Skip to content

Madonna: Une Rétrospective (Première partie: les 80’s)

28/09/2009

Cette semaine, Madonna sort un Best of monstre intitulé Celebration, histoire de fêter dignement ses 25 de carrière et de mettre fin en beauté à son contrat avec Warner. Et comme je suis le pédé de la bande, je ne peux décemment pas me permettre de faire l’impasse sur le jubilé de celle qui fait figure d’icône ultime pour tous les homosexuels de l’univers, des confins de l’Ouzbékistan à la pointe du Cap Horn.

Je vous donc propose une rétrospective de la carrière de la dame. En trois parties, parce qu’il y a beaucoup à dire.

1958: Madonna Louise Ciccone naît à Bay City, dans le Michigan.

1963: Sa mère meurt prématurément alors qu’elle n’a que 5 ans. Ses futurs biographes prennent note.

1963-1982: Quantité de trucs sans intérêt ont lieu: école, adolescence, débarquage à New York, débuts difficiles. En deux mots, la routine.

1983: Pendant que le monde se remet du disco avec une sévère gueule de bois, Madonna débarque -le cheveu en pétard, de la dentelle rapiécée sur le dos, une jupe par-dessus ses bas résilles et recouverte d’assez de crucifix et de verroterie pour fournir une douzaine de brocantes spécialisées en bijoux fantaisie- avec un premier album sobrement intitulé Madonna. Holiday casse la baraque (et restera son hymne national), suivi par le très drôle Borderline et l’inoxydable Lucky Star. Un million d’années plus tard, force est de reconnaître que ce premier album est un assez irrésistible concentré de son pop-dance eighties, et qu’en ces temps de revival années 80, il a plutôt très bien vieilli, pour peu que l’on se délecte des sonorités d’improbables synthés et autres boites à rythmes crépitantes. Parmi les perles cachées de cette inestimable petite machine à remonter le temps : le très rock’n’roll Burning Up, et Think of Me, idéal pour transformer une séance d’aérobic en moment de pur bonheur.

1984: Madonna débarque aux premiers MTV Video Music Awards et entonne Like a Virgin, perchée sur un gâteau géant et vêtue d’une robe de mariée spécialement conçue pour faire le tapin, avant de se rouler par terre en couinant. En passant, elle entre dans l’histoire, et devient la femme la plus célèbre du monde. Britney Spears, qui a trois ans à l’époque, prend note. La chanson devient son titre phare et l’une des plus célèbres de l’histoire la pop, et l’album Like a Virgin sort dans la foulée. Comme la jeune fille n’aime pas s’entourer de manchots, elle a choisi Nile Rodgers, leader de Chic -qui vient tout juste de produire les blockbusters Diana pour Diana Ross et Let’s Dance pour Bowie- pour le lui confectionner. Carton plein. L’ironie du second single, Material Girl, passe inaperçue, et le surnom lui collera à la peau jusqu’à la mort. Malgré quelques titres inutiles (Love Don’t Live Here Anymore) ou grotesques (Over and Over), l’album demeure un classique incontournable de son époque, délectable boîte a bonbons pop dont le plus savoureux reste Dress You Up, imbattable pic de kitsch bariolé, aussi jouissif au premier qu’au douzième degré.

1985: Madonna tient son premier rôle au cinéma dans l’amusante comédie Recherche Susan Désespérément. Eclipsée par son blouson, elle se rattrape avec la chanson originale du film, Into The Groove, sans doute l’invitation à la danse la plus sublimement impérieuse de l’histoire de la pop. Puis elle épouse avec Sean Penn. Ce qui parait dingue aujourd’hui, non?

1986: Madonna sort True Blue. 24 millions de personnes l’achètent. Ou 12 millions de personnes l’achètent deux fois. Quoi qu’il en soit, c’est un succès. Madonna a grandi (ou mûri comme on dit dans le jargon musical), s’est fait couper les cheveux courts, a remisé ses oripeaux de punkette, et le public suit en masse. L’album, tel un Dr. Jekyll & Mister Hyde musical, se divise entre cinq singles monstres –Live to Tell, probablement sa meilleure ballade de la décennie; l’immortel Papa Don’t Preach; l’effervescent Open Your Heart; le pétillant True Blue; l’indéboulonnable La Isla Bonita- et le reste, composé de titres bâclés et inaudibles qui constituent sans doute le pire de sa discographie. Dans le même temps, Madonna et Sean, persuadés d’être la réincarnation du couple Bogart/ Bacall, se compromettent dans un mirifique navet, Shanghai Surprise.

1987: Pas échaudée par son Razzie Award de la pire actrice de l’année, Madonna s’enfonce avec Who’s That Girl, dans lequel elle singe très malencontreusement Judy Holliday, sans même parvenir à atteindre le niveau de Melanie Griffith. Second Razzie Award consécutif.

1988: Madonna soigne son orgueil blessé. Puis divorce.

1989: Madonna est un femme. Elle sort Like a Prayer et surprend tout le monde, prouvant qu’elle a ce qu’il faut pour durer. La chanson-titre, qui allie avec une grâce divine pop et gospel, est accompagnée d’un clip plutôt gentillet dans lequel la coquine fait un bisou à un Jesus Noir. Les vieux croûtons du Vatican s’étranglent avec leur osties, et les dirigeants de Pepsi révoquent le contrat publicitaire sur lequel ils s’étaient engagé avec la star, préférant perdre leurs sous que garder leur culotte. Le reste du monde écoute l’album, kaléidoscope de titres imparables aux sonorités éclectiques sur lequels Madonna, pour la première fois, semble vraiment parler d’elle. Le monde se demande si elle ne serait pas une artiste.

1990: N’ayant toujours pas compris que la musique lui réussit mieux que le cinéma, Madonna se met en ménage avec Warren Beatty (qui semble lui-même quelque peu embarrassé de la situation) puis tourne dans son adaptation très colorée de Dick Tracy, dans laquelle elle interprète une chanteuse de cabaret et de très belles chanson de Stephen Sondheim. L’aspect cartoon limite les dégâts, d’autant qu’un Pacino en plein délire désintègre tout ce qui tente d’exister sur un rayon de vingt kilomètres. (Notons que l’expérience Madonna aura sévèrement traumatisé le célibataire endurci et niqueur légendaire Beatty, qui s’est empressé après coup d’épouser Annette Bening et de lui fait quatre enfants.) Maligne, Madonna sort un album entier inspiré par le film intitulé I’m Breathless, dans lequel elle parodie comme une idiote le style musical des années 40-50, et qui ne serait qu’une vaste fumisterie si son dernier titre n’était une bombe nucléaire appelée Vogue –dont David Fincher tire un clip légendaire inspiré par les stars du Golden Age que la garce pille sans vergogne depuis toujours- prouvant qu’un album de Madonna n’est jamais un achat inutile.

Elle enchaîne ensuite avec le Blonde Ambition Tour, méga show divisé en « tableaux » pharaoniques qui réinvente le concept de spectacle, au cours duquel elle simule des relations sexuelles avec un lit. Le Pape, toujours aussi à la page, incite les chrétiens à ne pas assister au concert. Les chrétiens s’en cognent et s’y rendent en masse.

Madonna clôt la décennie avec son premier Best of, pertinemment titré The Immaculate Collection. A l’intérieur, un inédit qui annonce la décennie suivante : Justify My Love, merveille élégamment érotique concoctée avec Lenny Kravitz, dont le clip réalisé par Mondino, qui contient des bouts de fesses et de nichons, fait scandale et devient le tout premier à être interdit sur MTV. Pas impressionnée, la Diva le sort en VHS, et fait un nouveau carton. Épuisant.

Publicités
22 commentaires leave one →
  1. yumiko permalink
    28/09/2009 08:43

    mais…. comment peut-elle fêter 60 ans de carrière à 51 ans ?
    Madonna est balèze, mais quand même…..

  2. 28/09/2009 09:35

    C’est parce que une année de carrière de Madonna, ça donne l’impression de durer plus longtemps 😉

  3. 28/09/2009 09:36

    viiiite la suite !!! ^^

  4. 28/09/2009 11:23

    J’ai hâte de lire comment tu vas te sortir de ses 5 derniers concerts… 😉

    • Nora permalink
      28/09/2009 11:49

      pourquoi seulement les 5 derniers? :p

      • 28/09/2009 15:20

        Parce que j’y suis allé. 🙂
        Et que c’est quand même un crescendo horribilis jusqu’au dernier où là on a sobrement pu parler de foutage de gueule.

      • Nora permalink
        28/09/2009 15:26

        Un pote continue à y aller, concert après concert, même s’il dit que c’est une vieille peau, que le cri du cochon qu’on égorge est plus mélodieux et plus juste que la Madonne et qu’il rêve qu’on l’assomme à coups de micro tellement c’est du terrorisme auditif.

        Mais il continuera à y aller parce que c’est Madonna. 🙂

      • 28/09/2009 15:43

        « Mais il continuera à y aller parce que c’est Madonna ». Sigh. Pareil. Enfin, jusqu’ au dernier (Stiky & Sweet tour).
        Là, j’ai craqué et brisé le cycle infernal.
        D’autant que quand tu réfléchis à tous les supers concerts auxquels tu peux aller pour le prix d’un Madonna…

      • Nora permalink
        28/09/2009 16:50

        Tu m’etonnes, faudrait que je vende au moins un rein à un baron de la drogue pour me payer une place sans trop culpabiliser.

        1 place pour Madonna = environ 10 concerts….mon choix est fait 😀

  5. Signy permalink
    28/09/2009 15:55

    Quand je me rend compte de tous les titres que j’aime et qui sont sortis bien avant ma naissance, ça me donne vraiment l’impression d’être un bébé tout juste sorti de ses pampers…

  6. 28/09/2009 15:58

    pour résumer, elle alterne flop et top avec une dextérité propre aux partitions de symphonie, c’est ça ?

    j’avoue : madonna, je la trouve laide, je n’ai jamais dansé sur ses chansons et quand je la vois aujourd’hui en justocorps fluos, je me dis qu’elle devrait prendre exemple sur ma mère et foutre enfin la paix aux jeunes.

    mais ce n’est que mon avis, naturellement 🙂

  7. Axelle permalink
    28/09/2009 18:02

    si ce n’est pas à 50 ans, j’espère que pour ces 60 elle arrêtera de se prendre pour Marilyn. C’est lassant à la fin.

  8. P2L permalink
    29/09/2009 00:10

    « Et vu que je suis le pede de la bande »
    Je me posais la question l’autre jour: qu’est-ce qui fait d’une chanteuse une icone gay?
    Madonna, Dalida, Mylene Farmer..?
    Pourquoi? qu’ont-elle de different des autres chanteuses?

    Si Mr Le pede pouvait identifier pour nous le moment ou la periode ou Madonna a ete consacree « icone gay », ca eclairerait ma lanterne…

    Je pense pour ma part que cette grande dame de la chanson produit de la soupe indigeste sur lequel je n’ai aucun recul: ayant grandi dans les annees 80, j’ai entendu ad nauseam toute sa production, alors meme que mes gouts musicaux n’etaient pas definis. Comment alors emettre une opinion objective sur un truc qu’on connait tous par coeur, qu’on a tous entendu 200 fois meme si on ne le voulait pas et qui continuera a nous hanter a jamais…?

    La fascination pour une certaine musique des annees 80 est finalement selon moi liee a un desir regressif de retourner en enfance, et n’a rien a voir avec des qualites musicales objectives. Les annees 80, c’est le debut de MTV, des clips, des maisons de disques qui commencent a comprendre le marketing, du bling bling…bref la premiere generation qui s’est fait conquerir le cerveau a coup de tele.

    Je me demande meme si le revival des annees 80 ne s’appuie pas finalement beaucoup sur du second degre: « oui c’est de la merde, mais on s’en fout, on connait tous, on fait la pouffe (je ne dis pas que ca ne m’est jamais arrive de faire la pouffe), on se marre, etc.. »

    Mais ce n’est que mon humble avis.

    Thx,
    P2L
    (Sorry pour les accents je suis en qwerty)

    • 29/09/2009 01:32

      En effet, il y aurait un article à écrire sur les chanteuses à pédé.
      A l’époque, on émettait tout un tas d’hypothèses socio-psychologisantes (Madonna incarne la marginalité, elle encourage la différence, elle prône la liberté sexuelle, donc forcément les pédés s’y retrouvent) mais depuis que cette fascination s’est étendue à Britney Spears, Lady Gaga et consorts, force est de reconnaître que la catégorie de pédés qui idolâtrent ce type de chanteuses est juste éblouie sans aucune espèce de discernement par n’importe quelle pétasse à la féminité outrancière qui montre son derrière emplumé dans une tenue clinquante, même si celle-ci est en réalité un pic de conformisme.

      Par ailleurs, indépendamment du marketing, je pense que la décennie 80 a produit quelques très bonnes choses en musique (New Order, Cure, Prince, Jackson, Depeche Mode pour ne citer que les plus gros) donc le revival 80’s n’est pas forcément que régression.

      • 29/09/2009 07:58

        Sur le sujet, quelques éléments de réponse ici sur le cas fascinant de Mylène Farmer (fascinant, parce que bon on peut dire ce qu’on veut, mais Madonna a quand même produit quelques excellents morceaux et autres tubes imparables – et oui, l’imparabilité, en musique, c’est une forme de qualité qui se respecte, je trouve – alors que Mylène, ça m’échappe vraiment). Ca fait pas avancer la recherche des masses, mais y a deux ou trois perles…
        Quant aux années 80, il me semble effectivement extrêmement important de ne pas tout mettre dans le même sac. Le taux de daube produite dans cette glorieuse décennie ne me semble pas significativement plus élevé qu’à d’autres époques, tu y as juste été davantage confronté et ça t’as davantage traumatisé, P2L, pour les raisons que tu cites (et sans doute aussi à cause des nichons de Sabrina et Samantha Fox, d’une violence inouïe pour des ados en pleine construction).

      • 29/09/2009 10:10

        Vous me ferez la grâce d’oublier l’horrible « s » à « ça t’as ». Il était tôt. J’avais un œil collé et les doigts gourds. Et puis d’abord, c’est quoi ce blog de connards où on peut pas corriger ses posts ?

  9. Blithilde permalink
    29/09/2009 11:37

    une forte tendance vieille peau aujourd’hui…
    catastrophique dernière campagne Vuitton où on lui donne 15 ans…

    mais ses morceaux là (Vogue surtout), même si argument du « pas le choix », du « régression » sont forts…très forts!

  10. P2L permalink
    29/09/2009 15:51

    je tiens a preciser que j’ai dit « une certaine musique des annees 80 ».
    Donc non, je ne mets pas tout dans le meme sac…Mais je trouve quand meme que la daube y fut surrepresentee.
    Bref, je suis content de ne pas avoir eut 10 en 1980.
    Ma garde robe aussi.

    Bonne journee,
    P2L

  11. P2L permalink
    29/09/2009 15:52

    « pas avoir eut 10 ans »

    Sorry

  12. Nita permalink
    29/09/2009 17:53

    « Le Pape, toujours aussi à la page, incite les chrétiens à ne pas assister au concert. Les chrétiens s’en cognent et y vont. »

    Mais c’est quoi ce blog de connards où on ne fait pas la différence entre « catholique » et « chrétien » ?

    Et Madonna ? mmmmmm toute ma jeunesse, mon p’tit gars.

  13. 16/11/2009 00:01

    Excellente biographie ! Drôle et juste.
    J’attend la décénie suivante avec impatience…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :