Skip to content

Tout ce que vous direz sera retenu contre vous

24/09/2009

Il y a quelques jours, à l’occasion d’un dîner en ville, un homme assez sûr de lui, intelligent, plutôt cynique, a lâché d’un ton péremptoire : les Nations Unies, ça ne sert à rien. En temps normal, je me serais insurgée parce que je pense sincèrement le contraire. Mais face à tant de suffisance et face à un homme dont les convictions religieuses l’empêchaient de me regarder dans les yeux, je me suis contentée de sourire et de le laisser à ses certitudes occultes.

Mardi 22 septembre, une agence spécialisée des Nations Unies, qu’il fustigeait tout particulièrement, lui a donné tort et a, en même temps, donné une belle leçon à l’humanité. Cette leçon ce sont les limites de la realpolitik et la puissance des mots.

Lorsque même les plus convaincus, comme pouvait l’être en son temps notre actuel Ministre des affaires étrangères, baissent les bras (Bernard Kouchner, le même homme qui a créé Médecins sans frontières, a récemment souligné la contradiction entre un Secrétariat d’Etat aux droits de l’homme et la conduite d’une politique étrangère), les Nations Unies prouvent que nous avons raison d’avoir, parfois, confiance en l’Homme. C’est en tous cas ce que j’ai ressenti et ce que j’ai envie de partager.

Farouk_HosniIl était une fois un type qui aurait dû fermer sa bouche au lieu de l’ouvrir, sans réfléchir, un jour de mai 2008. Cet homme s’appelle Farouk Hosni. Il est le Ministre de la culture égyptien. Il briguait le poste de Directeur général de l’UNESCO. Il était sûr de lui, sûr de l’emporter dès le premier tour d’une élection qui en prévoyait jusqu’à cinq. Il avait annoncé sa candidature très tôt et avait dans la foulée obtenu le soutien de la Ligue arabe et de l’Union africaine, lui assurant 20 voix sur les 58 du Conseil exécutif et sur les 30 nécessaires pour être élu. Et pourtant, il va pouvoir rentrer chez lui, bredouille, mais porteur d’une grande leçon pour un homme de 71 ans et ministre depuis 22 ans (oui, 22 ans !) : tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Même quand on se croit isolé et à l’abri des oreilles indiscrètes.

L’histoire de ce monsieur, c’est l’histoire d’un suicide sur la scène du multilatéralisme. Il était le premier dans la course, le premier et le seul à réellement faire campagne, un candidat porté par son pays et son Président qui a enchaîné les déplacements pour son Ministre de la culture et ami. Des soutiens qui s’enchaînaient, Brésil, France, Etats-Unis, Italie, Espagne, etc.

Jusqu’à la gaffe. Le dérapage. Le lâchage.

Harcelé, semblerait-il, par un islamiste des Frères musulmans (ces derniers ne portent pas Hosni dans leur coeur pour son opposition au port du voile par les femmes et son homosexualité quasi-avérée), il finit par lâcher, après des questions insistantes sur la présence supposée de livres en Hébreu dans les bibliothèques de son pays que s’il y en avait il les brûlerait lui-même. Le disque se raye.

Il brûlerait des livres. Peu importe quels livres, les circonstances, l’impulsivité, le pétage de plomb, peu importe le conflit israélo-palestinien. Il l’a dit. Il brûlerait des livres. Un ministre de la culture. Candidat au poste de Directeur général de l’UNESCO.

L’UNESCO, l’agence « intellectuelle » des Nations Unies. L’agence qui représente l’Education, le savoir, l’enseignement, la Culture, la diversité culturelle, le patrimoine culturel de l’humanité, l’histoire, le dialogue interculturel, les Sciences, sciences naturelles, sciences humaines, sciences sociales, la connaissance, la réflexion, la Communication et l’Information, la liberté d’expression. Le livre. Et voici un homme qui sait employer dans la même phrase le verbe « brûler » et le mot « livre ». Brûler des livres.

Après un récent scandale dans l’Organisation parce que des livres avaient été détruits pour faire de la place pendant les travaux, après les heures sombres de l’Histoire que rappelle cette phrase, comment des hommes, des gouvernements ont ils pu continuer de le soutenir ? Comment l’idée de brûler des livres peut-elle traverser l’esprit d’un homme qui se veut le visage et le nom de la culture dans le monde ?

Pourtant, même après ces propos, le réalisme politique voulait qu’Hosni soit élu. Après une rencontre au sommet Netanyahou-Moubarak, Israël a indiqué ne pas s’opposer à l’élection de l’Egyptien et a demandé à ses Ambassadeurs de cesser tout lobbying à son encontre. Israël avait obtenu des compensations, a-t-on pu lire ici et là. Quel a été le prix du silence ? De la lâcheté ? Le sacrifice de la culture au profit de quoi ? On ne le saura probablement jamais et ça vaut mieux pour ma santé mentale. Toujours est-il que la non-objection d’Israël permettait aux pays européens, au premier rang desquels la France, de ne pas s’opposer non plus à son élection. Si la France n’a jamais annoncé officiellement qu’elle soutenait Hosni depuis son dérapage verbal, elle n’a jamais dit le contraire. On sait de plus aujourd’hui, que la réponse d’Hosni à une tribune assassine à six mains (Bernard Henri Lévy, Claude Lanzmann et Elie Wiesel) parue dans Le Monde, a été en partie rédigée (ou du moins « relue ») par Henri Guaino, le fameux conseiller/scribe de Nicolas Sarkozy.

Mais, contre toute attente, la realpolitik a ses failles. Hosni était le favori. Contre lui, pendant longtemps, seulement deux candidates un peu absentes. Soudain, peu avant la date buttoir, c’est une pluie de candidats qui tombe du ciel. Dont deux Africains, supposément désignés pour diviser les votes de leur groupe régional et diminuer les soutiens pourtant promis au favori du Caire victime d’un désaveu progressif.

Ce n’est pas un tour mais cinq qu’il aura fallu pour éliminer le candidat du réalisme politique. Et ce n’est qu’au terme d’intenses tractations entre pays européens divisés que certaines valeurs l’ont finalement emporté. Et si les Nations Unies ne doivent servir qu’à ça : nous rappeler de temps en temps que l’union des peuples et des nations est plus forte que l’obscurantisme et les intérêts matériels, et bien je dis vive les Nations Unies ! Et tant pis si c’est un gouffre à fric, un machin un peu fatigué et ronronnant, une bureaucratie étouffante. Parce que ce sont des lieux où les grands de ce monde se regardent dans le blanc de l’oeil, se disent : un pays comme le votre va-t-il réellement laisser élire un homme comme lui ? Et finissent par convaincre. Peut-être que ce Hosni n’est pas un brûleur de livres antisémite, mais juste un impulsif harcelé par des hommes abreuvés de convictions religieuses différentes de celles de mon voisin de table mais non moins aveuglantes. Peut-être. Toutefois, dans le doute, et avec un enjeu si lourd symboliquement, on ne peut pas laisser passer certains mots. Ils sont 31 sur 58 à avoir décidé qu’il n’y avait pas de place pour le doute, une majorité à avoir prouvé que plus de 60 ans après sa création, la mémoire de l’UNESCO est vive et les réflexes en place.

bokovaIrina Bokova, la nouvelle Directrice générale de l’UNESCO.

Publicités
34 commentaires leave one →
  1. davidgeridoo permalink
    24/09/2009 09:35

    Merci, la meuf ! Quand j’ai entendu l’info à la radio hier matin, ça m’a mis en joie pour la journée ! =D
    Et je brûle d’envie de découvrir le livre de François Mitt… euh, de VGE ! (Moi aussi, je peux employer « brûler » et « livre » dans la même phrase.)

  2. 24/09/2009 10:32

    une femme, directrice? c’est pas plus mal je trouve.

    • Trodan permalink
      24/09/2009 14:12

      Pourquoi ? Les hommes sont-ils moins con pétants (:) )que les femmes ?
      Moi qui pensais que les deux sexes avaient les mêmes capacités.

      • 24/09/2009 15:33

        Parce que c’est la première fois à l’UNESCO.

      • Trodan permalink
        25/09/2009 10:45

        Je ne voit toujours pas.
        Pourquoi est-ce « pas plus mal » qu’une femme soit à ce poste et ce pour la première fois ?
        Et si c’est « pas plus mal » qu’une femme soit pour la première fois a ce poste, la deuxième fois cela sera « plus mal » ?

        Je m’excuse de toutes ces questions, mais j’ai du mal a trouver le raisonnement qui vous as amenées à penser qu’il valait mieux une femme qu’un homme.

      • 25/09/2009 10:57

        Pas plus mal, parce qu’il est encore très rare de voir des femmes atteindre des postes de haut niveau comme celui-ci. Donc ça fait plaisir de voir que désormais les politiques font confiance à une femme pour accéder à ce niveau de responsabilités.
        Si c’est le terme « pas plus mal » qui dérange, c’est simplement une façon de parler, comme « aussi bien » par exemple.
        Donc non, la deuxième fois ça ne sera pas « plus mal », ça sera tout aussi bien.
        Et ce n’est pas qu’il vaille mieux une femme qu’un homme, c’est simplement que c’est plaisant de voir, de temps en temps, une femme gagner une élection, diriger une grande entreprise ou une organisation internationale comme l’UNESCO. Voilà.

  3. 24/09/2009 10:36

    J’avais loupé la tribune de BHL Lanzman et Wiesel – merci.
    L’annonce m’a également mis en joie.
    Contrairement à ton ami aux propos lapidaires (à défaut d’autre chose), je ne pense pas que l’ONU ne serve à rien.
    En revanche, j’ai la désagréable impression que le concert des Nations y trouve les mêmes limites qu’avec feue la SDN, et que les difficultés d’une décolonisation mal (di) gérée aboutit, entre autres, à cette situation ubuesque où il faut 5 tours!! pour prendre une décision évidente.
    Giraudoux faisait dire à Ulysse dans la Guerre de Troie (oui je suis un peu monomaniaque) : « c’est seulement que nos peuples nous ont donné pleins pouvoirs, qu’ils nous ont isolés, pour que nous goûtions mieux , au dessus de la catastrophe, notre fraternité d’ennemis. Goûtons-la. C’est un plat de riche. Savourons-la… mais c’est tout. Le privilège des grands, c’est de voir les catastrophes d’une terrasse ».
    Je crains que l’ONU ne devienne que cette terrasse.

    • 24/09/2009 12:05

      Oh Ripit00 il a une tête!

      • 24/09/2009 14:20

        Ah oui. J’ai surtout un corps de rêve (Arabe-style!).

    • 24/09/2009 14:24

      Il faut croire que la décision n’était pas si évidente que ça d’autant qu’au début ils étaient neuf candidats, et n’ont été plus que deux qu’à partir du quatrième tour à l’issue duquel ils sont arrivés à égalité.

      L’ONU ne sera jamais aussi limitée que la SDN ne serait-ce que parce qu’elle regroupe la quasi-totalité des pays du monde, y compris les Etats-Unis (qui ne faisaient pas partie de la SDN qu’ils ont pourtant contribué à créer).

      Quant à la question de la terrasse de Giraudoux, il vaut mieux qu’il n’y en ait qu’une sur laquelle 192 « grands » peuvent discuter que 192 différentes et isolées.

      • 24/09/2009 15:11

        Je te l’accorde volontiers, j’avais gardé le souvenir inexact qu’il était seul en lice initialement. Au temps pour moi.

        Sur l’ONU, l’argument de la participation des USA me convainc d’autant moins que selon moi, ils considèrent cette plateforme comme un instrument d’alignement non contraignante (et ne la financent qu’avec moult réticence). Le parallèle avec la SDN me paraît néanmoins valable: j’ai le sentiment que l’ONU se fossilise faute de s’adapter au grand nombre de ses membres, à leur diversité de structures politiques et aux changements des grands équilibres économiques.
        Tu me diras qu’une fois qu’on a dit ça, on est bien avancé… et je ne pourrai que plussoyer. 🙂

      • 24/09/2009 15:39

        Tu as raison sur « l’instrument d’alignement non contraignant », la guerre en Irak nous l’a bien démontré, mais il ne faut pas oublier qui était à la tête des Etats-Unis à l’époque. Par ailleurs ça change quand même la donne qu’ils soient membres et même s’ils mettent du temps à payer leurs arriérés, ils ne contribuent pas avec tant de réticences que ça et restent les premiers contributeurs.
        Sur la fossilisation, c’est une vraie question dont la réforme du Conseil de sécurité est sans doute la seule (mais improbable) réponse.

  4. 24/09/2009 10:37

    BHL, Claude Lanzmann et Elie Wiesel sont ambidextres ?

    • 24/09/2009 14:18

      Peut-être, qui sait, en tous les cas leurs écrits sont dactylographiés.

  5. eMhidou permalink
    24/09/2009 11:15

    « En temps normal, je me serais insurgée parce que je pense sincèrement le contraire. » Pourtant, souvent, et surtout pour les questions de hautes vitalité, l’avis de l’ONU ne sert à pas grand chose (MINUK, Irak, une bonne dizaine de résolutions concernant le conflit israélo-palestinien…)

  6. Annem permalink
    24/09/2009 11:49

    J’aime beaucoup ta vision, la meuf, ce côté idéaliste assumé. Je suis assez comme toi, bien que je sache que la plupart du temps, c’est la merde, la géopolitique, croire que ces organisations sont quand même capable de renvoyer des messages positifs comme celui-là, et qu’au milieu de toute cette bureaucratie, le fond, le but, les valeurs constitutives sont encore là, ça rassure. C’est connaître les défauts, mais choisir de regarder les qualités. J’aime ça.

  7. bob permalink
    24/09/2009 12:04

    « C’est connaître les défauts, mais choisir de regarder les qualités. »

    je te citerai Annem
    (mais je la ferai mienne, parce que je suis un gros connard)

  8. Marie permalink
    24/09/2009 12:31

    Choisissons de voir le côté optimisme des choses alors…en plus il parait que c’est bon pour la santé 😉

  9. 24/09/2009 12:36

    Merci la Meuf pour ce très beau billet. Ca fait du bien.

  10. 24/09/2009 13:40

    Je pinaille grammaticalement mais c’est quoi une «homosexualité quasi-avérée»? A un doigt de plus, il s’avérait pédé ?Ça veut dire qu’il s’est arrêté juste avant le trou ? En tant que pédé complètement avéré, je suis confuse. C’est pas plutôt une homosexualité quasi-publique ? ou une homosexualité connue de presque tous ?

    • 24/09/2009 14:16

      Quasi-avérée dans le sens de quasi-certaine.

    • 24/09/2009 14:32

      J’aimerais plussoyer mais ne puis car je ne suis pas certain qu’un doigt suffise.
      Néanmoins (rien de particulier à faire cet aprèm, le plaisir de votre conversation, un peu de dopamine post gym) je relancerais bien certains connards sur leur définition de l’homosexualité.
      Parce que c’est pas évident, s’pas?

      Et tant que j’y suis, je vous livre ma question du jour: une minorité opprimée, n’est-ce pas une sorte de truisme?

      • Philippe de Thrace permalink
        24/09/2009 14:43

        Ben non, c’est pas un truisme. C’est peut-être moins courant quand l’idéologie dominante est celle d’une démocratie molle, mais enfin, les aristocrates sous l’ancien régime ou les sunnites irakiens du temps de Saddam Hussein étaient des minorités carrément opprimantes. Et sans aller jusque-là peut on dire des roux, des gauchers, des mangeurs d’escargots, des irréductibles des Nike Air, et des experts comptables qu’ils sont opprimés, même s’ils ne représentent qu’une partie de la population inférieure à 50%?

      • 24/09/2009 14:54

        @Philippe de Thrace
        Ah ah ah! Ok, très mérité (la dopamine, sans doute…). Transformons la proposition: une minorité a vocation à être opprimée, à moins de devenir opprimante?
        Et effectivement, les roux, les gauchers et les experts-comptables mériteraient totalement une bonne oppression des familles.

      • Philippe de Thrace permalink
        24/09/2009 15:13

        Les roux et les gauchers qui brûlaient sur les bûchers au moyen âge ont déjà donné… Mais les experts comptables méritent tout à fait d’être désignés comme victimes expiatoires et bouc-émissaires pour :
        1/ La crise
        2/ La grippe porcine
        3/ Le réchauffement climatique
        4/ L’insupportable existence de Mouammar Khadafi, VGE, Alain Delon, Mathieu Kassovitz et Mélanie Laurent
        5/ Notre suspecte oisiveté à tous deux un jeudi après-midi…

  11. 24/09/2009 14:08

    Respect, La Meuf. Respect, les meufs.

  12. 25/09/2009 17:19

    Ah, ben ça y est, on a failli attendre, mais c’est confirmé, c’est un coup du lobby juif et de son allié américain ! http://tinyurl.com/yblcuxl

  13. oggy permalink
    26/09/2009 01:03

    s’il faut se réjouir ce n’est pas parceque ce mec a une phrase malheureuse, c’est surtout parceque ministre à vie il a ruiné le scène culturelle de son pays qui représentait pourtant à peu de choses près 99.99% de la production culturelle arabe.

    Ce type est juste une merde incompétente et c’est pour ça qu’il ne devait pas être élu à un poste symbolique, pas à cause d’une phrase lâchée face à un « akh », que la cavalerie BHLienne récupère parcequ’il y avait « hébreux » quelque part dedans

  14. oggy permalink
    27/09/2009 00:00

    tu serais indulgent toi aussi si tu savais ce que signifie « discuter avec un barbu », surtout dans un pays où la rue leur a été laissée en échange du pouvoir

  15. La Roumaine permalink
    05/04/2011 18:59

    Je déterre ce billet étant donné que j’en suis encore à écumer vos archives. Merci pour cette info, même vraiment à la bourre, je cherche souvent de bons arguments pour défendre (un tout petit petit peu) les Nations Unies. Juste une précision, et c’est ce qui m’a poussée à commenter : Bernard Kouchner n’a PAS créé MSF. Il a fait partie des pionniers du bordel, c’est vrai, il a surtout été le seul à se dire que « créateur de MSF » c’était un truc cool sur un CV. Donc rameutons les caméras, histoire qu’elles diffusent l’info. La vraie histoire est beaucoup moins à son avantage, mais ça bien sûr, il ne le dit pas trop fort. Je hais ce mec. Si jamais ça intéresse quelqu’un, ce bouquin est une pépite : http://www.amazon.fr/M%C3%A9decins-sans-fronti%C3%A8res-Anne-Vallaeys/dp/2213616760
    Merci encore et toujours pour votre plume.

  16. Emy permalink
    28/09/2011 02:07

    « Il brûlerait des livres. Peu importe quels livres, les circonstances, l’impulsivité, le pétage de plomb, peu importe le conflit israélo-palestinien. Il l’a dit. Il brûlerait des livres. Un ministre de la culture. Candidat au poste de Directeur général de l’UNESCO. »

    Que j’ai pu être d’accord avec ce principe ! Mais un jour, j’ai lu « Twilight » et tout a basculé…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :