Aller au contenu principal

Ma guerre de Kippour.

15/09/2010

Vendredi soir c’est Yom Kippour. Pour les Juifs du monde entier, il s’agira une fois de plus, de se priver volontairement de nourriture 24 heures durant. Il est également interdit d’utiliser l’électricité, de travailler, de se laver et même de feuilleter ce vieux numéro de Closer en cas d’ennui intense. Kippour, en plus de donner la chance de se faire pardonner ses fautes, est le moment-test: dans notre course effrénée à la consommation et à la reconnaissance sociale, quels efforts sommes nous prêts à consentir pour renouer, l’espace d’une journée, un dialogue avec le Ciel.

Une amie, juive même si farouchement athée, m’a très récemment fait remarquer que Kippour est la dernière fête religieuse que j’observe encore. Depuis que j’ai quitté ma province natale ainsi que ma famille pour venir vivre ici, je me suis peu à peu délesté de ce petit lot d’habitudes qui composent la vie juive: j’ai-dans l’ordre-commencé à ne plus manger exclusivement cacher, j’ai arrêté de célébrer le shabbat le vendredi soir. Je me mis à oublier d’allumer les petites bougies de Hannoukkah, puis à négliger mon nettoyage de Pessah, fête commémorative de la sortie d’Égypte pour laquelle chaque Juif se doit de récurer frénétiquement et de fond en comble son foyer, à la recherche d’hypothétiques miettes de pain (ne m’en demandez pas plus et allez ici si la chasse aux miettes vous intrigue tant).

Un soir, en compagnie de mon ami Le Pédé, ce requin laïquard toujours à la recherche d’âmes pures à dévoyer, je franchis le point de non-retour: nous étions dans un bar à tapas, je m’apprêtais à ne consommer que des aliments autorisés par la loi de mes pères et soudain l’irréparable advint: sans que mes amis n’y prennent garde, j’engloutissais, tel un possédé enivré par la sangria, une livre de chorizo.

N’importe quel amateur en cochonnailles aurait jugé ce chorizo totalement médiocre, mais pour moi, la charcutaille tant exécrée, avait le goût des nuages. J’étais en train d’expérimenter ce que Sade et Bataille avaient décrit dans leurs livres avec tant de talent. À un idéal ascétique qui me promettait une félicité hypothétique, je préférai désormais l’ici-et-maintenant (le chorizo donc). Pour le Pédé, ce fut un triomphe personnel, la victoire de la Raison, et aujourd’hui encore, il évoque cet épisode comme étant sa plus grande réussite.

Désormais, il ne reste donc plus que Kippour. Le Grand Pardon est la dernière place forte au centre de mon judaïsme personnel sinistré. Le croyant un peu sceptique que je suis continue et continuera à l’observer. Alors, certes, il pourra m’arriver de feuilleter ce vieux numéro de Closer après m’être brossé les dents, mais quelque part au fond de mon coeur, subsistera cette loyauté à la tradition de mes ancêtres à la peau tannée par les années d’errance en milieu hostile.

"Non, je ne vous oublie pas!"

Et puis le jeûne de Kippour se terminera. On frappera à ma porte juste après la fête; Le Pédé, L’Arabe et La Meuf seront là, devant moi.

"On fait quoi ce soir?"

About these ads
273 Commentaires leave one →
  1. 15/09/2010 10:47

    Contrairement à la liberté, la religion ne s’arrête pas là où commence celle des autres. Et c’est tant mieux. J’aime bien ton rapport à Dieu, aux hommes et au Chorizo Le Juif. J’ai le même. Une de mes grand-mères disait bien que, quand même, c’est ton peuple qui avait tué le Christ, je lui répondais invariablement que sans sa mort en martyr, il n’y aurait point de religion Chrétienne. J’aime à penser que si Dieu existe c’est parce que nous ne l’avons PAS rencontré.

  2. 15/09/2010 10:52

    J’aurais une pensée émue pour toi, vendredi, et je prierai pour le salut de ton âme mécréante. Chorizo… Tsss tsss…

  3. Nora permalien
    15/09/2010 10:54

    Ce soir, on peut aller boire des tasses avec plein d’alcool dans le dedans en mangeant du saucisson.

  4. docds permalien
    15/09/2010 11:04

    Le jour de Kippour, dans le monde entier tous les juifs pardonnent à ceux qui leurs ont fait du mal. Tous les juifs. Sauf un. Moi. Moi je pardonne pas!

    • 15/09/2010 12:10

      Mythique. Cette scène exprime par ailleurs tout le dégout de cette ordure d’Arcady pour les gens de mon espèce. Cela dit, son absence totale de talent et d’intelligence me laisse penser que c’est presque une sorte de compliment.

      • docds permalien
        15/09/2010 12:23

        Arrête tes salamalekh, Le Pedoun!

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 13:42

        Je ne m’étais jamais interrogé sur l’homophobie dans l’oeuvre d’Alexandre Arcady.

      • 15/09/2010 15:09

        Tu as tort, c’est passionnant.

  5. 15/09/2010 11:09

    J’ai une pensée émue pour toi en pensant à ce que c’aurait été si tu avais mangé du BON chorizo… Mais j’ai un lourd passif de petite fille de charcutier artisanal…

    (Les frites au saindoux, c’est doux !)

    Plus sérieusement : C’est marrant car tu vois, moi, j’ai cru en Dieu petite, j’ai eu droit au pack baptême/messes/communion, et je peux aussi percevoir quand j’ai "arrêté" d’être chrétienne. Ce fut progressif, jusqu’au coup final, il ya trois ans, qui me retira définitivement, à mes yeux, de la communauté des croyants.

    Je me tiens farouchement à l’écart de la religion dans laquelle j’ai été plus ou moins élevée. Je fête Noël en rappelant à tous qu’il s’agit avant tout d’une fête païenne récupérée par l’Eglise des premiers siècles de "notre ère". Du coup, plus de crêche. Ma fille n’est pas baptisée.

    Pourtant, en même temps, je ressens également profondément à quel point j’ai été modelée par cette histoire.

    Je dis "Mon Dieu !" à tout bout d’champ, je ne peux m’empêcher, les rares fois ou je vais dans une église (enterrement ou mariage), d’esquisser un signe de croix. Et si je ne crois pas en Dieu, j’admire la foi éclairée et tolérante.

    Dans mes projets de dessins, il ya une Sainte Madeleine.

    Comme quoi…

    • Sauffie permalien
      15/09/2010 11:18

      D’accord avec toi Leslie, mon éducation judéo-chrétienne a souvent raison de moi alors même que j’ai cessé de croire quand la mort de ma meilleure amie en 2001 est venue finir d’achever le travail de sappe qu’effectuaient mes doutes sur ma foi depuis quelques années déjà…
      Cette éducation qui appelle la culpabilité, le pardon a tout prix, qui impose le respect et de tendre l’autre joue.
      Je suis rongée par cette culpabilité judéo-chrétienne qui veut que nous soyons tous pêcheurs et imparfaits. Non, non, c’est vrai, c’est un sentiment latent alors même que je ne suis plus ‘croyante’…
      Je suis comme toi, je respecte l’éducation religieuse qui m’a été donnée et (presque tout de) ce qu’elle a fait de moi et j’admire profondément les croyants tolérants et ouverts d’esprit (ils sont rares) et bien dans leur époque. Parce que c’est ça la vraie foi. Elle n’a pas de règles, pas d’époque.

    • Guillaume Pascanet permalien
      15/09/2010 11:27

      j’ai eu le même type d’éducation mais j’ai gardé un fond de foi, même si cela ne se ressent pas sur ma vie quotidienne. Je ne prie pas, je ne vais que très rarement à la messe et je ne me suis jamais confessé.

      Par contre, j’essaye d’appliquer ce qui est pour moi la vraie philosophie chrétienne (pardon, attention aux autres,…), je vais communier lorsque je vais à une messe, je me signe quand je rentre dans une église et je compte bien faire baptiser mes enfants si j’en ai un jour.

      Et je mets en place tous les ans la crêche que l’on m’a offert enfant (on ne se moque pas).

      Je suis même allé depuis 3 ans à la messe de minuit, mais en Italie alors que je n’y étais jamais allé avant (et qu’elle a vraiment lieu à minuit chez nos amis transalpins).

      • docds permalien
        15/09/2010 11:36

        הכבד שלך כבד אווז?

      • Silo permalien
        15/09/2010 11:43

        Pourquoi tu mets le point d’interrogation au debut de la phrase ?

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 11:58

        די פוי גראַס איז גוט צו עסן!

      • docds permalien
        15/09/2010 12:21

        pooh Pretty Grass Iz mandat colère Gut!???

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:26

        C’est de l’esperanto ?

      • docds permalien
        15/09/2010 12:27

        C’est la traduction de ta phrase !

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:30

        Très mauvaise traduction alors.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 13:59

        Tiens, c’est vrai que google traduction a des difficultés avec ma phrase.

        C’était en yiddish et c’était "Le foie gras c’est bon mangez-en !"

    • La Gamine permalien
      15/09/2010 14:44

      On ne se défait jamais vraiment de notre éducation, ou alors difficilement j’imagine. Sortant d’une longue tradition d’athées et autres révolutionnaires, j’ai une culture religieuse plus vide qu’un camp de roumain après passage de Brice. J’ai bien essayé d’ouvrir une Bible une fois, histoire de ne pas mourir idiote, mais ça m’a énervée. Après, j’aime bien discuter avec des croyants, j’apprends plein de trucs. Et ce n’est pas tellement les religions qui me rebutent que leurs Eglises, que je considère comme des sectes à plus ou moins grande échelle, et plus ou moins dangereuses.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 14:47

        On trouve des cons partout, chez les religieux et les athés, chez les arabes comme chez les gens honnêtes, chez les hommes comme chez les femmes, au PS comme à l’UMP…

      • La Gamine permalien
        15/09/2010 14:51

        Tout à fait d’accord, mais quand c’est ceux qui ont du pouvoir (religieux ou non d’ailleurs) qui capitalisent un certain degré de connerie , ça a plus d’incidence sur la vie des gens…

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 14:54

        C’est évident !

        Le pire étant ceux qui savent mieux que toi ce qui est bon pour toi, comme tu l’expliques au sujet de ton athéisme caché.

      • La Gamine permalien
        15/09/2010 16:38

        Et encore pire ceux qui savent ce qui est mieux pour tout un continent… Je sais, c’est mal de remuer des polémiques faciles, mais Benoît XVI qui dit que le préservatif ne fait qu’aggraver le problème en Afrique, ça m’est resté en travers.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 16:51

        A moi aussi. Il y a bien longtemps que je n’ai plus beaucoup de respect pour le vatican.

      • Aelixira permalien
        16/09/2010 01:22

        La Gamine, ça me surprend que tu râles contre les propos du pape en linkant vers son interview complète, dans laquelle on peut clairement voir que ce qu’il dit est guidé par les règles de l’église catho et n’a rien d’aberrant.

        Il faut garder à l’esprit que le sexe hors mariage n’est pas conseillé par l’église, et donc quand il dit que le préservatif aggrave le problème, ce n’est certainement pas en sous-entendant que les gens peuvent maintenir la même activité sexuelle et encore moins avoir des partenaires multiples.

        Ca suggère simplement qu’il vaudrait mieux que les gens se serrent la ceinture – de chasteté- au lieu de profiter du préservatif comme facilitateur de vie sexuelle débridée.

        On peut trouver ce mode de fonctionnement stupide et arriéré, mais on ne peut pas l’accuser d’augmenter le SIDA… A moins de prendre les Africains pour des abrutis incapable du moindre discernement, et c’est parfois l’impression que j’ai quand je vois tous ces gens dire que le pape a un discours dangereux.

        Les gens qui suivent ses propos sont chrétiens, et quand bien même il y en aurait qui les suivraient à la lettre, ça s’appelle des intégristes, et crois-moi, ils ne couchent pas hors mariage. Alors si on pouvait un peu arrêter de prendre les Africains pour des moutons à la merci du moindre mot de ce cher Vatican, ce serait cool.

        Je sais bien que c’est complètement inconscient et involontaire, hein. Mais personne ne l’a jamais accusé de changer quoi que ce soit chez les chrétiens de chez nous, bizarrement. Ah, et aussi, tous les Africains ne sont pas chrétiens (encore un amalgame de ce genre de propos). Les musulmans, animistes ou athées de ce continent n’en ont rien à cirer de ce que dit le pape. Mais ce n’est que la moins grave des suppositions qui se cache derrière le discours "le pape aggrave le SIDA en Afrique"…

      • La Gamine permalien
        16/09/2010 10:03

        Je vois ce que tu veux dire. Mais attention, je n’ai pas fait le raccourci "le pape aggrave le Sida", j’ai juste reporté une déclaration du pape. Par ailleurs, ce n’est pas parce que ce qu’il dit est dicté par les lois de l’Eglise que ce n’est pas aberrant. Je ne sais pas ce qu’il en est en Afrique de l’Ouest, mais je te garantis qu’en Afrique de l’Est, il y a une grande majorité de chrétiens et au moins 50% de catholiques, et que dans les coins perdus où tu ne trouves ni essence ni électricité, tu trouveras une église en dur à côté des maisons en torchis.
        La situation avec l’Europe n’est pas comparable car ici les gens sont beaucoup plus pratiquants. Donc si on leur dit que la contraception c’est mal, parce que ça détourne l’acte sexuel de la reproduction, et bien il y en aura toujours pour arrêter le préservatif, mais pas le sexe.
        La religion est très liée au mode de vie, et a une incidence sur les lois. Par exemple, en relation avec la position de l’Eglise sur l’avortement, la quasi totalité des pays interdisent cette pratique en Afrique (même en cas de viol ou de danger pour la santé de la mère). En Ouganda, au Kenya, c’est 14 ans de prison. Et 300000 africaines meurent chaque année à cause d’avortements pratiqués dans des conditions effroyables.
        Donc, ce n’est pas prendre les africains pour des abrutis, c’est juste considérer la place que prend la foi dans leur vie publique et privée.
        Et que l’Eglise ferait mieux de se préoccuper de la vie et de la santé de leurs ouailles que de leur chasteté.

      • Aelixira permalien
        16/09/2010 18:46

        Je comprends ton point de vue qui se tient si l’on pense que le pape dit que le préservatif est mauvais parce que l’acte sexuel ne devrait pas être détourné de la reproduction, mais ce n’est pas le cas.

        Le message n’est pas "no capote et continuez à baiser comme des lapins pour faire plein de bébés". Le message c’est " un mari, une femme, vierges jusqu’au mariage, et pas de capote". Le coup du "préservatif aggrave le problème", c’est dans le sens ça donne le sentiment que les actes n’ont pas de conséquences du coup ça encourage à coucher plus, et donc à prendre plus de risques.

        Perso si on n’avait pas les capotes, je serais tellement terrorisée à l’idée qu’il m’arrive quelque chose que je serais mariée depuis belle lurette- parce que pas de sexe jusqu’à 30 ans c’est mort :D Suis pas d’accord avec tous leurs principes mais simplement, ce qu’il dit se tient dans un certain cadre et les gens qui croient respectent le cadre, qui est, je répète, pas de capote mais entre gens en bonne santé car vierges jusqu’au mariage ET fidèles.

  6. Isabelle permalien
    15/09/2010 11:10

    Bien que pas spécialement élevée dans la religion catholique, la tradition familiale m’avait transmis l’habitude de ne pas manger de viande le vendredi saint. Tradition que j’ai observée sans trop la remettre en question (surtout sachant qu’on se bâfre le dimanche et le lundi de Pâques, en tout cas chez nous) jusqu’au jour où, en compagnie d’autres dévoyés, nous avons dévoré un bloc de foie gras le jour de la passion du Christ. N’ayant pas été foudroyée sur le champ par la colère divine, j’en ai déduit qu’on pouvait se contenter de conserver les traditions sympathiques (les jours où on fait bombance) et se passer de celles qui sont contraignantes.

    • La Gamine permalien
      15/09/2010 14:22

      Toute façon, Noël tel qu’il est de nos jours est en grande partie une création de Coca-Cola alors…

      • 15/09/2010 14:25

        Uniquement le père Noël. Et encore, pas totalement.

      • La Gamine permalien
        15/09/2010 14:31

        C’est vrai qu’il y avait St Nicolas, mais c’était pas le 25, et sans le costume rouge… C’était juste pour dire que des fêtes chrétiennes, qui pour la plupart reprenaient des fêtes payennes préexistantes, ont à leur tour été détournées par le Dieu de la Consommation et du Fais-chauffer-ta-carte-bancaire-et-plus-vite-que-ça.

      • 15/09/2010 20:57

        L’essentiel des symboles de Noël (Bûches, sapin et même vieux barbu) sont effectivement païens.

        Quand au fait que ça fasse chauffer ma carte bleue, ça ne me dérange pas plus que celà. Les fêtes ont de tout temps été synonyme de dépenses.

  7. Guillaume Pascanet permalien
    15/09/2010 11:10

    Bon Yom Kippour ! (Joyeux Yom Kippour aurait peut-être été déplacé)

    Paix pour tous les hommes et femmes de bonne volonté et mort aux cons !

  8. 15/09/2010 11:40

    Quelle bonne influence ce pédé… Si un jour j’ai des mômes, je te les enverrai pour que tu leur apprennes la vie.

  9. 15/09/2010 11:47

    Bel article Le Juif. Quand on pense qu’aujourd’hui, si tu interpelles un jeune dans la rue en lui disant "C’est Kippour", il y a toutes les chances qu’il te réponde "C’est pour oim".
    (Cette blague vous a été offerte par Kaïra Shopping et Autoroute Info).

    • Nora permalien
      15/09/2010 11:48

      J’adore.

      (Sinon le crustacé, ca me fait mal au fion de te le dire mais t’as pas raté un super truc pour the Roots….)

      • 15/09/2010 11:52

        (Mélange curieux de surprise et de soulagement, j’espère que je serai pas déçu par KRS).

    • dob permalien
      15/09/2010 13:50

      Tu remercieras Kaïra Shopping et Autoroute Info de ma part. Cette vanne va me faire passer une bonne après-midi qui ne s’annonçait pas sous les meilleurs hospices.
      Rien à ajouter.
      Ah si tiens : c’est oik?

      • Isabelle permalien
        15/09/2010 17:03

        Pourquoi, t’es à l’hopital ?

      • dob permalien
        16/09/2010 14:26

        Très juste : "auspices".
        J’avais besoin de mes médicaments hier

  10. ariko51 permalien
    15/09/2010 11:47

    Intéressant ton article le juif, j’aime bien ton approche faite de questionnements, de doutes et d’un mélange d’attachement au passé et d’envie de vivre dans le présent. Personnellement je suis assez mal placé pour en parler car je suis un batard issu d’un mariage entre un père de famille catho mais athée et une mère de famille juive mais athée ! Cela a donné un athée et laïque convaincu mais qui déteste également le non respect de la foi de certains.
    Cela dit, s’il ya bien une chose qui m’énerve dans la religion, ce sont les observances qui deviennent lois, pour beaucoup sans rechercher la signification qui existe derrière.
    Et de l’autre côté, la montée des athéistes et laïcistes de tous bords n’est pas non plus pour me rassurer.
    Parfois je m’inquiète je dois être un intégriste du milieu …

    • 15/09/2010 11:50

      "Un intégriste du milieu". Comme François Bayrou?

      • ariko51 permalien
        15/09/2010 12:11

        on dira que je préfère le milieu au centre mais pour trouver le milieu en politique en France aujourd’hui, il faut viser à gauche, cela dit on dérive bcp de l’article là

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:18

        J’ai cherché le centre sans jamais le trouver, j’en ai donc déduit qu’il n’existe pas.

      • 15/09/2010 12:19

        Ce qu’il nous faudrait, c’est un gouvernement d’ouverture…

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:29

        Pas con !

    • 15/09/2010 12:02

      Oui moi aussi je suis inquiète par la montée et la "respectabilité" supposée de gens arguant que croire en dieu est l’exclusivité de débiles profonds et que les gens intelligents et libres (eux, donc) seraient forcément athée. J’y vois une pensée aussi limitante et pauvre que celles des intégristes religieux… Et qui peut très bien un jour se révéler aussi dangereuse.

      • 15/09/2010 12:08

        Euh… La "montée" dont vous parlez est concentrée dans les quartiers centraux d’une demi-douzaine de grandes villes. A l’échelle mondiale la montée des intégrismes religieux est largement plus préoccupante.

      • 15/09/2010 12:08

        Je souscris, le problème c’est que la question de la laïcité ne revient dans le débat public que par la voix de la droite extrême, qui la détourne en laïcisme (ces fumiers de riposte laïque…)

      • 15/09/2010 12:11

        @ Pédé : tu as entièrement raison, néanmoins il est triste de constater ici que l’opposition aux intégrismes religieux passe de plus en plus par une forme d’intégrisme athée. Triste et contre-productif.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:11

        Je suis d’accord avec le Pédé, la soit-disant montée du laïcisme est très fantasmée, voire une diversions pour mieux faire passer les concessions aux religieux de tous bords (mais non, vous êtes un laïcard obtu si vous ne comprenez pas pourquoi Sarko qui veut rétablir le blasphème, c’est bieng !)

      • ariko51 permalien
        15/09/2010 12:21

        Certes le Pédé, je suis d’accord avec toi, les extrêmistes religieux sont plus nombreux et plus dangereux aujourd’hui mais comme le dit l’Ecrevisse, je n’ai pas envie que le fait de dire que je suis un républicain laïque ait des conotations réac dans qques années.
        Pour moi, c’est simple, dans la sphère publique, dans un pays laïque comme la France, c’est la Loi et la Constitution qui doit et devra toujours prévaloir, aucune question là-dessus mais cela n’empêche de respecter les traditions religieuses, voire de s’y intéresser même en tant qu’athée. Je ne trouverai pas ridicule par exemple que l’on s’attarde un peu plus sur l’histoire des religions en cours car elle n’est enseignée que par un biais religieux en France.
        Bref, merci 1905 mais un peu d’écoute réciproque ne ferait pas de mal.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:23

        L’histoire des religions est au programme d’histoire du collège et du lycée.

        C’est pas très poussé, certes, mais on ne peut pas dire que cela soit inexistant.

      • 15/09/2010 12:30

        Pourquoi le fait d’être un républicain laïc aurait-il des connotations réac? Parce qu’une partie de l’extrême droite a fait une OPA sur la laïcité? Faudra-t-il alors regarder en boucle l’oeuvre de Mel Gibson, arrêter le caviar ou égorger le mouton dans la baignoire (en fonction) pour se convaincre qu’on est toujours des gens bien? Pas convaincu.

        Par ailleurs, j’ai tendance à penser que le non respect de la foi de certains athées est une réaction a cette fâcheuse tendance qu’ont les religieux, même les plus modérés, à considérer l’athéisme comme une absence de conviction. Ou du moins une conviction moins profonde que leur foi.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:36

        Le Pédé> je suis un républicain laïc convaincu ET dans le même temps une personne qui a gardé un fond de religion.

        Et je fais bien la différence entre athé et indifférend. Les discours intolérants et généralisants, d’où qu’ils puissent provenir me hérissent le poil.

      • ariko51 permalien
        15/09/2010 12:44

        @ le pédé, je n’aime pas ton dernier raisonnement. Ce n’est pas parce que certains religieux ne veulent pas comprendre ton absence de foi que tu dois faire la même chose de ton côté. Je peux très bien avoir des convictions athées, être terriblement rationnel mais respecter la foi des autres. Je déteste les prosélytismes de tous bords, et j’entends autant de gens dénigrer les croyants comme peut le faire Foutrax ici que des croyants être condescendants avec des athées.

      • 15/09/2010 12:46

        Je ne parlais pas de moi spécifiquement. Je suis très tolérant, tant qu’on me fout la paix (ce qui est rare, je te l’accorde, mais qu’y puis-je?).

      • 15/09/2010 12:54

        @Le Pédé,
        tu as raison quand tu soulignes que l’intégrisme religieux fait aujourd’hui bien plus de dégats que l’intégrisme laïc, mais tout de même, il ne faut pas oublier que l’histoire de l’athéisme demeure pour beaucoup de croyants, associée à la violence et aux bains de sang (Révolution française, révolution bolchévique, laïcisation par la force dans certains pays musulmans…).

        Je pense même que le regain d’intégrisme de ces dernières années est né de l’échec des sociétés matérialistes (capitalistes ou marxistes) à apporter des réponses aux problèmes sociaux et culturels posés par la modernité.

      • 15/09/2010 12:54

        Oui, le pédé, pour une fois je suis complètement d’accord avec toi : ce n’est pas parce qu’il y a récupération de la la¨cité par l’extrême droite (ce qui est historiquement assez étrange) qu’elle doit être mise à la poubelle. Je suis résolument athée et laÏque, et je considère en même temps que la pratique religieuse peut et même doit exister, tant qu’elle n’est pas politique, autrement dit tant qu’elle reste dans la sphère privée.

      • ariko51 permalien
        15/09/2010 12:59

        c’était un tu littéraire bien-sûr !
        Quant à ta tolérance, j’ai bien cru comprendre qu’elle s’arrêtait là où commençait ta susceptibilité mais on est un peu tous pareils sur le sujet, d’où ce bonheur à débattre pour aller titiller là où ça fait mal.

      • 15/09/2010 13:01

        ariko, où as tu vu que je dénigrais les croyants ????? Je dis juste que la plupart des gens ont besoin de religion, et que ce besoin ne relève pas d’une recherche intellectuelle. Ils ont besoin de croire, ce qui est respectable en soi tant que ça ne déborde pas sur le politique. (j’adore me répéter). C’est un simple constat ce n’est en aucun cas méprisant. Là où je peux devenir féroce en revanche, c’est lorsqu’on prétend m’imposer ses croyances.

      • La Pastanaga permalien
        15/09/2010 13:05

        la laïcité est également entretenue par des mythes, des croyances et des rites.
        (ce n’est pas l’apanage de la religion)

      • ariko51 permalien
        15/09/2010 13:11

        Ton dédain se traduit par des affirmations péremptoires du type : "Les cathos les plus fervents ne sont pas les théologiens mai ceux qui pratiquent justement par tradition et qui souvent n’ont jamais lu la bible."
        Rien à ajouter

      • 15/09/2010 13:15

        La laïcité fonctionne par négation : elle est l’absence de prise en compte du fait religieux (mais en aucun cas sa négation) pour le Bien Public. En tant que tel, elle ne fonctionne ni par mythe ni par croyance (à moins de se voir déformé en militantisme athée comme ce fut le cas dans les régimes communistes, mais c’est alors un autre problème).

      • La Pastanaga permalien
        15/09/2010 13:42

        je ne conteste pas ta définition de la laïcité.
        néanmoins le fait que tu mettes des majuscules à "Bien Public" démontre qu’il y a quand même un peu de mythe là-dedans.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 13:51

        Pour moi, la laïcité ne nie pas la religion, elle lui est juste indifférente.

        Le laïc, c’est ce qui n’est pas religieux, c’est ainsi que l’on peut parler de laïcs oeuvrant au sein de l’église.

        C’est plutôt l’athé qui refuse la religion, car il est sans dieu. C’est donc plutôt lui qui se définit parune négation de la religion.

        Le Juif> Tous les intégrismes, qu’ils soient religieux ou non, sont dangereux. Mais la révolution française n’a pas persécuté la religion en tant que tel, mais plutôt l’église restée fidèle à Rome et ceux qui la soutenaient. Par contre, elle cherchait à organiser l’église française de manière indépendante, ce qu’a réussi par la suite Bonaparte avec le concordat.

        D’accord par contre sur l’échec du matérialisme dans certains sociétés qui a fait le lit de l’intégrisme. On pense évidemment à la majorité des régimes arabes. Echec du nationalisme nassérien en Egypte, du Baas en Syrie et en Irak, échec du marxisme en Algérie…

      • docds permalien
        15/09/2010 13:52

        C’est curieux cette propension des croyants à vouloir faire de la laïcité une forme de religion…

      • La Pastanaga permalien
        15/09/2010 13:58

        tu veux dire plutôt des non-croyants?

      • Adie permalien
        15/09/2010 14:03

        Bonjour a tous. Premier commentaire pour moi (d’où le torchon moche je suppose a coté de mon nom) mais je suis une lectrice régulière de C’est la Gène.
        Le sujet des religions m’intéresse beaucoup, donc merci le Juif pour cet article. Je suis de famille et culture catholique, donc je connais peu la culture/religion juive, et c’est toujours chouette d’en apprendre plus.

        Si je réagis aujourd’hui, c’est que j’ai un peu l’impression qu’il y a un amalgame entre laïcité et athéisme, et je pense qu’il est intéressant de les dissocier. Le gars dans la lune parle d’ailleurs très bien de la laïcité.
        Comme il dit donc, la laïcité, c’est de ne pas tenir compte de la religion (ou des religions). Je suis personnellement très fière du principe de laïcité dont la France a hérité, je trouve dérangeant que dans d’autres pays la prière soit présente dans les écoles ou qu’il faille jurer sur la bible lors d’un procès ou pour devenir président…
        Cela n’empêche pas que la France hérite d’une culture judéo-chrétienne et que toute son histoire soit basée sur les religions. Le nier serait, je pense, faire perdre une partie de l’identité de notre pays.

        L’athéisme quant a lui, c’est la croyance qu’il n’y a pas de Dieu. Je pense que le mot croyance est important, car pour moi l’athée est aussi convaincu que le croyant (en une religion). L’athéisme est donc presque une religion, ou plutôt il repose sur une certaine foi.
        Je crois qu’avec ces définitions, on peut vite voir que laïcité et athéisme ne sont pas identiques, même si souvent l’athée va plébisciter la laïcité des institutions.

        Pour ma part, je ne crois pas en un quelconque dieu, même si je me définis clairement dans une culture catholique. Mais plutôt que athée, je préfère dire que je suis agnostique, car je ne veux pas nier l’existence de dieu, même si je n’y crois pas. C’est d’ailleurs plus facile de respecter les autres religions car je n’ai pas la position forte disant "dieu n’existe pas"; c’est plutôt "je ne sais pas si dieu existe".

      • 15/09/2010 14:06

        Pasta : certes, mais c’est un "mythe" politique, tourné vers l’ici et le maintenant (comment détacher les esprits de l’empire éclésiastique ou, plus actuel, comment signifier aux musulmans que prier dans la rue, en France, ça ne se fait pas).

        Quand le mythe religieux est orienté vers les fins dernières (la Parousie, l’avènement du Messie)

        C’est justement lorsque les deux se rencontrent que la situation devient explosive, de l’Europe du XVIème-XVIIème siècles aux sociétés arabes de nos jours…

      • La Gamine permalien
        15/09/2010 14:19

        100% d’accord avec le Pédé. Pensez 30 secondes à la proportion d’athées dans le monde. Je pense plutôt que le 21e siècle correspond à un regain de la religion en général, et (malheureusement) des fanatismes religieux de tous bords. Certains athées ne font peut-être pas preuve d’une tolérance exemplaire sur le ton de l’ironie, mais c’est non comparable avec l’attitude de grand nombre de croyants chez qui l’athéisme provoque haine, mépris ou au mieux incompréhension. La France est un cas très particulier dans le monde. Là où je vis, j’évite de dire que je suis athée, c’est très mal vu. Et quand je le fais, c’est systématiquement : "mais, tu crois en quoi alors?" et "allez, dimanche prochain je t’emmène à l’Eglise pour que tu voies".

      • docds permalien
        15/09/2010 15:16

        Haine, mépris ou au mieux incompréhension? Je te rappelle que dans certains pays cela relève de la prison ou de la peine de mort en cas d’apostasie .

      • docds permalien
        15/09/2010 15:20

        Je n’empêche pas les religieux de se couvrir la tête, de se découvrir la tête, de se prosterner, ou même de se planter une plume dans le cul si c’est une prescription divine, mais putain foutez-nous la paix… Laissez- nous ne pas croire, sans avoir à nous justifier.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 15:24

        Mais arrête de m’engueuler, tu fais ce que tu veux espèce de paranoïaque à casquette !

      • La Gamine permalien
        15/09/2010 16:29

        Merci Docds, j’ai appris un mot aujourd’hui (apostasie, je ne connaissais pas, shame on me)

      • Isabelle permalien
        15/09/2010 17:11

        Bande de mécréants.
        Vivement l’ère du Verseau, tiens.

      • 15/09/2010 17:18

        Doc, marry me (à la mairie oeuf curse)

      • Isabelle permalien
        15/09/2010 17:21

        Chouette, un mariage !
        Je peux venir avec mes copines ?
        http://www.viddler.com/explore/cheezburger/videos/630/

      • La Pastanaga permalien
        15/09/2010 17:22

        ouh putaing

      • 15/09/2010 17:30

        oui, isabelle : je suis personnellement l’amie des loutres. Tu verrais mon dressing, tu comprendrais tout de suite. Laisse donc venir à moi les petits animaux à fourrire. Quant au promis, il ne m’a tjrs pas répondu. Cela m’inquiète.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 17:36

        Fourrire, c’est un hommage à Rabbi jacob ou bien une faute de frappe ?

      • docds permalien
        15/09/2010 18:04

        Sorry, Zarzulouella, je travaille (de temps en temps).
        J’étais en train de trancher un baso (Les pros me comprendront).
        En ce qui concerne le mariage, faudrait demander à mon fils. C’est lui qui choisit mes relations.

      • Isabelle permalien
        15/09/2010 19:05

        Doc veut dire par là qu’il lutte contre le cancer.
        Tu ne lui as pas enlevé un sein, pendant que tu y étais ?

      • 15/09/2010 19:10

        Doc, tout bien réfléchi, je préfère épouser ton fils. Veux tu bien être mon beau-père ?

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 19:11

        Magnifique, Le Pédé l’appellera belle-maman, que c’est émouvannnntttt !!!

      • docds permalien
        15/09/2010 19:18

        Ecoute, je lui en parle (A mon avis il est au courant)et je vous benis, mes enfants, si dieu veut…

      • 15/09/2010 19:26

        merci merci. en revanche, si je dois faire partie de la famille du pédé, je préfère tout de suite divorcer. comme j’ai déjà dit, les fiottes, y me portent sir les nerfs (que j’ai fragiles). pi voir mon beau-fils se dandiner sur dalida en slibard rose bonbon, merci bien.

        pascanet : fourrire est voulu, mais je pensais pas à rabbi jacob.

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 19:48

        Ses slips ne sont pas roses bonbon, mais bleu électrique, et il préfère largement Lady Gaga à Dalida.

        Tant qu’à avoir des prejugés, autant en avoir de notre époque.

      • 15/09/2010 19:53

        l’escroc, je vois qu’on te la fait pas, à toi. Tu m’es sympathique. Veux tu m’épouser (je suis très gentille contrairement à ce que te diront certains)?

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 19:58

        Je hais les femmes gentilles, je n’aime que les chieuses, râleuse, casses couilles, et accessoirement équipées d’un joli petit nez (cf ma mie).

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 19:59

        Et puis les diners de familles risquent d’être trop durs à gérer pour moi.

    • 15/09/2010 12:14

      Et pourquoi faudrait-il chercher "la signification qu’il y a derrière" ? Le propre d’une religion est d’admettre la transcendance, par définition inconnaissable et irréductible à la "compréhension". Les innombrables interdits du Lévitique n’ont pas d’autre sens que celui de la soumission à un ordre qui dépasse justement la raison humaine, dans les gestes les plus quotidiens.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:16

        je préfère quand même comprendre la signification de la communion plutôt que le faire juste parce que l’on a toujours fait ainsi.

      • 15/09/2010 12:19

        Au secours.

      • 15/09/2010 12:25

        guigui, la religion (et surtout la religion chrétienne) "marche" bien plus par la foi du charbonnier que par la compréhension rationnelle. Les cathos les plus fervents ne sont pas les théologiens mai ceux qui pratiquent justement par tradition et qui souvent n’ont jamais lu la bible. Vatican 2 a flingué le catholicisme en supprimant ce qui justement unissait les gens (fêtes votives, rituels en latin, encesns, etc), qui certes n’était pas compréhensible par la plupart, mais qui créaient une atmosphère propice à la pratique religieuse. La montée en force des charismatiques sa justement investi ce vide de rituels et d’émotions. La religion n’est pas affaire d’intelligence mais de rites et de traditions. Et les gens en général se foutent bien de comprendre le sens de la communion et du reste.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:29

        Tandis que les juifs pratiquent sans problèmes et sans comprendre, et sont même contents de ne pas comprendre.

        Tu as une visions très stéréotypée des religions ma chérie. Et je pense que c’est la non-application de vatican II qui a achevé de flinguer le catholiscisme, les successeurs de Jean XXIII étant bien moins moderne que lui.

      • Pinpin permalien
        15/09/2010 12:29

        je me demande si ça vient de mes yeux, de ma tête ou de la sienne mais j’ai le plus grand mal à comprendre ce Foutrax…

      • ariko51 permalien
        15/09/2010 12:30

        Zarzuela foutrax, ton envie de provoquer comme d’habitude … et les milliers d’érudits qui ont travaillé aux différentes interprétations des textes sacrés, ce sont tous des blasphémateurs ou des non croyants ?
        Je parlais en plus de rites qui ont souvent à voir autant avec des coutumes ancestrales que des significations religieuses.
        Par ailleurs, tous les profonds croyants que j’ai pu rencontrer ont toujours essayé de questionner, d’analyser les textes plutôt de les appliquer sans recul.
        C’est justement l’ignorance de beaucoup qui permet à certains imams, pasteurs, prêtres ou rabins extrêmistes d’imposer leur vue unidirectionnelle de la religion.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:31

        Pinpin> CETTE Foutrax.

      • 15/09/2010 12:32

        @guigui, j’ai horreur qu’on m’appelle ma chérie et j’ai horreur qu’on déforme mes propos.
        @pinpin : je suis une fille.

      • 15/09/2010 12:34

        Rassures-toi, personne ne t’appellerais ma chérie sans une bonne dose d’ironie.

      • 15/09/2010 12:36

        ariko, je ne dis pas que TOUS ceux qui pratiquent ne comprennent rien à rien : évidemment que chaque religion a ses érudits, qui étudient les textes. ceci dit (brahim), ils ne représentent pas la masse des croyants. Le croyant de base se contente très bien des rituels, des traditions et des interprétations "simples" des textes religieux.

      • 15/09/2010 12:37

        la fiotte, 2 fautes dans une phrase, tu crains.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 12:39

        zarzuella> et moi je n’aime pas que l’on m’appelle Guigui. Mais je tolère.

        En quoi j’ai déformé tes propos ? Tu parles bien de foi de charbonnier non ? Cela s’applique assez bien à la pratique de mes grands-parents qui ne se posent aucune question en allant à la messe tous les dimanches, mais justement, les plus jeunes générations en ont assez d’aller à l’église pour un rite dont on ne leur explique pas le sens.

      • 15/09/2010 12:39

        Ah c’est mieux zarzuela, je te préfère quand tu parles d’orthographe.

      • Pinpin permalien
        15/09/2010 12:42

        oh mais bien sur, suis je bète… UNE zarzuela.
        comme une paella quoi !

        je comprend mieux le bordel du discours de madame, c’est très clair désormais.
        merci

      • 15/09/2010 12:57

        Totalement d’accord avec Ariko. Contrairement à ce que dit Zarzu, la religion (comme les sciences ou la philosophie) est une tentative de s’expliquer le monde.

      • 15/09/2010 12:59

        Nan mais lui parlez pas, elle n’existe que si on croit en elle…

      • Le Pet Financier permalien
        15/09/2010 13:06

        http://www.bbc.co.uk/news/uk-11300552
        Moi, je montre ça, je montre rien.

      • 15/09/2010 13:08

        guillaume, tu déformes mes propos, oui : la foi du charbonnier unit bien plus les gens que la connaissance intellectuelle. Si tu regardes les formes religieuses qui ont le vent en poupe, tu vois bien que ce sont les formes les plus simplifiées, les moins "intelligentes" : charismatiques, islamisme, version occidentalisée et new age du bouddhisme, etc…Après, que ce ne soit pas ton cas et que , toi, tu cherches un sens au rituel, soit. Mais je ne pense pas que tu sois représentatif de la majorité.

      • 15/09/2010 13:12

        …dit celle qui ne connait rien ni à l’islam, ni au bouddhisme…

      • 15/09/2010 13:20

        Je dois concéder que je suis assez d’accord avec Zarzuela sur ce coup. Beaucoup de croyants pratiquants que je côtoie ne connaissent que partiellement leur propre religion (et le reconnaissent volontiers/s’abstiennent de tout prosélytisme). Pour eux, leur foi consiste essentiellement en un refus assumé de l’Absurdité.

      • 15/09/2010 13:21

        ..dit celle qui me connaît tellement bien qu’elle peut effectivement parler de moi….Décidément, tu fais pitié.

      • 15/09/2010 13:34

        Garde ta pitié. je suis fière de ton mépris. Il est réciproque. Jouissons en, ma chérie, tant il est vraie que les relations équilibrées sont rares.

        A l’Ecrevisse : Que la grande majorité des croyants ne s’interrogent guère, c’est un fait. La grande majorité des afficionados des partis politiques non plus. Mais delà à affirmer que la foi religieuse est basée sur cette méconnaissance, c’est une gageure…

        Je pense qu’en fait la véritable foi, celle qui s’interroge est extrêmement rare et n’est pas à confondre avec des enflammements passagers basés sur la colère et la frustration (Cf les différents intégrismes). Ca, on est tous d’accord pour le dire, je pense.

        Et c’est également vrai de la véritable pensée : en arts, en politiques ou en philosophie aussi, c’est rare de croiser des gens qui votent, visitent des expos, lisent en allant au delà des slogans, des images ou des mots.

        Donc on n’est pas face à un travers des religions. on est en face d’un travers humain. Alors ensuite désigner certaines religions comme étant moins "intelligentes" que d’autres…Ca me fait rigoler. ca prouve juste que zarzu est atteinte du mal qu’elle pense avoir à reprocher aux croyants : le traitement en surface de l’information.

      • 15/09/2010 13:38

        A la lecture de ton commentaire cher Rêveuse, je me rends compte que cette "ignorance" dont on cause définit assez généralement la différence entre "croyants" et "pratiquants". Assez généralement.

      • 15/09/2010 13:53

        En généralisant pas mal, ce n’est pas faux.

  11. 15/09/2010 11:56

    Tous ces commentaires "chrétiens" (que je partage d’ailleurs) prouvent bien que les juifs sont une minorité, comme l’affirme ce blog de connards. Ils prouvent aussi que l’œcuménisme peut naître d’une discussion sur la perte de la religion (ou tradition ?).
    Bon Yom Kippour, Le Juif (et bonne fête après !)

    • Guillaume Pascanet permalien
      15/09/2010 12:17

      Tu n’as pas encore été expulsée toi ?

      Qu’il est nul ce Brice !

      • 15/09/2010 15:15

        Eh bah non, j’y suis retournée il y a pas long temps, mais … à mes frais (avec une ligne low cost que prennent que les p*utes et les ouvriers roumains qui viennent travailler en France ; les roms, eux, voyagent avec Air France quand ils sont rapatriés) et sans les 300 € de kdo. Il est où ce Brice, quand on en a besoin ?!

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 17:54

        Jamais là bien sûr !

        Et encore une fois, les Rroms voyagent en grand luxe avec nos impôts !

    • 15/09/2010 15:17

      P.S. j’allais oublier ma confession de foi (ou pas) :
      http://amintiridinexil.blogspot.com/2010/07/io-si-religia-moi-et-la-religion.html

  12. ddlacrevete permalien
    15/09/2010 12:17

    Perso c’est le Jabugo et autres patanegra de notre péninsule ancestrale qui a un gout divin et surtout le jour de kippour…Juif c’est dans la tête non? alors à quoi bon ce besoin au 21eme siècle de se remémorer cette appartenance omniprésente dans notre vie. Depuis tout petit j’ai "cassé" le jeûn avant l’heure, considérant que l’haleine fétide dés le début d’aprés midi et les maux de tête suffisaient à conforter mes origines. . Et puis mon profil éloigné de celui d’un viking de base finissait de me convaincre de la redondance de cette nauséabonde entreprise. Penser la loi et la morale, tenter de s’y plier voila l’objectif d’une judaïté bien assumée.

  13. La Pastanaga permalien
    15/09/2010 12:20

    tiens c’est marrant, cette histoire de chorizo me sonne

    • 15/09/2010 12:33

      Te sonne?

      • léa permalien
        15/09/2010 12:54

        oui elle doit être espagnole, elle veut dire que ça lui rappelle qqchose.

        moi aussi je suis feuje mais un peu en décalage avec l’âge et ma question ça serait : où sont les limites pour pouvoir être considéré comme juif de nos jours ?

        moi j’aime bien regarder la téloche le chabbat, à côté de ça t’en as qui font toutes les fêtes sans bouffer casher le reste du temps, t’en as d’autres qui ont tous les papelards en règles (ketoubot des parents) mais qui ne se sentent pas particulièrement feuj et l’inverse…dur dur de se définir ?

    • Pinpin permalien
      15/09/2010 12:51

      jeu de mot à base de Corazon ???

    • Raymond Domenech permalien
      15/09/2010 13:03

      sonne sonne sonne

  14. La Pastanaga permalien
    15/09/2010 12:53

    = me dit quelquechose
    (hispanisme de rigueur)

    • 15/09/2010 13:52

      Ring my bell, quoi.

      • La Gamine permalien
        15/09/2010 14:11

        Je dirai même plus, Ring my bell

      • La Pastanaga permalien
        15/09/2010 14:15

        ah sinon j’aime bien cette version des Saïan Supa Crew

      • La Gamine permalien
        15/09/2010 14:20

        Minche, ça marche pas les Saian Supa, j’irai voir plus tard.

  15. Pinpin permalien
    15/09/2010 12:54

    Caramba, encore raté !

  16. 15/09/2010 13:30

    Article touchant!
    (Bien que le chorizo, ce soit quand même à la viande de porc ce que Chantal Goya est à la chanson à texte)

  17. dob permalien
    15/09/2010 14:01

    Moi qui n’ai eu aucune éducation religieuse je me retrouve aujourd’hui à en chercher une. Comme quoi.
    Ton histoire de shorizo me rappelle un truc

  18. La Gamine permalien
    15/09/2010 14:26

    Et sinon, il parait que le cerveau des athées pulse un peu plus que les croyants… (*non, pas taper, c’est une blague! (avec un petit fond scientifique quand même)*

    • La Pastanaga permalien
      15/09/2010 15:29

      mmm… peut-être. mais d’après Cyrulnik, qui parle de "l’effet psychoaffectif de la croyance", ils sécrèteraient aussi moins d’ondes alpha ("marqueurs de l’attention paisible") que les croyants, et du coup seraient plus stressés et sujets à la dépression…
      http://hebdo.nouvelobs.com/sommaire/dossier/067924/apprendre-a-etre-heureux.html

      • docds permalien
        15/09/2010 15:31

        …et nous en sommes fiers!

      • La Pastanaga permalien
        15/09/2010 15:54

        nous qui?

      • Nora permalien
        15/09/2010 16:07

        les non-croyants.

      • La Gamine permalien
        15/09/2010 16:15

        Merci Pasta, super intéressant comme article!
        J’ai aussi noté que multiplier les rencontres et les désaccords stimule l’activité cérébrale, et permet en définitive de mieux vieillir. Aussi, je propose de promouvoir CLG comme agent de santé publique.
        Et sinon, mon taux de sérotonine va bien, merci.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 16:22

        CLG devrait être remboursé par la sécurité sociale !

        J’en abuse d’ailleurs peut-être en ce moment, mais c’est que j’en ai besoin.

      • docds permalien
        15/09/2010 16:22

        Evidemment que nous sommes plus stressés! Nous n’avons pas de prière ou de gris-gris pour conjurer le sort.

        J’ai connu une femme qui avait perdu son fils de 15 ans et qui était heureuse car elle pensait que c’était son destin et qu’il était près de dieu

      • docds permalien
        15/09/2010 16:24

        Et puis l’inconnu c’est toujours plus stressant que les certitudes…

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 16:25

        Tu ne caricatures pas du tout les croyants par leurs extrèmes.

      • Guillaume Pascanet permalien
        15/09/2010 16:27

        Le doute fait partie intégrante de la foi pour moi.

        je connais aussi des athées très convaincus (de toute façon, il n’y a rien ensuite alors je profites et je me fous de tout)

  19. 15/09/2010 14:43

    Désolé je ne suis pas concerné. Je suis un être incroyable qui malgré son âge a déjà accompli les 3 étapes nietzschéennes de la mort de Dieu. Je n’ai plus besoin des religions, c’est elle qui ont besoin de moi.

    • dob permalien
      15/09/2010 14:54

      Serais-tu.. le prophète?

    • Guillaume Pascanet permalien
      15/09/2010 14:58

      En général, c’est plutôt en vieillissant que l’on se tourne vers les religions, pas quand on est jeune, immortel et avec des abdominaux.

    • dob permalien
      15/09/2010 15:00

      J’en conclue donc que la bière aide à se rapprocher de Dieu. Amen(ne)

  20. 15/09/2010 15:44

    J’ai pas compris, il se passe quoi samedi soir?

    • Raymond Domenech permalien
      15/09/2010 16:24

      Tu dois aller frapper à la porte du Juif vers 20h44.

  21. Le Con Sultant permalien
    15/09/2010 16:24

    L’athée réfute l’existence de Dieu.
    Il rejette donc toutes les organisations se réclamant d’une telle entité, ne voyant en elles que des systèmes de pouvoir visant à préserver des ordres établis (exemple : la domination de la femme par l’homme).

    3 types d’athées se distinguent alors essentiellement dans à leur rapport à l’autre :
    1- l’indifférent qui trace son chemin, laissant chacun à ses croyances (/ à ses chaines),
    2- le laïc, qui va privilégier le contrat social, la coexistence pacifique des croyants et non-croyants,
    3- l’humaniste, qui va chercher à libérer le croyant de son oppresseur.

    Alors oui, ça vous choque peut être de voir vos éventuelles croyances caricaturées. Mais vous ne pouvez pas savoir ce que ça me bouffe d’entendre tout et n’importe quoi sur l’athéisme.

    Je choisis donc de vous servir une caricature grossière mais compréhensible par tous.

    Lapidez-moi pour me laver de mes péchés de mécréant.

    Cqfd : le Pédé a démontré son humanisme en faisant accéder le Juif au bonheur du chorizo

    • 15/09/2010 18:25

      Excuse moi, mais… tout en étant totalement paws croyante, il faut bien admettre qu’il y a un certain nombre d’athée très intolérants comme il ya un certains nombre de croyants très intolérants.

      Donc se plaindre des athées intolérants, ce n’est pas se plaindre de TOUS les athées. Pas plus que se plaindre des extrémistes religieux équivaut à mépriser l’ensemble des croyants.

      Ce qui choque certains, dont moi, c’est que, autant il est très mal vu de tenter d’imposer sa religion à quelqu’un (à raison), autant il semble tout à faire dérisoire selon l’opinion publique qu’un athée tente la même chose. Or, c’est tout aussi con.

      • 15/09/2010 19:20

        Comme l’a fait remarquer doc, se dire publiquement athé ou apostasier est puni de pridon ou de mort dans certains coins du monde dont je ne citerai pas la religion pour ne pas me faire traiter d’islamophobe. Ca n’a donc rien de dérisoire "selon l’opinion publique" de prêcher l’athéisme, et ça n’a rien de con : certains risquent leur vie pour ça, pas en France certes, mais ailleurs. Ta toute petite leçon de morale à la merde, tu peux donc te la carrer bien profond.

      • 15/09/2010 19:20

        prison

      • 15/09/2010 20:37

        Et moi je me fiche de ce qui se fait dans des pays ou on ne respecte pas les plus élémentaires des droits de l’Homme, que ce soit pour des raisons religieuses ou idéologiques…

        Je parle de l’ici et de maintenant. De même que si un type vient te traiter de sale mécréante, tu le prendra ptêt mal. Ben je vois pas pourquoi un croyants devrait bien prendre qu’on lui explique qu’il est un naïf qui croit des conneries.

  22. max permalien
    15/09/2010 17:47

    Il est de toute première nécessité que les hommes et les femmes se débarrassent à jamais des bondieuseries d’où qu’elles viennent … vous êtes donc sur la bonne voie mais gaffe au cholestérol on y pense pas mais le chorizo c’est une bombe à retardement…. pardon je viens de casser l’ambiance là !
    Et comme disait le " vieux lion " je vous souhaite " ni dieu ni maitre " …

    • 15/09/2010 18:26

      Voilà exactement ce qui m’insupporte…

      Je suis athée. Mais je ne reconnauis à personne le droit de décider à ma place si ma voie est "la bonne" ou pas. Laisse donc les croyants en paix, yen a surement de plus tolérants que toi.

      • Max permalien
        15/09/2010 20:42

        si tu as des exemples de lapidations et autres buchés au nom de l’athéisme , fais moi signe !
        Par contre l’inverse , la liste est sans fin … alors qu’on vienne pas n’emmerder avec la tolérance … la tolérance c’est le mot des faux-cul !
        ce que j’ai voulu dire c’est : " essayons un monde sans dieu " juste pour voir comme ça… après on fera le bilan … c’est peut être pas mieux , mais là on en sait encore rien !

      • 15/09/2010 20:54

        Un seul mot : Goulag.

      • Max permalien
        16/09/2010 20:16

        Rire… et ben voilà tu commences par sortir la tirade sur la tolérance et il suffit qu’on t’énerve un peu pour que tu veuilles me mettre dans un camp… un camp de gauche certes mais un camp pour ne pas me laisser vivre malgré tout …bon…passons ! tu vois tu illustres mon propos ; la tolérance c’est un truc de faux cul…
        Nous , nous n’avons brulé ni lapidé personne , nous n’avons banni personne pour son appartenance sexuelle , on n’a jamais été réveiller un mec un dimanche matin pour lui causer bondieuseries à la con , etc…. nous on vous souhaite juste la liberté et pour ça on gueule un peu… ça ne sert à rien , oui mais ça nous fait du bien ! et puis basta !
        Je constate avec effroi qu’on ne peut plus en 2010 lâcher un " ni dieu ni maitre" sans se faire haïr et même par de prétendus athées …
        Ni dieux ni maitre , ça ne veux pas dire qu’il faut bruler les livres sacrés , mais les placer sur l’étagère du haut et les laisser prendre la poussière …un peu quoi !
        Bon je te laisse , je viens de voir passer un pédophile en soutane sur un vélo solex et j’ai encore envie de gueuler !
        Même si me veux dans un camp , à toi Leslie , je te souhaite une belle vie.. parce que l’anarchie n’a jamais été sans amour !

  23. La Bretonne permalien
    15/09/2010 18:02

    Ni Dieu ni maître, je suis une mécréante, une infidèle voire une impie quand on m’emmerde avec ça.
    Je finirais comme les autres, corps putride bouffé par les vers. Finissant le cycle de la vie au service de la chaîne alimentaire.
    Une fois ces réalités établies, on se sent vachement moins encombré par les questions existentielles.
    Et on vit pleinement sans honte et sans peur.

  24. series permalien
    15/09/2010 18:18

    c’est beau

    • Isabelle permalien
      15/09/2010 18:51

      on dirait du veau

      (je crains que celle-ci ne fasse un flop parmi les djeun’s)

      • lovingroger permalien
        15/09/2010 23:16

        Mais moi, ça me met des frissons partout !!

  25. Isabelle permalien
    15/09/2010 19:01

    Sinon, à l’instar de la Gamine, j’ai aussi appris un mot aujourd’hui (et j’en suis fort aise) : la parousie.
    Si j’en crois le site officiel de l’Eglise catholique de France, ce mot vient "du grec parousia : présence, arrivée. Ce mot désignait dans le monde gréco-romain la visite officielle d’un prince. Les premiers écrits chrétiens emploient ce mot pour désigner la venue du Christ parmi les hommes, inaugurant les temps messianiques et l’avènement glorieux à la fin des temps."

    Donc ce mot désignait la visite officielle d’un prince. Peut-on l’employer lorsque l’un des étoilés vient commenter ici ?

    (mode flatterie off)

  26. L'escroc permalien
    15/09/2010 19:09

    Le juif, tu es l’achétype même du juif de Kippour, et j’ai donc une question qui reste un mystère pour moi,
    qu’est ce qui rapproche un juif bouffeur de Mlouhia, d’un autre dont les racines viennent d’Ethiopie en Ethiopie si ce n’est la thora ?
    Pas de traits physiques similaires, pas de langue commune, pas de pays commun, pas d’autre racine commune que la parôle divine transcrite sur un parchemin vieux de 3000 ans.

    Alors tu es juif ou pas Le Juif ?

      • 15/09/2010 19:31

        oui, c’est terrible ! ce genre de truc montre que les juifs (ceux qui délirent sur l’adn juif, hein) sont finalement d’accord avec hitler (la race juive tt ça)

    • 15/09/2010 19:32

      Ce qui les rapproche, c’est que tous deux sont probablement familiers de certains rites et autres traditions archaïques ancestrales extraites de cette bonne vieille thora, mais il serait bon de rappeler que l’on n’est pas forcé de considérer celle-ci comme la transcription de la parole divine.

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 19:45

        Bien évidement qu’il ne faut pas supposer que la thora soit transcription divine, d’autant plus que c’est Moïse et non Dieu dans l’ancien testament qui est censé l’avoir écrite, mais il est évident que la seule chose qui unie ou unifie les juifs entre eux, est la thora, divine ou pas, et le fait de ne pas croire en elle, n’est-il pas en quelques sortes, ne pas croire en sa judéité ?

      • 15/09/2010 19:57

        "Il est évident que la seule chose qui unit les Juifs entre eux est la thora?" A quel moment ton exemple spécifique et extrême (l’éthiopien et le bouffeur de mlouhia) est-il devenu une vérité absolue? Donnez leur un doigt à ces religieux, et ils vous prennent le bras!

        Par ailleurs, que ces deux juifs-là ne soient unis que par des traditions communes, c’est juste un fait, auquel la croyance ne change rien.

      • Philippe De Thrace permalien
        15/09/2010 20:51

        c’est quoi la mlouhia ? Qui en mange ?

  27. L'escroc permalien
    15/09/2010 19:54

    Le Pédé, excuse moi de te dire que les rites n’ont rien de religieux, ils sont justement là pour rappeler les différentes origines des membres de ce peuple.
    Les rite d’un juif Ukrainien sont bien loin des rites des juifs de Mostaganem, et je suis bien placé pour le savoir, en revanche les traditions tels que le Shabbat, Pessah et autres Yom Kippour sont bel et bien des traditions RELIGIEUSES et nons CULTURELLES.
    D’ou ma question, si l’on ne croit pas en Dieu, pourquoi se sentir juif ???

    • 15/09/2010 19:57

      Il y a quelque chose de belge -je veux dire d’absurde et d’irréductible- dans la judaïté, et qui dépasse le simple cadre de la religion. Ainsi, on peut très bien être juif parfaitement athée. C’était le cas des fondateurs d’Israël (marxistes pour la plupart), où le combat entre laïques et religieux est d’ailleurs toujours d’actualité.

      Cet aspect insaisissable de l’identité n’est pas pour rien dans l’existence de "l’humour juif".

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 20:13

        Je suis tout à fait d’accord avec toi Le gars dans la lune, Hertzl n’avait-il pas fait baptiser ses enfants alors qu’il défendait sa judéité ? mais je doit reconnaître que l’identité juive me pose un problème car elle n’a d’une part rien de rationnel, et d’autre part parce qu’elle est trop proche de l’image Hitlerienne du juif, assimilé ou non, converti ou non, croyant ou pas, un youtre reste un youtre.
        Cet habit dont on ne peut se défaire, comme sa couleur de peau.

      • Philippe De Thrace permalien
        15/09/2010 20:50

        Je me pose exactement les mêmes questions que toi, l’escroc, car la définition de l’identité juive, du peu que j’en sais, rebondit plus qu’elle ne s’accroche sur un aspect ethnique/national, un aspect traditionnel, et un aspect religieux. Du coup, la question glisse et m’échappe. Je suis votre échange au Pédé et toi avec attention.

        Du coup, je me demande un truc, et si je m’approche trop près de stéréotypes de merde, je veux bien l’entendre. Dès avant le moyen-âge les Juifs se caractérisent par leur répartition en petites communautés clairsemmées mais reliées entre elles (j’ai lu l’histoire des juifs pour les nuls) la spécialisation d’une partie d’entre eux dans le commerce encourage et entretient cette structure spatiale de la population, ainsi qu’un certaine mobilité (+ les diverses et successives expulsions). Donc, peut-être, le juif médiéval de base a-t-il un horizon beaucoup plus vaste, en termes de connexions avec des gens au loin, que l’average plouc, pas encore en-nationalisé. Et que la connaissance , même théorique, de gens au loin, dont on peut ne savoir presque rien sinon qu’ils sont juifs aussi, et la nécéssité d’entretenir ce réseau de solidarité, à défaut des autres solidarités et liens encadrant la société médiévale et dont les juifs sont exclus, rend elle nécéssaire une définition de l’identité juive irréductible à la religion ou l’ethnie.

      • 15/09/2010 21:20

        En même temps, notre "grand débat" sur l’identité nationale a bien prouvé qu’il est difficile de définir une identité, quelle qu’elle soit…

        D’autant plus que les juifs se sont généralement remarquablement intégrés au XIXème siècle, ce qui a précisément provoqué la fureur des antisémites et leur tendance pathologique à vouloir les différencier, au besoin par des constructions identitaires biologiques, qui ont finalement conduit au nazisme au sein du pays même où ils étaient le mieux intégrés…

        L’identité juive s’est depuis partiellement reconstruite en creux de cette tragédie, mais aussi en lien avec le seul Etat juif du monde, Israël.
        (en gros et très très résumé, hein)

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 21:46

        C’est ce que je disais, l’identité juive n’existe que par la judéophobie primaire, donc pourquoi se sentir juif, lorsque l’on répulse la religion ?

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 21:54

        Je cite Sartre, et je me tire

        “Le Juif est un homme que les autres hommes tiennent pour Juif : voilà la vérité simple d’où il faut partir. En ce sens, le démocrate a raison contre l’antisémite : c’est l’antisémite qui fait le Juif.”

      • 15/09/2010 22:08

        Encore une fois, aucune identité ne se définit précisément… ce n’est pas pour ça qu’elle n’existe pas. D’autres parts, nous avons tous besoin dans une certaine mesure de nous rattacher à une identité, quelle qu’elle soit.

        Le besoin pathologique qu’éprouvent les Européens de se doter d’une identité particulière (flamands, catalans) ou de former des sociétés closes (votes populistes) au coeur même du continent qui s’est donné pour projet d’éliminer les sentiments identitaires nous le prouve chaque jour.

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 22:14

        "aucune identité ne se définit précisément… ce n’est pas pour ça qu’elle n’existe pas."

        Au contraire je crois qu’une identité se définit toujours, soit par sa religion, soit par sa couleur de peau, soit son origine ethnique, soit sa langue, soit sa terre, soit même sa monnaie, mais toujours avec un lien X.

      • 15/09/2010 23:03

        En ce cas, l’histoire (et pas seulement la Shoah), la religion, la culture et Israël sont des éléments d’identification… Mais, encore une fois, ça ne se résume pas juste à un élément, ni à une suite d’éléments…

    • 15/09/2010 19:59

      Qui a dit que le Shabbat, Pessah et Yom Kippour n’étaient pas de traditions religieuses? Surement pas moi.

    • 15/09/2010 20:04

      Par ailleurs je ne pense pas que la question "Si l’on ne croit pas en Dieu, pourquoi se sentir juif?" soit particulièrement pertinente. Il me semble que ceux qui se sentent juifs ne le décident pas un beau matin, c’est tout simplement quelque chose qu’il ressentent, qui leur est propre et dont il n’appartient à personne de juger la validité.

      • l'escroc permalien
        15/09/2010 21:01

        Personne ne juge la validité de quoi que ce soit, ma question est sans arrière pensées. Je n’arrive pas à comprendre ce qui fait que l’on se sente juif, alors que nos ancêtres n’ont connu ni la Shoah, ni les pogroms, ni les massacres romains (et non, roumains) ?
        Mais sinon ils le ressentent comment, par de picotements ??

      • 15/09/2010 21:47

        Je ne comprends pas exactement ce que tu essaies de prouver. Que la seule chose qui lie un falasha et Enrico Macias, ce sont des rites religieux extraits de la thora? Comme je l’écrivais plus haut, je ne saurais être plus d’accord.

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 22:00

        Non Le pédé, ce n’est pas ce que je dis.
        Je dis que la seule chose qui fait le juif, en dehors des judéophobes, c’est la Thora.

      • 15/09/2010 22:55

        Tu peux le dire autant de fois que tu le souhaites, mais tu ne l’as aucunement démontré.

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 23:10

        Je l’ai dit, mais tu n’écoute pas.
        Ce n’est pas un affirmation, mais une question ?

        Qu’est ce qui donne une identité à une personne, si ce n’est son appartenance culturelle (pas chez les juifs),
        sa couleur de peau commune (pas chez les juifs),
        sa langue (pas chez les juifs),
        sa terre commune ( pas chez les juifs),
        une histoire commune, les juifs en ont une différente par chaque communauté (ashkénaze, sépharade, sémite,caucasien,…)
        sa religion, OUI, les juifs en ont une de commune.
        La thora me semble être le seul lien qui unit les juifs, mais je me trompe peut être.

        Si quelqu’un a une explication rationnelle à me donner, il me rendrai un véritable service, car c’est un casse tête qui me taraude depuis longtemps.

      • 15/09/2010 23:30

        Personne n’a jamais prétendu qu’il existait une identité juive commune à tous les juifs du cosmos. Il est évident que le seul lien qui existe entre Patrick Bruel et un falacha perdu au fond de l’Ethiopie est la religion.
        Par contre, ce qui existe, c’est ce qu’il est convenu d’appeler la culture juive, ou plus, précisément, LES cultures juives, parce qu’il en existe autant que de communautés différentes, et que bien entendu chacune à ses spécificité, définies par son histoire. En effet, qui oserait prétendre que Woody Allen et Claude Lelouch sont issus de la même culture?

      • L'escroc permalien
        15/09/2010 23:34

        Lieberman sort de ce corps !

      • Marian permalien
        16/09/2010 18:47

        L’escroc, si cette question te taraude tant, les travaux de Shlomo Sand et des "nouveaux historiens" pourraient être un élément de réponse.

      • L'escroc permalien
        16/09/2010 23:40

        Me faire expliquer l’identité juive par un juif négationiste ne me semble pas très sérieux.

      • Marian permalien
        17/09/2010 15:32

        Y’a pas à dire, tu es vraiment un escroc.

      • Guillaume Pascanet permalien
        17/09/2010 15:36

        J’ai lu un entretien entre lui et d’autres historiens dans "L’histoire".

        je me doute qu’il ne plait pas à tous les Juifs.

    • 15/09/2010 20:06

      par fidélité à une histoire familiale marquée par la judaïté, par affinité avec une certaine culture (liée à l’habitude d’interpréter les textes) ? La question de la foi est une question chrétienne, pas juive : on ne "croit" pas à la Torah, on l’étudie. J’ai connu des juifs non croyants qui considèraient la judaité comme un truc très chiant, et qui pourtant ne voulaient pas que leurs enfants se marient avec des goy. pas pour des raisons religieuses, mais parce qu’ils ont connu les camps : qu’ils se soient sentis juifs ou pas, on leur a bien rappelé qu’ ils l’étaient. Et une fois de plus, le judaisme se désintéresse de la question de la foi.

  28. Pellicc permalien
    15/09/2010 21:45

    Bonsoir, bonnes fêtes de tichri à toutes et à tous.

    Le but des fêtes de tichri et d’une façon plus général de la foi et de l’études de la torah c’est la réparation de notre âme dans l’amour de notre créateur ( si nous y croyons bien sur ).
    Cette réparation me semble t’il, ne peut intervenir qu’avec l’amour.
    âme= amour.
    Amour des un et des autres, de ton semblable comme de ton prochain, d’ou le grand pardon.
    Savoir pardonner c’est savoir aimer.

    Sur ce, chana tova oumetoka.

  29. 15/09/2010 21:47

    Je te félicité le Juif pour ton article.
    J’ai appris des choses, et j’ai beaucoup d’attachement pour les personnes que le doute habite.

    Même si l’on peut défendre ses convictions, certaines fois avec véhémence, il me semble néanmoins indispensable de savoir que l’éducation que l’on a reçu, et ceci à tous les niveaux, a son importance.

    J’ai reçu, comme beaucoup, une éducation judéo-chrétienne, par des parents croyants et pratiquants.
    Même s’ils ont estimés être dans la bonne voie, et détenir une certaine vérité, cela ne m’a pas empêché de me faire ma propre opinion, qui je dois le dire n’est pas aussi tranchée que la leur.
    A leur décharge, leur propre éducation ne leur a pas permis d’être aussi libres que ça.

    Maintenant qu’ils arrivent à la dernière partie de leurs vies, ils reconnaissent aisément qu’on leur a inculqué des principes religieux à coup de semonces et de reproches (en gros, si tu ne pries pas, t’iras en enfer).

    Mon père a même été expédié au séminaire, mes grands parents nourrissaient de grands espoirs dans ses aptitudes à devenir prêtre (il en fallait un par famille).

    Je suis contente de constater que maintenant, même s’ils sont toujours croyants, leurs principes sont moins rigides, et que les expériences de la vie ne les a pas enfermé dans une pratique disciplinée et irréfléchie.

  30. léa permalien
    15/09/2010 22:02

    mama mia, on peut se désinscrire des commentaires siouplait ? bon bon j’demande plus comment redéfinir la judéité dans la modernité, c bon j’veux plus savoir !! lol c trop prise de tête pour moi tous vos trucs là !

    • Guillaume Pascanet permalien
      15/09/2010 22:43

      Fake ?

      • léa permalien
        15/09/2010 22:45

        ma zé "fake" ? tu veux dire quoi là ? non non c sérieux j’aimerais ne plus être inondée des commentaires, j’en peux plus du sujet là, avec les juifs athées, les pas z’athées, arrg

      • Fake permalien
        17/09/2010 00:23

        on m’appelle ?

    • l'escroc permalien
      15/09/2010 22:57

      Tu aurai dût t’abonner à un blog parlant de la reprise de "Lol" par hannah Montana.

  31. Antoine permalien
    15/09/2010 22:40

    C’que j’ai raté aujourd’hui:
    - bel article a nouveau Le Juif;
    - la vidéo de Raymond a déjà été postée
    - doc vous êtes frais, vous êtes beau, vous êtes divin
    - je ne comprendrai jamais pourquoi le respect de la croyance ou la foi seraient respectable a priori. Elles ne le sont pas plus que des opinions politiques, et je ne supporte pas que l’on pose en préambule d’un débat le caractère sacré de la foi. Ainsi il passe beaucoup plus facilement en société de baver sur lepen (ou autre) que sur la religion. Et ceci même chez les athées.
    - je ne suis pas consensuel sur ce dossier et e trouve ça parfaitement faux cul de renvoyer dos a dos les croyants et les athées (qui seraient eux aussi des croyants).

    • Guillaume Pascanet permalien
      15/09/2010 22:42

      Je fais pas chier avec ma foi (qui n’est pas très profonde il est vrai)

      Je veux pas que l’on me fasse chier en me disant que je suis un crétin qui a besoin d’un doudou.

      J’ai vraiment pas l’impression que la foi soit particulièrement vécu comme respectable et je ne demande pas qu’elle le soit.

    • Philippe De Thrace permalien
      15/09/2010 22:46

      En forme.

    • Marian permalien
      16/09/2010 18:49

      Hé hé !!
      C’est vrai quoi, les croyants ont quand même le fardeau de la preuve. Moi, je regarde le spectacle et mangeant du saucisson.

  32. La gouine permalien
    16/09/2010 01:53

    "L’athéisme quant a lui, c’est la croyance qu’il n’y a pas de Dieu. Je pense que le mot croyance est important, car pour moi l’athée est aussi convaincu que le croyant (en une religion)."
    ce genre de positions est vraiment un exemple magnifique de sophisme. grandiose.
    il est intéressant de voir à quel point la religion est devenue trop évidente pour que l’on s’interroge vraiment et sorte totalement de son système.
    On décide (ou pas d’ailleurs) de ne pas croire en Dieu, on se soustrait de cette équation et d’un coup on se met à croire que Dieu n’existe pas. c’est quand même fou.
    et moi j’ai pris le métro avec une licorne et si tu ne me crois pas, tu ne crois pas en la licorne et c’est aussi aveugle que moi qui affirme son existence. alors qu’on devrait plutôt dire "d’accord, tu ne vois pas la licorne, ce n’est pas une histoire de croyance, tu ne la vois pas"

    • 16/09/2010 07:31

      C’est plus compliqué que celà. La foi n’équivaut pas à une hallucination (sauf dans les cas de visions mystiques ^^).

      On a tous des convictions, liées à notre réflexions sur le monde. Ce qui gêne je crois les personnes croyantes, et je pense que Guillaume Pascanet l’a très bien souligné, ce n’est pas qu’on ne croit pas la même chose qu’eux (je parle de croyants raisonnables et tolérants, hein, me sortez pas les exemples d’extrémistes que ça gêne). Ce qui leur pose problème, c’est qu’on les regarde avec condescendance et qu’on essaie de les convaincre que Dieu n’existe pas et qu’ils feraient bien d’arrêter.

      Comme j’ai écris plus haut, perso, non croyante, les efforts d’un croyants pour me faire venir à l’église me tanne et me vexe. pour lui, je suis apparemment un pauvre être en perdition qui n’a aucun repère (ce qui est faux). C’est vexant, cette condescendance.

      Alors que certains athée se permettent la même condescendance vis à vis des croyants me parait pas moins désagréable et injustifiable. Il ne s’agit pas là de dire qu’il ne faut pas critiquer dogmes et religions (ceux qui me connaissent connaissent aussi mon horreur des dogmes). Il s’agit seulement de faire preuve de respect d’autrui en ne considérant pas un croyant comme, et je cite Pacanet "un crétin qui a besoin d’un doudou."

      Il s’agit de ne pas, en tant qu’athée, se faire des idées sur les gens croyants. c’est tout.

      • Le Con Sultant permalien
        16/09/2010 08:54

        Attention à bien différencier foi (croyance) et religion (système de pouvoir) dans tes propos. La foi mérite éventuellement un certain respect (dans une approche laïque), le religion ne peut être que combattue par l’athée.

        Mais attention, sans cette condescendance des athées que tu déplores, point de révolution Copernicienne.

        Et toi -même, quelle serait ta réaction face à un groupe d’enfants élevés dans la thèse créationniste ? N’aurais-tu pas envie de leur expliquer le darwinisme, de les libérer de leurs fausses croyances ?

        Face à un groupe de femmes vivant l’oppression de la charia, n’aurais-tu pas l’impérieuse nécessité de leur expliquer que la fatalité dans laquelle elles s’inscrivent n’est qu’illusoire et dictée par un système d’oppression ?

        Comment peux-tu aimer l’autre et le laisser dans son ignorance ?

      • Guillaume Pascanet permalien
        16/09/2010 09:25

        Ni Copernic, ni Galilé n’était athée.

      • Guillaume Pascanet permalien
        16/09/2010 09:25

        N’étaient !!!!!

      • 16/09/2010 09:36

        Il ya quelques jours, sur face de bouc, Actualitté reprnait cette fameuse info du "pasteur" qui voulait brûler un Coran. Peu de temps après, cette info : un pseudo intello branchouille se proposait de bruler et fumer le Coran ET la Bible. je ne sais s’il envisageait de faire subir ce sort à d’autres livres sacrés.

        Son argument "Ce ne sont que des livres après tout.".

        Ca m’a glacée. Ce ne sont que des livres, certes, pour un athée. mais outre que le fait même de désigner des livres à brûler choquait l’amatrice de culture de tout bord que je suis, celà dénotait une intolérance assumée pour le fait religieux.

        Personne n’a relevé. Il est donc acceptable et accepté de faire des autodafés de livres saint tant que c’est u nom d’une certaine "laïcité". C’est permis. Alors que l’on se scandaliserait si un curé se permettait de vouloit brûler Twilight ( qui pourtant mériterait mille fois l’oubli éternel. Mais on ne peut pas faire de cas particulier)…

        Ce n’est pas pour moi, l’esprit de la laïcité. La laïcité, c’est la neutralité installée afin que chacun puisse vivre sa foi, ou son absence de foi, sans avoir à subir de pressions pour changer de convictions d.

      • 16/09/2010 09:36

        Il ya quelques jours, sur face de bouc, Actualitté reprnait cette fameuse info du "pasteur" qui voulait brûler un Coran. Peu de temps après, cette info : un pseudo intello branchouille se proposait de bruler et fumer le Coran ET la Bible. je ne sais s’il envisageait de faire subir ce sort à d’autres livres sacrés.

        Son argument "Ce ne sont que des livres après tout.".

        Ca m’a glacée. Ce ne sont que des livres, certes, pour un athée. mais outre que le fait même de désigner des livres à brûler choquait l’amatrice de culture de tout bord que je suis, celà dénotait une intolérance assumée pour le fait religieux.

        Personne n’a relevé. Il est donc acceptable et accepté de faire des autodafés de livres saint tant que c’est u nom d’une certaine "laïcité". C’est permis. Alors que l’on se scandaliserait si un curé se permettait de vouloit brûler Twilight ( qui pourtant mériterait mille fois l’oubli éternel. Mais on ne peut pas faire de cas particulier)…

        Ce n’est pas pour moi, l’esprit de la laïcité. La laïcité, c’est la neutralité installée afin que chacun puisse vivre sa foi, ou son absence de foi, sans avoir à subir de pressions pour changer de convictions d.

      • 16/09/2010 09:36

        Il ya quelques jours, sur face de bouc, Actualitté reprnait cette fameuse info du "pasteur" qui voulait brûler un Coran. Peu de temps après, cette info : un pseudo intello branchouille se proposait de bruler et fumer le Coran ET la Bible. je ne sais s’il envisageait de faire subir ce sort à d’autres livres sacrés.

        Son argument "Ce ne sont que des livres après tout.".

        Ca m’a glacée. Ce ne sont que des livres, certes, pour un athée. mais outre que le fait même de désigner des livres à brûler choquait l’amatrice de culture de tout bord que je suis, celà dénotait une intolérance assumée pour le fait religieux.

        Personne n’a relevé. Il est donc acceptable et accepté de faire des autodafés de livres saint tant que c’est u nom d’une certaine "laïcité". C’est permis. Alors que l’on se scandaliserait si un curé se permettait de vouloit brûler Twilight ( qui pourtant mériterait mille fois l’oubli éternel. Mais on ne peut pas faire de cas particulier)…

        Ce n’est pas pour moi, l’esprit de la laïcité. La laïcité, c’est la neutralité installée afin que chacun puisse vivre sa foi, ou son absence de foi, sans avoir à subir de pressions pour changer de convictions d.

      • 16/09/2010 09:37

        Oups méga bug….

      • Le Con Sultant permalien
        16/09/2010 09:51

        @Guillaume : vrai aussi

  33. 16/09/2010 09:11

    Putain mais ça sert à quoi que j’explique que je parle de croyants tolérants et raisonnables et pas des extrémistes de tout poil. Bein évidemment que je vais râler contre créationnisme et charia !

    Le darwinisme est un une théorie scientifique dont tous les scientifiques sérieux Y COMPRIS DES SCIENTIFIQUES CROYANTS, s’accordent à dire qu’elle est la plus sérieuse pour expliquer la manière dont la vie évolue sur terre.

    Par ailleurs des tas de musulman rejettent absolument la charia.Diras tu qu’ils ne sont pas croyants pour autant ?

    Pourquoi oorsqu’on parle de croyants on en revient sysrtématiquement à citer les plus extrêmes comme s’ils étaient une règles absolue ?

    • Le Con Sultant permalien
      16/09/2010 09:43

      Ok, Leslie, j’avais bien compris ton propos.

      Mais qu’est-ce qu’un "croyant tolérant et raisonnable" ?
      A partir de quand ne l’est-il plus ?

      Le catholique modéré européen qui entretient un système de domination patriarcale en réfutant l’égalité des sexes mérite-t’il le respect pour ses croyances arriérées ?

      Le musulman modéré qui choisit de manger halal et d’entretenir un système prosélyte a-t’il raison face à l’athée qui lutte contre le communautarisme ?

      • Guillaume Pascanet permalien
        16/09/2010 09:47

        Les athées ne sont jamais sexistes, racistes ou juste cons ?

        Le catholique modéré européen, de plus en plus, s’en fout complêtement de l’église, du clergé et du pape.

      • 16/09/2010 09:49

        "Le musulman modéré qui choisit de manger halal et d’entretenir un système prosélyte a-t’il raison face à l’athée qui lutte contre le communautarisme ?"

        Oui. Oui il a raison. faire du fait de manger hallal un signe de repli communautariste est aussi con que de prétendre que manger de la viande est une déclaration d’hostilité envers les végétariens.

        Les athées ne sont pas les seuls à combattre le communautarisme. Comme ils ne sont pas les seuls à faire de la recherche scientifique.

        Donc oui, il a raison de vouloir manger hallal. Parce que c’est son droit. Il n’oprime personne ce faisant.

      • docds permalien
        16/09/2010 09:55

        Traiter de faisant un musulman modéré n’est pas digne. Qu’est-ce que c’est que ce blog raciste?

      • 16/09/2010 09:57

        C’est pas hallal le faisan ?

      • 16/09/2010 09:58

        héhé

      • Le Con Sultant permalien
        16/09/2010 10:06

        Manger halal est communautariste et excluant.

        - les enfants ne sont pas inscrits dans les cantines où dans les centres / colonies de vacances ne garantissant pas un nourriture halal (ne me dit pas que c’est pas vrai, j’ai trop d’exemples),
        - les enfants ne se rendent pas dans les gouters d’anniversaires ou autres manifestations organisées dans des familles ne garantissant pas une nourriture halal,
        - les familles et/ou les individus ne se rendent pas dans les restaurants ne garantissant pas une nourriture halal,
        - les musulmans voyant dans la nourriture halal une obligation sainte vont se recentrer sur des commerces ou des lieux de restauration garantissant une nourriture halal et plutôt desertés par les non-musulmans,
        - etc.

        Ces exemples ne sont pas des cas extrêmes, ce sont des faits avérés, répétés, constatés.
        Ils sont un des symboles forts du repli communautaire.

      • 16/09/2010 10:20

        Et que dire du cacher alors ?

        Je rappelle aussi que ne pas inscrire ses enfants à la cantine est un droit absolu. Que ne pas vouloir entrer dans certains restaus aussi.

        Je serais très inquiète d’une société ou il faudrait argumenter chacun de ses choix de vie pour bien être sûr qu’ils ne sont pas même un tout petit peu religieux religieux

        Que dire de la quasi absence de mosquées qui seraient de vraies mosquées dignes parce que personne ne veut qu’on en construise près de chez soi ? Il me semble que les mùusulmans ne sont sont pas exclus tout seuls. le meilleur rempart contre l’intégrisme, c’est le respect. Ils n’en ont pas eu beaucoup.

      • Guillaume Pascanet permalien
        16/09/2010 10:29

        Je suis d’accord sur le caractère communautariste du hallal et du casher.

        travaillant dans une commune, j’ai déja participé indirectement à des discussions sur le problème des cantines et colonies de vacances. En effet, après avoir exigé des menus sans porc, l’exigence du hallal pointe son nez.

        Personnellement, je serais pour le refus de ces demandes, mais ce n’est pas si simple, les enfants refusant complêtment alors de s’alimenter alors qu’il me semble que le coran n’est en afit pas si stricte que cela.

        Mais, entre le communautarisme et la religion extrème, c’est un peu comme la poule et l’oeuf : qui est venu en premier, le communautarisme ou la religion extrème ?

        Le communautarisme ne se développe-t-il pas sous la pression de la religion, ou bien la religion ne se développe-t-elle pas grâce au terreau du communautarisme (lui même provoqué par des politiques sociales et urbaines d’exclusion) ?

        Pour le casher, le problème ne se pose pas tout simplement parce qu’il y alongtemps que les juifs religieux bénéficient de leurs propres structures d’enseignement. Mais on me signale le début de polémiques du même type avec les Hindous refusant qu’on leur serve du boeuf.

      • 16/09/2010 10:36

        Je reste persuadée que ce "communautarisme" est surtout le résultat d’un refus initial d’intégrer les populations concernées. Je ne dis pas que sinon il n’existerait pas du tout, mais il serait à mon avis moindre.

      • Le Con Sultant permalien
        16/09/2010 12:04

        Désolé Leslie mais là tu mélanges encore un peu tout dans ta cuisine halalo-cashère.

        Si on continue à explorer cette question de la nourriture halal, la raison de sa progression est d’abord et avant tout la progression de l’islamisme, d’un islam de moins en moins tolérant.

        C’est parce que les musulmans s’inscrivent dans un islam de plus en plus radical qu’ils se tournent de plus en plus vers la nourriture halal.

        Certes, le fort rejet de ce reflexe communautaire par les laïcs (et croyants chrétiens) en rajoute au probllème, mais il ne faut CERTAINEMENT PAS INVERSER LE PROBLEME ET SA CAUSE.

        Le rejet du halal en France n’explique pas la montée de l’islamisme, même dans l’approche systémique.

        Les raisons de la montée de l’islamisme sont nombreuses, je ne vais pas les traiter ici, mais tu trouveras de nombreuses sources par exemple sur l’influence du wahhabisme dans notre pays.

      • 16/09/2010 12:27

        Reste que si tu es condescendant avec un type sous prétexte qu’il est croyant, il le prendra mal et il aura raison.

        Athée ou croyant, on devrait savoir ou s’arrêter dans la défense de nos convictions : ne pas prendre l’autre bord pour un abruti décérébré quand il est croyant ou pour un pauvre être en manque de foi qu’il faut absolument sauver quand il est athée.

      • Le Con Sultant permalien
        16/09/2010 14:43

        Il le prendra mal et il aura tort (au moins dans l’absolu) et non pas raison (encore une fois tu inverses les choses).

        Ce n’est pas parce que Galilé a été forcé par l’Eglise d’abjurer qu’il avait tort. Galilé avait raison (au moins dans l’absolu).

        Manger halal, c’est bougrement con : obscurantiste et communautariste. Comme nous ne vivons plus sous l’incquisistion il est presque un devoir de le rappeler.

        Alors ok, on doit mettre les formes, mais sans jamais renier les convictions athées que nous pouvons revendiquer.

        L’athéisme ne doit pas s’empêcher de pointer du doigt les dérives religieuses sous pretexte d’un respect qui n’est autre qu’un abandon (de l’ignorant à ses croyances obscurantistes).

        C’est la gêne (TM) que j’éprouve en lisant ton propos consensuel, politiquement correct et faisant finalement le jeu des extrémistes religieux.

      • 16/09/2010 14:57

        Non. Alors déjà l’accusation de faire le jeu des extrémistes religieux, je la réfute. Elle a trop servi à fermer le bec de l’adversaire dans les conversations. Donc tu la range et tu l’oublies. Parce que c’est un procédé qui me hérisse. je le trouve malhonnête.

        Être condescendant c’est être con toput court.

        C’est croire qu’on détient une vérité et regarder la personne en face de haut. C’est réduire à rien les rouages intimes qui la poussent à choisir une pratique religieuse. Pratique que, dans le cas qui nous occuppe, elle n’imposera à personne d’autre qu’elle même. Comme je te l’ai déjà dit je ne m’occuppe pas avec les extrémistes pour qui mon avis a autant de valeur qu’un paquet de cacahuètes décortiquées. Ce qui est, d’ailleurs, réciproque.

        Rien ne le justifie de montrer ne serait ce qu’une once de mépris. Or la condescendance, c’est le mépris déguisé en bon sentiment. La "civilisation" qu’on prétends apporter au "bon sauvage" avec les meilleures intentions du monde. Ca a vachement marché, soit dit, en passant.

        Je préfère être politiquement correcte qu’hypocritement méprisante.

        En ce moment je suis en train de parler avec un type sur face du bouc comme toi et moi athée pour qui "l’Islam, ce sont les nazis de demain."

        Ca ca alimente le fondamentalisme. car le ptit arabe de quinze ans confronté à l’avis de ce genre de couillon qui croit avoir tout compris à la vie parce qu’il lui pousse trois cheveux blancs, ça lui donne la haine.

      • 16/09/2010 15:13

        mon ami sultant, invitons donc miss dessinatrice à un court séjour dans une de ces riantes cités où l’islam politique prospère. Elle y connaîtra la joie du voisinage fraternel avec de jeunes gens qui la traiteront de pute dès que sa jupette ne dépassera pas le genou, l’impossibilité de bouffer son sandwich en pleine rue un mois par an, ses petits nenfants qui pleureront en rentrant de l’école parce qu’ils ne pratiquent aucune religion (encore heureux d’ailleurs qu’ils ne soient pas juifs car cela écourterait rapidement son séjour), les sorties scolaires supervisées par l’imam du quartier qui cause à peine français, la cantine halal, la séparation des sexes dans la rue, et toutes ces choses pas du tout communautaristes qui sont dues à ces vilains athés qui considèrent que la pratique religieuse ne doit pas dépasser la sphère du privé et qui donc luttent pour que l’égalité subsiste dans l’espace public. Car elle ignore, notre jeune nunuche, avec son tout petit cerveau, que l’islam politique (et même l’islam tout court) se fonde notamment sur l’inégalité entre hommes et femmes. Et son discours cuculaprale, on aura vite fait de le lui faire bouffer en salade halal. Les militants des pays arabes pour la démocratie sont verts d’entendre ce genre de conneries bien pensantes et tellement, tellement à côté de la plaque.

      • 16/09/2010 15:20

        J’te parle à toi ?

      • 16/09/2010 15:30

        depuis quand on a besoin de ton autorisation pour parler ??? non seulement t’es teubé, mais en plus tu te la pètes grave.

      • 16/09/2010 15:33

        Beuaghdjkseflbjhs7
        jkdlzcfhfvvnv;,vflùlvefem4
        gedgzddm;d;f;ùmùf:f:

        Beuaaaaaaaaaaaaaaaaaaaargut… gaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah beie,nldmsnk<ns

      • Le Con Sultant permalien
        16/09/2010 18:36

        Bon ok Leslie, je pense qu’on s’est bien compris.

        Je resterai pour ma part, complètement condescendant envers le type qui pense que la terre est plate ou qu’il faut manger halal, car ses 2 croyances sont du même niveau d’absurdité.

        Après, chacun place son intégrité où il le souhaite.

        Pour ce qui est de la "civilisation" sur lquelle tu semble cracher, je pense qu’il ne faut pas oublier qu’elle t’a amené l’instruction, la capacité à lire et à réfléchir. En cela, et sans être un apotre de la civilisation occidentale, je pense qu’elle mérite plus de respect que n’importe laquelle des religions que tu ne veux point offenser.

        Prend garde néanmoins, ton "respect" envers les croyances obscurantistes t’empêche de voir des réalités aussi claires que le communautarisme amené par les choixde nourriture.

      • 16/09/2010 19:00

        Putain mais tu me lis des fois ? Je te parle pas de celui qui crois que la terre est plate !

        Je te parle du gars que tu croises tous les jours, pas des hommes des cavernes ! Merde !

        Faut que je te parle en, hébreu pour que tu piges ?

      • Le Con Sultant permalien
        16/09/2010 21:40

        Leslie, quand je te dis "le type qui pense que la terre est plate ou qu’il faut manger halal" je parle bien du même mec.

        C’est la même ignorance, la même vacuité intellectuelle, et donc le même travail d’éducation que doit prodiguer l’athée.

        C’est ce qu’a fait le Pédé en faisant manger du porc au Juif : lui démontrer la non-pertinence de sa croyance.

        L’homme des cavernes est juste à côté de toi, à manger son sa tranche de jambon de dinde halal, à imposer un tchador à sa fille, à nous expliquer que sa croyance est une philosophie ou encore que le choix de la nourriture halal est un droit et non le reflet d’un repli communautaire.

  34. Le Con Sultant permalien
    16/09/2010 12:11

    NB: Respecter la croyance de l’autre, c’est aussi respecter sa sémantique.

    Halal, un seul "L" SVP.

    bon ok, c’est facile et gratuit, mais je n’allais pas laisser passer ça, c’était trop tentant.

  35. 16/09/2010 13:57

    Petit Juif, je te souhaite une bonne fête de Kippour. Et je te souhaite que pendant cette nouvelle année, tu fasses l’expérience de la présence de Dieu dans ta vie, et de Son amour pour toi.

    • 16/09/2010 14:09

      Mais grave. Sacrée expérience que son amour, d’autant que Dieu a une très grosse teub.

      • 16/09/2010 14:28

        Comment tu salis tout. C’est moche.

      • Guillaume Pascanet permalien
        16/09/2010 14:32

        Comment sais-tu que Dieu est un homme ?

        Ce peut très bien est une femme. Extirpons-nous de ce patriarcat qui assimile l’autorité au gène XY.

        En plus, quelqu’un qui nous culpabilise sans cesse, qui prétends nous aimer et nous interdit tout ce qui est bon, cela me semble très féminin.

      • La Bretonne permalien
        16/09/2010 14:34

        Comme tu sublimes tout. C’est beau.

      • La Bretonne permalien
        16/09/2010 14:35

        @Guillaume. Non ta mère n’est pas Dieu.

      • 16/09/2010 14:58

        Dans la famille Pascanet, je demande à voir la mère. Accessoirement la soeur. Et surtout la femme.

      • docds permalien
        16/09/2010 15:38

        BLASPHEMATEUR!!!! POSSEDE!!!! MAUDIT SOIS-TU FILS DE SATAN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
        [satan l'habite]

  36. karkace permalien
    16/09/2010 14:39

    c’est dingue comme la fête de kippour est la plus suivit dans la religion juive (à la maison on n’y renoncerai pour rien au monde en plus en semaine ça te fait une bonne raison de poser un jour de congès) … bien que pessah arrive pas loin je pense.
    perso ce que je préfère dans la religion juive c’est les rassemblements de famille, ça fait une super occasion de tous faire un bon gueuleton ensemble, bon d’accords après les prières de pessah t’as tellement but de vin a jeun que t’es a moitié bourré et que tu crève la dalle.
    pour la cochonaille rassure toi, ce n’est qu’une relique d’une raison purement sanitaire: la viandre de porc est plus sujette au dévelloppement bactérien niotemen en cas de fort chaleur comme les pays d’ou sont originaire les juif et musulman … c’ets resté dans les texte c’ets tou, aujourd’hui ton réfrégérateur ce chargera de te dispenser de na pas mangé de porc.

      • karkace permalien
        20/09/2010 13:22

        en toute honnetteté ce genre de commentaire commence a me gonfler, ça ne sert à rien et mes propos sont compris ce qui reste l’essentiel, les fautes de frappes, d’orthographe et de grammaire, j’en fait, je ne suis pas le seul, et je m’en balance, on est pas a l’école ici!

      • 20/09/2010 14:03

        Si on l’apprend à l’école, l’orthographe, c’est justement pour ne plus faire de faute une fois adulte. Donc si ce n’est pas acquis, faut pas s’étonner que certains en soient un peu agacés.

        Par ailleurs, les fautes d’orthographe, encore, ce n’est rien, mais la grammaire ! Oui ton propos est compréhensible. Tout juste. Il y a une phrase qu’il m’a fallu relire trois fois pour être bien sûre de sa teneur exacte.

        Enfin le fait que tu te moques de faire mal aux yeux comme ça, ça ne plaide pas beaucoup en faveur de ton sens de la politesse.

        En résumé, si tu ne veux pas qu’on te reproche ton orthographe : n’écris pas.
        Si tu écris, débrouille toi pour t’améliorer.

  37. Isabelle permalien
    16/09/2010 21:50

    L’internaute tête de noeud débarque dans une discussion ou un débat, indéfectiblement convaincu de la justesse et de l’impériosité de ses propos. (…)
    Lorsque la tête de noeud est mise en question, elle va citer quelques références mirifiques pour justifier et blinder son opinion. Remise en question, la tête de noeud va généralement se fâcher et refuser d’étayer ses références, par des évitements du style "je l’ai déjà dit, et ça devrait te suffire !"… La tête de noeud a présenté une opinion capitale qui, dans sa tête (de noeud), doit être définitive et ne souffrir aucun débat, et la tête de noeud sera incapable de comprendre pourquoi les autres internautes n’acceptent pas son opinion comme acquise (…)
    Vous pouvez compter sur une tête de noeud pour hurler à la censure à la moindre atteinte à sa prose. Vous pouvez compter sur la tête de noeud pour vous injurier lorsqu’elle est sûre que vous ne l’écoutez plus. Mais il ne viendra jamais à l’esprit de la tête de noeud d’aborder les sujets et les gens d’une autre manière, et jamais, ô grand jamais, qu’elle pourrait éviter les endroits qui lui sont hostiles. Cette incapacité à se retirer discrètement est une des marques distinctives de la tête de noeud.

    Pour lire le reste de cet excellent (bien qu’ ancien) article, aller à :
    http://padawan.info/fr/2003/08/test-2-le-blogeois-est-une-tate-de-noeud.html

    • 16/09/2010 22:53

      Chusi désolée d’avoir été un brin tête de noeud…

    • Le Con Sultant permalien
      17/09/2010 15:00

      Quand je pense qu’on s’achememinait tout tranquillement vers Godwin…
      Et là, bang, tu nous stoppes net avec tes fuckheads…
      Rude !

      [attention, second degré inside]

  38. Philippe De Thrace permalien
    16/09/2010 22:41

    Au con sultan,

    Je te suis quand tu distingue foi et religion. La foi, quand elle est religieuse est pour moi parfaitement incompréhensible, d’ailleurs elle ne prétend à aucune rationalité je pense. Je lui sais gré d’avoir permis J.S. Bach et de la sainte chapelle.
    La religion est autre chose, mais ne peut se réduire à une structure de pouvoir. Le clergé prend cette forme souvent. Mais l’ensemble des rites et des liens qu’ils créent participent d’autre chose que du simple pouvoir. La religion n’est d’ailleurs pas la seule à proposer des rites aux fonctions semblables et ne s’y réduit pas non plus. Et je crois qu’une bonne partie des gens pratiquant une religion le font en grande partie pour ces raisons.
    Évidemment, si on prend la religion pour une recherche de la vérité et une explication totalisante de notre présence individuelle et collective, ce qu’elle fut certainement à ses débuts et ce qu’elle continue d’être pour une partie des croyants, on peut difficilement s’empêcher (je ne le peux pas en tout cas) de trouver cette vérité révélée et dogmatique très insatisfaisante, et considérer cette foi comme un abandon de la raison et des possibilités humaines.
    Mais le besoin d’expliquer le monde est-il notre seul besoin ? S’y insérer, en éprouver les liens, donner du sens a ce qui n’en a pas en est un. Croyants ou pas , nous avons besoin d’un univers symbolique dans lequel évoluer et pas seulement d’un univers logique ou matériel. Je crois que notre nature humaine est ainsi faite, le besoin psychique de symboles ne s’oppose pas à notre besoin logique d’explications. On peut même supposer qu’ils progressent conjointement.
    Beaucoup de pratiquants observent des rites sans croire réellement à un quelconque pouvoir "magique", et l’intérêt du rite n’en est pas vraiment atténué. Il a un sens dans la société dans laquelle il a lieu, dans l’ensemble de relations que le croyant a avec sa famille, présente et passée, de manière extrémement subjective, et du coup, il n’y a aucune erreur de laquelle détromper ces gens.
    Même pour les athées complets dont je suis, et dont je confirme, à l’intention des autres commentateurs, que ce n’est en rien un rejet de dieu, ni même une constatation d’absence, bref rien en creux, beaucoup d’actes quotidiens ont une valeur très symbolique et aucune valeur pratique ou logique.

    • Le Con Sultant permalien
      17/09/2010 11:37

      C’est vrai. La religion, comme d’autres organisation, outre des réponses apporte également des rites et rassemble les individus autours de valeurs.

      Les rites et les valeurs républicaines me semblent néanmoins tellement plus pertinents que je préfère m’attacher à ceux-ci.
      Je constate par ailleurs que la plupart de ces rites religieux ont plutôt des influences communautaires (rhâ, la "communauté" des chrétiens qui boivent le sang du Christ …) et excluantes.

      Je n’ai par contre, excuse-moi, pas compris ton dernier paragraphe, et j’en profite pour rappeler, parce que la confusion semble encore être de mise, que l’athéisme REFUTE l’exitence de Dieu.
      C’est bien un rejet de Dieu, sans aucune place au doute.

      "L’athéisme peut être considéré comme une attitude ou une doctrine qui ne conçoit pas l’existence ou affirme l’inexistence de quelque dieu, divinité ou entité surnaturelle que ce soit"
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ath%C3%A9isme

      D’autres sources sont tout aussi claires sur le sujet.

      Beaucoup ici semble encore confondre athéisme et agnosticisme…
      Si tu as le moindre doute (pas pendant ta réflexion mais au terme de celle-ci) tu restes agnostique, ce qui n’est franchement pas indigne. ;-)

  39. 16/09/2010 23:00

    Les traditions c’est cool, mais cochonailles c’est mieux (non?) !

  40. fonzibrain permalien
    17/09/2010 01:47

    hello tout le monde.
    Vous ne trouvez pas que le concept de peuple élu peut poser quelques problèmes au niveau du rapport à l’altérité ?

    Je pense que cette idée peut engendrer des complexes de superiorités avec des schémas mentaux qui tendraient à une sorte de hyper-spéculation mentale, cela afin " d’expliquer " cette exclusivité divine et tout ce qui en découle. et ça fini avec des rabbins comme celui la : http://www.haaretz.com/jewish-world/news/west-bank-rabbi-jews-can-kill-gentiles-who-threaten-israel-1.4496 ou des hommes politique qui usent de sophismes délirant pout justifier des massacres de civil

    tout autre chose, il est tout de même surprenant que les juifs qui vivaient dans les pays musulmans (avant le netoyage ethnique de 1948) on eu une vie et des relations avec leurs voisins, le pouvoir politique et le pouvoir religieux incroyablement meilleures que les juifs qui ont vécu en europe jusqu’en 1945. Si quelqu’un pouvait m’expliquer cette attitude radicalement différente entre la perception du judaisme par la chrétienté , extrèmement violente et antagoniste et la perception du judaisme par l’islam, avec le plus souvent le respect des droits des Dhimmis par le pouvoir.

    saviez vous que jusqu’à ce que ces tarés de Saoud wahhabites créent l’arabie saoudite moderne et interdisent les juifs dans le pays ( tout en coopérant étroitement avec israel et les usa pour faire face à l’iran chiite), il y avait une présence juive et qu’au moyen ce n’est pas moins de 300 000 juifs qui vivaient en arabie saoudite, et sans accroc particulier avec la population, à la même époque, en europe ils étaient persécutés. Même si attali fait bcp de propagande, je vous conseille de lire " les juifs, le monde et l’argent ", un gros pavé extrèmement riche et fort interressant.

    sinon, je me demande pourquoi on dit que l’europe et judéo chrétienne, même si le judaisme est antérieur au christianisme et que la bible est constitué de l’ancien testament et du nouveaux testament, il n’y a aucun apport réel fondamental du judaisme en europe, d’ailleurs, les pauvres juifs n’ont pas influencé énormément les européen étant donné que jusqu’au la seconde guerre mondiale, ils ont été ostracisés et il y avait peu de réel contact. en plus , selon le christianisme, la mort de jésus sur la croix scelle une nouvellle alliance, rendant de fait caduque la précédente , enfin, ça c’est le point de vue des traditionnalistes.

    bref, si quelqu’un connait un bon bouqin sur la présence juive en terre d’islam avant 1948, je suis prenneur.

    http://fonzibrain.wordpress.com/

  41. La Mentation permalien
    13/09/2013 10:39

    Merci Le juif. J’ai eu l’impression de me lire, avec le style ne plus, moi, pauvre maladroite des mots, et je me demande bien ce que tu vas faire de ton week end. Moi je suis passée au Kippour 2.0, qui a du sens pour moi, mais fait moins mal à l’estomac ;)
    Bonnes fêtes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 570 followers

%d bloggers like this: