Skip to content

Quelques bonnes raisons de détester les séries télé.

08/10/2009

1182350697_desperate_housewives2

Je les déteste, elles me sortent par les trous de nez. L’Occident (comprenez la totalité du monde Blanc + les Japonais) ne jure plus que par elles; l’Occident ne se rend plus au travail, ne se lave plus, il en oublie même de nourrir ses enfants décharnés. Il reste affalé toute la journée sur un canapé miteux, à manger des chips, la bave au menton, et lorsqu’enfin, il daigne mettre le nez dehors, il n’a que ces quelques mots étranges à la bouche, formant une effroyable litanie: 24, Desperate, Entourage, Grey’s Anatomy, Dexter

C’est qu’on ne parle plus que de ça dans les dîners et moi, qui avait l’habitude de donner mon avis sur à peu près n’importe quel sujet (tendance pathologique dont sont aussi affublés mes trois compères) et ainsi irradier l’assemblée de mon génie, j’en suis maintenant réduit à opiner de la tête  face à mon interlocuteur possédé en attendant patiemment que le serveur apporte l’addition. Je suis un peu comme le chasseur Papou qui essaierait en vain de comprendre une conversation cul entre deux secrétaires berlinoises.

grey-s-anatomy-saison-5-poster

Outre l’absence intégrale de curiosité pour les phénomènes de société qui m’échappent, le fait de refuser catégoriquement de m’intéresser à ces programmes est-t-il la marque d’un snobisme culturel? Assurément, oui. Je méprise cette forme d’expression qui inscrit la fiction dans le champ de la vie domestique. Expérience de la fiction devenue aussi excitante et inédite que peut l’être un bon brossage de dents.

D’autant que la série et le feuilleton ne sont quasiment jamais des propositions esthétiques, mais toujours du récit en conserve. Est-il besoin de rappeler qu’une fiction,  ça n’est pas seumement le plot (l’intrigue, en anglais), c’est aussi un univers formel. A l’exception notable de Twin Peaks et Six Feet Under, indépassables même si très différentes, les séries ne sont que de simples exercices de Storytelling (méthode d’accroche conçue par des publicitaires) dont l’objectif principal est de fidéliser une certaine clientèle.

Il serait, à cet égard, utile de rappeler, que dans la plupart des cas, lorsqu’une série TV est greenlightée, elle ne l’est, en général, que pour une saison, ce qui signifie implicitement que les saisons qui suivent, dans le cas d’une audience satisfaisante, ne seraient finalement qu’une suite d’appendices narratifs grèffés artificiellement au coeur de l’histoire.

prisonbreak_3Ce qui definit en premier lieu une histoire, c’est qu’elle se compose d’un début, d’un milieu et surtout d’une FIN. De la même manière qu’une peinture est limitée par les dimensions de la toile, le récit se bâtit sur sa propre cohérence et il ne saurait être prolongé à l’infini pour des raisons exogènes. L’exemple le plus édifiant est très certainement le cas Prison Break, récit qui voit le protagoniste s’évader dès la fin de la première saison; on croirait presque que les scénaristes, sans espoir quant à une éventuelle saison 2, ont mis tout ce qu’ils avaient dans le ventre et qu’avec le succés rencontré et les attentes du public, ont finalement eu recours à des ficelles (pour ne pas parler de respirateur artificiel) pour maintenir cette histoire en vie (le héros est en fuite, le héros est incarcéré à nouveau, mais cette fois ci, dans une prison mexicaine encore plus insalubre).

S’il est toujours un peu vain de rentrer dans le débat « l’Art échappe-t-il à la logique de l’offre et de la demande », la question ne se pose plus pour ce qui est du destin d’une série télé. Il est déterminé par les taux d’audience (c’est pour cette raison que les séries diffusées sur les chaînes câblées à abonnement, façon HBO, ne sont pas soumises aux mêmes lois et peuvent faire émerger des ovnis, tels Six Feet Under ou encore Les Sopranos) et si le public aime (par malheur) il aura droit au plaisir régressif de se voir conter une histoire sans fin, avec des personnages qui vieilliront avec lui. Le soap Les Feux de l’Amour en constitue le cas le plus cauchemardesque.

438904_H4N6CWBEEUJY5FMMOE2EDUF6LLAV2K_r9fxqyl4_H145958_L

Du coup, inutile de dire que cette fameuse clientèle n’éprouve plus du tout le besoin d’aller au cinéma, puisqu’elle a la sensation que les TV shows remplissent parfaitement les fonctions de feu le septième art. Et gare à celui ou celle qui ose émettre une opinion mettant en doute l’égale valeur entre fiction télé et fiction ciné. Il se voit tout de suite taxé de rétrograde, incapable de trouver le talent où il se trouve.

Voici, donc, 10 raisons rétrogrades de détester ces maudites séries:

1. Si j’écoute les gens (et les gens, ce sont les pires), il faudrait que je me farcisse 10 épisodes de Desperate et How I met your mother par nuit pour rattraper mon retard; entre mes ongles qu’il faut couper, ma lessive à faire et mes 15 heures de sommeil par jour (et par nuit), franchement où est-ce que je le trouve, le temps?

2. Ces séries policières US (Les Experts, etc…) ont une très mauvaise influence sur la production télévisuelle française qui n’est pas en reste, mais ne dispose que de Veronique Genest et Frederic Diefenthal pour tenir en haleine la ménagère sur des histoires de tueurs en série.

3. Les différents niveaux de sens dans ce type de programme ne sont nullement accessibles à ceux qui se nourrissent d’autre chose que de Domino’s pizza et de sushis.

4. Faut pas déconner tout de même: tout héros qu’il est, Jack Bauer ne peut décemment pas sauver le monde libre à chaque épisode et en temps réel, sans jamais avoir la moindre envie d’aller faire caca.

5. Et puis c’est quoi cette putain de profusion? On a l’impression qu’une nouvelle série voit le jour tous les quarts d’heure, rendant caduque la dévotion à celle de l’avant-veille. La vieille série d’il y a 2 mois est délaissée, puis finalement oubliée pour cette petite pouffe de True Blood.

6. Il est beaucoup plus difficile de concentrer un récit sur deux heures et de rendre des personnages inoubliables en une durée aussi courte que de diluer une histoire sur plusieurs saisons et des dizaines d’heures.

7. Avec toute la bonne volonté du monde, force est de constater que les Patrick Dempsey, Katheriene Heigl, Wentworth Miller, nouvelles icônes de l’époque,  ont à peu près autant de présence qu’un bataillon d’endives braisées.

8. Un coffret The Shield, ou l’intégrale 24, ça vaut le prix d’une maison et  il vaut mieux, par les temps qui courent, avoir un toit sur la tête plutôt que des DVD sur ses étagères.

9. Pourquoi regarder Nip/Tuck et Desperate quand on a vu Six Feet Under? C’est comme vouloir copuler avec Madeleine Albright après avoir eu une liaison torride avec Monica Lewinsky: c’est forcément BEAUCOUP moins bien.

10. Ce Ari Gold commence à me taper sur le système: j’ignore qui est ce connard mais lorsque, pour mesurer ma popularité sur la toile, je tape « Le Juif » sur Google, c’est invariablement sur lui que je retombe toujours. LUI!!!

Alors, de grâce, brûlez éteignez votre téléviseur et allez plutôt voir Un Prophète, de Jacques Audiard, toujours en salle.

amsterdam-photograph-broken-tv-on-9-12-01

Publicités
155 commentaires leave one →
  1. Nora permalink
    08/10/2009 14:28

    Manquerait plus que Docds soit fan de séries télé et là, je meurs étouffée par mes rires.

  2. Didie la Praline permalink
    08/10/2009 14:32

    Aaaah… finalement c’est peut etre pas plus mal de pas avoir remporte les encheres te concernant cher Juif. Tu n’aimes pas les series?! (Six feet under est un ovni, ca compte pas). Mais comment resistes tu a la vie parisienne, son stress, son effervescence, ses insomnies sans un bon lavage de cerveau de temps en temps?
    Ah mais toi tu dors… c’est de la triche 🙂
    Non, blague mise a part, je suis d’accord sur le fait que les gens sont completement omnubiles par les series et assez betes pour en oublier d’aller au cinema (ah, ces gens….), mais c’est un peu dur de taper sur les series a bout de bras comme ca. Pourquoi les detester? Elles remplissent leur role : nous permettre une evasion de 20 minutes par jour et au fond… meme si il serait vraiment genial d’avoir dans ces series des scenaris interessants, une continuite dans l’histoire ET une fin moi je suis bien contente qu’elles soient la. Avec une diversite suffisante pour que quelle que soit mon humeur, j’ai mon episode hebdomadaire.

    Amicalement
    Une fan de serie

  3. davidgeridoo permalink
    08/10/2009 14:33

    Depuis qu’il a été racheté, le Juif poste même des articles !

  4. davidgeridoo permalink
    08/10/2009 14:36

    C’est pourtant facile d’avoir une conversation sur les séries TV quand on n’y connaît rien. Il suffit d’interrompre son interlocuteur d’un ton péremptoire : « De toute façon, tout ça ne vaudra jamais Six Feet Under. »

  5. le velu permalink
    08/10/2009 14:41

    Bon avant toute chose, des séries j’en regarde oui.
    Cependant, je te soutiens totalement sur le principe qu’une série se doit d’avoir un début et une fin. Et pas 8 ans plus tard si possible.
    Trouver une série de qualité, j’entends par là une série dont chaque épisode pourrait se suffire et qui pourtant tient la route pendant 26 épisodes, ca devient extrêmement compliqué.
    Je ne vais pas tenter de défendre l’intérêt que j’éprouve pour certaines séries, ou de les comparer au cinéma, je trouve les deux franchement différents avec leurs atouts, leurs défaut et leurs déchets!

    Enfin pour conclure, et je pense te rejoindre sur ce point : les gens, c’est vraiment des branleurs.
    (comme les chats, pour les connaisseurs.)

  6. 08/10/2009 14:45

    Moi j’ai trouvé dans Corse-Matin de lundi LA raison ultime de détester les séries américaines : Mimie Mathy les adore.
    J’ai l’interview (dans mon cahier vaudou Mimie Mathy), je peux vous la scanner, elle est très intéressante (on y apprend aussi que Mimie rêve de jouer – attention tenez-vous bien – « la méchante dans James Bond », environ 2 lignes après nous avoir dit que grâce à Joséphine, elle a pu « changer l’image des acteurs de petite taille, cantonnés jusque là aux rôles de méchants »).

    Plus sérieusement, j’avoue que j’ai tout un bras dans cet engrenage, et que ce que je déteste par dessus tout, c’est de m’être fait baiser comme un bleu, et d’être dépendant à certaines d’entre elles.
    Merci de me mettre ainsi le nez dans mon caca (sans lien vers une illustration ad hoc, n’est-ce pas la Meuf).

    Juste un truc quand même, mettre The Young and the Restless (j’adore ce titre) sur le même plan que DH & consorts, c’est quand même poussé. Les Feux de l’Amour, c’est quand même tourné au rythme d’1 épisode / jour, soit près de 50 minutes inutiles en une journée de tournage. Les autres font quand même un peu plus qualitatif sur les plans scénaristique, castinguistique et mise en scénistique.

    • 08/10/2009 14:52

      Je viens d’avoir une vision fugace du face à face final entre Daniel Craig et Mimie Mathy. Et je ris tout seul.

      • Didie la Praline permalink
        08/10/2009 14:53

        Merci 😀

      • Nora permalink
        08/10/2009 14:57

        Et tu viens de me rappeler la vision moins fugace d’une Mimie Mathy s’étalant de la crème sur les nibards.
        Et je vomis sur moi.

      • Didie la Praline permalink
        08/10/2009 14:57

        Maintenant on est deux 😉
        Et j’imagine tres bien l’ouverture du plan avec Daniel Craig amoche par l’explosion d’une bombe, se retournant avec stupeur en entendant un rire demoniaque et en voyant une ombre immense s’avancer… Puis travelling vers Melle Mimie… la classe 🙂

      • 08/10/2009 15:03

        COmpromis, je vomis en riant

      • Pinkmarple permalink
        08/10/2009 16:37

        Moi cela me donne envie de me pendre!!

    • le velu permalink
      08/10/2009 14:54

      Ca m’intéresse complètement cette interview.
      Je me demandais justement si c’était grâce à Joséphine que nous avons eu l’immense joie d’assister à la naissance d’une supernova de la scène musicale française chantant avec coeur ses déambulations dans un grand « vaisseau de pierre ».

      • 08/10/2009 15:35

        Promis, je te la scanne ce soir. Corse-Matin, c’est le meilleur journal du monde. Tellement bien écrit, par exemple : « les festivités du 15 août se sont prolongées bien au-delà des trois coups de minuit ».

      • le velu permalink
        08/10/2009 15:39

        Effectivement ça a l’air magique.

  7. Boudin permalink
    08/10/2009 14:51

    Je sais pas de quoi tu parles. La dernière fois que j’ai regardé la télé, c’était sous Jacques Chirac.
    Pourtant je paie la redevance
    (je sais, c’est stupide, mais on sait jamais, au cas où un jour il y ait un programme intéressant, je garde ma petite télé chez moi).

  8. 08/10/2009 15:02

    Moi je pense qu’il ne faut pas tout mettre dans le meme sac, et de par là faire des raccourci discutable.

    Globalement les exemples cités, bah tu les as pas cité pour rien car c’est quand meme de la belle merde =) (A part How I met … Et pourtant dieu sait que je brulerai bien chacun des gens responsable de Friends) Mais il y a quand meme des séries à la cool (et oui je pense que Entourage avec son Ari Gold est une série à la cool, mais Ari Gold globalement a part un ou deux épisodes on s’en branle qui soit juif) … Je pense aussi à Lost… Oui les scénaristes sont surement sous mescaline ou Lsd, oui ca fait longtemps que ca ne rime plus a rien, mais putain c’est bon … Et a aucun moment je ne me vois comparer cela au plaisir d’un vrai bon film ! Il s’agit de deux mondes différents, qui créent des attentes bien différentes (enfin pour ma part). Et pour ma part, je n’attends pas que chaque chose que je regarde soit une claque culturelle. La culture j’en mange un peu toute la journée. Alors on peut aussi regarder les choses pour leur seule valeur de divertissement (bon y a des limites mais elles sont citées dans ton article ^^) C’est comme manger de la Junk Food en fait. Tu veux pas savoir pourquoi c’est bon mais c’est bon. Et pis pour les addicts comme moi, ca nous permet d’entretenir notre anglais :p (non argument inside ^^)

  9. bob permalink
    08/10/2009 15:02

    commence par matter The Wire, et réécris nous ton papier, s’il te plaît.

  10. laperfidealbion permalink
    08/10/2009 15:03

    Avec le réchauffement climatique, il a bien fallu trouver un autre prétexte que la météo pour meubler les silences dans des discussions avec les gens qu’on n’aime pas : un complot Hulot-Hollywood ?
    Sinon, je trouve la photo des actrices cryogénisées des Feux de l’Amour formidable, merci.

  11. 08/10/2009 15:06

    Dans l’ensemble je suis assez d’accord avec toi le Juif, surtout sur Jack Bauer et son caca, mais tu ne peux pas mettre les soap et les séries sur le même plan, ça n’a rien à voir.

    Par ailleurs, je suis surprise que tu ne mentionnes pas Seinfeld..??

    PS: vous remarquerez quand même que depuis qu’il a été vendu, il a publié un article ET répondu à des commentaires ici et là. Suis impressionnée par le travail de docds.

    • DOCDS permalink
      08/10/2009 15:11

      Merci de reconnaitre l’efficacité de ma thérapie. Là, j’essaye de lui faire apprécier « Dr House »à coup de canne.

    • 08/10/2009 20:15

      @docds:Effectivement, les premiers électrochocs n’ont pas tardé à donner des résultats. Merci Maître Doc de m’attribuer le privilège d’être votre Golem.
      @la Meuf: Je n’ai pas parlé de Seinfeld car même si cette sitcom géniale est, de l’aveu de ses créateurs, un formidable pied-de-nez(« It’s a show about nothing » dixit Jerry Seinfeld) à tous les storytellers rompus au formatage des esprits, force est de reconnaître que cette série phare des 90′ n’échappe pas à cette logique de saturation (9 saisons). Mais même si les 2 dernières saisons sont nulles et donnent l’impression d’une source tarie (le départ du mythique Larry David à la fin de la saison 7 y est pour beaucoup), Seinfeld reste un monument d’humour.

  12. 08/10/2009 15:07

    Ce que je trouve le plus étonnant c’est l’impact de ces séries.

    Il y a quelques temps la mode s’était les séries d’avocat (Ally McBeal, Donnel et associés…). Et cela a obligé les vrais avocats à changer!
    Si si, je vous jure, ça va jusque là!
    Dans ces séries, les gens voyaient les avocats faire des plaidoiries courtes, cinglantes, … bref écrite par des scénaristes de séries. Et du coup, les vrais jurés, dans les vrais tribunal voulaient retrouver ça! les avocats ont du adapter leur façon de plaider!

    Et aujourd’hui la mode c’est les experts et autres séries policeco-scientifique de mon cul. Et donc maintenant les jurés veulent (en plus d’un speech bien senti de l’avocat) entendre parler d’un cheveux retrouvé sur la scène qui permet, grâce au traces de sperme retrouvées dessus, de remonter jusqu’à la préhistoire et à l’origine même du crime….

    Ben oui, si Hollywood nous le montre, c’est que c’est vrai non?

  13. Surella permalink
    08/10/2009 15:15

    rhooo je regrette maintenant de ne pas avoir fait une enchère pour remporter Le Juif… mais je dors moi-même beaucoup trop et je procrastine encore plus, ça n’aurait pas marché!
    bref, et une question fondamentale: mais OU les gens prennent-ils le temps de regarder quinze séries en même temps et dès qu’elles sont mises en ligne ???
    (je n’accepterai pas pour réponse « quand tu dors… »)

    • davidgeridoo permalink
      08/10/2009 16:10

      C’est vrai qu’il faut un certain don d’ubiquité… Etre ici ou Wire…

      • Surella permalink
        08/10/2009 16:15

        pas mal, pas mal

  14. 08/10/2009 15:33

    C’est très vilain que de cracher sur le nouvel opium du peuple. Il y eut la religion, il y a maintenant la Tv et ses séries Neanmoins 2 questions primordiales s’imposent ici, à vous Juif primitif et ignorant par tant de méconnaissance du 8ème art:

    – Critiquer les séries Tv c’est ne pas avoir vu The West Wings, ce qui se fait de mieux , de plus géant, de plus Tout, tout simplement.

    – Qui est Ari Gold

    Pas le temps de développer +, Y a Las Vegas qui va commencer
    biz

  15. Djo permalink
    08/10/2009 15:39

    Rien a voir mais je trouve que les premieres saison de nip/tuck se demarquait du reste par une bande son incroyable, et étaient assez novatrice quoi.

    Sinon californication, rien que pour le coté a l’ouest du truc, moi j’aime. Puis merde quoi, mulder en obsédé sexuel, totalement soulard et cynique, je kiff.

    Apres passé un temps j’avais accroché à Swingtown une serie qui a eu le droit à une seule saison (succés? ) assez sympathique et surtout super kitch!

    Sinon bah ta les simpsons, scrubs, futurama, et south park que tu dois voir avant de mourir qui sont des series et non des feuilletons (nuance).

  16. 08/10/2009 15:43

    On oublie de citer Heroes, qui est quand même la daube ultime (pas étonnant que TF1 se soit jetée dessus). A moins que ce ne soit en fait une sitcom et que ça m’ait échappé ?

  17. 08/10/2009 15:44

    @Surella: Quand tu dors.

    Pour ce qui est du reste, je ne vois pas les séries comme une alternative au cinéma, mais comme une forme de récit à part entière. L’argument de l’unicité de la saison se vaut, mais, tu l’avoues toi-même, dans certains cas, cela marche (6 feet under, twin peaks). Maintenant, je me permettrai de mettre un bémol à tes propos pour plusieurs raison:

    1) Pour moi, l’argument de la proposition esthétique ne tient pas, parce que la télé n’est pas le 8ème art (Quoi que, à ce propos, des séries comme Mad Men, Breaking Bad ou encore Band Of Brothers sont, grâce à une mise-en-scène réfléchie, très abouties, dans le fond comme dans la forme).

    2) Les séries sont effectivement des machines à récit, qui, soit, tournent parfois à vide, ou ne tiennent leur postulat narratif que sur une saison. Mais dans pas mal de cas la machine marche fort, très fort, et permet un développement de personnages et d’actions que le cinéma pourrait parfois leur envier. Venant de toi, ce mépris pour le scénario m’étonne donc un peu. (Pour illustrer mon propos, aux séries déja citées je rajouterai The Shield – pour la profondeur et la complexité de sa galerie de personnages-, BattleStar Galactica – Pour son discours politique et humaniste (oui, oui)-, Friday Night Lights – pour sa déscritption ultra-réaliste d’une Amérique en décalage avec le monde qui l’entoure-, ou encore Californication et sa causticité jubilatoire).

    3) Tu parles d’exemples divers, dont tu n’as vu au mieux que deux épisodes. Avant de te faire une idée indéboulonnable sur la question, je t’enjoindrai d’aller jeter un coup d’oeil à « The Wire » (S’il ne doit en rester qu’une), qui dans chacune de ses 5 saisons, s’applique à disséquer les causes et les conséquences qui mènent une ville entière à la déliquescence et à l’échec à travers un prisme différent à chaque fois: l’insécurité, l’information, la politique, l’éducation et la corruption. La série de David Simon et Ed Burns est un monument tant dans l’écriture que dans la mise-en-scène.

    4) Enfin, pour ce qui est de ton argument mettant à mal la conception de la série en saison, et pour te prouver que cela n’est pas toujours le cas, je te conseille Band Of Brothers, dont nous avons maintes fois parlé, et qui, dés sa genèse, a toujours été pensée plus comme une mini-série que comme une série. Spielberg et Hanks remettent d’ailleurs cela avec The Pacific, bientôt diffusé.

    Tout cela mis à part, je t’aime, tu vas me manquer, envoie nous souvent des lettres de chez DocDs…

    • le velu permalink
      08/10/2009 15:50

      Tu m’as décidé.

      The Wire, me voilà!
      (ou en route pour The Wire, je me tate)

    • 08/10/2009 16:32

      J’adore quand tu joues au spécialiste l’Arabe.

      Mais ce que j’adore encore plus c’est:
      « Mais dans pas mal de cas la machine marche fort, très fort… »

      E-Y-U-É.

      • le velu permalink
        08/10/2009 16:38

        ok tu m’as encore largué.
        E-Y-U-É ?

      • 08/10/2009 16:45

        Ah merde désolé c’est un private joke.

        Quand j’imite l’Arabe en pleine envolée lyrique -pour me foutre gentiment de la gueule de sa tendance à la préciosité affectée- je ponctue toujours mes phrases d’un ÉYUÉ.
        A l’écrit forcément, ça passe moins bien.

      • 08/10/2009 16:47

        ça faisait plusieurs fois que je voulais le dire à l’Arabe, maintenant je le dis au Pédé: ça suffit avec eyuè !!!

        Cher velu, ceci est une private joke que l’Arabe utilise souvent dans ses articles, persuadé que tout le monde comprend alors qu’en réalité certains lecteurs doivent passer plusieurs heures à chercher la définition de ce mot dans toutes sortes de dictionnaires. En vain évidemment.

        Je laisse le soin au Pédé d’expliquer le eyuè car ça lui revient de droit.

      • 08/10/2009 16:49

        Ben voilà c’est expliqué. On a le droit maintenant?

      • 08/10/2009 16:52

        Eyuè

      • 08/10/2009 16:57

        Je t’emmerde, pourquoi n’en aurais-je pas le droit?

      • 08/10/2009 16:59

        Tu as tous les droits mon poulet.

      • 08/10/2009 17:03

        @l’Arabe: lis mon commentaire plus haut, c’est juste que ce n’était pas clair pour nos lecteurs. Nous n’étions que 4 à comprendre. 8 max.
        Maintenant tu peux y aller. (@le Pédé: je crains le pire)

      • 08/10/2009 17:04

        Je parlais de « faire le spécialiste », pas de eyué. Eyué, ça commence effectivement à être un peu éculé…

    • 08/10/2009 17:03

      Qu’est ce qui est le plus précieux?  » la machine marche fort, très fort » ou « le délire flamboyant du ring et le réalisme terriblement prosaïque des vestiaires s’y côtoyant jusqu’à l’absurdité »?

    • Philippe de Thrace permalink
      08/10/2009 23:10

      L’Arabe, tu m’ôtes les mots de la bouche.
      Si un tel mépris continue d’être porté sur les séries (bien sûr car 90% de la production a autant de valeur que le contenu de mes toilettes – comme le ciné ceci dit), comment espérer que de talentueuses personnes s’y penchent pour exploiter le potentiel de ce format? Potentiel autant en termes d’innovation sur la forme et le fond que d’audience. Et si Jacques Audiard concevait une série aussi brillante que ses film, et que la ménagère CSP- se pressait chez elle après les courses pour ne pas le rater?

    • raoulvolfoni permalink
      09/10/2009 19:44

      ouioui, The Wire, Battlestar Galactica (pas celle avec Dirk benedict hein!) et Rome?

  18. 08/10/2009 16:51

    On a répondu en même temps du coup son explication est avant mon commentaire.

    Mais, le Pédé, tu ne dis toujours pas ce que a veut vraiment dire!

    C’est un « eh oui » déformé par un accent moqueur de la préciosité affectée (susmentionnée par le Pédé) de l’Arabe.

    C’est clair?

    • 08/10/2009 16:52

      C’est pas un « eh oui. »

      C’est juste un « oui » très très très déformé.

    • Nora permalink
      08/10/2009 16:53

      Eyuè
      Très clair.

      • 08/10/2009 16:55

        On dirait pas trop là comme ça, mais je te jure, quand je le dis, c’est hyper drôle.

      • Nora permalink
        08/10/2009 16:56

        Une démo?
        🙂

      • 08/10/2009 17:01

        Je veux bien moi, mais c’est pas simple.
        A vrai dire, pas plus tard qu’hier, je pensais à faire un vodcast pour vous faire profiter de mon imitation légendaire de Nicolas Hulot dont le Juif a parlé en termes si élogieux.

      • Nora permalink
        08/10/2009 17:03

        rhooooo mais tu ne peux pas me balancer ca et pas le faire.

    • 08/10/2009 16:56

      Je suis complètement largué. Dans un monde normal où les gens ont la décence de rester dans leur case, c’est Le Pédé qui devrait être précieux, tandis que L’Arabe commencerait toutes ses phrases par zyva et le Juif par poï poï. Tu vas voir qu’on va finir par apprendre, comme ça, au détour d’un commentaire, que la Meuf a des testicules.
      Un peu de compréhension pour les gens qui essaient de se figurer à quoi vous ressemblez dans la vraie vie, merde.

      • 08/10/2009 17:06

        On vous avait pourtant dit que nous combattions les clichés.
        L’Arabe est beaucoup plus mièvre que moi par exemple. Eyuè.

      • 08/10/2009 17:08

        Et pour les testicules ?

      • 08/10/2009 17:09

        Rien en vue.

      • 08/10/2009 17:11

        Ouf. Au moins un truc auquel se raccrocher. Enfin, une absence de truc.

      • 08/10/2009 19:31

        Diegosan, veux-tu m’épouser ?
        (pas de panique, j’ai tendance à demander ça facilement aux gens qui me font hurler de rire).

      • 08/10/2009 19:38

        Euh, je suis très touché Hélène, mais :
        1. La règle est désormais de coucher avec les gens / s’épouser sur MSN (cf. Mémo de Le Juif à l’ensemble des chefs de services en date de ce jour)
        2. C’est-à-dire qu’il y a un peu la queue, là. J’épouse Nora Dimanche AU CONCERT DE PRINCE, et si ça le fait pas je reviens vers toi.

        Ca te va ?

      • Nora permalink
        08/10/2009 19:43

        Eyuè.

    • le velu permalink
      08/10/2009 17:06

      Limpide.

      • 08/10/2009 20:29

        J’adsore la réponse de Nora 😉

        Sinon je précise pour que tout soit bien clair que je veux pas coucher avec toi, ni sur MSN ni à dieu sait quel concert, juste t’épouser.

        Ca ne prête pas à conséquence, je suis déjà mariée avec plein de filles sur mon blog (oui bon, je n’ai qu’une vraie épouse officielle, je le dis des fois qu’elle traîne par ici et se vexe).

  19. 08/10/2009 16:56

    Par ailleurs c’est pas eyué c’est eyuèèèèèè
    L’accent est grave et non pas aigu!

  20. Nrv permalink
    08/10/2009 16:57

    Je te trouve bien dure dans ton jugement, mais peut-être n’as-tu pas vu les bonnes séries.
    The Wire, précédemment citée, mais aussi Deadwood, Rome, Carnival ou Firefly sont d’excellentes séries et très originales (loin des daubasses Nip tuck, Heroes, Desperate ou Prison break).
    Pour la catégorie comédie je retiendrais Arrested Development !
    Et puis si on va piocher du coté du Royaume uni, il y a The office (oui l’original avec Ricky Gervais est beaucoup mieux que la version US), Dr Who, Life on Mars ou Extras.
    Je ne vois pas pourquoi sous prétexte que cela passe sur petit écran il faudrait se priver de ces séries de qualité.

  21. remrem permalink
    08/10/2009 17:18

    MERCI MERCI MERCI MERCI le juif pour ce post.
    Je HAIS les séries. Leur seul objet est la fidélisation du client (et non du téléspectateur). Elles fonctionnent comme les reality show, on vous donne une petite information par épisode en vous faisant miroiter une mine d’information au prochain. Les données sont répétées inlassablement dans le même épisode histoire qu’elles vous obsèdent et que vous puissiez vous y retrouver. En fait elles fonctionnent comme une drogue, on a l’impression de vivre un grand moment et que la prochaine fois sera encore plus exceptionnelle mais au final on obtient rien mis à part le fais d’être fidèle au poste sur son canapé.
    Les gens les aiment parce qu’elles demandent un effort intellectuel minime et qu’elle permettent de meubler leur vie sociale. En gros c’est Secret Story avec plus de moyen. Elles ne donnent aucune matière à penser.
    C’est à l’image de la société, on veut consommer et ne parler que de la prochaine fois où l’on consommera. On ne veut plus faire d’effort, on ne veut plus penser, et on ne se rend même pas compte qu’on nous prend pr des imbéciles.
    alors encore une fois merci le juif
    ton plus grand fan (désormais)

    • 08/10/2009 17:19

      Secret Story avec plus de moyens? Faut pas exagérer.

      • remrem permalink
        08/10/2009 17:29

        c’est mon point de vue, je pense que les séries américaines ont autant d’intérêt que Secret Story, mais elles coûtent bien plus cher (et rapportent bien plus évidemment)

      • 08/10/2009 17:29

        Oui là effectivement, c’est difficile de te suivre quand même.

      • remrem permalink
        08/10/2009 17:43

        Ah bon? Ca me parait cohérent pourtant.
        Le scénario d’une série est long mais le nombre d’actions par épisode est trés réduit. Dans secret story on a 26 minute d’émission sur le fait qu’une blondasse siliconé a révélé qu’elle était un peu nympho. donc le même principe. Dans les conversations des fidèles de séries comme des fidèles de secret story on parle de ce qui s’est passé en l’expliquant sans jamais le commenter (« t’as vu qd il s’est passé si, qd il s’est passé ça? » « Ah ouai truc de ouf!! trop abusé!! ») et de ce qui va se passer au prochain épisode (chaque phrase commençant par « je suis sure que… »).
        Ensuite chaque coupure pub est entouré d’un mini résumé de ce qu’il va se passer (avant la pub) puis de ce qu’il s’est passé (aprés).
        Tous ça pour dire que les deux ont autant d’intérêt à mes yeux!
        C’est bon pour le parallele vous y êtes? Aprés vous pouvez ne pas être d’accord of course, mais ne dites pas que je suis pas cohérent crotte!

      • 08/10/2009 18:06

        J’ai écrit « suivre » dans le sens « être d’accord », pas dans le sens « comprendre ».

    • 08/10/2009 17:42

      Juste comme ça, pour voir. Tu nous citerais les séries que tu as vu et qui te poussent à porter ce jugement?

      • remrem permalink
        08/10/2009 17:46

        pour la précision je parle de séries pas de sitcoms
        J’ai vu un épisode de plusieurs séries, Lost, Prison break, 24h…
        aprés yen a une que j’ai bien accroché (5 ou 6 épisodes) c’est weed

      • 08/10/2009 17:58

        Et tu dirais que Weeds, c’est en 26 minutes un nombre d’actions réduit? Et comparer les idioties proférées par 4 demeurés enfermés dans une pièce et les dialogues assez jouissifs de Jenji Kohan et de son équipe dans la bouche de Marie-Louise parker (entre autres), ça a pour toi un intérêt égal?

      • remrem permalink
        08/10/2009 19:18

        j’ai aimé les 5 épisodes de weed parce que c’est drôle, parfois trés drôle même. Mais pour ce qui est de l’histoire oui, il y a un minimum d’information. Son boyfriend de la DST a mis 5 épisodes pour se rendre compte qu’elle cultive de l’herbe… Ya plein de petites histoires à côté de l’histoire principale, mais le scénario n’avance pas. Et puis la série m’a fait le même effet que les autres, une histoire qui n’a pas de fin, parce que la finalité ce n’est pas de raconter une histoire, c’est de fidéliser le spectateur, et que s’il y a une fin, il n’y a plus rien à voir.

      • 08/10/2009 19:24

        « S’il y a une fin, il n’y a plus rien à voir ». C’est puissant, ça m’ouvre même des perspectives vertigineuses.

      • Nora permalink
        08/10/2009 19:28

        Tu m’en parleras dimanche au concert de Prince?

        *mode relou ON*

      • 08/10/2009 19:30

        Ah oui, le concert au Grand Palais, là, pour lequel j’ai des invites et du coup je t’invite. Oui d’accord, bonne idée.
        Moaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhahahahhhh !

      • Nora permalink
        08/10/2009 19:39

        oui c’est bien ce concert.

      • 08/10/2009 20:32

        @remrem: « s’il y a une fin, il n’y a plus rien à voir »: rien à ajouter.
        @l’Arabe: Ok, je vais me pencher sur le cas « The wire » mais je te rappelle que je fais la différence entre les projets dont le nombre de saisons est défini au préalable en fonction des besoins de l’histoire (ex:Six Feet Under, encore) et les projets à rallonge. Ces derniers procèdent du même opportunisme économique que les blockbusters de ciné, dont on tourne des suites. L’exemple de la saga Matrix qui nous a été vendue a posteriori comme une trilogie programmée dés le début est une vaste fumisterie. Pas besoin d’être un script doctor de génie pour constater que l’histoire de Matrix est contenue, toute entière dans le premier opus et que le reste (Reloaded et Revolution)n’est que du gras.

      • 08/10/2009 23:12

        Et le deuxième Matrix, aie aie aie, j’ai jamais eu autant envie de mettre le feu à un écran de cinéma de rage. Quelle énorme escroquerie.

      • 09/10/2009 00:16

        @LeJuif: Six Feet Under n’a jamais été conçue comme une série allant contenir 5 saisons. Comme toutes les autres, c’est le succès des premières qui a permis au Network (en l’occurence HBO) de greenlighter les saisons, année après année. La seule certitude a été la saison 5 qui a été annoncée comme étant la dernière, dés la pré-production… Il en est de même pour The Wire, qui, en vieillissant a pris toute l’ampleur qu’on lui connaît maintenant, à postériori…

    • Yoos-F permalink
      09/10/2009 01:22

      Laisse moi deviner, tu mates jamais de séries?

  22. 08/10/2009 17:57

    Je suis tout simplement outrée que personne n’ait fait référence à Ab Fab, ou à Black Books qui sont deux chef-d’oeuvre du genre comédie britannique. Quant à How I met your Mother, je la défends aussi. Rien que pour l’inénarrable Barney Stinson, j’ai rarement vu un personnage aussi drôle et si la saison 4 semble faire montre d’un certain manque de souffle, la 5, elle, a l’air géniale.
    Ne me reste plus qu’à citer une petite nouvelle: Nurse Jackie.
    Alors Heroes, House, Desperate, Grey’s Anatomy etc ok, tu peux taper. Mais quand même, il reste des perles !

  23. 08/10/2009 18:07

    voir (enfin) Katherine Heigl comparée à une endive illumine ma journée! (et je ne parle même pas de Wentworth et de Patrick… MERCI.)

  24. 08/10/2009 18:08

    @Le Juif:
    Euh. « 4. Faut pas déconner tout de même: tout héros qu’il est, Jack Bauer ne peut décemment pas sauver le monde libre à chaque épisode et en temps réel, sans jamais avoir la moindre envie d’aller faire caca »

    Ben si. Soit c’est une Meuf, soit c’est un Pédé.
    C’est pourtant pas compliqué.

    @Le Pédé:
    Tu pourrais eyuèèè-ter ça sur Twitter?

  25. Pinkmarple permalink
    08/10/2009 19:12

    JE SUIS UNE FAN DE « THE SHIELD » ET JE VOUS EMMERDE TOUS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    CETTE SÉRIE EST EXTRÊME, SUBLIME ET ORGASMIQUE!!!!!!!!!!!
    ET TOUTE COMPARAISON AVEC D’AUTRES SÉRIES ME DONNE ENVIE DE PAYER TRÈS CHER DOCDS POUR QU’IL TRAVAILLE LE JUIF À LA PINCE-MONSEIGNEUR!!

  26. 08/10/2009 19:33

    Que qqn file un cheesburger (avec du bacon) à Pinkmarple, elle m’a l’air en hypoglycémie.

    • Pinkmarple permalink
      08/10/2009 19:37

      Oh ouiii… un bacon cheeseburger devant « The shield »… le bonheur!

  27. Tom permalink
    08/10/2009 19:50

    Et euh…Big bang Theory non?

  28. hana permalink
    08/10/2009 19:58

    pour quelqu’un qui deteste tu en connais un paquet…moi je deteste vraiment les series americaines j’assume! franchement fraudrai que je sois suicidaire et encore ioi pour me taper 10 episodes de desespered housewife, les expert au docteur house à la suite deja que j’ai du mal avec un 1 fois tout les decenies ioi! je ne sais pas ce que les gens ont avec ces trucs mais moi je ne m’y reconnais pas et je trouve les scenarios ininterressants tirés par les cheveux et complètement absurde! qui va croire en un type qui va injecter n’importe quoi à son passion et le guerrir quel est l’interet de regarder ça?? et les expets c’est franchement plus une parodie qu’autre chose tellement c’est absurde des le generique j’ai envie de fuir…sinon nip tuck purée le medecin il est quant m^me super canon! non pas l’obsede l’autre ne me demander pas le nom j’en sais rien ! sinon les seuls series americaines que j’ai bien aimé c’etait madame est servie, la petite maison dans la prairie c’est vieux mais je ne sais c’etait attachant il y avait une certaine fraicheur! sinon, les series qui m’ont marqué c’est corky surtout la second saison tres realiste qui parle du sida c’est vieux mais c’est à voir car là c’est ultra realiste c’est loin des scenar debiles et surfait preparer vos mouchoir! il y a eu la belle et la bete purée hyper triste aussi ça exite,t plus se genre de series c’est dommage! sinon, là je regarde que lost et new york unite specal car ça parle de problemes de societes et c’est pafois assez cru ça changent des series formatés!

    • docds permalink
      08/10/2009 20:34

      Reprends ton souffle, Hana. Il faut res..pi..rer.

      • le velu permalink
        08/10/2009 20:40

        Conseil médical de premier ordre. Breath!

    • Yoos-F permalink
      09/10/2009 01:29

      Je hurle au fake!

      Ou du moins je l’espère vivement…

  29. Elie permalink
    08/10/2009 20:29

    « . Faut pas déconner tout de même: tout héros qu’il est, Jack Bauer ne peut décemment pas sauver le monde libre à chaque épisode et en temps réel, sans jamais avoir la moindre envie d’aller faire caca.  »

    Là, c’est le moment où tu perds toute crédibilité. Quelques bonnes séries au niveau de l’histoire et de l’esthétique : Dexter, Weeds, Lost pour la prise de tête, True Blood par certains aspects, Heroes juste le début, ….

  30. 08/10/2009 20:34

    Dites, je sais que ça n’a rien à voir, mais pourquoi la bannière est pas cliquable ?
    C’est très agaçant.

    (Ohhhh ça va, je vais me trouver un vieux DVD de Friends à regarder, en autopunition 😉

    • Didie la praline permalink
      09/10/2009 00:07

      On peut cliquer sur une petite partie, celle qui dit c’est quoi ce blog de connards?
      Information utile s’il en est…

      • 09/10/2009 11:44

        Beuh non chez moi rien n’est cliquable, pas même les connards 😉
        Mais merci quand même Didie la praline 😉

  31. P2L permalink
    08/10/2009 21:08

    En conclusion, les series c’est comme tout: y a du bon et y a de la merde.
    Voila quoi.

    Personnellement, je suis dans la saison 5 de The Wire et j’ai jamais vu un truc televisuel aussi bien foutu.

    Je laisserai mon dernier mot a Chris Rock, qui disait:
     » Vu qu’elles ne foutent pas grand chose toute la journee,
    a se faire sauter par le jardinier
    ou a s’occuper de leur mise en pli,
    on devrait pas dire Desperate Housewives
    mais UNGRATEFUL BITCHES! »

  32. 08/10/2009 21:27

    Ce qui m’amuse dans les discussions avec des sériophiles (je néologue si je veux), c’est quand tu expliques qu’au bout du 10ème épisode de la 3ème saison t’as arrêté parce que ça tournait en rond, et qu’on te répond « ah mais non oui c’est vrai mais accroche toi un peu, ça redevient bien à l’épisode 18 ! » ; cette phrase étant généralement suivie d’approbations de l’assistance sur le modèle de « ah oui le 18, polalalala ! ».

    Et là, après avoir consacré 40 heures de ta vie à cette série, tu te demandes si ça vaut la peine de supporter 5 heures de vacuité supplémentaire avant d’arriver à des révélations attendues depuis 6 mois (et rempiler pour encore plus d’heures), ou si tu dois faire le deuil de ces 40 heures de télé. (Et des heures passées à télécharger (*kh* légalement) ces 52 épisodes.)

    Dans les deux cas, tu as déjà perdu.

    (C’est pour ça que je préfère les séries britanniques, à 6 à 10 épisodes par saison. Coupling et Spooks par exemple, sont très bien écrites, on n’a pas l’impression de voir 1000 flashbacks entre chaque coupure pub.)

  33. 08/10/2009 21:48

    Personnellement, les séries illuminent ma vie. J’ai été à tour de rôle fan de Desperate Housewives,puis LOst (saison 1 seulement) puis Skins, puis How I met, puis Big Bang Theory, puis Weeds, puis True Blood, puis 90210 (Oui le Beverly revival m’enchante!)… Sans oublier bien sûr mon enfance- adolescence rythmée de Friends, Dawson, Beverly Hills, Buffy et autre Charmed.

    Et franchement, ça m’a apporté du BONHEUR. Quand je téléch…me procure le tout dernier épisode d’une série, c’est comme manger un carré de chocolat avec le café…
    On s’attache aux personnages (comment font-ils pour nous rendre aussi accros!? On a l’impression d’être leurs amis!), on attend la suite impatiemment, on pronostique, on s’amuse, on rit, on pleure, on a peur…etc.

    VIVE LES SERIES!

    Et en plus quand on regarde en VO, on apprend à parler anglais et ça, c’est un point que tu ne peux nier, le Juif. Pédagogie du programme donc.

  34. 08/10/2009 21:53

    Ami Le Velu, et les autres si ça vous dit, comme j’ai pas que de la gueule (beaucoup, mais pas que), voici comme promis et en exclusivité mondiale hors Corse l’interview de Mimie Mathy qui disqualifie pour toujours les séries américaines, et qui fait bien rire. Y a juste a cliquer sur mon nom…

    • Gemus permalink
      08/10/2009 22:25

      ARGGGGG Je m’en vais de ce pas me crever les yeux, voir mimi mathy se tartiner un tube de crème solaire par sein a gommer à jamais toutes velléité d’hétérosexualité ….

      • le velu permalink
        09/10/2009 12:53

        oh moi elle m’excite.

      • Nora permalink
        09/10/2009 12:54

        T’es tordu.

      • le velu permalink
        09/10/2009 12:56

        j’ai gardé mon âme d’ado à peine pubère.

  35. 08/10/2009 22:25

    Il y a bien longtemps que je n’ai pas rallumé ma télé. Les seules choses qui me font appuyer le bouton « on » de l’engin sont Dr House et La nouvelle star.

    J’assume complètement mes goûts de merde (surtout pour la nouvelle star, mais ce n’est pas le sujet).

    Mais j’aime beaucoup Dr House parce que le cynisme et les « anti-héros », ça me plaît. Le sénario me paraît bien écrit (ou en tout cas, il est rempli de répliques percutantes, bien amenées et bien jouées) et presque chaque épisode peut se regarder en tant qu’histoire indépendante du reste.

    Oui, il y a une fidélisation du téléspectateur. Et alors ?

    Quelques petites questions ouvertes : apprécier Audiard, c’est avoir du goût ? Aimez une série américaine (ou française, pauvre de vous), c’est être un mouton ? Les feux de l’amour, qui occupent le début d’après-midi de nos vieux seuls et abandonnés à une éventuelle canicule sont-ils vraiment un mal ?

    • 08/10/2009 22:27

      Ouuuh la grosse faute… « aimer », pas « aimez ». Je ne me suis pas relu, désolé.

    • 08/10/2009 23:08

      Si je peux me permettre, je crois que ce que le Juif a dit, c’est voyez Audiard, plutôt que de voir Desperate. Aucune obligation d’aimer.

    • 08/10/2009 23:13

      Cher Cariboo,
      ce ne sont malheureusement pas ces arguments faiblards qui vont me donner envie de me réconcilier avec la fiction télé.
      Lorsque je parle du dernier film d’Audiard, je donne juste l’exemple de quelque chose (je n’utiliserai pas le gros mot « oeuvre », promis juré) dont on se souviendra encore dans 20 ans.
      Franchement, qui se souviendra de Dr House dans 20 ans?
      J’ignore si aimer Audiard, c’est avoir du goût et à vrai dire, c’est pas à ça que je pense en premier quand je suis ému aux larmes devant les images qu’il me donne à voir. Mais ce que je sais c’est que ceux qui vantent les vertus des « feux de l’amour » pour occuper les apres-midis des petits vieux (forcément séniles) sont toujours les mêmes que ceux qui défendent Closer, Eurpacorp et les reality shows bêtifiants en clamant que si ça plait à des millions de gens, ça ne peut pas être mauvais.
      Dans le meilleur des cas, cela s’appelle de la résignation; dans le pire, ça s’appelle du populisme.

      • le rabas joie permalink
        09/10/2009 00:00

        D’accord avec toi les arguments de cariboo sont pourraves.

        Ab fab, ca va faire bientôt 20 ans.
        Les sopranos on en reparle dans 10.

        Dr house vs the wire = un prophet vs les chtis

      • 09/10/2009 00:11

        Heu, tu veux dire l’inverse non? Dr House vs The Wire= les Chtis Vs Un Prophète

      • Nora permalink
        09/10/2009 00:15

        rabaT joie est dyslexique.
        Je ne vois pas d’autre explication.

      • le rabat joie permalink
        09/10/2009 00:28

        oui vous m’avez compris 🙂

        si on compare les feux de l’amour et un prophete, on peut aussi comparer les chtis et the Wire.

        bref, je persiste. cet article ne tient pas debout.
        et s’il etait drole je ne me permettrais pas de critiquer.

      • Cariboo permalink
        09/10/2009 18:30

        Cher Le Juif,

        Il me semble que tu te méprends sur mon compte. Je ne défends pas Closer, Europacorp et toute autre insanité qui pourrait te passer par la tête, mais j’aime me faire l’avocat du diable et je trouve que ça manque un peu de contradiction dans le coin. J’ai un esprit critique à moi, et je m’en sers. Non, je ne pense pas que mon standard dans 20 ans sera House. Non, Audiard ne me fait pas pleurer, ni rire, tout au plus dormir ou recompter une énième fois le nombre de siège que comporte la salle de cinéma où je me trouve. Oui, des millions de gens regardent/écoutent/lisent de la merde sans s’en rendre compte.

        Simplement, il est un peu facile de cracher sur la télé et les séries sous prétexte que tu aimes le cinéma russe et la pop indus’ de l’underground finlandais (Java pour ceux qui reconnaîtrons). Des tas de gens aiment les séries télé. Mets leur du Audiard à la place et ils seront malheureux. Grand bien leur en fasse. Qu’ils périssent dans leur ignorance crasse, où peut-être les sauveras-tu avant du marasme culturel qu’est leur vie par ta magnifique plume, ta notoriété grandissante (se faire vendre sur internet est le premier pas vers la gloire) et ta culture envahissante.

        Pour ma part, je me garde bien de dicter aux autres quels goûts sont les bons. Oui, si des millions de gens aiment ça, c’est qu’ils doivent y trouver leur compte, même quand je n’y prends pas part. Appelle ça du populisme si tu veux.

        Dernier point. Je ne cherche pas à te réconcilier avec la télé. Tu es très bien comme tu es.

      • 09/10/2009 18:39

        « Culture envahissante »?

        Je vais vomir et je reviens.

      • le velu permalink
        09/10/2009 19:00

        Les réactions sont quand même très épidermiques quels que soient les sujets de vos posts.
        J’ai l’impression que les gens (oui toujours eux) oublient que ce n’est qu’un blog. Les 4 fantastiques ne sont pas en train de graver des commandements dans un bloc de marbre et de nous asséner des coups de fouet clouté.
        Ils offrent des points de vue, souvent véhément certes, en même temps un bon coup de gueule est toujours plus intéressant que de raconter sa visite du champ de paquerettes de chez mamie, mais en aucun cas j’ai l’impression qu’ils forcent quiconque à quoi que ce soit.
        Il faudrait arrêter de prendre les posts comme des attaques personnelles. Ca serait reposant.

        P.S. je l’ai posté ici mais ca s’applique à l’ensemble du site.

      • 09/10/2009 19:02

        Cariboo,

        D’abord, j’ai envie de te dire merci, parce que c’est quand même pas tous les jours qu’on a un contradicteur qui écrit un texte clair, fluide et qui n’arrache pas le nerf optique avec 10 fautes par lignes (oui, je persiste : les fautes quand y en a une ça va, quand y en a 50 ça nuit vraiment à la compréhension du propos).

        Dans un second temps, je voudrais juste comprendre pourquoi, dès que quelqu’un émet une critique un peu virulente, mais argumentée, on l’accuse (et pas seulement toi) de vouloir imposer son goût à la Terre entière ?

        Le principe même de la critique, c’est de dire ce que l’on pense, en bien ou en mal, de quelque chose, et proposer une démonstration aboutissant à la conclusion que telle ou telle oeuvre est « une bouse » ou une merveille n’est pas décréter que tout le monde doit adhérer à cette thèse. Ni que tout contradicteur est un débile profond.

        C’est l’éternel « tu peux pas dire que c’est de la merde », « t’as pas le droit de dire que c’est nul », « si ça ne te plaît pas dis que tu n’aimes pas ». Pour moi, cette attitude, c’est le trouble érectile transposé à la critique.

        Alors Le Juif, Le Péde, L’Arabe, et toi aussi La Meuf, continuer à écrire vos critiques avec la gaule. Parce que moi j’adore. Vous êtes mes critRiques© préférés.

        Je vous laisse, je vais déposer cette marque à l’INPI.

      • le velu permalink
        09/10/2009 19:04

        Diegosan j’aime pas beaucoup quand tu écris ce que je veux dire mais en mieux.

      • 09/10/2009 19:04

        Hep Velu, je crois qu’on a dit la même chose en même temps au même endroit, avec des mots différents !

      • 09/10/2009 19:07

        😉 Désolé, et merci aussi.

      • 09/10/2009 19:13

        Merde je crois que j’ai fait 2 fautes. J’ai passé trop de temps à relire des trucs écrits par des gens aujourd’hui, du coup je me suis abstenu de relire celui-là. Et bim.

      • 09/10/2009 21:14

        Le Pédé : Ironie concernant le fait que vous avez tendance à asséner vos goûts et humeur comme les « bonnes ». Ce qui n’est pas un mal en soit, au passage.

        diegosan : merci pour le compliment. Tu as tout à fait raison sur ce que tu dis de la critique. Par contre, pour le « trouble érectile transposé à la critique »… je ne suis pas d’accord, naïf comme je suis. Une daube est une daube quand tout le monde s’accorde à le dire, un chef-d’œuvre est un chef-d’œuvre quand tout le monde s’accorde à le dire. Sinon, on tombe dans l’élitisme : les têtes bien-pensantes savent ce qui est bon pour toi, tout ça. Une critique objective, je n’ai jamais vu.

        le velu et diegosan : je ne prends pas les posts des « 4 fantastiques » pour des attaques personnelles, sinon je ne les lirais pas. J’aime beaucoup leur style et leurs coups de gueule. Mais parfois, les avis trop tranchés sans contradiction visible (même si réfléchis auparavant, ce que j’espère) me hérissent le poil.

  36. le rabas joie permalink
    08/10/2009 22:58

    bravo ! la vanne sur jack bauer qui ne va pas faire caca est élue vanne la plus naze de toute la courte histoire de cestlagene. clap clap clap.

    ps : je la connaissais avec pipi

    ps2 : ne pas faire caca pendant 24h… putain il est vraiment trop fort ce jack bauer

    ps3 : après une saison plus que moyenne, le dernier épisode d’Entourage est l’un des meilleurs de la série. gros kif.

    • 08/10/2009 23:26

      Ta blague du commentaire en double, elle est pas très drôle non plus.

      • le rabas joie permalink
        08/10/2009 23:41

        mais je peux pas effacer mon 1er commentaire. toi tu peux.

  37. 08/10/2009 23:59

    le récit se « battit »? nan je dois me méprendre, le Juif ne fait jamais de fautes, et c’est bien pour ça que ce blog est le dernier que je lis. pardon, je m’en vais.

  38. La grippée permalink
    09/10/2009 00:15

    Mille fois merci pour cet article que j’ai l’impression d’avoir écrit moi-même : ça fait des années que j’explique à mon entourage, tour à tour stupéfait / catastrophé / subitement distant :); que non, je n’ai pas vu 24, Desperate, Greys ou je ne sais quelle autre chose, et que NON je n’ai pas envie de les voir et que seules Twin Peaks et Six feet under font exception……….. Ahhh ça fait plaisir de trouver des gens lucides !
    Et je ne te souhaite pas d’avoir la grippe car depuis que je l’ai, mes amis me proposent/supplient de me filer des DVD de séries : ils ne comprennent pas que je préfère dormir ou regarder des DVD de films ou (la bonne vieille téloche et ses émissions). Ah quelle oppression 😉

    • 09/10/2009 01:33

      S’arrêter à Twin Peaks et Six Feet Under et ne jurer que par eux sans même avoir la curiosité d’essayer autre chose (Si tu as aimé ces deux séries, pourquoi ne serais-tu pas capable d’en aimer d’autres?), c’est aussi bête que de dire que toutes les séries du monde sont géniales et que c’est le meilleur moyen d’expression audiovisuel actuel.

      • 09/10/2009 10:30

        L’Arabe,
        au lieu d’agresser cette pauvre grippée sous pretexte qu’elle n’est pas encore contaminée par la seriophilie, tu ferais mieux de faire une pause-séries et de regarder certains dvd que tu possèdes depuis quelques années, toujours sous blister. Il y a, parmi eux, des films inoubliables que tu n’as toujours pas vu…donc c’est bien joli les séries, mais gardons le sens des priorités.

      • 09/10/2009 13:18

        Ca fait depuis hier que ça me démange de lui balancer ça! Merci JUIF!

      • Surella permalink
        09/10/2009 13:46

        Fais gaffe l’Arabe, ça sent la mise en vente prochaine ça!

  39. Yoos-F permalink
    09/10/2009 01:32

    Et Dexter? C’est super bien Dexter. Je veux bien l’avis d’Henri le criminologue dessus. A moins qu’on aie retrouvé des morceaux congelés de sa mère, auquel cas rien ne presse…

  40. amelo21 permalink
    09/10/2009 09:55

    ah oui je suis d’accord avec vous cher yoos-f dexter est vraiment genial

  41. Juliette permalink
    09/10/2009 10:29

    Moi, j’adore les endives braisées!
    Et « Six Feet Under ». Depuis, je me suis remise à lire et je n’ai plus le temps pour les nouvelles séries.

  42. Angélik permalink
    09/10/2009 10:34

    Comparer les séries avec le cinéma… pourquoi pas… moi j’ai un autre comparatif (je sais, je vais me faire sortir mais bon, c’est mon avis et ça n’engage que moi…)

    On va dire (et je dois encore être loin du compte car je ne regarde la télé qu’en soirée), que les différentes chaînes passent en moyenne une vingtaine d’épisodes toutes séries confondues par semaine.
    Donc pour l’année, nous sommes au minimum à (20*52) 1040 épisodes de séries passées…
    Coût de la redevance : 116 €
    116 € / 1040 = coût d’une série pour le spectateur : 0.11 €
    Coût d’UNE séance de cinéma : 9 € PAR PERSONNE (et je parle pas des frais indirects…) avec le risque d’aller voir un film de merde.
    Les séries, on les choisis en général.
    Alors oui, je défends les séries et j’adore ça.

    • 09/10/2009 10:40

      Oui, effectivement, ton raisonnement est parfaitement de nature à te faire, à tout le moins, prendre la direction de la porte ! 😉

  43. Marie permalink
    09/10/2009 13:21

    Je pense que la série a toujours existé, sous une forme ou une autre, et dans le monde entier.
    Dans de lointaines contrées, en des temps immémoriaux on a usé de l’oral pour raconter (indéfiniment) des histoires.
    Parfois, cela a donné lieu à des légendes, puis à des livres, ou des contes universellement connus. Des histoires à épisodes où se sont entrainées de grands auteurs qui paraissaient dans les journaux.
    Je pense que ça répond au besoin qu’on ressent tous d’entendre narrer des histoires, de s’évader de la vie, voire pour certains de faire l’apprentissage de la vie…

    Je ne suis pas experte en série. Je préfère le cinéma. Cela ne fait pas longtemps que j’ai une tv, d’ailleurs.

  44. Ôde permalink
    10/10/2009 11:21

    Qu’est-ce que t’as contre les endives braisées ???

  45. Estibé permalink
    11/10/2009 03:05

    Juste un détail sur Prison Break , il n’est pas enfermé dans une prison mexicaine mais panaméenne. LoL. Plutôt cool l’article même si je ne te rejoins pas trop dans le fond et je resterais tout autant cinéphile en dépit des séries que je mate sur mon ordi.

  46. bbone permalink
    13/10/2009 18:03

    Juste pour dire que je suis d’accord avec certains points, il faudrait que certaines séries s’arrêtent dès la 1ère saison (Prison break, super 1ère saison, puis j’ai arrêté à la saison 2, en ayant vu 2 épisodes de m****)…. mais il ne faut pas toutes les mettre dans le même sac !
    Le plus grand comique de tous les temps (je nomme Seinfield) a utilisé ce support pour diffuser ses blagues et c’est tant mieux ! Car quand je me refais l’intégral de Seinfield (le nom de la série) qui a duré 10 saisons, j’ai pas l’impression de me priver de sommeil 😉

    Non, si on est obligé de voir que Prison break par exemple existe encore 3ans (4 ?) après la fin de l’histoire, c’est plutôt la faute à la population médiocre qui regarde de la merde (La croisière s’amuse, les feux de l’amour ????? non mais sérieusement !) et qui fait tourner le business. (Oui, j’ai la prétention d’avoir de meilleurs goûts que la population médiocre, jvous em****)

    De plus, les séries sont pour moi un outil pédagogique… j’ai appris l’anglais grâce à Friends… si la télévision française diffusait tous ses programmes étrangers dans leur langues d’origine (st fr), les français aurait certainement moins de lacune en langue (je crois que cela se fait beaucoup dans l’Europe du nord)

    signé bbone, fan de 6 ft under, the sopranos, dexter, HIMYM, californication, FRIENDS (!), the office (j’ai regardé ce midi l’épisode s05e04, j’ai beaucoup ri), the black donnellys (pas de suite à la 1ère saison faute d’audience, alors qu’elle aurait mérité….), ROME (série historique), Plus belle la vie (je blague), 30 rock, et j’en oublie !

  47. Le Wasp permalink
    13/10/2009 19:16

    C’est dommage de tout mettre dans le même panier : comme si on voulait parler du Cinéma en citant Ninja Kid 3 et Barry Lindon (par exemple).

  48. vassili fokof permalink
    15/10/2009 01:19

    « L’exemple le plus édifiant est très certainement le cas Prison Break, récit qui voit le protagoniste s’évader dès la fin de la première saison; on croirait presque que les scénaristes, sans espoir quant à une éventuelle saison 2, ont mis tout ce qu’ils avaient dans le ventre et qu’avec le succés rencontré et les attentes du public, ont finalement eu recours à des ficelles (pour ne pas parler de respirateur artificiel) pour maintenir cette histoire en vie  »

    Et bien oui c’est ce qui s’est passé, il ne devait y avoir qu’une saison au départ. Pour le reste de la série le but était de gagner plus d’argent.. c’est quand même ce qui fait tourner le monde.

  49. Miles permalink
    20/10/2009 16:08

    Je m’inscris en faux!

    Raisonnement simpliste et trop général (les exemples sur prison break et 24 sont bons, mais ne passent pas à la généralisation).

    De + la comparaison avec le cinéma n’a rien à faire là.

Trackbacks

  1. Twitter Trackbacks for Quelques bonnes raisons de détester les séries télé. « C'est La Gêne [lagene.wordpress.com] on Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :