Skip to content

La Tristesse du roi.

16/07/2009

1On a tout dit ces derniers jours sur ce que furent la vie et la mort de Michael Jackson. Sa disparition est l’occasion d’imaginer ce qu’a pu être l’incroyable solitude de cet homme.

Certains commentaires, entendus ici et là, me laissent perplexe.

« C’est triste mais ça ne m’a pas autant affecté que la mort de Bashung. »

Silence gêné. Minute gamin. Tu as tout à fait le droit de préférer la musique de Bashung à celle de Bambi; de la même façon tu as le droit d’être plus affecté par la mort de ta grand-mère que par celle d’une quelconque Pop star… Mais tu dois te faire à l’idée: le reste de l’humanité se fiche éperdument de Bashung (remets-toi), de ta grand-mère (je sais, c’est incroyable) et de ton oncle Zouzou. Tu ne peux pas minorer la place titanesque que tient Jackson dans l’histoire de la musique et des images.
En trente ans de vie, je n’ai pas le souvenir d’avoir été témoin d’un événement médiatique qui, comme ce décès, ait provoqué une onde de choc planétaire aussi forte. Partout où des téléviseurs et des postes de radio sont en état de fonctionner (et cela va bien au delà de la planète-Occident) l’humanité pleure son prodige.

« Ok mais c’était un Noir honteux qui a tout fait pour devenir blanc. »

Non! Cet homme n’a jamais voulu être blanc, ni noir, ni jaune mais il a voulu être tout à la fois. Il ne s’agissait pas pour lui de s’intégrer à un quelconque groupe ethnique en en adoptant la couleur (l’individu de type caucasien n’a pas précisément l’apparence de MJ), mais au contraire de se mettre volontairement en marge du concept de race en ne ressemblant à aucun autre membre de l’espèce qui fut la sienne.
Son visage post-humain est à voir comme la synthèse hallucinée de tous ces visages qui se fondent les uns dans les autres par la grâce du morphing à la fin de Black or White. Rien de surprenant, par conséquent, à ce que le thème de la confusion des races soit un motif qui imprègne toute son oeuvre.
Il a eu la folie de vouloir s’affranchir de toutes ces données biologiques qui nous définissent (quoi qu’en disent certains) tout au long de la vie: la race, le sexe, l’âge.
Sa folie est celle des artistes et des fondateurs de religions. L’inspiration mythologique de MJ est plus à chercher du côté de Nazareth que de Neverland.

« Oui mais il était pédophile, ça ne fait aucun doute. »

Faux! Comme beaucoup d’adultes, MJ était une personne qui n’était pas sexuellement active (et je ne crois pas que Debbie Rowe, même avec toute la bonne volonté du monde, y ait changé quelque chose…). Cela ne veut pas dire qu’il fut dénué de toute sexualité mais qu’il savait que les choses du corps n’étaient pas pour lui. Pour partager l’intimité de quelqu’un, il faut une bonne dose d’abandon et de confiance en l’autre; MJ ne s’aimait pas suffisamment pour se laisser approcher.
Nul doute que son enfance brisée par la cruauté paternelle (Joe Jackson a violé et humilié ses enfants, c’est avéré) n’a pas aidé Michael à se sentir -littéralement- mieux dans sa peau.
L’artiste n’a jamais commis les méfaits dont on l’a accusé. Tout d’abord parce que deux décisions de justice ont été rendues: le premier procès s’est soldé par un non-lieu (infirmé par les récents aveux de la soit-disant victime, qui viennent blanchir MJ à titre posthume) et le second a abouti à un acquittement pur et simple.
Toutes les personnes qui l’ont croisé décrivent quelqu’un de timide, gentil et incapable de faire de mal à une mouche.
Les procès en sorcellerie qui lui ont été intentés sont de grossières tentatives d’extorsion rendues possibles par un système qui fait du crime à caractère sexuel avec circonstances aggravante lorsqu’il s’agit d’enfants, la pire des abominations.
Ce système conduit quelquefois à des situations dignes de Kafka, dans lesquelles l’accusé est forcément coupable (et ce n’est pas se faire l’avocat de Dutroux que de dire cela).

« Certes mais ce salaud était un cynique faiseur d’argent. »

A sa mort, ses dettes ont été évaluées à 500 millions de dollars.
On estime la totalité des dons que MJ a accordé à des oeuvres caritatives et autres associations de défense des droits de l’enfant à un montant de plus de 400 millions de dollars. Comment ça se passe au niveau de la générosité maladive?

Alors t’es gentil, tu vas écouter ton Bashung et moi, pendant ce temps, je vais perfectionner mon Moonwalk.

Trouduc.

Publicités
8 commentaires leave one →
  1. alain permalink
    16/07/2009 11:28

    leave alain alone!

  2. enfant touché permalink
    16/07/2009 11:29

    comment connais tu si bien michel??

  3. Mina permalink
    22/07/2009 15:17

    Bashung est mort? mais quand??

  4. LisaLisa permalink
    31/07/2009 01:50

    Petite vidéo à l’attention des trouducs qui minimiseront l’impact du génie Jackson sur la pop culture : filmée à Stockholm 10 jour après la disparition du king of pop.

    Trouduc (bis)

  5. 01/08/2009 19:01

    Excellent.
    Paix à son âme. Et à celle de Bashung.

  6. Le Joueur permalink
    28/08/2009 14:57

    Michael qui? Connais pas.

  7. super-courgette permalink
    12/09/2009 09:13

    quand la rubrique nécrologique me concerne plus que celle des naissance c’est là ou je me dis que je vieillis…
    Pff tout fout le camp

    ça m’a fait un pincement au coeur , ainsi que pour Bashung ben oui on pouvait apprécier les deux…
    par contre je me souviens qu’à l’annonce de la mort de Tino Rossi j’avais repris deux fois des nouilles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :