Skip to content

Les Oscars et Moi: 2008

27/08/2009

En 2008, le meilleur film de l’année selon les Oscars:

slumdog

SLUMDOG MILLIONAIRE

Pourquoi ça a gagné: Parce qu’une bonne vieille tambouille hollywoodienne bien dégoulinante, avec des ficelles grosses comme des câbles de télévision, lorsqu’elle est saupoudrée de curry exotico-stylisant, donne aux touristes la sensation de goûter un plat révolutionnaire. Et c’est parti pour l’hystérie collective. Parce que so cute, les baby basmatis!

Mon choix:

81_wall-e

WALL•E

Pourquoi: Parce que c’est le cinéma d’animation porté à son point culminant. Parce qu’oser le muet en 2008, et dans un film destiné avant tout aux enfants, c’est fort. Parce que ça continuera à faire rêver dans 50 ans. Parce que susciter autant d’émotions avec des héros qui ressemblent à un grille pain rouillé et un ipod relève du génie. Parce que Pixar est le dernier bastion du cinéma de divertissement de qualité, tu sais, celui qui ne te prend pas, toi le spectateur, pour le dernier des débiles.

Meilleur Réalisateur:

danny_boyle

Danny Boyle
pour Slumdog Millionaire

Pourquoi il a gagné: Parce que peu importe les caractérisations sommaires, la lourdeur pachydermique de la structure et l’indigestion de clichés au tandoori, quand c’est empaqueté par des centaines de saris multicolores filmés caméra à l’épaule et montés au hachoir, puis enrubanné par un final dansé à la Bollywood complètement plaqué, c’est FORCEMENT du grand cinéma.

Mon choix:

large_image-1

Andrew Stanton
pour WALL•E

Pourquoi: Parce que chaque plan de WALL•E respire l’envie de faire du cinéma, et en contient plus que la totalité des cinq films nommés en 2008. Parce que Nemo.

Meilleur Acteur:

sean-penn-harvey-milk

Sean Penn
dans Milk

Pourquoi il a gagné: Parce que BIOPIC! Personnage célèbre! Homosexuel! (le courage!) Le contre emploi! (SEAN PENN pédé???) Parce qu’Harvey Milk, le vrai, a été assassiné (snif), que sa cause est toujours d’actualité, et qu’un Oscar, c’est une façon de la soutenir (cf. l’Oscar du scénario également). Parce que Sean est aussi incroyablement bon, et que malgré tout ce qu’il a accompli, il est encore capable de nous surprendre.

Mon choix:

81_rourke

Mickey Rourke
dans The Wrestler

Pourquoi: Parce que parfois, un acteur rencontre LE rôle pour lequel il est né, et une magie incomparable opère (Gloria Swanson dans Sunset Blvd., anyone?). Parce que sa composition est à la fois brutalement instinctive et merveilleusement détaillée. Parce qu’il joue, sans forcer le pathos, avec un humour surprenant et un courage qui force l’admiration, des similitudes peu reluisantes entre son personnage et lui-même. Parce qu’il a toujours été un grand acteur, même quand il était beau.

Meilleure actrice:

The Reader

Kate Winslet
dans The Reader

Pourquoi elle a gagné: Parce que c’est Kate Winslet, la plus grande actrice de sa génération. Parce qu’après 6 nominations (!) à seulement 33 ans (!), et zero victoires, ça commençait à devenir franchement ridicule. Parce que Shoah, accent, vieillissement, maquillage, scènes de procès, bref, cette fois-ci, elle le voulait vraiment. Parce que le contre-emploi est saisissant. Parce que Revolutionary Road.

Mon choix:

81_hawkins

Sally Hawkins
dans Happy-Go-Lucky (Be Happy)

Pourquoi: Parce que, comme souvent dans les films de Mike Leigh, l’actrice EST le film. Parce que Poppy est moins un personnage que la représentation théorique d’une idée, et qu’elle parvient, par sa sincérité inébranlable et son jeu subtilement dégradé, à en faire un être débordant d’humanité. Parce qu’à force de bonne humeur inoxydable, elle pourrait être totalement irritante, mais que son intelligence, son humour et sa lucidité savamment dosés la rendent complètement attachante et inoubliable.

Meilleur second rôle masculin:

1236783971_joker-heath-ledger

Heath Ledger
dans The Dark Knight

Pourquoi il a gagné: Parce qu’il est mort. Parce que le film a eu un succès phénoménal, et que sa composition déjantée n’y est pas pour rien. Parce qu’elle est de taille, la surprise de voir dans ce rôle de fou furieux un acteur qui avait auparavant brillé pas son intériorité minérale. Parce que Brokeback Mountain.

Mon Choix:

The-Joker-Heath-Ledger

Heath Ledger
dans The Dark Knight

Pourquoi: Parce qu’arriver à faire presque oublier Jack Nicholson, c’est du lourd.

Meilleur second rôle féminin:

cruz

Penélope Cruz
dans Vicky Cristina Barcelona

Pourquoi elle a gagné: Parce que Volver l’a définitivement imposée comme une grande actrice, que sa collaboration avec Almodovar est en train de la faire entrer dans l’histoire du cinéma, et qu’elle est au somment de sa carrière et de sa beauté. Parce qu’à la seconde ou elle déboule dans le film telle un furie, la pellicule entre en combustion. Parce que sa sensualité animale, son savoureux télescopage d’espagnol et d’anglais et son timing comique aiguisé font décoller Woody et réduisent Scarlett Johansson au rang de salade niçoise mal assaisonnée.

Mon choix:

81_cruz

Penélope Cruz
dans Vicky Cristina Barcelona

Pourquoi: Tout pareil.

Advertisements
33 commentaires leave one →
  1. Crevette permalink
    27/08/2009 13:42

    Attends là… t’as pas donné l’Oscar à KATE ??? Je rêve, pincez-moi ! (bon ok tu lui as donné avant, mais elle a bien droit à celui-là aussi non ? J’ai pas vu Happy Go Lucky tu me diras, je ne suis pas totalement objective.)

    • 27/08/2009 14:57

      Non, non, tu ne rêves pas, et je vais même ajouter que mon deuxième choix, c’est Anne Hathaway dans Rachel Getting Married, et mon troisième c’est Melissa Leo dans Frozen River.
      Je n’ai pas une grande passion pour sa performance dans The Reader (je préfère ma Kate sans effets). Si ça ne tenait qu’à moi, elle aurait deux Oscars, mais pour Raisons et Sentiments et Eternal Sunshine.

      • 27/08/2009 15:37

        Rachel Getting Married dès que j’entends/lis ce titre, j’ai des envies de meurtre, envers le réalisateur, tous les acteurs-united-colors-of-Benetton et TOI pour m’avoir dit d’aller le voir!

      • Crevette permalink
        28/08/2009 09:41

        Eternal Sunshine je le regarde ce w-e. Vu que c’est un scandale de ne pas l’avoir vu, il faut remédier à ça rapidement !

        Mon principal problème c’est que je suis accro aux blockbusters où ça pète dans tous les sens (Die Hard, GI Joe, tout ça tout ça) du coup je passe à côté de chefs-d’oeuvre (et j’ai même pas honte…)
        Donc Rachel Getting Married, je sais pas si je dois le regarder car La Meuf et toi vous êtes diamétralement opposés sur le sujet !!

      • 28/08/2009 10:13

        Oui nous avons rarement été aussi opposés au sujet d’un film.
        Par ailleurs, si tu es fan de GI Joe, je me demande si c’est une bonne idée de te recommander Rachel Getting Married? (Quoique ça pète aussi dans tous le sens, mais dans un autre genre)

        Et je te saurais gré de ne pas mettre Die Hard au même niveau que GI Joe. 😉

    • Crevette permalink
      28/08/2009 12:13

      Loin de moi l’idée de les mettre au même niveau !!! C’était juste pour préciser le « type » de films.
      Mais je suis pas monomaniaque des explosions donc je peux quand même regarder des films d’un autre genre, et les apprécier 😉

  2. Joséphine permalink
    27/08/2009 14:09

    Je suis TELLEMENT d’accord (sauf peut-être la meilleure actrice) . Et à part ça, j’adore cette série des oscars.

  3. Le Joueur permalink
    27/08/2009 15:00

    Ouch! Slumdog millionaire en prend un coup!
    Ce serait pas une critique à la Murat que tu nous fais là?
    Il ya des choses que j’aurais sauvé dans ce film : la B.O que j’ai trouvé assez prenante, la thématique de la relation entre frères qui contrairemnt aux idées reçues, n’est PAS un poncif, ni un sujet si largement traité que ça.
    OK, de là à mériter un Oscar… EN même temps ce film me fait penser aux chtis: un genre un peu facile, pas si novateur, qui réunit des ingrédients déjà utilisés.. Mais qui marchent (si on prend comme critères l’engouement populaire, le bouche à oreille enthousiaste, le nombre d’netrées).
    Un scandale qu’une réussite marketing comme celle-ci soit distinguée. Oui mais les Chtis n’ont pas eu leur(s) césar(s). Et cela a été dénoncé comme un scandale également .
    ET je comprends qu’il ya quelque chose d’absurde à ne pas nominer le film francais qui a eu le plus de succcès de tous les temps…
    Dans ce genre de dilemme, comment réagir?
    Un film doit-il avoir une récompense dès lors qu’il explose les records d’entrées, et ce , même si les cinéphiles avertis lui reprochent d’être une bouillie facile et commerciale?
    Ou doit-on totalement ignorer le nombre( alors même que le succès prouve qu’il ya des qualités à saisir)?
    Dur de prendre une position évidente là-dessus…

    • 27/08/2009 17:38

      Qu’y a-t-il d’absurde à ne pas nommer le plus grand succès de tous les temps au box-office français, dans la mesure où le film en question est loin d’être un chef d’oeuvre, voire même loin d’être un bon film tout court? Une gigantesque merde peut être un immense succès au box-office. Tu sera heureux d’apprendre, par exemple, que le plus grand succès français au box-office de l’année 1971 n’est autre que LES BIDASSES EN FOLIE, avec les Charlots.
      Certes, c’est un cas extrême, mais sans aller aussi loin, s’il les Césars avaient existé en 1966, aurait-on été obligés de considérer La Grande Vadrouille (plus grand succès français de tous les temps avant la déferlante de Ch’tis) comme le meilleur film de l’année? Malgré la sympathie que j’ai pour ce film, mérite-il sa place face à des oeuvres comme Le Deuxième souffle de J-P Melville, Au Hasard Balthazar de Bresson, ou la Guerre est finie de Resnais?

      Les Oscars et les Césars représentent l’avis des professionnels, pas ceux du public. Le public, lui, vote toute, l’année en allant ou pas voir les films en salle. Parfois les choix du public et ceux des professionnels se rejoignent (Autant en emporte le vent, Titanic, Amélie Poulain). Et parfois non. Et tant mieux si les professionnels sont (un peu) plus cinéphiles, parce que si ces remises de prix se faisaient tous les ans l’écho des goûts du public, à quoi diable serviraient-elles?

      • Le Joueur permalink
        27/08/2009 18:13

        Nous abondons dans le même sens. (Euh…quoique j’émettrais des réserves sur Amélie Poulain, uniquement à cause de Audrey Tautou)
        Je tentais juste quelques petites réflexions (qui n’ont rine de très originales je le reconnais volontiers).
        A force de prendre le contre-pied du succès populaire, on voit des critiques comme Murat ou Ferenczi -dont nous débattions ailleurs- qui grossissent exagéréent le trait, jusqu’au grotesque: les bons films ne sont pas forcément les plus vus et, partant, un bon critique se doit de détester tout ce que les gens aiment, et d’encenser des films qui n’ont plu à personne. Je le présente de façon radicale: mais c’est l’idée.
        Je crois que tu as vu comme moi cette tendance qui règne quelquefois et qui mène à l’absurde: exemple–> la critique de Wall-E que tu as toi-même citée.
        Il ya quelque chose de dangereux à se dire toujours « je fais partie des happy few qui ont compris quelque chose à ce film que personne n’aime, je suis donc un être supérieur ». Il ne faudrait pas qu’à trop se prendre la tête, les professionnels fassent de la cinéphilie un art réservé aux initiés, inaccessible à la masse.
        Je resterais marqué à vie de l’image dont j’ai été témoin il ya quelques années… Un opéra insipide, une salle aux trois quart vide, et un ennui profond qui s’immiscait en moi… Et ce journaliste, que je connaissais un peu, un rang devant moi : endormi pendant tout l’aria (ce que je peux comprendre d’ailleurs) mais qui a le culot de se réveiller au moment d’applaudir, et de lancer des vivats totalement hors de propos, des bravos pleins de fougue et des sifflements assourdissants.
        Et quelque temps après je vois son article: « une interprétation divine et qui inspire le frisson » écrivait-il ce bougre!
        Et de conclure le plus tranquillement du monde « le public n’est pourtant pas au rendez-vous. Quelle injustice! »
        L’indignation que ca m’avait inspiréé n’avait que d’égal face à mon amusement devant l’hypocrisie qui parfois (PARFOIS seulement) transparait dans le discours des critiques qui se veulent toujours plus avertis que les autres…

  4. Le Joueur permalink
    27/08/2009 15:21

    Ah! Quel oubli!
    J’ajoute que j’approuve à 1000% l’oscar pour Rourke plutôt que pour ce bon vieux Sean Penn. Il me semble que lui-même était conscient lors de la cérémonie d’avoir de la chance d’avoir aggné alors que MIckey Rourke avait (selon moi) largement le dessus. Il a eu le fair-play de lui rendre hommage.
    CE que je trouve marrant c’est que ce soit toi-même, Le pédé, qui répare symboliquemeent cette injustice, alors que j’ai lu des critiques américains et amers tout court expliquant que Penn devait son titre essentiellement au lobby gay!!

    • 27/08/2009 17:44

      Je doute que le lobby gay ait vraiment influé sur la victoire de Penn. Comme je l’ai écrit plus haut, le rôle déjà contient tout ce qui fait tripper les votants des Oscar. Et Milk est un film infiniment plus accessible que The Wrestler.

      Et une dernière chose: ils adorent Penn. S’il a réussi à se faire nommer pour I am Sam, un film universellement méprisé, c’est qu’il les a dans la poche.

  5. 27/08/2009 15:40

    Mais sinon, je suis complètement d’accord avec toi, surtout pour cette soupe insupportable qu’est Slumdog Millionaire. Et tu le dis si bien!

  6. turquoise permalink
    27/08/2009 19:27

    tambouille hollywoodienne? ce n’est pas vraiment le qualificatif qui convient, ce film ne sort pas de Hollywood!
    j’ aurais donné l’oscar à Kate mais pour Revolutionary Rd, mais qu’elle l’ait pour The Reader était totalement prévisible

    • 27/08/2009 21:27

      Pas besoin de sortir d’Hollywood pour être une tambouille hollywoodienne; demande à Luc Besson.

  7. Arnaud Baluchon permalink
    27/08/2009 20:25

    A savoir que Wall-E a reçu l’oscar du meilleur film d’animation (oui, les films d’animation sont parqués dans un prix à part. Ce ne sont pas des vrais films, vous savez… Et les Mihazaki, bande de crétin ! C’est du poulet ? Enfin bref, fermons la parenthèse) Je suis complétement d’accord avec l’avis donné sur Slumdog Millionaire qui a mon avis ne vaut pas mieux qu’un autre navet grossi aux milliards. D’autant plus qu’à mon avis, ce film se démodera très vite ! Dans deux mois quand on vous parlera de Slumdog Millionaire on rigolera doucement en se gaussant de sa has-beenité, de ses plans de traviole, et de ce vieux jeu de l’époque là, Qui veut gagner des millions ?, c’est ça ?

    Sinon, je viens de découvrir votre blog, il est formidable, en plus vous dite du mal de ce crétin de Murat, et écrivez des articles très sensés, drôle et intelligent, bref, vous avez une place bien au chaud dans mes flux RSS.

    • 27/08/2009 21:40

      Je suis 100% d’accord avec toi: l’Oscar du meilleur film d’animation est un ghetto, et c’est probablement ce qui a empêché WALL•E de recevoir la nomination à l’Oscar du meilleur film qu’il méritait. (Pourquoi voter pour lui quand on sait qu’il a déjà l’Oscar d’animation dans la poche?)

  8. 27/08/2009 21:13

    Slumdog représente un bon divertissement pendant presque deux heures … Les 10 dernières minutes suicidant le film et me donnant envie de faire pareil… De plus je suis assez réfractaire à tous les produits sur médiatisés (genre en gros c’est au JT qu’on décide ce qui est bien pour toi) dont bienvenu chez les ch’tis avec ses « jenesaispaskombien » de millions d’entrée, le matraquage, voire la propagande qui a été faite autour (l’explosion des baraques a frites, les biloutes a chaque coin de rue …), ca a suffit a me convaincre que ce film c’était quand meme de la grosse merde, vu qu’en général le francais de base a des gouts franchement différents des miens.

    Wall-e Grosse claque pour la qualité visuelle (quand on sait ce que c’est de faire une petite 3D c’est encore plus impressionnant ^^) et pour la critique presque subliminale de la société dans un film pour enfants.

    J’ai infiniment préféré Milk à The Wrestler, mais c’est principalement une affaire de gout et de couleurs je pense.

    Je plussoie largement turquoise pour Revolutionary Road, que j’ai trouvé sublime de bout en bout (le meilleur plan final de l’histoire du cinéma quoi !)

    Pour le reste tout est dit, Heath et Pénelope … Rien à ajouter =)

    Et je rejoins Arnaud, je viens de découvrir un superbe blog, vous me recroiserez donc assez souvent ^^

  9. 28/08/2009 03:30

    mouais, Heath Ledger, c’est vraiment parce qu’il est mort. Faire le cinglé est il réellement un rôle difficile. Je suis persuadé que n’importe qui aurait pu tourner à sa place, ça aurait donné exactement la même chose. C’était juste histoire de faire pleurer dans les chaumières et de vendre les dvd de ses précédents films (parce que bareback mountain).
    non, le meilleur second rôle ct Corbin Bleu dans High school musical 3 ! (je plaisante, baissez moi ce fusil)

    Parce que je n’ai pas vu tant de films que cela l’année dernière, j’ai du mal à trouver qq1 pour cette catégorie.
    Peut être B.Pitt pour Burn after reading, parce que malgré film pourri, il joue bien (mais film vraiement trop mauvais, surement).
    Takeshi Kaneshiro pour les 3 Royaumes (pour un rôle qui au final ne sert à rien, il occupe la pellicule)
    Non, vraiment, je n’ai pas vu assez de films, mais il y a FORCEMENT mieux que Heath Ledger (on en prend un dans Into the wld, même si vous voulez)

    • 28/08/2009 10:23

      Into the Wild, c’est 2007 aux US, donc Oscars 2007 (où Hal Halbrook a reçu une nomination au second rôle, justement).

      Si tu cherches le meilleur second rôle masculin 2008 et que tu n’as pas aimé Heath, je te recommande Robert Downey Jr. dont le génie comique tourne à plein régime dans Tropic Thunder. C’est mon deuxième choix.

  10. 28/08/2009 03:47

    Merci Pédé pour cette agréable et complète rétrospective de 2008, et merci à vous 4 pour vos articles qui ont agrémenté mes journées d’oisiveté et de soleil durant le mois d’août.

    J’espère que le pédé aura un pass pour la Mostra en septembre prochain afin qu’on ait rapidement la primeur des récompenses vénitiennes, qui par la même occaz nous indiqueront la tendance inversée de ce que seront les oscars en mars 2010.

    Encore bravo pour la qualité de vos articles et leurs variétés, votre humour cinglant, et vos coups de gueule.
    (Je vous recommande à mes potes sur fb, ne vous étonnez pas si vous avez 400 fans en plus, et je mets un lien vers vous depuis mon blog).
    Good night.

    • 28/08/2009 10:35

      Merci à toi!
      J’espère que tu continueras à nous lire même sans oisiveté et sans soleil.

      Au sujet de Venise et des Oscars, les tendances ne sont pas forcément si opposées ces dernières années :
      Brokeback, Vera Drake, et The Wrestler ont remporté le Lion et se sont tous retrouvés avec des Oscars ou des nominations.
      Quant aux acteurs qui ont reçu la coupe Volpi, si le film est en langue anglaise ils enchaînent en général avec au moins une nomination:
      Blanchett pour I’m Not There, Helen Mirren pour The Queen, David Strathairn pour Good Night and Good Luck, Imelda Staunton pour Vera Drake, Julianne Moore pour Loin du Paradis…

  11. jokerwoman permalink
    28/08/2009 12:04

    Moi je donne l’oscar du meilleur acteur à Wall-E, sans hésitation.

  12. Maegyas permalink
    28/08/2009 12:12

    QUOI!? Ils n’ont pas remis d’oscar à Twilight, ce navet, pardon, chef d’œuvre cinématographique! Mais comment ce peut-il se faire?? (J’en ai les mots qui s’embrouillent…) Je m’insurge! Ce subtil mélange (tel le mélange choucroute-rillettes-mayo-nutella) de sentiments sincères, d’amour impossible, de drame, d’universfantastique, et tout cela agrémenté d’une intrigue des plus soporifique…euh, palpitante ne méritait pas tout notre respect! Diantre! Pourtant avec le jeu des acteurs, des décors à couper le souffle, du maquillage à n’en plus finir et des effets spéciaux ES-TRA-OOOOR-DI-NAI-REUH (notamment lorsque le vampire court ou monte aux arbres, quelle intensité! Quel spectacle!), ce film avait toutes les chances de remporter de nombreuses récompenses…La preuve en est que de nombreuses adolescentes pré-pubères en manque d’amour et d’aventure se sont précipitées… euh… de nombreux fins cinéphiles avertis ont, dès la sortie du film, emplis les salles obscures pour admirer ceeeeuuuh… cette formidable niaiserie… euh, non, cetteeuuh… CHOSE FANTASTIQUE (ça y est, j’en perd tout mes moyens!) Mais le film en lui-même n’aurait été aussi magnifique sans le vampire Edward Cullen (Rrrrh… rien qu’à son nom, j’en ai les poils des bras qui se hérissent!) car comme l’on spécifié des fans de tous pays: « Il est trop bôôôôh! », « Il joue trop biiieeen! », certaines vont même jusqu’à dire « Il a un beau c** », mais ça, on ne pourra pas le certifier étant donné qu’il n’apparait pas dans le film. Bref, je voulais juste écrire cette tirade pour vous faire part de mon mécontentement de fan indignée.
    Signé: Moi
    PS1: Ce commentaire contient (en plus de ses fautes d’aurtografes) une certaine dose d’ironie masquée, méfiance!
    PS2: Désolé pour les potentiels fans présents ici…
    PS3: Au vue des sorties ciné des derniers mois, étant donné le nombre de spectateurs de VRAIS films et le nombre de spectateurs de navets, j’étais devenue une déprimée du ciné. Merci de me remonter le moral avec vos articles et de me montrer qu’il existe encore des gens qui apprécient les bons films…

  13. Maegyas permalink
    28/08/2009 12:17

    PS4: Ceci dit, on est toujours pas à l’abri de récompenses pour ce genre de navet… Si une telle chose devait se produire, j’espère voir apparaitre sur votre site un article proposant différentes sortes de suicides rapides et indolores, merci.

    • 28/08/2009 12:57

      Je n’ai pas vu Twilight. Le regard vide de Kristen Stewart et la chevelure problématique de son copain vampire dans la bande annonce, c’était déjà trop pour moi. Quand je pense que Catherine Hardwicke a réalisé Thirteen.

      • Maegyas permalink
        28/08/2009 13:32

        J’ai choisi Twilight parce que je l’ai vu (et j’ai honte) mais j’aurais pu parler de n’importe quel autre navet dans le genre. Mon bonheur c’est de ne pas avoir payé une place de ciné pour le voir, mon regret c’est que c’est une amie qui me l’a conseillé et preter (elle devrais avoir honte). Tout se perd…

  14. Laurent permalink
    29/08/2009 21:33

    L’Oscar du meilleur film ET de la meilleure mise en scène pour « Wall E » (tous genres confondus), en voilà une idée lumineuse ! Ça mérite une révérence ou une bise, au choix. Presque de quoi me faire oublier mon embarras et mon incompréhension face à ton enthousiasme délirant pour ce bombardement stroboscopique façon charcuterie de luxe qu’est à mes yeux (douillets ?) « Moulin rouge ! » (non, absolument aucun problème de constipation à signaler, mais pour prendre mon pied devant une comédie musicale, j’ai davantage besoin de mouvements de danse qui donnent quelque chose à l’écran que de lésion rétinienne).
    Dis-donc, sinon, tu ne caresserais pas l’idée de remonter le temps pour nous faire profiter de tes décryptages et avis sur les Oscars des années 90, par hasard ? Ça serait drôlement chouette.
    Je sais, ça risque peut-être de manquer un peu de Nicole Kidman, mais bon, Kate Winslet était déjà sur les starting blocks, si je sais encore dénombrer ses nominations non transformées.
    En tout cas, je serais client.

  15. 31/08/2009 00:46

    C’est JUSTEMENT (en partie) le bombardement nucléaire love-it-or-hate-it complètement assumé qui me séduit dans Moulin Rouge!, comme tu t’en doutes.

    Pour le remontage dans les années 90, j’y songe, (à vrai dire j’ai même un court instant songé à remonter jusqu’en 1928, mais je pense que ça n’intéresserait personne…), du coup je vais peut être soumettre l’idée à référendum. Je me demande juste si mes décryptages des choix de l’Académie seront aussi pertinents, vu qu’ils ont été effectués a posteriori (car évidemment, j’étais un peu jeune pour suivre la course aux Oscars à cette époque).

  16. le bègue permalink
    07/09/2009 09:27

    Quand tu parle de Gloria Swanson dans « Sunset Boulevard », tu as raison… d’ailleurs le reste du casting était du même cru : Holden en scénariste manqué et Von Stroheim en ex-réalisateur majordome. Tout ce petit monde, en jouant leur propre rôle, finissait par jouer le rôle de leur vie

Trackbacks

  1. Petits Génies | Jo et les Nouveaux Mohicans
  2. La lobbytomisation du Développement Durable | Jo et les Nouveaux Mohicans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :