Skip to content

Pourquoi les plus grandes actrices du monde rament à la télé?

22/09/2009

Une vieille légende veut que le téléphone des actrices américaines cesse progressivement de sonner à partir de leur quarantième anniversaire, jusqu’à ne plus sonner du tout lorsqu’elles atteignent le cinquantième. Selon cette même légende, il n’y aurait de place à Hollywood que pour une seule actrice cinquantenaire.

En regardant les Emmy Awards dimanche soir, j’ai réalisé que cette légende n’était pas du tout une légende.

997262b6-60bc-4217-b55f-63eec645f92dC’est Jessica Lange qui a remporté l’Emmy de la meilleure actrice dans un téléfilm pour son interprétation apparemment grandiose de Big Edie Bouvier Beale dans l’adaptation (supposément excellente) par HBO de Grey Gardens. Je suis ravi pour Jessica (qui ferait bien de mettre la pédale douce sur le botox tout de même), et MERCI HBO, vous êtes les meilleurs du monde, heureusement que vous êtes là pour rehausser le niveau de la télé, et blablabla… Mais juste une question: pourquoi est-ce qu’on doit se manger des connasses inutiles et interchangeables comme Katherine Heigl, Michelle Monaghan ou Jessica Biel au CINEMA pendant que JESSICA LANGE croupit à la télé?

Déjà, pourquoi ce film n’a-t-il pas été distribué au cinéma comme cela était prévu à l’origine du projet? Parce qu’aucune des deux actrices principales ne fait bander John Q. Public? Mais depuis quand le cinéma est-il sommé de ressembler à un dépliant Playboy? Et pourquoi ne mettrait-on pas plutôt les pétasses derrière le petit écran pour occuper le chaland pendant qu’il bâfre sa pizza, et les grandes actrices dans des grandes salles, comme il se doit?

Et surtout, pourquoi Robert de Niro, complètement sénile et jouant avec les deux mêmes grimaces depuis une bonne quinzaine d’années, se voit encore offrir des premiers rôles à plus de 65 ans? Pourquoi Anthony Hopkins et Morgan Freeman, tous deux en pilote automatique depuis un bail, sont-ils aussi sollicités, malgré leur 72 ans d’âge?

Les grandes actrices ayant dépassé la cinquantaine ne manquent pas; ce qui manque, ce sont plutôt les rôles. Jugez par vous-même: dans la même catégorie, face à Jessica, Ripley herselfSigourney Weaver, dont le dernier grand rôle remonte à 1997 dans The Ice Storm (allez, 1999 dans Galaxy Quest si je suis d’humeur généreuse) et la légendaire Shirley MacLaine, qui n’a véritablement été bien utilisée qu’une fois ces 20 dernières années (In Her Shoes, en 2005). Je les entends déjà pleurnicher quand elle aura passé l’arme à gauche, ces hypocrites:

Shirley MacLaine était unique, irremplaçable, l’une des dernières vraies stars du grand Hollywood! Quelle perte pour le 7eme Art! Jamais personne ne lui arrivera à la cheville!

ALORS PROFITEZ-EN PENDANT QU’IL EST ENCORE TEMPS ET FAITES-LA TOURNER BORDEL!

Vous me direz, ce sont des telefilms, des one-shots, presque du cinéma finalement. Mais quid des séries?

Dans les catégorie actrice de séries, une hécatombe de déesses que le cinéma a perdu:

glenn-close-et-son-emmy-award_33534_w300Glenn Close, qui, après avoir régné sur les années 80 avec la Streep (5 nominations aux Oscars en 7 ans), n’a plus jamais retrouvé de rôle à sa mesure, se laissant peu à peu enfermer par Hollywood dans des emplois de gorgones démoniaques de plus en plus stéréotypés, jusqu’a ce que la chaîne FX ne lui construise une série un cercueil dans lequel elle pourra continuer à jouer la gorgone démoniaque jusqu’à la fin de ses jours. En montant sur scène chercher son deuxième Emmy pour Damages, Glenn a clamé fièrement que ce personnage était probablement le rôle de sa vie (note à Glenn: revoir Les Liaisons Dangereuses).

Face à elle, entre autres, Sally Field et Holly Hunter. HOLLY HUNTER. Savez-vous seulement ce que cette femme est capable de faire? Avez-vous vu Broadcast News, Arizona JuniorThirteenCrashLiving Out LoudLA PUTAIN DE LEÇON DE PIANO??? Une actrice de cette trempe obligée de jouer une série de deuxième ordre pour ne pas pointer au RMI, ça ne fait mal au coeur à personne, quand cet abat-jour de Jennifer Aniston enfile autant de comédie romantiques qu’elle le désire sur grand écran?

r439318_2116830Idem dans la catégorie comédie, où ma jubilation de voir gagner Toni Collette, l’une des toutes meilleures actrices contemporaines, qui me ravit depuis à peu près quinze ans, fut fortement tempérée par le fait que depuis que sa série, United States of Tara, a démarré, elle n’a plus aucun projet ciné. D’autant que si elle est effectivement spectaculaire dans ce rôle de femme aux multiples personnalités, la série elle-même, crée par Diablo Cody, l’auteur très en vogue de Juno, ne vole pas très haut. Il est rassurant de voir que la télé américaine est là pour offrir des rôles complexes à de actrices singulières, mais pourquoi n’est-ce pas le cinéma qui s’y emploie?

Du côté des seconds rôles, des lumières du théâtre qui n’intéressent pas grand-monde à Hollywood (Cherry Jones, Janet McTeer, Kristin Chenoweth) et encore une flopée des grandes actrices de cinéma criminellement sous-employées (Dianne Wiest, Marcia Gay Harden), à l’image de la lauréate du prix du meilleur second rôle pour un téléfilm, Shohreh Aghdashloo. Qui est cette personne au nom imprononçable, me direz-vous?

Une actrice iranienne, qui fut brièvement une star dans son pays en tournant notamment avec Kiarostami, avant que la Révolution des barbus mal lavés ne la contraigne à fuir pour l’Angleterre en 1979. Ca n’est qu’en 2003 qu’elle refit surface, dans House of Sand and Fog (jamais distribué en France, forcément), où elle était phénoménale en épouse éplorée de Ben Kingsley. Après sa nomination à l’Oscar du second rôle plus que méritée, j’ai attendu en vain la suite. Miniscules rôles de-ci de-là, et finalement récupérée par la télé, d’abord dans 24 Heures, puis dans ce House of Saddam qui lui a valu un Emmy.

Regardez cette femme. Dites moi si elle n’est pas belle, sexy, élégante, et si elle n’a pas une des voix les plus magiques qu’il vous ait jamais été donné d’entendre.

Si j’ajoute à tout cela qu’elle a un talent immense, et vous pouvez me croire sur parole, vous allez me demander: pourquoi ne l’ai-je jamais vue au cinéma?

Réponse: parce qu’elle a 57 ans.

Advertisements
58 commentaires leave one →
  1. gizmo permalink
    22/09/2009 07:17

    Hum, mouais. Et le côté financier de la chose? C’est bien beau de se lamenter sur leur disparition du « grand » écran, mais au vu de l’explosion des séries, et surtout de leur budget, il serait peut-être bien de se demander si elles n’y trouvent pas aussi une rentrée dé’argent régulière bienvenue dans un pays où la notion de sécurité social n’est qu’un vague mythe.
    Il serait intéressant de comparer combien de grands acteurs tournent encore régulièrement, au ciné comme à la TV, vis-a-vis des grandes actrices, ainsi que leurs porte-feuille respectifs.

    • 22/09/2009 12:48

      Bien évidemment qu’elles y trouvent des rentrées d’argent régulières (sans blague?), mais ça n’est pas ce que je questionne, ce sur quoi je m’interroge, c’est le manque d’opportunités pour des femmes de cet âge (et de ce talent) au cinéma. Que la télé les sollicite, tant mieux, mais pourquoi QUE la télé?

      Car comme je l’ai déjà dis plus haut, ça n’est pas un problème pour les acteurs de trouver des rôles juteux, financièrement ET artistiquement: De Niro, Freeman, Hopkins, Nicholson, Pacino, Dustin Hoffman, Eastwood, Gene Hackman, Robert Duvall,Tommy Lee Jones, pour ne citer que les plus agés qui me passent par la tête, n’ont pas eu de trop de mal à trouver, même passé 50 puis 60 ans. Et aucun d’entre eux n’a véritablement abordé la télé (sauf exceptions->Angels in America pour Pacino, qui est probablement le projet le plus prestigieux de l’histoire de la télé américaine, donc bon).

      Il n’y a qu’a regarder la liste des nominations pour les hommes aux EMMYS, dans les catégories série: aucun ancien acteur de ciné reconverti, a l’exception notable d’Alec Baldwin, qui tourne encore beaucoup pour le ciné.

  2. ripit00 permalink
    22/09/2009 09:10

    Shirley MacLaine était unique, irremplaçable, l’une des dernières vraies stars du grand Hollywood! Quelle perte pour le 7eme Art! Jamais personne ne lui arrivera à la cheville!
    Comment ça elle n’est pas morte?
    Tu déconnes!
    Nooooooon?

  3. La Folle permalink
    22/09/2009 09:13

    Mutin perde !
    Moi aussi avec 2 paquet de brunes par jour et un hyper-chirurgien je te fais la même ! 57 ans … et tout est d’origine ?
    Je ne remets pas en cause son talent c’est juste que le fait que ces femmes (qui pour la plupart n’ont plus rien à prouver) font le jeu de leurs bourreaux et ça m’agace !
    Pourquoi depuis que le monde est monde on passe notre temps à nous dire que nous sommes libres et égales des hommes pour ensuite nous bourrer de slim fast, nous torturer sur des talons aiguilles, culpabiliser la mère qui travaille, et angoisser la 40aine rayonnante de nombres d’entre nous pour une pâte d’oie un peu marquée (pourtant signe bons moments) ???
    Tu le sais toi le Pédé ? Mieux est que tu sais pourquoi on le fait toutes ? Ça me dépasse !

  4. Blithilde permalink
    22/09/2009 09:18

    petites précisions…
    concernant Sigourney par exemple, un excellent rôle dans « snow cake » en 2007, et 5 films en préparation ou en attente de sortie…
    Meryl Streep => 7 films en préparation, 13 films ces 3 dernières années… alors serait-elle l’exception qui fait la règle?

    et le point financier soulevé par Gizmo me semble assez notable… des séries plus chères en production que des bouses « Hegeliennes », et certes limitée aux petits écrans…mais « Angels in America »

    • L'étudiante permalink
      22/09/2009 09:29

      euh… le Pédé a très bien précisé que Meryl Streep était justement l’exception qui confirmait la règle.

      Je regrette moi aussi qu’un tel diktat s’exerce sur les actrices, être jeune et belle ce n’est pas être talentueuse…

      • Blithilde permalink
        22/09/2009 09:41

        oh ça alors, j’avais pas vu!

    • 22/09/2009 12:20

      Vu Snow Cake. Bof.

    • 22/09/2009 12:51

      Oui enfin ni Damages, ni Saving Grace, ni Brothers and Sisters, ni United States of Tara ne sont des Angels in America.

  5. 22/09/2009 09:30

    My god, cette femme au nom imprononçable est SUBLIMISSIME !!!!!!!!!!!!!!

  6. Théodule permalink
    22/09/2009 10:13

    Il faut noter que pratiquement toutes ces actrices ont eu recours à la chirurgie esthétique (notamment cette actrice au nom imprononçable, il suffit de remarquer le contraste entre ses bras et son visage).
    Du coup elles ont toute la même tête avec des pommettes bien saillantes et le front figé.
    Et comme elles se ressemblent toutes, autant prendre celle qui joue le mieux et qui a conservé le plus de notoriété et qui est ainsi susceptible d’attirer un grand nombre de spectateurs : Meryl Streep.
    Quant aux autres, elles jouent à la télévision où elles peuvent trouver un rôle en raison de la plus grande offre.

    Et puis, avoir le visage figé par le botox limite un peu le jeu d’actrice (cf Meg Ryan…)

    • 22/09/2009 12:21

      Meg Ryan n’a jamais eu besoin de botox pour être limitée.

    • 22/09/2009 12:55

      Et tu prends le problème à l’envers mon cher Théodule. C’est justement PARCE QUE leur carrière s’écroule passé un certain âge, qu’elle foncent toutes chez le chirurgien dans l’espoir un peu vain de la ressusciter.

      • Théodule permalink
        22/09/2009 13:46

        Qui de l’oeuf ou de la poule…

      • 22/09/2009 13:57

        En l’occurrence, ni Glenn Close, ni Holly Hunter, ni Susan Sarandon, ne sont tirées, et ça ne les empêche pas de ramer, donc ton raisonnement tombe à l’eau.
        Et si tu penses que Shohreh Aghdashloo ressemble à Diane Keaton, tu as de vastes problèmes.

    • 22/09/2009 13:57

      Shohreh Aghdashloo a certes des bras un peu flasques, mais on ne peut pas vraiment dire que son visage soit particulièrement marqué par la chirurgie esthétique. Qu’elle ait fait quelques petites retouches, c’est fort probable dans le monde impitoyable dans lequel elle tente de travailler, mais elle n’en reste pas moins SUBLIME.

  7. 22/09/2009 10:14

    Shohreh était très très drôle aussi dans un épisode de Will and Grace, ya des années. Moi ça me gène pas de voir des actrices bien employées par la télé en fait, chui pas dans le culte du Cinéma (avec un grand C). Les moyens de production de ces téléfilms sont gigantesque et je pense que la différence entre les deux formes de production est beaucoup plus marquée en France, où ya un stigma pour les actrices qui osent faire autre chose que du ciné ou du théâtre, non ?

  8. 22/09/2009 10:22

    Je ne suis (pour une fois) pas trop d’accord avec toi. Ah mon sens, il est bien plus intéressant de faire de la télévision aujourd’hui que du cinéma. Pour résumer le fond de ma pensée, je dirai que le cinéma a aujourd’hui la position aux États-Unis que la télévision en France. C’est formaté, calibré, on s’adresse à un public précis, on peut millimétrer au poil de cul le nombre de spectateurs. Aucune place au doute, à la créativité, au risque. C’est ça le cinéma américain aujourd’hui, c’est ça la télé française aujourd’hui (Il y aura toujours des contre-exemples, mais combien sont-ils face aux blockbusters ?)

    Donc aujourd’hui, pour moi en tant que spectateur (et je me mets également à la place des comédiens) une série télé est bien plus intéressante à suivre qu’un film. Déjà, un film en 2h c’est bouclé, on n’en entend plus parler. Une série tu la vois évoluer sur des années. C’est passionnant ! Les acteurs peuvent s’employer à montrer toutes leurs capacités, approfondir leur personnage au maximum.
    C’est probablement à ça que pense Glenn quand elle dit que Damages est le rôle de sa vie. (oui oui elle m’a appelé quand je prenais mon café ce matin) Elle le dit volontiers en interview, elle adore ce rythme intensif de tournage, elle adore vivre avec un personnage pendant des années et le connaître jusqu’au bout des ongles, en fonction des rebondissements de scénario.

    Et puis franchement, elle atteint beaucoup plus de monde en faisant ça. Des millions de gens connaissent sa série à travers le monde, alors qu’un film, c’est éphémère aujourd’hui. Elle reste 3 semaines à l’affiche et puis basta ! Là on voit Glenn une heure par semaine pendant des semaines, pendant des années ! Niveau égo, ça pète, non ?

    Le cinéma n’est plus ce qu’il était. Les « vieux » continuent de croire que c’est l’aboutissement d’une carrière, mais je ne suis plus du tout d’accord. On ne croupit pas à la télé, loin de là.

    • 22/09/2009 11:42

      il fallait lire « le cinéma a aujourd’hui la *même* position aux États-Unis que la télévision en France »
      désolé 😉

    • 22/09/2009 13:19

      Un film c’est éphémère? Ahem.
      Sincèrement, tu crois que dans 20 ans les gens se souviendront plus de Damages que des Liaisons dangereuses?

      Je ne dis pas que certains projets télé ne sont pas tout à fait excellents et très prestigieux (Angels in America comme on l’a déjà dit). Mais il n’y a qu’a entendre les discours de remerciements de Glenn et de Jessica Lange pour voir qu’elles ne sont pas à la télé par choix.

      Et en l’occurrence Damages, qui occupe Madame Close, est une série plutôt médiocre et pas franchement subtile, qui ne met pas du tout le potentiel d’actrice de Glenn en valeur: on se contente d’exploiter son numéro de harpie dont elle n’a plus réussi à se départir depuis la fin des années 80. Alors qu’elle est capable de tellement mieux…

      Et crois moi, il n’y a pas que sur le vieux continent que le cinéma représente l’aboutissement d’une carrière. Ca n’a pas toujours été le cas, mais aujourd’hui l’aura de Meryl Streep est absolument incomparable avec celle de Glenn Close, tu en conviendras. Pourquoi? Parce que Meryl est au cinéma, sans cesse renouvelée grâce à de bons rôles, et Glenn à la télé, à radoter dans une série.

      • 22/09/2009 13:41

        Damages se laisse regarder comme toute série américaine, mais ce n’est certainement pas ça qui restera dans les mémoires quand on pensera à Glenn Close.
        La preuve que le ciné est beaucoup plus important et beaucoup moins éphémère que la télé: Sex and the City. Probablement une des séries ayant le mieux marché. Pourtant, une fois que la série se termine et que tout le monde en a vu le dernier épisode, on oublie et on passe à autre chose ou à une autre série. Et les producteurs, que font-ils? Ils préparent un film (pourri évidemment), puis un deuxième… CQFD

      • ripit00 permalink
        22/09/2009 15:28

        @La Meuf.
        ehm.
        On n’oublie pas forcément.
        Parle à tes parents des Rois maudits (et parle moi d’Ab Fab).
        J’aimerais pouvoir disserter à mon aise de Sex and the City mais ça m’a prodigieusement emmerdé. En revanche, les amies (ouep, je ne connais so far aucun mec qui ait tenu, so much pour le cliché) qui m’en parlent ont cette vibrante mémoire de tant d’instants que je m’interroge.

      • 22/09/2009 15:40

        Je peux t’assurer que 37 ans plus tard, l’année 1972 restera pour mes parents celle du Parrain, de Cabaret, de Délivrance, du Charme discret de la bourgeoisie, plus que celle des Rois maudits.

      • 22/09/2009 16:12

        @RipitOO: Je reconnais que j’ai parlé un peu vite. Quand je dis on oublie, je voulais en réalité dire on s’en remet, c’était très cool, on en garde un bon souvenir, mais on passe à la série suivante. Je n’ai pas oublié mes années Madame est servie, Cosby Show, Friends, Ally Mcbeal, Sex and the city, Six Feet Under, et je continue de regarder avec beaucoup de plaisir Desperate Housewives. Mais ce n’est pas pareil. Et même si le Pédé nous dira qu’il y a, dans Six feet under, des grands moments dignes de grand cinéma, je trouve que ce n’est juste pas comparable. L’intention derrière un film n’a rien à voir avec celle derrière une série, et je n’ai jamais été secouée par des séries ou des épisodes de série comme j’ai pu l’être par des films.
        Si tu veux parler d’Ab Fab, je peux te donner le numéro de ma mère, je crois ne l’avoir jamais entendu autant hurler de rire que devant cette série.

      • ripit00 permalink
        22/09/2009 17:58

        @la Meuf
        En fait je crois que c’est ça qui me dérange dans le billet du Pédé. Mon inculture crasse (ou presque) en la matière cinématographique m’empêche de développer à mon aise. Et pourtant Dieu sait que j’aime prendre mes aises.
        Mais tu parles de l’intention: je pense que c’est ça la clef qui permettra (une fois que ça aura maturé) de répondre au Pédé ripit-style (ie, à la hussarde).

        Ta mère est manifestement une sainte femme si elle hurle de rire sur Ab Fab …ceci expliquerait cela!
        Malheureusement, je suis en pleine thérapie sur ce sujet: abstinence et macérations (ainsi qu’un petit cilice Prada très fashionable, mais je m’égare…)

      • 22/09/2009 19:02

        C’est quoi qui te dérange dans le billet du pédé? Pas compris.

  9. 22/09/2009 11:18

    Belle actrice Iranienne en effet…. Belle voix aussi en effet…. M’enfin, elle est tirée comme une baudruche et elle respire comme un cancéreux. C’est bien là le problème… Un réalisateur, (dont j’essaye en vain de retrouver le nom, j’en suis bien navrée) disait que le problème des actrices américaines, c’est qu’au dessus de 50, si ce n’est plus tôt, il lui était impossible de leur faire jouer un rôle en colère (du genre qui se voit : sourcils froncés) tellement elles sont tirées…

    Ceci étant dis, j’ai découvert ce blog de connards il y a peu, et je dois avouer que c’est un plaisir d’y passer régulièrement.

    • 22/09/2009 13:22

      Comme je le disait plus haut, c’est prendre le problème à l’envers. C’est PARCE QUE les propositions ne viennent plus passé 40 ans qu’elles terminent toutes chez le chirurgien pour tenter vainement de renverser la vapeur.

  10. Nrv permalink
    22/09/2009 12:22

    Pas de panique, Sigourney revient le 16 décembre dans Avatar !

  11. Marie permalink
    22/09/2009 12:29

    Ben tu as écris juste ce que je brame depuis des années !
    Je crois que pour certaines actrices citées, je deviendrai limite lesbienne…;-)

    Aucune jeune actrice – et encore moins d’acteur – ne me fera me déplacer pour aller voir un film au cinéma.

    Alors qu’ une Sigourney, une Diane Wiest, une Helen Mirren, une Charlotte Rampling, une Vanessa Redgrave, une Suzanne Flon (oui je sais elle est morte), une Danielle Darrieux, une Fanny Ardant, une Judith Magre, une Anouk Aimée, une Sabine Azéma, une Nathalie Baye, une Ludmila mikael, une Jane Fonda, une Gena Rowlands, une Helen Barkin, une Meryl Streep (…)

  12. Nrv permalink
    22/09/2009 12:32

    Je suis étonnée que personne ne cite Susan Sarandon qui est aussi très présente : Speed Racer dernièrement et bientôt the Lovely Bones.

    • 22/09/2009 12:59

      Susans Sarandon est une de celles qui tourne le plus en effet, mais dans des rôles de plus en plus maigres, et de moins en moins bons. Pour mémoire, son dernier premier rôle au cinéma remonte à 2002, et son dernier BON rôle remonte à 1995. Déprimant. J’attends The Lovely Bones avec impatience.

  13. 22/09/2009 13:44

    DIANE KEATON!!!!

    On parle d’actrices plus toutes jeunes, fallait juste que je la mentionne, télé ou pas télé.

  14. Nrv permalink
    22/09/2009 14:16

    En même temps si on parle de rôles intéressants, on ne peut pas dire par exemple que Jessica Biel ou autre Katherine Heigl, les piquent a des plus vieilles : elles ont que des rôles tartes (à hauteur des films dans lesquels elles jouent).

    Et j’aurais tendance à penser comme Piechdibi que beaucoup de séries TV sont effectivement plus intéressantes et pour l’actrice et pour le téléspectateur que pas mal de films actuellement

    • 22/09/2009 14:31

      C’était une IMAGE.

      Par ailleurs, vous êtes allés au cinéma récemment? Quelqu’un vous a parlé de David Lynch, des frères Coen, de PT Anderson, de Martin Scorsese, de Todd Haynes, de Sofia Coppola, d’Ang Lee, de Jane Campion, de Steven Soderbergh, de Spike Jonze, de Gus Van Sant, de Darren Aronofsky, de Wes Anderson, de Woody Allen, de David Cronenberg, de James Gray, d’Alfonso Cuaron, de Peter Jackson, de Terrence Malick?

      Il y beau avoir de très bonnes choses à la télé aux US, rien qui puisse être comparé à tout ça.

  15. Signy permalink
    22/09/2009 14:34

    Moi personnellement je trouve la voix de Shohreh absolument atroce, on dirait qu’elle va s’écrouler raide morte dans la minute qui suit. Je préfère ne pas savoir à quoi ressemblent ses poumons, probablement bien noirs et grumeleux…

  16. davidgeridoo permalink
    22/09/2009 14:46

    Marre d’être (presque) toujours d’accord, mais là…

    Toni Collette. L’actrice qui pleure le mieux AU MONDE.
    Holly Hunter. Le regard le plus intense du cinéma.
    LA PUTAIN DE LEÇON DE PIANO. Le chef-d’œuvre ultime.

    Juste merci, le Pédé. You made my day. =D

  17. davidgeridoo permalink
    22/09/2009 14:48

    Luke ? Ici Shohreh. Je suis ton père.

  18. 22/09/2009 14:52

    Bon là on commence à rentrer dans des histoires de goûts, donc c’est purement subjectif. Mais encore une fois, tous ces grands réalisateurs qui font (pour certains) d’excellents films restent une exception dans le paysage du cinéma actuel. Et là je me positionne en tant qu’auteur (ce que je suis), mais si j’ai le choix entre développer un film tous les 2 / 3 ans au mieux, et développer une série qui s’étale sur 12 épisodes par an pendant 4 / 5 ans, je cours sur la série. Tout simplement parce qu’artistiquement c’est bien plus comblant. (Alan Ball ne s’y est pas trompé, d’ailleurs)
    Quand les actrices disent qu’elles vont à la télé par défaut, c’est parce qu’elles ont encore l’image de « série télé = production poubelle ». Mais l’évolution du public, des séries et des films tend à prouver le contraire.
    J’avais lu un article très intéressant qui expliquait qu’aujourd’hui le ciné était majoritairement constitué de gros blockbusters pop-cron hollywoodiens qui occupaient les ados de 15 ans le vendredi soir, et que pour voir de la création « adulte » de qualité, il fallait se rabattre sur les séries télé (et particulièrement HBO, Showtime & co).

    Je vais essayer de le retrouver, mais c’est pas gagné…

  19. oggy permalink
    22/09/2009 15:03

    tout le monde s’en bat les glaoui mais shohreh signifie en arabe comme en farci « célébrité » … si c’est pas troublant ça ?

    • 22/09/2009 15:14

      « Farsi », sinon, c’est la dinde de Noël, pas la langue d’origine perse…

      • oggy permalink
        24/09/2009 02:07

        certes (ou serte chais plus)

  20. Nrv permalink
    22/09/2009 16:08

    Je n’ai pas dit qu’il n’y avait plus de bons films ou de bons réalisateurs (heureusement que ça existe encore), mais il faut aussi qu’il y ait un rôle intéressant pour une femme (mûre ou pas) ce qui n’est pas souvent le cas.
    Je comprends alors pourquoi les actrices (jeunes et moins jeunes) se tournent vers la télé.
    Rien qu’en piochant dans les réalisateurs que tu cites : si tu prends le prochain Scorsese par exemple (fait chier d’ailleurs qu’il soit repoussé), c’est un peu un film qui fait la part belle aux hommes (je ne peux pas en dire plus sans spoiler).

    Pour moi le problème est au delà de l’âge : des rôles intéressants pour les actrices au cinéma il y en a mais pas tant que ça. Tout le monde ne peut pas tourner avec Cameron, James Gray, Peter Jackson ou Jane Campion, des réalisateurs/trices qui savent sublimer la femme.
    Si je devais choisir en tant qu’actrice, je préfèrerais jouer Calamity Jane dans Deadwood, que le rôle de Sandra Bullock dans the proposal.

  21. Matho permalink
    22/09/2009 21:13

    Alors là je t’aime le pédé, pour avoir cité Sigourney, la seule, l’unique… dans les très grandes, je rajouterais bien Susan Sarandon (et julianne moore, qui va tout doucement sur 50ans)

    PS : je conseille The good girl, ac jennifer aniston (et jake gyllenhall), qui a fait remonté cette actrice dans mon estime

  22. La Blonde-à-faible-poitrine permalink
    22/09/2009 22:07

    Dis le Pédé sais-tu où je peux trouver « House of sand and fog »? Jamais réussi à trouver le dvd jusqu’ici… Pourtant que ce film est beau…

    • 22/09/2009 23:50

      Je crois qu’il n’existe qu’en zone 1. Tu peux le commander sur amazon si ton lecteur est dézoné.

    • 23/09/2009 01:42

      Je l’ai vu à 5 euros dans une braderie de DVD. Je crois que c’etait rue Montorgueuil, il y a quelques mois de cela.

      • La Blonde-à-faible-poitrine permalink
        23/09/2009 21:55

        Merci à vous!

  23. L'étudiante permalink
    23/09/2009 15:08

    Hmmm…Y’en a une qui retrouve des rôles, depuis quelques temps : Michelle Pfeiffer. En même temps, qui d’autre qu’elle pouvait jouer la Léa de Chéri ? Je ne vois pas…

  24. Seigi permalink
    26/09/2009 12:58

    ouais ouais ouais…
    juste pour dire en attendant Les Liaisons Dangereuses doit seulement sont succès au génie du roman de Laclos.
    Nan mais sans déconné le film est bien simpliste par rapport au bouquin
    enfin moi jdis sa du bas de mais 17 médiocres années …

  25. Sounix permalink
    12/10/2009 02:34

    Il est intéressant que les différences remises des prix américaines s’en rendent en compte en les mettant systématiquement en avant dans les nominations des prix.

Trackbacks

  1. Le Conseil de L’Europe sur la gay pride de Belgrade, une prof en prison, “Glee”, etc.: Revue de web « Yagg - Le nouveau média gay et lesbien. Info gay et lesbienne, bi et trans, vidéos, débats, dossiers, vih, culture
  2. Quelques bonnes raisons de détester les séries télé. « C'est La Gêne
  3. C’est quoi cette gueule? « C'est La Gêne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :