dehors de crainte qu’il n’en reste pas pour les autres!

      • 18/10/2009 19:01

        Ce n’est pas un hasard la Meuf, Twitter t’a balancée…

      • Nora permalink
        18/10/2009 19:03

        c’est qui Twitter?

      • 18/10/2009 19:17

        Mais à ma connaissance, Nora n’est pas sur Twitter et sa réponse ci-dessus semble d’ailleurs le confirmer.. non?

      • 18/10/2009 19:18

        Ben c’est une balance.
        Désolé, j’ai un gros problème d’emplacement de commentaires aujourd’hui.

      • Nora permalink
        18/10/2009 19:22

        Un jour, un pote a essayé de m’expliquer Twitter.
        Je me suis endormie. J’ai rien compris a ce que c’était.

        Suis con parce que je sais pas qui est cette balance© de twitter?

      • 18/10/2009 19:23

        Au temps pour moi, c’est donc juste une obsessionnelle qui assure un follow-up précis et sans merci de toutes les promesses faites ici ou là. Comptez sur elle pour lui rappeler que vous me devez un cadeau 😉

      • 18/10/2009 19:25

        Où t’as lu que t’étais con ? T’inquiètes, suis pas fasciné non plus par l’engin, c’est juste assez drôle en ce moment pour suivre le feuilleton #jeansarkozypartout

      • Nora permalink
        18/10/2009 19:29

        oué, d’ailleurs, j’attends la sortie de Nine pour m’assurer que le Pédé a bien eu son billet pour Londres et le prochain article de l’Arabe pour nous expliquer comment il a pécho grâce à ses nouvelles groles.

        N’oubliez pas le cadeau de canard.

        (j’aime beaucoup l’idée de me faire traiter d’obsessionnelle par Canard qui se rappelle de commentaires vieux d’un mois presque au mot près 😀 )

      • 18/10/2009 19:33

        Je suis psychopathe, c’est pas tout à fait pareil.
        Et sinon, t’es sûre qu’on peut pécho des minettes ayant la majorité sexuelle, avec des Nike machin-schmoll là ? J’ai comme un doute, mais bon.

  13. armanddesillegue permalink
    18/10/2009 15:37

    Les Bronzés 3 c’est une BD de Goscinny aussi ?

  14. Crépin permalink
    18/10/2009 18:15

    Le malheur est que de jeunes âmes sensibles après avoir été au cinéma vont lire Le Petit Nicolas et trouveront peut-être que l’esprit du film n’y est plus…

  15. Dav permalink
    18/10/2009 20:28

    Vrai que ça craint complètement, en fait, le problème de l’adaptation s’est surtout posé depuis le 3ème asterix, la plus grosse bouze de l’histoire du « cinema » français !
    Analyse assez drôle mine de rien 🙂

  16. 19/10/2009 08:25

    Pour Astérix et Obélix, Mission Cléopâtre, je suis d’accord. Chabat ne nous donne à voir qu’un  » bon gros délire entre potes « , bien loin de l’idée même d’un scénar basé sur la bédé de Goscinny. C’est du Canal recyclé, un Jamel à pleurer « Avance! Cannabisme… » mais pas de rire, des chorégraphies dont tu te demandes ce qu’elles foutent là et un Depardieu sous valium. Seulement voilà, ya une scène géniale qui m’a permis de ne pas totalement regretter d’avoir téléchargé le film : Edouard Baer dans « C’est une bonne situation ça, Scribe? »

    Et là, ils sont tous superbes. Alors ok, ça n’a rien à voir avec Goscinny mais si tu prends cette scène pour ce qu’elle est, du pur Edouard Baer, bah tu te régales.
    Enfin je me régale.

    Quand au reste des bouses citées, j’enfonce des portes ouvertes mais tu as complètement raison

  17. Mannick permalink
    19/10/2009 15:30

    Fabuleux billet le Pédé ! Ce que j’aime sur « C’est la gêne » c’est qu’il y a vraiment des « vrais » gens qui pensent comme les « vrais » gens !

    Je ne peux qu’applaudir ton post du jour, tout y est et depuis le début.

    Enfin quelqu’un qui ose l’écrire, et pour la collection complète en plus ! Pour Astérix, Lucky Luke, Iznogoud et maintenant ce pauvre petit Nicolas ! Tu dénonces l’attentat à la BD, et je signe le manifeste s’il en est un quelque part…

    Le cinéma français s’appauvrit de jour en jour, faut-il encore le préciser ? jusqu’où allons-nous chuter ? Tu as oublié de citer le futur « Adèle blanc-sec » avec aux commandes môssieu Besson, suivi de Louise Bourgoin et d’une joyeuse farandole de nullités cinématographiques !

    Je me permets si tu veux bien d’applaudir à deux mains (ou plus) ton article et non pas les « purées » que tu y cites. Merci le Pédé !

  18. Flippo permalink
    20/10/2009 12:14

    Trés heureux de ne pas avoir vu « Iznogoud » et d’associer l' »Asterix » de Langmann à une violente gastro enterite qui surviendrait en pleine jungle…. Concernant « Le petit Nicolas », je n’ai aucune envie de pourrir les souvenirs que j’en ai, cette bd etait géniale!!!
    Quant à Lucky Luke, j’ai maté une bande annonce, et j’ai trés peur…..
    Laissez nous un peu pénard au lieu de massacrer nos reves d’antan…
    Le Pédé, une fois encore merci!

Trackbacks

  1. Twitter Trackbacks for Vous allez lui foutre la paix, à Goscinny? « C'est La Gêne [lagene.wordpress.com] on Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :