Skip to content

Putain, ça pue la merde! ou Pourquoi est-ce qu’il faut tous nous remettre à fumer.

28/07/2009
by

Le 1er Janvier 2008, les serveurs, serveuses, et non-fumeurs de France et de Navarre faisaient un grand ouf de soulagement: Ce soir là, il leur a été permis de rentrer chez eux à 4 heures du mat après un dîner au resto et deux heures à boire des Vodka-Tonic au Baron sans pour autant sentir le cendrier froid. Le 2 Janvier 2008 au matin, ces mêmes gens n’ont pas eu à asperger leur manteau de 12 bouteilles de Fébrèze dans le simple espoir de pouvoir le remettre ce jour-là.

La cigarette dans les lieux public dits « de convivialité » n’était plus. Et c’était cool. Tout le monde se faisait la réflexion, les cafetiers respiraient mieux, et les enfants grandissaient dans un monde où, bientôt, le cancer du poumon ne serait plus qu’un mauvais souvenir.

En effet, le 2 Janvier 2008 au soir, quelle n’a pas été la surprise des bienheureux sus-cités lorsque l’absence perpétuelle de fumée dans leur environnement dans les dernières 24 heures leur a permis de reprendre contact avec deux vieux amis, perdus de vue depuis un bon bout de temps: L’odorat et le goût.

Quel bonheur d’enfin pouvoir apprécier ce filet de boeuf bien saignant dans toute l’étendue de sa charnelle puissance (vous pouvez laisser passer un petit EEEEuuuuéé! en début ou fin de phrase), de laisser cet exquis et soudain moins sybillin Chassagne-Montrachet vous recouvrir les papilles de sa douce présence. Quelle EXTRAORDINAIRE et STUPEFIANTE surprise que de réaliser alors, enfin, que le monde autour de vous avait décidé d’arrêter de se laver le 1er Janvier 2008 au matin.

Il semblait en effet que la population française ai décidé, d’un commun accord, d’arrêter de se plier aux règles basiques de l’hygiène et de jeter à la poubelle tous les stocks de déodorant du pays. Peur panique des Sels d’Aluminium contenu dans ces engins de mort? Désir de revenir à une société aux fragrances plus naturelles et plus brutes, pour retrouver l’animal qui sommeille en nous? Quoi qu’il en soit, cette nuit là, le noctambule parisien prenait de plein fouet dans les narines la réalité odorante de l’appelation « Un Musc poivré et animal ». Ce qui en vrai français se dit: « Putain, mais ça fouette le bouc ici, merde! ».

Depuis, nos sens olfactifs se sont encore aiguisés, et tous les jours dans le métro, ou le soir au restaurant ou dans les bars interlopes de notre belle capitale, il nous est permis de profiter des effluves corsées de nos congénères, dont la persistance de leur désir d’éliminer totalement le concept de savon de la surface de la Terre force le respect. Le sens total d’abnégation dont ces individus font preuve dans cette envie chaque jour renouvelée de sentir des pieds de partout doit être un exemple pour tous, nous, faibles consuméristes de Panurge, perdus que nous sommes dans la recherche absurde et inutile d’un univers où les gens, les choses et les boîtes parisiennes sentiraient bon.

Alors arrêtons là nos rêves emplis d’une naïve utopie, et embrassons enfin tous ensemble la vérité ultime: notre monde est pourri, son odeur naturelle est donc désagréable. Mais comment, dés lors, rentrer dans le rang lorsque nos corps eux même ne peuvent survivre à 24 heures passés sans une douche, nous, faibles hygiénistes?

J’ai longuement réfléchit à la question, et c’est soudaine que la réponse m’est apparue: la cigarette. L’arrêt de cette pratique dans les lieux publics a irrémédiablement troublé l’équilibre de notre vie. En masquant tout de son parfum âcre et repoussant, la cigarette nous met tous sur un pied d’égalité: gens normaux et porcs sans hygiène. C’est donc par la cigarette que viendra notre salut! Pour redonner à notre planète sa vraie senteur, rebellons-nous, sortons tous nos paquets de Marlboro Light et grillons nous-en une bonne vingtaine par jour.

Nos enfants nous remercieront.

Advertisements
11 commentaires leave one →
  1. 28/07/2009 16:23

    Mais qui a dit que l’odeur de la clope était préférable à celle de la transpiration?

  2. 28/07/2009 17:14

    Je pense qu’on peut lancer un sondage: Moi je préfère l’odeur de clope.

  3. Pinkmarple permalink
    28/07/2009 18:53

    Je tiens à préciser qu’avant le 2 janvier 2008 dans la majorité des bars cela sentait la clope ET la vieille aisselle puante!On va donc vers le mieux…

  4. 30/07/2009 12:11

    Je découvre votre blog par ce billet: je plussois à bloc mais ai arrêté de fumer il y a 4 mois. Dilemne: si je m’y remets, ma moitié et mes amis vont me conspuer et jamais ne croiront qu’il s’agit d’un acte de solidarité humaine éclairé. Que faire? Je porte le débat sur twitter…

  5. 30/07/2009 12:32

    Ripitoo, pas de liberté pour les ennemis de la liberté… Le débat, c’est bien. Tu as donc le droit de le relayer. Le DEVOIR même!

  6. 30/07/2009 15:01

    @L’Arabe: ok sur le fond, mais je préfère mon copain Otto à ce p’tit con de Saint-Just : Ce n’est pas par des discours et des votes de majorité que les grandes questions de notre époque seront résolues, mais par le fer et par le sang. Ca a quand même un peu plus de panache!

  7. 30/07/2009 15:05

    Otto? Otto von Bismarck?

  8. sabsab permalink
    30/07/2009 15:19

    Ceci dit, à un niveau de contact rapproché, puer du bec n’a jamais empêché de puer des aisselles.

  9. 30/07/2009 15:34

    Ben vi…

  10. 30/07/2009 15:40

    Oh mon Dieu Ripitoo, ne lui parle pas de Bismarck, elle va perdre les eaux, c’est son idole!

  11. 30/07/2009 16:25

    Bonsoir Ripit00, tu aimes le Nutella?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :