Skip to content

Au nom de tous les miens

16/01/2013

« Espèce de sale bisexuel ! »

C’est ainsi qu’à l’âge de 7 ans, j’ai découvert l’homophobie.

Je n’avais encore jamais éprouvé le moindre désir charnel, je n’avais aucune notion de ce qu’allait être ma sexualité future, mais les fauves impitoyables de la cour de récréation m’avaient déjà flairé. Il s’appelait Logan, il ne se souvient sans doute pas de ces mots balancés à la face d’un gamin il y a plus de 20 ans, mais ses paroles ont marqué ma vie. Bisexuel, quel mot étrange, dont ce pauvre Logan ne connaissait sans doute pas la signification. Mais il savait, comme je le savais aussi sans doute, que quelque chose en moi n’était pas tout à fait conforme à ce que l’on attend d’un petit garçon.

J

Pendant des années, j’ai prétendu aux autres et à moi même que j’avais échappé aux meurtrissures de l’homophobie. Parisien des beaux quartiers né dans les années 80, mon sort fut certes largement plus enviable que celui des génération qui m’avaient précédées, ou de ceux qui ont l’infortune de vivre dans des pays où l’homosexualité est encore hors-la-loi. Mais je réalise depuis quelques temps à quel point je n’ai fait que détourner mes yeux d’une réalité trop douloureuse. Et je veux que ceux qui n’en sont pas passés par là soient bien conscients de la violence du statu quo que cherchent à maintenir par tous les moyens ceux dont la clameur a résonné dimanche dernier dans les rues de Paris.

Toute mon adolescence, j’ai marché dans les couloirs de l’école en feignant d’ignorer les murmures de mes camarades. Les regards en biais, les rires sournois, les insultes furtives. Jamais je ne fus invité à une boum, à un anniversaire, à une soirée. Les colonies de vacances étaient pour moi un calvaire. Chaque cours de sport arrivait avec son lot d’humiliations, à tel point que je finis par supplier mon médecin de père de me fournir une dispense pour toute la durée de ma terminale, sous le prétexte que mon incompétence me couterait des points au BAC. En sixième, ma prof de sport, une dénommée Mme Bossuat qui sévit encore entre les murs de l’EABJM, chuchota à la mère de mon meilleur ami de se méfier de la mauvaise influence que je pourrais avoir sur lui. J’avais 10 ans. 7 ans plus tard, lorsque je parvins enfin à cracher le morceau à mon amie la plus proche, la seule chose que celle-ci trouva à me dire, c’est « N’en parle surtout pas à ton père ». Que n’aurais-je donné pour une de ces meilleurs copines de cinéma, qui m’aurait pris par le bras et emmené au Queen sur-le-champ.

Il s’agit de comprendre qu’à l’inverse des autres minorités, les homosexuels doivent apprendre à faire face à la discrimination seuls. Tous les noirs naissent de parents noirs, les arabes de parents arabes, les juifs de parents juifs. Face à un monde extérieur hostile, ils grandissent avec la certitude réconfortante de se savoir entourés par leurs semblables, leurs familles, leurs communautés, au sein desquelles ils se sentent protégés de l’intolérance des masses. Aucun homosexuel ne naît de parents homosexuels. Chacun d’entre nous doit faire face seul au sentiment d’être un étranger dans sa propre famille, à la négation de l’éventualité de notre différence, au potentiel rejet de ceux qui nous sont les plus chers. Au mépris, au dégoût, à l’horreur dans le regard de nos parents, nos frères, nos sœurs.

J’ai grandi à l’âge de pierre où seuls quelques nerds hystériques savaient ce qu’était Internet. Mes parents, des gens ouverts et tolérants, n’avaient pour autant jamais fréquenté le moindre homosexuel. Pour ma part, je n’en avais jamais rencontré ; ces gens-là n’étaient pour moi que des créatures efféminés et vaguement ridicules dont on se moquait gentiment lorsqu’on en croisait au restaurant. Des êtres qu’il n’était pas question de haïr mais qui provoquaient invariablement des soupirs de gêne lorsqu’on était confronté au désagrément de les voir s’embrasser à la télé. Et si mon père était le genre d’homme à s’emporter contre un cousin dégénéré qui affirmait que tous les pédés méritaient de brûler sur le bûcher, était-il pour autant le genre d’homme à accepter un fils pédé ? Plus je les voyais s’inquiéter de mon absence de petite copine, plus leurs interrogations se faisaient pressantes, plus je souffrais de mon inadéquation. Toutes les années précédant mon coming-out se déroulèrent dans un état de peur et d’anesthésie affective qui ne me laisse presque aucun souvenir.

La première fois que je posais mes lèvres sur celles d’une fille que je ne désirais pas, je ressentis une fierté euphorisante. La première fois que je fis l’amour avec un garçon dont je rêvais depuis des semaines, je fus dévoré par la honte à tel point que je ne parvins plus à le regarder dans les yeux. Il me fallut des années pour apprendre à accepter, assumer et affirmer ce que je suis, sans crainte des jugements malveillants et autres réactions embarrassées. Mais le combat était loin d’être terminé. Il me fallut déchoir brutalement de mon piédestal de gendre idéal, réduit à l’état de cauchemar dans les yeux des parents horrifiés de mes amies et amants. Il me fallut endurer les rationalisations de ceux qui me suggéraient de me faire passer pour le « meilleur ami » afin de ne pas froisser les âmes sensibles. Encore aujourd’hui, il me faut lire l’incompréhension dans le regard de mes nièces, à qui des esprits mal intentionnés ont glissé que leur oncle est un tordu qui vit dans le péché. Et chaque jour de ma vie, il me faut vivre avec l’incertitude que l’une des figures les plus importantes de mon existence m’aurait accepté tel que je suis, eut-elle vécu assez longtemps pour assister à mon coming-out.

Je ne demande à personne de s’apitoyer sur mon sort, juste d’essayer de comprendre que les vies des jeunes homosexuels sont pavées de douleurs, assez pour réclamer un engagement total de la part de ceux qui les entourent et prétendent les aimer. Car ces jours-ci, il nous faut subir de voir nos concitoyens descendre dans les rues pour s’opposer à ce que nous accédions aux mêmes droits qu’eux. Entendre que le mariage se verrait dépouillé de sa signification si nous autres avions l’audace de le profaner. Comprendre que les couples que certains d’entres nous construisent depuis des années ne sont rien de plus qu’une mascarade aux yeux de t-e-l-l-e-m-e-n-t plus de monde que nous n’osions l’imaginer. Supporter qu’une vieille morue décatie se paie son quart d’heure de célébrité sur le dos de tous ceux qui ne réclament rien d’autre que l’égalité qui figure dans la devise de notre République. Voir ces mêmes minorités qui hurlent à la discrimination au moindre jeu de mots douteux sur les juifs ou les arabes nous tourner le dos, et nous réserver le traitement contre lequel ils luttent en brandissant les droits de l’homme, ces mêmes droits qu’ils s’empressent de jeter à la poubelle dès que ceux-ci ne servent plus leurs intérêts propres. Essuyer l’indifférence de la majorité hétérosexuelle, qui semble ignorante au fait que ce dont on débat ces jours-ci n’est ni une conversation de salon, ni un prétexte à faire des bons mots sur les réseaux sociaux, mais bien nos vies. Des vies qui méritent que l’on se batte pour elles, que l’on ne tolère plus ceux qui les menacent, et que l’on descende dans la rue.

L’homosexualité m’a menée la vie dure, mais elle m’a aussi sauvé la vie. Elle m’a forcé à devenir plus fort, à tout remettre en question, à regarder au dehors, à être plus ouvert, à trouver ma propre voie, à me battre pour ceux que j’aime, et à devenir la meilleure version de moi-même à laquelle j’aurais pu aspirer. Pour rien au monde je ne souhaiterais être différent. Alors, que tous ceux qui conspirent à me priver de ce que je mérite au moins autant qu’eux sachent que leur croisade est perdue d’avance. Nous avons attendu longtemps, nous n’avons plus l’intention de nous cacher ni de nous taire, nous avons la rage au ventre et plus de force en nous que vous ne pouvez l’imaginer. Nous allons gagner. Et dans quelques années, c’est vous, les innommables du 13 Janvier, les opposants silencieux, les indifférents complices, qui vivrez dans la honte.

JJ

About these ads
253 commentaires leave one →
  1. 16/01/2013 08:41

    Ton post me laisse sans voix mais plus question de se taire. Je voudrais prendre la parole et en publier un extrait sur ma page, si tu le permets.

  2. caroline mendoza permalink
    16/01/2013 09:24

    C’est un beau texte de vérité personnelle, mais concernant la conclusion sur les hétéros complices car silencieux ou indifférents, je tique.
    A propos d’ouverture au monde et de confrontation avec la réalité, nous vivons (depuis fort longtemps), une période historique de grande violence politique, économique, affective et psychique : Concernant l’état du monde en général, avec lequel nous sommes en perpétuel face à face, du fait désormais de l’omniprésence des médias dans nos vies ; sur les versants plus intimes de l’existence concernant les profonds bouleversements des relations familiales et des relations de hommes/femmes, jusqu’à présent au coeur de la famille. Partout, dans toutes les strates de la vie, les questions de l’identité, de la légitimité, de la responsabilité, chancellent et bougent en profondeurs.
    Donc si je comprends bien que, depuis ta place, le mariage homo soit une question de premier ordre, tu peux aussi comprendre que , depuis la mienne, ce soit seulement une question parmi d’autres sans que je me sente pour autant, le moins du monde, « une hétéro indifférente et veule ».
    En outre, ayant vécu 20 ans de mariage dont il résulte 2 enfants que j’élève désormais seule, comme une majorité d’hétéros aujourd’hui en France, la question institutionnelle du mariage me semble totalement dépassée. Eh oui, nous en sommes là, nous hétéros avec enfants, et c’est chaotique et douloureux et fécond : aussi une épreuve de courage, lucidité, authenticité…
    Le chemin de croix pour accéder à ta singularité résulte d’un clivage (des valeurs, de l’image etc), j’entends très bien sa violence et je trouve essentielle de la dire. Mais creuser aujourd’hui ce clivage, le répercuter ou l’entretenir à travers une opposition passionnée homo/hétéros me donne le sentiment … de tourner en rond.
    Accéder à l’égalité administrative via le PACS était un droit et une reconnaissance indispensables. Vous pouvez aujourd’hui accéder au symbole du mariage, mais il ne vous mènera nulle part, sur le plan existentiel : c’est une coquille vide.
    La vraie question, me semble-t-il, concerne l’accès libre à la parentalité, extrêmement complexe quand elle touche les mères porteuses (et non la capacité de deux personnes d’un même sexe à assumer l’éducation d’un enfant, les couples hétéros en lambeaux ou en démission n’ayant aucune leçon d’exemplarité à donner à qui que ce soit) : Ne devrait-on pas débattre du coeur du sujet?

    • Florent permalink
      16/01/2013 09:43

      Très bel article, qui me rappelle du vécu…
      Pour répondre à Caroline, il n’a JAMAIS été question d’autoriser les mères porteuses dans ce projet de loi qui ouvre le mariage et l’adoption aux couples de même sexe.
      Il n’y a donc pas de débat à avoir là-dessus. Les opposants tentent de mélanger procréation médicalement assistée et gestation pour autrui, mais seule la PMA devrait être autorisée puisqu’elle existe déjà pour le couples hétérosexuels, juste question d’égalité.
      Les homos ne veulent pas plus de droits… seulement les mêmes que les autres…
      Et concernant les mariages, ce n’est pas une institution si désuète que cela puisqu’ils ont connu un regain cette année (cf l’INSEE).
      Je finirais par une invitation, si les opposants vous ont déprimé vous aussi, vous pouvez venir à la manifestation pour l’égalité du 27 janvier ;) https://www.facebook.com/events/185968891542715/?fref=ts

      • Vincent permalink
        16/01/2013 17:25

        En ce qui concerne la PMA pour les couple hétérosexuelles, rappelons qu’elle n’est accordée qu’en cas d’infertilité médicalement prouvée, soit en clair dans les cas de maladie empêchant la procréation. L’accorder aux couples homosexuels signifierait dans ce cadre que l’homosexualité est une maladie, ce que je réprouve au plus haut point.

        Il conviendra donc d’accorder une PMA « de confort » aux couples hétéro et homo pour avoir égalité. Mais ensuite, au nom de quoi pourrons-nous refuser la GPA qui ne sera qu’une demande d’égalité de la part des couples homosexuels masculins ?
        Je pense sincèrement que la GPA, qui peut nous paraître choquante aujourd’hui, sera la suite logique des évènements.

      • rougecerise permalink
        17/01/2013 08:52

        Vincent : au nom de quoi interdire la GPA pour les hommes si les femmes ont la PMA ? Il y a quand même une grosse différence : la GPA mets en oeuvre une tierce personne potentiellement payée pour l’usage de son corps. Éthiquement, la différence est de taille.

      • 17/01/2013 10:46

        Vous avez raison, la PMA pour les couples heteros fertiles mérite d’être débattue. Mais le terme « PMA de confort » est inadapté car elle n’a rien de confortable, en particulier pour la femme, qui doit suivre un traitement lourd et se faire faire des piqûres, sans parler du pourcentage d’échecs (il faut généralement plusieurs essais). Dans ces conditions je vois mal pourquoi les hétérosexuels fertiles pourraient l’envisager pour des raisons de « confort ».

    • Clo permalink
      16/01/2013 09:50

      Carolina le PACS ne donne pas la moitié des avantages administratifs qu’offrent le mariage. Pour moi il est donc essentiel que cette putain d’égalité soit respectée. Aussi bien pour le mariage que pour l’adoption.

      Je suis hétéro et ce texte ne me fait pas du tout sentir ce clivage hétéro/homo. Il n’y a aucune agressivité, juste un triste constat. Grandir et se construire lorsqu’on est homo est extrêmement dur, et même lorsqu’on y arrive le quotidien rappelle sans cesse l’inégalité et l’homophobie ambiante. Cela doit être si fatiguant à la longue.

      J’ai grandi entourée de mecs et je me suis toujours dit que j’avais les mêmes droits que les hommes, puisque c’est dans les textes de loi et que bah merde quoi, on est tous égaux. En grandissant je me prends de plus en plus la réalité sociale, cutlurelle, patriarcale en pleine tête et déjà ça me fait chier. Alors j’ose pas imaginer ce que ça doit être quand tu n’es même pas reconnu dans les textes de loi…

      Et au-delà des droits, ce débat découvre surtout pour moi la non-reconnaissance/ l’ignorance/ le rejet de l’homosexualité par une trop grande proportion (majorité ?) de nos concitoyens.

      Merci pour ce texte, de tout coeur avec toi.

    • teobaldo permalink
      16/01/2013 18:29

      @ Caroline Mendoza: Coquille vide, coquille vide… Pas d’accord! Pas si vide que ça si on s’intéresse à la portée SYMBOLIQUE de cette « coquille », qui devient alors un bouclier. Et puis OK OK, il y a plein de choses qui ne vont pas en ce moment, mais vous vous trompez en pensant que ça ne concerne que les homos. C’est précisément parce que les opposants sont les mêmes que contre l’avortement, la pilule, l’émancipation des femmes, etc. que TOUT LE MONDE PROGRESSISTE devrait être dans la rue en soutien à cette réforme, et pas seulement les homos. Les hétéros qui ne se bougent pas font à mon sens une grave erreur, même pour eux-mêmes, et je félicite l’auteur de ce texte de les renvoyer face à leurs responsabilités.

    • Geoffroy permalink
      22/01/2013 13:08

      « Vous pouvez aujourd’hui accéder au symbole du mariage, mais il ne vous mènera nulle part, sur le plan existentiel : c’est une coquille vide. »

      J’aime, à 25 ans (comprendre 7 ans après avoir passé l’âge de vivre sous tutelle), me faire dire que non vraiment, ce droit dont je jouis et pas toi n’est pas fait pour toi petit et remercie moi de t’épargner les soucis.
      Mon plan existentiel et moi, on veut se marier, parce que ton plan existentiel et toi vous pouvez le faire. Fin de la justification.

  3. guillaumepascanet permalink
    16/01/2013 09:29

    Tu étais bien mignon.

    Je comprends ton malaise devant les manifestations de dimanche, que je partage sans être pédé moi même. Mais console toi en pensant que comme pour le pacs, ils se battent sans aucune chance de succès et le savent probablement. Et comme pour le pacs, et malgré les déclarations des laideurs de l’opposition, aucun retour en arrière ne se fera (il n’y en a pas eu en Espagne alors même que les manifestations étaient bien plus puissantes et que la droite espagnole est bien plus liée à l’église que la droite française).

    Ce que tu racontes de ton enfance-adolescence me touche car j’ai vécu un peu la même, en particulier dans ma scolarité. Je pense même avoir passé pour un pédé au lycée.

    • 16/01/2013 09:47

      Et moi je passais pour « la Mongole » au collège (j’avais un coté « nerd » assez affirmé). Comme quoi, les petites terreurs trouveront toujours un souffre douleur. Mais ça a eu le bon coté de me sensibiliser assez tôt au concept de « discrimination ». Même si j’ai du quand même m’améliorer sur certains points…

      Personnellement, ma motivation à soutenir le mariage homo est très égoïste : je ne sais pas ce que ma fille deviendra mais si jamais elle s’avérait préférer une fille, je ne veux pas qu’on la prive du bonheur (et des emmerdes !) de se marier, d’être maman. Moi même, toute hétéro que je sois, je ne vois pas ce que ça me confère comme compétence supplémentaire. A part si on enferme son gosse, qu’on l’amène jamais en crèche, au jardin d’enfant ou chez la nounou, sans parler de ses grands parents, oncles et tantes, il sera TOUJOURS confronté à l’autre sexe que celui de ses parents homos.

    • 16/01/2013 10:10

      En Espagne, Rajoy et ses boys tentent de revenir en arrière histoire de (comme pour la nouvelle loi sur l’avortement d’ailleurs), mais effectivement ce n’est pas gagné… Et puis certains Etats latino-américains s’étant inspirés de la loi espagnole pour légaliser le mariage pour tous, ce serait un peu la honte pour Madrid…

  4. 16/01/2013 09:41

    Je lis beaucoup ici, sans laisser de commentaire. Mais là, je voulais dire une chose : la manifestation du 13 janvier a tordu les tripes de beaucoup d’hétéros aussi. Les miennes en tous cas.
    Courage.

  5. 16/01/2013 09:41

     » qui m’aurait pris par le bras et emmené au Queen sur-le-champ.  »

    C’est rigolo, parce que le Queen est sur les Champs. :)

    Hormis ça, très belle note. Très touchante. Ne t’inquiètes pas, il y a des gens qui vous aiment et sont près à se battre pour défendre vos droits… et votre honneur.

    Je ne suis pas homo, mais je suis une fag hag et ça me fait vraiment mal d’entendre des horreurs sur une communauté que j’aime et dans laquelle je compte de nombreux amis à chaque fois que j’allume un écran.

    Je te souhaite énormément de courage.

  6. Samie permalink
    16/01/2013 09:49

    Ces derniers jours on été plus décourageants que jamais. Merci pour le sursaut de motivation.

  7. Sarah permalink
    16/01/2013 09:54

    @ Caroline : Il me semble que vous ne comprenez ou ne connaissez pas le fond du débat. D’après les échanges nombreux et ce que j’ai pu lire ou entendre ces derniers temps, les couples homosexuels réclament l’accès au mariage pour les droits que cette institution recouvre, pas (pas uniquement, et pas en premier lieu en tous cas) pour le symbole du mariage en robe blanche. Le PACS était un pas en avant mais celui-ci a ses limites : il ne permet pas aux PACSés (il me semble) d’accéder au même niveau de droits, notamment lorsque la famille comporte des enfants : pas de démarche d’adoption commune possible, l’autorité parentale n’est pas partagée (seul un des parents est reconnu comme parent légal, l’autre n’a aucune existence devant la loi en cas de décès du parent légal, ou pour toute décision concernant la vie de l’enfant, en matière de santé, d’éducation, etc), en cas de décès de l’un des PACSés les questions de succession sont beaucoup plus compliquées.
    Donc oui, je comprends que ce débat ne vous semble pas de la plus haute importance, n’étant pas concernée au quotidien par toutes ces questions, toutes ces angoisses. Mais si l’on se met une minute à la place d’une famille homoparentale (elles existent déjà, malgré l’absence de législation), dont les parents doivent se préoccuper constamment de ce qui arrivera dans le cas où l’un d’eux aura un souci de santé, je comprends aussi que pour eux ça ne soit pas une question secondaire. Et que pour eux, le « symbole du mariage » (dont le côté symbolique n’est pas leur première préoccupation) ne soit pas une « coquille vide ».

  8. diegosan permalink
    16/01/2013 09:57

    LOGAN, SERIOUSLY ?

    • 16/01/2013 13:09

      C’est lui qui doit souffrir atrocement maintenant…

    • 16/01/2013 13:22

      tu n’as pas idee a quel point :

      « À cause de la nature de ses pouvoirs, on ignore son âge exact ; mais il aurait apparemment pris part à la Guerre de Sécession et aurait donc plus de 150 ans.
      En 1943, Logan travailla pour une mystérieuse organisation. Il était chargé de conduire des prisonniers politiques japonais dans une caverne secrète où des scientifiques américains les utilisaient comme cobayes. Véritable cerbère, il avait pour mission d’éliminer leur famille, tuer tout intrus ou toute personne cherchant à s’enfuir.
      Il est recueilli par James et Heather Hudson pour former la Division Alpha, un groupe de super-héros canadien. Alors qu’il est pressenti pour devenir leader du groupe, il choisit de le quitter (en fait, il est amoureux de Heather mais découvre que c’est Hudson qui lui a greffé son squelette d’adamantium) pour rejoindre les X-Men, recruté par le Professeur Xavier. Une forte hostilité naît entre Hudson et lui à cause de cette décision. Le gouvernement canadien tente de le faire ramener de force depuis les États-Unis. Après l’échec de ces tentatives, Hudson et Wolverine font la paix.
      À son arrivée chez les X-Men, Wolverine est misanthrope, solitaire, et supporte mal l’autorité. Ce mauvais caractère provoque souvent des heurts avec Cyclope, le leader des X-Men. Toutefois, à force d’entraînement et de patience, il parvient à contrôler son instinct bestial et son humeur vindicative. Ces défauts sont aussi ce qui fait sa force lorsqu’il s’agit d’affronter des adversaires à la force surhumaine. Malgré ce tempérament, il est aussi un guerrier à l’âme de poète.
      Il s’avère être un homme aux multiples talents. Il parle japonais, russe, mandarin, cheyenne, lakota, et espagnol ; il a des connaissances en français, thaï, et vietnamien. Il suit un code d’honneur personnel et se lie d’amitié avec ses collègues X-Men, notamment Diablo, pourtant si différent de lui. Les X-Men l’appellent familièrement Logan, sans qu’il sache lui-même d’où vient ce surnom. On apprend toutefois en 2001, lors de la saga Origin, qu’il était issu d’une riche famille (patronyme James Howlett) dont le jardinier était nommé Logan…
      Logan rencontre au cours d’une expédition au Japon Lady Mariko Yashida. Plus tard, il est forcé de tuer le père de celle-ci lors d’un face à face pour détruire le cartel du crime qu’il contrôle. Mariko et Logan se rapprochent, mais en raison d’un étrange code d’honneur de la famille de la japonaise et aussi à cause de manipulations du Cerveau, elle se refuse à l’épouser malgré leur attirance réciproque. Elle est empoisonnée par Reiko, un assassin Yakuza, et Silver Fox, ce qui contraint Wolverine à abréger ses souffrances en la tuant de ses griffes, à sa demande, pour mettre un terme à l’action de la toxine incurable. Cet événement dramatique bouleverse Logan et le marque à jamais, le rendant plus réfléchi.
      Il connait ensuite de nombreuses aventures, et affronte de nombreux ennemis, comme des Sentinelles cachées en Australie, Lady Deathstrike, la cyborg Cylla et Bloodscream qui le pourchassèrent dans le grand Nord canadien, Cyber…
      Une des épreuves les plus dures qu’il eut à endurer est l’extraction de son adamantium par Magnéto. L’adamantium avait en fait bloqué l’évolution de sa mutation, et il commençait à régresser vers un état sauvage. Son facteur de guérison, lui aussi bloqué par l’adamantium, se réajusta, à un niveau et une vitesse incroyables après un temps d’inactivité totale (Logan crut même que son facteur était perdu).
      De retour sur l’île de Madripoor, il y épouse Vipère, par dette d’honneur, et est violemment attaqué par Dents-de-Sabre au sommet de sa forme. Kitty Pryde lui sauve la vie.
      Genesis, le fils adoptif de Apocalypse, lui tend un piège avec les Dark Riders, pour le transformer en Cavalier de l’Apocalypse. Mais le plan échoue, et Genesis et plusieurs Dark riders (Lifeforce, Spyne et Hurricane) sont tués. Wolverine est alors aidé par Elektra pour guérir de sa régression à un état animal, primitif.
      Pendant qu’un Skrull se faisait passer pour Wolverine, Apocalypse réussit à enlever l’adamantium de Dent de Sabre pour en recouvrir le squelette de Wolverine, le transformant en l’un de ses cavaliers : La Mort. Mais Wolverine finit par réussir à récupérer sa personnalité.
      C’est lui qui a décapité l’imposteur de Magnéto, quand ce dernier s’est emparé de l’Institut et menaça de détruire New York. Le sacrifice de Jean Grey dans l’espace fut aussi un grand traumatisme affectif. À la suite de la mort de Jean, Logan eut plus que jamais des problèmes avec Cyclope, ne comprenant pas la consolation qu’il trouvait avec Emma Frost.
      Depuis fin 2004, le tandem Mark Millar et John Salvatore Romita Jr. a pris le destin de Wolverine en main : La Main et l’HYDRA ont capturé le héros et Gorgone, un être mystérieux, lui a fait un lavage de cerveau. Depuis, ils l’utilisent pour assassiner leurs opposants, en particulier les agents du SHIELD de Nick Fury. Il tue ainsi Vega, son ancien équipier de la Division Alpha. Il reprend peu après le contrôle de lui-même et part alors dans une croisade contre l’Hydra provoquant une hécatombe qui le place en porte à faux avec Captain America »

      • 16/01/2013 13:24

        AHAHA

      • 16/01/2013 14:02

        Huge !
        roulage par terre

      • 16/01/2013 15:19

        Mais heu ! Chuis fan depuis mes 13 ans moi (oui je sais, ça et l’élevage de petits poneys en ligne,ça commence à faire batterie de cuisine…)

  9. 16/01/2013 10:02

    une autre minorité fait face à la discrimination seule : celle des handicapés, qui a autant la rage au ventre et qui ne grandit pas du tout dans des certitudes réconfortantes et au milieu de ses pairs. Alé, homosexuels et handi dans les mêmes manifs ;-).
    A part ça, discours un poil trop culpabilisant…

    • Le Pet Financier permalink
      17/01/2013 15:45

      Pourrais-tu préciser que le discours est tout de même brillant ?

  10. ieloseubmarine permalink
    16/01/2013 10:08

    halala, ces Logan, on devrait les éradiquer des cours de récré, vraiment.
    Une précision : autre minorité fait face à la discrimination seule : celle des handicapés, qui a autant la rage au ventre et qui ne grandit pas du tout dans des certitudes réconfortantes et au milieu de ses pairs.
    Alé, homosexuels et handi dans les mêmes manifs.
    A part ça, discours un poil trop culpabilisant mais brillant.

  11. 16/01/2013 10:12

    Comme je l’ai dit hier à une de mes connaissances sur facebook, j’espère que dans 20 ans ces gens-là auront le courage d’avouer à leurs enfants de quel côté de la barrière ils se situaient en ce jour. Parce que, comme ils le disent si bien: « on ne ment pas à des enfants ».

  12. dandan permalink
    16/01/2013 10:14

    on peut faire suivre ?? j’ai des amis qui sont réfractaires à FB…
    très beau texte, très juste
    merci

  13. 16/01/2013 10:14

    Comme je le disais hier à une connaissance, j’espère que dans 20 ans ces gens-là auront le courage d’avouer à leurs enfants de quel côté de la protestation ils se situaient. Parce que, comme ils le disent si bien: « on ne ment pas à des enfants! »

  14. 16/01/2013 10:22

    <3 <3 <3
    Un autre texte à partager : http://jamesetleshologrammes.fr/?p=72

    • Le Pet Financier permalink
      17/01/2013 19:04

      Trés beau texte aussi, mais certains comméntaires sont à vomir.
      Et j’ai vomi.

  15. 16/01/2013 10:32

    Très beau texte, sinon tu peux dire à ceux qui sont hypocrites dans ton entourage et croyants, que le mensonge est un pêché capital. Ils vivent donc eux, dans le pêché.. haha .

    Y’a un truc qu’on ne mesure pas : c’est ce qui se passe dans la tete des jeunes gays qui ont donc personne à qui parler, personne pour comprendre ou les écouter alors que des tomberaux de saloperies (pollution mentale, danger pour les enfants etc..) sortent tous les jours. Tous ces jeunes qui se regardent dans la glace et se demande s’ils sont un monstre? Ceux là ne savent pas qu’ils ont affaire à des croisés d’un autre temps, des imbéciles hors du monde….

    • 16/01/2013 14:05

      je conseille deux très bonnes BD d’Hugues Barthe à offrir dans ces cas là…

      « Dans la peau d’un jeune homo » et « Bienvenue dans le Marais ».

      simple, drôle, frais et sincère, Hugues Barthe traite très bien de ses questionnements et il peut être un vrai réconfort pour certains, et un vrai outil de compréhension pour d’autres.

  16. 16/01/2013 11:07

    A reblogué ceci sur Dust and commented:
    Il est m’est rarement coutume de relayer un article sur mon blog (enfin cet espace hybride sans définition pour le mien ^^) mais là, ça vaut le coup :)

  17. davidgeridoo permalink
    16/01/2013 11:10

    Sont-ce les Twin Towers sur la première photo ?

    ET APRÈS, ON VEUT NOUS FAIRE CROIRE QUE L’HOMOSEXUALITÉ N’A AUCUNE INCIDENCE NÉFASTE SUR SON ENVIRONNEMENT !

  18. Steible permalink
    16/01/2013 11:19

    Quel magnifique article ! Vous avez un sacré style, utilisé ici avec justesse pour parler d’une manière vibrante d’un combat que vous porte. C’est très beau. Merci.

  19. 16/01/2013 11:25

    Love you <3

  20. 16/01/2013 11:25

    Un marcel et une casquette, really ?

    • 16/01/2013 13:20

      Je ne tolérerai pas de commentaires de style de la part d’un aspirant australien.

      • La Cacahuète permalink
        17/01/2013 19:02

        Sans vouloir foutre la merde… Really really ?

      • Le Beau'F permalink
        18/01/2013 20:49

        C’est pas un peu plouc sur les bords?

      • La Cacahuète permalink
        19/01/2013 20:26

        J’appellerais plutôt ça une erreur de jeunesse. Mais une erreur tout de même.

  21. Scientifique à Poil permalink
    16/01/2013 11:35

    La dernière photo est très belle.

  22. 16/01/2013 11:47

    Superbe texte. Merci tout simplement d’avoir partagé.

  23. 16/01/2013 11:48

    Superbe article, excellente argumentation. Je reconnais ces sentiments moi aussi. Je ne sais pas si elle convaincra les opposants les plus farouches, avec lesquels il n’y a pas moyen d’argumenter de toute façon. Mais cela fait du bien de les remettre à leur place. Oui, ce sont des losers. Oui, dans 20 ans, ce sera trop la honte pour eux de s’être opposés si bruyamment à l’égalité pour leurs concitoyens. On les aura prévenus. Tant pis pour ces minables.

  24. Hub permalink
    16/01/2013 11:50

    Bon bah encore une fois, merci hein. tu écris bien, tu écris juste. ton histoire est celle de tellement de garçons et de filles, tellement réaliste et vraie. merci et bravo

  25. Anonjibs permalink
    16/01/2013 12:08

    Je reste sans voix, Touchant !

  26. linculte permalink
    16/01/2013 12:46

    C’est ce que l’on appel un article cathartique. Merci

  27. Lily F. permalink
    16/01/2013 12:52

    Merci pour ce si beau texte, pas larmoyant pour un sou, mais remarquable de justesse. Ca fait du bien, en ces temps obscurs.

    J’ai récemment parlé à un septuagénaire à la vie bien remplie, qui me racontait sa jeunesse dans la clandestinité des parcs, et les drames absolus qu’il avait connus à la mort de son compagnon dans les années SIDA. Et il m’a dit, très ému, comme il était heureux d’être encore vivant pour voir, aujourd’hui, quarante ans de luttes aboutir.

    Je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est aussi pour ceux qui n’auront pas vécu jusque là que nous nous battons à présent. Je ne peux pas m’empêcher de penser aussi à ceux qui n’ont pas résisté aux insultes et aux humiliations, parce que, le 13 janvier, j’ai vu le visage de leur meurtrier.

    Pour répondre à Caroline: oui, le mariage pour tous est un dossier urgent, pour les homos, comme pour les hétéros, parce qu’un état de droit ne peut, sous aucun prétexte, tolérer une inégalité patente entre ses citoyens. Ne nous leurrons pas: si l’adoption de ce texte semble aussi complexe, c’est uniquement du fait de ses opposants. Sans l’homophobie institutionnalisée d’une large partie de la droite, l’égalité des droits ne serait plus une question, mais une évidence.

    • 16/01/2013 15:45

      Je ne pense pas qu’on puisse limiter l’homophobie à la droite malheureusement, de la même façon qu’elle ne se limite pas aux croyants pratiquants ou non.
      Peut-être qu’elle y est plus visible parce qu’elle y trouve plus facilement de justifications dans les valeurs traditionnelles conservatrices mais non, il existe des gens qui se réclement de gauches homophobes aussi.

      • Lily F. permalink
        16/01/2013 17:37

        Ah mais nous sommes d’accord sur ce point: la droite n’a pas le monopole de l’homophobie. Et à l’inverse: Roselyne Bachelot, quoiqu’on en pense par ailleurs, a sans doute plus fait pour l’égalité des droits qu’une bonne partie des députés PS.
        En revanche, sur les points basiques du mariage / adoption, il n’y a que les partis de droite qui soient officiellement contre, et historiquement, la très large majorité des avancées légales pour les LGBT ont été signées par la gauche, dans l’opposition virulente des partis de droite.

  28. 16/01/2013 12:54

    Est –ce que c’est si difficile de croire qu’on peut être contre ce projet de loi sans être homophobe ? Pouvons-nous être votre ami si nous sommes contre ce projet de loi ? Oui nous (tous les hétérosexuels) avons surement une certaine responsabilité dans la souffrance que vous vivez et que vous avez vécu .Il est clair que l’incompréhension de l’homosexualité a engendré et engendre tjrs la peur voir la haine chez certain mais le fait de nier que l’homosexualité sort de l’ordinaire voir de la norme n’améliorera pas non plus le bien être des homosexuels.
    Je pense que quelques soit les avancés que connaitra notre société, ça demeurera toujours difficile pour un parent d’apprendre l’homosexualité de son enfant qu’on manifeste ou non. Et donc je pense que malgré une pseudo-validation sociale, les personnes qui se découvriront un désir envers les personnes de même sexe continueront de le vivre douloureusement. C’est facile de nous rendre responsable de tout votre mal être parce que nous disons une réalité çàd qu’on ne peut réclamer de la société le droit d’avoir des enfants comme tous les autre et pourtant en pratiquant une sexualité qui ne peut absolument pas réaliser ce désir.

    • Lily F. permalink
      16/01/2013 13:08

      Vous confondez sciemment la parenté et la parentalité, et c’est bien dommage.

      « Réclamer le droit d’avoir des enfants (…) en pratiquant une sexualité qui ne peut absolument pas réaliser ce désir. »
      Aucun couple homo ne réclame le droit de faire un enfant entre deux femmes ou entre deux hommes sans aucune intervention extérieure; être homo, ça ne vous rend pas con face aux lois élémentaires de la nature. D’ailleurs, vous remarquerez, les enfants, on sait déjà les faire, puisqu’on en a. Ce que réclament les homos, c’est le droit de pouvoir ÉLEVER des enfants. Certains enfants sont issus d’unions antérieures, certains de projets de coparentalité, certains d’adoption, certains de PMA. Le fait est que ces enfants ont un statut instable, parce que la société française a du mal à concevoir qu’un parent n’est pas un géniteur, alors même que ce principe est la base de l’adoption.

      Etre un père, être une mère, ça n’a rien à voir avec 23 chromosomes et quelques gouttes de sperme. Ca a à voir avec l’amour, le soutien, quotidien que l’on fourni à un enfant. Et ce, quelque soit notre sexe ou notre lien génétique.

      • 16/01/2013 13:32

        Vous jouez sur les mots parce que vous savez bien qu’il y a moyen de donner des droits à ces enfants et de résoudre cette injustice sans pour autant instituer une autre injustice celle de priver officiellement le droit à certain enfant d’avoir un jour un Père et une Mère qui les aiment et les chérissent . Au nom de quoi une assemblé, un état peut instituer une loi qui prive officiellement de certain enfant le droit d’avoir un Père et une Mère. On se basera sur quel principe lors de l’adoption pour dire au petit Paul que lui il aura un Père et une Mère mais que Lucie sa petite copine d’orphelinat aura deux mamans ou deux Papa mais que malheureusement elle ne pourra pas avoir un Père et une Mère à la fois.

      • Lily F. permalink
        16/01/2013 13:44

        Un père et une mère au sens biologique? Je vous rassure, il y en aura toujours. Et on lui expliquera, de la même façon qu’à tout enfant adopté ou né par PMA, qu’il y a eu des affaires de graines, mais que ses parents sont ceux qui l’aiment.
        Au sens social? On expliquera au petit Paul qu’on peut être élevé par deux hommes ou par deux femmes, ou par un homme et une femme, et que c’est très bien comme ça.
        Mathématiquement, il n’y a pas de différence entre un père + mère et deux pères / deux mères. A moins de poser que la mère est intrinséquement différente du père par quelque chose qui ne relève pas uniquement de la phénotypie génitale – en d’autres termes, dire que l’homme et la femme sont de deux natures différentes et complémentaires; et ça, ça s’appelle du sexisme.
        Si vous en êtes encore à croire que la différence entre un homme et une femme est d’une nature toute autre que celle existant, par exemple, entre un homme noir et un homme blanc, ma foi, je ne peux rien faire pour vous.

      • 17/01/2013 00:14

        Merci pour votre réponse qui résume parfaitement, la raison pour laquelle le dialogue des pour et des contre est un dialogue de sourds. En quelque ligne vous venez de me dire que vous vous défendez l’égalité par une idéologie. C’est l’idéologie du gender .En effet à partir du moment qu’on a gommé les différences entre les sexes, en les considérant comme de simples effets d’un conditionnement historique et culturel en minimisant la différence corporelle, appelée sexe, tandis que la dimension purement culturelle, appelée genre, est soulignée au maximum et considérée comme primordiale alors en effet votre combat d’égalité entre un couple de même sexe et un couple hétéro trouve sa cohérence . Et ça c’est une idéologie, certes elle a des conséquences dans votre vie que vous jugez positive au point de vouloir l’impose institutionnellement à tout un peuple mais elle en a aussi sur nous ,sur nos futur enfants que nous jugeons profondément néfaste .Et donc croyez nous lorsqu’on vous dis que nous ressentons cette loi comme une menace de notre identité.

      • Lily F. permalink
        17/01/2013 01:07

        Je ne continuerai pas plus allant, puisque, comme vous le dîtes, il s’agit d’un dialogue de sourds. Ceci est donc mon dernier message, je considère que tout aura été dit, et m’excuse par avance de la longueur du message.

        Quelques corrections: « l’idéologie » du genre, c’est une appellation que ne manient que ceux qui essaient de discréditer les gender studies (ou bien ceux qui sont de parfaits ignorants en matière de sciences et de sciences humaines, mais je tend à penser que ce n’est pas votre cas). Comme tous les travaux scientifiques, les études portant sur le genre enquêtent, à partir d’hypothèses qu’elles confirment ou infirment, et arrivent parfois à des conclusions contradictoires. Parler d’une idéologie ou d’une théorie (par définition unique) face à des travaux d’une telle ampleur, c’est franchement insultant pour leurs auteurs.

        En ce qui concerne une supposée « essence » féminine (et son analogue masculine), pas besoin des études de genre pour en réfuter l’existence: l’anthropologie suffit, dans des constats fait bien avant la naissance de Judith Butler. Les places des hommes et des femmes au sein des cultures n’ont cessé d’être mouvantes dans l’histoire des sociétés européennes, et diffèrent bien plus encore d’avec celles qui leur sont assignées dans des sociétés amazoniennes, asiatiques, africaines…

        Sans vouloir faire d’anachronisme, les gender studies étant moins datées que le début des combats féministes, c’est précisément parce que les femmes ont refusé cette idée de dualité des sexes qu’elles ont pu voter, s’émanciper, faire des études, s’imposer dans des milieux dits masculins, etc. Il est d’ailleurs édifiant de constater que les prédictions de déliquescence sociétale faites par les anti-mariage aujourd’hui sont à peu près les mêmes que celles des anti-droit de vote des femmes il y a un demi siècle. Et pourtant elle tourne…

        Vous partez du postulat, encore une fois, qu’une différence de phénotype physique exige une différence de nature. C’est ce même raisonnement qui mena à l’esclavagisme et à la ségrégation raciale (entendons-nous, je ne vous accuse pas de racisme). C’est ce même raisonnement qui pourrait mener à exiger que tous les enfants aient un parent brun et un parent blond, puisque ce qui est différent est complémentaire. Absurde? Tout à fait. Mais ce qui est plus absurde encore, c’est de n’accorder d’importance qu’à la différence des sexes. D’autant qu’il est bien peu de paramètres aussi difficiles à évaluer. A quel niveau placez-vous le sexe? Génètique, chromosomique, gonadique, hormonal, phénotypique, social? Dans certaines sociétés, on définit aussi le sexe en fonction du sexe (génital) par lequel on est attiré. Vous voyez, il y a bien plus de diversité en matière de sexe que cette bonne vieille dichotomie pénis / vagin.

        Je vous crois tout à fait lorsque vous me dîtes ressentir cette loi comme une menace pour votre identité. Mais c’est en soi un non-argument: ce n’est pas parce qu’une partie des citoyens croient au bien fondé d’une injustice que la société ne se doit pas d’y mettre un terme. Encore une fois, des racistes, des antisémites, des sexistes, je vous en trouverai treize à la douzaine – faudrait-il rediviser les bus, coudre à nouveau des étoiles, réserver le vote? Non. D’autant que, puisque c’est à VOTRE identité que vous tenez, il vous appartiendra toujours de la définir: personne n’ira vous imposer une forme de famille dont vous ne voulez pas pour vous-même.

        Enfin, vous dîtes que je, que nous, voulons imposer cette vision de l’égalité homme / femme. Mais n’est-ce-pas la vôtre qui nous est actuellement imposée, et avec bien plus de violence, puisque nous n’avons aucun moyen légal d’y échapper? Une fois la loi du mariage passée, rien ne vous interdira de vivre dans votre couple, dans votre famille, d’éduquer vos enfants avec les principes qui vous semblent bons. Laissez aux homos la possibilité de faire de même.

      • 17/01/2013 22:54

        Eri Beni, je t’ai répondu en grand format plus bas. au vu de ta dernière réponse l’hypothèse 1 que j’y formule semble se préciser.

      • 17/01/2013 23:31

        Chère Lily
        Je vous remercie de cet échange .Vous me parlez d’évidence anthropologique que j’ai vraiment du mal à voir mais soit …Pour terminer je voudrais juste vous recommander un livre que je viens de lire d’une essayiste, romancière, féministe de la première heure ; Nancy Huston « reflets dans un oeil d’homme » .
        Bon week end

      • Sarita permalink
        21/01/2013 15:03

        @Lily F. , merci, tout est dit, je pense qu’on a les même lectures….

    • 16/01/2013 13:17

      Difficile non, impossible oui.

      « On ne peut réclamer de la société le droit d’avoir des enfants comme tous les autre et pourtant en pratiquant une sexualité qui ne peut absolument pas réaliser ce désir ? » (sic)

      Doit-on en déduire que vous êtes favorable à l’interdiction d’adopter pour tous ceux -hétérosexuels stériles, hétérosexuels célibataires- dont la sexualité (ou absence de) ne permet pas de concevoir ?

      • ariko51 permalink
        16/01/2013 13:44

        je plussoie bien evidemment si ce n’est qu’il n’est pas simple pour un hetero celibataire d’adopter en France aujourd’hui. Comme le dit lili.F, il s’agit d’adopter, d’elever et non pas de faire un enfant !
        Cela dit, cela pose tout de même une question de fond (qui ne remet pas en cause une seule seconde le mariage pour tous) sur l’humain et le progrès : le progrès nous permet, soit par la science soit par les lois s’il s’agit d’un progrès social, d’accéder a ce que l’homme n’aurait jamais pu faire naturellement (voler / vivre toujours plus vieux / ou, bientot pour les homos d’avoir un enfant en toute légalité, par ex). Il me parait important que la cite soit de plus en plus sollicitée sur l’éthique de ces progrès. Les progrès allant de manière exponentielle dans certains domaines, il est primordial que des cadres législatifs, des comités éthiques soient la pour éviter les dérives. Je plaide par ex pour l’euthanasie mais il s’agit d’y mettre un cadre précis et flexible a la fois qui permette a des professionnels d’agir. Autre ex : Personne ne nie l’avancée du droit au divorce et la libération que cela a pu représenter notamment pour les femmes mais force est de constater que le mariage y a justement perdu beaucoup de sa part sacrée et que de nombreux adultes ne s’interrogent pas assez avant de se lancer dans cet engagement. il me parait donc plutôt sain qu’il y ait débat sur chaque avancee sociale ou scientifique.

      • libertad777 permalink
        16/01/2013 19:11

        @ericbeni : Qui que vous soyez, je ne vous permets pas d’assimiler « tous les hétérosexuels » à vos pensées négatives, idiotes, très condescendantes, svp, parler en votre nom propre, cela sera beaucoup plus honnête (enfin si vous pouvez l’être). Je trouve ce texte d’une beauté et sincèrité maginifique, je suis hétéro, complètement pour le combat que mène les homosexuels, pour l’égalité pour tous, car j’aime les hommes et les femmes, les humains, et sans égalité entre nous pas de justice! je serai à Paris le 27 janvier, heureuse et fière de partager ces heures de combat avec l’humanisme et l’amour!

      • rougecerise permalink
        17/01/2013 09:16

        Ariko51 : mais oui, nous pouvons en débattre, de l’affaiblissement du mariage. Contrairement à vous, je pense que les jeunes se mariant aujourd’hui y accordent autant d’importance qu’autrefois. D’une part, parce que ce n’est plus un point de passage obligé, leur acte est donc encore plus une manifestation volontaire et non le respect d’une norme sociale. En revanche, la société a beaucoup changé également. Carrières plus instables, chômage, montée des inégalités, accroissement de l’espérance de vie… le mariage souffre de cette instabilité, et quand à 50 ans un homme ou une femme a encore 30 belles années devant lui, si son couple bat de l’aile, il cherchera peut être plus volontier à refaire sa vie autrement, non ?

    • Papaye permalink
      16/01/2013 15:30

      « Pouvons-nous être votre ami si nous sommes contre ce projet de loi ? » Non.
      Mais c’est juste parce qu’on est des sales extrémistes soumis à un lobby décadent qui va anéantir la civilisation.
      Plus sérieusement, puisque le bien-être des enfants semble être au cœur des préoccupations des hostiles, peut-être ces derniers prendront-ils quelques minutes de leurs temps pour écouter vraiment ce que les enfants de familles homoparentales ont à dire. Et du coup, peut-être arrêteront-ils aussi de parler à leur place.

      • Le Pet Financier permalink
        17/01/2013 19:39

        Merci pour le lien.

  29. 16/01/2013 13:19

    Tres beau texte effectivement et nombreux sont les hétéros qui soutiennent la cause mais il est malheureusement bien connu qu’il est souvent plus facile de fédérer contre que pour (je crains le pire lorsque Hollande aura le courage de lancer le projet du droit de vote des étrangers). Cependant, je persiste suite a ton article sur l’homophobie : tu as trop tendance a mettre tout le monde dans le même sac. Ma grand-mère de 94 ans a par ex toujours vote a gauche, est plutôt ouverte d’esprit mais aurait surement eu du mal si elle avait eu un de ses petits enfants homos et je ne vais pas lui jeter l’opprobre si elle reste une « indifférente complice »…
    Que tu aies subi des vexations toute ton enfance et ton adolescence certes, que la société évolue majoritairement dans le bon sens (encore que le statut des homosexuelles soit encore beaucoup plus tabou que celui des homosexuels), que l’Etat soit la pour faire progresser les mentalités, oui mais je ne crois pas que tu sois dans le juste dans ta dernière tirade certes sincère.
    M’est avis qu’il faut parler avec ceux (au moins les « opposants silencieux » ou les « indifférents complices ») qui gardent en eux ne serait-ce qu’un soupçon d’homophobie, les convaincre de leurs erreurs plutôt que de les placer violemment face a leur lâcheté ou a leurs peurs.
    C’est ce que j’essaie de faire parfois quitte a ce que l’on me traite parfois de pédé refoulé !

  30. plume permalink
    16/01/2013 13:23

    Tenir, que le gouvernement tienne évidemment, parce que se sera comme le pax, ils se sont beaucoup agités, et puis finalement, la société a accepté cette avancée, et elle acceptera la suivante. Et peut-être que tous ceux qui ont marché comprennent à quel point se réunir et agiter des ballons pour dire qu’ils rejètent une partie de notre société, des gens qu’ils croisent tous les jours est insupportable. Ca m’énerve d’être cette majorité silencieuse, qui aimerait prouver aux autres que non, ils ne sont pas majoritaires.

    • 16/01/2013 13:41

      Encore une fois on ne rejette PERSONNE ,ça devient insultant et insupportable d’entendre constamment cela .Moi personnellement je suis chrétien , et je pars du principe que le Christ est mort pour tout homme et plus on est rejetté (quelque soit les raisons ) plus le Christ le est proche .Alors comment pourrais je prie et dire au Christ que je l’aime tout en rejetant ceux qu’il aime infiniment ? Alors croyez au moins à notre bonne foi lorsqu’on vous dit qu’on ne rejette personne

      • plume permalink
        16/01/2013 14:44

        Mais n’est-ce pas un rejet sociétal ? On vous accepte, mais on veut pas que vous ayez les même droits que nous, on appelle ça comment alors ? Personnellement que j’ai une religion ou pas, j’ai quand même l’impression, vu les témoignages ici comme ailleurs qu’ils se sentent quand même un rejeté, non ?

      • 17/01/2013 23:55

        @plume
        C’est faux ce que vous dites .En France tous les hommes et femmes ont les mêmes droits et devoirs .Mais par contre certaines situations de faire famille n’êtant pas semblable ils ne sont pas égal en droit .Par exemple malgré le fait que le polyamour (ou le libertinage ) existe en France il est interdit de constituer une famille au dé là de 2 personne majeurs ce qui n’est pas le cas dans tous les pays. Avec cette loi rien n’empêchera d’ici 20ans si la société est prête,à 2hommes et une femme ou l’inverse de réclamer les mêmes droits que les autres familles. Ils se servirons des même discours que vous usez maintenant pour argumenter leur cause et l’Eglise repetera aussi la même chose , on lui rappellera son opposition contre le mariage homosexuel et que la société ne s’est pas effondré et la Gauche votera cette loi .

  31. Phil permalink
    16/01/2013 13:34

    Merci pour ce post.
    Je suis né dans les années 60, en province, …. sans commentaire.
    Je croyais de ce fait être beaucoup plus endurci que les autres contre l’homophobie ambiante.
    Je constate qu’il n’en est rien face à cette violence institutionnalisée et relayée jusqu’à plus soif par les medias depuis des mois.
    Je suis effrayé par la bêtise prétentieuse, la bien-pensance satisfaite qui s’étale partout à longueur de posts sur internet. Je méprise ces « hétéros(?) » donneurs de leçon à deux balles, leur logorrhée pompeuse et leur infatuation pour leurs titres et leurs prétendues expertises, dérisoires au regards des faits que je connais bien..

  32. 16/01/2013 13:55

    tiens c’est marrant je ne m’attendais pas du tout à tomber sur quelqu’un de l’eabjm! je suis un blog qui a linké cet article et ça m’a fait rire ce que tu dis sur Mme Bossuat. Ca m’a rappelé mes propres cours avec Mme Bossuat qui n’étaient pas top non plus. Je me souviens qu’en 6ème elle avait demandé aux gens de la classe si on avait des gens de notre famille qui étaient célèbres…

  33. Incanus permalink
    16/01/2013 13:57

    Trés beau texte, très juste, très bien écrit. Ayant aussi souffert pendant des années en cours de récré (pour d’autres raisons et certainement pas autant, je ne compare pas), catalogué comme « intello » à cause de mes lunettes et comme « faible », parce que je n’avais pas envie de taper sur la gueule des autres ou de suivre les petits chefs, j’en ai chié suffisamment pour être tout aussi hostile aux discriminations.

    Heureusement, beaucoup d’hétéros soutiennent l’égalité des droits pour les homos et sont écœurés par ces manifs haineuses, et/ou manifestent en faveurs de cette loi. C’est dommage que trop peu l’expriment et que tant d’autres soient indifférents, comment peut-on trouver mineure quelque chose d’aussi important, cad le début de la fin de préjugés si anciens et si ancrés, le début d’une véritable égalité, qui commence par l’égalité de droit.

    Pour ma part, j’espère que malgré ce déferlement de haine, c’est l’occasion d’enfin parler de l’homosexualité partout, clairement, sans gêne, de mettre hors d’état de nuire les connards et de normaliser la situation. On peut pas continuer à vivre avec des tabous à la con comme ça.

    Je suis aussi persuadé que les hétéros ont tout à gagner à cette réforme, peut-être qu’enfin on sortira de ces stéréotypes d’hommes « virils » et de femmes « féminines » qui font du tort à tellement de gens. Les gens doivent avoir le droit de vivre comme ils veulent, avec l’identité qu’ils veulent, et merde aux cons.

  34. 16/01/2013 13:57

    many thanks peday !

    je ne sais pas pour les autres mais perso… j’avais un peu de mal à me mobiliser pour quelque chose que j’ai toujours trouvé normal et qui ne me concerne pas directement, dans ma chair, dans mes tripes.

    J’ai toujours eu naturellement un posture intellectuelle d’égalité, envers les couleurs et les sexualités.
    Je confesse des erreurs de langage, quand j’étais plus jeune, depuis corrigées car trop proches à mon goût d’une forme de racisme ordinaire … et surtout blessantes pour certains qui ont eu le courage de me le faire remarquer, merci à eux.

    J’évolue de plus dans un milieu professionnel assez « ouvert » à l’homosexualité… ou plutôt disons un milieu professionnel ou l’en rencontre pas mal d’homos… l’ouverture d’esprit étant finalement souvent de façade.

    Ca, plus le fait d’habiter la capitale, ça te leurre assez facilement sur l’état de notre société dans son acceptation de l’homosexualité;
    sans doute car n’étant pas concerné réellement je pensais que c’est droits étaient acquis ou presque, … car Bordel à cul on est quand même en 2013 !

    aussi j’étais dans l’erreur, et je me racontais des conneries,
    et cette sournoise menterie personnelle, cette œillère, ce foulard que je m’étais fabriqué et bien je l’ai pris en pleine poire dimanche dernier;

    Les arguments douteux,
    Les discours homophobe à peine voilés,
    Les « mots choisis » dictés par les organisateurs que tu retrouves dans toutes les bouches,
    L’enrôlement forcé, forcené et pathétique des enfants,
    L’agressivité ouverte des civitas, la férocité et l’obscurantisme des grenouilles de bénitier, la récupération et l’indignation outrancière de la droite extrême et moins extrême, l’opportunisme des ecclésiastiques, le discours policé mais néanmoins nauséabond des cathos bon teint bordeaux/familles de France, le ridicule et le malaise provoqué par le jeune couple modèle érigé en symbole en tête de cortège, placé là telle une lumière censée nous guider sur la voie unique à suivre…

    Tout cela oui je l’ai pris dans la gueule dimanche
    Tout cela je l’ai vécu comme un torrent de boue et de merde déversé dans les rue de Paris, déversé sur moi, sur mes naïves croyances égalitaires.

    Pour tout cela JE REMERCIE CHALEUREUSEMENT LA BELLE BANDE BÂTARDS citée ci-dessus (j’aurai pu dire d’enculés il y a quelques années mais j’ai désormais bien trop de respect pour le sexe dans les fesses)
    JE LES REMERCIE de m’avoir rappeler combien ce qui se passe en ce moment EST UN COMBAT !
    Combien RIEN N’EST ACQUIS
    combien chaque centimètre doit être conquis face à eux !

    Combien tout cela est une BATAILLE, pour donner la liberté à tous ceux qui la veulent
    et pour qu’eux, ces pourceaux acariâtres, ne progressent plus !
    Pour que leurs idées rétrogrades ne gagnent plus jamais !

    MERCI BANDE DE CONNARDS
    Vous m’avez gonflé à bloc, vous êtes la meilleure de toute les motivations car vous m’avez mis en COLERE !
    Voir votre véritable visage, votre haine, votre violence, seront mon moteur et mon carburant POUR VOUS LA FOUTRE AU CUL !

    Si jamais j’ai un enfant un jour, fille ou garçon, et qu’il aime les personnes de son sexe, j’aimerai que sa vie soit moins dure, moins discriminante, moins violente, moins solitaire, que ce que nous compte ici LE PEDAY… j’aimerai que son amour soit considéré comme normal, qu’il le vive bien, sans problème…en fait j’aimerai surtout qu’il n’ai même pas à se poser toutes ces questions, que cela soit des problèmes d’un autre temps…
    et je crois que cette loi serait vraiment un bon début pour cela !

    ALORS RV LE 27 !
    ON SERA PLUS NOMBREUX, ON SERA PLUS SYMPAS, ON SERA PLUS OUVERTS, ON SERA PLUS JUSTES ET ON VA GAGNER !

    • Hélène permalink
      16/01/2013 14:49

      Comme Pipin jusque là j’avais du mal à me sentir concernée car pour moi le mariage pour tous est juste une évidence, je n’avais pas conscience de la fermeture d’esprit de mes cons-citoyens. J’ai appris dimanche soir que la manif pro mariage pour tous que j’avais vu débuter à Poitiers n’avait rassemblé que 200 personnes alors que 11 bus étaient partis dimanche de ma chère région pour rejoindre Paris.J’ai alors eu honte d’avoir été faire du shopping au lieu de m’être jointe à la manif.J’ai été choquée de voir ces arriérés qui prennent leurs enfants en otage pour participer à ces démonstations de haine et d’intolérance, sans même imaginer une seconde que l’ado forcé de les accompagner puisse un jour leur révéler être homosexuel. En tant que célibataire trentenaire, je me sens aussi à part, et j’aurai peut être un jour envie de bénéficier d’un accès « plus ouvert » à l’adoption. J’espère que s’il ya d’autres manifs vers chez moi je pourrai y participer.
      Et « Logan », c’est pas permis. La tolérance a ses limites.

    • 16/01/2013 15:28

      Merci pinpin. Ca fait du bien à entendre.

  35. sathariel permalink
    16/01/2013 14:15

    Bonjour,
    je suis hétéro, à peine ai je du embrasser une amie délurée au lycée mais très tôt, j’ai eu de la famille, des amis homosexuels.
    Alors voila, mes ami(e)s souffrent profondément depuis le début de ce débat qui n’en est pas, plutôt une déferlante de haine. Comme si les LGBT était la dernière minorité qu’on puisse officiellement haïr, comme si toutes les autres haines ( femmes, juifs, arabes, blondes,..) qui ont du mal à s’exprimer puisqu’on les as déjà bien démontrées, trouvaient dans le mariage pour tous, un échappatoire. Moi aussi je souffre avec eux, je souffre qu’une partie de la nation considère mes ami(e)s, cousin(e)s, collègues comme des animaux. Je souffre que l’on ai dépénalisé leur sexualité pour mieux leurs renvoyer à la gueule qu’ils ne sont que des bêtes en leur niant le droit de s’aimer et de fonder une famille si c’est leur choix. « Qu’ils baisent d’accord si on ne voit rien mais surtout, ne venez pas nous dire qu’ils sont autre chose qu’une sexualité bestiale, une déviance »
    Alors, j’étais la le 16 décembre, j’était la devant l’assemblée nationale pour les familles homoparentales, j’étais la devant le siège du PS, je serais la le 27 janvier parce que quand on attaque les miens, on m’attaque moi, quand on attaque l’égalité des êtres humains et le droit de chacun à vivre comme il le veut sans faire chier son voisin, on m’attaque moi, quand on prétend protéger les enfants alors que de tout temps, la famille hétérosexuelle a amené son lot de souffrances, on m’attaque moi. J’irais défiler pour mes amis, pour les enfants de mes amis, qui n’ont attendu personne pour procréer comme ils l’ont pu, pour cette petite fille de Picardie dont les parents ont économisé longuement pour pouvoir avoir une GPA aux usa et qui n’a aucune reconnaissance légale. J’irais défiler pour que les jeunes qui découvrent leur sexualité sachent qu’ils ne sont pas seuls.
    Merci pour ce texte qui rappelle la tragédie que peu de gens veulent voir, qu’un(e) LGBT est (encore) souvent seul(e) dans le milieu qui aurait du être protecteur et aimant et que parfois, la tension sociale est si forte qu’ils passent à l’acte et s’éteignent…
    Nous vaincrons, nous somme l’histoire.
    Mais en attendant, on va en baver mais on va riposter!

  36. Houla-Houp permalink
    16/01/2013 14:52

    C’est inouï : se croire une victime dans le pays qui a abrité Oscar Wilde (qui fuyait l’Angleterre elle, très puritaine), André Gide, Jean Cocteau et bien d’autres (le frère de Louis XIV était homosexuel, Cambacérès…) devrait au contraire vous apprendre à devenir fort et surmonter les regards des autres (attendre quoique ce soit des autres, vous rend fragile dans la vie), au lieu de cela vous vous soumettez à un lobbie de gens haineux des hétéros et du passé de notre pays, qui viennent des USA, financés par les Pierre Bergé (autre homo pour qui tout se passe bien dans notre pays) et cie.

    Je me méfie de ce lobbie très fortement car au regard de qui le finance, je crains quant à moi qu’ils contribuent encore plus à la marchandisation de la Vie (en permettant la PMA et autres fabriques de la Vie faite financé par Goldman Sachs et plein de gens content de faire de l’argent, leur vrai Dieu), le tout déguisé en « progrès » et autre « avancée » (ce qui est discutable car la démocratie athénienne fut essentiellement contrôlée par des bi-sexuels et ils étaient esclavagistes, non ?). Je crains que les bonnes consciences qui voient l’actualité selon leurs émotions (et non la raison, l’histoire et l’analyse des lobbies et leurs financements) sont les pires militants du monde marchand. Malgré eux….

    Pour approfondir cette remarque qui va en choquer plus d’un (surtout les hypocrites qui vont me répondre violemment : c’est normal on les as dressés pour ça), je pense que tout le monde devrait lire « les intellectuels faussaires » où Pascal Boniface accumule les preuves de tous les mensonges de « l’oeuvre » deCaroline Fourest (qui est selon moi la pire des défense pour les homosexuels) mais aussi je conseille vivement la lecture de Michel Coulscard, marxiste qui démontre très bien comment les « libertariens » au nom du « progrès » font à chaque fois le lit du Marché, faisant d’eux non pas des gauchistes qui changent le monde, mais des complices de la société de consommation qui participent à l’étendre encore plus. Benoit Duteurtre devrait entre autre vous ouvrir les yeux sur le lobbie gay : il est homosexuel et a pointé du doigt toutes ses contradictions et ses erreurs de pensée.

    L’on peut se poser des questions quant à la prise de cette mesure, où la presse façonne l’opinion de manière manichéenne entre les « vilains conservateurs » et les « gentils progressistes » : je pense que les choses sont plus complexes que cela : notre presse met l’accent sur cela (et les soldes et l’islamisme…bref que du sociétal, jamais de l’économico-social) car pendant ce temps là, le Patronant s’engage à démolir le CDI (accentuant la précarité dans un pays aux 8 millions de pauvres).

    Voilà pour ces pistes de réflexion qui j’espère vous permettront de voir les choses sous d’autres angles que les médias véhiculent.

    • 16/01/2013 15:17

      J’ai rien compris.

    • 16/01/2013 15:31

      Moi j’ai un peu compris, mais pas pourquoi le fait d’être homo et/ou favorable au mariage pour tous m’empêchait d’être marxiste, critique face à la société de consommation, syndiqué. Pourquoi ça fait de moi forcément l’agent d’un lobby qui me prive de ma faculté de juger (je n’ai été payé par personne pour penser ce que je pense) ?

      • 16/01/2013 15:50

        Ben justement, c’est ça que j’ai pas compris. Comme ça me parait être la colonne vertébrale de l’argumentation, j’en déduis que j’ai rien compris.

    • 16/01/2013 16:03

      Je crois que j’ai compris, c’est l’extension à l’homosexualité des manoeuvres de la CIA pour faire tomber les tours jumelles.
      Ceci étant dit les gens qui mettent une majuscule au mot « vie » me font peur.

      • guillaumepascanet permalink
        16/01/2013 16:37

        J’ai déjà lu que pour certains, François Hollande a envahi le Mali pour faire oublier le succès de la manif de Frigide et ses coupains.

      • 16/01/2013 16:58

        J’aime l’idée d’arriver à envahir un pays avec 6 Mirages basés au tchad, 8 Rafales en France (ou vice-versa hein) et 500 hommes sur le front, le tout orchestré par l’ONU qui n’y donne son aval que pour faire progresser les droits sociétaux en France.
        Je crois que je vais assassiner mes parents, vendre leur maison et aller embaucher deux-trois personnes pour régner sur le Sierra Leone.

        Mais ouais, ça m’étonne pas comme raisonnement. Par contre je veux bien croire que le débat sur le mariage homosexuel occulte beaucoup celui sur le redéploiement de l’armée française.

  37. 16/01/2013 15:23

    @ Eri Beni

    Je ne met pas en cause ta bonne foi. Je suis certain que tu ne hais pas les homosexuels et tu en conclus que tu n’est pas homophobe. Mais la non-haine, le non rejet ne suffisent pas. Ils mènent à la tolérance, et pas à l’acceptation. De la même manière que Jules Ferry lançant la colonisation de l’Afrique pour le propre bien et le développement des africains ne se pensait pas raciste, de la même manière que le législateur indien propose ces jours-ci des amendes pour les jeunes couples ou les femmes seules qui se promènent le soir pour leur propre sécurité ne se pense pas sexiste, les bonnes intentions sont insuffisantes.

    Tu demandes pourquoi Lucie n’aurait pas le droit d’avoir deux parents de sexe différent et Paul oui : Si je me pose cette question, je peux aussi me demander pourquoi, imaginons, Lucie a eu le droit d’avoir deux parents, alors que Marco, adopté par un célibataire, n’a eu le droit qu’à un seul parent. Ou pourquoi, alors que Marco vit dans une famille aisée et pourra sans se forcer faire de bonnes études, Michèle n’a eu le droit qu’à une famille pauvre et globalement inculte dans laquelle personne n’a son BEPC et pour qui avoir un bac dévalué est un improbable miracle ? Ou pourquoi Michèle a pu grandir dans la simplicité de sa blondeur alors qu’on a permis aux parents de Tyson d’avoir un enfant qui serait noir comme eux et qui devrait souffrir toute sa vie des contrôles aux faciès et de discrimination à l’embauche et au logement ? Ou pourquoi Paul qui a trois frères et soeurs est contraint de tout partager y compris l’attention et le soutien de ses parents (qui travaillent tous les deux), alors que Tyson a eu ses deux parents rien que pour lui, dont un au foyer ? Et pourquoi Tyson qui s’ennuie tout seul n’envierait-il pas à son tour la famille nombreuse de Paul ?

    Ta question sous-entend qu’un couple homosexuel ferait une famille incomplète (ça tombe sous le sens pour toi surement, pais pas pour moi). J’aimerais que tu m’explique dans le détail, et n’aie pas peur de me parler comme à un demeuré, ce qui manque à un enfant qui grandit avec deux pères ou deux mères. Pour ma part, je ne vois que trois réponses possible, mais aucune des trois ne te met à ton avantage, alors je vais les expliquer et les écarter, pour te laisser le bénéfice du doute sur la réponse à cette question que je te pose.

    Soit selon toi hommes et femmes sont par nature et de toute éternité dissemblables et complémentaires, et que ce qu’un homme peut apporter à son enfant, nulle femme ne le peut et inversement. Peut-être s’agirait-il respectivement de l’autorité et de la douceur, ou alors de la bosse des maths et du talent au tricot, mais qu’en sais-je, après tout pour moi qui croit naïvement que ce qu’un parent apporte à son enfant dépend avant tout de sa propre individualité et ne peut se résumer à des stéréotypes de genre. Dans tous les cas, d’une part c’est sexiste, et d’autre part ça voudrait dire qu’il faudrait interdire aux célibataires de faire ou d’adopter des mômes. Qu’attendais-tu pour faire le siège des commissions d’adoptions dans ce cas ?
    Soit selon toi un enfant est mieux élevé par ses parents biologiques que par d’autres. Tu prend selon le cas de la nature qui devrait rendre ça évident, soit tu dis que de toute éternité les hommes ont fait ainsi. Dans ce cas tu es ignare. Le règne animal autant que la diversité des civilisations humaines dans le temps et sur les continents font diverger parentalité et conception des petits. Je ne donnerai pas d’exemple, je suis déjà trop long.
    Soit selon toi l’homosexualité est une séxualité déviante, inférieure, rendant inapte quiconque y succombe à être un parent acceptable. Dans ce cas oui, tu es homophobe. Tu te dis chrétien, peut-être dans ce cas es-tu bien embêté par une des plus grande limites de la religion – surtout chrétienne : le dégoût de la sexualité, ce péché, cette chose honteuse, diabolique, cette souillure qui ne peut être tolérée que pour la reproduction, et encore… Et puisqu’un couple homosexuel n’essaie même pas de faire croire qu’il copule sans plaisir mais juste pour procréer en éteignant la lumière, il est donc maculé et irresponsable. Ca ferait de toi un bigot homophobe. Je n’ose y croire.

    • 18/01/2013 12:29

      Philippe De Thrace
      Est-ce que vous ne trouvez pas qu’il y a un problème dans le fait de désirer un enfant et de pratiquer une sexualité qui ne peut JAMAIS réaliser ce désir ? Désirer une personne du même sexe que soi, ce n’est pas, ce n’est jamais, cela ne peut pas être le signe que l’on est quelqu’un de « limité », « handicapé de la relation ou du bonheur », « incapable d’aimer en vérité» je ne dirais jamais cela.Mais par contre, oui, l’acte homosexuel en soi est limité jamais un enfant ne naitra d’un acte d’amour homosexuel .

      • guillaumepascanet permalink
        18/01/2013 12:52

        De même que l’acte sexuel avec une femme ménopausée.

      • 18/01/2013 13:27

        Ou stérile.

        Il est vrai qu’à une époque, on estimait la nature si souveraine que, si la stérilité était diagniostiqué, mieux valait changer de femme que d’adopter un enfant.

      • EricB permalink
        18/01/2013 19:42

        La stérilité était (et est même peut-être encore aujourd’hui, je ne sais), cause suffisante pour l’annulation du mariage religieux (mais je doute fort qu’elle le soit pour une annulation de mariage civil – je n’ai pas fait de recherches sur le sujet).

      • 18/01/2013 14:37

        Et si le désir d’enfant et le désir sexuel étaient tout simplement deux choses différentes?

      • 18/01/2013 15:25

        On peut se tutoyer ? C’est l’usage ici.

        Non, parce que desirer avoir/élever un enfant (la formulation désirer un enfant est fâcheuse, n’est-ce pas ?) n’excite sexuellement personne.

        Plus sérieusement, désirer (je dis bien désirer) une personne en espérant lui donner et en recevoir du plaisir est un acte déconnecté du fait de vouloir élever un enfant. Je m’imagine que peut-être pour toi, et pour de nombreux autres, on a expliqué très tôt que le plaisir était FAIT POUR la reproduction. Que Dieu ou Dame Nature ou tout autre puissance finaliste supérieure dans un dessein organisé a façonné le corps humain, ses organes sexuels et ses hormones de la jouissance DANS LE BUT de la reproduction. Et c’est ça que tu prend pour du bon sens. Pour moi qui ne crois pas en Dieu (et je crois pour la république qui n’y crois pas non plus), je pense que nulle espèce vivante n’a été CRÉE POUR se reproduire ou pour quoi que ce soit d’autre. Les espèces vivantes apparues sur terres sont apparues. Apparues progressivement, en plus, sans but. Certaines se sont trouvées viables et ont pulullé, d’autres non, et ont disparu. Mais celles qui ont disparu valaient-elles moins ? Les pommiers et les vaches sauvages n’existent pas POUR nourrir l’homme. La barbe au menton des hommes n’existe POUR rien non plus. Il se trouve que le même acte peut, s’il est bien fait, donner du plaisir et, s’il est fait entre un homme et un femme fertiles, concevoir un enfant. Il y a déjà des grincements entre ces deux actes, puisque combien d’enfant ont été conçu sans plaisir voir sans désir de la part de l’un ou l’autre de ses géniteurs ?
        Des sociétés entières et pas si lointaines de nous que cela dissociaient sans trouble conception et parentalité (qui elle même peut se décomposer en autorité, élevage, apprentissage, transmission d’un patrimoine matériel ou symbolique, etc…). Dans plusieurs sociétés, des enfants sont élevés par leur mère et leur oncle maternel. Dans de nombreuses autres ce sont les femmes et elles seulement qui élèvent leurs enfants en commun, sans filiation ou préférence. Ici même il n’y a pas si longtemps, les enfants des villes étaient élevés par une nourrice une grande partie de leur enfance (nourrice qui devaient elles aussi en avoir pour que leur lait soit destinés à d’autre bambins que le leur), et leurs géniteurs ne faisaient que leur transmettre leur statut social.
        Me comprends-tu ?

      • EricB permalink
        18/01/2013 19:17

        « l’acte homosexuel en soi est limité jamais un enfant ne naitra d’un acte d’amour homosexuel »

        Et alors ? La stérilité heterosexuelle en soi est « limitée » : jamais un enfant ne naitra d’un acte d’amour entre heterosexuels stériles (il en suffit d’ailleurs d’un seul stérile…).
        Ca change quoi ? C’est toujours drole que personne ne soit encore venu prétendre, vu à quelle sauce est généralement assaisonnée la « volonté divine », que « si des hétéros sont stériles, c’est surement pour une bonne raison que seul Dieu qui sait tout, connait » et donc pourquoi aller contre la « volonté divine » qui a rendu l’un des deux (au moins) stérile ?

        Il se trouve que l’instinct maternel ou paternel, ou désir de parentalité dépasse complétement l’orientation sexuelle naturelle. Oui, cela créé des souffrances autant chez des homos qui n’ont pas plus choisi leur situation que des hétéros stériles. Pourquoi cette souffrance serait-elle « pur égoisme » chez les homos, et « douloureuse épreuve » pour les hétéros ? Parce qu’on part du principe dogmatique que seuls « un pere et une mère » peuvent éléver un enfant dans des conditions idéales. Or, tous les professionnels de la pédiatrie et pedopsychologie, jusqu’à la Cour de Cassation italienne, ont démonté ce dogme sans fondement.

      • 19/01/2013 15:16

        Je me suis trompé d’Eric. Bref, le message précédent était destiné à Eric Beni.
        Voilà. C’est fait

      • EricB permalink
        19/01/2013 15:33

        Ah, OK, oui, en effet ! ;o)

  38. francoislenicois permalink
    16/01/2013 15:24

    Merci de ce beau témoignage que je vais essayer de faire lire autour de moi

    • 19/01/2013 15:05

      Eric. B : le Christ n’a jamais interdit le mariage et l’adoption pour et par les homosexuels.

      L’acte d’amour est fertile aussi de manière figurée, pas besoin de procréer un bébé.

      • EricB permalink
        19/01/2013 15:18

        Euh, où aurais-je écrit le contraire ? Bon enfin, le Christ n’a jamais interdit le mariage et l’adoption par des homos parce qu’à son époque ce n’était pas vraiment à l’ordre du jour;.. Mais il a condamné les pharisiens, les hypocrites, les lapifateurs, et tutti quanti…

  39. 16/01/2013 15:50

    Bravo, texte très juste et très émouvant.

  40. florian permalink
    16/01/2013 15:53

    « Aucun homosexuel ne naît de parents homosexuels ».
    Si, si, ça arrive, mais ce n’est pas plus la garantie que ce n’est pas la merde.
    Mais j’aurais adoré que mes mères se marient, à la fin des années 80, je me serais senti plus normal à l’école, pour parler de ma famille.

  41. Karine permalink
    16/01/2013 16:08

    Merci pour ce témoignage ! :-*
    Qui me touche particulièrement (pour le coup, je suis bisexuelle alors ce titre…lol :)
    L’intolérance est encore trop présente mais il ne faut pas se décourager c’est clair !

    Pour ma part, j’en suis encore à l’étape où je n’en parle que très difficilement à mes proches (mais les très très proches en plus)…
    J’ai validé l’étape « Bon bah voilà en fait je suis bi, et en fait ça me plait, et en fait ça me correspond » (check !), mais pas encore l’étape où je l’assume face à tous mes amis (et encore moins la famille…)…

    Ce qui est le plus dur est l’homophobie de mon paternel… dès qu’il voit des « homo » à la télé, il zappe ! (« rhooo c’est dégueu » qu’il dit…non mais j’hallucine total !)
    => à chaque fois j’oscille entre me mettre à chialer ou lui gueuler dessus « mais je suis bi Papa bordel ! »… Au final, ça finit toujours par un gros soupir de ma part « Papa, mais enfin comment peux tu être aussi intolérant ?!! », et un micro débat vain s’ensuit… mais je m’arrête là…

    Et s’il savait que fifille aime aussi jouer au docteur avec ses copines ??
    Cet homme qui est celui que j’aime le plus, que j’admire, qui est pourtant loin d’être un connard, comment peut il être aussi… Pfff bref pardon pour ces écrits narcissiques au possible ^.^’

  42. TEYSSIERES permalink
    16/01/2013 16:45

    Chéri, si tu veux, moi je t’emmène au Queens ! Mais il paraît que c’est plus ce que c’était… Moi, ce sont mes potes gays qui m’ont emmenée dans les bonnes boîtes de nuit de Bordeaux. Ce sont eux avec qui j’ai eu les meilleures conversations (et avec mon mari et une très bonne copine), les délires de folie, les soirées délurées, … Bref : que du bonheur. Mais je sais bien que derrière tout ça, c’est pas toujours facile pour eux niveau famille.

    Alors je ne te souhaite que du courage pour la suite et j’espère que cette putain de loi sera votée car sinon ça serait un vrai scandale… pas le premier, me diras-tu ! De toute façon, il y a toujours des gens qui pensent que l’IVG est une horreur 40 ans après la loi, donc il y aura toujours des personnes qui penseront ainsi vis à vis des homos, et il faut de tout pour faire un monde. Par contre ces personnes mal-pensantes ne sont pas les bienvenues dans l’espace public de la société qui se doit (par définition) d’être tolérant. Qu’elles cachent leurs convictions, et on les en remercie d’avance. Évoluant dans le milieu médical, je cache aussi pas mal de convictions « mal vues » au quotidien. Alors qu’elles fassent pareil et c’est tout !

  43. 16/01/2013 16:50

    Super article, à la hauteur du sujet. Je t’ai cité et mis en lien dans le mien !

  44. 16/01/2013 17:33

    Très touchant cet article.
    Comme d’autres surement j’ai reconnu certains moments de ma vie… étant moi aussi de la génération 80.
    Je m’empresse de le faire lire à mon entourage :-)

  45. Clo permalink
    16/01/2013 17:41

    Très bon article! Rendez vous le 27!

  46. 16/01/2013 18:31

    Merci pour ce bel témoignage. Je fais partie de ceux pour qui ce droit est tellement évident que ça m’étonne qu’on en discute. Mais là, c’en est trop.

    Comme dit @pinpin, maintenant j’ai la HAINE: ces discours basés sur des préjugés et pleins de condescendance qui « veulent bien » accorder quelques droits, mais pas tous car finalement, on n’est pas si égaux que ça, nous tous… ça me donne envie de leur rouler dessus avec un bulldozer, voir pire.

    Pour apporter notre soutien, à part aller aux manifs, parler aux gens et partager des articles, qu’est qu’on pourrait faire?

  47. calorist permalink
    16/01/2013 19:03

    Je vais essayer de ne pas être insultant mais c est dur.

    Merci pour cet intéressant et sincère témoignage d’un vécu sans doute très universel.

    Mais, franchement, vos regrets, vos problèmes psychologiques et familiaux m’indiffèrent légèrement. Le doute sur la réaction de votre père pour le lever ce n’est pas le parlement c’est vous qui auriez pu le lever.

    Votre problème n’est pas d’être homosexuel, c’est d’être parisien ou plutôt citadin. Et, manque de chance vous êtes ne dans les années 80 ce qui a du vous pourrir la tête avec tant d’ambiguité morale et de mensonge social. Alors oui vous avez découvert une réalité: LE MONDE EST DUR!

    La cour de récrée n’est tendre pour personne. D’autres ont souffert avant et souffriront après vous:
    Puceaux
    Jeunes chétifs à lunette
    Premiers de la classe
    Handicapés
    Roux (et oui…)
    Petits
    Grands
    Gros
    Moches
    Gosses de riches
    Gosses de pauvres
    Gosses de communistes
    Cosses d’extrême droite

    Heureux pour vous, à la différence de beaucoup, votre « différence » n’est pas visible. Alors imaginez la souffrance de ceux qui ne peuvent se défaire même l’espace d’un instant des différences qu’ils portent. Personne ne vous oblige à afficher votre attirance sexuelle.

    Alors balancer à la gueule des gens votre misère au mieux égoiste et au pire indécent car il y a bien plus grands malheurs.

    Vos propos sentent la haine de celui qui veut imposer aux autres la vengeance d’années de frustrations lorsque la brèche s’ouvre. Cette haine qui pousse les victimes à remplacer les bourreaux dès qu’ils en ont l’occasion. Cette haine qui pousse aux rassemblements communautaires et qui divise les hommes.

     » Nous allons gagner. Et dans quelques années, c’est vous, les innommables du 13 Janvier, les opposants silencieux, les indifférents complices, qui vivrez dans la honte.  »

    C’est qui ce « nous ». 3000 homosexuels radicaux lobbyistes parisiens?

    Alors, NON, vous n’allez « pas gagner » et cette attitude ne peux qu’envenimer la situation et radicaliser la position de nombreux concitoyens. Tout comme ce projet de loi et ce débat l’on déjà fait.

    Alors qu’il n’y a qu’un moyen d’améliorer la situation dont vous témoignez : Parler, expliquer, éduquer, habituer. Cela ne sera ni parfait ni total et encore moins rapide mais ça marche. Comme vous l’avez si bien dit vous avez trouvé votre place. Bravo, maintenant c’est le moment d’aider les autres à faire de même. Comment pas en « revendiquant » sa différence (sauf pour les plus fort qui peuvent en faire un fond de commerce) mais en faisant accepter sa différence et en acceptant celle de l’autre peut être en évitant de heurter les sensibilités.

    Non, vous n’allez « pas gagner ». Si on ne calme pas le jeu tout ce que vous aurez gagné c’est de remettre des milices dans les rues est des innocents sur le bûcher.

    Je n’étais pas aux manifs du 13 janvier mais quand je vous lit j’ai envie d’aller au prochaines.

    Dans la vie on choisi rarement son camp mais on peut souvent choisir sa guerre. Alors faites un effort, réfléchissez, et choisissez pour quoi vous voulez vous battre.

    A bon entendeur…

    • 16/01/2013 19:20

      Faudrait peut-être pas inverser les rôles. Ce ne sont pes les pédés qui défilent dans la rue pour refuser un droit aux hétéros (par exemple celui de s’habiller avec goût pour aller au restaurant de sushi avant d’aller au concert de Gossip).

      Votre prose est un salmigondis confus qui ne veut dire qu’une chose : vous êtes contre et cherchez juste un habillage correct sans y arriver.

    • 16/01/2013 19:21

      « Parler, expliquer, éduquer », en voilà une riche idée ! J’avoue que je n’y avais jamais songé, tout occupé que je suis à tondre, torturer et fusiller mes opposants politiques.

    • Chloé Libert permalink
      16/01/2013 20:33

      Un commentaire complètement stupide et égoïste. Des gens meurent de faim, et ce n’est pas pour autant qu’on n’a pas le droit de parler de sa propre souffrance morale. Non mais je rêve, sérieusement. Le mariage homosexuel n’est pas une révolution, juste quelque chose de normal, une liberté oubliée. Alors si, ils vont gagner.
      Et j’espère que personne ne te viendra en aide si un jour tu te trouves en difficulté. En tout cas, moi, je me ferais un plaisir de te dire qu’il faut prendre ton mal en patience et souffrir en silence.

  48. Pauline permalink
    16/01/2013 20:59

    Je ne peux pas tout à fait comprendre la douleur que tu as pu resentir (comme malheureusement beaucoup d’autres que toi) mais moi petite hétéro,et encore on ne peut pas le garantir à vie :) , mais bref, je soutiens ton combat, le combat d’une grande communauté, le combat d’êtres humains, le combat pour l’égalité des droits qui nous concerne tous car si on vous excommunie (mauvais moi je sais) pour votre « différence » un jour ça sera mon voisin, ma mère, mon boulanger…et moi aussi! Alors il est tant pour nous de descendre aussi, encore, plus nombreux et plus encore, dans les rues pour dire NON à l’intolérance et plus généralement à la connerie réac des gens qui n’arrive pas à se dire une seule seconde : »et si c’était moi?, et si c’était mon fis? »

    • 16/01/2013 21:07

      Dur aussi pour des parents de voir leur fils en souffrance pendant des années, refuser de partager ses angoisses pour les motifs que tu as cités.

    • EricB permalink
      17/01/2013 01:11

       » et plus généralement à la connerie réac des gens qui n’arrive pas à se dire une seule seconde : »et si c’était moi?, et si c’était mon fis? » »

      Et même quand ils ont un fils ou un frère, ils y vont, à la manif, ou envisagent d’y aller. Mais, non, non, non, ils ne sont « pas du tout homophobes »; d’ailleurs, ils ont un fils / frère homo, alors !

  49. Capsule permalink
    16/01/2013 21:28

    « Face à un monde extérieur hostile, ils grandissent avec la certitude réconfortante de se savoir entourés par leurs semblables, leurs familles, leurs communautés, au sein desquelles ils se sentent protégés de l’intolérance des masses. »

    Mais quelle idéalisation de la famille! Vous y croyez vraiment à ce rêve-là? Ben non, désolée, les homos n’ont pas l’exclusivité de la souffrance en famille. Ca peut être horrible la solitude en famille pour un tas d’autres raisons, tels les secrets de famille, par exemple. Autour de l’adoption, notamment.

    Je me pose toujours la question: pourquoi demander l’accès au mariage, cette institution bourgeoise, si ce n’est en vue de procréer? Pourquoi pas une évolution du PACS pour les mêmes droits que les mariés?

    Il y a aussi des filles qui souffrent autour autour des demandes de PMA de leur copain homo… Mais celles-là on ne les a pas entendues sur le ring des extrêmes…

    « Essuyer l’indifférence de la majorité hétérosexuelle » > mais n’est-ce pas ce que vous réclamez? D’avoir le droit à vivre ds l’indifférence?

    « Des vies qui méritent que l’on se batte pour elles, que l’on ne tolère plus ceux qui les menacent, et que l’on descende dans la rue. » > il me semble que les vies qui méritent qu’on se batte pour elles, sont celles qui sont privées de logement, qui ont faim et froid…

    Mais c’est une autre histoire.

    • Capsule permalink
      16/01/2013 21:37

      Erratum: lire GPA, non PMA.

    • Sébastien Almira permalink
      17/01/2013 00:31

      Tu as raison Capsule : « c’est une autre histoire » !
      Ce n’est pas parce qu’il y a des choses plus graves que l’on n’a pas le droit de se battre pour autre chose.
      Et dans le cas des étrangers qui sont en famille, Le Pédé parle de racisme, donc les secrets de famille n’ont rien à faire là-dedans.

      • Capsule permalink
        17/01/2013 06:40

        Je ne parle pas d’étrangers en famille, je parle bien de la cellule familiale traditionnelle (où les parents sont aussi les géniteurs) tellement idéalisée par « Le pédé ». L’adoption est prise comme autre exemple.

      • 17/01/2013 11:37

        Oui, c’est bien ce que je dis : tu parles d’autre chose que le Pédé, donc ton argument n’a aucune valeur. Sinon, on peut aller loin en changeant de sujet. D’abord, il peut très bien y avoir des secrets de famille dans la famille d’un jeune homo ou d’une jeune lesbienne. L’adoption, par exemple. Ensuite, je peux même avancer que le jeune homo aussi a d’autres problèmes ! Par exemple, il peut tomber dans une famille pauvre, et ne pas avoir assez à manger, c’est quand même plus grave !
        Bref, quand on donne un argument, il faut que cela corresponde, sinon ça ne sert à rien !

    • 19/01/2013 17:43

      L’accès au mariage, ce n’est pas seulement une autorisation à procréer, la Capsule. C’est également un « contrat » qui permet d’être reconnu comme un couple (deux personnes qui décident d’unir leur destin) de manière plus symbolique (et avantageuse) que le pacs. On ne se marie donc pas forcément de nos jours pour faire un enfant, au vu de toutes les procréations hors mariage. Au regard du code civil, le mariage homo est détonnant, peut être, donc si ce n’est à la mairie, autorisons le mariage homo à l’église. Dieu sera heureux de tout cet amour déclaré dans sa propre maison

  50. Vincent permalink
    16/01/2013 21:29

    Tellement vrai… Tes propos résonnent dans ma tête comme du vécu. Touché. Merci de mettre les mots sur le ressenti, les questions que je me pose en ce moment.

  51. 16/01/2013 22:18

    Courage.
    (et n’oublies pas qu’on est des milliers de votre côté)

  52. EricB permalink
    16/01/2013 22:48

    Merci pour ce bel article dans lequel j’ai retrouvé BEAUCOUP de moi, même si je suis né presque une génération avant toi ! Bravo d’avoir su trouver les mots exacts pour décrire ce que l’on a pu ressentir depuis la plus tendre enfance…..

  53. 16/01/2013 22:50

    Je ne suis pas un pro mariage tout court. Je suis cependant convaincu par la nécessite de la défense des mêmes droit pour tout le monde, de militer pour le respect de la différence. Je regrette que cela doive passer par la revendication d’une institution qui ne fonctionne plus vraiment pour les hétéros, et que l’opinion homo majoritaire tienne à ce que l’on calque le même modèle, que celui que l’on fuit qu’on le veuille ou non lorsqu’on est homo. Mais vous m’avez convaincu de venir battre le pavé. Peut-être l’exemple de la cour de récré résonne particulièrement. Sil y a un idéal que je veux défendre c’est bien celui d’un monde ou des enfants ne stigmatisent plus la différence. S’il faut passer par le mariage pour changer les consciences et tenter de gommer un peu cela et bien OUI au mariage de deux personnes du même sexe!

  54. 16/01/2013 23:43

    Nous sommes l’une des seules minorités qui naît etrangère dans sa propre famille. Je ne m’étais jamais formulé ça. Tu viens de m’ouvrir une porte. Merci.

  55. Manu Montpellier permalink
    17/01/2013 08:33

    Bonjour à toi qui a rédigé ce merveilleux texte qui m’a énormément ému car d’une part, je me suis spontanément reconnu dans ce que tu racontes, et d’autre part, il reprend ce dont je suis persuadé depuis bien longtemps et qui est plein d’espoir : les personnes qui ont le courage de leurs sentiments, qui aiment les gens et qui regardent la vérité en face sont toujours plus fortes que celles qui nient la réalité pour eux et pour les autres et qui s’enferment dans les conventions, le conformisme, le dogmatisme, en un mot : le mensonge ! :o)

  56. 17/01/2013 09:05

    C’est très intéressant ce que tu nous racontes, ce parcours de construction et cette solitude, très émouvant et tu mets le doigt sur un point auquel je n’avais jamais songé, justement le fait d’être seul dans sa construction du fait d’être un minorité qui n’est pas « innée » (j’entends dans le sens où elle n’est pas transmise). Il y a dans ce que tu dis, un truc partagé par tous les gens qui appartiennent à une minorité, le sentiment de différence, se sentir trop blanc, trop juif, trop noir, trop musulman, trop homo parce que ce qui nous entoure majoritairement est d’une autre catégorie. Et c’est dans la communauté et le communautarisme qu’on se sent parfois comme un poisson dans l’eau, « comme tout le monde », en tout cas « comme tous les autres ». Effectivement quand on appartient à une communauté différente de sa famille, de ses amis, il y a une couche de protection que l’éducation ne donne pas et que manifestement on prend dans la gueule.

  57. 17/01/2013 09:51

    Très beau témoignage. Effectivement, il faut du courage, le plus dur étant probablement l’homophobie inconsciente, celle qui ne dit pas son nom et s’exprime au quotidien. C’est sur ce thème que j’ai fait ce titre « excuse-moi », petite contribution pour tenter de faire évoluer les mentalités.

  58. Manon permalink
    17/01/2013 10:17

    Super article qui nous fait prendre conscience des discriminations dont les homos peuvent faire l’objet et notamment du rejet de leur propre famille.
    Par contre je ne comprends pas pq à la fin tu vise les hétéros en disant qu’on s’en fou. Je suis vexée lol. Je suis à fond pour le mariage gay et l’adoption et j’essaye de diffuser mes idées et pourtant, je n’ai même pas d’amis gay! Je ne pense pas que nous opposer aux homos soit une bonne chose et que c’est dommage que tu fasse un amalgame et que surtout cela peut amener le mouvement « pro » à perdre des voix qui sont prêtes à se battre pour l’égalité des droits.

  59. Lechieur2 permalink
    17/01/2013 10:49

    Tout d’abord, merci.
    Merci pour ce texte nécessaire, désespérément nécessaire.
    Désespérément nécessaire parce que j’avais presque oublié que mon mode de vie dérange encore un trop grand nombre.
    J’ai grandi dans les années 80 et 90, dans une ville moyenne de province. J’ai eu la chance de naître dans un milieu confortable, ouvert, intéressé par le monde qui l’entoure et surtout aimant.
    Mes proches et les amis ne font aucun cas de mon orientation sexuelle. Certains ont même voulu jouer le rôle de marieur/se (arghhhhhhh).
    Mes parents se préparent à accueillir un gendre plutôt qu’une belle-fille sans aucun problème.
    L’aînée (5 ans) de mon ami le plus proche m’a demandé,un jour, si mon nouvel amoureux était aussi beau que son papa.
    Je vis dans une grande ville, je voyage, j’ai un bon job qui me plaît et…ET j’embrasse le même garçon mignon et amusant depuis bientôt un an.
    Je n’ai plus ressenti ce sentiment de différence depuis longtemps car je vis dans un environnement confortable, stimulant et protecteur.
    Malgré ton article sur la vision des inrock et autres poseurs sur l’homo clignotant et marginal, malgré ton récit sur le problème que posait ton statut de « petit-ami » à l’occasion d’un mariage, je m’étais convaincu que les gens ont changé et que ces idées-là n’existent certainement plus que dans des milieux où la réflexion est inexistante voire sclérosée par une consanguinité « fin-de-race ».
    J’avais oublié les regards dégoutés, haineux des couloirs de lycée, l’angoisse de se sentir différent, la honte d’avoir embrassé un garçon, la peur de perdre mes amis ou l’amour de ma famille et, surtout, le dégoût de moi-même avant de m’assumer pleinement.
    Je me suis endormi dans mon confort. Le fait que tous mes proches et amis hétéros soient pour le mariage pour tous et pour toutes ses conséquences en terme d’adoption et de procréation ne m’a pas aidé à me réveiller.
    Pourtant, un sentiment désagréable montait en moi depuis quelques temps, le sentiment que des êtres d’un autre temps vivent encore et osent dire de moi que je suis un mensonge, un drame pour la société, une aberration, un facteur de la prochaine ruine de cette société, un pédophile, un non-sens et j’en passe.
    Alors, encore une fois, merci d’avoir participé à mon réveil et de me donner envie de leur dire que je fais partie de cette société, que j’y participe activement (souvent plus qu’eux) et que je n’accepterai jamais qu’ils ne m’acceptent pas.

  60. Ska permalink
    17/01/2013 11:27

    [...] les homosexuels doivent apprendre à faire face à la discrimination seuls. Tous les noirs naissent de parents noirs, les arabes de parents arabes, les juifs de parents juifs. [...]
    Je me permets juste de te dire que ce n’est pas forcément le cas, je ne sais pas si quelqu’un l’a déjà mentionné dans un des commentaires précédents, mais tu as oublié d’une part, qu’il existe des enfants/adolescents de toutes couleurs, origines et religions adoptés, et d’autre part, qu’il existe aussi des enfants/adolescent orphelins. Eux aussi doivent faire face aux problèmes que tu as cité.
    Sans vouloir en aucun cas atténuer le message que tu as essayé de transmettre, je me dis juste qu’il ne faudrait peut-être pas le dramatiser non plus. :D

    • Lily F. permalink
      17/01/2013 12:49

      A une toute petite différence près: quand t’es noir, t’as pas à l’annoncer à ta mère.

      Si un enfant noir, adopté par des parents blancs, se fait traiter de négro à l’école, il pourra librement en parler à ses parents sans craindre que ceux-ci ne l’insultent à leur tour. Ce n’est pas tant le fait que les parents soient aussi injuriés, qui est en cause, que celui que l’injure soit ou non dicible dans le milieu familial.

  61. Numa permalink
    17/01/2013 14:13

    Je dois dire que je viens d’un milieu très catho / blanc / pronvincial et que je n’ai pas été exactement élevée dans un sentiment de tolérance de la différence. l’homosexualité était alors un tabou, tout simplement, on n’en parlait pas, cela NE SE FAISAIT PAS.
    Le propre de l’homme étant d’être libre (avant d’être « égal » à mon sens, mais c’est un autre débat) je me suis détachée de ce milieu en grandissant et je me flatte d’être bien plus ouverte / plus intelligente (mais n’est-ce pas la même chose?) que ce que j’aurais pu devenir, vu mon origine sociale et culturelle.
    Néanmoins, parfois je vacille un peu, beaucoup, cela dépend des sujets, et je pense certaines choses de manière complètement non-argumentées, de manière viscérale, comme si l’enfant catho/bourge en moi ne cessait jamais d’exister. La PMA pour les couples homosexuelles fait partie de ce type de sujets pour lesquels je dois me « battre » contre moi-même pour accepter l’idée, sans m’engluer dans des ressentis d’un autre temps.
    Pour cela, tout d’abord : merci pour ce type de texte, qui, je dois dire, m’aide à prendre la mesure de l’intolérance dans laquelle je pourrais m’enfoncer si je n’y prenais pas garde.
    En revanche, la conclusion comme la lecture des commentaires me laisse un goût plus amer (et j’ai retenu particulièrement ceux de Pinpin) = ces insultes contre les « cathos bourges bordelais », ces remarques sur la débilité des arguments des « contre », cette arrogance parfois sur « ils sont le passé, nous sommes l’avenir » ressemblent fortement aux attaques du camps en face. A force de vouloir donner des leçons de tolérance, on en oublie de l’être soi-même, et on devient, je trouve aussi plein de préjugés, aussi généraliste, bref aussi con.
    Et je dois dire que par un effet de radicalisation bien connue, cela me renvoie à mes racines (où il n’y a pas que du mauvais), et pourrait me donner envie de les proclamer. Bref, tout ca pour dire, qu’en adoucissant vos propos, et en respectant un peu plus les autres, vous seriez plus crédible et plus susceptibles d’attirer en soutien des gens parfois un peu tiraillés…

  62. oliv64 permalink
    17/01/2013 16:04

    Merci pour cet article que j’ai trouvé très intéressant. Je me dévoile d’emblée : je suis hétéro et plutôt contre le mariage homo même si je reconnais que certains arguments fondés sur la difficulté pour un individu de vivre sa différence me touchent (d’où le plutôt contre et pas franchement opposé).J’aimerais exposer ici les raisons fondamentales de mon opposition, libre à chacun d’entre vous de considérer qu’elles ne sont que le symptôme d’un caractère réactionnaire. A défaut de procès d’intention, je serais sincèrement intéressé par les arguments que pourraient m’opposer les partisans du mariage pour tous ; et tout prêt à changer de position sur le sujet s’ils sont convaincants.
    Mon problème principal est la logique du « droit à » : à partir du moment où je désire bénéficier d’un droit, je le revendique, autrement dit je demande à la collectivité de faire un effort (par exemple financier dans le cas des avantages fiscaux du PACS qu’il a bien fallu financer) ; je ne me demande pas ce que je peux faire pour mon pays mais ce que mon pays peut faire pour moi. Système des lobbys, logique individualiste, pour ne pas dire égoïste, mais qui a des conséquences limitées tant que le droit que l’on m’accorde ne s’oppose pas à celui d’un autre. Quand on prend en considération le fait que, pour reprendre l’exemple des droits associés au PACS, il s’agit de reconnaître une situation de fait à savoir que les couples homo, comme les hétéros, se consacrent l’un à l’autre, font des sacrifices pour vivre leur vie de couple, il me semble que la revendication peut être vue comme légitime. Ok pour le PACS donc. En revanche, le mariage pose assez directement la question de la parentalité et de la filiation et il oppose donc le droit des couples homos à désirer un enfant au droit de l’enfant à être la fille ou le fils d’un père et d’une mère. Chacun a le droit de hiérarchiser ces deux aspirations comme il l’entend mais si on considère cet aspect du problème, il me paraît difficile de prétendre que le mariage pour tous constitue un progrès incontestable. Les parents s’arrogent un droit au détriment de l’enfant et je pense qu’on ne peut pas balayer ca d’un revers de la main, que ca mérite à minima réflexion. La différence avec la situation des esclaves noirs aux Etats Unis évoquée dans l’article est que dans le cas de ces derniers, la seule chose que l’on pouvait opposer à leur droit fondamental à la liberté et à l’égalité était la prospérité économique des fermiers du sud. Il n’y avait donc évidemment pas photo une seconde. Ca me paraît beaucoup moins clair dans le conflit de droit ouvert par le mariage pour tous.
    Sur le droit d’un individu à descendre d’un père et d’une mère, on m’objectera qu’il existe déjà des orphelins de parents inconnus et des enfants nés sous X et qu’ils ne sont pas tous traumatisés, qu’ils vivent pour certains très heureux dans des familles adoptives qui les aiment au moins autant qu’elles auraient aimé leurs propres enfants biologiques, mais j’ai pour autant du mal à considérer que ce soit une situation souhaitable. Avoir un enfant n’est pas un luxe qu’un couple peut s’offrir au même titre qu’une maison ou une bagnole ; casser volontairement le lien entre un enfant et ses géniteurs me paraît potentiellement douloureux pour lui, déstabilisant et ne répond à aucun impératif si ce n’est satisfaire le désir des éventuels futurs parents homos.
    Enfin, même s’il existe sans doute des tas d’exemples d’enfants épanouis en étant élevés par des couples homosexuels, qu’on peut sans doute trouver des modèles de pères et de mères en dehors de ses parents, la réalité est qu’on ne sait pas si ca pose un problème dans le développement de l’enfant. On ne le sait pas parce qu’il n’existe aucune étude ni statistique fiable sur le sujet et que, si on se mettait à en collecter maintenant, on n’aurait pas de résultat avant une quinzaine d’années. Là encore, on choisit de prendre un risque sur l’épanouissement des enfants pour satisfaire le désir des parents. C’est au moins discutable.
    Enfin, même si je suis farouchement partisan de laisser chacun vivre sa vie comme il l’entend tant que sa liberté ne heurte pas celle des autres, même si je ne pense pas que la société ait à dicter à qui que ce soit son mode de vie, célibataire volage ou abstinent, couple homo ou hétéro, marié ou non, communauté polygame, je trouve dérangeant de casser le modèle de la famille traditionnel (père, mère et enfant) sans définir par quoi on le remplace. Le modèle traditionnel a peut-être vécu mais il a au moins le mérite de s’appuyer sur une logique objective qui est celle de la cellule reproductive. On peut se proposer de casser cette logique mais encore faut-il être capable d’en définir une nouvelle, faute de quoi le modèle de la famille n’évoluera plus qu’au gré de l’efficacité plus ou moins grande de tel ou tel lobby. Je n’ai entendu personne dans les pro-mariage donner une définition de ce que serait la nouvelle famille issue du mariage pour tous.

    • la baltringue permalink
      17/01/2013 20:33

      « le mariage pose assez directement la question de la parentalité et de la filiation  »
      Non. Même pas « un peu » : pas du tout. Je connais des tas de couples mariés sur le tard pour raisons fiscales essentiellement. J’en connais d’autres qui se sont mariés juste pour faire plaisir à mémé. D’autres qui n’ont jamais voulu d’enfant. J’ai un ami qui est anar’ jusqu’au bout des ongles et qui s’est marié à l’église pour épargner à sa dulcinée une rupture avec sa famille.
      « casser volontairement le lien entre un enfant et ses géniteurs me paraît potentiellement douloureux pour lui » : Personne ne propose ça, à part les Juges aux affaires familiales et les assistantes sociales, et ça n’a aucun rapport.
      « je trouve dérangeant de casser le modèle de la famille traditionnel (père, mère et enfant) sans définir par quoi on le remplace. » : Personne ne propose ça non plus. Il n’est pas question de remplacer quoi que ce soit. Rassure-toi, tu pourras toujours te marier à l’ancienne, et les contrats préétablis tiennent toujours.
      « Je n’ai entendu personne dans les pro-mariage donner une définition de ce que serait la nouvelle famille issue du mariage pour tous. » C’est justement parce qu’il n’est pas question de régenter ce qui se passe dans les foyers, ce qui est le cas en l’état actuel des choses.
      Tu risques de mal le prendre, et je te prie de m’en excuser si c’est trop rugueux : je te suggère d’imprimer ton message, de le garder le au frais dans un coffre, et de le relire dans 15 ans. Je te donne mon billet que tu riras de toi-même. Point d’argumentation dans ton message, on n’y observe que la peur d’une réalité fantasmée qui n’existe et n’existera jamais ailleurs que dans tes cauchemars : la même que celle qui nous était promise avec la réforme du PaCS.

      • EricB permalink
        17/01/2013 22:13

        « je te suggère d’imprimer ton message, de le garder le au frais dans un coffre, et de le relire dans 15 ans. Je te donne mon billet que tu riras de toi-même.  »

        Excellent conseil, aussi valable pour pas mal de commentateurs, ici et ailleurs.
        Certains riront d’eux-mêmes, d’autres, on l’espère, auront profondément honte.

    • Lily F. permalink
      17/01/2013 21:03

      La logique objective de la cellule reproductive n’est, encore une fois, logique que dans notre société (allez, mettons une grande partie des sociétés). Quid de toutes celles où l’enfant est élevé exclusivement par des clans de femmes? Quid de celles où les enfants sont élevés en commun, ou bien changent de « tuteur » selon leur âge? C’est un problème de fond, je pense, que de croire qu’un modèle, tout séculaire qu’il soit, tout majoritaire qu’il soit, est le seul valable, et le meilleur.

      Je ne pense pas que la loi arrivante change la définition de la famille, car celle de la famille biologique est déjà caduque: au delà de l’adoption, qui, je vous le concède, procède souvent d’un premier « drame » humain (abandon / mort…), au delà des familles recomposées après « l’échec » d’un mariage, la PMA existe, le don de gamète aussi: ce sont bien là des enfants qui, avant même leur conception, échappent à la définition de la famille biologique. Une famille relève déjà du lien d’amour et du lien de support – la possibilité d’avoir deux parents de même sexe n’entame pas cela.

      Le recul existe, les études aussi. Certaines sont trop partiales; certaines sont bonnes sur le plan méthodologique – avec les biais inévitable de toute étude, particulièrement en sciences humaines. Le nombre d’enfants élevés dans des structures homoparentales n’est certes pas très élevé, mais comment le pourrait-il être? Les études ne peuvent pas inventer des populations…

      Enfin, mais je me suis déjà longuement exprimée là dessus plus haut, pourquoi croire qu’être l’enfant de deux pères ou de deux mères ôterait quelque chose, par opposition à être l’enfant d’un père et d’une mère? Ce sont deux situations différentes; comme il y a des enfants de parents noirs, des enfants de parents blancs, et des métis.
      Vous citez Freud, mais la psychanalyse est bien loin d’être une science exacte – si tant est qu’on la considère comme une science -, et il est dangereux de lire ces ouvrages en faisant fi du contexte de leur écriture. Les critiques ont été nombreuses, tant de philosophes (lire à ce sujet quelques livres / articles de la French Theory) que d’analystes et autres psy-. Freud lui même n’a cessé de critiqué ses théories, de les remanier, au fil des rencontres qu’il faisait.

      Cela dit, votre ouverture est perceptible, et vos interrogations vous honorent. Si au moins les opposants pouvaient tous mettre leurs convictions en doute…

    • 17/01/2013 22:59

      Je plussoie Lily F, et te renvoie au commentaire que j’ai adressé un peu plus haut à Eri Beni, parce qu’il répond aux mêmes arguments.

  63. Telemaque permalink
    17/01/2013 16:27

    Merci à toi, Le Pédé.

    J’ai lu et relu ton article. Je l’ai partagé. J’ai pris le temps d’écrire un e-mail avec mes mots pour dire à presque tous mes contacts, personnels et professionnels, que ce que tu avais vécu, je l’ai vécu aussi.
    Ton expérience, à quelques différences près, est la mienne.

    Je suis aujourd’hui trentenaire, bien installé, en couple avec l’homme que j’aime profondément depuis près de six ans.
    Nous gagnons bien notre vie, nous avons un bel appartement. Nous voyageons, nous découvrons, nous sommes ouverts sur un monde qui nous accepte de mieux en mieux. Nous avons un tas d’amis, tous venant d’horizons différents, noirs, maghrébins, blancs, roux, blonds, filles, garçons, hétéros, homos… Je me considère comme un privilégié sans souci particulier. Je ne me sens pas l’âme d’un militant.

    Depuis la sortie de mon adolescence, que je ne voudrais revivre pour rien au monde, et dont comme toi, je ne me souviens pas, j’ai réussi à me relever des bassesses et de la méchanceté.

    L’agression qui est visible à l’école primaire, au collège, commence à l’être de moins en moins lorsqu’on grandit. Hormis dans le cercle ou le cocon que l’on se forme et qu’on contribue à faire évoluer, il y a les autres. Parmis eux, les langues se camouflent, se font sournoises, voire hypocrites. Mais plus on grandit, moins on y fait attention. C’est au moins une des forces de l’âge.

    Ton message m’a, comme pour Pinpin ou Lechieur2, pour ne citer qu’eux, ouvert les yeux !
    Il m’oblige à sortir de mon confort. Il me force à militer. Il me donne envie de dire au monde entier que si je ne vaux pas mieux que quiconque, je ne vaux surtout pas moins !

    Nous évoluons seuls quand nous sommes jeunes face à l’homosexualité. C’est vrai. Mais désormais c’est ce qui nous unit et nous ne voulons qu’une chose : être compris, aimés, respectés.

    J’ai donc transféré ce message à mes contacts en leur faisant comprendre que ce que tu as vécu, je l’ai vécu et je le vis aussi. Bien m’en a pris. Je reçois depuis hier tout un tas de réponses plus touchantes les unes que les autres.
    Ce fut d’abord avec mes amis ou connaissances professionnelles que je n’ai pas vus depuis très longtemps, l’occasion de renouer le contact et de prendre des nouvelles. Puis ce fut les réponses d’amis proches ; ceux qui prennent le temps de répondre et de découvrir. Ceux qui se sentent touchés d’accéder, à travers ton témoignage et tes mots, à mon coeur que j’ouvre trop souvent difficilement.

    Et puis ma mère m’a répondu. Cela fait 31 ans qu’elle me connait mieux que quiconque. Mais cela fait également 31 ans qu’elle se dit qu’elle est passée à côté de beaucoup de choses… sa réponse, pleine de tristesse, d’amour et de remords, m’a ému aux larmes.

    Je voulais te dire et te raconter, cher Pédé, que l’engagement que tu prends à travers ton texte résonne dans ma tête et dans celui de beaucoup de monde autour de moi.

    Je serai là le 27 janvier ! Je serai là non pas par désir de revanche ou de vengeance, mais pour gonfler les rangs de cette manifestation qui sera celle de l’amour et de la tolérance.

    • 18/01/2013 11:40

      Ce serait mentir que de prétendre que je n’espérais pas précisément ce type de réactions, mais ce que tu décris va bien au-délà de ce que je pouvais imaginer.
      Merci, merci, merci à toi d’avoir pris le temps de partager tout ça.

  64. la baltringue permalink
    17/01/2013 20:01

    Beau texte, émouvant et très juste. Mention spéciale au passage sur ceux qui voient les discriminations quand ils en sont les cibles, mais jamais quand ils en sont les auteurs.
    Il y a 2 bémols pour ma part :
    1/ Le passage sur les vexations et humiliations, qui va de « Toute mon adolescence » à « des points au BAC. ». m’a quelque peu gêné (mais bon ici, c’est la gêne, n’est-il-pas ;)). Je pense que des millions de gens ont vécu ce que tu relates dans ce passage, sans rapport avec leur sexualité : ils étaient trop moches, ou trop gros, ou trop mal habillés, ou trop taciturnes, ou trop boutonneux, ou trop pauvres, enfin, trop quelque chose qui ne plaisait pas aux autres. C’est hélas très répandu, et depuis toujours. En être victime n’est pas propre aux homosexuels, bien que j’aie conscience que cette affirmation ne te rassurera pas sur le genre humain.
    2/ Tu étrilles pas mal de monde dans ton texte, à juste raison je pense. Mais tu oublies de mentionner les plus importants : les rigolos qui nous gouvernent, et qui auraient pu faire passer cette réforme sans problème dès leur investiture s’ils l’avaient voulu. Ils ne l’ont pas fait : ils aiment la polémique, ils en ont besoin. Parce que pendant que la population se divise, s’invective et se calomnie, ils peuvent, ni vu ni connu, faire passer en quelques jours une réforme sur le droit du travail qui ferait passer la politique de Sarkozy pour celle de Léon Blum. Et quand viendra le débat sur le vote des étrangers, en toute discrétion ils feront sauter le code du travail ou autre droit acquis de haute lutte, tu verras. Technique de socialaud.

  65. 17/01/2013 20:06

    Une voix qu’on ne connaît pas, des mots qu’on n’entend plus au milieux des cris désarticulés et de la provoc des deux camps dans une guerre qui est fondée sur du vide.
    Merci de ce témoignage, merci.

  66. 17/01/2013 20:08

    Sans mot, je te lis et je suis sans mot. Magnifique, beau, juste, sincère, grandissime.
    MERCI

  67. 17/01/2013 21:54

    Perturbant….!

  68. 17/01/2013 22:08

    J’aime ça, ta façon d’écrire, ta façon d’aimer et de crier contre la merde.

  69. Emilie permalink
    18/01/2013 00:40

    J’invite Caroline, et toute personne qui ne comprendrait pas bien les enjeux de cette loi, à regarder cette vidéo, où l’on peut entendre les témoignages éclairants de parents homosexuels et de jeunes adultes ayant été élevés dans des familles homoparentales, témoignages qui nous montrent que ces familles qui partagent les même liens que n’importe quelle autre doivent faire face à nombre de problèmes (succession, droit de garde et de visite en cas de séparation…) à cause du vide juridique qu’induit l’impossibilité pour les couples homosexuels de se marier. Ces témoignages ont été recueillis à l’occasion des auditions de la commission des Lois de l’Assemblée nationale du 20 décembre 2012 pour le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe.

    La vidéo ci-dessus étant un peu longue (2h49), on pourra se reporter à l’intervention d’Elisabeth Badinter qui, dans le cadre de ces même auditions, résume toutes ces questions avec concision, acuité et sagesse.

    N.B. : auditions auxquelles pas un représentant des partis opposés à ce projet de loi n’était présent…

  70. Thalysman permalink
    18/01/2013 00:41

    Merci, avec un grand M

  71. marco permalink
    18/01/2013 08:36

    Mon dieu que c’est vrai et bien écrit…
    Puis je récupérer certaines de tes phrases pour en faire des pancartes pour la manif du 27?

  72. 18/01/2013 09:53

    J’aimerais ajouter ceci : il ne s’agit pas ici de prouver qu’une famille homoparentale est parfaite. La famille hétéropatentale (néologisme qui devient nécessaire) ne l’étant pas, elle est pourtant perçue comme légitime.

    Pareil pour le mariage, en passant.

    Il suffit d’expliquer qu’une famille homoparentale peut tres bien convenir. Qu’il y aura sans doute des parents homos défaillants comme il ya des parents hétéro défaillants. Que ce ne sera pas à cause de leur homosexualité (ou alors pourquoi les parents hétéros sont ils défaillants, quand ils le sont ?)

    Et puis il faut quand même voir ceci : l’être humain est fait pour s’adapter. Prétendre que nos structures sociales et psychologiques ne survivraient pas à cette innovation, c’est nier cette plasticité de l’esprit humain qui est pourtant la base, chez nous. C’est notre faculté à nous adapter qui est la cause de notre succès (un peu excessif même) en tant qu’espèce. Et les enfants sont encore plus adaptables que les adultes (en dehors de tout mauvais traitement, bien sur).

    C’est aussi s’imaginer qu’aucun parent homo n’aura l’intelligence basique de chercher à socialiser son petit bout. Ce que sont amenés à faire tous les parents dignes de ce nom, que ce soit en les emmenant jouer aux parcs ou les gosses croisent d’autres enfants, donc des êtres de sexe opposé au leur, mais aussi leurs parents, si différents de leur propre famille. Et ce très tôt (comme tout le monde, les parents homos auront besoin de nounous, de crèches, d’école maternelle). C’est s’imaginer qu’aucun parent homo ne fera appel à ses propres pères et mères, à ses frères ou ses soeurs, qu’il n’invitera jamais des amis hétéros à la maison avec leur propres enfants. Alors que je parie que nombreux sont ceux qui vont se gratter la tête, comme les hétéros à regarer « les Maternelles » ou feuilleter « Parents » avec l’espoir de trouver comment enfin aider le petit dernier à surmonter sa peur du noir…

    C’est aussi oublier que la question « Maman, comment on fait les bébés ? » n’est pas une question simple à aborder, même quand on est hétéro, et que beaucoup de parents hétéro ont en effet « menti » à leurs enfants par gêne (pas moi je précise ^^). Que donc cet argument de la vérité dite aux enfants ne tient pas. Les homos n’auront pas plus de mal à expliquer à leurs gosses qu’ils ont été adoptés que n’en ont les hétéros (qui ont déjà du mal à expliquer ça).

    Penser le contraire c’est considérer que notre sexualité influe sur notre compétence. c’est absurde.

  73. Tite permalink
    18/01/2013 16:12

    Bonjour Le Pédé,

    honnêtement, même si c’est bien torché sur la forme, je trouve que vous mettez TOTALEMENT à côté sur le fond. Les difficultés de votre enfance et de votre adolescence ne constituent en aucun cas un argumentaire solide pour la légalisation du mariage homo. Le fait que vous ayez été confronté à la méfiance voire la haine de certains du fait de votre homosexualité ne valide en rien votre position sur le sujet. Allons plus loin, le fait d’établir le mariage pour les homo ne règlera en rien ce type de problème.
    En fin de compte, il ressort de votre texte que votre demande d’établissement du « mariage pour tous » est l’expression d’une revanche sur l’homophobie… je ne sais si c’est là votre véritable point de vue mais si tel est le cas, je serais ravi qu’on s’en tienne au mariage hétéro car il ne me semble pas que ce soit une motivation valide et solide pour toucher à une insitution aussi importante que celle-ci.
    Je pense que votre texte peut se résumer dans votre titre (victimisation, appel aux bons sentiments, parallèle avec la Shoah…) et dans la phrase suivante: « Alors, que tous ceux qui conspirent à me priver de ce que je mérite au moins autant qu’eux sachent que leur croisade est perdue d’avance », mariage vu comme un droit et non un devoir (j’extrapole mais j’imagine qu’il est aussi vu comme un contrat).
    En fin de compte, vous êtes un ultra-libéral: la sphère publique et ses institutions doivent se plier aux volontés individuelles.

    Je me relis et m’aperçois que mon texte pourrait paraître hargneux, soyez certain qu’il ne l’est pas. C’est une simple analyse personnelle d’un texte qui, sur le plan du raisonnement logique et construit, me semble très mauvais mais qui est pour le coup totalement en phase avec l’époque qui veut que la raison cède devant le sentiment.

    Je vous souhaite une bonne journée.

    • 18/01/2013 17:34

      « Allons plus loin, le fait d’établir le mariage pour les homo ne règlera en rien ce type de problème. »

      Si c’est ce que vous appelez aller loin, je me demande ce que vous appelez ne pas se fouler.

      • Tite permalink
        18/01/2013 18:02

        Je ne sais pas… votre réponse par exemple.

    • Le Pet Financier permalink
      18/01/2013 18:03

      Hétérosexuel, vieux et divorcé avec deux filles bien délurées, je crois cher(e) Tite que vous n’avez rien compris au texte de ce très cher PAYDAY.
      A moi, hétéro insouciant, il m’apprend et me confirme avec ses mots tout plein de choses que j’avais soupçonnés et pas compris en cotoyant (très rarement) des homosexuels et couples homosexuels.
      La (leur) souffrance n’est pas légitime pour leur revendication à une égalité de droit dans le mariage civil. En effet. Ils sont hommes ou femmes et ils ont droit aux mêmes droits que les hétéros dans ce mariage pour tous. Juste ce texte essaye (pas gagné) de te faire comprendre comment tu es seul.Et qu’une égalité de droit pourrait aider au sujet.

      Julein, Merci pour ce texte que j’ai diffusé à tous les vieux avec qui je me suis engeulé au réveillon de Noel.

      Tout est mal dit, mais c’est comme cela.

      Au 27.

      • Le Pet Financier permalink
        18/01/2013 18:09

        C’est moi qui dit mal.

      • 18/01/2013 18:13

        Merci à toi, très cher prout.

      • Tite permalink
        18/01/2013 19:23

        Bonjour Le Pet Financier,
        dans mon commentaire, je n’ai fait que relever ce qui me semblait être une confusion des genres. La majeur partie du texte du Pédé relate ses souffrances et l’homophobie latente ou assumée à laquelle il a du faire face. Le texte s’achève alors sur le fait qu’il mérite le droit au mariage. J’en ai donc conclu qu’il faisait de ses souffrance et de celles des « siens » la raison de l’accès au mariage (tout en précisant que c’est ce que laisse entendre le texte et que son raisonnement est peut être autre). Je suis donc heureux que vous soyez d’accord avec moi sur le fait que l’on ne peut lier les deux.
        Sur la suite de votre commentaire (le droit au mariage), je pense que c’est là que se trouve la pierre d’achoppement entre vous (Le Pet, Le Pédé, Le Juif…) et moi. Selon moi, un tel droit n’existe pas car le mariage n’est pas un droit mais une construction sociale fondamentale (une institution) qui a d’autres buts que de permettre à la population de se sentir en parfaite égalité.
        Pour ce qui est d’être seul, je pense que vous faites fausse route… et quand bien même je le serai, je ne pense pas que la loi du nombre soit un argument valide dans une discussion.

      • EricB permalink
        18/01/2013 20:41

        « Selon moi, un tel droit n’existe pas car le mariage n’est pas un droit mais une construction sociale fondamentale (une institution) qui a d’autres buts que de permettre à la population de se sentir en parfaite égalité. »

        Ce n’est pas le mariage qui est un droit, mais son accés à tous.
        Le mariage n’a pas de BUT : c’est une « institution » (encore que je n’aime pas ce mot qui veut tout et rien dire) qui permet la stabilité d’un couple formé de 2 personnes consentantes, majeures et non-consanguines pour des motifs de solidarité, de sécurité, d’abord POUR le couple lui-même, et ENSUITE pour les enfants qui PEUVENT en découler, quand il y en a.

        Ce que semblent ne pas comprendre les opposants au mariage homo, c’est que la société trouve son intêret dans la solidarité de couple, qui, du coup, n’incombe plus à cette même société. C’est un transfert de responsabilités en quelque sorte. Par ailleurs les pires opposants (ou les plus stupides) font mine de croire que l’existence de couples homosexuels va porter un coup fatal à la démographie : comme si ces couples allaient forcément se marier et faire des enfants avec le sexe opposé si on leur interdit le mariage !

      • Le Pet Financier permalink
        18/01/2013 20:04

        Je ne parle pas de droit au mariage mais à une égalité de droit.
        Et je crois que les couples homosexuelles sont capables d’atteindre les objectifs que vous fixez à cette institution.

      • Tite permalink
        19/01/2013 07:16

        Bonjour EricB,
        vous écrivez: « Le mariage n’a pas de BUT », je crois bien que rien n’ai plus faut… sinon pourquoi existerait-il? Le but du mariage est d’assurer la filiation et il crée donc à cet effet des obligations extraordinaires entre les époux, entre les époux et l’Etat, entre les époux et leur progéniture.

        « Ce que semblent ne pas comprendre les opposants au mariage homo, c’est que la société trouve son intêret dans la solidarité de couple, qui, du coup, n’incombe plus à cette même société » La solidarité du couple n’a jamais incombé à la société. Le respect des engagements pris dans le mariage est certes garantie par l’Etat mais en aucun cas la société a vocation à se substituer.

        @Pet financier.
        « Je ne parle pas de droit au mariage mais à une égalité de droit. » dans la discussion qui nous occupe, je ne suis pas sûr de saisir la nuance.

        « Et je crois que les couples homosexuelles sont capables d’atteindre les objectifs que vous fixez à cette institution. » Je ne le crois pas car un couple homosexuel ne peut assurer une filiation qui est l’objectif central du mariage..

      • EricB permalink
        24/01/2013 02:13

        à Tite : « La solidarité du couple n’a jamais incombé à la société. Le respect des engagements pris dans le mariage est certes garantie par l’Etat mais en aucun cas la société a vocation à se substituer.  »

        Soit je me suis mal exprimé, soit vous m’avez mal compris. (ou ne voulez absolument pas comprendre…).
        Je disais que quand un couple se marie, c’est lui qui prend en charge la solidarité entre les membres de ce couple, alors que la solidarité sociale (envers les individus non mariés incombait à la société).
        De toutes façons, il est inutile de tenter de dialoguer tant que vous continuerez à vous baser sur des postulats qui sont faux, et notamment affirmer la filiation comme étant la seule et unique raison d’être du mariage.

      • 19/01/2013 07:44

        Excusez moi, mais dans quelle table de loi est il écrit que le mariage est FAIT POUR la filiation ? Où ?

      • Tite permalink
        19/01/2013 09:49

        Bonjour Philippe de Thrace,
        le mariage a été créé pour garantir au père que son enfant est bien le sien étant donné que la filiation maternelle est toujours sûre. Il est là pour permettre symboliquement et juridiquement aux enfants de prendre une place dans une ligné, dans une filiation. Sur le plan juridique, le mariage instaure l’obligation pour les parents de s’occuper de leurs enfants (et réciproquement par la suite), mais pas des enfants des autres. Le droit successoral privilégie d’ailleurs les enfants légitimes sur les illégitimes.

      • EricB permalink
        19/01/2013 10:13

        « Le droit successoral privilégie d’ailleurs les enfants légitimes sur les illégitimes. »

        Euh sauf erreur de ma part, justement plus aujourd’hui, où il n’y a plus aucune distinction sur ce plan entre les enfants légitimes et les illégitimes.

      • EricB permalink
        19/01/2013 10:55

        « le mariage a été créé pour garantir au père que son enfant est bien le sien étant donné que la filiation maternelle est toujours sûre. »

        Donc, selon vous, le seul but du mariage est de créer un lien qui est absolument sans rapport avec la réalité biologique ? Tous ceux qui prétendent qu’ « on ne ment pas aux enfants » seront ravis d’apprendre qu’ils défendent une institution qui affirme que même si le père (légal) n’est pas le père biologique, il faut faire croire qu’il l’est…..

        Bon, enfin, si c’est peut-etre un des objectifs du Code Civil Napoléonien, c’est loin d’être le seul (présomption de paternité), et enfin, comme l’expliquent fort bien (encore) Irene Thery et Elizabeth Badinter, le Code Civil et l’idée du mariage ont considérablement évolué depuis Napoléon, notamment avec la reconnaissance de l’égalité juridique des enfants nés hors-mariage.

      • Tite permalink
        19/01/2013 12:34

         » il n’y a plus aucune distinction sur ce plan entre les enfants légitimes et les illégitimes. » Vous avez totalement raison pour ce qui concerne la France et je vous prie de m’excuser j’aurais du préciser « en général ». Pour le cas, de la France c’est d’ailleurs une évolution qu’elle n’a pas choisit mais imposée par la CEDH. Néanmoins, vous n’apportez aucune remise en cause de la définition donnée de la filiation et de son rapport consubstantiel au mariage.

        « Donc, selon vous,le seul but du mariage est de créer un lien qui est absolument sans rapport avec la réalité biologique » je n’ai jamais dit ça

        « le Code Civil et l’idée du mariage ont considérablement évolué depuis Napoléon » tout à fait mais je dirais que l’évolution la plus notable a été la facilitation du divorce. Plus généralement, c’est la tendance à voir le mariage comme un contrat privé ayant seulement pour but d’offrir une sécurité juridique et notamment fiscale. Je ne cautionne pas cette évolution qui, je me répète, est un des symptômes, de l’ultra-libéralisation de notre société avec comme conséquence une sphère publique rétrécissant sous les demandes individuelles.

      • EricB permalink
        19/01/2013 15:48

         » Donc, selon vous,le seul but du mariage est de créer un lien qui est absolument sans rapport avec la réalité biologique » je n’ai jamais dit ça

        Ce n’est pas « ce que vous disez », mais je ne fais que développer les conclusions de ce vous affirmer, à savoir que le seul « but » du mariage civil napoleonien est d’assurer la filiation du père nonobstant la réalité biologique de cette filiation (autrement, même si tout le monde sait parfaitement que le pere biologique du gamin n’est pas le mari de la dame, la loi dira quand même que c’est bien lui le père.

        « mais je dirais que l’évolution la plus notable a été la facilitation du divorce. Plus généralement, c’est la tendance à voir le mariage comme un contrat privé ayant seulement pour but d’offrir une sécurité juridique et notamment fiscale.  »
        Ah ben vous voyez qu’on arrivera à s’entendre si VOUS-MEME reconnaissez que le mariage a évolué dans sa nature et dans ses conséquences. Que vous ne cautionniez pas cette évolution, ma foi, c’est votre droit, mais ca ne peut remettre en cause la réalité. Et que le divorce notamment, ait été facilité, notamment encore récemment par Sarkozu, il ne faut pas mettre cela sur le dos du « lobby gay ». Ca me fait toujours bien rigoler quand j’entends un Sarkozy, 3 fois marié, 2 fois divorcé, affirmer sans rire que la pire menace pour l’institution sacrée du mariage c’est son extension aux couples de même sexe ! En effet, et je suis d’accord avec vous sur le fait que la pire menace au mariage, c’est bien le divorce heterosexuel, et non le « mariage gay ».

      • EricB permalink
        19/01/2013 15:50

        PS : « avec comme conséquence une sphère publique rétrécissant sous les demandes individuelles. »
        Ben moi, j’y vois au contraire une « sphère publique » s’élargissant pour prendre en compte toutes ses composantes et toute sa diversité.

      • Tite permalink
        20/01/2013 10:33

        Oui, parce que vous voyez la sphère publique comme celle de la satisfaction des revendications et la question du mariage sous l’angle de l’égalité. Les deux approches sont fausses.

      • EricB permalink
        20/01/2013 13:17

        Non, je vois la « sphère publique » comme inclusive, et non exclusive, en parfait accord avec les valeurs républicaines.

      • 19/01/2013 13:40

        Donc pour toi Tite, le mariage a été inventé par Napoléon ? C’est le vocabulaire que tu emploies pour le définir qui me met sur cette piste. Ne me répond pas que tu parles du mariage civil, parcequ’il existait déjà avant même la religion chrétienne. Napoléon à 1/ inventé la dissociation entre mariage civil et religieux (indispensable dans un État, même concordataire, qui se laïcise sans inventer encore le mot) et 2/ défini le mariage civil, interprété cette notion de la manière dont la société en avait besoin. Et notre société à évolué. En fait il n’y a pas d’inventeur du mariage, et personne pour dire pourquoi il a été inventé. Ce phénomène social change d’utilité dans l’espace et dans l’histoire. Et s’il fallait insister sur son aspect le plus récurrent, ce n’est pas tant la filiation – comme tu le prétends, mais la transmission d’un patrimoine (matériel et symbolique). A moins que ce soit un système économique d’échange de biens et de personnes entre familles.
        Cessez d’essentialiser la famille nucléaire !

      • Tite permalink
        19/01/2013 14:10

        Non, je ne dis pas que le mariage a été conçu par Napoléon. Je suis tout à fait conscient qu’il existait bien avant et partout.
        Je ne partage pas votre point de vue sur l’absence d’explication quant à son invention: le mariage a été créé car si la maternité est toujours certaine celle du père est putative. Il s’agissait donc d’établir un cadre qui garantisse un minimum la paternité (ce qui explique que l’adultère féminin à toujours été plus durement puni que l’adultère masculin).
        Pour ce qui est de son rôle économique, il repose justement sur la filiation: parce qu’il y a filiation, il y a échange et entraide. Rien ne m’oblige a aidé économiquement les autres alors que je peux être puni si je ne pourvois pas aux besoin des membres de ma famille.

        « Cessez d’essentialiser la famille nucléaire ! » pourquoi le devrais-je si je considère qu’elle est un pan fondamentale de notre société et qu’elle reste le modèle vers lequel tout le monde veut tendre.

      • EricB permalink
        19/01/2013 15:14

        « qu’elle reste le modèle vers lequel tout le monde veut tendre. »

        Et donc pourquoi la refuser à ceux qui veulent fonder une « famille nucléaire » aussi aimante, solidaire, protectrice que la « famille nucléaire hétérosexuelle »… J’avoue que je ne comprends pas bien…
        Tout comme ceux qui nous affirment avec aplomb que les homos sont bien plus volages que les heteros et que donc il n’ont pas droit d’acceder à une situation juridique qui ne peut aller que dans le sens de cette stabilité…

      • 19/01/2013 14:41

        Qu’en sais-tu ? Étais tu présent le jour ou le premier homo sapiens sapiens a « inventé » le mariage ? Connais tu l’histoire de la totalité des sociétés humaines depuis le paléolithique ? As-tu lu la totalité de tous les bouquins de démographie historique, d’archéologie et d’ethnographie qui ont été édités ces cent dernières années ? Que sais tu du « modèle vers lequel tout le monde veut tendre » ? L’échange et l’entraide dans le mariage visent aussi à échanger de la force physique des époux et épouses, et la dot est une transmission immédiate de patrimoine qui se fiche des enfants. Tu ressemble à un irreductible de la terre plate. Je te repose la question d’où tiens-tu que le mariage a été inventé pour la filiation ?

      • Tite permalink
        20/01/2013 10:47

        « Qu’en sais-tu ? Étais tu présent le jour ou le premier homo sapiens sapiens a « inventé » le mariage ? Connais tu l’histoire de la totalité des sociétés humaines depuis le paléolithique ? As-tu lu la totalité de tous les bouquins de démographie historique, d’archéologie et d’ethnographie qui ont été édités ces cent dernières années ? »

        Non, pas du tout. Mais j’imagine que de votre côté cela vous arrive d’avancer des idées et des raisonnements sans avoir une connaissance totalement exhaustive du sujet. D’ailleurs qui peut prétendre à l’exhaustivité sur un sujet. Vos questions sont donc non avenues dans ce débat.

        « Que sais tu du « modèle vers lequel tout le monde veut tendre » ? »

        Je rectifie, j’ai été excessif, je dirais la grande majorité. Peu de personnes rêvent dans leur jeunesse d’avoir un beau mariage avec ensuite un magnifique divorce et en fin de compte une magnifique famille recomposée.

        « L’échange et l’entraide dans le mariage visent aussi à échanger de la force physique des époux et épouses, »

        Tout à fait d’accord… « dans le mariage »

        et la dot est une transmission immédiate de patrimoine qui se fiche des enfants. »

        Et sur laquelle ne repose pas le mariage

      • 20/01/2013 12:24

        Si mes questions sont non-avenues, tes affirmations, tes certitudes aussi. Ce que j’essaie de te faire comprendre, c’est que rien, dans la connaissance humaine, ne permet de dire si le mariage a été inventé pour quelquechose et pour laquelle. La seule chose certaine, c’est que dans l’histoire des hommes il n’y a pas un mais plusieurs mariages. Certains font de la dot un aspect essentiel et fondamental. D’autres l’ignorent. Certains sont des choix individuels, certains s’apparentent a un rapt, d’autres sont des choix collectifs, et ressemblent à des négociations diplomatiques. Certains ont pour rôle de maintenir la domination masculine, d’autres de repartir la main d’œuvre. C’est donc chaque société qui choisit le rôle du mariage en fonction de ses besoins, son organisation sociale ou son idéologie. Alors libre a toi de dire « le mariage doit selon moi servir à encadrer la filiation » et milite donc pour le rétablissement de la bâtardise et interdire le divorce et le mariage des stériles, mais cesse de te référer à une prétendue éternité des fonctions sociales, c’est une illusion et un mensonge.

      • EricB permalink
        20/01/2013 12:52

        CLAP ! CLAP ! CLAP !
        Excellement et brillamment résumé…

      • Le Pet Financier permalink
        20/01/2013 12:43

        égalité de droit.
        Petite Tite, le mariage n’est pas la filiation, mais il autorise un tiers d’entrer dans une famille. En fait dans deux familles. Le mariage c’est l’officialisation que l’AUTRE fait partie de la famille. Plus tard ce contrat de mariage civil protège chacun des membres de cette union et des enfants qui pourraient en être issus.
        Vous divaguez, et vous êtes pitoyable de ne pas vouloir donner ces droits aux couples homosexuels.
        Votre combat pour ne pas accorder ce droit aux couples homosexuels est absurde à mes yeux.
        C’est pour cela que vous me faites pleurer.

      • Le Pet Financier permalink
        20/01/2013 13:11

        Et petite Tite, ne me parlez pas du PACS, il ne donne pas ce droit.
        Bien à vous.

    • 18/01/2013 18:05

      C’est marrant ces opposants respectables qui font semblant de croire que l’homophobie est un phénomène indépendant des structures sociales et qu’ils n’ont rien à voir avec cette pulsion de rejet. Si le petit Logan était aussi cruel, ce n’est pas parce qu’il vient de Jupiter mais parce qu’il est né dans une société structurellement homophobe. Vous vous bornez à voir dans cet article un billet d’humeur, un slogan revanchard parce que vous ne voulez pas voir que vous êtes, avec vos oeillères, partie prenante de ce système qui considère ce qui n’est pas hétéro comme inférieur.

      Cher Tite, vous n’êtes visiblement pas stupide alors, de grâce, arrêtez de jouer au con.

      • Le Pet Financier permalink
        18/01/2013 18:12

        Moi, je ne le crois pas très respectable, mais d’une vrai mauvaise foi.
        C’est là ou il n’est pas stupide.

      • Tite permalink
        18/01/2013 19:31

        Bonjour Le Juif,
        je ne pense absolument pas que l’homophobie soit un phénomène indépendant des structures sociales (d’ailleurs j’aurais bien du mal à trouver un tel phénomène). Je pense au contraire que c’est un phénomène consubstantiel à de nombreuses cultures. Celles-ci ont comme principal objectif de perdurer dans le temps et donc nécessitent un accroissement (ou à tout le moins un maintien) de leur population: en conséquence de quoi, l’homosexualité est considérée comme un risque pour la « survie de l’espèce ». Ne voyez la dedans aucun jugement de valeur.
        Il est ensuite un peu facile de laisser sous-entendre que je serais (même sans le vouloir) homophobe. Je ne pense pas l’être car les préférences sexuelles des autres ne sont pas de mon ressort. Ce qui l’est, c’est quand au nom de cette préférence on entend toucher à une institution pour de mauvaises raisons.

      • EricB permalink
        18/01/2013 20:30

        « Je pense au contraire que c’est un phénomène consubstantiel à de nombreuses cultures. »

        A de trop nombreuses cultures, certes, mais vous remarquerez, seulement à celles qui se font un devoir de maintenir leurs peuples sous le joug de l’ignorance et de l’inculture.

        Il suffit de réflechir seulement 20 secondes par soi-même pour se rendre compte que cette peur du « risque pour la survie de l’espèce » est totalement infondée si l’on SAIT que les homos ont de tous temps (même bibliques) et partout existé, et que la démographie mondiale n’en a jamais souffert nulle part; Et ce, encore plus depuis que nous avons des exemples d’autres pays qui « sont passés par la », et n’ont pas souffert les terribles conséquences que certains nous annoncaient.

        « Ce qui l’est [de mon ressort], c’est quand au nom de cette préférence on entend toucher à une institution pour de mauvaises raisons. »

        Et ce qui est du notre, c’est quand on prétend, au nom de (fort) mauvaises raisons, faire perdurer une discrimination qui n’a plus aucune raison d’être, dans une société civile, laïque et démocratique.

      • Le Pet Financier permalink
        18/01/2013 20:16

        Lol petite tite.
        Il est proposé d’offrir une « institution » à des couples homosexuels pour qu’ils participent à la République avec nous.
        Vous êtes vraiment tordus.
        En fait je pleurs devant tant de betises.
        .

      • Tite permalink
        19/01/2013 07:43

        @EricB: je crois que vous confondez culture et régime politique. Une culture ne maintient personne sous son joug.
        Pour ce qui est « du risque pour l’espèce » je dis que c’est une perception (pas forcément raisonnable) apparue à des époques où on ne pouvait pas forcément « regarder la démographie mondiale ». Ensuite se sont construit autour de ça des règles sociales, des tabous, des régulations…

        « nous avons des exemples d’autres pays qui « sont passés par la », et n’ont pas souffert les terribles conséquences que certains nous annoncaient » je ne prétends pas que le ciel nous tomberas sur la tête. Néanmoins, je pense que d’une part cela aura des conséquences non négligeables sur la filiation (avec un impact sur l’enfant) et, d’autre part, que ce sera un signal fort pour toutes les minorités dans la course à l’échalote des revendications « égalitaires ».

         » au nom de (fort) mauvaises raisons, faire perdurer une discrimination qui n’a plus aucune raison d’être, dans une société civile, laïque et démocratique. » La défense de la filiation ne me semble pas être une fort mauvaise raison. Pour ce qui est de la discrimination, je ne vois pas en quoi c’en est une à partir du moment où la construction même du mariage et ses objectifs sont hétérosexuels.

        @Pet financier
        « Il est proposé d’offrir une « institution » à des couples homosexuels ». Je ne pense pas que l’on puisse « offrir une institution », cela n’a pas de sens.

        « pour qu’ils participent à la République avec nous. » Parce qu’ils n’y participent pas aujourd’hui? Les deux choses ne sont absolument pas liées.

        « Vous êtes vraiment tordus. » non
        En fait je pleurs devant tant de betises. libre à vous

      • EricB permalink
        19/01/2013 10:10

        « je crois que vous confondez culture et régime politique. Une culture ne maintient personne sous son joug. »

        Non, non, je ne confonds pas. Dans la cuture, je pense évidemment au poids des religions et des traditions, ce qui est parfois superposable à des régimes politiques (Islam, notamment), mais pas toujours. Et ce ne sont pas les régimes politiques qui maintiennent le plus les peuples dans l’inculture et l’ignorance, mais bien les traditions et les religions. En Chine par exemple, les choses évoluent, et il y a même des revendications des homosexuels, alors qu’elles seraient impensables dans aucune théocratie.

        « Néanmoins, je pense que d’une part cela aura des conséquences non négligeables sur la filiation (avec un impact sur l’enfant) et, d’autre part, que ce sera un signal fort pour toutes les minorités dans la course à l’échalote des revendications « égalitaires » »

        Non, je pense que la libération de la femme dans le monde a eu des impacts infiniments plus lourds sur la famille, sur la différenciation sexuelle, sur la filiation, sur l’éducation, que n’en aura jamais l’ouverture du mariage et de la parentalité aux homos, qui n’est jamais qu’une extension des droits, mais aucunement une remise en cause de ce qui existe déja.
        Quant au « signal fort pour toutes les minorités », c’est doublemnent faux, parce que, on ne le répètera jamais assez,ce ne sont que des fantasmes brandis par des gens qui n’ont aucun argument valable : ces « revendications égalitaires » fantasmées n’ont jamais vu le jour dans aucun pays où les droits des homos ont été accordés; et parce que ces « revendications égalitaires » n’ont juste rien d’égalitaire, sur le plan républicain : qu’y -t-il d’égalitaire dans le fait de vouloir épouser son frere ou sa soeur (ou toute autre relation incestueuse ?), ou dans la polygamie ?

        « La défense de la filiation ne me semble pas être une fort mauvaise raison. »

        Sauf que c’en est une, lorsque la « filiation » n’est en rien menacée.

        « Pour ce qui est de la discrimination, je ne vois pas en quoi c’en est une à partir du moment où la construction même du mariage et ses objectifs sont hétérosexuels. »

        Ben non, puisque le mariage n’est déja plus une « construction heterosexuelle » dans une douzaine de pays, et bientot plus, et que les « objectifs du mariage » sont TOUT AUTANT la protection du couple que celles des enfants qui peuvent en découler (prenez le temps d’écouter Irene Thery ou Elizaveth Badinter qui expliquent trés bien l’évolution du mariage).

        « Parce qu’ils n’y participent pas aujourd’hui? (à la République).
        Ils y participent bien sûr, mais pas de manière égalitaire, avec plus de devoirs que de droits.

      • Tite permalink
        19/01/2013 12:21

        « Non, non, je ne confonds pas. Dans la cuture, je pense évidemment au poids des religions et des traditions, » Il ne me semble pas que la culture est, en elle même, un pouvoir de sanction des comportements: l’appareil policier, judiciaire et politique oui. Par exemple, même si l’adutère est toujours culturellement mal perçu, vous risquez de moins en moins de problèmes car le système politique et à sa suite l’appareil judiciaire le sanctionne moins fortement qu’hier.

        « Non, je pense que la libération de la femme dans le monde a eu des impacts infiniments plus lourds sur la famille, sur la différenciation sexuelle, sur la filiation, sur l’éducation, » je suis d’accord sur le fait que l’impact a été grand mais pas en ce qui concerne la filiation. Que la femme soit libérée ou non, la filiation reste la conséquence de la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde.

        « Quant au « signal fort pour toutes les minorités », c’est doublemnent faux, parce que, on ne le répètera jamais assez,ce ne sont que des fantasmes brandis par des gens qui n’ont aucun argument valable : ces « revendications égalitaires » fantasmées n’ont jamais vu le jour dans aucun pays où les droits des homos ont été accordés; et parce que ces « revendications égalitaires » n’ont juste rien d’égalitaire, sur le plan républicain : qu’y -t-il d’égalitaire dans le fait de vouloir épouser son frere ou sa soeur (ou toute autre relation incestueuse ?), ou dans la polygamie ? »

        Désolé, mais je ne comprends pas votre raisonnement.

        « Sauf que c’en est une, lorsque la « filiation » n’est en rien menacée. » A mon sens elle l’est car la filiation (transmission de la parenté) repose sur les concepts de « père » et « mère » (toujours la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde). Il ne peut y avoir transmission de la parenté lorsqu’il y a deux « pères » ou deux « mères » car dans ces deux cas il ne peut y avoir procréation.

        « Ben non, puisque le mariage n’est déja plus une « construction heterosexuelle » dans une douzaine de pays,  » le fait que la nature du mariage ait changé ne modifie en rien ses origines.

        « et que les « objectifs du mariage » sont TOUT AUTANT la protection du couple que celles des enfants qui peuvent en découler » je ne suis pas totalement d’accord avec cette définition; je dirais plutôt que le mariage a pour objectif d’assurer la filiation du père et que les conséquences en sont de devoirs extraordinaires liant, les époux, les enfants et l’Etat. Par contre je m’étonne que vous trouviez des objectifs au mariage alors que plus haut vous disiez qu’il n’y en avait pas.

        « Ils y participent bien sûr, mais pas de manière égalitaire, avec plus de devoirs que de droits. » je ne vois pas le rapport. La participation à la république se définit par la capacité à pouvoir en déterminer les dirigeants. Mariage ou non ce droit est reconnu aux homo.

      • EricB permalink
        19/01/2013 15:09

        « Il ne me semble pas que la culture est, en elle même, un pouvoir de sanction des comportements: l’appareil policier, judiciaire et politique oui.  »

        Mais elle l’est quand le politique est mis au service du culturel, et notamment au service du fait religieux, comme dans toutes les dictatures théocratiques.

         » Que la femme soit libérée ou non, la filiation reste la conséquence de la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde. »

        Et que les homos se marient ou non, qu’ils aient acces ou non à la PMA et à la GPA, le filiation restera TOUJOURS la conséquence de la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoide (voire deux). C’est vous mêmes qui donnez vraiment le baton pour vous faire battre…

        « Désolé, mais je ne comprends pas votre raisonnement. »
        Bon, alors je tente de réexpliquer : le fait que les homos ne puissent acceder au mariage alors qu’ils respectent toutes les conditions nécessaires à la validation du mariage (énoncées dans l’art 144 et suivants : age, non consanguinité, consentement mutuel, ET BASTA), est véritablement un manquement à l’égalitarisme exigé par la constitution. L’inceste est une des conditions d’invalidité du mariage clairement enoncées dans le Code Civil pour des raisons éminemment objectives (les risques en matiere de santé mentale sur les rejetons). Idem pour la polygamie, qui n’implique pas les exigences égalitaires énoncées dans le code civil, en matiere de respect et de fidélité des époux, notamment.

        « A mon sens elle l’est car la filiation (transmission de la parenté) repose sur les concepts de « père » et « mère » (toujours la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde). Il ne peut y avoir transmission de la parenté lorsqu’il y a deux « pères » ou deux « mères » car dans ces deux cas il ne peut y avoir procréation. »
        Vous voila bien en train de faire une sacrée salade entre les notions de « pere » et de « mere » qui peuvent être sociales OU biologiques (parfois superposées mais pas systématiquement, et la rencontre physique d’un ovule et d’un spermatozoide.

        « le fait que la nature du mariage ait changé ne modifie en rien ses origines. »
        Ses origines supputées. Mais le mariage a eu selon les lieux et selon les époques des motivations bien differentes que celle de la protection du/des rejetons. Pour beaucoup, c’était des alliances patrimoniales, bien plus importantes que la filiation qui pouvait en découler. Et même si on ne veut continuer à voir dans le mariage que cette « nature », il ne sert à rien de nier que le sens du mariage a considerablement évolué.

        « Par contre je m’étonne que vous trouviez des objectifs au mariage alors que plus haut vous disiez qu’il n’y en avait pas. »
        Oui, j’ai repris votre idée « d’objectifs » pour faciliter le discours, mais pour moi, c’est plus des implications que des « objectifs ». Et non, je refuse d’accrediter votre idée que le mariage n’a QUE pour « objectif » d’assurer la filiation du père. Car le mariage, même sans filiation reste parfaitement valide et valable, et regle nombre de considerations centrées sur la protection du couple sans enfants.

        « a participation à la république se définit par la capacité à pouvoir en déterminer les dirigeants. »
        Non. La participation à,la Republique, c’est AUSSI de pouvoir beneficier des droits attachés au devoirs, garantis par la Constitution française, qui entend que TOUS les citoyens doivent être égaux EN DROIT, nonobstant leurs particularités, et ce, dans le respect du bien commun. Or à ce jour, nul n’est en mesure d’affirmer, avec, bien evidemment, des arguments scientifiquement probants, que le bien commun serait menacé par l’extension de l’accés du mariage et de l’adoption aux homos.

    • EricB permalink
      18/01/2013 19:47

      « la sphère publique et ses institutions doivent se plier aux volontés individuelles. »

      Ben non.
      La « sphère publique » doit juste prendre en compte la diversité des identités, des aspirations de ses membres, toujours, évidemment dans le respect d’un « bien commun ». L’épanouissement d’une civilisation — économique, culturelle, sociale — passe TOUJOURS par l’optimisation du bien-être des invididus qui la constitue. Vérifiez l’Histoire.

      • Tite permalink
        19/01/2013 10:00

        Je ne partage pas les objectifs que vous assignez à la sphère publique. Son rôle est de poser des règles qui garantissent le bon fonctionnement de la société même si cela revient à ne pas prendre en compte des identités et des aspiration. Son rôle est de garantir le fonctionnement d’institutions dont l’utilité dépasse celle des individus et qui sont indispensables à la cohésion de la société.
        Pour ce qui est de  » L’épanouissement d’une civilisation — économique, culturelle, sociale — passe TOUJOURS par l’optimisation du bien-être des invididus qui la constitue » là aussi je suis dubitatif. C’est une vision très marquée dans le temps. Je ne suis pas certain que, jusqu’au XXème siècle cette analyse puisse s’appliquer (l’empire romain se fichait du bien être des individus). Pour ce qui concerne notre époque et notre culture occidentale, il est vrai que c’est une vision largement partagée. Néanmoins, je ne crois pas qu’elle soit nécessairement bonne car la frontière entre bien commun et épanouissement personnel n’est jugé par chacun qu’à l’aune de ses intérêts… et la sphère politique suis le mouvement en ne considérant plus la société comme un ensemble mais comme un conglomérat d’intérêts minoritaires à satisfaire.

        « Vérifiez l’Histoire », je vérifie et elle ne vous donne pas raison car vous appliquez votre vision à des époques dont la structure de pensée n’avait rien à voir avec la nôtre

      • Le Pet Financier permalink
        19/01/2013 12:33

        Don’t feed the troll.
        cette personne est à pleurer.
        Je vais prier pour lui.

      • Tite permalink
        19/01/2013 12:39

        Je ne pense pas être un troll. Mon objectif premier était de mettre en avant que le discours développé par Le Pédé ne validait en rien sa conclusion. J’ai été ensuite entraîné logiquement sur la question qui nous occupe. Mais à aucun moment il ne m’a semblé avoir agit comme un troll: je n’ai utilisé l’insulte, j’ai été logique dans mes propos. Je ne vois donc pas pourquoi je serais à pleurer puisque je démontre que je sais entendre les arguments, les analyser et leur opposer ma pensée. Pour le coup, je trouve que jusqu’ici cette argumentation, bien qu’intéressante, ne s’articule pas autour d’un logique solide.

      • Le Pet Financier permalink
        19/01/2013 12:58

        Il n’y a plus de Lol petite tite.
        Il est proposé d’offrir une « institution » à des couples homosexuels pour qu’ils participent à la République avec nous.
        Une égalité de droit que ton cerveau ne conçoit même pas tellement il s’occupe de lui.
        Tu es vraiment tordu.
        En fait je pleurs devant tant de betises.
        Je t’embrasse tout de même.
        Bises.

    • Pascal permalink
      19/01/2013 11:21

      Seigneur,
      D’où venez vous ? Du pôle Ouest ?
      Vous avez ce même discours qui voudrait nous faire croire que le mariage entre personnes du même sexe va faire imploser la société française.
      Je pense en 1944, vous étiez opposé au droit de vote des femmes, non ?
      En 1965, vous avez du voir d’un très mauvais oeil qu’on les autorise à choisir une profession, ouvrir un compte en banque et disposer de leurs propres bien, sans le consentement de leur mari, non ?
      Que dire lors de la disparition de la notion de chef de famille en 1970 ?
      Enfin vous n’êtes certainement toujours pas remis de la réforme des régimes matrimoniaux de 1985 qui rend les deux époux véritablement égaux devant la loi.
      Il n’est pas besoin de remonter au Moyen-âge pour trouver des évolutions du code civil et notamment du mariage? Cette vénérable institution a besoin comme toute chose d’un toilettage régulier pour continuer à vivre et prospérer. Il n’est pas et ne sera toujours pas parfait après cette réforme. Mais au moins un nouvelle pierre aura été apportée à l’édifice et le mot EGALITE au fronton des mairies aura été sensiblement redoré.
      Mais je m’égare. Je me contenterai de conclure de la manière suivante :
      Quand on est contre l’égalité des blancs et des noirs, on est raciste.
      Quand on est contre l’égalité des hommes et des femmes, on est sexiste.
      Quand on est contre l’égalité des hétérosexuels et des homosexuels on est homophobe.
      Dans les trois cas c’est illégal.

      Bonne journée

      Pascal

      • Tite permalink
        19/01/2013 13:59

        Bonjour Pascal,
        je ne sais quelle aurait été ma position, je n’étais pas né. Dans tous les cas je ne vois pas en quoi vos exemples remettent en cause le mariage. Les rapports entre époux, à l’intérieur s’en sont trouvés changés certes, mais ils n’ont pas modifié la base du mariage ni la filiation.
        Je ne suis pas certain que toute chose ai besoin d’un toilettage régulier pour continuer à vivre et à prospérer: dans le cas du mariage, j’ai plutôt l’impression que les toilettages régulier ont plutôt eu pour conséquence sa désaffection.
        La notion d’égalité que vous évoquez n’a rien à voir car si l’on se base sur cette notion, il devient impossible d’interdire le mariage aux membres d’une même famille.
        En ce qui concerne votre conclusion, je ne suis pas contre l’égalité. Je dis simplement que cette notion n’est pas un argument valable.

        Bonne journée à vous aussi.

    • Sapristi permalink
      20/01/2013 22:34

      Je suis d’accord avec Tite. Le « mariage pour tous » est bêtement défendu à coups de bons sentiments, de victimisation, de « lutte pour la liberté » et de taxations d’homophobie à tout va.
      Ce n’est pas bête : impossible de discuter ne serait-ce qu’un aspect du projet sans passer pour un réac fasciste au cœur de pierre.

      Je suis extrêmement gêné par ce retournement de la pensée absolue qui se cache derrière le nom de la liberté, et qui permet de décrédibiliser, d’insulter et monter l’opinion publique contre n’importe qui en deux mots stupides et caricaturaux dans les médias (Caroline Fourest en est l’experte).

      Le Pédé, comme beaucoup vous défendez, à mes yeux, mal cette cause, et même si grâce à un texte pareil, vous vous attirez la sympathie de la plupart des gens, si l’on réfléchit un peu on se rend compte que votre méthode manque cruellement de bon sens et frise le malhonnête.
      Mais après tout, pourquoi vous en priver puisque ça marche très bien.

      En ce qui me concerne, je suis dans un cas (rare, je pense) où je côtoie à peu près autant de personnes favorables au projet que de personnes qui y sont hostiles. J’ai des débats très intéressants avec les deux côtés, et même si j’ai ma propre opinion (qui va d’ailleurs dans votre sens, cher Pédé), je juge qu’il y a des arguments valables des deux côtés — la preuve en est que si le débat était aussi simple et évident qu’on veut nous le faire croire, il ne ferait pas autant de bruit.

      En revanche, j’ai remarqué que les pros avaient tendance à ne côtoyer que des pros (et les contre que des contres), et entre eux se complaisent dans des réflexions et tirades stupides et suffisantes, à se donner raison les uns les autres alors qu’ils savent déjà qu’ils sont tous d’accord.
      Et forcément, quand ils se retrouvent face à quelqu’un qui pense différemment, ça fuse des deux côtés.

      C’est un peu le problème de ce blog de sympathiques (mais pardonnez moi, un peu naïfs) libéraux : tout le monde s’applaudit, acquiesce les dires des uns et des autres, il y a tellement de monde qui pense exactement la même chose qu’il devient difficile de penser qu’ils peuvent ne pas détenir l’unique vérité.

      Résultat : quelqu’un arrive pour mettre un bémol ou plus, et c’est le lynchage.

  74. Urbina permalink
    18/01/2013 17:39

    Salut je m’appelle Emilio, je suis espagnol et cela fait déjà 21 ans je vis en France.
    Quand je suis arrivé ici j’ai pensé à la grande différence qu’il existait de liberté entre la France et L’España …. je admirait aux Français et sa tolérance, son avance…
    Aujourd’hui je suis marié a mon mari après 23 ans de vie commun grâce aux lois Espagnoles …. les choses changent et comme tu bien tu dis : « Nous allons gagner. Et dans quelques années, c’est vous, les innommables du 13 Janvier, les opposants silencieux, les indifférents complices, qui vivrez dans la honte. »
    Merci pour ton texte, il est simplement magnifique!
    Mon mari et moi serons dans les rues de Paris le 27 pour lutter pour cette égalité …. pour que beaucoup de gens soient si heureux comme j’ai été le jour de mon mariage.
    Pour l’AMOUR, l’égalité ….

    merci!

    Emilio

  75. Jerome permalink
    18/01/2013 19:41

    Wow… Ce texte est extraordinaire. Il résume toute ma pensée au sujet du mariage et de nos droits, de l’ignorance voire de la haine à laquelle nous faisons face, mais aussi tout ce que j’ai traversé pendant ces 36 années de vie. Merci d’avoir si justement et délicatement retracé ce que des millions de personnes ont ressenti et vécu. Bravo.

  76. Mia permalink
    18/01/2013 22:51

    . Oui, ça c’était dans les années 80. Ce n’est plus le cas maintenant. Notez bien que dans les années 60, un métis, un noir ou un Chinois devait faire face à la discrimination seul. C’était mon cas. Aujourd’hui, un petit Français blanc noyé dans un quartier métissé « multiculturel » doit faire face à la discrimination seul. le surdoué dans une classe de cancres enseignée par des profs peu intelligents doit encore plus faire face à une double discrimination seul. Si chacun ramène sa problématique personnelle ainsi et la projette sur les autres qui ont déjà pas mal de difficultés sociales, économiques, on n’en sortira pas. Tout le monde n’est pas né dans un quartier chic et ne pète pas dans la soie. Loin de là actuellement.

  77. Pascal permalink
    19/01/2013 10:59

    Je t’en veux. Oui. Je t’en veux d’avoir su mettre en mots des épreuves que comme toi j’ai traversées.
    Je t’en veux de les avoir gentiment remuées au point que ma colère se réveille à nouveau.
    Je t’en veux de me faire souvenir que je suis un Homme et aussi un homme.
    Je t’en veux de m’obliger à faire face à ce passé qui comme toi m’a construit, rendu fort, caustique et aimant, permis de remettre ma famille à sa place et permis de trouver mes vrais amis.
    Je t’en veux de m’en vouloir de t’en vouloir.
    Bref bravo à ton texte, il est magnifique.
    Oh comme je t’en veux …..

  78. sharon permalink
    19/01/2013 15:39

    Bravo pour ce très beau texte qui remet les choses à leurs places. Je suis bien sûr favorable à cette avancée sociétale inéluctable. Je demeure également consterné par les horreurs que l’on peut lire et entendre depuis ces dernières semaine. J’avais conscience que cela allait être rude mais pas de toute cette haine. Merci mister pour ces mots qui résonnent sur tes maux d’avant… Je te souhaite dorénavant le plus beau…

  79. EricB permalink
    19/01/2013 15:55

    En tous cas, le Pédé, ce dont on pourra être éternellement reconnaissant à Barbarin, Boutin, Barjot et consorts, c’est que leurs excés de langage et de comportement auront suscité suffisamment de colère pour inspirer des textes ou des interventions aussi belles, intelligentes et émouvantes que la votre, ou que celles de mesdames Roudinesco, Thery, Badinter, et quelques autres !

    Merci à vous. Voilà des textes capables de détruire des temples….

  80. Acarnan permalink
    19/01/2013 23:01

    Très bel article, très touchant. Je n’ai JAMAIS du faire face à des remarques homophobes de toute ma (jeune) vie, jamais une insulte, un mot de travers, une messe basse à mon encontre. Mais depuis quelques semaines, je me sens insulté dès qu’un article paraît, dès qu’un reportage évoque les anti-mariages pour tous. Non, je ne suis pas une erreur de la nature, aucun homosexuel ne l’est, et ne le sera jamais. Oui, on paye notre loyer, nos impôts, nos courses, notre essence, notre redevance TV, alors pourquoi ne pas pouvoir faire comme les autres, et avoir le plaisir de pouvoir dire « je vous présente mon mari/ma femme ». Je n’ai jamais souffert d’être homosexuel, je souffre en voyant la société stagner.

  81. Cathy P permalink
    20/01/2013 09:39

    Aux homophobes de ce pays : Mam’ing out !!!! Lorsque votre enfant naît et que vous vous penchez sur son berceau, vous ne vous demandez pas : il est hétéro ou homo ? En revanche vous souhaitez le meilleur pour lui, l’accompagner, l’éduquer (Educare : conduire à l’extérieur) et lui donner un maximum d’outils pour qu’il puisse trouver sa place dans la société et dans les meilleures conditions. J’ai 2 fils : l’un « hétéro », l’autre « homo »; je suis fière de leurs parcours respectifs et je les aime avec leurs différences… de caractère, de choix de vie… mais ils sont tous les 2 nés dans le même pays qui, sur le fronton des mairies prône LIBERTE EGALITE FRATERNITE; alors pourquoi en raison de leur orientation personnelle, n’auraient t’ils pas les mêmes droits ? Ma génération s’est battue pour le droit des femmes (et continue la vigilance) : contraception, avortement, travail,autonomie financière, pour que vous, jeunes femmes ayez le droit de choisir votre mode de vie. Je ne suis pas une militante, adepte des manifs et autres pancartes, mais je crois aux débats constructifs, en la richesse des diversités, noirs, blancs, arabes ou « pédés », à condition que chacun se respecte et se regarde avec tolérance et ouverture d’esprit. L’indifférence et le nombrilisme ne peuvent que conduire à la faillite !!!! Ouvrez votre coeur !

  82. Hélène et Vincent permalink
    20/01/2013 13:46

    Vous n’êtes pas seuls: nous devions participer à la manif de Lille mais la neige nous a contraints à changer nos plans. On sera là la prochaine fois.

  83. 20/01/2013 22:14

    Article médiocre, bourré de clichés, sans queue ni tête. Moi je Moi je Moi je, et les enfants dans tout ça ? Il n’y a eu aucune pancarte homophobe dans cette manif qui, dois-je le rappeler, comptait des homosexuels ! Il n’y a eu que des pancartes pour les enfants. Pourquoi ? Parce que cette cette loi va IMPOSER à des enfants d’avoir 2 pères ou 2 mères, les privant ainsi d’1 père ou d’1 mère. Tu racontes très bien la souffrance que tu as eu dans ton enfance, et je crois que tu ne souhaites cette souffrance a aucun enfant qui demain si la loi est votée aura officiellement 2 parents de même sexe et subira les moqueries que tu as subies.

    Cette loi ne va pas faire baisser l’homophobie, elle va l’amplifier car très peu d’homosexuels se marieront donc ils seront de toute façon stigmatisés. De même que peu d’homosexuels se sont pacsés (3% des pacs sont des pacs homosexuels). Le mariage gay est une mesure purement idéologique du lobby LGBT pour donner l’impression d’une avancée des droits des homosexuels mais cette loi qui divise, et qui n’est absolument pas réclamée par les homos, leur fera au final plus de mal que de bien.

    • 21/01/2013 16:27

      Beatriz Preciado a répondu à ces inepties mieux que je ne pourrais jamais le faire:

      http://mobile.liberation.fr/societe/2013/01/14/qui-defend-l-enfant-queer_873947

    • Acarnan permalink
      21/01/2013 19:35

      C’est qui le patron : très cher, avec ou sans loi, les enfants de couples homosexuels ont déjà subis des moqueries, et en subiront certainement encore (c’est triste mais c’est la réalité, les cons existent). Ces enfants, que leurs papas ou mamans soient mariés ou non, seront quand même la cible de moqueries (tout comme un enfant qui boite, ou qui louche, ou qui a un peu de poids, ou qui est bègue…). La loi va permettre de protéger l’enfant, au cas où l’un des parents disparaisse, pour ne pas qu’il soit envoyé de foyer en foyer, pour qu’il puisse rester auprès d’une personne qui l’a vu grandir, évoluer, qui l’a éduqué. Tout ce qu’on veut, c’est avoir les même droits que vous, en quoi sommes-nous une menace? On ne va pas détruire l’humanité, les enfants de couples homosexuels feront des enfants, l’humanité continuera d’évoluer, d’exister.
      Les anti-mariage sont en train de condamner quelque chose qui existe déjà, et que la loi ne ferais qu’officialiser. Les couples gays avec enfant, ça existe déjà, et l’humanité est encore debout. Les enfants de couples gays apprendrons quelque chose qui manque à beaucoup : la tolérance.

    • 22/01/2013 22:39

      En même temps, avoir des enfants, c’est leur IMPOSER des parents. pas toujours compétents, en plus.

  84. RONOU permalink
    21/01/2013 12:44

    Merci pour ce témoignage magnifique et plein d’humanité, si touchant et si fort, et surtout ne lisez pas les commentaires des pauvres crétins qui ne comprennent rien à l’égalité des droits.
    Jean-Jacques Ronou.

    • EricB permalink
      21/01/2013 16:11

      Si, je pense qu’il faut les lire pour enfin comprendre que ces gens-là tournent en rond avec des non-arguments totalement incohérents, auxquels ils s’accrochent même quand on leur a démontré 20 fois, 100 fois leur incohérence.

  85. Tite permalink
    21/01/2013 13:53

    Ne vous inquiétez pas, ceci est ma dernière intervention, je vais donc synthétiser. Je précise que je me limiterai ici à la société occidentale.

    Il me semble que si les motivations qui vont pousser deux personnes à se marier peuvent être multiples (intérêt, amour…) ces motivations ne jouent pas un rôle fondamentale dans la logique qui préside à cette institution. A mon sens, la motivation anthropologique de cette institution est celle d’une paternité toujours incertaine et d’une maternité toujours certaine. Afin de se prémunir contre cette incertitude, l’union d’un homme et d’une femme ayant des obligations extraordinaires (garanties et sanctionnées par l’Etat) est apparue. Par la même on garantissait la solidarité générationnelle (j’aide mes enfants, et ils m’aideront, car nous appartenons à la même entité), la continuité des alliances (par exemple: le fruit de l’union règnera sur deux royaumes) etc. En conséquence, les objectifs et motivations du mariage peuvent être multiples mais une condition fondamentale de sa validité et de son fonctionnement est la filiation (sinon, il eut été possible à chaque membre du couple de faire des enfants en dehors du mariage sans craindre de sanction… ce qui n’est pas le cas). D’ailleurs, les pro-mariage le perçoivent très bien puisque une de leur revendication majeur est la possibilité d’adopter ou « d’avoir » un enfant (PMA, GPA)
    Sur le plan juridique, le mariage n’est pas un contrat privé mais une institution. En promettant de se conformer à un certain nombre de devoirs mutuels, l’Etat garantit un statut particulier et une protection aux mariés ainsi qu’à leurs enfants (qu’il soit naturel ou adopté)
    J’admets tout à fait, c’est une évidence, que de plus en plus cette vision du mariage se modifie et qu’on se dirige de vers un contrat privé dégagé de la plupart de ses obligations. Je le regrette d’ailleurs.

    Face à cela, quels sont les arguments des pro-mariages. Ils sont principalement de deux sortes: amour et égalité/choix souverain. On voit bien que cette notion d’amour n’est pas celle qui fonde le mariage. Si, néanmoins, cet argument est retenu, il faudra alors l’appliquer à tous: je sais que l’on me reprochera cet argument mais force est de constater que l’interdiction des mariages incestueux prendraient un sacré coup (s’ils s’aiment, ils y ont droit et donc on peut dépénaliser puis permettre le mariage).
    La question de l’égalité et du choix souverain. La plus compliquée. Outre que la communauté gay est enfermée (pour longtemps je crois) dans la contradiction égalité/exaltation de sa différence, là aussi pourquoi se limiter à la simple « égalité » pour les homo? Pourquoi ne pas étendre l’égalité aux couples incestueux en leur offrant les mêmes moyens en termes d’enfants (PMA, GPA). Comme quoi les tabous sont à géométrie variable.

    On en revient en fait au fait que le mariage tourne autour de la capacité de ceux qui le contractent de créer une filiation qui tienne la route: dans laquelle chaque rôle soit bien identifié (donc interdiction de l’inceste). De fait la mise en place d’une filiation est fondamentalement, biologiquement, hétérosexuée. L’adoption, ne remet pas en cause ce caractère car si le lien biologique n’est pas là, la virtualité de cette hétérosexualité est conservée.

    Au final, pour ma part, je vois le mariage comme une institution dans laquelle l’identité homosexuelle ne peut se fondre du fait du caractère fondamentalement hétérosexué d’icelui. Les revendications gay me paraissent de fait comme la poursuite d’une mauvaise réponse à une bonne question: où se trouve l’équilibre entre égalité et différence dans cette communauté?

    Je terminerai en espérant, pour ceux (s’il y en a) qui ont lu jusqu’au bout, non pas de les avoir convaincu de s’opposer, du moins que l’on peut être contre le mariage gay non pas par homophobie mais en suivant un raisonnement structuré. Pour ma part, j’avoue être un conservateur pour ce qui touche les institutions centrales de notre société. Sur ce, je remercie ceux qui ont eu la patience de me répondre et espère sincèrement qu’ils regarderont désormais les opposants au mariage gay non pas comme des homophobes forcenés mais simplement comme des citoyens qui pensent que ce n’est pas en modifiant la nature du mariage que l’on résoudra la question de la place des homosexuels dans notre société.

    Bonne journée à tous.

    • 21/01/2013 17:48

      Oui mais non, Tite. Déjà, décider seul de clore le débat n’est pas d’une grande élégance. Ensuite, merci d’avoir ajouté ces « a mon sens » et ces « selon moi » qui précisent votre pensée : en fait ton définition du mariage et de ses fondements n’est pas la définition du mariage tel qu’il a toujours été ( ce que tu n’avez pas été loin de prétendre ) mais tel que tu souhaites qu’il demeure toujours. Rien que de très cohérent si tu et définis comme conservateur. En fait tu n’aimes pas le changement. Ou alors tu trouve notre monde parfait tel qu’il est. Tu es en tous cas un partisan de l’inertie sociale, non ?
      Cette histoire de paternité putative a légitimer, quel rôle joue-t-elle quand la science et un test ADN bénin peuvent le remplacer ?
      Au bout du compte, le plus important semble être pour toi la  » virtualité hétérosexuelle  » ce qui est une jolie formule. Peu importe la réalité des choses et des événements, le plus crucial est que tout le monde pense depuis cette norme, afin qu’on puisse a nouveau penser qu’au lieu d’être une norme culturelle, c’est une réalité naturelle. L’amour, pourtant, est une réalité culturelle. Mais bon tant que tout le monde peut faire « comme si… » Finalement sans être homophobe, tu est favorable à tout ce qui fait qu’une société « heterocentriste  » perdure, et donc au premier lit de l’homophobie n’est-ce pas ?

  86. alorom permalink
    21/01/2013 14:07

    J’ai été une enfant maltraitée..Que n’aurais-je donné pour avoir des parents aimants et stables quel que fusse leur genre…

  87. charly permalink
    21/01/2013 14:38

    Je crois à la tolérance , et donc pour que chacun s’exprime , même par une manif !

  88. 21/01/2013 15:25

    Je vois que mon message n’a pas été validé. Visiblement seules les commentaires qui vont dans votre sens le sont. Après ne vous étonnez pas que des gens aillent manifester avec ce type de comportement etla pensée unique véhiculée par les médias.

    • 21/01/2013 16:06

      Kikou !

    • 21/01/2013 16:07

      Alors déjà, tu te calmes, on n’est pas à ta disposition, on s’occupe de valider les commentaires quand on en a le temps. Tu permets?

      Ensuite, je me suis fait un plaisir d’approuver le tien puisqu’il enfonce tous les records de bêtise, d’ignorance et d’intolérance, mâtiné de paranoïa et basé sur rien du tout de ce blog. C’est donc dans le fond comme dans la forme, la meilleure pub pour le mariage pour tous puisqu’il met fièrement en avant la bêtise des propos de certains antis.

      Merci pour ça. Bisous.

    • 22/01/2013 15:59

      Très bonne idée que d’associer votre compte twitter à vos messages. On peut ainsi admirer vos retweets nauséabonds, associant gaiement pédophilie et Mariage pour tous.

  89. Sarita permalink
    21/01/2013 15:26

    Merci merci merci, ça m’a collé des frissons tout ça, mais ça redonne le courage de se battre, de ne rien laisser passer.
    Je sais que cela ne change rien à ta situation pour l’instant, mais on est beaucoup d’hétéro outré-e-s par ce qu’il se passe en ce moment, j’ai pleuré de rage le 13, j’étouffe un peu plus chaque jour en voyant comme les gens sont d’une laideur et d’une bassesse révoltante. Je serais dans la rue le 27 à Paris, et le 26 dans ma ville, parce que ce projet nous concerne effectivement tous: accepter de voir nos semblables traités comme des indésirables, nous nous humilions tous. C’est aussi pour ça que je me mobilise, pour faire taire la honte, équilibrer la balance.

  90. akvronski permalink
    21/01/2013 18:30

    En ces temps déprimant et éreintants pour les homosexuels c’est exactement le genre de chose que j’avais envie de lire, c’est exactement le genre de chose qui m’as fait versé une larme parce qu’en plus de me rappeler que je n’étais pas seul tu as reussi a toucher mon coeur dans ce qu’il avait de plus intime. CLG a toujours été une grande source de plaisir, et ce soir en te lisant c’est également une source de bonheur. Tu viens de me faire redoubler de courage, merci.
    On va se battre, on va obtenir nos droits et on va réussir, petit à petit, à faire reculer l’homophobie.

    MERCI LE PEDE

  91. Vincent permalink
    22/01/2013 13:56

    Très juste. Très vrai. Très émouvant.

  92. 22/01/2013 16:27

    Comment utiliser un sujet pourtant simple [au fond] pour brasser de l’air et défendre son sandwich électoralo-politique?

    Comment faire en sorte que tout un chacun puisse se prendre pour le meilleur des pédopsychiatres ou des pédopsychologue et se permette de dégoiser sur ce qu’il ne maitrise pas sans légitimité autre que celle qu’il veut bien se donner?

    Comment militer, sans en être choqué, contre les fondamentaux de (1) la Déclaration des Droits de l’Homme et (2) de la Loi et Constitution Française?

    Nous remercions nos amis du « contre » et ceux qui les guident de nous avoir apporter les réponses à nos questions.

    Et merci à C’est la gêne. Ça fait plaisir de vous relire. Vraiment.

    http://dystopie.net/2013/01/22/le-mariage-pour-tous-meme-les-moches-et-la-lutte-sociale-2-0

    La Tâche

  93. akvronski permalink
    23/01/2013 06:59

    Les larmes et l’émotion évaporées, pourrais-tu te remettre à ECRIRE SUR LE CINEMA S’IL TE PLAÎT !

    • Hélène permalink
      23/01/2013 10:34

      Pour ce qui est du cinéma, allez voir La Parade!!! La forme peut être critiquée, mais pas le fond.

      • Alexandre permalink
        23/01/2013 12:24

        Oui c’est très bien la parade, mais je rapprocherai ça plus à du docufiction qu’à du Cinema. Mais c’est à conseiller pour les gens qui ne pensent pas que le premier combat de l’égalité c’est que chacun peut jouir de sa liberté tant qu’il n’entrave pas celle des autres et que chacun peut s’aimer comme il le souhaite et c’est le rempart le plus solide a toute dérive et tout totalitarisme.
        Sinon le Pédé, il faut finir le top des croutes, en faire un des chefs d’oeuvres et puis enchaîner sur les oscars…
        Puis même s’il n’est pas ici, Bravo au Juif parce que son article c’était quand même une sacré bombe : http://www.slate.fr/tribune/67327/lettre-ouverte-gilles-bernheim-grand-rabbin-france-mariage-pour-tous

      • EricB permalink
        23/01/2013 12:26

        Merci pour la reference à l’article du Juif, dont je n’avais pas eu connaissance.

  94. cf120 permalink
    24/01/2013 16:38

    Chez nous , on discute du « mariage pour tous » en famille, par mail. C’est d’ailleurs un de mes enfants « pro » qui m’a fait découvrir votre beau texte qui sonne si juste. Il a trouvé chez moi un réel écho et suscité une profonde émotion. Du moins dans toute la première partie.
    Ensuite viennent les injures, dommage! La victime devient juge et bourreau. Au fil des commentaires, je me sens insultée. La police de la pensée a jugé que je faisais partie des innommables . Je dois me taire, donc et je ne développerai pas mes arguments « anti » irrecevables et forcément homophobes.
    J’espère qu’avec le temps et la nécessaire et inéluctable évolution de la société, votre souffrance s’apaisera. Peut-être même -on peut toujours rêver- vous en arriverez un jour à pouvoir envisager que dans la foule des innommables il y avait des gens et des idées respectables.
    Pour ma part, je continuerai à lutter farouchement contre l’homophobie, sans haine et à ma manière (surement pas la bonne), dans mon « sale milieu de bourges ».

    • 25/01/2013 08:19

      Des injures ? Un bourreau ? De la haine ? « Sale milieu de bourges » ?

      Mais de quoi parlez vous ?

      • cf120 permalink
        26/01/2013 12:36

        « Vieille morue décatie » n’est pas trop méchant et FB s’en remettra, mais les « innommables du 13 janvier » est une expression très violente. Dans les commentaires, les expressions: »bien pensance satisfaite » , »bêtise prétentieuse », « discours nauséabond » , »torrents de merde dans les rues de Paris » et autres expressions pour qualifier les « anti » me paraissent haineuses. A chacun de juger…. Sans rancune!

      • cf120 permalink
        26/01/2013 13:51

        Je me dois d’ajouter que suggérer un parallèle entre Hollande et Hitler est grotesque, injurieux et inadmissible. Et que j’ai honte de ces propos qui ont entaché une manifestation très paisible dans son ensemble.

  95. Alexandre permalink
    29/01/2013 23:44

    Le Pédé, nouveau procrastinateur ? Nouveau Le Juif ?
    ET LE CINEMA BORDEL !

  96. 30/01/2013 15:37

    Tu a reçu des insultes que tu qualifie d’homophobe, avant de ressentir du désir, quelque part ça te mets pas la puce à l’oreille que le problème viens d’autre chose que l’orientation sexuelle non ? Que c’est une question d’image renvoyée. T’aurai eu le même comportement et un désir sexuel pour les femmes, il se serait passé les mêmes brimades. Je suis sur que Guillaume Galliene avec sa voie efféminée et sa façon d’être maniérée il a passé son adolescence à se faire traiter de fiotte, alors qu’il est hétéro.

    Y a des tas d’homo, qui ont jamais subit de raillerie ou qui se sont jamais fais traiter de pédé. J’ai couché personnellement avec un grand nombre d’homme, personne ne m’a jamais traité de fiotte. Je vois pas ce qu’il y a de compliquer à comprendre que le collège/lycée est pas le lieu où afficher sa différence.

    En 1ière un de mes profs, sévère et viril peuplait mon imaginaire érotique à m’en faire des crampes aux mains. C’était pas une raison pour faire mon intéressant à agir différemment des autres.

    Et on prends conscience que le problème c’est pas l’homophobie, mais la phobie envers le fait que « quelque chose en [t]oi n’était pas tout à fait conforme à ce que l’on attend d’un petit garçon. » Et on arrête les généralités à base de « les jeunes homos souffrent »,

  97. Alexandre permalink
    30/01/2013 17:50

    C’est le seul moyen qui retient un tant soit peu ton attention, tu m’en excuseras…
    Je me doute bien que je suis épuisant. Je promet d’arrêter. Mais je suis impatient d’avoir tes avis et de te lire. Donc traduit cette chose épuisante que je suis en énorme compliment et ça te fera un bien fou à l’égo

  98. 31/01/2013 11:53

    Joli texte le Pédé! Touchant.

    En lisant les commentaires, je me suis demandé ce qu’était ce nouveau dada de l’opposition sur « la pensée unique »? C’est vrai, c’est toujours l’argument massue en ce moment, qui justifie toutes les idéologies dégueulasses.

    Dès que l’on clame haut et fort le fait que l’on rejette ce qui nous semble puant et qui moisit la société française, on fait partie du lobbby gaucho-anarcho-syndicaliste-gay-pro-étranger-anti-clérical-et-tutti-frutti-quanti-comme-tu-l’sens… imposant sa « pensée unique ».

    Je trouve assez incroyable de la part de personnes qui ont de tout temps prôné le non-remise en cause du dogme de sortir cet argument de leur chapeau.

    Ce n’est pas parce qu’on ne cautionne pas des thèses réactionnaires, que l’on se bat pour le progrès social que l’on est dans une « pensée unique ».

    Personne n’est muselé, tout le monde donne de la voix, notamment sur ce sujet. Facile de taxer les opinions des autres de « pensée unique » sans développer une raisonnement cohérent et musclé sur la chose.

  99. L' alter égal permalink
    31/01/2013 18:38

    Ces gens insupportables qui vont en Belgique pour faire une Gérard Pour Autrui.

  100. 31/01/2013 18:44

    Ces gens insupportables qui vont en Belgique afin de réaliser une Gérard Pour Autrui.

  101. Alexandre permalink
    02/02/2013 16:01

    C’est officiel !
    « le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe »

Trackbacks

  1. Au nom de tous les miens | Combats modernes | Scoop.it
  2. LGBT | Pearltrees
  3. Mariage pour tous: Les enfants, premières victimes de l'homophobie des débats « Yagg
  4. Du mariage pour tous | Calami, ite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 569 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :